Benelux (49) Belgique (10)

Organisation

Le Corps Naval Belge est organisé en mai 1949 de la façon suivante :

-Un état major implanté à Ostende

-Le croiseur-éclaireur Léopold 1er hors rang et navire-amiral du CNB

-La 1ère flottille de torpilleurs : torpilleurs légers Genk Liège Bruxelles Zeebrugge

-2ème et 3ème flottilles de torpilleurs : huit vedettes lance-torpilles chacune

-4ème groupe de patrouilleurs-dragueurs : patrouilleurs-dragueurs A-1, A-2 et A-4.

Lire la suite

11-Torpilleurs d’escadre (21)

Le Boulonnais

Le torpilleur d'escadre Le Boulonnais à la mer

Le torpilleur d’escadre Le Boulonnais à la mer

-Le Boulonnais est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) sis à Caen le 4 mai 1926 lancé le 1er juin 1927 et admis au service actif  le 13 août 1929.

A son admission au service actif, il est affecté en Méditerranée à la 1ère division de torpilleur. Il connait des débuts difficiles puisqu’il s’échoue une première fois le 25 septembre 1929 sur la plage des Bormettes puis aborde son sister-ship Brestois pour éviter un nouvel échouage.

Le 1er octobre 1930 est mise sur pied la 9ème division de torpilleurs composée du Foudroyant, du Brestois, du Forbin et du Boulonnais mais le 1er septembre 1932, les divisions de torpilleurs sont réduites à trois navires. Le Boulonnais rejoint ensuite la 7ème DT le 15 août 1933 puis la 3ème DT formée également avec le Brestois et Le Fortuné à partir du 1er novembre 1935.

Le déclenchement de la guerre d’Espagne et les servitudes imposées à la marine nationale entraine une nouvelle réorganisation des unités de torpilleurs.

C’est ainsi que le 15 août 1936, le Boulonnais quitte Toulon en compagnie du Brestois pour former une 5ème DT à Brest en compagnie du Foudroyant déjà sur place.

Le 21 septembre 1937, la 5ème DT quitte Brest pour Casablanca où elle restera déployée trois mois, effectuant des rotations sur Tanger, renforçant ainsi l’action de L’Adroit et de La Railleuse. Le Boulonnais rentre à Brest en janvier 1938, continuant néanmoins ses missions de présence au large de l’Espagne.

La 5ème DT revient à Brest au printemps 1938 mais va donc rester engagée dans la guerre d’Espagne jusqu’à la victoire nationaliste au printemps 1939.

Quand éclate la guerre de Pologne le 3 septembre 1939, le Boulonnais appartient toujours à la 5ème DT en compagnie du Brestois (Al) et du Foudroyant. Comme les autres navires de la 2ème flottille de torpilleurs, les unités de la 5ème DT vont passer les trois mois de ce conflit à escorter les convois.

La 5ème DT commence l’année 1940 par un entrainement de division qui occupe la division du 7 au 30 janvier avant une série d’escales à Cherbourg, au Havre et à Dunkerque suivit d’un nouvel entrainement du 16 février au 5 mars, le Boulonnais et ses deux compères rentrant à Brest le 7 mars 1940 à l’aube.

La 5ème DT est à nouveau à la mer pour entrainement du 15 mars au 5 avril, faisant ensuite escale à Saint Nazaire du 6 au 10 avril, à Nantes du 11 au 15 avril, à Royan du 17 au 21 avril, à Hendaye du 22 au 27 avril avant de rentrer à Brest le 29 avril 1940.

Le 10 mai 1940, la 5ème DT quitte Brest pour Lorient où la division arrive dans la soirée pour participer à un exercice en compagnie de la 14ème DT jusqu’au 2 juin, la division ralliant Brest le lendemain.

Alors que le Brestois est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, le Boulonnais et le Foudroyant sortent pour une école à feux du 10 au 18 juin, se ravitaillant à Lorient le 19 juin avant un nouvel entrainement du 20 au 23 juin, date du retour des deux torpilleurs à Brest.

Le Boulonnais participe ensuite aux essais (25 au 28 juin) et à la remise en condition (30 juin au 15 juillet) du Brestois.

Il est ensuite indisponible à son tour du 16 juillet au 6 août, sortant pour essais du 7 au 9 août puis pour remise en condition du 11 au 26 août, à chaque fois en compagnie du Brestois et du Foudroyant, les trois torpilleurs faisant escale à Cherbourg du 27 au 30 août, au Havre du 1er au 5 septembre, à Boulogne du 7 au 11 septembre, à Anvers du 13 au 17 septembre, à Saint Malo du 19 au 23 septembre avant de rentrer à Brest le 24 septembre 1940.

Du 1er au 31 octobre, la 5ème DT effectue un exercice commun avec la 3ème DEL, exercice marqués par deux escales à La Pallice et à Lorient, les sept navires rentrant à Brest le lendemain.

C’est ensuite le dernier entrainement de division de l’année qui voit les torpilleurs Boulonnais, Brestois et Foudroyant sortir du 8 novembre au 16 décembre, exercice marqué par des escales à Cherbourg, au Havre et à Boulogne.

