Mitteleuropa Balkans (208) Slovaquie (2)

HISTOIRE

Tchèques et Slovaques avant la Tchéco-Slovaquie

Avant de former un état ce sont des régions et des territoires plus ou moins autonomes et plus ou moins indépendants.

Bohème

Le Royaume de Bohème (en rouge vif) en 1618

-Le nom Bohème (en tchèque Cechy et en allemand Böhmen) vient d’un peuple vivant jadis dans la région les Celtes Boeins nom auquel fût accolé le terme germanique de Heim (hameau). C’est une région de plateaux fertiles que ces celtes auraient occupé au début du 6ème siècle avant notre ère mais naturellement les sources historiques manquent pour avoir une date précise.

-Les Boeins auraient été chassés à l’époque d’Auguste par les marcomans avant de se fondre chez un autre peuple germanique, les Bavaari (qui à donné le nom de Bavière).

-Les Slaves arrivent dans la région au 6ème siècle et au siècle suivant un royaume slave de Bohème aurait existé. Je dis bien aurait car là encore les sources historiques manquent.

-En 1086 le duc Vratislav II de Bohème de la dynastie des Premysildes devient roi quand la Bohème passe du rang ducal au rang royal suite à un décret prit par l’empereur germanique Henri IV. Ce royaume rentre immédiatement dans l’orbite du Saint Empire Romain Germanique né en 962 quand Othon 1er roi de Germanie relève une couronne impériale sans titulaire et sans existence depuis 888 et la mort de Charles le Gros.

-C’est également à cette époque que commence la colonisation germanique de la Bohème, une colonisation qui concerne d’abord les territoires forestiers de l’ouest peu peuplés puis les villes où allemands, juifs et Roms (qui héritent à cette époque du surnom de Bohémiens) cohabitent avec les tchèques.

Au 15ème et au 16ème siècle la Bohème connait un véritable age d’or avec un développement économique et culturel remarquable.

En 1526 le roi Louis II de Hongrie de la dynastie des Jagellon est tué par les ottomans à la bataille de Mohacs. C’est la fin de l’indépendance hongroise et le début de son morcellement.

Son beau-frère Ferdinand d’Autriche qui était aussi frère de Charles Quint devient roi de Bohème marquant l’intégration de la Bohème dans les territoires patrimoniaux de la maison d’Autriche même si officiellement et jusqu’en 1547 la couronne de Bohème est élective. A partir de cette date jusqu’en 1918 la couronne de Bohème devient héridtaire au sein de la Maison de Habsbourg (Habsbourg-Lorraine en 1780) à l’exception de quelques mois en 1619 et 1629.

A partir du 17ème siècle la situation se dégrade avec les guerres de religion et surtout la terrible guerre de Trente Ans qui ravage les pays allemands et leurs dépendances immédiates, les armées vivant sur le pays les conséquences pour les populations civiles sont absolument terrifiantes.

En 1918 la Bohème va intégrer la Tchécoslovaquie, sa ville principale Prague devenant la capitale du nouvel état. Amputé de plusieurs territoires au moment des Accords de Munich, affaiblie par l’autonomie slovaque, la Tchécoslovaquie cesse d’exister le 14 mars 1939 quand les allemands envahissent le pays sans que les alliés occidentaux ne réagissent. Le lendemain 15 mars la Slovaquie sous la pression des allemands et pour éviter une annexion par la Hongrie proclame son «indépendance» pendant que la Bohême-Moravie devient un protectorat, situation qui allait durer près de quinze ans.

Moravie

Cette région appelée Morava en tchèque et Mähren en allemand est indissolublement associée à la Bohème voisine, l’union définitive datant du premier tiers du 11ème siècle. Ses villes principales sont Brno et Olomouc.

Dans l’antiquité la région est peuplée par les celtes qui sont ensuite remplacés par différentes peuplades germaniques. Au 3ème siècle de notre ère on trouve des traces de peuplement lombard, un peuple venu de Scandinavie et qui allait donner son nom à une région d’Italie.

Au 6ème siècle comme en Bohème les slaves occupent la région mais sont tiraillés entre l’influence franque à l’ouest et l’influence des avars à l’est.

Au 9ème siècle (833) une Grande Moravie voit le jour, regroupant le nord de l’Autriche et de la Hongrie actuelle, l’ouest de l’Ukraine Subcarpathique et un peu plus tard d’une partie de la Bohéme et de l’est de la Silésie.

A partir de 863 deux missionaires, Cyrille et Methode entame l’évangélisation et la christianisation de la région.

Cette Grande Moravie à une existence éphémère et la région se lie à la Bohème à une date inconnue (1019 ou 1029 selon les sources). La Moravie intègre de facto le Saint Empire Romain Germanique et la Maison d’Autriche. En 1182 la Moravie devient un magraviat.

En 1806 la Moravie tout comme la Bohème intègre l’Empire d’Autriche qui succède au St Empire Romain Germanique puis à partir de 1867 à l’Empire d’Autriche-Hongrie, la Moravie dépendant de la partie autrichienne de la Double-Monarchie à savoir la Cisleithanie.

En 1918 elle intègre la Tchécoslovaquie puis au printemps 1939 le Protectorat (Reichsprotektorate) de Bohême-Moravie, situation qui dure jusqu’à la reconstitution d’une Tchécoslovaquie indépendante à la fin du second conflit mondial en Europe.

Slovaquie

La Slovaquie en 1943

Tout comme la Bohème et la Moravie la Slovaquie est peuplée durant la période antique de celtes venus des Alpes du centre de l’Allemagne. Ils s’y installent vers la fin du 2ème siècle avant notre ère.

Ils introduisent la civilisation de la Tène dans la région du Danube, construisant des enceintes fortifiées appelées oppidum et sont les premiers à battre monnaie. Il existe une forme de proto-état avec un oppidum «panceltique» près de l’actuelle Bratislava.

