Allemagne (3) : Histoire de la Kriegsmarine

KRIEGSMARINE : UNE BREVE HISTOIRE

Dans cette partie, je vais parler de l’histoire de la marine allemande jusqu’en septembre 1948. Bien que j’ai promis de faire synthétique et concis, il me semble important de parler de l’histoire de la marine allemande y compris de la Kaiserliche Marine. Rassurez-vous je vais rester concis sans entrer dans des détails rendant la lecture indigeste.

La Kaiserliche Marine

-Etat récent, puissance continentale, la marine allemande reste longtemps d’une puissance modeste, une force destinée essentiellement à la défense côtière.

-La Kaiserliche Marine est officiellement créée en 1871 quand est proclamé le Deuxième Empire Allemand dans la galerie des glaces du château de Versailles. Elle succède à la marine de la Confédération d’Allemagne du Nord créée en 1867 à partir de la marine prusienne.

-Bismarck ayant une politique européenne, isolant la France, il ne peut se permettre de braquer la Grande-Bretagne avec une politique d’expansion navale et coloniale.

-Le nouvel empereur Guillaume II rêve d’expansion coloniale, d’une politique mondiale (Weltpolitik) souhaite dévelloper une puissante marine, le petit-fils de Victoria se reconnaissant bien là.

Le GrossAmiral Tirpitz qui mit en musique les volontés navales de Guillaume II

Le GrossAmiral Tirpitz qui mit en musique les volontés navales de Guillaume II

-Cela entraine le départ de Bismarck en 1890, laissant le champ libre à Guillaume II et à l’amiral Tirpitz qui en ministre de la Marine va mettre en musique les volontés du Kaiser.

-Partant de rien, les deux hommes vont offrir à l’Allemagne une puissante flotte de haute mer (Hochseeflote) certes inférieure à la Home Fleet de la Royal Navy qui peut poser des problèmes dans le cadre d’une stratégie de Fleet-in-Being ou flotte en attente, une flotte dont sa seule présence obligera la marine plus puissante à maintenir une vigilance telle qu’elle sera limitée ou corsetée dans ses choix tactiques et stratégiques.

-La Kaiserliche Marine connait une guerre contrastée avec des affrontements indécis avec la marine britannique. Seuls les sous-marins font craindre le pire à la Grande-Bretagne au bord de l’étranglement au prix de l’entrée en guerre des Etats-Unis suis à la guerre sous-marine à outrance.

Le SMS Bayern

Le SMS Bayern

-Les cuirassés et les croiseurs de bataille allemands ont bientôt des aussières en béton ce qui influe gravement sur le moral des marins qui travaillés par la propagande bolchevique se mutinent précipitant la défaite de l’Allemagne et l’abdication de Guillaume II.

B-Le sabordage de Scapa Flow et la Reichmarine (1919-1935)

L’armistice est signé le 8 novembre 1918 et entre en vigueur trois jours plus tard le 11. Se pose alors la question de l’avenir de la marine allemande dont les plus beaux fleurons sont provisoirement internés à Scapa Flow dans les Orcades en attendant que son sort final soit tranché.

-Apprenant la livraison de la flotte aux alliés, l’amiral Reuter donne l’ordre de saborder la flotte en profitant de l’absence de la Home Fleet en manoeuvres. Ainsi finit la Kaiserliche Marine.

B-De la Vorlaüfige ReichsMarine à la Kriegsmarine (1919-1935)

-A la Kaiserliche Marine, succède dès le 16 avril 1919, la Vorlaüfige Reichsmarine ou marine provisoire, composée des rares unités que les alliés acceptent de laisser en Allemagne. Autant dire des navires sans aucune valeur militaire.

-Le traité de Versailles limite la marine à 15000 hommes dont 1500 officiers avec seulement huit vieux pré-dreadnought, huit croiseurs légers, seize contre-torpilleurs et seize torpilleurs.

-L’aéronautique navale est interdite tout comme les sous-marins et les navires de plus de 10000 tonnes armés de canons supérieurs à 280mm.