Le 7 janvier 1941, la 5ème DT sort pour son premier entrainement de division de l’année qui  à lieu du 7 janvier au 4 février, en compagnie notamment de la 11ème DT du 24 janvier au 4 février, les deux divisions faisant escale à Rouen du 5 au 8 février, à Calais du 9 au 13 février, à Douvres du 14 au 20 février avant de se séparer à la hauteur de Cherbourg le 21 février, la 5ème DT rentrant le 22 février 1941 à Brest.

La 5ème DT sort à nouveau pour entrainement mais cette fois au large d’Ouessant et ce du 28 février au 10 mars, faisant escale à Lorient du 11 au 15 mars avant de rentrer le lendemain à Brest.

Du 20 mars au 5 avril, le Boulonnais participe à un entrainement de flottille en compagnie des 2ème et 4ème DT et du Mistral de la 6ème DT.

Le 12 avril 1941, la 5ème DT sort pour un nouvel entrainement de division, entrainement réalisé dans le Golfe de Gascogne jusqu’au 7 mai, les trois navires de la 5ème DT étant ensuite à Saint-Nazaire du 8 au 12 mai, à Royan du 13 au 17 mai avant de rentrer le lendemain 18 mai 1941 à Brest.

Le 19 mai, le Boulonnais devient navire-amiral de la 5ème DTE en remplacement du Brestois qui entre en grand carénage. Le nouveau «chef» de la division sort en compagnie du Foudroyant pour une école à feux du 24 mai au 1er juin, faisant escale à Lorient du 2 au 5 juin avant un entrainement au combat antisurface du 6 au 13 juin, rentrant le lendemain  à Brest.

Alors que le Foudroyant à remplacé le Brestois dans le bassin Tourville, le Boulonnais participe du 20 au 23 juin aux essais post-carénage du Brestois puis du 25 juin au 9 juillet à sa remise en condition, le Brestois redevenant alors navire-amiral de la 5ème DTE.

Le Boulonnais et le Brestois sortent pour une école à feux du 12 au 17 juillet, rentrant à Brest dans la journée, l’un pour participer aux essais et à la remise en condition du Foudroyant (Brestois) et l’autre pour un grand carénage (Boulonnais).

Le 18 juillet 1941, le Boulonnais débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué le lendemain au bassin Tourville. Au sec jusqu’au 22 août, il subit une remise en état complète de la coque, de l’appareil propulsif, des locaux-vie mais également une modernisation de ses capacités militaires.

Il reçoit ainsi un Asdic, un radar de navigation et un radar de veille combinée et surtout une DCA digne de ce nom avec quatre canons de 37mm Schneider modèle 1941 et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples, remplaçant avantageusement les pièces plus anciennes.

Armé pour essais le 25 août, il est à la mer pour les essais post-carénage du 25 au 28 août en compagnie de ses compères Brestois et Foudroyant qui participent également du 30 août au 15 septembre, les trois navires de la 5ème DT rentrant à Brest le lendemain 16 septembre 1941.

Après un entrainement de division du 23 septembre au 17 octobre (escale à Saint-Nazaire du 13 au 17 octobre, retour à Brest le 18), le Boulonnais participe avec ses deux compères de la 5ème DTE à un entrainement commun avec la 6ème DTE et ce du 22 octobre au 27 novembre, les six torpilleurs d’escadre faisant escale à Lorient du 28 novembre au 1er décembre, rentrant à Brest le lendemain 2 décembre 1941.

Les trois torpilleurs de la 5ème DTE subissent une période d’entretien à flot du 3 au 17 décembre, le Boulonnais et ses deux compères sortent alors pour essais du 18 au 21 décembre puis pour remise en condition du 23 décembre 1941 au 3 janvier 1942.

L’année 1942 commence pour le Boulonnais par un entrainement de division, la 5ème DTE sortant du 12 janvier au 22 février 1942, date de son retour à Brest. Les trois torpilleurs de la 5ème DTE enchainent ensuite par un entrainement de flottille du 26 février au 31 mars 1942.

Le Boulonnais reprend la mer le 8 avril 1942 quand la 5ème DTE quitte Brest pour un nouvel entrainement de division, entrainement ayant le Golfe de Gascogne pour cadre et ce du 8 avril au 4 juin 1942 avec des escales à Lorient, La Pallice et à Biaritz.

Le Boulonnais sortant pour une école à feux du 11 au 21 juin, faisant escale à Lorient du 22 au 25 juin avant de rentrer le lendemain à Brest. Il est ensuite indisponible du 27 juin au 17 juillet, sortant pour essais du 18 au 21 juillet et pour remise en condition du 23 juillet au 7 août en compagnie du Brestois, les deux torpilleurs participant ensuite aux essais (9 au 12 août) et à la remise en condition (14 au 29 août) du Foudroyant.