A la fin du 1er siècle les celtes de la région sont chassés à la fois par la poussée romaine et par la poussée de différents peuples germains notamment les marcomans et les quades.

Les Slaves arrivent dans la région vers l’an 500 et cohabitent un temps avec les gépides, les lombards et les turbulents avars avec lesquels les rapports sont immédiatement conflictuels. Les slaves profitent de l’affaiblissement des avars qui doivent affronter les byzantins.

A la fin du 7ème siècle deux principautés voient le jout sur l’actuel territoire slovaque, la Morava centrée sur l’ouest de la Slovaquie et la Moravie et la Nitra centrée sur l’ouest et le centre de la Slovaquie, les Carpathes blanches font office de séparateur.

Au cours de la 1ère moitié du 8ème siècle est amorcé un processus de christianisation et d’évangélisation, processus poursuivie par le Royaume de Francie orientale de Louis le Germanique qui après le traité de Verdun (843) _plus connu pour être le premier texte rédigé dans ce qui s’approche le plus du français et de l’allemand que pour ses clauses politiques_ se concentre sur ses marches orientales, véritables front pionniers et terres de mission à évangéliser et à coloniser.

C’est peu avant cet événement qu’avait vu le jour une Grande Moravie qui reste un état vassal de la Francie orientale, la faute à une instabilité chronique habilement exploitée par les voisins pour éviter de voir naitre un géant en Europe centrale. Une guerre aux résultats incertains opposent les francs alliés aux bulgares et les moraves.

En 862 les frères Cyrille et Methode arrivent en Moravie pour procéder à l’évangélisation de la région. Ce choix de se tourner vers Byzance répond à une volonté des moraves d’équilibrer les influences occidentales et orientales.

A cela s’ajoute vraisemblablement une plus grande souplesse des missionnaires qu’on appelle pas encore orthodoxes que de leurs homologues occidentaux ainsi qu’une volonté de la papauté de ne pas trop renforcer les évêques de Bavière qui lorgnent sur la région.

En dépit de cette évangélisation byzantine la Moravie reste politiquement parlant sous l’influence des francs.

Au 11ème siècle l’actuelle Slovaquie intègre le Royaume de Hongrie. En 1541 la ville de Buda tombe aux mains des ottomans. Par la force des choses la ville de Presbourg future Bratislava devient la capitale et la ville de couronnement des rois de Hongrie.

Au XVIIIème siècle on assiste à un éveil identitaire des slovaques. En 1787 dans le contexte des Lumières une première codification de la langue slovaque est réalisée. Ce réveil culturel se fait également dans le contexte de l’émergence de l’idéologie panslaviste.

En 1847 les catholiques et les luthériens s’entendent sur une langue slovaque commune.

L’année suivante au cours du Printemps des Peuples les slovaques se rangent du côté des autrichiens contre les hongrois ce qui n’empêche pas le nationalisme slovaque de continuer sa croissance et son développement.

En 1867 le compromis qui fait suite à la défaite de Sadowa exclue les slaves. Au projet d’une monarchie confédérale on préfère une monarchie duale avec les autrichiens et les hongrois. La Slovaquie dépend alors de la Transleithanie, la partie magyare de la Double-Monarchie. Le nationalisme slovaque connait un véritable coup de frein.

En 1918 l’Autriche-Hongrie véritable colosse aux pieds d’argile s’effondre. Les slovaques intègre un nouvel état la Tchéco-Slovaquie qui devient très vite la Tchécoslovaquie. Plus riches, plus puissants, les tchèques ne tardent pas à prendre les commandes du pays, cachant mal le mépris que leur inspire des slovaques plus ruraux et plus catholiques alors que les tchèques sont davantage athées voir a minima déchristianisés.

En 1938 la Slovaquie devient autonome suite aux accords de Munich, autonomie qui devient «indépendance» le 15 mars 1939 sous la pression des allemands prêts à rendre la Slovaquie à une Hongrie revancharde qui n’avait pas oublié le traité de Trianon qui avait réduit son territoire historique à la portion congrue.

La Slovaquie devient un état autoritaire, nationaliste, antisémite dirigé par un prêtre, Josef Tiso, l’Etat devenant un satellite de l’Allemagne et le restera jusqu’à la fin du second conflit mondial qui voit la fin de l’indépendance slovaque qui réintègre une Tchécoslovaquie qui ne tarde pas elle à aussi à replonger dans l’autoritarisme, un autoritarisme communiste mais un autoritarisme quand même.

Mitteleuropa Balkans (162) Grèce (6)

Gloire et misère d’un empire : La Grèce aux temps de l’empire byzantin

Les grandes lignes

L’Europe en 888

De 476 à 1453 l’est de la Méditerranée est dominé par un rejeton du glorieux empire romain. Cet Empire Romain d’Orient va peu à peu s’helléniser, Justinien qui règne de 527 à 565 étant considéré comme le dernier empereur romain au sens ancien du terme, le dernier à parler mieux le latin que le grec, le dernier qui rêvait de reconstituer l’empire d’Auguste à son profit.

Plusieurs dynasties se succèdent, on ne compte plus les coups d’état, les assassinats de couloir, les conflits internes. Ces événements ont troublé et scandalisé les historiens classiques mais allez savoir pourquoi les lecteurs contemporains sont passionnés par ces anecdotes.

A plusieurs reprises Byzance connait des périodes brillantes notamment aux 9ème et 10ème avec la dynastie macédonienne et mon empereur byzantin préféré, Basile II Bulgaroctone («Le tueur de bulgares»).

Il y eut hélas de nombreuses périodes noires comme en 1071 avec la défaite de Mantzikert qui provoque la perte de l’Asie mineure au profit des turcs seljoukides.

