13-Sous-marins (40) sous-marins classe Phenix (4)

Le Pluviose

-Le Pluviose est  mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine Maritime (ACSM) du Trait le 5 septembre 1942 lancé le 12 décembre 1944 et mis en service le 12 septembre 1946.

Il rallie Dunkerque le lendemain et intègre la 16ème DSM dont il est l’un des trois éléments, les deux autres étant le Fructidor et le Brumaire.

Du 7 au 20 janvier 1948, les sous-marins Pluviose et Fructidor participent à l’entrainement du porte-avions Painlevé et de son escorteur, le cuirassé Lorraine.

La 16ème DSM quitte à nouveau Dunkerque le 8 avril pour un entrainement en mer du Nord en compagnie de la 8ème DCT.

Après un affrontement entre navires de surface et sous-marins du 8 au 17 avril, les trois sous-marins et les deux contre-torpilleurs font escale à Newcastle du 18 au 21 avril.

Reprenant la mer, les deux contre-torpilleurs escortent les sous-marins jusqu’à Dunkerque où les submersibles arrivent le 23 avril 1948.

Quand éclate la deuxième guerre mondiale le 5 septembre 1948, le sous-marin Pluviose est à la mer au large des Pays Bas. A l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark, il reçoit l’ordre de patrouiller au large du Jutland.

Le Brumaire

-Le  Brumaire est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand le 7 septembre 1942 lancé le 21 juin 1944 et mis en service le 5 mai 1946.

Il rallie Dunkerque le lendemain et sa mise en service permet la réactivation de la 16ème DSM qui atteint son format définitif avec la mise en service du Pluviose.

Du 3 au 13 septembre 1947, le sous-marin Brumaire participe à un entrainement ASM au profit du contre-torpilleur Cassard de la 8ème DCT.

La 16ème DSM quitte à nouveau Dunkerque le 8 avril pour un entrainement en mer du Nord en compagnie de la 8ème DCT.

Après un affrontement entre navires de surface et sous-marins du 8 au 17 avril, les trois sous-marins et les deux contre-torpilleurs font escale à Newcastle du 18 au 21 avril.

Reprenant la mer, les deux contre-torpilleurs escortent les sous-marins jusqu’à Dunkerque où les submersibles arrivent le 23 avril 1948.

Le 5 septembre 1948, le Brumaire est à quai entre deux patrouilles. Ne devrant reprendre la mer que le 12 septembre, il accélère néanmoins sa remise en condition et peut appareiller dès le 7 septembre 1948 au matin.

Le Germinal

-Le Germinal est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) du Trait le 20 septembre 1942 lancé le 12 janvier 1945 et mis en service le 4 juillet 1946.

Le Germinal est provisoirement rattaché à la 5ème Escadre, ralliant Brest le 5 juillet 1946 en compagnie du ravitailleur Lassigny. Ils sont rejoints le 16 février 1947 par le Thermidor ce qui permet l’activation de la 23ème DSM.

Le 19 février 1947, la 23ème DSM et le Lassigny quittent Brest pour rallier Haïphong en Indochine, leur nouveau port d’attache. Ils font escale à Fort de France du 26 au 28 février, à Kingston le 3 mars, franchissent le canal de Panama les 7 et 8 mars avant de basculer dans le Pacifique.

Ils font ensuite escale à Pearl Harbor du 17 au 21 mars, à Wake le 26 mars, à Guam le 29 mars, à Cavite en baie de Manille 5 avril avant de rallier Haïphong le 11 avril après presque deux mois de mer.

Ils passent au bassin à Cam-Ranh du 13 avril au 2 mai 1947 pour inspection et travaux rendus nécessaires par une si longue traversée. Ils sortent pour essais le 3 mai puis effectuent une brève remise en condition du 5 au 12 mai date de leur retour à Haïphong.

Du 25 octobre au 2 novembre 1947, les deux sous-marins de la 23ème DSM effectuent un entrainement commun avec les torpilleurs légers Le Savoyard Le Niçois Le Béarnais et Le Catalan de la 7ème DT. Un entrainement similaire à lieu du 8 au 13 février 1948.

Quand la guerre éclate à nouveau en Europe en septembre 1948, la 23ème DSM en est informée et reçoit des consignes de vigilance, le Japon pouvant profiter de l’occasion pour attaquer l’Indochine mais l’Extrême-Orient reste calme.
Le Thermidor

-Le Thermidor est  mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon le 12 janvier 1943 lancé le 1er décembre 1945 et mis en service le 15 février 1947 à Cherbourg.

Il rallie Brest le lendemain 15 février 1947 et le 19 février, appareille en compagnie du Germinal et du Lassigny pour l’Indochine et plus particulièrement Haïphong où il arrive le 11 avril 1947.

Le Thermidor et le Germinal passent au bassin à Cam-Ranh du 13 avril au 2 mai 1947 pour inspection et travaux rendus nécessaires par une si longue traversée. Ils sortent pour essais le 3 mai puis effectuent une brève remise en condition du 5 au 12 mai date de leur retour à Haïphong.

Du 25 octobre au 2 novembre 1947, les deux sous-marins de la 23ème DSM effectuent un entrainement commun avec les torpilleurs légers Le Savoyard Le Niçois Le Béarnais et Le Catalan de la 7ème DT. Un entrainement similaire à lieu du 8 au 13 février 1948.

Quand la guerre éclate à nouveau en Europe en septembre 1948, la 23ème DSM en est informée et reçoit des consignes de vigilance, le Japon pouvant profiter de l’occasion pour attaquer l’Indochine mais l’Extrême-Orient reste calme.

Caractéristiques Techniques de la classe Phenix

Déplacement : surface 925 tonnes plongée 1202 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 74.9m largeur 6.5m tirant d’eau 4m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer ou Schneider de 1500ch et deux moteurs électriques de 635ch entrainant deux lignes d’arbre

Performances : vitesse maximale en surface 16.5 noeuds en plongée 9 noeuds Rayon d’action en surface 3300 miles nautiques à 10 noeuds en plongée 70 miles nautiques à 5 noeuds Immersion maximale 100m

Armement : un canon de 100mm modèle 1934, un affût double de 25mm pour la défense antiaérienne et dix tubes lance-torpilles de 550mm (quatre tubes à l’étrave, deux à l’arrière et deux tourelles mobiles derrière le kiosque)

Equipage : 46 hommes (4 officiers, 9 officiers mariniers et 33 quartiers maitres et matelots).

12-Torpilleurs légers (28)

Le Catalan

Le drapeau de la Catalogne

Le drapeau de la Catalogne

-Le Catalan est mis sur cale aux  Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) à la Seyne sur Mer le 13 septembre 1942 lancé le 10 mars 1944 et mis en service le 5 septembre 1945

Le Catalan et son compère Le Béarnais ont quitté Lorient et la métropole avant même leur admission au service actif officielle qui à comme souvent été retardé par des tracasseries administratives de bureaucrates zélés.

Ils appareillent ainsi du port morbihanais le 15 juillet 1945 et rallient l’Indochine le 16 octobre, prenant contact au large de Saïgon avec Le Duquesne et ses sister-ships Savoyard et Niçois, le croiseur lourd et la 7ème DT rentrant à Cam-Ranh le 18 octobre 1945.

Les deux nouveaux venus passent au bassin du 18 au 22 octobre pour inspection et travaux sur les œuvres vives, effectuant une courte sortie d’entraînement le 23 octobre pour vérifier que l’appareil évaporatoire et l’appareil propulsif n’ont pas trop souffert de la longue traversée.

Après un entraînement avec les croiseurs Duquesne et Duguay Trouin du 25 au 29 octobre, Le Catalan sort pour un entraînement de division du 6 novembre au 21 décembre 1945, restant à quai pour la fin de l’année civile.

Après un entraînement divisionnaire allégé du 2 au 23 janvier, Le Catalan effectue du 28 janvier au 12 février un entraînement commun avec le Niçois et les croiseurs Duquesne et Duguay-Trouin sans oublier la participation de l’armée de l’air. Il enchaine ensuite par deux entraînements de division : le premier du 21 février au 3 avril et le second du 11 avril au 27 mai 1946.  

Le Catalan sort pour un entraînement en solitaire du 4 au 12 juin avant de participer en compagnie du Niçois aux essais (18 au 20 juin) et à la remise en condition (22 juin au 7 juillet) du Savoyard avec lequel il participe aux essais (10 au 12 juillet) et à la remise en condition (14 au 28 juillet) du Béarnais.

Le Catalan est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 22 août, sortant pour essais du 23 au 25 août et pour remise en condition du 27 août au 9 septembre, à chaque fois en compagnie des autres torpilleurs de la division qui fait escale à  Haïphong du 10 au 15 septembre avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Le Catalan enchaine ensuite par un entraînement de division du 23 septembre au 18 décembre 1946, entraînement marqué notamment par un exercice avec le croiseur lourd Saint Louis du 1er au 6 octobre et une série de joutes antisurface entre l’Équipe Bleue (Savoyard et Béarnais) et l’équipe Rouge (Niçois Catalan)

Après un entraînement de division du 6 janvier au 18 février en compagnie du Niçois et du Béarnais, Le Catalan participe avec ses deux compères disponibles de la 7ème DT aux essais (26 au 28 février) et à la remise en condition (1er au 10 mars) du Niçois qui redevient alors navire-amiral de la 7ème DT.

Après un entraînement commun de la 7ème DT avec le croiseur lourd Tourville du 12 mars au 4 avril, Le Catalan sort pour entraînement de division en compagnie du Savoyard et du Béarnais du 12 avril au 28 mai avant de participer _toujours en compagnie des deux autres navires disponibles_ aux essais (26 au 28 mai) et à la remise en condition (30 mai au 13 juin) du Niçois à l’issue de son grand carénage.