Les trois torpilleurs effectuent ensuite une véritable croisière dans les ports du littoral Atlantique-Manche. La 5ème DTE fait ainsi escale à Biaritz du 31 août au 3 septembre, La Pallice du 4 au 7 septembre, Lorient 8 au 12 septembre, Cherbourg du 13 au 17 septembre, Dieppe du 18 au 22 septembre, au Havre du 23 au 27 septembre, à Boulogne du 28 au 30 septembre, à Dunkerque du 1er au 4 octobre, à Rouen du 6 au 10 octobre, à Saint-Malo du 12 au 15 octobre avant de rentrer à Brest le 16 octobre 1942.

Le 25 octobre 1942, la 5ème DTE quitte Brest et rallie Lorient le 26 octobre pour un entrainement commun avec la 14ème DT et ce du 25 octobre au 24 novembre, la 5ème DTE rentrant à Brest le lendemain.

Alors que le Brestois victime d’une avarie mécanique est indisponible, le Boulonnais et le Foudroyant sortent pour entrainement du 3 au 13 décembre, faisant escale à Cherbourg du 14 au 19 décembre avant une école à feux du 20 au 27 décembre, les deux torpilleurs faisant escale à Saint-Malo du 28 décembre au 2 janvier, rentrant à Brest le 4 janvier 1943 au matin.

Le 12 janvier 1943, la 5ème DTE quitte Brest pour le premier entrainement de division de l’année qui occupe le Boulonnais et ses deux compères du 12 janvier au 27 février, les trois torpilleurs d’escadre, rentrant à Brest le 3 mars après une escale à Saint-Malo du 28 février au 2 mars.

Le 12 mars 1943, les 2ème et 5ème DTE quittent Brest, ces deux divisions qui sont les deux dernières encore active au sein de la 2ème flottille vont manoeuvrer ensemble jusqu’au 2 mai, date de leur retour à Brest.

Le 10 mai 1943, la 5ème DTE sort pour un nouvel entrainement de division, entrainement qui l’occupe du 10 mai au 3 juillet, date à laquelle le Boulonnais, le Foudroyant et le Brestois rentrent à Brest.

Le Boulonnais sort seul pour entrainement du 10 au 19 juillet, rentrant à Brest le lendemain 20 juillet. Il participe ensuite aux essais (27 au 30 juillet) et à la remise en condition (1er au 16 août) du Brestois.

Le Boulonnais est ensuite indisponible du 18 août au 8 septembre 1943, sortant pour essais du 9 au 12 septembre et pour remise en condition du 14 au 31 septembre en compagnie du Brestois et du Foudroyant, les trois torpilleurs rentrant à Brest le 5 octobre 1943 après une escale à Cherbourg du 1er au 4 octobre.

Du 12 octobre au 3 décembre 1943, les torpilleurs d’escadre Boulonnais, Brestois et Foudroyant sortent pour un entrainement de division, le dernier de l’année. Rentrés à Brest, les trois torpilleurs de la 5ème DTE subissent une période d’entretien à flot du 4 au 21 décembre 1943, sortant pour essais du 22 au 26 décembre et pour remise en condition du 28 décembre 1943 au 8 janvier 1944.

Le 15 janvier 1944, la 5ème DTE sort pour son dernier entrainement de division dans sa configuration actuelle, entrainement qui l’occupe du 16 janvier au 12 février, la division rentrant à son port d’attache le lendemain.

Le 17 février 1944, le Brestois transmet son pavillon de navire-amiral de la 5ème DTE au Boulonnais et est mis en position de complément, mouillé au fond de la Penfeld.

Le 24 février 1944, la 5ème DTE (réduite aux seuls Boulonnais et Foudroyant) quittent Brest pour un entrainement de division. Après une école à feux du 25 février au 3 mars, les deux torpilleurs font escale à Lorient du 4 au 8 mars, les deux torpilleurs d’escadre effectuant ensuite un entrainement au combat antisurface du 9 au 21 mars.

Après une escale à La Pallice du 22 au 27 mars, les deux torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 mars au 4 avril, se ravitaillant à Lorient le 5 avril avant un grand exercice de synthèse jusqu’au 19 avril date à laquelle les deux torpilleurs rentrent à Brest.

Le 1er mai 1944, le Boulonnais et le Foudroyant reprennent la mer pour un nouvel entrainement de division en Manche. Ils réalisent une école à feux du 1er au 10 mai, font escale à Cherbourg du 11 au 15 mai avant un entrainement au combat antisurface du 16 au 27 mai. Après une escale au Havre du 28 mai au 1er juin et à Calais du 2 au 7 juin, les deux torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 15 juin, rentrant le lendemain 16 juin à Brest.

Le Boulonnais est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juin au 8 juillet, sortant pour essais du 9 au 12 juillet puis pour remise en condition du 14 au 29 juillet. Il participe ensuite aux essais (31 juillet au 2 août) et à la remise en condition (4 au 20 août) du Foudroyant, les deux torpilleurs rentrant à Brest le 21.

Le 28 août 1944, le Boulonnais et le Foudroyant quittent pour le dernier entrainement de division du premier nommé. Après une école à feux du 28 août au 3 septembre, les deux torpilleurs se ravitaillent à Lorient le 4 septembre avant un entrainement au combat antisurface du 5 au 13 septembre, faisant escale à La Pallice du 14 au 18 septembre, le Boulonnais et le Foudroyant effectuant un entrainement de défense aérienne à la mer du 19 au 27 septembre, rentrant à Brest le lendemain 28 septembre 1944.