L’Empire Byzantin en 1263

Après une période de redressement sous les Comnènes, la quatrième croisade de 1204 met l’empire byzantin par terre qui disparaît pendant plus de cinquante ans. Même après sa restauration en 1261, l’empire est considérablement affaiblit. Sans parler de deux cents ans d’agonie il est difficile de considérer la période 1261-1453 comme une période dorée. Le 30 mai 1453 les troupes ottomanes de Mehmet II rentrent à Constantinople marquant la fin de l’empire byzantin et pour certains la fin du Moyen-Age.

Difficile de résumer rapidement dix siècles d’histoire mais on peut essayer de diviser l’histoire byzantine en plusieurs grandes périodes :

Justinien

-De 527 à 711 : Justinien et ses successeurs tentent avec plus ou moins de succès de reconstituer l’empire romain tel qu’il existait à l’époque classique. C’est un échec, les temps ont changé et les moyens ont manqué même si Justinien pouvait s’appuyer sur des généraux brillants comme Narsès et Bellisaire

De 711 à 1204 l’empire romain d’orient devient l’empire byzantin, cessant d’être romain pour devenir entièrement grec. De 867 à 1057 la dynastie macédonienne porte la puissance byzantine au pinacle notamment en mettant par terre l’empire bulgare à l’issue d’une longue série de conflits.

Basile II Bulgaroctone

Après plusieurs années de lutte les Comnènes s’emparent du pouvoir et tentent de redresser l’empire byzantin mais la quatrième croisade porte un coup à l’empire, coup dont il ne se rélevera même après sa pleine et entière renaissance en 1261.

Représentation moderne de Constantin XI Paléologue, dernier empereur byzantin. Tombé lors du Siège de Constantinople, son corps n’à jamais été retrouvé.

De 1261 à 1453 ce sont les Paléologues qui sont au pouvoir. Byzance est devenue une puissance de seconde ordre. Elle devient même vassale de l’empire ottoman.

La Grèce sous l’empire byzantin

Je vais maintenant parler de la Grèce dans l’Empire Byzantin c’est-à-dire grosso modo le territoire actuel de la Grèce.

Le Despotat d’Epire est l’un des états ayant succédé à l’empire byzantin en 1204. Fondé par Michel Comnènes Doukas, il se revendiquait comme le successeur de l’empire byzantin, titre que lui disputait l’empire de Nicée présent en Asie mineure et l’empire de Trebizonde qui se trouvait au bord de la mer Noire, deux territoires que je n’aborderai pas là car n’appartenant pas à la Grèce.

Il ne va réintégrer l’empire restaurré qu’en 1323, la région tombant aux mains des ottomans en 1479.

Centré sur la Province d’Epire et l’Acarmanie, au nord-ouest de la Grèce et sur la partie occidentale de la Macédoine grecque. Il s’étendait également en une mince bande sur la Thessalie et de la Grèce continentale jusqu’à Naupacte (Lepante) au sud.

Sous Théodore Comnène Doukas et l’éphémère empire de Thessalonique, le despotat s’étendit pour incorporer brièvement la partie centale de la Macédoine ainsi que la Thrace jusqu’à Uidynotique et Andrinople (aujourd’hui Edirne).

Ce despotat est progressivement créé entre 1205 et 1216. Les années suivantes voit cet état s’affronter avec ses voisins.

Le Duché d’Athènes est un des états mis en place par les croisés de la 4ème croisade au détriment de l’Empire byzantin. Il s’étendait sur l’Attique et la Boétie avec des frontières aussi floues qu’incertaines. La capitale était Thèbes même si l’Acropole d’Athènes était mise en avant.

Reconstitution d’un mercenaire catalan (Almogavre)

En 1311 les redoutables mercenaires catalans les Almogavres s’emparent du duché et vont le contrôler jusqu’en 1379 quand ils sont supplantés par d’autres mercenaires venus de Navarre. De 1388 à 1456 (sauf 1395 à 1402 avec les vénitiens) le duché est contrôlé par les florentins.

Athènes et sa région tombent aux mains des ottomans en 1456.

Le Duché de Naxos apparaît en 1205 et disparaît en 1579. C’est un état fondé à l’issue de la 4ème croisade. Il s’étend sur une partie des Cyclades et des îles de la mer Egée. Il est centré sur Naxos.

Ce duché fondé par des vénitiens se place rapidement sous la suzeraineté de l’empereur latin de Constantinople. Le système féodal et le système byzantin cohabitent tout comme le catholicisme et l’orthodoxie. Deux dynasties se succèdent, la dynastie des Sanudi (13ème et 14ème siècles) et celle des Crispi (15ème et 16ème siècle).

En 1537 le duché est attaqué par le pirate barbaresque Barberousse qui le soumet à la suzeraineté ottomane, le duché est dissous en 1617.

L’Empire Latin de Constantinople couvre un quart es terres et s’étend à Constantinople, la Thrace et le nord-ouest de l’Asie mineure.

Le Royaume de Thessalonique à une existence brève (1204-1224). C’est un vassal de l’empire latin de Constantinople. Son existence est éphémère, il se termine par la prise de la ville par le despote d’Epire, Théodore 1er Ange et la création d’un empire de Thessalonique encore plus éphémère (1227-1230) après avoir été vaincu par les bulgares.

La Principauté d’Achaïe appelée également principauté d’Achaye ou Principauté de Morée. Vassale du royaume de Thessalonique jusqu’à sa disparition, la principauté née en 1205 va disparaître en 1432.

La capitale est d’abord Andravida jusqu’en 1249 et Mistra qui n’est autre que l’ancienne Sparte. L’Achaïe est investit par les byzantins en 1417, les latins ne conservant que quelques places fortes, les territoires sont intégrés au despotat de Morée.

