Pologne et Pays Neutres (51) Suisse (1)

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE

T.12 : POLOGNE ET PAYS NEUTRES

F.S.4 : SUISSE

AVANT-PROPOS

En ce 12 août 2021 je commence la quatrième fiche synthétique de mon uchronie. Après les cinquante pages de la synthèse consacrée à l’Irlande portant le total des pages écrites à 10048 pages je repars sur le continent avec une fiche consacrée à la Suisse pardon à la Confédération Helvétique.

Quand j’ai commencé mon uchronie en 2011 je ne pensai pas y être encore en 2021. Les choses ont beaucoup évolué, l’œuvre est devenu un monstre tellement tentaculaire que j’ai du mal parfois à m’y retrouver.

Il y à naturellement de nombreuses contradictions, des erreurs qui sont liés à la fois à mon propre manque de vigilance mais aussi parce que j’apprends parfois par de nouvelles recherches que telle arme, tel char, tel avion à finalement été utilisé par ce pays (le cas inverse arrive parfois).

A l’origine j’avais prévu pas moins de quinze tomes que l’ont peu classer en deux catégories, les majeurs et les mineurs.

Les sept premiers sont les majeurs puisqu’ils devaient concerner la France (Tome 1), l’Allemagne (Tome 2), la Grande-Bretagne (Tome 3), les Etats-Unis (Tome 4), le Japon et ses alliés (Tome 5), l’Italie (Tome 6) et l’URSS (Tome 7).

Les tomes suivants dits tomes mineurs concernent soit des pays belligérants et des pays neutres que ce soit le Canada et l’Afrique du Sud pour le Tome 8, l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour le Tome 9, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas pour le Tome 10, la Turquie pour le Tome 11, l’Espagne et le Portugal pour le Tome 12, la Norvège, le Danemark, la Suède, la Finlande, la Suisse et la République d’Irlande pour le Tome 13, la Grèce, la Yougoslavie, la Hongrie, la Bulgarie, la Roumanie et la Slovaquie pour le Tome 14 et enfin un Tome 15 concernant l’Amérique Centrale et Latine (Brésil, Argentine, Chili, Uruguay Paraguay, Pérou, Equateur, Bolivie, Colombie, Venezuela, Mexique et les petits états)

Au final le nombre de Tomes va tomber à seulement douze. Si les sept premiers tomes dit tomes majeurs ne vont pas évoluer, les tomes dits mineurs vont être différents.

Le Tome 8 va ainsi regrouper les quatre Dominions (Canada, Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande), le Tome 9 va aborder les pays ayant formé après guerre le Benelux alors que le Tome 10 ne va plus parler de la Turquie mais de la Scandinavie (Norvège, Danemark et Finlande).

Le Tome 11 à dit adieu à la péninsule ibérique au profit d’une autre péninsule, la péninsule balkanique avec son extension de l’Europe du Milieu ou Mitteleuropa. Ce sera le plus gros tome avec six volumes (Hongrie, Bulgarie, Roumanie, Yougoslavie, Grèce et Slovaquie).

Enfin le Tome 12 va regrouper la Pologne en exil et les pays neutres. J’ai hésité à maintenir ce tome pour gagner du temps mais je me suis dit que d’une je n’étais pas à quelques semaines près et que ces pays neutres ont aussi joué un rôle dans le conflit, un rôle d’influence, un rôle d’intermédiaire entre les bélligérants.

Pour ce dernier tome j’ai décidé de réaliser des fiches synthétiques pour cadrer leur position qui sera assez semblable à celle historique puisqu’aucun événement ne peut par exemple pousser la Suisse à entrer en guerre aux côtés des alliés ou de l’Axe (la neutralité helvétique est précieuse pour les deux belligérants puisque cela permet à Berne de servir d’intermédiaire aussi discret qu’efficace).

Cette remarque s’applique aussi à l’Irlande, à la Suède, à la Turquie, au Portugal et à l’Espagne. Pour le Portugal de Salazar l’important est la survie du régime et le madré Antonio de Oliveira n’à aucun intérêt à entrer en guerre à l’exception peut être d’une attaque de ses colonies ou des îles. Pour l’Espagne c’est la situation économique qui est certes meilleure qu’OTL mais encore difficile. L’Axe n’à guère d’intérêt à attirer l’Espagne et les alliés non plus.