Le 30 septembre 1944, le Boulonnais est mis en position de complément ce qui entraine la dissolution de la 5ème DTE, laissant le Foudroyant hors-rang (son désarmement est prévu pour fin 1945).

Mouillé dans la Penfeld à proximité de la cale du Point du Jour, le torpilleur attend que son sort définitif soit décidé. Soit un désarmement immédiat soit un réarmement comme torpilleur, navire-école ou navire-auxiliaire.

Le torpilleur d’escadre Boulonnais est officiellement désarmé le 15 décembre 1944.

Il passe au bassin Tourville du 27 décembre 1944 au 7 janvier 1945 puis est condamné sous le numéro Q-18. Il est ensuite remorqué à Landevennec où il est mouillé à partir du 10 janvier 1945.

Il y est toujours en septembre 1948.

11-Torpilleurs d’escadre (17)

Le Fortuné

Le torpilleur d'escadre Le Fortuné à la mer

Le torpilleur d’escadre Le Fortuné à la mer

-Le Fortuné est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) sis à Caen le 11 septembre 1925 lancé le 15 novembre 1926 et admis au service actif le 20 avril 1928.

A son admission au service actif, Le Fortuné forme la 7ème Escadrille de Torpilleurs en compagnie de ses sister-ships  Le Mars La Railleuse et La Palme. Devenue 7ème DT le 1er mars 1929, sa composition n’évolue pas.

Le 1er septembre 1932, les divisions de torpilleurs passent de quatre à trois navires. Le 15 août 1933, le Fortuné et La Railleuse sont placés en position de complément pour permettre de grandes réparations, le Fortuné ayant été endommagé à la poupe en abordant le cuirassé Jean Bart amarré au coffre n°1 le 9 août précédent.

Le 1er novembre 1935, il réintègre la structure divisionnaire, intégrant la 3ème DT composée également du Brestois et du Boulonnais. En septembre 1936, la 3ème division est réduite à deux navires, Le Fortuné et La Railleuse.

Comme une bonne partie de la marine française, Le Fortuné participe aux opérations en relation avec la guerre d’Espagne notamment d’incessantes patrouilles pour faire respecter la liberté de navigation menacée aussi bien par les nationalistes que par les républicains.

Quand la guerre de Pologne éclate, Le Fortuné est intégré à la 3ème DT en compagnie de La Railleuse et du Simoun, division intégrée à la 2ème escadre. La 3ème DT participe jusqu’à la fin de la guerre de Pologne à des escortes de convois entre Afrique du Nord et Métropole sans parler de différents exercices.

Le Fortuné commence l’année 1940 par un entrainement de division en compagnie de ses compères La Railleuse et Le Simoun et ce du 7 janvier au 2 février, faisant escale à Alger du 3 au 7 février avant de rentrer à Toulon le 8 février 1940.

Le 9 février 1940, la marine décide de redéployer la 3ème DT à Casablanca. Les trois torpilleurs quittent Toulon le 11 février et rallient le Maroc le 14 février. Ils effectuent un exercice antisurface du 15 au 20 février, rentrant le lendemain à Casablanca le 21 février 1940.

Le 23 février 1940, le torpilleur La Railleuse est détruit à Casablanca par l’explosion d’une de ces torpilles. La 3ème DT est ainsi réduite aux seuls torpilleurs Le Fortuné et le Simoun.

Le Fortuné et le Simoun quittent le port marocain le 2 mars pour entrainement de division, entrainement qui occupe les deux torpilleurs du 2 au 24 mars, rentrant à Casablanca le 1er avril après une escale à Port-Etienne du 25 au 28 mars.

Ils assurent l’escorte d’un convoi Casablanca-Brest, quittant le Maroc le 8 mai pour rallier Brest le 17 mai après avoir été retardé par le mauvais temps. Les torpilleurs après réparations quittent Brest le 22 mai pour rentrer à Casablanca le 26 mai 1940 au matin.

Le Fortuné et le Simoun effectuent du 1er au 8 juin 1940 une école à feux, le Fortuné faisant escale à Mogador du 9 au 15 juin avant de rallier le 17 juin au matin. Il est ensuite indisponible du 25 juin au 9 juillet, sortant pour essais (10 au 13 juillet) et pour remise en condition (15 au 24 juillet) en compagnie du Simoun.

Le Fortuné et le Simoun sortent pour un entrainement de division dans l’Atlantique, entrainement qui occupe la 3ème DT du 2 août au 25 août. Le 2 septembre 1940, le Fortuné et le Simoun quittent Casablanca, se ravitaillent à Oran le 4 septembre puis rallient Toulon le 5 septembre. Ils effectuent ensuite une sortie d’entrainement du 7 au 13 septembre pour prendre leurs marques, rentrant à Toulon le lendemain 14 septembre.