En 1460 le Péloponnèse est conquise par Mehmed II. A partir de 1307 le royaume de Naples devient la puissance suzeraine de l’Achaie avec des prétendants de Savoie et d’Aragon.

Le Comté de Céphalonie et de Zanthe est une principauté fondée en 1185 dans les îles ioniennes, comté faisant partie du royaume de Sicile jusqu’en 1479 quand les vénitiens prennent le contrôle de Zanthe alors que les ottomans vont occuper Céphalonie jusqu’en 1500 quand les vénitiens récupèrent ce territoire.

Ce comté est issu de la province d’Achaïe. Ces îles sont assiégées par les normands en 1085, pillées par les vénitiens en 1126 avant d’être conquises par les normands, ce comté étant composé d’îles de Céphalonie, de Zanthe, de Leucade et d’Ithaque.

En 1564 ce comté passe sous l’autorité directe de la République de Venise. En 1797 suite au traité de Campo Formio ce comté passe sous l’autorité de la République française qui organise le territoire en trois départements : Corcyre (chef lieu Corfou; Corofu Paxos Bouthrode et Parga), Ithaque (chef lieu Argostoli; Céphalonie, Leucade, Ithaque, Preveza et Vanitsa) et Mer Egée (chef lieu Zanthe; Zanthe, Cythère et Strophades).

En 1799 les russo-ottomans occupent ce territoire qui devient la République des Sept-Iles sous protectorat russe puis à nouveau sous protectorat français. En 1802 les départements sont supprimés, les îles sont réoccupéées de 1807 à 1814 avant de devenir un protectorat britannique jusqu’en 1864.

La République des Sept-Iles devient République des Iles Ioniennes, un protectorat britannique reconnu par les ottomans en l’échange de la restitution de Parga en 1819. Très rapidement les britanniques souhaitent abandonner ce protectorat ce qui est chose faite en 1864. Le 21 mai les îles ioniennes sont officiellement rattachées au royaume de Grèce.

La Grèce sous le joug ottoman

C’est donc à partir du 15ème siècle que la Grèce va basculer sous l’autorité ottomane. Thessalonique et Ioannina tombent en 1430, Athènes en 1456, le Péloponnèse et la Béotie en 1460, Lesbos en 1462, Samsos en 1475, Rhodes en 1522, Cyclades et Chios entre 1537 et 1566, la Crète en 1669. D’autres territoires comme les Cyclades et la Crète vont mettre nettement plus de temps à basculer.

Si le Péloponnèse est réoccupé par les vénitiens de 1685 à 1715, certaines régions n’ont jamais été occupées par les ottomans (Corfou, Ithaque et l’archipel ionien par exemple).

La Grèce est gérée par le système du millet, les populations étant gouvernées selon leurs religions, le Patriarche de Constantinople devint le responsable aux yeux du sultan. Les chrétiens travaillent dans les timars (domaines agricoles) qui prélevaient l’impôt (kharaddj) et un garçon par famille pour le corps des janissaires (devchirmé).

L’Eglise et le clergé orthodoxe assurent l’édducation, l’entraide et la cohésion des populations ce qui maintien le sentiment national grec et la volonté de se libérer du joug ottoman.

La Crète va ainsi basculer seulement au 17ème siècle, les ottomans s’emparant de l’île alors aux mains des vénitiens au cours de la Guerre de Candie (1645-1665). Les forteresses de Souda, Gramvoussa et Spinalonga sont sous contrôle vénétien en 1715.

Cette conquête se double d’une politique de colonisation avec des colons anatoliens, des autochtones se convertissant à l’islam pour échapper à l’impôt au devchirmé. Néanmoins de nombreux chrétiens hellénophones sont toujours là et vont se révolter à plusieurs reprises.

La Crète ottomane forme un eyalet avec Hanya (La Canée) pour capitale, le territoire étant divisé en trois sandjaks.

Une première révolte majeure à lieu en 1770/1771, sorte de répétition avant la participation crétoise à la Guerre d’indépendance grecque qui éclate en juin 1821. Une armée egyptienne envoyée par Mehmet Ali débarque en mai 1822 mais après une accalmie, une nouvelle révolte éclate en 1823/24.

Après la défaite ottomane à Navarin en 1827 la Crète reste sous administration egyptienne et en 1828 les navires franco-britanniques détruisent une flottille corsaire grecque.

En 1867 la Crète devient un vilayet divisée en six sandjaks. Des révoltes ont lieu à nouveau entre 1866 et 1869 et en 1897/1898.

Le Traité de Constantinople (1897) fait de la Crète un état autonome sous souveraineté ottomane et si la Crète provoque son rattachement à la Crète dès 1908 (enosis), ce n’est qu’en 1913 qu’à l’issue des guerres balkaniques que ce rattachement allait être reconnu par l’empire ottoman.

Sur le continent les ottomans vont commencer la conquête au 14ème siècle. Manuel fils de Jean V Paléologue tente de résister autour du Thessalonique mais c’est très éphémère (1389-1391).

Bayezid 1er pousse vers la Thessalie et le Péloponnèse. L’invasion mongole de l’Anatolie par Tamerlan soulage la Grèce et les grecs, les ottomans devant se retourner contre les cavaliers issus des steppes.

Ce n’est que partie remise. En 1430 les villes de Ioannina et Thessalonique qui sont conquises, Athènes en 1456, le Péloponnèse en 1460 et vers 1500 la majorité de la Grèce est sous domination ottomane.

Le territoire grec se vide de sa population, les élites s’enfuient à l’étranger alors que les plus pauvres abandonnent les plaines pour les zones montagneuses et être ainsi à l’abri de potentielles exactions ottomanes.

Dès le début la résistance s’organise. C’est ainsi que 5000 grecs participent à la bataille de Lepante en 1571.