-Le 31 mars 1921, la Vorlaüfige Reichsmarine cède la place à la Reichsmarine qui doit faire avec des moyens réduits. Ainsi sur les huit pré-dreadnought accordés seulement six pourront être utilisés, six sur huit croiseurs légers, seize contre-torpilleurs, seize torpilleurs, trente-sept dragueurs de mines et différents navires auxiliaires.

-La Reichsmarine commence son dédéveloppement partir de 1928 sous l’impulsion de l’amiral Raeder. L’objectif est d’obtenir une marine capable de jouer le rôle d’une Fleet-in-Being pour forcer la France à infléchir sa politique.

-La mise en service du Deutschland, un cuirassé rapide peu protégé mais très endurant avec sa propulsion diesel provoque la stupeur dans les marines étrangères et est indirectement à l’origine de la course aux 35000 tonnes.

Le cuirassé de poche KMS Deutschland en 1936

Le cuirassé de poche KMS Deutschland en 1936

-Plan d’armement décidé en 1932, un plan officiel pour remplacer les unités existantes et un plan clandestin d’expansion qui prévoyait la construction de nouvelles unités entre 1936 et 1943.

-Après l’arrivée des nazis au pouvoir, un nouveau plan d’expansion sur cinq ans est proposé,le plan X un plan nettement plus ambitieux avec cinq cuirassés de poche, deux croiseurs porte-avions, cinq croiseurs lourds, un croiseur léger, vingt-deux contre-torpilleurs, dix-huit torpilleurs et vingt-deux sous-marins.

-Le 21 mai 1935, la Reichsmarine (marine du Reich) devient la Kriegsmarine (marine de guerre), un changement de nom qui en dit long.

C-Dévellopement et opérations : La Kriegsmarine (1935-1939)

-Le développement de la Kriegsmarine est favorise par l’accord naval anglo-allemand (Anglo-German Naval Agreement/Deutsch-britisches Flottenabkomen) signé le 18 juin 1935 qui officialise le développement de la marine allemande.

-Cet accord permet à la Kriegsmarine d’avoir un tonnage global équivalent à 35% de celui de la Royal Navy et 45% pour les sous-marins.

-Aux trois Deutschland succède deux croiseurs de bataille, les Scharnhorst et Gneiseneau armés de trois tourelles triples de 280mm en attendant la disponibilité des tourelles doubles de 380mm.

-31 décembre 1936 : le traité de Washington expire, libérant tout le monde des limitations imposées en février 1922 même si l’Allemagne n’était pas officiellement concernée.

-Plusieurs tranches de construction pour faciliter la montée en puissance avec trois cuirassés, deux porte-avions, trois croiseurs lourds, six contre-torpilleurs, dix-huit torpilleurs, quarante-six sous-marins, des navires légers et des navires auxiliaires.

Ces tranches construites sont les prémices d’un plan nettement plus ambitieux. Baptisé Plan Z, il doit doter l’Allemagne d’une marine océanique dont la puissance n’aurait rien à envier à celle de la défunte Kaiserliche Marine.

-Genèse chaotique de ce plan d’expansion : plusieurs hypothèses et une multiplication des classes de navires, des objectifs contradictoires (marine de guerre de course ou Fleet-in-Being) expliquant ce cafouillage.

-La première version de décembre 1938 prévoit six cuirassés type H (H, J,K,L,M et N, le I étant sauté pour éviter la confusion avec le chiffre romain), douze cuirassés de poche améliorés(Verbessertes Panzerschiff), deux porte-avions de 12000 tonnes, seize croiseurs légers, vingt-deux croiseurs-éclaireurs, trente-huit contre-torpilleurs, quatre-vingt dix torpilleurs, deux-cent quarante-neuf sous-marins, soixante-quinze vedettes lance-torpilles, dix mouilleurs de mines, cent-douze dragueurs de mines, quarante-huit R-Boot, deux bâtiments-base pour dragueurs de mines et douze escorteurs.

-Deuxième mouture en janvier 1939 avec une accélération du calendrier, le remplacement des cuirassés de poche par des croiseurs de bataille, la réduction à douze du nombre de croiseurs légers, la suspension des croiseurs éclaireurs et l’augmentation du nombre de sous-marins à 291.

