Benelux (49) Belgique (10)

Organisation

Le Corps Naval Belge est organisé en mai 1949 de la façon suivante :

-Un état major implanté à Ostende

-Le croiseur-éclaireur Léopold 1er hors rang et navire-amiral du CNB

-La 1ère flottille de torpilleurs : torpilleurs légers Genk Liège Bruxelles Zeebrugge

-2ème et 3ème flottilles de torpilleurs : huit vedettes lance-torpilles chacune

-4ème groupe de patrouilleurs-dragueurs : patrouilleurs-dragueurs A-1, A-2 et A-4.

-Groupe de soutien : pétrolier Wallonie cargo Flaminsch Transport côtier Yser, chalutiers réquisitionnés

Latécoère Laté 298 22

Latécoère Laté 298

-Flottillle Aéronavale : quatre Supermarine Walrus et six Latécoère Laté 298

Durant le conflit les structures n’évoluent guère, les moyens étant limités et n’imposent donc pas la constitution de groupes plus importants.

Artillerie et Armements navals

Artillerie

5.25 Inch QF Mark I

Tourelles doubles de 133mm en fabrication en Grande Bretagne

Le plus gros canon utilisé par le CNB est le 5.25 Inch QF Mark I Gun (canon de 133mm modèle 1940) à bord du croiseur-éclaireur Léopold 1er qui dispose de huit canons de ce modèle répartis en quatre tourelles doubles (deux à l’avant et deux à l’arrière).

Ce canon à double usage est mis au point à la fin des années trente pour équiper les croiseurs légers de classe Dido (appelés à devenir des croiseurs légers antiaériens) comme armement principal, les cuirassés King George V, Lion et Vanguard pour un armement secondaire polyvalent.

Ce canon se révéla médiocre. Il était trop peu puissant pour le combat antisurface et trop lourd pour le tir antiaérien, les obus encartouchés étant délicats à manipuler, les tourelles étant lentes à manœuvrer.

Les 5.25 Inch Mark II, III et IV ont été développés pour l’armée, servant de canons antiaériens à terre mais également de pièce de défense côtière.

Ce canon de 50 calibres (longueur du tube : 6.67m) tire des obus de 36.3kg (semi-perforant et explosifs) à une distance maximale de 21397m (+45°) en tir antisurface et de 14170m en tir antiaérien (+70°) à raison de huit coups par minute.

La tourelle double Mark I utilisée par les cuirassés pèse 78 tonnes, la tourelle double Mark II des croiseurs légers pèse 98 tonnes mais leurs performances sont identiques avec un pointage de -5° à +70° à raison de 10° par seconde en site et en azimut sur 80° de part et d’autre de l’axe pour les cuirassés, 150° de part et d’autre de l’axe pour les croiseurs, à chaque fois à raison de 10° par seconde. La dotation en munitions est de 400 coups par canon pour les cuirassés et de 340 par canon pour les croiseurs légers.

Le Léopold 1er disposait de 320 coups par canon soit un total de 2560 obus de 133mm dont une partie d’obus éclairants.

Ces canons ont également été utilisés par l’armée de terre britannique pour la défense antiaérienne territoriale ainsi que pour la défense côtière notamment à Gibraltar.

4.7 Inch QF Mk XII

Canon de 120mm à bord d’un destroyer britannique

Il est talonné par le 4.7 Inch QF Mark XII Gun (canon de 120mm modèle 1930) utilisé par les torpilleurs légers du Corps Naval Belge à raison de quatre pièces par navire, deux à l’avant et deux à l’arrière, toutes sous masque.

Les belges vont donc utiliser le Mk XII soit le même canon que les Tribal britannique, ce modèle étant de toute façon assez proche du Mk IX.

Ce canon de 47 calibres (longueur du tube : 5.640m) tire des obus de 22.7kg à une distance maximale de 15520m (+40°) à raison d’une cadence de tir maximale de dix coups à la minute. La dotation en munitions est de 200 coups par pièce soit un total de 800 coups pour l’ensemble du navire.