Le Catalan sort pour entraînement du 20 juin au 3 juillet, participant ensuite en compagnie du Niçois aux essais (6 au 8 juillet) et à la remise en condition (10 au 25 juillet) du Savoyard.

Indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juillet au 17 août, il sort pour essais du 18 au 20 août et pour remise en condition du 22 août au 5 septembre, à chaque fois en compagnie de ses trois compères de la 7ème DT.

La division ainsi reconstituée faisant escale à Haïphong du 6 au 9 septembre, à Hong Kong du 11 au 15 septembre, à Manille du 17 au 22 septembre, à Saïgon du 25 au 30 septembre avant de rentrer à Cam-Ranh le 1er octobre 1947. Le Catalan termine l’année par un entraînement de vision exécuté du 8 octobre au 23 décembre 1947.

Après un entraînement de division au complet du 4 janvier au 2 mars 1948, Le Catalan participe à un entraînement de division sans Le Béarnais alors en grand carénage et ce du 7 mars au 14 avril 1948.

Le Catalan subit alors un grand carénage, étant échoué du 16 avril au 30 mai 1948 pour remise en état et modernisation de l’électronique. Armé pour essais le 6 juin, il sort pour essais du 7 au 9 juin et pour remise en condition du 11 au 25 juin à chaque fois en compagnie de ses trois compères de la 7ème DT avec qui il rentre à Cam-Ranh le lendemain.

Les torpilleurs légers Catalan et Béarnais sortent pour un entraînement commun du 2 au 15 juillet avant de participer aux essais (17 au 19 juillet) et à la remise en condition (21 juillet au 5 août) du Savoyard.

Les trois torpilleurs légers disponibles de la 7ème DT participent ensuite aux essais (8 au 10 août) et pour remise en condition (12 au 26 août) du Niçois, les quatre torpilleurs rentrant le lendemain 27 août 1948 à Cam-Ranh.

Quand éclate la guerre en Europe le 5 septembre 1948, la 7ème DT était à quai même si elle se préparait à sortir pour un entraînement de division.

Schéma des Le Fier avec en rouge les canons de 37mm antiaériens (quatre affûts doubles)

Schéma des Le Fier avec en rouge les canons de 37mm antiaériens (quatre affûts doubles)

Caractéristiques Techniques de la classe Le Fier

Déplacement : Washington 1010 tW en charge normale 1106 tonnes en surcharge de temps de guerre 1376 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 95.40m longueur entre perpendiculaires 90.00m largeur 9.40m tirant d’eau réel 3.196m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages (Rateau pour les ACB, Parson pour les ACL et les FCM) alimentées en vapeur par trois chaudières développant à la PMN (Puissance Maximale Normale) 28000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 34 noeuds distance franchissable : 2500 miles nautiques à 15 noeuds

Électronique : installation au cours des grands carénages (d’origine pour Les Niçois Savoyard Catalan et Béarnais) d’un Asdic, d’un radar de navigation et d’un radar de veille combinée

Armement :

(Prévu à l’origine) :  quatre canons de 100mm modèle 1932 en deux pseudo-tourelles modèle 1937 installées à l’arrière; huit mitrailleuses de 13.2mm modèle 1929 en quatre affûts doubles, deux affûts doubles lance-torpilles Schneider 1300-1160, une torpille remorquée Ginocchio, un grenadeur de sillage et deux mortiers Thornycroft.

(A leur admission au service actif) :  

-Quatre canons de 100mm modèle 1932 en deux pseudo-tourelles modèle 1937 installées à l’arrière

-Les Le Fier L’Entreprenant Le Farouche et L’Agile disposaient de huit mitrailleuses de 13.2mm modèle 1929 en quatre affûts doubles alors que leurs sister-ships disposaient de huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts simples,

-Deux affûts doubles lance-torpilles

-deux grenadeurs de sillage

(En septembre 1948)

-Quatre canons de 100mm modèle 1932 en deux pseudo-tourelles modèle 1937 installées à l’arrière

-Huit canons Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles modèle 1943 (un à l’avant, deux à l’arrière de la cheminée n°2 et un juste derrière la tourelle II de 100mm)

-Deux affûts doubles lance-torpilles

-deux grenadeurs de sillage

Equipage : 136 officiers et marins (un officier supérieur commandant, six officiers subalternes, un premier maitre, quatre maitres, seize seconds-maitres et cent-huit quartiers-maitres et matelots

12-Torpilleurs légers (27)

Le Béarnais

Drapeau du Béarn

Drapeau du Béarn

-Le Béarnais mis sur cale aux  Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) sis à la Seyne sur Mer le 12 septembre 1942 lancé le 5 mars 1944 et mis en service le 5 septembre 1945.

Le Béarnais et son compère Le Catalan ont quitte Lorient et la métropole avant même leur admission au service actif officielle qui à comme souvent été retardée par des tracasseries administratives de bureaucrates zélés.

Les deux derniers torpilleurs légers de classe Le Fier quittent Lorient le 15 juillet 1945 et traversant l’Atlantique direction Fort de France où ils font escale du 22 au 25 juillet avant de traverser la mer des Caraïbes, faisant escale à Kingston du 30 juillet au 2 août, les deux torpilleurs légers arrivant à Colon (Panama) le 7 août 1945.

Ils franchissent le canal de Panama les 8 et 9 août, se ravitaillent à Balboa le 10 avant de remonter la côte Pacifique, faisant escale à San Francisco du 15 au 20 août 1945. C’est ensuite la traversée du Pacifique direction Oahu où Le Béarnais et le Catalan arrivent le 30 août après une traversée éprouvante.

Reprenant la mer le 10 septembre, les deux torpilleurs légers font escale à Guam du 17 au 21 septembre puis sont à Manille du 26 au 30 septembre, effectuent un exercice avec l’Asiatic Fleet du 1er au 7 octobre, se ravitaillant à Subic le 8  avant d’effectuer un insolite crochet par Singapour du 12 au 14 octobre avant de mettre enfin le cap sur Saïgon.

Le 16 octobre vers midi, les torpilleurs légers prennent contact avec le croiseur lourd Duquesne et leurs sister-ships Savoyard et Niçois. Le Béarnais et le Catalan sont ainsi ravitaillés par le croiseur lourd avant que la 7ème DT ainsi constituée et le croiseur lourd ne rallient Cam-Ranh le 18 octobre 1945 dans la soirée.

Les deux nouveaux venus passent au bassin du 18 au 22 octobre pour inspection et travaux sur les œuvres vives, effectuant une courte sortie d’entraînement le 23 octobre pour vérifier que l’appareil évaporatoire et l’appareil propulsif n’ont pas trop souffert de la longue traversée.

Après un exercice d’entraînement avec les croiseurs Duquesne et Duguay-Trouin du 25 au 29 octobre, Le Béarnais et ses trois compagnons de division effectuent un premier entraînement de division du 6 novembre au 21 décembre 1945.

Après un entraînement de division allégé du 2 au 23 janvier, Le Béarnais et Le Savoyard effectuent un exercice antisurface du 30 janvier au 7 février, une escale à Hué du 8 au 13 février avant de rentrer à Cam-Ranh le 14 février 1946.

Le Béarnais enchaine alors deux entraînements de division, le premier du 21 février au 3 avril et le second du 11 avril au 27 mai 1946, le torpilleur léger comme ses trois sister-ships entrant alors dans le cycle des indisponibilités estivales pour entretien et permissions de l’équipage.

Après un entraînement à la défense aérienne à la mer du 4 au 12 juin, Le Béarnais rentré à Cam-Ranh le 13  est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 18 juin au 9 juillet 1946, sortant pour essais du  10 au 12 juillet et pour remise en condition du 14 au 28 juillet, à chaque fois en compagnie de ses sister-ships Savoyard et Catalan.

Le Béarnais et Le Savoyard sortent ensuite pour les essais (1er au 3 août) et la remise en condition (5 au 19 août)  du torpilleur léger Niçois.
Les torpilleurs légers Béarnais Savoyard et Niçois participent ensuite aux essais (23 au 25 août) et à la remise en condition (27 août au 9 septembre) du Catalan, la division au grand complet faisant escale à Haïphong du 10 au 15 septembre avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Le 23 septembre, la 7ème DT quitte Cam-Ranh pour un nouvel entraînement de division qui l’ occupe du 23 septembre au 18 décembre avec notamment une séquence avec le croiseur lourd Saint Louis et une série de joutes antisurfaces, l’équipe bleue (Savoyard et Béarnais) affrontant l’équipe rouge (Niçois et Catalan) au large de Cam-Ranh avec ou sans le concours des batteries côtières et de l’aviation. La 7ème DT mouille dans l’embouchure de la rivière Saïgon du 12 au 17 décembre avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Alors que Le Savoyard est immobilisé pour grand carénage, Le Béarnais participe du 6 janvier au 18 février au premier entraînement de division de l’année en compagnie donc de ses sister-ships Niçois et Catalan.

Les trois torpilleurs disponibles de la 7ème DT participent ensuite aux essais (26 au 28 février) et à la remise en condition (1er au 10 mars) du Niçois qui redevient alors navire-amiral de la 7ème DT qui réalise ensuite un exercice commun  avec le Tourville et du 12 mars au 4 avril 1947.

Le Béarnais participe du 12 avril au 18 mai à un entraînement de division en compagnie du Savoyard et du Catalan, les trois torpilleurs disponibles de la 7ème DT enchainant par les essais (26 au 28 mai) et  la remise en condition (30 mai au 13 juin) du Niçois après sa sortie de grand carénage.

Le Béarnais sort pour école à feux du 20 au 27 juin puis effectue une escale à Hué du 28 juin au 2 juillet avant de rallier Cam-Ranh le 3. Indisponible du 6 au 27 juillet, il sort pour essais (28 au 30 juillet) et pour remise en condition (1er au 14 août) en compagnie de ses compères Savoyard et Niçois.