-Si cette mouture avait été adopté, la marine allemande aurait disposé de seize navires de ligne (six type H, deux Bismarck, deux Scharnhorst à canons de 380mm, trois croiseurs de bataille type O et trois cuirassés de poche), quatre porte-avions, cinq croiseurs lourds, douze croiseurs légers (plus six options pour remplacer les croiseurs légers existants), vingt-deux croiseurs éclaireurs, soixante-huit contre-torpilleurs, quatre-vingt dix torpilleurs, 291 sous-marins, 85 vedettes lance-torpilles, 10 mouilleurs de mines, 112 dragueurs de mines type M, 48 R-Boote, 12 canonnières, 10 escorteurs type F et 8 avisos coloniaux, douze bâtiments-base spécialisés.

-La guerre de Pologne surprend la marine de guerre allemande en pleine croissance. Heureusement le conflit est bref et la menace navale polonaise inexistante, la majorité des navires modernes ralliant la Grande Bretagne et constituant l’embryon d’une marine polonaise libre sous commandement britannique.

-Pour ce bref conflit (1er septembre-15 décembre 1939), la Kriegsmarine engage ses sous-marins et ses raiders dans l’Atlantique ainsi que des moyens non négligeables en mer Baltique à savoir trois croiseurs légers, sept destroyers, huit vedettes lance-torpilles, des unités de soutien et deux vieux pré-dreadnought modernisés, les cuirassés Schliesen et Schleswig-Holstein.

-Aucun affrontement de surface, les navires allemands menacés par les sous-marins et les mines servant de force de bombardement. La campagne s’achève dès le 2 octobre pour la Kriegsmarine.

-Ailleurs, elle coule porte-avions HMS Courageous et le paquebot Athena mais perd le cuirassé Admiral Graf Spee sabordé le 17 décembre 1939, deux jours après la fin du conflit, les alliés ayant refusé un sauf-conduit au navire refugié à Montevideo.

D-Le plan Z définitif et la montée en puissance de la Kriegsmarine (1941-1948)

-Le Plan Z définitif est validé en juin 1941, les tranches 1938/39 et 1939/40 du plan originel sont néanmoins maintenues

-Tranche 1938/39 : un cuirassé type H (J), trois croiseurs légers (N/O/P), six contre-torpilleurs, trois torpilleurs, 33 sous-marins, quatre vedettes lance-torpilles, six avisos-dragueurs type M, huit R-Boote, deux navires-dépôts pour U-Boot et deux brise-glace.

-Tranche 1939/40 : un cuirassé type H (K), un croiseur de bataille type O (O), deux croiseurs légers (Q et R), dix contre-torpilleurs, trois torpilleurs, 33 sous-marins, 31 vedettes lance-torpilles, huit aviso-dragueurs, huit R-Boote et un navire-dépôt pour sous-marins.

-Les tranches précédentes prévoyaient la construction de trois cuirassés, deux croiseurs de bataille, trois cuirassés de poche (dont un déjà perdu dans l’Atlantique Sud), cinq croiseurs lourds (un revendu à la Russie au titre du pacte germano-soviétique), sept croiseurs légers, vingt-huit contre-torpilleurs, trente-trois torpilleurs et quatre-vingt deux sous-marins.

Les deux tranches du plan Z initial ajoute deux cuirassés, un croiseur de bataille, cinq croiseurs légers, seize contre-torpilleurs, six torpilleurs, soixante-six sous-marins, trente-cinq vedettes lance-torpilles, quatorze avisos-dragueurs et quatorze R-Boot, trois navires-dépôt et deux brise-glace.

-La Tranche 1940/41 finance la construction d’un cuirassé type H (L), un croiseur de bataille type O (P), un croiseur léger, six contre-torpilleurs, six torpilleurs, neuf aviso-dragueurs type M et deux pétroliers-ravitailleurs.

-La tranche 1941/42 prévoit la construction d’un croiseur de bataille type O (Q), d’un croiseur lourd, d’un porte-avions léger, de quatre contre-torpilleurs, de six torpilleurs, de neuf aviso-dragueurs type M, de douze sous-marins, de onze vedettes lance-torpilles et d’un ravitailleur.

-La tranche 1942/43 finance la construction d’un cuirassé type H Mod. (M), d’un porte-avions léger, de deux croiseurs légers antiaériens, de quatre contre-torpilleurs, de six contre-torpilleurs et de neuf aviso-dragueurs de mines type M.