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

Canon de 75mm TAZ modèle 1939. Le canon de 75mm Schneider modèle 1940 est une adaptation navale

Les patrouilleurs-dragueurs mais aussi le croiseur-éclaireur vont eux être armés d’un canon de 75mm français, le canon de 75mm Schneider modèle 1940, une adaptation navale du canon de 75mm TAZ modèle 1939, canon exporté uniquement, la marine française ayant choisit depuis longtemps le canon de 90mm.

Ce canon de 75mm est aussi utilisé pour les défenses côtières, Anvers disposant de huit canons, Zeebrugge et Ostende de quatre chacun. Les patrouilleurs-dragueurs disposent de deux canons de 75mm chacun et ce canon est également embarqué sur les navires auxiliaires.

Ce canon de 50 calibres (longueur du tube : 3.750m) tire des obus de 7.250kg à une distance maximale de 12500m à raison de cinq à dix coups par minute. L’affût simple sous masque permet au canon de pointer de -10° à +65° et en azimut sur 360° La dotation en munitions est de 200 à 300 coups par pièce selon les navires.

Schneider 37mm

Canon de 37mm Schneider modèle 1941

Le reste de l’artillerie est composée de canons légers qu’il s’agisse de canons de 20mm Oerlikon ou de canons de 37mm Schneider modèle 1941. On trouve également des mitrailleuses notamment des Vickers de 7.7mm.

Le canon de 37mm CA modèle 1941 est un canon de 60 calibres (longueur du tube 2.220m) tirant des projectiles de 0.9kg à une distance maximale de 6800m (3000m en pratique) à raison de 150 coups par minute sachant que l’alimentation se fait par des lame-chargeurs de 25 cartouches.

Le CNB utilise des affûts simples ou doubles permettant au canon de pointer en site de -10° à +90° et en azimut sur 360°.

4 Inch BL Mark IX X 5

Canon de 102mm modèle 1916

Durant le conflit, de nouveaux modèles de canons sont utilisés. On trouve ainsi le 4 Inch BL Mk IX (canon de 102mm modèle 1916) à bord des Flower, les belges décidant de standardiser l’armement en choisissant de remplacer le canon de 100mm de La Rennaise par une pièce britannique.

Ce canon de 45 calibres (longueur du tube : 4.590m) tire des obus de 10kg (poids du projectile : 14kg) à une distance maximale de 12344m (+30°) à raison de 10 à 12 coups par minute. L’affût simple CP I pèse 4.79 tonnes et peut pointer de -10° à +30° en site et sur 360° en azimut. La dotation en munitions était généralement de 150 coups par canon.

Le transfert de vedettes lance-torpilles permis également à la marine belge d’utiliser le canon de 40mm Bofors qui allait peu à peu supplanter le 37mm Schneider.

Torpilles, Mines et Charges de profondeur

Torpille 533mm britannique

Torpilles de 533mm britanniques

-Le Léopold 1er et les quatre torpilleurs légers utilisent la torpille britannique Mark X,une torpille de 533mm à raison de six tubes lance-torpilles en deux plate-formes triples pour les seconds et de huit tubes lance-torpilles en deux plate-formes quadruples pour le premier.

18 Inch Torpedo Mark XII Bristol Beaufort

Torpilles de 18 pouces (457mm) prêtes à être chargées à bord des bombardiers-torpilleurs Bristol Beaufort

En revanche les vedettes lance-torpilles utilisent la Mark XII de 457mm plus légère mais pas moins efficace, cette torpille étant également utilisée par les Latécoère Laté 298. Pour les mines, le CNB à acquis un lot de mines à orin Mark XVII pour protéger les accès aux principaux ports du plat-pays. En ce qui concerne les armes ASM, la Belgique utilise la charge de profondeur Mark VII.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s