Les torpilleurs légers Béarnais Savoyard et Niçois participent ensuite aux essais (18 au 20 août) et à la remise en condition (22 août au 5 septembre) du Catalan, la division ainsi reconstituée faisant escale à Haïphong du 6 au 9 septembre, à Hong Kong du 11 au 15 septembre, à Manille du 17 au 22 septembre, à Saïgon du 25 au 30 septembre avant de rentrer à Cam-Ranh le lendemain.

L’année se termine par un entraînement de division du 8 octobre au 22 décembre avec une école à feux (8 au 18 octobre), un exercice avec les sous-marins Germinal et Thermidor de la 23ème DSM (25 octobre au 2 novembre), un entraînement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 novembre avant de terminer par une série de joutes antisurfaces du 19 novembre au 22 décembre.

Après un entraînement de division du 8 janvier au 2 mars 1948, Le Béarnais débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué au bassin du 4 mars au 15 avril 1948 pour son premier grand carénage consacré à une remise en état complète et une modernisation de l’électronique avec l’aide de composants venus de France.

Armé pour essais le 21 avril, Le Béarnais sort pour ses essais réglementaires du 22 au 24 avril puis pour sa remise en condition du 26 avril au 10 mai, à chaque fois en compagnie du Niçois et du Savoyard, les trois torpilleurs légers faisant escale à Haïphong du 11 au 15 mai, à Hué du 16 au 21 mai et à Tourane du 22 au 27 mai, ralliant Cam-Ranh le lendemain 28 mai 1948.

Le Béarnais accompagné par ses sister-ships Savoyard et Niçois participent ensuite aux essais (7 au 9 juin) et à la remise en condition du Catalan (11 au 25 juin), les quatre torpilleurs légers ralliant Cam-Ranh le lendemain.
Les torpilleurs légers Béarnais et Catalan sortent pour un entraînement commun du 2 au 15 juillet avant de participer aux essais (17 au 19 juillet) et à la remise en condition (21 juillet au 5 août) du Savoyard.

Les trois torpilleurs légers disponibles de la 7ème DT participent ensuite aux essais (8 au 10 août) et pour remise en condition (12 au 26 août) du Niçois, les quatre torpilleurs rentrant le lendemain 27 août 1948 à Cam-Ranh.

Quand éclate la guerre en Europe le 5 septembre 1948, la 7ème DT était à quai même si elle se préparait à sortir pour un entraînement de division.

12-Torpilleurs légers (26)

Le Niçois

Drapeau du Comté de Nice

Drapeau du Comté de Nice

-Le Niçois mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) sis à La Seyne sur Mer le 15 mars 1941 lancé le 21 septembre 1942 et mis en service le 15 mars 1944

Son admission au service actif permet l’activation de la 7ème DT qu’il forme avec son sister-ship Le Savoyard, les deux membres de la 7ème Division de Torpilleurs sortant pour deux entraînements de division, le premier du 25 mars au 5 mai et le second du 12 mai au 21 juin 1944.

Alors que Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions d’équipage, Le Niçois sort pour une école à feux du 25 juin au 2 juillet, faisant escale à Douarnenez du 3 au 8 juillet avant de rentrer à Lorient le 9 juillet 1944.

Indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 14 juillet au 4 août, Le Niçois sort pour essais (5 au 7 août) et pour remise en condition (9 au 23 août) en compagnie du Savoyard, les deux torpilleurs légers rentrant à Lorient le lendemain.

Le Niçois et Le Savoyard termine l’année par deux entraînements de division, le premier dans le Golfe de Gascogne du 1er septembre au 12 octobre et le second au large des côtes marocaines du 25 octobre au 5 décembre, cet exercice étant suivit d’escales à Gibraltar, Cadix et Lisbonne avant un retour à Lorient le 19 décembre 1944.

L’affectation en Indochine approchant, Le Niçois passe au bassin du 3 au 20 janvier 1945 pour inspection et travaux sur les œuvres vivres. Il sort pour essais du 21 au 23 janvier puis pour remise en condition du 25 janvier au 5 février, à chaque fois en compagnie du Savoyard.

Après un dernière entraînement de division du 8 février au 3 mars 1945, Le Niçois et Le Savoyard quittent Lorient le 9 mars pour rallier l’Indochine le 10 juin 1945 via les Antilles, le canal de Panama, le Pacifique et les Philippines.

Les deux torpilleurs légers passent au bassin du 11 au 17 juin pour inspection et quelques menues réparations.

Ils sortent ensuite pour entraînement avec le croiseur lourd Duquesne du 25 juin au 5 juillet puis avec le Duquesne et le Duguay-Trouin du 6 au 15 juillet, les quatre navires remontant la rivière Saïgon pour mouiller à Saïgon jusqu’au 25 juillet, rentrant deux jours plus tard à Cam-Ranh.

Alors que Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, Le Niçois sort pour entraînement dans le Golfe du Tonkin du 1er au 12 août, faisant escale à Haïphong du 13 au 15 août, rentrant le lendemain  à Cam-Ranh.

Indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 18 août au 8 septembre, Le Niçois sort pour essais du 9 au 11 septembre et pour remise en condition du 13 au 27 septembre à chaque fois en compagnie de son compère Le Savoyard, les deux torpilleurs légers ralliant ensuite Haïphong le 28 septembre pour un exercice commun avec le patrouilleur La Cordelière du 30 septembre au 8 octobre, les deux torpilleurs légers rentrant à Cam-Ranh le lendemain.

Le 16 octobre 1945,  Le Niçois et Le Savoyard quittent Cam-Ranh en compagnie du Duquesne pour accueillir au large de Saïgon les torpilleurs légers Le Béarnais et Le Catalan venus de Métropole pour permettre à la 7ème DT d’atteindre son format définitif. Le Duquesne ravitaille les deux torpilleurs venus de métropole, les cinq navires arrivant à Cam-Ranh le 18 octobre 1945 dans la soirée.
La 7ème DT au grand complet sort pour entraînement en compagnie des croiseurs Duquesne et Duguay-Trouin du 25 au 29 octobre avant que la 7ème DT ne termine l’année par son premier entraînement de division du 6 novembre au 20 décembre 1945.

Après un entraînement de division allégé du 2 au 23 janvier 1946, Le Niçois sort en compagnie du Catalan pour un entraînement commun avec les deux croiseurs des FNEO et l’armée de l’air et ce du 28 janvier au 12 février, les deux croiseurs et les deux torpilleurs ralliant Cam-Ranh dans la foulée.

Le Niçois enchaine alors deux entraînements de division avant d’entrer dans le cycle des indisponibilités estivales : le premier du 21 février au 3 avril et le second du 11 avril au 27 mai 1946.

Le Niçois sort pour un entraînement en solitaire dans le Golfe du Tonkin du 4 au 15 juin, ralliant Cam-Ranh le lendemain. Il participe ensuite avec le Catalan aux essais (18 au 20 juin) et à la remise en condition (22 juin au 7 juillet) du Savoyard.

Le Niçois est à son tour indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 10 au 31 juillet, sortant pour essais du 1er au 3 août et pour remise en condition du 5 au 19 août à chaque fois en compagnie de ses compères Savoyard et Béarnais.

Les torpilleurs légers Niçois, Savoyard et Béarnais participent ensuite aux essais (23 au 25 août) et à la remise en condition (27 août au 9 septembre) du Catalan, la division au grand complet faisant escale à Haïphong du 10 au 15 septembre avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Le 23 septembre, la 7ème DT quitte Cam-Ranh pour un nouvel entraînement de division qui à lieu du 23 septembre au 11 décembre avec un exercice commun avec le croiseur lourd Saint Louis du 1er au 6 octobre (plus une escale à Haïphong jusqu’au 11 octobre). Après une escale dans la rivière Saigon du 12 au 17 décembre, la division rentre à Cam-Ranh le lendemain.

Le 1er janvier 1947, Le Niçois devient chef de division en remplacement du Savoyard qui entre en grand carénage.

Il étrenne son nouveau statut par le premier entraînement de division de l’année qui à lieu du 6 janvier au 11 février, les trois torpilleurs légers disponibles faisant escale à Haïphong du 12 au 17 février avant de rentrer le lendemain à Cam-Ranh.

Les trois torpilleurs disponibles de la 7ème DT participent ensuite aux essais (26 au 28 février) et à la remise en condition (1er au 10 mars) du Niçois qui redevient alors navire-amiral de la 7ème DT.

Le Niçois sort à nouveau du 12 mars au 4 avril pour un exercice commun de la 7ème DT avec le croiseur Tourville. Les torpilleurs légers laissent le croiseur lourd remonter la rivière Saïgon pour rentrer à Cam-Ranh, Le Niçois devant subir son premier grand carénage.

Le Niçois débarque alors ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué au bassin du 7 avril au 15 mai 1947 pour une remise en état complète et une modernisation de son électronique à l’aide de composants venus de France.

Armé pour essais le 25 mai, il sort pour ses essais post-carénage du 26 au 28  puis pour sa remise en condition du 30 mai au 13 juin, à chaque fois en compagnie de ses trois compères de la 7ème DT.

Après un entraînement à la défense aérienne à la mer du 20 au 27 juin, Le Niçois participent en compagnie du Catalan aux essais (6 au 8 juillet) et à la remise en condition (10 au 25 juillet) du Savoyard.

Les torpilleurs légers Niçois et Savoyard sortent ensuite pour les essais (28 au 30 juillet) et pour la remise en condition (1er au 14 août) du Béarnais, les trois torpilleurs légers disponibles de la 7ème DT sortent alors pour les essais (18 au 20 août) et la remise en condition (22 août au 5 septembre) du Catalan, la division ainsi reconstituée faisant escale à Haïphong du 6 au 9 , à Hong Kong du 11 au 15, à Manille du 17 au 22, à Saïgon du 25 au 30 septembre avant de rentrer à Cam-Ranh le lendemain.