-La Tranche 1943/44 prévoit la construction d’un croiseur de bataille type O (R), d’un croiseur lourd, de deux torpilleurs, de douze sous-marins, de douze escorteurs et d’un pétrolier.

-La Tranche 1944/45 finance la construction de deux cuirassés type H Mod. et O), d’un croiseur lourd, de deux croiseurs légers antiaériens, de deux torpilleurs légers, de six sous-marins et d’un ravitailleur.

-La Tranche 1945/46 planifie la construction d’un cuirassé type H Mod. (P), d’un croiseur lourd, de deux croiseurs légers antiaériens, de quatre contre-torpilleurs, de six torpilleurs, de douze escorteurs (Neue Geleitboote) et de huit aviso-dragueurs type M.

-Pour lisser les constructions, on abandonne l’idée de planifier de nouvelles tranches couvrant les années 1946/47 et 1947/48. Non seulement ces navires ne seront pas en service au moment du déclenchement du conflit mais la guerre civile à perturbé les approvisionnements et ralentit les constructions.

Au final, le plan Z doit donner le visage suivant à la Kriegsmarine

-Dix cuirassés (deux classe Bismarck, quatre type H et quatre type H modifiés) mais seulement six sont en service, les quatre derniers sont en construction à différents stades d’achèvement quand éclate le second conflit mondial.

-Six croiseurs de bataille (deux de type Scharnhorst et quatre type O)

-Quatre porte-avions

-Dix croiseurs lourds (deux anciens cuirassés de poche et huit croiseurs lourds)

-Quatorze croiseurs légers (cinq croiseurs légers déjà en service en 1939, six de classe Berlin et trois croiseurs légers antiaériens plus trois en construction)

-Cinquante cinq contre-torpilleurs et huit en achèvement à flot

-Quarante-trois torpilleurs et huit en construction

-Cent soixante-dix huit sous-marins

-Soixante-quatre vedettes lance-torpilles (S-Boot)

-Vingt-sept dragueurs de mines plus huit autres en construction quand éclate le second conflit mondial

-Quarante-huit R-Boote

-Vingt-quatre chalutiers armés répartis en quatre flottilles de six navires

-Douze escorteurs (Neue Geleitboote) plus douze en construction ou en achèvement à flot

-Vingt-quatre chalutiers armés de 496 tonnes en quatre flottilles de six

-Sept Geleitboote utilisés comme auxiliaires

-Treize ravitailleurs de différents types

-Trois pétroliers ravitailleurs

– deux tenders pour les flottilles de sous-marins

-deux gardes-pêches,

-quatorze bâtiments de barrage,

-quatre bâtiments hydrographiques et différents auxiliaires et bâtiments d’expérimentation.

-Différents navires amphibies financés hors plan Z avec des LSM, des ferry Siebel et des MarineFährPr (MFP), des pontons automoteurs.

Publicités

Allemagne (1) : introduction et histoire politique

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE
T.2 L’ALLEMAGNE

AVANT-PROPOS

En juillet 2013, j’ai terminé la France et je me suis lancé quelques jours plus tard sur l’Allemagne, pensant le faire rapidement, ayant à la fois moins de sources que la France et surtout n’étant pas germanophone.

Hélas, cela ne s’est pas passé ainsi. Je suis passé de moments d’exaltations et des moments de doute, me demandant si je n’allais pas tout laisser tomber.

Aussi en septembre 2014 j’ai pris une décision radicale. J’ai abandonné l’idée de faire une œuvre très détaillée, méticuleuse pour une version plus synthétique.

A la réflexion, je me suis dit que détailler la carrière de tous les navires, de répéter cinq fois les mêmes exercices allait engendrer plus de lassitude que d’intérêt chez le lecteur.

L’Allemagne qui constitue le Tome 2 va être le premier pays que je vais écrire de cette façon, résumant de façon claire et concise ce que j’avais déjà écrit.

Faire une version austere ne dit version baclée. Je resterai le plus rigoureux possible et je glisserai ici ou là des explications sur mes choix.