Du 12 avril au 8 mai 2021 j’ai réalisé mon volume 6 sur la Slovaquie et j’ai décidé d’intégrer des éléments de l’histoire de la Tchécoslovaquie ce qui m’à fait dire que je devais aussi parler de la Pologne.

J’ai donc décidé dans ce Tome 12 d’intégrer une partie sur la Pologne avec normalement une chronologie étoffée sur la période avant septembre 1939, une brève description de la guerre de Pologne, la mise en place d’un gouvernement polonais en exil à Nantes, la reconstitution d’une armée polonaise qui disposera d’unités terrestres, aériennes et navales, les premières sous commandement français alors que la marine polonaise libre était placée sous l’autorité de la Royal Navy car opérant en mer du Nord.

Ces F.S ou Fiches Synthétiques devaient s’organiser de la façon suivante :

-Une partie chronologique avec tout d’abord les 50 ou 100 dates (chiffres non contractuels) à retenir de l’histoire du pays concerné.

-Des chronologies thématiques (chronologie politique, militaire et si ressources suffisantes chronologies économiques et culturelles)

-Des notices biographiques sur les grands personnages de l’histoire du pays concerné. Ce sera un choix totalement arbitraire mais qui je l’espère restera pleinement cohérent.

-La partie uchronique avec l’histoire au delà du point de divergence de mon œuvre (à savoir le 9 novembre 1939 et la mort d’Hitler dans un attentat)

-Une partie consacrée aux forces armées du pays concerné avec une rapide chronologie, un Ordre de bataille étoffé (si les sources nécessaires sont accessibles à votre serviteur) et de la liste des principales armes, des principaux véhicules, des principaux navires et aéronefs.

Je serai un peu plus prolixe, un peu plus volubile si le modèle est un modèle national ou un appareil peu connu. Inutile par exemple de présenter le Messerschmitt Me-109 en service en Suisse ou le Panzer IV utilisé par l’armée espagnole.

J’ai donc dis devais s’organiser ainsi. J’ai décidé de faire évoluer le plan pour les F.S n°3 et 4 consacrées respectivement à l’Irlande et à la Suisse qui s’organiseront de la façon suivante :

-Une chronologie générale

-Les grandes figures de l’histoire irlandaise et de l’histoire suisse

-Une histoire plus détaillé qui pourrait débuter dès 1937 pour l’Irlande quand celle-ci devient pleinement indépendante quinze ans après la naissance de l’Etat Libre d’Irlande et qui débutera en novembre 1939 pour la Suisse faute d’événements saillant.

-Les forces armées irlandaises et suisses : histoire militaire, organisation et armement

En revanche pour les F.S5 (Suède), F.S6 (Pologne) et F.S7 (Turquie) je reviendrai au plan initial sauf nouveau changement mais ça chers lecteurs vous commencez à être habitués.

Une fois le Tome 12 terminé, je pense réaliser un gros travail préparatoire que je conserverai pour moi (notamment un document cadre sur le conflit), je rédigerai peut être des annexes que je publierai en alternance avec les récits du conflit. Je pense aussi à une chronologie générale du conflit qui elle pourrait être publiée.

Je n’exclu pas de réaliser des mises à jour ou de poster des textes préparatoires pour vous permettre chers lecteurs de patienter avant le postage du conflit en bonne et due forme.

Je rédigerai ensuite le récit du conflit en m’inspirant je le reconnais de l’uchronie « 1940 La France continue » qui imagine une France continuant la guerre en juin 1940 plutôt que de se vautrer dans le renoncement avec peut être des personnages fictifs dont on pourrait suivre les aventures. Là encore le récit se découpera en différents tomes (sous réserve d’éventuelles modifications) :

-Tome 1 ou 13 : Europe occidentale et Balkans

-Tome 2 ou 14 : Méditerranée et Afrique (Nord et orientale)

-Tome 3 ou 15: Front russe

-Tome 4 ou 16 : Asie-Pacifique

-Tome 5 ou 17 : Peut être un tome consacré à l’arrière plan politique et diplomatique voir sur l’évolution d’après guerre avec par exemple deux guerres du Vietnam (1960-1967 et 1970-77). Cela sera aussi peut être l’occasion d’imaginer l’évolution des différentes armes en parlant davantage des équipements qui vont équiper notamment l’armée française.