Le 23 septembre, Le Fortuné quitte Toulon pour entrainement, faisant une école à feux du 23 au 30 septembre, faisant escale à Villefranche sur mer du 1er au 5 octobre avant un entrainement au combat antisurface du 6 au 18 octobre, mouillant aux salins d’Hyères du 19 au 24 octobre et rentrant à Toulon le lendemain 25 octobre 1940.

Du 31 octobre au 15 décembre 1940, Le Fortuné subit un grand carénage dans le bassin Vauban n°6 pour une remise en état complète. Armé pour essais le 22 décembre, il sort du 22 au 25 décembre, date à laquelle il retrouve le Simoun aux salins d’Hyères. Les deux torpilleurs sortent pour sa remise en condition du 26 décembre 1940 au 12 janvier 1941, date de leur retour à Toulon.

Du 20 janvier au 15 février 1941, la 3ème DT sort pour entrainement de division avant d’enchainer par un entrainement de flottille, sept torpilleurs de la 1ère FT manœuvrant avec les cuirassés Provence et Lorraine (5ème DL) du 22 février au 8 mars 1941.

Le Fortuné et le Simoun sont de nouveau à la mer pour un entrainement en compagnie des trois torpilleurs de la 7ème DT, les deux divisions étant à la mer du 15 mars au 12 avril, date à laquelle les cinq torpilleurs rentrent à Toulon. Ils enchainent par un entrainement avec le cuirassé Lorraine et ce du 21 avril au 24 mai, les trois navires rentrant à Toulon le lendemain.

Le Fortuné sort pour entrainement du 1er au 12 juin, faisant escale à Marseille du 13 au 16 juin, rentrant dans la soirée à Toulon. Il est ensuite indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juin au 8 juillet, cette période d’immobilisation étant l’occasion de moderniser la DCA, les deux canons de 37mm modèle 1925 et les quatre mitrailleuses de 13.2mm modèle 1929 étant remplacés par quatre canons Schneider de 37mm modèle 1941 et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples .
Le Fortuné sort pour essais (9 au 12 juillet) et pour remise en condition (14 au 30 juillet) en compagnie du Simoun. La 3ème DTE enchaine ensuite par un exercice en compagnie du cuirassé Provence et des torpilleurs Mameluck et Casque, exercice qui les occupe du 8 août au 25 septembre, les cinq navires faisant escale à Nice du 26 au 30 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 1er octobre 1941.

Après une  période d’entretien à flot du 2 au 15 octobre, les deux torpilleurs de la 3ème DTE sortent pour essais du 16 au 19 octobre avant remise en condition du 21 octobre au 1er novembre date de son retour à Toulon. Ils sortent ensuite du 8 au 24 novembre pour un entrainement de la 1ère FT avec la 5ème DL comme toujours accompagnés de leurs torpilleurs d’escorte en l’occurence les Mameluck Casque Intrepide et Téméraire.
Le Simoun et Le Fortuné effectuent une dernière sortie du 1er au 9 décembre pour entrainement, mouillant aux salins d’Hyères du 10 au 15 décembre avant de rentrer à Toulon le 16 décembre 1941 à la veille de la mise en complément du Simoun, le Fortuné étant désormais placé hors rang au sein de la 1ère FT.

Après une période d’indisponibilité pour entretien et permissions de l’équipage du 17 décembre 1941 au 2 janvier, le Fortuné sort pour essais du 3 au 7 janvier puis pour remise en condition du 9 au 23 janvier, mouillant aux salins d’Hyères du 24 janvier au 2 février avant de rentrer à Toulon le lendemain 3 février 1942.

Le 7 février 1942, le torpilleur d’escadre Le Fortuné quitte Toulon pour Bizerte où il arrive le 10 février pour un entrainement commun avec la 12ème DT (La Pomone la Bombarde et L’Iphigénie) et ce du 11 février au 3 mars, les quatre navires faisant escale à Tunis du 4 au 11 mars avant de se séparer, le Fortuné rentrant à Toulon le 15 mars 1942 au matin.

Le Fortuné est indisponible suite à une avarie mécanique du 16 mars au 6 avril, sortant pour essais du 7 au 10 avril puis pour remise en condition du 12 au 26 avril. Le Fortuné sort à nouveau pour entrainement (école à feux) du 30 avril au 5 mai, rentrant le 6 mai à Toulon.

Le 14 mai, la 12ème DT arrive à Toulon pour entrainement avec Le Fortuné. Les quatre torpilleurs effectuent une école à feux commune du 15 au 22 mai, font escale à Sète du 23 au 27 mai avant un entrainement  au combat antisurface du 28 mai au 5 juin, un ravitaillement à Toulon le 6 juin avant un entrainement de défense aérienne à la mer du 7 au 15 juin, les quatre navires faisant escale à Ajaccio du 16 au 23 juin avant de rentrer dans leurs port respectifs, le Fortuné rentrant à Toulon le 24 juin 1942.

Le Fortuné est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 25 juin au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 19 juillet puis pour remise en condition du 21 juillet au 4 août, le torpilleur d’escadre mouillant aux salins d’Hyères du 5 au 15 août avant de rentrer à Toulon le lendemain 16 août 1942.