Le Niçois et ses trois compères de la 7ème DT terminent l’année 1947 par un entraînement de division du 8 octobre au 23 décembre 1947, date à laquelle les quatre «1010 tonnes» rentrent à Cam-Ranh.

Après un entraînement de division du 8 janvier au 2 mars 1948 réalisé au complet, Le Niçois participe ensuite à un nouvel entraînement de division sans le Béarnais qui subit son premier grand carénage, la 7ème DT effectuant cet entraînement divisionnaire du 7 mars au 14 avril 1948.

Alors que Le Catalan subit son grand carénage, les torpilleurs Niçois et Savoyard participent aux essais (22 au 24 avril) et à la remise en condition (26 avril au 10 mai) du Béarnais, les trois torpilleurs légers faisant escale à Haïphong du 11 au 15 mai, à Hué du 16 au 21 mai et à Tourane du 22 au 27 mai, ralliant Cam-Ranh le lendemain.

Le Niçois accompagné par ses sister-ships Savoyard et Niçois participent ensuite aux essais (7 au 9 juin) et à la remise en condition du Catalan (11 au 25 juin), les quatre torpilleurs légers ralliant Cam-Ranh le lendemain.

Le Niçois sort pour un entraînement en solitaire dans le golfe de Siam du 3 au 14 juillet, rentrant à Cam-Ranh le 15 juillet. Indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juillet au 7 août, le Niçois sort pour essais (8 au 10 août) et pour remise en condition (12 au 26 août) à chaque fois en compagnie de ses trois compères de division, les quatre torpilleurs rentrant le  27 à Cam-Ranh.

Quand éclate la guerre en Europe le 5 septembre 1948, la 7ème DT était à quai même si elle se préparait à sortir pour un entraînement de division.

12-Torpilleurs légers (25)

Le Savoyard

Drapeau de la Savoie

Drapeau de la Savoie

-Le Savoyard est mis sur cale aux  Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) à la Seyne sur Mer le 5 mars 1941 lancé le 12 septembre 1942 et mis en service en décembre 1943.

A Lorient depuis le 4 mars 1943, le torpilleur léger Savoyard commence l’année 1944 par une succession de sorties d’entraînement en solitaire en attendant la mise en service du Niçois. Il sort ainsi pour des écoles à feux du 7 au 15 janvier, du 22 au 30 janvier et du 3 au 10 février 1944.

Le Savoyard sort pour un entraînement au combat antisurface du 15 au 22 février, fait escale à La Pallice du 23 au 28 avant un entraînement à la défense aérienne à la mer du 29 février au 8 mars, rentrant à Lorient le lendemain.

Le 15 mars 1944, Le Niçois est admis au service actif permettant l’activation de la 7ème DT qui est provisoirement affecté à la 3ème Escadre Légère en attendant son affection définitive au sein des FNEO.

La 7ème DT sort pour un premier entraînement de division du 25 mars au 4 mai, rentrant à Lorient le lendemain. Il est suivit d’un nouvel entraînement de division du 12 mai au 20 juin, rentrant le 21 à Lorient.

Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 22 juin au 13 juillet, sortant pour essais du 14 au 16 juillet et pour remise en condition du 17 au 31 juillet. Il participe ensuite aux essais (5 au 7 août) et à la remise en condition (9 au 23 août 1944) du Niçois, les deux torpilleurs légers rentrant à Lorient le 24 lendemain.

Le Savoyard et le Niçois effectuent un nouvel entraînement de division du 1er septembre au 12 octobre, date à laquelle la 7ème DT rentre à son port d’attache morbihanais.

Il est suivit par un nouvel entraînement de division effectué au large du Maroc. Arrivés à Casablanca le 23 octobre, ils s’entraînent au large des côtes du protectorat du 25 octobre au 2 décembre. Repartant de Casablanca trois jours plus tard, ils rentrent à Lorient le 19 décembre 1944 après des escales  à Gibraltar du 6 au 8, à Cadix du 9 au 12 et à Lisbonne du 13 au 17.

L’affectation en Indochine approchant, Le Savoyard passe au bassin du 20 décembre 1944 au 2  janvier 1945 pour inspection et travaux sur les œuvres vivres. Il sort ensuite pour essais du 3 au 5 janvier et pour remise en condition du 6 au 16 janvier 1945. Il participe ensuite aux essais (21 au 23 janvier) et à la remise en condition (25 janvier au 5 février) du Niçois qui lui aussi avait été mis au sec.

La 7ème DT effectue un dernier entraînement de division avant leur départ pour l’Indochine du 8 février au 3 mars 1945, date de leur retour à Lorient.

Après avoir rempli leurs soutes en carburant, vivres et munitions, les deux torpilleurs légers quittent Lorient le 9 mars, traversant l’Atlantique direction Fort de France où ils arrivent le 14. Ils repartent le 18 mars, faisant escale à Kingston (Jamaïque) du 22 au 25 mars avant de rallier Colon (Panama) où ils font escale du 30 mars au 2 avril.

Ils franchissent le canal de Panama les 3 et 4 avril avant d’être à Balboa du 5 au 8 puis à Acapulco du 11 au 15.

Ils franchissent le Pacifique jusqu’à Pearl Harbor où ils font escale du 22 au 27 avril, ralliant ensuite Midway pour une courte escale du 30 avril au 3 mai.

Reprenant la mer, les deux torpilleurs légers sont à Guam du 7 au 12 mai, à Cavite en baie de Manille du 17 au 24 mai, manœuvrant ensuite avec l’Asiatic Fleet du 25 mai au 2 juin, se ravitaillant à Subic Bay le 3 juin avant de rallier Cam-Ranh où ils arrivent le 10 juin 1945.

Les deux torpilleurs légers passent au bassin du 11 au 17 juin pour inspection et quelques menues réparations. Ils sortent ensuite pour entraînement avec le croiseur lourd Duquesne du 25 juin au 5 juillet puis avec le Duquesne et le Duguay-Trouin du 6 au 15 juillet, les quatre navires remontant la rivière Saïgon pour mouiller à Saïgon jusqu’au 25 juillet, rentrant deux jours plus tard à Cam-Ranh.

Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juillet au 17 août 1945, sortant pour essais du 18 au 20 août puis pour remise en condition du 22 août au 5 septembre.

Il participe ensuite aux essais (9 au 11 septembre) et à la remise en condition (13 au 27 septembre) de son compère Le Niçois, les deux torpilleurs légers ralliant ensuite Haïphong le 28 septembre pour un exercice commun avec le patrouilleur La Cordelière du 30 septembre au 8 octobre, les deux torpilleurs légers rentrant à Cam-Ranh le lendemain 9 octobre 1945.

Le 16 octobre 1945, Le Savoyard et Le Niçois quittent Cam-Ranh en compagnie du Duquesne pour accueillir au large de Saïgon les torpilleurs légers Le Béarnais et Le Catalan venus de Métropole pour permettre à la 7ème DT d’atteindre son format définitif.

Le Duquesne ravitaille les deux torpilleurs venus de métropole, les cinq navires arrivant à Cam-Ranh le 18 octobre 1945 dans la soirée.

Le 25 octobre 1945, la 7ème DT au complet quitte Cam-Ranh en compagnie du Duquesne et du Duguay Trouin pour un exercice. L’exercice commence par un raid des quatre torpilleurs contre le croiseur lourd suivit par le même exercice contre le croiseur léger puis par l’attaque du croiseur léger par les quatre torpilleurs menés par le croiseur lourd avant que l’inverse ne soit réalisé. Après un exercice de défense aérienne à la mer, la force navale rentre à Cam-Ranh le 29 octobre 1945.

Les torpilleurs légers Le Savoyard (Al), Le Niçois Le Béarnais et le Catalan quittent leur port d’attache le 6 novembre 1945 pour le premier véritable entraînement de division de la 7ème Division de Torpilleurs qui à lieu du 6 novembre au 14 décembre, la division faisant escale à Saïgon du 15 au 20 décembre 1945, rentrant à Cam-Ranh le lendemain.

Le Savoyard et ses trois compères de la 7ème DT quittent Cam-Ranh pour entraînement du 2  janvier au 23 janvier avec une escale à Hué du 10 au 15.

Alors que leurs compères Niçois et Catalan sont engagés dans un exercice combiné avec l’armée de l’air et les deux croiseurs des FNEO, les torpilleurs légers Savoyard et Béarnais effectuent un exercice antisurface du 30 janvier au 7 février, faisant escale à Hué du 8 au 13 février avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Le 21 février 1946, la 7ème DT quitte Cam-Ranh pour le premier véritable entraînement de division de l’année exécuté du 21 février au 2 avril, rentrant le lendemain à Cam-Ranh. Un nouvel entraînement de division à lieu du 11 avril au 18 mai, la division faisant escale à Hué du 19 au 26 avant de rentrer le lendemain à Cam-Ranh.

Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 mai au 17 juin, sortant pour essais du 18 au 20  avant remise en condition du 22 juin au 7 juillet en compagnie de ses compères Niçois et Catalan.

Il participe ensuite en compagnie du Catalan aux essais (10 au 12 juillet) et à la remise en condition (14 au 28 juillet) du Béarnais, Le Savoyard et Le Béarnais sortent ensuite pour les essais (1er au 3 août) et pour la remise en condition (5 au 19 août)  du torpilleur léger Niçois.

Les torpilleurs légers Savoyard Béarnais et Niçois participent ensuite aux essais (23 au 25 août) et à la remise en condition (27 août au 9 septembre) du Catalan, la division au grand complet faisant escale à Haïphong du 10 au 15 septembre avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Le 23 septembre, la 7ème DT quitte Cam-Ranh pour un nouvel entraînement de division. Ils croisent alors le croiseur lourd Saint Louis qui étaient en pleine croisière solitaire dans l’Océan Indien et en Extrême Orient.