Comme depuis le début chers amis lecteurs, chers amis suiveurs bonne lecture. C’est vous par vos réactions, vos commentaires qui me donnent envie de continuer et d’achever cette œuvre monumentale au point que je crains un grande vide une fois celle-ci terminée. Peut être pourrai-je enfin me lancer sérieusement dans l’écriture d’un roman, un projet que je caresse depuis cinq six ans maintenant.

Henri Dunant

Cette quatrième fiche synthétique est donc consacrée à la patrie de Guillaume Tell, de Jomini, d’Henri Dunant, la Suisse.

Cet état né de l’union de trois cantons au 13ème siècle est resté indépendant durant quasiment toute son existence à la fois parce que son relief rendait la défense aisée, par sa position centrale et aussi parce que la neutralité suisse avait beaucoup d’avantages pour les relations internationales et l’espionnage.

On à l’image d’un pays à l’histoire paisible mais en réalité l’histoire suisse à connu de véritables coups de chaud. Le pays à notamment du s’imposer contre les habsbourgs dont la dynastie originaire de Haute-Alsace à tenté de faire des cantons suisses une possession patrimoniale.

Une fois l’indépendance acquise à la toute fin du 15ème siècle (traité de Bâle du 22 septembre 1499), la Suisse va être au cœur de soubresauts que va connaître l’Europe durant la Renaissance notamment les questions religieuses.

C’est aussi à cette époque que le soldat suisse acquiert sa réputation de meilleur soldat d’Europe ce qui lui voudra d’être très recherché par les différentes monarchies européennes avant que la France suite à la paix perpétuelle du 7 novembre 1515 ne s’en réserve le monopole. Des unités suisses vont ainsi protéger les rois de France jusqu’en 1792 puis de 1815 à 1835 quand décision est prise de regrouper tous les soldats étrangers au sein d’un corps améné à devenir légendaire : la Légion Etrangère.

La France justement tenta sous le Directoire et sous Napoléon 1er de mettre au pas les turbulents cantons suisses mais sans succès la république helvétique se révélant être un échec (1798-1803). Néanmoins cette tentative unitaire à ancré l’idée d’égalité entre les cantons, idée qui ne sera jamais remis en cause.

Au cours du 19ème siècle comme ailleurs en Europe il y eu un conflit entre libéraux et conservateurs aboutissant à la Guerre du Sonderbund (3 au 29 novembre 1847) qui la dernière guerre à laquelle à participé le pays, la Suisse restant neutre durant les deux conflits mondiaux sans que cela gêne le moins du monde les différents belligérants.

Pologne et Pays Neutres (30) Portugal (10)

Une histoire militaire du Portugal (4) : guerres coloniales et guerre civile

De 1816 à 1820 les portugais et les espagnols s’affrontent pour le contrôle de la Banda Orientale, la région frontalière entre le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay.

C’est une victoire du Royaume-Uni du Portugal, de l’Algarve et du Brésil, la région étant annexée à cet état s’étendant sur les deux rives de l’Atlantique. Cela fait suite à une première tentative infructueuse en 1811/12.

Du 9 janvier 1822 au 13 mai 1825 à lieu la guerre d’indépendance du Brésil. Le 9 janvier 1822, le futur Pierre 1er du Brésil refuse de rentrer au Portugal alors que les Cortès lui demande. C’est le Dio da Fico (le jour du Je reste). Cela fait suite à la volonté des Cortès de refaire du Brésil une colonie portugaise.

Le 7 septembre 1822 Pierre proclame l’indépendance du Brésil et devient l’empereur Pierre 1er (le titre d’empereur à été choisit car son père Jean VI était roi du Brésil).

En novembre 1823 les dernières garnisons portugaises quittent le Brésil et pourtant les combats vont continuer. Des combats terrestres et maritimes voient l’engagement de forces régulières et de milices.