La Grèce est intégrée avec le reste des Balkans à l’Eyalet de Roumélie dont la capitale est Sofia. La Grèce proprement dite est divisée en six sandjaks.

Mitteleuropa Balkans (161) Grèce (5)

Epoque hellinistique et conquête romaine

Carte de l’Empire d’Alexandre

L’époque hellinistique couvre une période de près de trois siècles de la mort d’Alexandre le Grand en -323 à la conquête romaine de l’Egypte en -30 où régnait Cléopatre VII Ptolémée de la dynastie lagide, dynastie issue de l’un des généraux d’Alexandre, les fameux diadoques.

Cette période est peu connue et vue comme une période de transition voir de décadence entre la glorieuse période classique et l’empire romain. Les historiens contemporains comme souvent ont relativisé le jugement péremptoire de leurs ainés. Cette période est marquée par un dynamisme économique et culturel. A noter que ce terme est apparu dans l’historiographie en 1836.

Sur le plan politique on trouve des grands royaumes par les lagides, les séleucides, les antigonides et les attalides. Les cites grecques ont certes perdu de leur splendeur mais ils sont loin d’être de simples figurants, se regroupant en ligues comme à l’époque classique.

La division de l’Empire entre les Antigonides

De -323 à -281 les diadoques (Perdiccas, Ptolemée, Antigone, Seleucos, Cassandre et Lysimaque) s’affrontent. Antigone à voulu reconstituer l’empire d’Alexandre à son profit mais il est vaincu par une coalition des autres diadoques à la bataille d’Ipsos (-301).

La Guerre des Diadoques terminée un équilibre précaire surgit entre trois grandes dynasties à savoir les antigonides (Macédoine), les lagides (Egypte) et les seleucides (Une partie de l’Asie mineure, la Mésopotamie, la Syrie et la Perse).

Aux côtés de ces grands royaumes on trouve des petits royaumes qui émergent comme celui des attalides autour de Pergame, le royaume du Pont et de Bithynie. On trouve des confédérations de cités (ligue achéenne et ligue etolienne) et même certaines cités restent indépendantes comme Rhodes.

En dépit d’une certaine stabilisation de nombreux conflits opposent les diadoques et leurs descendants.

Pour se concentrer sur la Grèce, le royaume de Macédoine cherche à contrôler des cites grecques qui possèdent encore des résidus de puissance. C’est ainsi qu’Athènes est dominée par les antigonides jusqu’en -229 alors que la puissance spartiate est définitivement brisée en -222.

A la fin du IIIème siècle les romains s’emparent de la Grande-Grèce (Sicile et Italie du Sud) et ce n’était qu’une question de temps avant que la Grèce historique en particulier et l’Orient en général ne suive.

C’est un lent grignotage de deux siècles qui va intégrer le bassin oriental de la Méditerranée à l’empire romain (même si officiellement nous sommes toujours sous la République) d’abord sous la forme de royaumes clients puis sous la forme de provinces directement administrées par Rome.

Le monde hellinistique va disparaître avec le royaume lagide d’Egypte annexé en -30 après le suicide de Cléopatre VII, dernière descendante de Ptolémée, l’un des généraux d’Alexandre. A cette époque Rome à transformé la Méditerranée en lac romain en Mare Nostrum.

Les romains vont utiliser et digérer l’héritage hellenistique. Rappelons que les élites romaines sont impregnées de culture grecque (le célèbre Toi aussi mon fils de César aurait été prononcé en grec).

Peu à peu le centre de gravité de l’Empire romain va basculer vers l’Orient que ce soit à cause des menaces militaires que des richesses qui permettent aux élites orientales de jouer un rôle clé dans l’administration alors qu’à l’ouest en Bretagne, en Gaule, en Germanie et en Hispanie c’est nettement plus difficile. Pas étonnant dans ces conditions que l’empire romain à survécu à l’est et non à l’ouest.

A la fin du Troisième siècle les romains décident de soumettre le royaume de Macédoine et par voie de conséquence la Grèce. Cette décision répond à une volonté expansionniste profondément ancrée dans les esprits romains mais aussi parce que durant la deuxième guerre punique Philippe V de Macédoine à soutenu Hannibal.

Des trois conflits c’est clairement la guerre où Rome à joué sa survie avec une série de déroutes, de désastres militaires (Lac Trasimène, Cannes) mais qui ont montré également la résilience romaine.

La Macédoine et le monde Egéen vers -200 avant notre ère

Trois guerres (Guerres de Macédoine) vont être nécessaires (214 à 205, 200 à 194 et 171 à 167), conflits où un symbole marque le changement d’une ère. La phalange macédonienne jadis sans rivale est peu à peu déclassée par la légion romaine qui par sa souplesse offre davantage de possibilités aux chefs romains là où la phalange est plus monolithique et moins souple d’utilisation.

La Macédoine est divisée en quatre districts mais se révolte entre 150 et 148. Elle devient alors une province avec Thessalonique comme capitale.

En 147/146 ce sont cette fois les cités grecques qui se révoltent sous l’impulsion de la Ligue Achaïenne. Comme souvent les romains ne prennent pas de gants et se montre impitoyables, le sac de Corinthe étant un avertissement envoyé à toutes les autres cités de Grèce.

Une fois la répression passée Rome fait preuve d’intelligence politique. Les cités qui se sont révoltées sont intégrées à la Province de Macédoine et soumises au tribu alors que celles qui sont restées neutres ou ont assisté Rome restes autonomes.

Je dis bien autonomes et non indépendantes car si pour la politique intérieure elles peuvent faire ce qu’elles veulent _Rome n’à de toute façon pas les moyens de contrôle la vie politique locale de toutes les cités et n’en à visiblement jamais eu l’intention_ en matière de politique extérieure c’est Rome qui décide ce qu’elles doivent dire, faire et penser.