Après une école à feux du 23 au 29 septembre, les quatre torpilleurs légers se ravitaillent à Tourane avant d’effectuer un exercice commun avec le Saint Louis et  du 1er au 6 octobre, faisant escale avec lui à Haïphong jusqu’au 11 octobre quand les navires se séparent : la 7ème DT continue son entraînement de division alors que le Saint Louis prend le chemin du retour vers la métropole.

Après un entraînement à la défense aérienne à la mer du 12 au 21 octobre, Le Savoyard et ses trois compères font escale à Hué du 22 au 27 octobre avant une série de joutes antisurfaces entre l’équipe bleue (Savoyard et Béarnais) et l’équipe rouge (Niçois et Catalan) au large de Cam-Ranh avec ou sans le concours des batteries côtières et de l’aviation.

Si l’équipe bleue triomphe durant la première (28 octobre au 3 novembre), la seconde (5 au 12 novembre) et la troisième joute (14 au 20 novembre), le parti rouge prend sa revanche durant les deux joutes suivantes (22 au 27 novembre et 29 novembre au 4 décembre) avant que la sixième revanche se termine sur un match nul (6 au 11 décembre) soit un score final de 4-3 en faveur de l’équipe bleue, la 7ème DT mouillant dans l’embouchure de la rivière Saïgon du 12 au 17 décembre avant de rallier Cam-Ranh le lendemain.

Le 1er janvier 1947, Le Savoyard cède son pavillon de chef de division à son sister-ship Le Niçois et quitte Cam-Ranh le lendemain 2 janvier pour rallier Saïgon afin de subir un grand carénage à l’Arsenal d’Indochine en dépit du fait que Cam-Ranh soit parfaitement outillé pour de tels travaux.

Débarquant ses munitions et vidangeant ses soutes, il est échoué dans l’unique bassin de cet arsenal pour remise en état complète et une modernisation de son électronique à l’aide de composants venus de France.

Échoué au bassin du 5 janvier au 15 février 1947, il subit une période de travaux complémentaires à flot jusqu’au 25 février quand il est armé pour essais. Rejoint par ses trois compères de la 7ème DT, Le Savoyard sort pour essais du 26 au 28 février, se ravitaille à Cam-Ranh puis effectue sa remise en condition du 1er au 10 mars, redevenant alors navire-amiral de la 7ème DT.

Le Savoyard sort à nouveau du 12 mars au 4 avril pour un exercice commun de la 7ème DT avec le croiseur Tourville qui à remplacé le Duquesne après son échouage fatal. Les torpilleurs légers laissent le croiseur lourd remonter la rivière Saïgon pour rentrer à Cam-Ranh le lendemain 5 avril, Le Niçois devant subir son premier grand carénage.

Alors que Le Niçois est immobilisé au bassin, Le Savoyard accompagné du Béarnais et du Catalan quittent Cam-Ranh le 12 avril pour un entraînement de division du 12 avril au 17 mai, rentrant le lendemain à Cam-Ranh.

Le Savoyard participe alors en compagnie de ses sister-ships Béarnais et Catalan aux essais (26 au 28 mai) et à la remise en condition (30 mai au 13 juin) du Niçois après le grand carénage de ce dernier.

Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 14 juin au 5 juillet 1947, sortant pour essais du 6 au 8 juillet et pour remise en condition du 10 au 25 juillet en compagnie de ses compères Niçois et Catalan.

Il participe ensuite en compagnie du Niçois aux essais (28 au 30 juillet) et à la remise en condition (1er au 14 août) du Béarnais.

Les torpilleurs légers Savoyard Béarnais et Niçois participent ensuite aux essais (18 au 20 août) et à la remise en condition (22 août au 5 septembre) du Catalan, la division ainsi reconstituée faisant escale à Haïphong du 6 au 9 septembre, à Hong Kong du 11 au 15 septembre, à Manille du 17 au 22 septembre, à Saïgon du 25 au 30 septembre avant de rentrer à Cam-Ranh le lendemain.

Le 8 octobre 1947, Le Savoyard accompagné de ses trois compères de la 7ème DT quittent Cam-Ranh pour un nouvel entraînement de division qui s’achève le 22 décembre après notamment une série de joutes antisurfaces du 19 novembre au 22 décembre. La division rentre à Cam-Ranh le lendemain.

Le Savoyard commence l’année 1948 comme il à terminé l’année 1947 par un entraînement de division qui se déroule du 4 janvier au 2 mars, rentrant à Cam-Ranh en fin de journée.

Alors que Le Béarnais est immobilisé pour grand carénage, Le Savoyard accompagné du Niçois et du Catalan quittent Cam-Ranh le 7 mars pour un nouvel entraînement de division qui s’achève le 13 avril, les trois torpilleurs légers rentrant le lendemain à Cam-Ranh.

Alors que Le Catalan subit son grand carénage, les torpilleurs Savoyard et Niçois participent aux essais (22 au 24 avril) et à la remise en condition (26 avril au 10 mai) du Béarnais, les trois torpilleurs légers faisant escale à Haïphong du 11 au 15 mai, à Hué du 16 au 21 mai et à Tourane du 22 au 27 mai, ralliant Cam-Ranh le lendemain.

Le Savoyard accompagné par ses sister-ships Béarnais et Niçois participent ensuite aux essais (7 au 9 juin) et à la remise en condition du Catalan (11 au 25 juin), les quatre torpilleurs légers ralliant Cam-Ranh le lendemain.

Le Savoyard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au 16 juillet, sortant pour essais (17 au 19 juillet) et pour remise en condition (21 juillet au 5 août) en compagnie de ses compères Béarnais et Catalan.

Les trois torpilleurs légers disponibles de la 7ème DT participent ensuite aux essais (8 au 10 août) et pour remise en condition (12 au 26 août) du Niçois, les quatre torpilleurs rentrant le lendemain  à Cam-Ranh.

Quand éclate la guerre en Europe le 5 septembre 1948, la 7ème DT était à quai même si elle se préparait à sortir pour un entraînement de division.

11-Torpilleurs d’escadre (21)

Le Boulonnais

Le torpilleur d'escadre Le Boulonnais à la mer

Le torpilleur d’escadre Le Boulonnais à la mer

-Le Boulonnais est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) sis à Caen le 4 mai 1926 lancé le 1er juin 1927 et admis au service actif  le 13 août 1929.

A son admission au service actif, il est affecté en Méditerranée à la 1ère division de torpilleur. Il connait des débuts difficiles puisqu’il s’échoue une première fois le 25 septembre 1929 sur la plage des Bormettes puis aborde son sister-ship Brestois pour éviter un nouvel échouage.

Le 1er octobre 1930 est mise sur pied la 9ème division de torpilleurs composée du Foudroyant, du Brestois, du Forbin et du Boulonnais mais le 1er septembre 1932, les divisions de torpilleurs sont réduites à trois navires. Le Boulonnais rejoint ensuite la 7ème DT le 15 août 1933 puis la 3ème DT formée également avec le Brestois et Le Fortuné à partir du 1er novembre 1935.

Le déclenchement de la guerre d’Espagne et les servitudes imposées à la marine nationale entraine une nouvelle réorganisation des unités de torpilleurs.

C’est ainsi que le 15 août 1936, le Boulonnais quitte Toulon en compagnie du Brestois pour former une 5ème DT à Brest en compagnie du Foudroyant déjà sur place.

Le 21 septembre 1937, la 5ème DT quitte Brest pour Casablanca où elle restera déployée trois mois, effectuant des rotations sur Tanger, renforçant ainsi l’action de L’Adroit et de La Railleuse. Le Boulonnais rentre à Brest en janvier 1938, continuant néanmoins ses missions de présence au large de l’Espagne.

La 5ème DT revient à Brest au printemps 1938 mais va donc rester engagée dans la guerre d’Espagne jusqu’à la victoire nationaliste au printemps 1939.

Quand éclate la guerre de Pologne le 3 septembre 1939, le Boulonnais appartient toujours à la 5ème DT en compagnie du Brestois (Al) et du Foudroyant. Comme les autres navires de la 2ème flottille de torpilleurs, les unités de la 5ème DT vont passer les trois mois de ce conflit à escorter les convois.

La 5ème DT commence l’année 1940 par un entrainement de division qui occupe la division du 7 au 30 janvier avant une série d’escales à Cherbourg, au Havre et à Dunkerque suivit d’un nouvel entrainement du 16 février au 5 mars, le Boulonnais et ses deux compères rentrant à Brest le 7 mars 1940 à l’aube.

La 5ème DT est à nouveau à la mer pour entrainement du 15 mars au 5 avril, faisant ensuite escale à Saint Nazaire du 6 au 10 avril, à Nantes du 11 au 15 avril, à Royan du 17 au 21 avril, à Hendaye du 22 au 27 avril avant de rentrer à Brest le 29 avril 1940.

Le 10 mai 1940, la 5ème DT quitte Brest pour Lorient où la division arrive dans la soirée pour participer à un exercice en compagnie de la 14ème DT jusqu’au 2 juin, la division ralliant Brest le lendemain.

Alors que le Brestois est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, le Boulonnais et le Foudroyant sortent pour une école à feux du 10 au 18 juin, se ravitaillant à Lorient le 19 juin avant un nouvel entrainement du 20 au 23 juin, date du retour des deux torpilleurs à Brest.

Le Boulonnais participe ensuite aux essais (25 au 28 juin) et à la remise en condition (30 juin au 15 juillet) du Brestois.