On trouve des sièges (Recife Belem, Caxias, Salvador et Montevideo) et des batailles rangées. Les forces brésiliennes regroupent 27000 soldats réguliers et miliciens plus 90 navires alors que les portugais disposent de 16000 soldats réguliers et 55 navires.

Le Siège de Salvador (2 mars 1822 au 2 juillet 1823) se termine par une victoire brésilienne. Les troupes de Pierre 1er ont engagé 1500 (début) à 14000 hommes (fin) associés à onze navires face à 3000 à 10500 portugais appuyés par quatorze navires. Les pertes sont lourdes des deux côtés avec 750 morts et 280 blessés côté brésilien contre 2500 morts 700 blessés et 3000 prisonniers dans le camp d’en face.

La Bataille de Piraja (8 novembre 1822) est une victoire brésilienne quand 1300 brésiliens défont 3200 portugais. Le bilan est de 286 tués pour les brésiliens contre 350 tués pour les portugais (chiffres incertaines).

La Bataille d’Itaparica (7 au 9 janvier 1823) est une autre victoire brésilienne. Les brésiliens mobilisent 3257 soldats et deux canonnières face à 12000 portugais qui disposaient également de deux bricks, un schooner, une barque et trente-cinq petits navires.

Le Siège de Montevideo (20 janvier 1823 au 8 mars 1824) se termine par une victoire brésilienne décisive. Ces derniers avaient engagé 3000 hommes appuyés par six navires pour faire face à 4000 portugais qui étaient soutenus par quatre navires.

La Bataille de Jenipao (13 mars 1823) est une victoire portugaise (16000 soldats 11 canons/116 tués et 600 blessés) sur les brésiliens qui disposaient de 2000 miliciens et de 2 canons (200 tués, 542 prisonniers).

La Bataille du 4 mai (1823) est un affrontement naval qui se termine par une victoire brésilienne.

Le Siège de Caxias (23 mai au 31 juillet 1823) se termine par une victoire brésilienne quand 8000 soldats auriverde l’emporte sur une garnison de 1600 portugais qui défendait la ville.

Soldat portugais 19ème siècle

Du 28 juin 1828 au 26 mai 1834 le Portugal est frappé par une guerre civile entre libéraux et absolutistes.

Cela débute par une crise de succession quand Pierre de Portugal alors héritier du trône proclame en 1822 l’indépendance du Brésil (7 septembre). En 1826 Jean VI meurt et l’année précédente en 1825 le Traité de Rio de Janeiro avait reconnu l’indépendance du Brésil après une tentative de refaire du Brésil une colonie portugaise après une période d’autonomie liée à la présence de la famille royale après l’invasion française de 1807.

Cela pose un problème car la loi de succession de 1641 interdit à un roi de Portugal de posséder une couronne étrangère or Pierre est devenu l’empereur Pierre 1er du Brésil.

Michel 2ème fils de Jean VI tente de s’imposer avec l’aide de sa mère Charlotte-Joachim au détriment de sa nièce, Marie fille de Pierre 1er.

Michel s’est exilé à Vienne après plusieurs tentatives subversives. Pierre est reconnu nouveau souverain portugais. Pierre 1er de Brésil devient Pierre IV de Portugal, sa sœur cadette l’infante Isabelle-Marie de Portugal assure la régence.

Pierre IV pour des raisons pratiques tout autant légales renonce à ses droits sur la couronne portugaise au profit de sa fille Marie qui devient Marie II le 2 mai 1826. Pierre IV accorde une charte et associé son frère Michel en la fiançant à Marie et en le nommant régent.

Le 9 janvier 1827 un premier affrontement militaire à lieu. C’est la Bataille de Coruche, une bataille qui à lieu au moment du soulèvement absolutiste (1826/27) contre l’application de la charte constitutionnelle de 1826. Véritable Prodome à la guerre civile portugaise (1828-1834).

Les libéraux (5500 hommes, 10 canons et 3 obusiers) l’emporte avec 10 tués, 51 blessés, 11 prisonniers et 18 disparus face aux absolutistes qui alignaient 8 à 11000 hommes selon les sources (pertes inconnues).