Le 23 août 1942, le vénérable torpilleur quitte Toulon pour une croisière d’instruction au Levant au profit d’officiers de réserve. Il fait escale à Bizerte du 27 au 30 août pour ravitailler et réparer quelques ennuis mécaniques avant de cingler en direction de sa zone de déploiement, faisant escale au Pirée du 3 au 7 septembre, à Izmir du 8 au 10 septembre avant d’arriver à Lattaquié le 13 septembre 1942.

Le torpilleur de type L’Adroit est ensuite à Limassol du 18 au 21 septembre, à Beyrouth du 23 au 27 septembre, à Haïfa du 29 septembre au 2 octobre, à Alexandrie du 4 au 9 octobre, à Sfax du 12 au 15 octobre, à Tunis du 17 au 22 octobre avant de rentrer à Toulon le 25 octobre.

Le 5 novembre 1942, Le Fortuné sort pour une phase d’entrainement en solitaire, effectuant une école à feux du 5 au 13 novembre, se ravitaille à Toulon le 14 novembre avant d’effectuer un entrainement de défense aérienne à la mer du 15 au 23 novembre, une escale à Marseille du 24 au 30 novembre avant de rentrer à Toulon le 1er décembre 1942.

Après une école à feux du 8 au 21 décembre et un mouillage aux salins d’Hyères du 22 au 28 décembre, le torpilleur rentre à Toulon le 29 décembre, subissant une nouvelle période d’entretien à flot du 30 décembre 1942 au 12 janvier 1943, sortant pour essais du 13 au 15 janvier puis pour remise en condition du 17 janvier au 4 février 1943, date de son retour à Toulon.

Le 8 février 1943, la 7ème DTE appareille en compagnie de la 1ère DTE (Le Mars La Palme) et du Fortuné _placé hors rang_ , direction Mers-El-Kébir où ils arrivent le 9 février pour un exercice commun avec les 8ème et 9ème DTE.

Après une école à feux du 10 au 15 février, les torpilleurs se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 16 février avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 17 au 23 février puis après un nouveau ravitaillement le 24, les onze torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 25 février au 3 mars, faisant une escale commune en baie d’Ajaccio du 4 au 7 mars avant de rentrer dans leurs ports respectifs le 8 mars 1943.

Le Fortuné effectue une école à feux du 18 au 27 mars, faisant escale à Alger du 28 au 31 mars avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 1er au 8 avril, le torpilleur faisant escale à Calvi du 9 au 13 avril avant de rentrer à Toulon le 15 avril 1943 à l’aube.

Le Fortuné est mis en position de complément le 16 avril 1943 et mouillé dans la Darse Vieille en compagnie du La Palme à partir du 18 avril.

Le torpilleur d’escadre Le Fortuné est officiellement désarmé le 30 juin 1943.

Passant au bassin Vauban n°6 du 1er au 10 juillet, il est condamné le 11 juillet 1943 sous le numéro Q-15. Remorqué au cimetière naval du Bregaillon, il est vendu à la démolition le 4 septembre 1945 et démantelé par un chantier de démolition naval implanté à La Seyne sur Mer.

11-Torpilleurs d’escadre (7)

Le Simoun

Le torpilleur d'escadre Simoun

Le torpilleur d’escadre Simoun

-Le Simoun est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Saint Nazaire-Penhoët sis à Saint-Nazaire le 8 août 1923 lancé le 3 juin 1924 et armé pour essais le 1er juin 1925.

Il entre en armement pour essais le 1er janvier 1926 (essais réalisés à Lorient), la clôture d’armement étant prononcée le 29 avril 1926. Le Simoun est admis au service actif en décembre 1926.

Le torpilleur est alors affecté à la 1ère escadrille de la 1ère flottille de torpilleurs, intégrée à la 1ère escadre (Méditerranée) et ce jusqu’au 31 janvier 1928 quand il sera affecté à la 5ème escadrille de la 3ème flottille en compagnie du Cyclone et du Mistral.

A partir du 1er novembre 1930, la 5ème division (ex-escadrille) de torpilleurs (Cyclone, Siroco et Simoun) est affectée à la 1ère escadrille (ex-flottille) de la flottille de torpilleurs de la Méditerranée.

Le 11 août 1933, le Simoun est remplacé dans sa division par le torpilleur Tempête et placé en position de complément, la marine connaissant à l’époque des difficultés à armer tous ses navires.

De juillet 1935 à février 1936, le Simoun est placé hors rang et détaché à Tanger comme stationnaire, alors relevé par la Tempête le temps de travaux à Toulon avant de reprendre sa place en septembre 1936. Entre-temps, la guerre d’Espagne avait éclaté et le torpilleur est chargé du contrôle navale notamment de la surveillance des enclaves de Ceuta et de Melilla raliées au camp nationaliste.

Le 1er avril 1937, il redevient un torpilleur comme un autre en étant intégré à la 3ème division de la 1ère flottille en compagnie des torpilleurs Le Fortuné et La Railleuse. Il est toujours engagé dans la guerre d’Espagne jusqu’à la fin du conflit en avril 1939.