Parmi elles on trouve Athènes et Sparte qui ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes sur le plan militaire et politique, le rayonement culturel, cultuel et philosophique de l’actuelle capitale grecque n’ayant jamais cessé même si la ville va connaître des périodes difficiles, prennant à chaque fois le camp des perdants dans les guerres civiles romaines.

Es-ce à dire que les cités grecques ont abdiqué toute idée d’indépendance ? Pas vraiment puisque durant les guerres mithdriadiques (88-65) déclenchée par Mithridade VI Eupator, roi du Pont certaines cités grecques lui apportèrent leur appui dans l’espoir de secouer la domination romaine.

Comme durant les guerres de Macédoine et les révoltes ultérieures, le conflit tourna au désavantage des grecs qui subirent le courou romain, les troupes de Sylla saccagèrent Athènes en 86 et Thèbes l’année suivante. La Grèce va pleinement intégrer l’empire romain, la conquête politique et militaire de l’Asie mineure et de l’Arménie ôtant tout espoir pour les grecs d’un retour à l’indépendance.

Dévastée par les combats, ruinée, la Grèce va peu à peu renaitre notamment sous l’impulsion du plus phillélène des empereurs romains, Hadrien qui par ses nombreux voyages dans la partie orientale de l’empire multiplie actions et donations pour reconstruire des cités, embellir d’autres. Les élites par une dynamique politique d’évergétisme (fêtes, monuments) contribuent également à l’éclat de la civilisation hellinistique.

La Grèce qui n’est encore qu’une expression géographique va d’ailleurs être le théâtre de trois batailles décisives de l’histoire romaine, la Bataille de Pharsale en -48 où les troupes de César défont les troupes de Pompée le Grand, la Bataille de Philippes six ans plus tard en -42 où Octave-Auguste et Marc-Antoine défont les troupes des conspirateurs assassins de César (dont le fils adoptif de César Brutus) et celle d’Actium en -31 où la flotte d’Octave-Auguste défait celle de Cléopatre poussant cette dernière au suicide en compagnie de son amant Marc-Antoine.

Les élites grecques sont divisés sur l’attitude à adopter comme souvent pour les élites dirigeantes face à une menace extérieure. Beaucoup sont nostalgiques de leur grandeur passée mais en même temps ils admirent l’efficacité du modèle administratif et militaire romain.

Les provinces de l’Empire Romain en l’an 14

La Grèce va être divisée en provinces. Bien entendu en quatre siècles la division et l’organisation ont grandement évolué.

On trouve d’abord l’Achaie créée en -27 sous l’impulsion d’Auguste avec Corinthe comme capitale, la province de Crète et de Cyrénaïque créée en -31, l’Epire créée sous Vespasien (69 à 79) et bien entendu la Macédoine dès -146.

Si différents empereurs modifient à la marge l’organisation des provinces il faut attendre Dioclétien (seul empereur à avoir volontairement abdiqué) pour qu’un big-bang organisationnel ait lieu avec la division de l’Empire en deux avec un Auguste assisté par un César.

Les deux empires sont divisés en préfecture elles mêmes subdivisées en diocèses eux mêmes subdivisés en provinces.

Le Diocèse de Thrace (Diocesis Thraciae) dont la capitale est Constantinople dépend de la Préfecture du Prétoire d’Orient dont la capitale est Antioche. Le diocèse comprend les provinces d’Europe, d’Haeminontus, de Mesie Seconde (partie centrale de l’ancienne Mésie inférieure), de Rhodope (qui deviendra le thème de Bolleron sous l’empire byzantin) et la Scythie mineure (partie de l’ancienne Mésie inférieure actuelle Dobroudja).

Sous l’autorité de la Préfecture du Prétoire d’Illyrie (capitale Thessalonique) on trouve le Diocèse de Macédoine qui comprend les provinces de Crète, d’Epire Nouvelle, d’Epire Ancienne (ces deux provinces formant l’ancienne royaume d’Epire, la division de l’Epire remontant à 395), de Macédoine et de Thessalie.

La province d’Achaïe ne dépend d’aucun Diocèse.

Comme partout dans l’empire romain sont implantés des colonies. Si certaines sont implantées sur des sites d’anciennes cités grecques d’autres sont créées ex-nihilo comme la cité Nicopolis d’Epire destinée à célébrer la victoire d’Auguste à Actium. Les créations ex-nihilo sont rares, les autorités roumaines préférant s’appuyer sur des organisations existantes.

La romanisation est très superficielle car non seulement la culture grecque est solide mais aussi parce que le conquérant romain était loin de considérer les grecs comme des inférieurs ils étaient même plutôt en admiration béate devant des gens qu’ils venaient de conquérir.

«Graecia capta ferum victorem cepit et artes intulit agresti latro» comme dira le poète Horace («La Grèce conquise conquit sa farouche vainqueur et porta les arts dans le rustique Latium»).

Les troupes romaines sont peu présentes, la sécurité est surtout assurée par des troupes auxiliaires (donc probablement mieux acceptées par les population locales). Il y à bien quelques révoltes et quelques incursions de «Barbares» mais jusqu’à la Crise du IIIème Siècle la situation est plutôt calme.

La chute du dernier des Sévères en 235 provoque une crise qui va durer plusieurs décennies avec des problèmes économiques, un sentiment de déclassement, des querelles de pouvoirs et des épidémies. Bref la fin d’un monde.

A cela s’ajoute de nouvelles invasions barbares comme les Goths qui pénétrent jusqu’en Macédoine au début des années 250. Athènes renforce ses défenses pendant qu’on fortifie l’Isthme de Corinthe et la passe des Thermopyles.