En 1828 Michel réunit de nouvelles Cortes à Lisbonne. Il est acclamé au roi au détriment de sa nièce le 23 juin 1828. Si quelques pays le reconnaisse comme le roi légitime, la plupart préfèrent rester neutres et ne pas s’engager dans un conflit entre lusitaniens.

Pierre 1er renonce au trône du Brésil en 1831 au profit de son fils Pierre qui devient Pierre II du Brésil (second et dernier empereur du Brésil) et rentre en Europe pour restaurer sa fille sur le trône.

En 1832 il débarque aux Açores seul territoire portugais à être resté fidèle à Marie. Deux ans plus tard les miguelistes (partisans de Michel 1er) sont battus, Marie II restaurée dans ses droits.

Cet affrontement est un affrontement politique mais surtout militaire avec plusieurs batailles qu’elles soient navales et terrestres.

Le 11 août 1829 à lieu la Bataille de Vila da Praia, une bataille navale qui se termine par une victoire des libéraux.

Le 8 juillet 1832 l’ancien empereur du Brésil débarque au Portugal avec 7500 hommes embarqués sur 40 navires sur la plage de Mindelo. Il entre à Porto le lendemain mais les libéraux sont très vites assiégés à Porto (juillet 1832-août 1833).

Le 23 juillet 1832 à lieu la Bataille de Ponte Ferreira, une bataillon opposant 8000 libéraux (infanterie, cavalerie, artillerie, un bataillon de mercenaires français et un bataillon «d’affreux» britanniques) qui cherchent à franchir un pont en granit sur la rivière de Ferreira.

L’action débute le 17 juillet 1832 avec de brèves escarmouches. Le 22, l’armée libérale reçoit l’ordre d’attaquer l’armée de Michel 1er sur les monts installés devant les habitations de Granja sur la rive opposée.

Le 23, l’armée libérale franchit la rivière. Les combats durent douze heures mais ils sont indécis. Les absolutistes (miguelistes) remportent une victoire tactique car ils ont empêché les libéraux d’atteindre leurs objectifs.

Le 7 août 1832 à lieu la Bataille de Souto Redondo près d’Aveiro. Les libéraux assiégés à Porto tentent une sortie pour desserrer l’étau absolutiste. C’est un échec cuisant mais cette victoire n’est pas exploitée par les miguelistes alors que les libéraux refluent en désordre vers Porto (70 tués, 105 blessés et 234 prisonniers).

Le 5 juillet 1833 les libéraux remportent une nouvelle bataille navale au large du Cap St Vincent. Le 24 juillet 1833 la ville de Lisbonne est prise.

Le 2 novembre 1833 libéraux et miguelistes s’affrontent à la Bataille d’Alcacer do Sail. Les miguelistes l’emporte. 26 officiers libéraux considérés comme des déserteurs de l’armée portugaise sont sommairement exécutés (trois autres sont libérés).

Le 30 janvier 1834 à lieu la Bataille de Pernes ou plutôt la deuxième puisqu’il y avait eu une première bataille le 11 novembre entre les libéraux du maréchal Saldanha et les troupes miguelistes pour le contrôle de moulins vitaux pour le ravitaillement des troupes. Les moulins sont détruits et les royalistes sont mis en fuite. La bataille de janvier 1834 est une nouvelle et lourde défaite des miguelistes.

Le 18 février 1934 à lieu la Bataille d’Almoster. 4500 libéraux commandés par le maréchal Saldanha défont près de Santarem les absolutistes (4500 à 5000 hommes), les libéraux ayant 374 tués, blessés et disparus contre environ 1000 pertes de l’autre côté.

Le 24 avril 1834 c’est la Bataille de Sant’Ana, une bataille qui eu lieu à Ermida au nord de Sao Bartolomeu de Messines (Algarve). C’est une victoire migueliste.

Le 16 mai 1834 la Bataille d’Asseiceira voit les libéraux du duc de Terceira (5500 hommes et onze canons) l’emporter sur les absolutistes du colonel Guedes (6000 hommes et 12 canons). Cette bataille qui à lieu près de la ville de Tomar voit les libéraux perdre 400 hommes contre 2900 pertes et 1400 prisonniers côté migueliste.