Quand éclate la seconde guerre mondiale, le torpilleur d’escadre Simoun est intégré à la Flotte de la Méditerranée, plus précisément à la 2ème escadre, formant avec les torpilleurs La Fortuné et La Railleuse la 3ème division de torpilleurs.

La 3ème DT participe jusqu’à la fin de la guerre de Pologne à des escortes de convois entre Afrique du Nord et Métropole sans parler de différents exercices.

Le Simoun commence l’année par un entrainement de division en compagnie de ses compères Le Fortuné et La Railleuse. Il quitte Toulon le 7 janvier, faisant une école à feux du 7 au 15 janvier puis après une escale à Ajaccio du 16 au 21 janvier, effectuant un entrainement au combat antisurface du 22 janvier au 2 février, effectuant ensuite une escale à Alger du 3 au 7 février avant de rentrer à Toulon le 8 février 1940.

Le 9 février 1940, la marine décide de redéployer la 3ème DT à Casablanca. Les trois torpilleurs quittent Toulon le 11 février et rallient le Maroc le 14 février. Ils effectuent un exercice antisurface du 15 au 20 février, rentrant le lendemain à Casablanca le 21 février 1940.

Le 23 février 1940, le torpilleur La Railleuse est détruit à Casablanca par l’explosion d’une de ces torpilles. La 3ème DT est ainsi réduite aux seuls torpilleurs Le Fortuné et le Simoun.

La division réduite donc à deux navires reste déployée à Casablanca. Le Simoun et le Fortuné quittent le port marocain le 2 mars pour une école à feux du 2 au 10 mars, faisant escale à Rabat du 11 au 15 mars, effectuant un entrainement au combat antisurface du 16 au 24 mars, rentrant à Casablanca le 1er avril après une escale à Port-Etienne du 25 au 28 mars.

Les deux torpilleurs d’escadre sont en entretien à flot du 2 au 16 avril, sortant pour essais du 17 au 20 avril et pour remise en condition du 22 avril au 2 mai, date à laquelle ils rentrent à Casablanca.

Le Simoun et Le Fortuné quittent Casablanca le 8 mai 1940 en escorte d’un convoi en direction de Brest, convoi de quatre cargos qui transportent du matériel militaire et des troupes nord-africaine en direction de la métropole.

Le convoi prit dans une tempête doit se réfugier dans l’estuaire de la Garonne le 11 mai le temps que les éléments se calment. Les deux torpilleurs ont subit quelques dégâts mais cela ne les empêchent pas de reprendre la mer le 15 mai en direction de Brest où ils arrivent le 17 mai.

Le temps que les cargos déchargent, les deux torpilleurs sont confiés aux bons soins des ouvriers de l’Arsenal . Les deux torpilleurs quittent Brest le 22 mai, laissant les cargos rendus à leurs armateurs à leur sort pour rentrer à Casablanca le 26 mai au matin.
Après une école commune avec son compère Le Fortuné du 1er au 8 juin, le Simoun est indisponible pour permissions de l’équipage du 9 au 24 juin, sortant pour essais du 25 au 28 juin et pour remise en condition du 30 juin au 8 juillet. Il participe ensuite aux essais (10 au 13 juillet) et à la remise en condition (15 au 24 juillet) du Fortuné.

Le 2 août 1940, la 3ème DT quitte Casablanca pour un entrainement de division dans l’Atlantique, effectuant une école à feux du 2 au 10 août, faisant escale à Mogador du 11 au 15 août avant un entrainement au combat antisurface du 16 au 23 août, rentrant à Casablanca le 25 août 1940.

La réorganisation de septembre 1940 ne change rien à la composition de la 3ème DT qui est désormais intégrée à la 1ère flottille de torpilleurs, elle même dépendant du groupement de Ligne de la 2ème Escadre avec Toulon comme port base.

Le 2 septembre 1940, le Simoun et le Fortuné quittent Casablanca, se ravitaillent à Oran le 4 septembre puis rallient Toulon le 5 septembre. Ils effectuent ensuite une sortie d’entrainement du 7 au 13 septembre pour prendre leurs marques, rentrant à Toulon le lendemain 14 septembre.

Le 15 septembre 1940, le Simoun est échoué dans le bassin Vauban n°6 pour une remise en état complète  jusqu’au 30 octobre quand il est remis à flot. Armé pour essais le 8 novembre, Le Simoun sort pour essais du 9 au 12  puis après une escale à Bastia du 13 au 16 novembre, enchaine par  sa remise en condition du 17 au 30 novembre, date à laquelle il rentre à Toulon.

Après une école à feux du 9 au 18 décembre, le Simoun se ravitaille à Toulon le 19 décembre avant d’aller mouiller à partir du 20 décembre aux salins d’Hyères. Le 25 décembre, le Fortuné le rejoint après ses essais post-carénage. Le Simoun participe à la remise en condition de son compère de la 3ème DT du 26 décembre 1940 au 12 janvier 1941, date de leur retour commun à  Toulon.

La 3ème DT sortent pour un entrainement de division à partir du 20 janvier. Après une école à feux du 20 au 28, les deux torpilleurs Le Simoun et Le Fortuné se ravitaillant à Toulon le 29 janvier avant de mouiller aux salins d’Hyères du 30 janvier au 7 février, faisant ensuite un entrainement au combat antisurface du 8 au 15 février, date de leur retour à Toulon.