En 266 des Hérules et quelques Goths franchissent l’Hellespont pillant Athènes avant de pousser vers Corinthe, Argos, Sparte et Olympie. D’autres se dirigent vers la Macédoine, Thessalonique étant assiégée.

L’empereur Gallien les repousse en 268 mais il faudra attendre les campagnes d’Aurélien (qui règne de 270 à 275) pour que la sécurité soit entièrement et pleinement restaurée.

La Grèce va intégrer l’Empire Romain d’Orient _le contraire eut été étonnant_ qui va devenir l’empire byzantin quand l’empire romain deviendra pleinement et entièrement grec.

Diocèse de Macédoine

Dioclétien (284 à 305) divise l’empire en deux avec quatre chefs (Tetrarchie) pour améliorer la gestion et la défense. Constantin qui règne lui de 306 à 337 rétablit l’unité qui perdure jusqu’en 395 et la mort de Théodose 1er divise définitivement l’empire romain en un empire romain d’Occident qui disparaît en 476 et un empire romain d’Orient qui allait durer près de 1000 ans.

Sur le plan religieux la Grèce est rapidement christianisée, les évangiles étant écrits en grec, Paul de Tarse prêche à Athènes et Ephèse. Les jeux olympiques disparaissent en 393 car vu comme la célébration du paganisme.

De toute façon le paganisme est mort et enterré malgré les efforts de l’empereur Julien dit Julien l’Apostat pour balayer le christianisme et rétablir la religion des anciens.

Mitteleuropa Balkans (72) Roumanie (2)

HISTOIRE DE LA ROUMANIE (Istoria României)

Aux temps jadis

Préhistoire et Antiquité

Il y à très très longtemps…….

Le territoire actuel de la Roumanie est précocement peuplé puisque les plus anciennes traces de peuplement remontent à l’an 8000 avant notre ère.

Et encore il s’agit uniquement des premières traces d’agriculteurs d’origine anatolienne qui entretiennent des relations ambivalentes avec les chasseurs-cueilleurs qui occupaient à l’époque le bassin inférieur du Danube.

Plusieurs civilisations préhistoriques vont se succéder mais les traces archéologiques qu’elles ont laissés sont très faibles ce qui explique qu’on les désigne par le nom générique de Pélasges en suivant ainsi Hérodote et Homère.

Vers l’an 1200 avant notre ère une crise climatique frappe la région comme ailleurs en Europe. Des sites moins favorables qu’auparavant sont ainsi abandonnés au profit d’autres.

Roumains à l’Antique

Durant la période antique le territoire est peuplé par les Thraces selon un territoire grossièrement délimitée ainsi : partie orientale de la péninsule des Balkans, bassin du bas Danube au nord du fleuve jusqu’au Boug méridional.

A l’est des Carpathes les populations sont plus mélangées avec à la fois des Thraces et des Scythes mais au nord du Danube les tribus qui y vivent sont appelées les Gètes par les auteurs grecs et Daces par les auteurs romains.

Le Thraces sont refoulés vers l’est et coupés de l’Adriatique par les illyriens puis par les macédoniens. A partir du 6ème siècle l’influence grecque devient prépondérante. Les côtes de la mer Egée au sud et de la mer Noire à l’est sont colonisées par les grecs. Elles sont conquises par les perses de Darius 1er en -515 mais reprises par Philippe II de Macédoine en -342. En -153 une confédération Gète avait été vaincue par la Darius le Grand lors de sa campagne contre les Scythes.

Au 4ème siècle avant notre ère les celtes (Scordisques, Bastarnes) s’installent dans la région. Les auteurs grecs les baptisent du nom de Galates.

Au 1er siècle avant notre ère la civilisation thrace connait son apogée avec le Royaume des Odryses au sud du Danube et le royaume de Burebista au nord du plus grand fleuve d’Europe (hors Volga).

Le royaume des Odryses est apparu au début du 5ème siècle et très rapidement était devenu une puissance importance puisqu’il s’allia à Athènes durant la guerre du Péloponnèse contre Sparte. Ensuite ce fût une alternance de déclins et de périodes glorieuses.

Colonisation et domination romaine

A partir du 1er siècle avant notre ère les romains vont progressivement latinier les population qui vivent dans la région à savoir les Illyres, les Celtes, les Daces et les Thraces. Cela ne se fera pas sans mal avec son lot de frictions et de conflits.

Cela commence au 1er siècle avant notre ère au sud du Danube puis au 2ème siècle de notre ère au nord. L’empire romain étend sa domination sur la région. De nombreux transferts de populations et l’installation de colons romanisent les populations locales au nord d’une ligne appelée Ligne Jirecek.

Cette ligne à été définie au 20ème siècle par l’historien tchèque Konstantin Jirecek dans son livre Histoire des Serbes. Selon lui une ligne nette et précise séparait les régions sous influence grecque et les régions sous influence latine mais cette façon de voir est aujourd »hui remise en cause par les historiens qui l’estime trop sommaire.

De -82 à -44 règne Burebista, un roi dont ont sait peu de choses si ce n’est qu’il dirige une confédération dace. Il fédère les Thraces du Nord à cheval sur le bas Danube jusqu’aux monts Haemos (Gran Balkan). Il implante sa capitale à Sarmizégetuse dans monts d’Orastie en Transylvanie.

Sculpture de Décébale près d’Orsova

Cet état dace centralise va s’opposer clairement aux romains. Apparait alors un personnage que l’on peut considérer comme le «Vercingetorix roumain» à savoir Décébale qui règne de 87 à 106. C’est le plus célèbre mais aussi le dernier roi dace.

Si la Gaule et les gaulois sont considérés comme les ancètres des français, la Dacie et les Daces sont considérés comme les ancètres des roumains ce qui est un raccourci propice à toutes les exagérations et les exploitations politiques et idéologiques.