Il est ensuite indisponible à son tour du 16 juillet au 6 août, sortant pour essais du 7 au 9 août puis pour remise en condition du 11 au 26 août, à chaque fois en compagnie du Brestois et du Foudroyant, les trois torpilleurs faisant escale à Cherbourg du 27 au 30 août, au Havre du 1er au 5 septembre, à Boulogne du 7 au 11 septembre, à Anvers du 13 au 17 septembre, à Saint Malo du 19 au 23 septembre avant de rentrer à Brest le 24 septembre 1940.

Du 1er au 31 octobre, la 5ème DT effectue un exercice commun avec la 3ème DEL, exercice marqués par deux escales à La Pallice et à Lorient, les sept navires rentrant à Brest le lendemain.

C’est ensuite le dernier entrainement de division de l’année qui voit les torpilleurs Boulonnais, Brestois et Foudroyant sortir du 8 novembre au 16 décembre, exercice marqué par des escales à Cherbourg, au Havre et à Boulogne.

Le 7 janvier 1941, la 5ème DT sort pour son premier entrainement de division de l’année qui  à lieu du 7 janvier au 4 février, en compagnie notamment de la 11ème DT du 24 janvier au 4 février, les deux divisions faisant escale à Rouen du 5 au 8 février, à Calais du 9 au 13 février, à Douvres du 14 au 20 février avant de se séparer à la hauteur de Cherbourg le 21 février, la 5ème DT rentrant le 22 février 1941 à Brest.

La 5ème DT sort à nouveau pour entrainement mais cette fois au large d’Ouessant et ce du 28 février au 10 mars, faisant escale à Lorient du 11 au 15 mars avant de rentrer le lendemain à Brest.

Du 20 mars au 5 avril, le Boulonnais participe à un entrainement de flottille en compagnie des 2ème et 4ème DT et du Mistral de la 6ème DT.

Le 12 avril 1941, la 5ème DT sort pour un nouvel entrainement de division, entrainement réalisé dans le Golfe de Gascogne jusqu’au 7 mai, les trois navires de la 5ème DT étant ensuite à Saint-Nazaire du 8 au 12 mai, à Royan du 13 au 17 mai avant de rentrer le lendemain 18 mai 1941 à Brest.

Le 19 mai, le Boulonnais devient navire-amiral de la 5ème DTE en remplacement du Brestois qui entre en grand carénage. Le nouveau «chef» de la division sort en compagnie du Foudroyant pour une école à feux du 24 mai au 1er juin, faisant escale à Lorient du 2 au 5 juin avant un entrainement au combat antisurface du 6 au 13 juin, rentrant le lendemain  à Brest.

Alors que le Foudroyant à remplacé le Brestois dans le bassin Tourville, le Boulonnais participe du 20 au 23 juin aux essais post-carénage du Brestois puis du 25 juin au 9 juillet à sa remise en condition, le Brestois redevenant alors navire-amiral de la 5ème DTE.

Le Boulonnais et le Brestois sortent pour une école à feux du 12 au 17 juillet, rentrant à Brest dans la journée, l’un pour participer aux essais et à la remise en condition du Foudroyant (Brestois) et l’autre pour un grand carénage (Boulonnais).

Le 18 juillet 1941, le Boulonnais débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué le lendemain au bassin Tourville. Au sec jusqu’au 22 août, il subit une remise en état complète de la coque, de l’appareil propulsif, des locaux-vie mais également une modernisation de ses capacités militaires.

Il reçoit ainsi un Asdic, un radar de navigation et un radar de veille combinée et surtout une DCA digne de ce nom avec quatre canons de 37mm Schneider modèle 1941 et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples, remplaçant avantageusement les pièces plus anciennes.

Armé pour essais le 25 août, il est à la mer pour les essais post-carénage du 25 au 28 août en compagnie de ses compères Brestois et Foudroyant qui participent également du 30 août au 15 septembre, les trois navires de la 5ème DT rentrant à Brest le lendemain 16 septembre 1941.

Après un entrainement de division du 23 septembre au 17 octobre (escale à Saint-Nazaire du 13 au 17 octobre, retour à Brest le 18), le Boulonnais participe avec ses deux compères de la 5ème DTE à un entrainement commun avec la 6ème DTE et ce du 22 octobre au 27 novembre, les six torpilleurs d’escadre faisant escale à Lorient du 28 novembre au 1er décembre, rentrant à Brest le lendemain 2 décembre 1941.

Les trois torpilleurs de la 5ème DTE subissent une période d’entretien à flot du 3 au 17 décembre, le Boulonnais et ses deux compères sortent alors pour essais du 18 au 21 décembre puis pour remise en condition du 23 décembre 1941 au 3 janvier 1942.

L’année 1942 commence pour le Boulonnais par un entrainement de division, la 5ème DTE sortant du 12 janvier au 22 février 1942, date de son retour à Brest. Les trois torpilleurs de la 5ème DTE enchainent ensuite par un entrainement de flottille du 26 février au 31 mars 1942.

Le Boulonnais reprend la mer le 8 avril 1942 quand la 5ème DTE quitte Brest pour un nouvel entrainement de division, entrainement ayant le Golfe de Gascogne pour cadre et ce du 8 avril au 4 juin 1942 avec des escales à Lorient, La Pallice et à Biaritz.

Le Boulonnais sortant pour une école à feux du 11 au 21 juin, faisant escale à Lorient du 22 au 25 juin avant de rentrer le lendemain à Brest. Il est ensuite indisponible du 27 juin au 17 juillet, sortant pour essais du 18 au 21 juillet et pour remise en condition du 23 juillet au 7 août en compagnie du Brestois, les deux torpilleurs participant ensuite aux essais (9 au 12 août) et à la remise en condition (14 au 29 août) du Foudroyant.

Les trois torpilleurs effectuent ensuite une véritable croisière dans les ports du littoral Atlantique-Manche. La 5ème DTE fait ainsi escale à Biaritz du 31 août au 3 septembre, La Pallice du 4 au 7 septembre, Lorient 8 au 12 septembre, Cherbourg du 13 au 17 septembre, Dieppe du 18 au 22 septembre, au Havre du 23 au 27 septembre, à Boulogne du 28 au 30 septembre, à Dunkerque du 1er au 4 octobre, à Rouen du 6 au 10 octobre, à Saint-Malo du 12 au 15 octobre avant de rentrer à Brest le 16 octobre 1942.

Le 25 octobre 1942, la 5ème DTE quitte Brest et rallie Lorient le 26 octobre pour un entrainement commun avec la 14ème DT et ce du 25 octobre au 24 novembre, la 5ème DTE rentrant à Brest le lendemain.

Alors que le Brestois victime d’une avarie mécanique est indisponible, le Boulonnais et le Foudroyant sortent pour entrainement du 3 au 13 décembre, faisant escale à Cherbourg du 14 au 19 décembre avant une école à feux du 20 au 27 décembre, les deux torpilleurs faisant escale à Saint-Malo du 28 décembre au 2 janvier, rentrant à Brest le 4 janvier 1943 au matin.

Le 12 janvier 1943, la 5ème DTE quitte Brest pour le premier entrainement de division de l’année qui occupe le Boulonnais et ses deux compères du 12 janvier au 27 février, les trois torpilleurs d’escadre, rentrant à Brest le 3 mars après une escale à Saint-Malo du 28 février au 2 mars.

Le 12 mars 1943, les 2ème et 5ème DTE quittent Brest, ces deux divisions qui sont les deux dernières encore active au sein de la 2ème flottille vont manoeuvrer ensemble jusqu’au 2 mai, date de leur retour à Brest.

Le 10 mai 1943, la 5ème DTE sort pour un nouvel entrainement de division, entrainement qui l’occupe du 10 mai au 3 juillet, date à laquelle le Boulonnais, le Foudroyant et le Brestois rentrent à Brest.

Le Boulonnais sort seul pour entrainement du 10 au 19 juillet, rentrant à Brest le lendemain 20 juillet. Il participe ensuite aux essais (27 au 30 juillet) et à la remise en condition (1er au 16 août) du Brestois.

Le Boulonnais est ensuite indisponible du 18 août au 8 septembre 1943, sortant pour essais du 9 au 12 septembre et pour remise en condition du 14 au 31 septembre en compagnie du Brestois et du Foudroyant, les trois torpilleurs rentrant à Brest le 5 octobre 1943 après une escale à Cherbourg du 1er au 4 octobre.

Du 12 octobre au 3 décembre 1943, les torpilleurs d’escadre Boulonnais, Brestois et Foudroyant sortent pour un entrainement de division, le dernier de l’année. Rentrés à Brest, les trois torpilleurs de la 5ème DTE subissent une période d’entretien à flot du 4 au 21 décembre 1943, sortant pour essais du 22 au 26 décembre et pour remise en condition du 28 décembre 1943 au 8 janvier 1944.

Le 15 janvier 1944, la 5ème DTE sort pour son dernier entrainement de division dans sa configuration actuelle, entrainement qui l’occupe du 16 janvier au 12 février, la division rentrant à son port d’attache le lendemain.

Le 17 février 1944, le Brestois transmet son pavillon de navire-amiral de la 5ème DTE au Boulonnais et est mis en position de complément, mouillé au fond de la Penfeld.

Le 24 février 1944, la 5ème DTE (réduite aux seuls Boulonnais et Foudroyant) quittent Brest pour un entrainement de division. Après une école à feux du 25 février au 3 mars, les deux torpilleurs font escale à Lorient du 4 au 8 mars, les deux torpilleurs d’escadre effectuant ensuite un entrainement au combat antisurface du 9 au 21 mars.

Après une escale à La Pallice du 22 au 27 mars, les deux torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 mars au 4 avril, se ravitaillant à Lorient le 5 avril avant un grand exercice de synthèse jusqu’au 19 avril date à laquelle les deux torpilleurs rentrent à Brest.