Le 22 février 1941, les torpilleurs de la 1ère FT quittent Toulon sauf La Palme en grand carénage soit un total de sept torpilleurs en l’occurence ceux de la 3ème DT et ceux de la 7ème Division de Torpilleurs (Tramontane Typhon Tornade) pour un exercice commun avec les cuirassés de la 5ème DL, les vénérables Provence et Lorraine. Cet exercice se déroule jusqu’au 8 mars avec des écoles à feux, des lancements de torpilles, des manoeuvres anti-surfaces.

Le Simoun et le Fortuné sortent pour un nouvel entrainement à partir du 15 mars quand les deux torpilleurs appareillent en compagnie des trois torpilleurs de la 7ème DT. Les deux divisions effectuent une école à feux du 15 au 22 mars avant de se ravitailler à Toulon le 23 puis d’aller mouiller aux Salins d’Hyères du 24 mars au 1er avril, sortant pour un entrainement antisurface du 2 au 12 avril, date à laquelle les cinq torpilleurs rentrent à Toulon.

Le 21 avril 1941, le Simoun et le Fortuné quittent Toulon pour un exercice commun avec le cuirassé Lorraine. Après un entrainement à l’évolution en temps de guerre du 21 au 24 avril, les deux torpilleurs vont se ravitailler à Toulon le 25 avril, retrouvant le cuirassé aux salins d’Hyères pour une période d’exercices au mouillage du 26 avril au 2 mai.

Les trois navires sont à nouveau à la mer pour une école à feux du 3 au 15 mai. Après un nouveau ravitaillement à Toulon le 16, les trois navires effectuent un ultime exercice du 17 au 24 mai, rentrant à Toulon le lendemain.
Le Simoun est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 26 mai au 16 juin 1941, cette période d’immobilisation étant l’occasion de moderniser la DCA, les deux canons de 37mm modèle 1925 et les quatre mitrailleuses de 13.2mm modèle 1929 étant remplacés par quatre canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts simples.

Il sort pour essais du 17 au 20 juin puis pour remise en condition du 22 juin au 6 juillet 1941. Le Simoun sort ensuite pour les essais (9 au 12 juillet) et pour la remise en condition (14 au 30 juillet) du Fortuné.

Le 8 août 1941, les torpilleurs de la 3ème DTE sortent pour un exercice en compagnie du cuirassé Provence. Après un exercice d’entrainement à la navigation du 8 au 11 août, les trois navires effectuent une école à feux du 12 au 20 août avant que les torpilleurs ne se ravitaillent à Toulon le 21 août. Les deux torpilleurs d’escadre effectuent un entrainement au combat antisurface avec et contre le cuirassé Provence et ce du 22 août au 2 septembre quand les trois navires se ravitaillent à Toulon.

Ils reprennent la mer le lendemain 3 septembre, retrouvant en haute mer le Lorraine pour une école à feux du 4 au 11 septembre puis pour un entrainement au combat antisurface du 13 au 25 septembre, les deux cuirassés et les deux torpilleurs faisant escale à Nice du 26 au 30 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Les deux torpilleurs de la 3ème DTE effectuent une période d’entretien à flot du 2 au 15 octobre, sortant pour essais du 16 au 19 octobre puis pour remise en condition du 21 octobre au 1er novembre date de leur retour à Toulon.

Le 8 novembre 1941, la 1ère flottille de torpilleurs appareille pour un entrainement commun dans le Golfe du Lion en compagnie de la 5ème DL (cuirassés Provence et Lorraine), entrainement composé d’écoles à feux, de lancements de torpilles, d’entrainement à la défense aérienne à la mer, de combat antisurface. Les huit torpilleurs et les deux cuirassés rentrent à Toulon le 24 novembre.

Le Simoun et Le Fortuné effectuent une dernière sortie du 1er au 9 décembre pour entrainement, mouillant aux salins d’Hyères du 10 au 15 décembre avant de rentrer à Toulon le 16 décembre 1941.

Le Simoun est placé en position de complément le 17 décembre 1941 ce qui entraine la dissolution de la 3ème DTE, le torpilleur d’escadre Le Fortuné étant placé hors rang au sein de la 1ère FT.

Le Simoun passe au bassin Vauban n°6 du 1er au 8 janvier 1942 pour préparer son désarmement, les prises d’eau étant bouchées, l’artillerie et l’électronique débarquée……….. .

Le torpilleur d’escadre Simoun est officiellement désarmé le 9 janvier 1942 et condamné le lendemain 10 janvier sous le numéro Q-03.

Le 15 janvier 1942, il est remorqué au cimetière naval du Bregaillon pour y être stocké, le navire y resta  deux ans jusqu’au 21 mars 1944.

Ce jour il sert de cible aux avions du porte-avions Joffre, encaissant deux torpilles de 400mm et quatre bombes de 250kg des LN-401 et des Laté 299 du porte-avions de la 2ème Escadre avant de sombrer à 50 miles au sud-est de Toulon.