Bonne lecture

UNE HISTOIRE POLITIQUE DE L’ALLEMAGNE (1871-1948)

-Première tentative d’unification en 1848 mais qui échoue pour deux raisons principales : refus du roi de Prusse de prendre la tête d’un mouvement hésitant entre monarchie et république + une divergence entre les partisans d’une grande Allemagne (avec l’Autriche) et d’une petite Allemagne sans l’empire des Habsbourg.

-Il faut attendre 1871 pour que l’unification allemande soit réalisée sous la férule des Hohenzollern, la dynastie au pouvoir en Prusse, le roi de Prusse Guillaume 1er devenant empereur d’Allemagne à l’issu du conflit avec la France qui provoqua la ralliement à la Confédération de l’Allemagne du Nord des monarchies du sud comme la Bavière. Le Deuxième Reich est né.

Guillaume II empereur d'Allemagne (1888-1918)

Guillaume II empereur d’Allemagne (1888-1918)

-Politique extérieure prudente sous l’influence de Bismarck mais cette politique ne plait pas du tout au nouvel empereur Guillaume II qui rêve d’une Weltpolitik (politique mondiale), une politique faite de conquêtes coloniales et de développement d’une puissante marine de guerre.

-Cette politique agressive lui alienne les dernières bonnes volontés britanniques.

-Le premier conflit mondial (1914-1918) est fatal à la monarchie des Hohenzollern. Le 9 novembre 1918, Guillaume II abdique et la république dite de Weimar est proclamée.

-Première véritable expérience démocratique en Allemagne, la République de Weimar se heurte à des difficultés considérables : poids des partis extrémistes, refus de la défaite avec la légende du «coup de poignard dans le dos» (Dolchlosslegend), intransigeance des alliés sur les réparations et difficultés économiques.

-Après des années noires entre 1919 et 1924, la République de Weimar connait une brève période de répit avec la fin des réparations et le soutien américain. La crise de 1929 provoque une interminable agonie qui se termine en janvier 1933 et la nomination d’Adolf Hitler comme Chancelier.

-La mort du président Hindenburg le 2 janvier 1934 marque la fin officielle de la république de Weimar au profit du IIIème Reich.

-Ce dernier se lance dans une politique extérieure agressive avec la dénonciation des différentes clauses du traité de Versailles. Outre le réarmement, le régime nazi réoccupe la Rhénanie, réalise l’Anschluss puis annexe les Sudètes, une région peuplée d’allemands mais qui n’avaient jamais appartenu à l’Allemagne.

-Après avoir satellisé la Bohème-Moravie et la Slovaquie, l’Allemagne se tourne vers la Pologne pour relier la Prusse Orientale au reste du territoire allemand en annexant Dantzig et priver la Pologne d’un accès à la mer Baltique.

-Cette fois Paris et Londres ne peuvent plus reculer et suite à l’invasion de la Pologne, les gouvernements britanniques et français déclarent à la guerre à la Pologne le 3 septembre 1939.

-Hélas pour la malheureuse Pologne, les gouvernements occidentaux n’engagent aucune offensive d’envergure jusqu’à la fin du conflit le 2 octobre 1939.

-On s’attend à une offensive à l’ouest mais octobre passe sans mouvement majeur côté allemand alors que des millions de soldats français et britanniques s’enfoncent dans la léthargie de la drôle de guerre.

-Ils en sont brutalement sortis par l’attentat le 9 novembre 1939 qui coûte la vie à Adolf Hitler et à quatorze autres personnes.

Note explicative : dans l’histoire telle que nous la connaissons, cet attentat commis par Georg Elser à bien eut lieu mais Hitler était parti bien avant l’explosion de la bombe. Dans mon uchronie, la bombe explose et tue le dictateur allemand.

Dans mon uchronie, il est exécuté en janvier 1940 après un procès sommaire alors que OTL (Official Time Line/L’Histoire officielle) il est exécuté à la fin du conflit quand il devint évident que la Troisième Reich est condamné.

-Un triumvirat de circonstance se forme avec Himmler, Goering et Borman. Ils se détestent cordialement et leur alliance est purement de circonstance.

-Ils prennent alors la décision de rappeler le vieil empereur Guillaume II de son exil néerlandais pour servir de caution présentable aux alliés. D’autant plus présentable que son aversion pour le nazisme est réelle.