Le 1er mai 1944, le Boulonnais et le Foudroyant reprennent la mer pour un nouvel entrainement de division en Manche. Ils réalisent une école à feux du 1er au 10 mai, font escale à Cherbourg du 11 au 15 mai avant un entrainement au combat antisurface du 16 au 27 mai. Après une escale au Havre du 28 mai au 1er juin et à Calais du 2 au 7 juin, les deux torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 15 juin, rentrant le lendemain 16 juin à Brest.

Le Boulonnais est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juin au 8 juillet, sortant pour essais du 9 au 12 juillet puis pour remise en condition du 14 au 29 juillet. Il participe ensuite aux essais (31 juillet au 2 août) et à la remise en condition (4 au 20 août) du Foudroyant, les deux torpilleurs rentrant à Brest le 21.

Le 28 août 1944, le Boulonnais et le Foudroyant quittent pour le dernier entrainement de division du premier nommé. Après une école à feux du 28 août au 3 septembre, les deux torpilleurs se ravitaillent à Lorient le 4 septembre avant un entrainement au combat antisurface du 5 au 13 septembre, faisant escale à La Pallice du 14 au 18 septembre, le Boulonnais et le Foudroyant effectuant un entrainement de défense aérienne à la mer du 19 au 27 septembre, rentrant à Brest le lendemain 28 septembre 1944.

Le 30 septembre 1944, le Boulonnais est mis en position de complément ce qui entraine la dissolution de la 5ème DTE, laissant le Foudroyant hors-rang (son désarmement est prévu pour fin 1945).

Mouillé dans la Penfeld à proximité de la cale du Point du Jour, le torpilleur attend que son sort définitif soit décidé. Soit un désarmement immédiat soit un réarmement comme torpilleur, navire-école ou navire-auxiliaire.

Le torpilleur d’escadre Boulonnais est officiellement désarmé le 15 décembre 1944.

Il passe au bassin Tourville du 27 décembre 1944 au 7 janvier 1945 puis est condamné sous le numéro Q-18. Il est ensuite remorqué à Landevennec où il est mouillé à partir du 10 janvier 1945.

Il y est toujours en septembre 1948.

11-Torpilleurs d’escadre (19)

L’Alcyon

Le torpilleur d'escadre L'Alcyon

Le torpilleur d’escadre L’Alcyon

-L’Alcyon est mis sur cale à Harfleur en mai 1925 et lancé le 26 juin 1926. Ce chantier mit en place en 1917 venant de fermer, son achèvement sera assuré par la maison-mère à Bordeaux. Il est donc remorqué par l’Abeille IV jusqu’en Gironde. L’Alcyon est admis au service actif le 17 décembre 1929.

A son admission au service, il est affecté à la 1ère escadre en Méditerranée plus précisément au sein de la 1ère DT du 1er avril au 1er juillet 1930 puis à la 3ème DT.

Le 1er octobre 1930, l’Alcyon forme la 11ème division de torpilleurs en compagnie de ses sister-ships Bordelais, Fougueux et Frondeur jusqu’au 1er octobre 1934 quand elle est dissoute, l’Alcyon rejoignant le groupement de complément de la 1ère flottille en Méditerranée

Les flottilles sont réorganisées lors-qu’éclate la guerre d’Espagne. Les groupes de compléments disparaissent et l’Alcyon reforme une 7ème division de torpilleurs en compagnie du Typhon et du Tornade. Il participe aux opérations liées à la guerre d’Espagne dans le Golfe de Gascogne.
Au moment où la France entre en guerre en septembre 1939, l’Alcyon à rejoint la 8ème DT formée également du Bordelais et de La Trombe. Cette division rejoint la 6ème escadre qui est chargée de missions de sécurité dans le secteur d’Oran. Durant toute la guerre de Pologne, la 8ème DT va participer à des missions d’escorte de convois.

L’Alcyon commence l’année 1940 par un entrainement de division au large des côtes nord-africaines du 7 au 30 janvier,  faisant escale à Alger du 31 janvier au 4 février, à Tunis du 5 au 10 février avant de rentrer à Oran le 12 février 1940.

Le 21 février 1940, la 8ème DT quitte Oran, franchit le détroit de Gibraltar et retrouve à  Casablanca la 9ème DT composée du Forbin et du Basque. Les deux divisions s’entrainent du 22 février du 21 mars, faisant une nouvelle escale à Casablanca du 22 au 27 mars avant que la 8ème DT ne mette cap sur Oran _siège de la 6ème Escadre_ où elle arrive le 30 mars au matin.

Ils enchainent par un nouvel entrainement de division du 8 avril au 6 mai, faisant escale à Tunis du 7 au 13 mai, rentrant à Mers-El-Kébir le 15 mai à l’aube. Ils enchainent par un nouvel entrainement du 22 mai au 25 juin, rentrant le lendemain  à Oran.

L’Alcyon sort pour école à feux du 1er au 10 juillet, rentrant à Oran le 11 juillet. Il est indisponible du 12 au 27 juillet, sortant pour essais (28 au 31 juillet) et pour remise en condition (2 au 11 août), à chaque fois en compagnie de La Trombe, les deux torpilleurs de la 8ème DT participant aux essais (13 au 16 août) et à la remise en condition (18 au 30 août) du Bordelai.

Le 4 septembre 1940, la 8ème DT quitte Oran pour rallier le port de Mers-El-Kébir, son nouveau port d’attache au sein de la 4ème Escadre.

Le 12 septembre 1940, la 3ème flottille de torpilleurs quitte Mers-El-Kébir pour un entrainement de division en Méditerranée. Les cinq torpilleurs de la 3ème FT (La Trombe L’Alcyon Bordelais Forbin et Basque) vont manoeuvrer ensemble du 12 septembre au 13 octobre, faisant escale à Bizerte du 14 au 17 octobre avant de rallier Mers-El-Kébir le 19 octobre.

Après une période d’entretien à flot du 20 octobre au 5 novembre, les trois torpilleurs de la 8ème DT sortent pour essais du 6 au 9 novembre puis pour remise en condition du 12 au 30 novembre, faisant escale à Alger du 1er au 5 décembre et à Tunis du 6 au 10 décembre, rentrant à Mers-El-Kébir le 12 décembre 1940.

Le 5 janvier 1941, la 8ème DT sort pour entrainement de division, L’Alcyon, le Bordelais (Al) et   l’Alcyon étant en mer du 5 au 21 janvier. Après une escale à Bône du 22 au 25 janvier 1941, la 8ème DT effectue un entrainement commun avec la 12ème DT venue de Bizerte du 26 janvier au 6 février, les deux divisions faisant escale à Tunis du 7 au 10 février avant de se séparer et de rentrer dans leurs ports respectifs, l’Alcyon et ses deux compères de la 8ème DT rentrant à Mers-El-Kébir le 12 février à l’aube.

L’Alcyon et le Bordelais sortent pour entrainement du 22 février au 2 mars, faisant escale à Tanger du 3 au 8 mars avant un nouvel entrainement (défense aérienne à la mer) du 9 au 21 mars, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 22 mars 1941.

Il participe en compagnie du Bordelais aux essais (28 au 31 mars) et à la remise en condition (2 au 16 avril) du Trombe qui sortait d’une période d’indisponibilité accidentelle.

Le 24 avril 1941, la 3ème Flottille de Torpilleurs quitte Mers-El-Kébir pour un entrainement de flottille au large des côtes de l’Afrique du Nord et ce du 24 avril au 28 mai, date à laquelle les cinq torpilleurs des 8ème et 9ème DT rentrent à Mers-El-Kébir.

Le 7 juin 1941, l’Alcyon accompagnés de ses deux compères de la 8ème DT sortent pour un nouvel entrainement de division et ce du 7 juin au 8 juillet 1941.

L’Alcyon et le Bordelais sortent pour entrainement du 15 au 22 juillet, faisant escale à Alger du 23 au 27 juillet avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 28 juillet. L’Alcyon est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 31 juillet au 20 août, sortant pour essais (21 au 24 août) et pour remise en condition (26 août au 9 septembre), à chaque fois en compagnie du Trombe.

La Trombe est indisponible pour permissions de l’équipage du 9 au 30 juillet, sortant pour essais du 31 juillet au 2 août puis pour remise en condition du 4 au 18 août, date à laquelle il rentre à Mers-El-Kébir. Il sort ensuite pour les essais (21 au 24 août) et pour la remise en condition (26 août au 9 septembre) de son compère L’Alcyon.

Alors que le Bordelais est en grand carénage à Toulon, la Trombe et l’Alcyon _devenu navire-amiral de la 8ème DT_ sortent pour entrainement du 15 au 30 septembre, entrainement entrecoupé d’une escale à Bône (23 au 26 septembre).

L’Alcyon sort pour une école à feux du 7 au 18 octobre, faisant escale à Alger du 19 au 24 octobre avant un entrainement de défense aérienne à la mer du 25 octobre au 2 novembre, faisant une nouvelle escale à Bône du 3 au 7 novembre, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain.

Le 12 novembre 1941, L’Alcyon quitte Mers-El-Kébir pour Toulon le 13 novembre où il doit subir un grand carénage. Arrivé dans le Var, il vidange ses soutes et débarque ses munitions (obus de 130mm, obus de 37mm et de 13.2mm, torpilles, grenades……….).

Il est échoué au bassin Vauban n°6 le 16 novembre pour un mois de travaux, essentiellement la remise en état. Il reçoit cependant un Asdic, des radars (un de navigation et un de veille combinée) en plus des travaux sur la coque et l’appareil propulsif.

Amarré à quai le long du bassin où il voisine avec La Tempête (alors en phase de désarmement), il reçoit une DCA moderne avec quatre canons de 37mm Schneider modèle 1941 et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40.