La guerre civile portugaise que nous venons de voir n’est pas le dernier engagement politique de l’armée portugaise. C’est plutôt le début, le 19ème siècle portugais tout aussi agité que le 19ème siècle espagnol étant marqué par un grand nombre de coups de force, de rébellions.

En 1835 il y à un coup d’état militaire et la même année débute la guerilla du Remexido, une guerilla pro-migueliste qui va durer jusqu’en 1838.

En 1836 on note une révolution libérale la Belezenda suivie l’année suivante par la Conspiration des Marmotas, la Révolte des Maréchaux. En 1838 c’est le Massacre du Rossio suivit des Emeutes de l’Arsenal.

Il faut ensuite attendre 1840 pour que l’armée s’agite à nouveau ou doive s’employer pour faire face à une agitation politique avec des émeutes à Lisbonne. En 1842 il y à un nouveau coup d’Etat et la mutinerie du 20ème bataillon de chasseurs.

Deux ans pus tard en 1844 c’est la révolte militaire de Torres Rivas, l’Emboxada, la Patulera (qui dure jusqu’en 1847) et la Revolte des Pinotes. Le 29 avril 1847 c’est la Montaria suivie en août 1848 de la Conspiration des Hidras. Cela se calme ensuite avec le coup d’état de la Régénération en 1851 et un coup de force républicain à Porto en 1881.

Scandinavie (68) Finlande (6)

Guerre d’Hiver

Des relations compliquées

De 1809 à 1917 la Finlande à été une possession russe. Certes le Grand-Duché de Finlande était autonome mais les tsars successifs d’Alexandre 1er à Nicolas II ne manquaient jamais l’occasion de rappeler que cette autonomie était strictement limitée.

Lire la suite

Scandinavie (37) Danemark (8)

Le XXème siècle danois

Les rois : Frédéric VIII, Christian X et Frédéric IX

Frédéric VIII (1906-1912) 16

Frédéric VIII (Christian Frederik Wilhelm Carl) (1843-1912) est roi de Danemark de 1906 à 1912. Il n’accède au trône qu’à 62 ans après avoir passé quarante-deux ans comme prince héritier en raison du long règne de son père Christian IX qui l’exclua largement des affaires politiques.

Lire la suite

Scandinavie (3) Norvège (3)

De l’Union avec la Suède à l’indépendance (1814-1905)

Le Traité de Kiel (1814)

Le 14 janvier 1814 est signé le Traité de Kiel qui met fin à presque trois siècle d’unité entre le Danemark et la Norvège, les deux royaumes étant dirigés par le même monarque depuis 1523 quand les deux pays quittent l’Union de Kalmar pour former un duo qui ne résistera pas aux conséquences des guerres napoléoniennes.

Lire la suite

Benelux (73) Luxembourg (3)

Le Grand-Duché indépendant du Luxembourg

Grands-Ducs et……Grandes-Duchesses

Avant de parler des événements politiques et diplomatiques de l’histoire du grand-duché je vais présenter brièvement les différents grands-ducs et grande-duchesses qui sont succédés sur le trône luxembourgeois.

Lire la suite

Benelux (43) Belgique (4)

Un nouveau royaume d’Europe : le Royaume de Belgique (1830-1914)

Léopold 1er, roi des Belges

Léopold 1er (1831-1865) 44

Léopold Georges Chretien Frédéric de Saxe-Cobourg-Saalfeld (Cobourg 16 décembre 1790-Bruxelles 10 décembre 1865) est donc un prince allemand et fondateur de la dynastie régnant sur la Belgique. Baptisé ainsi en l’honneur du nouvel empereur du Saint-Empire Romain Germanique Léopold II, il à cinq sœurs aînées et un frère cadet.

Lire la suite

Dominions (7) Canada (7)

LA ROYAL CANADIAN NAVY (RCN) MARINE ROYALE CANADIENNE

 

 

Les origines

Au début du 20ème siècle l’Empire britannique est traversé par un débat sur le poids de la défense et le rôle que pourraient jouer les Dominions. Le domaine clé est le domaine naval, la Grande-Bretagne s’étant lancée dans une course aux armement avec l’Allemagne, une course coûteuse.

Lire la suite