-Le 15 décembre 1939, il annonce la suspension du conflit et propose la réunion d’une conférence internationale sur le sort de la Pologne. Les négociations préliminaires engagées à Coblence du 27 au 30 décembre 1939 sont un échec. En conséquence, Paris et Londres reconnaissent le gouvernement polonais en exil installé à Nantes.

-L’affrontement entre les trois triumvirs («c’est deux de trop » comme dira plus tard un haut responsable des renseignements britanniques) était à terme inévitable mais sans cesse repoussé  soit par la présence du Régent Guillaume II ou celle de son fils, le Kronprinz qui lui succède le 5 juin 1941.

-La position du nouveau Régent est nettement plus fragile. Il est bien plus influençable que son père et bien plus aisément manipulable.

-Le 8 mars 1943, la S.S lance un coup d’Etat pour évincer le Régent de son poste. Celui qui avait songé à devenir Guillaume III et établir un régime autoritaire et réactionnaire _bien différent du régime au pouvoir en Allemagne depuis 1933_ est arrêté puis enfermé à la prison de Plotenzsee.

-Une exécution faisant mauvais genre, le Kronprinz est exilé au Canada où il mourra en 1951 des suites d’une crise cardiaque.

-Le triumvirat est officiellement maintenu mais la situation ne peut qu’à terme dégénérer surtout que le 24 avril, Himmler se proclame Führer et que Heydrich prend le poste de Chancelier. Borman et Goering restent respectivement chef du parti et ministre-président de Prusse (en plus du commandement en chef de la Luftwaffe) mais ce n’est qu’une question de temps avant que n’éclate un affrontement ouvert.

-Le 3 septembre 1943, une tentative d’enlèvement de Borman à Munich par des hommes de la S.S déclenche une guerre civile qui va ensanglanter l’Allemagne jusqu’en mai 1945.

-Ensanglantée est un bien grand mot car les combats seront rares. Il s’agit plus d’une querelle de pouvoirs que de combats généralisés. Il y eut des combats certes, l’économie à été perturbée mais dans l’ensemble la majorité des citoyens allemands sont peu touchés et peu concernés par cette querelle.

-C’est fin 1944 que le conflit devient vraiment sanglant avec la destruction de Bonn et la mort de Goering (4 décembre 1944), laissant Borman seul face au duo Himmler/Heydrich.

-Cherchant des soutiens à l’étranger, Borman comment une erreur majeure qui provoque le ralliement de ses partisans les moins convaincus. Munich est prise le 9 mars 1945 sans combats et Martin Borman est capturé le 17 avril 1945. Jugé, il est fusillé le 7 mai 1945.

-Himmler et Heydrich ont désormais tous les pouvoirs. Ils préparent l’Allemagne et son peuple à un seul et unique objectif : la guerre.

-Remise en ordre à l’intérieur, expansion extérieure par l’économie et la propagande, réarmement qui atteint un niveau qui n’avait même pas été atteint en 1939.

-8-9 août 1947, réunion à bord du cuirassé Ludendorff pour décider des futures opérations militaires. A l’issue de cette réunion, les allemands prennent la décision d’envahir la Norvège et le Danemark.

-S’en suivra une opération contre la Corse et Malte pour couper la Méditerranée puis une éventuelle opération dans les Balkans pour sécuriser le flanc sud d’une future opération contre l’URSS jugée inévitable.

-Les préparatifs rentrent dans leur phase active au printemps 1948. Les alliés voient les préparatifs difficilement camouflables mais ils ne peuvent rien faire, une attaque préventive ne pouvant être efficace.

-Le 5 septembre 1948, les allemands lancent l’opération Weserübung. La Seconde Guerre Mondiale commence.

NdA : ici il s’agit d’une pure invention de ma part même si j’ai essayé de rester réaliste. Comme trois triumvirs c’est forcément deux de trop, il faisait choisir un vainqueur

Goering c’était impossible. Il aurait bloqué une véritable aéronavale avec des porte-avions et des groupes aériens sous contrôle de la Kriegsmarine. Borman aurait pu être un choix mais comment expliquer l’expansion de la branche militaire de la S.S en l’absence de Himmler et de Heydrich. Le choix de ce duo coulait de source.