Armé pour essais le 31 décembre, il sort du 1er au 3 janvier, rejoignant aux salins d’Hyères le 4 janvier ses compères La Trombe et Bordelais. Les trois torpilleurs de la 8ème DT sortent pour la remise en condition de l’Alcyon du 5 au 20 janvier, faisant escale à Propriano du 21 au 24 janvier avant de rallier Mers-El-Kébir le 25 janvier 1942 dans la soirée.

L’Alcyon et ses deux compères de la 8ème DTE sortent pour une école à feux du 30 janvier au 7 février, rentrant à Mers-El-Kébir le 8 février.

Le 10 février 1942, la 7ème DTE (Tornade Tramontane Typhon) arrivent à Mers-El-Kébir pour un entrainement commun avec les 8ème et 9ème DTE. Quand la 7ème DTE arrive en Algérie, si la 8ème DTE est au complet, la 9ème DTE est réduite au seul Basque, son compère le Le Forbin étant en grand carénage à Toulon.

La 8ème DTE effectue un premier exercice commun avec la 7ème DTE et le TE Basque du 12 au 22 février. A l’issue de ce premier exercice, le Basque se ravitaille à Mers-El-Kébir puis rallie Toulon pour subir son grand carénage.

Pendant ce temps, les 8ème et 7ème DTE effectue une école à feux commune du 24 février au 2 mars, faisant ensuite à Alger du 3 au 8 mars, jour où le Forbin les rejoint après avoir réalisé ses essais à la mer. Les torpilleurs d’escadre des 7ème et 8ème DTE vont ainsi participer à la remise en condition du Forbin en sortant du 9 au 21 mars, date à laquelle les sept torpilleurs reviennent à Mers-El-Kébir.

Après quelques jours de relâche, l’Alcyon et les six autres autres torpilleurs reprennent l’entrainement et ce du 26 mars au 21 avril. Le 22 avril, le torpilleur Basque est de retour à Mers-El-Kébir après avoir réalisé ses essais à la mer suite à son grand carénage.

L’Alcyon,la Tornade, le Typhon, la Tramontane, le Bordelais, la Trombe et le Forbin vont participer à sa remise en condition du 23 avril au 8 mai, les huit torpilleurs faisant escale à Tunis du 9 au 14 mai puis à Ajaccio du 16 au 21 mai, effectuant le 22 mai 1942 une parade navale avant de se séparer, la 7ème DTE rentrant à Toulon, les 8ème et 9ème DTE à Mers-El-Kébir et ce le 24 mai à l’aube.

L’Alcyon sort pour entrainement en compagnie du Bordelais et de la Trombe du 27 mai au 8 juin, faisant escale à Alger du 9 au 14 juin avant de rentrer le lendemain à Mers-El-Kébir le 15 juin 1942.

L’Alcyon sort pour entrainement du 23 juin au 2 juillet, faisant escale à Bône du 3 au 6 juillet avant de rentrer le lendemain à Mers-El-Kébir. Il participe ensuite aux essais (8 au 11 juillet) et à la remise en condition (13 au 28 juillet) de la Trombe.
L’Alcyon est à son tour indisponible du 30 juillet au 19 août 1942, sortant pour essais du 20 au 23 août avant de gagner le lendemain les Salins d’Hyères où ils retrouvent ses deux compères de la 8ème DTE, les trois torpilleurs d’escadre sortant pour la remise en condition de l’Alcyon du 25 août au 8 septembre, faisant escale à Sète du 9 au 13 septembre avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 15 septembre à l’aube.

Le 22 septembre 1942, l’Alcyon quitte Mers-El-Kébir en compagnie de ses sister-ships La Trombe et Bordelais pour un entrainement de division du 22 septembre au 20 octobre avant d’arriver à Tunis le lendemain.

Le lendemain 22 octobre 1942, les torpilleurs Basque et Forbin de la 9ème DTE arrivent dans la capitale du protectorat où ils retrouvent donc la 8ème DTE pour un exercice commun et ce du 23 octobre au  10 novembre. Après une ultime escale à Tunis du 11 au 15 novembre 1942, les cinq torpilleurs rentrent à Mers-El-Kébir le 17 novembre 1942.

Les trois torpilleurs de la 8ème DTE effectuent une période d’entretien à flot du 18 novembre au 5 décembre 1942 (artillerie, électronique, chaudières, peinture……….), l’Alcyon et ses deux compères sortant pour essais du 6 au 9 décembre puis pour remise en condition du 11 au 22 décembre, restant au port jusqu’à la fin de l’année.

Le 7 janvier 1943, l’Alcyon quitte Mers-El-Kébir en compagnie de la Trombe et du Bordelais pour un entrainement de division qui les occupent du 7 au 23 janvier, faisant escale à Alger du 24 au 28 janvier avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 29 janvier 1943.

Le 9 février 1943, les 7ème et 1ère DTE plus le Fortuné _hors rang_ arrivent à Mers-El-Kébir pour un entrainement commun avec les 8ème et 9ème DTE et ce du 10 février au 3 mars,  faisant une escale commune en baie d’Ajaccio du 4 au 7 mars avant de rentrer dans leurs ports respectifs le 8 mars 1943.

Le 15 mars 1943, La Trombe est placé en position de complément ce qui réduit la division à deux unités.

L’Alcyon et le Bordelais sortent pour entrainement de division du 22 mars au 9 mai, faisant escale à Sète, à Port-Vendres et Bonifacio. L’Alcyon et le Bordelais rentrent à Mers-El-Kébir le 11 mai 1943 à l’aube.

Le 20 mai, la 8ème DTE quitte Mers-El-Kébir pour un entrainement commun avec la 9ème DTE (Forbin et Basque) qui occupe les deux divisions du 20 mai au 24 juin, les deux divisions de torpilleurs d’escadre rentrant à Mers-El-Kébir le 25 juin 1943.

L’Alcyon est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au  17 juillet, sortant pour essais du 18 au 21 juillet avant remise en condition du 23 juillet au 7 août, rentrant à Mers-El-Kébir le 8 août. Il participe ensuite aux essais (9 au 12 août) et à  la remise en condition (14 août au 2 septembre) du Bordelais.

Le 10 septembre 1943, les torpilleurs d’escadre L’Alcyon et le Bordelais sortent pour un entrainement de division exécuté du 10 septembre au 30 octobre, rentrant le lendemain à leur port d’attache.

Le 7 novembre 1943, les 8ème et 9ème DTE sortent pour un entrainement commun au large des côtes d’Afrique du Nord et ce jusqu’au 14 décembre, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain.

Le 17 décembre 1943, L’Alcyon quitte Mers-El-Kébir pour Toulon où il va subir un grand carénage, son dernier grand carénage avant son désarmement prévu pour 1945. Arrivé à Toulon le 18 décembre, il vidange ses soutes et débarque ses munitions avant d’être échoué au bassin Vauban dit bassin n°6 pour une remise en état complète jusqu’au 15 janvier 1944 quand il est remis à flot,  laissant la place au Bordelais.

Après des travaux complémentaires à flot du 16 au 27 janvier 1944, L’Alcyon effectue ses essais réglementaires du 28 au 31 janvier, se ravitaille à Toulon le 1er février avant d’effectuer sa remise en condition du 2 au 12 février, ralliant Mers-El-Kébir le 13 février 1944.

Le 17 février 1944, L’Alcyon sort pour un entrainement commun en compagnie du Forbin de la 9ème DTE, les deux torpilleurs effectuant une école à feux du 17 au 24 février, faisant escale à Alger du 25 au 27 février avant de rallier Toulon le 28 février pour participer aux essais (29 février au 2 mars) et à la remise en condition (4 au 14 mars) du Bordelais, les trois torpilleurs rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 15 mars 1944.

Le 22 mars 1944, les torpilleurs d’escadre L’Alcyon et Bordelais sortent pour entrainement de division qui les occupent du 22 mars au 7 mai, les deux torpilleurs ralliant Toulon le lendemain.

Les deux torpilleurs de la 8ème DTE y retrouvent alors Le Basque et le Forbin pour les essais et la remise en condition du dernier nommé, les quatre torpilleurs sortant pour essais du 9 au 12 mai avant un stage de remise en condition du 14 au 31 mai, les quatre torpilleurs faisant escale à Propriano du 1er au 5 juin avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 6 juin 1944.

L’Alcyon est indisponible du 7 au 28 juin, sortant pour essais du 29 juin au 1er juillet puis sortant pour essais du 3 au 18 juillet. Il participe ensuite aux essais (20 au 23 juillet) et à la remise en condition (25 juillet au 8 août) de son compère le Bordelais.

Le 15 août 1944, L’Alcyon et le Bordelais sortent pour un entrainement de division qui les occupent du 15 août au 15 octobre, les deux torpilleurs rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain. L’Alcyon et le Bordelais enchainent par un entrainement commun avec la 9ème DTE e ce du 24 octobre au 25 décembre, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain.

L’Alcyon et le Bordelais quittent Mers-El-Kébir pour entrainement du 5 au 12 janvier 1945, effectuant des écoles à feux et des lancements de torpilles, faisant escale à Alger du 13 au 17 janvier avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 18 janvier.

L’Alcyon est mis en position de complément le 19 janvier 1945 ce qui entraine la dissolution de la 8ème DTE.

Le 21 janvier 1945, il quitte Mers-El-Kébir pour Toulon où il arrive le lendemain 22 janvier, étant mouillé dans la Darse Vieille.

Le torpilleur d’escadre L’Alcyon est officiellement désarmé le 31 janvier 1945.

L’Alcyon passe au bassin Vauban (n°6) du 1er au 10 février 1945 puis est officiellement condamné le 11 février 1945 sous le numéro de Q-19.

Mouillé au cimetière naval du Bregaillon, il est vendu à la démolition le 18 mars 1946 et remorqué à un chantier de démolition installé à La Ciotat, Borsellini Frères. Le torpilleur arrivé sur place le 23 mars est démantelé entre le 25 mars et le 12 avril 1946.