En l’an 29 avant notre ère, la Thrace septentrionale le long du Danube passe sous domination romaine formant la province de Mésie.

Cette province est aujourd’hui partagée entre la Serbie, la Bulgarie, la Macédoine du Nord et la Roumanie (Doubrodja). Elle est limitée au nord par l’Istros (Danube), à l’est par le Pont Euxin (Mer Noire), au sud par l’Haemos (Gran Balkan) et à l’ouest par les pentes orientales des Alpges Dinariques dans l’actuelle Serbie.

En l’an 45 le Royaume des Odryses allié de Rome est finalement intégré à l’empire romain. De nombreux Thraces deviennent gladiateurs comme un certain Spartacus qui fit trembler l’empire romain sur ses bases.

En l’an 87 l’empereur Dominitien divise cette province en deux avec une Mésie Supérieure et une Mésie Inférieure.

L’empereur Dioclétien (seul empereur romain ayant abdiqué de son plein gré) réorganise totalement la région pour tenter d’améliorer la gestion et surtout la défense d’un ensemble gigantesque.

C’est ainsi que la moitié ouest de la Mésie fût incluse dans les diocèses des Mésies appartenant à la préfecture du prétoire d’Illyrie et placée sous l’autorité de l’empereur d’Orient.

Elle est divisée en une Province de Mésie Première (qui regroupe l’essentiel de la Mésie supérieure) et la Province de Dacie Aurélienne (formée entre 271 et 275).

Cette dernière comprend la partie orientale de la Mésie supérieure et la partie occidentale e la Mésie inférieure. Elle est ensuite scindée par Dioclétien entre la Dacie Méditerranéenne et la Dacie ripuaire.

La moitié est de la Mésie est intégrée au diocèse de Thrace qui appartient à la préfecture du prétoire d’Orient et placée sous l’autorité de l’empereur d’Orient ou Auguste. Rappelons que selon la Tétrarchie mise en place par Dioclétien, l’empire romain était gérée par quatre personnes, deux Augustes (un Auguste en occident et un Auguste en orient) chacun assistés par un César censé en théorie lui succéder.

Elle est subdivisée en une Mésie seconde (partie centrale de la Mésie inférieure) et la Scythie inférieure (cette dernière est formée par la parie oriental de la Mésie inférieure Dobrudja) donnant sur la mer Noire. (NdA si vous n’avez pas tout compris sachez que moi non plus).

Du 2ème au 6ème siècle de notre ère l’Empire romain d’Orient (séparation définitive entre Orient et Occident en 395) va lutter contre les Goths, les Huns et divers autres peuples germaniques et turcs.

En 238 la Mésie est dévastée par les Goths qui sont suivis par les Wisigoths en 378 et les Huns en 441.

Constantin 1er divise le diocèse des Mésies en diocèse de Macédoine au sud (Mésie seconde et Scythie inférieure) et en Diocèse de Dacie au nord (Mésie première et les deux Dacies).

Les Daces inquiètent les romains par leur puissance militaire et leurs campagnes hivernales de pillages en Mésie, les guerriers daces profitant d’un Danube pris par les glaces.

Buste de Trajan

C’est l’empereur Trajan (98-117) qui décide de régler définitivement le problème dace mais il faudra pour cela deux guerres, la première guerre dacique de 101 à 102 et la deuxième guerre dacique en 105/106. Signe que la menace n’était pas vaine les effectifs engagés par les romains augmentent d’un conflit à l’autre passant de 150 à 200000 hommes contre 40 puis 15000 guerriers daces.

La 1ère guerre dacique voit l’engagement de la moitié de l’armée romain avec des légions mais aussi des unités auxiliaires. Après deux ans de durs combats, les romains l’emporte et un traité est signé.

Ce traité impose aux Daces de fournir des troupes auxiliaires à l’armée romaine et surtout de démanteler leurs fortifications. Ces deux promesses ne sont pas tenues et Rome doit repartir au combat pour cette fois vaincre définitivement les Daces et leur chef.

A l’issue du conflit Décébale soit se serait suicidé pour éviter la capture ou alors se serait donné la mort dans son cachot pour ne pas y être étranglé comme Vercingetorix. Figure longtemps oubliée, elle est redécouverte et va jouer pour les roumains le même rôle que le chef Arverne ou qu’un Arminius.

Le Royaume Dace ainsi vaincu devient la Province de Dacie Romaine (Dacia Trajana), une province dirigée par un légat impérial de rang consulaire soutenu par les légats de la légion dirigeants les deux légions qui en assure la défense.

Un procurateur s’occupe des finances. Province riche en or, bois et sel, elle est dirigée depuis une nouvelle capitale installée à Ulpia Traiana Sarmizégetusa, ville créée à 40km de l’ancienne capitale dace.

Pour être précis (sic), la Mésie inférieure s’étend sur l’actuel sud de la Moldavie, la Muretenie (appelée Grande Valaquie) et l’Olténie (Petite Valachie sud-ouest de l’actuelle Roumanie) alors que la province de Dacie couvre l’Olténie occidentale, la Transylvanie et le Banat.

La Dacie romaine est entourée à l’est et au sud par les deux provinces de Mésie, la province supérieure ayant sa capitale à Singindunum (vestiges situés dans le centre-ville de Belgrade) et la province inférieure à Tomis (aujourd’hui Constansa).

A l’ouest la Dacie est exposée à la Plaine de Pannonie d’où partent les raids des lazyges, une tribu sarmate. A l’est dans l’actuelle Moldavie septentrionnale on trouve les Bastarnes, les Roxolans et Carpes alors que le nord-est est peuplé de Dace non soumis à Rome.

Les romains doivent investir énormément de temps et d’argent pour dévelloper et exploiter cette nouvelle province.

Cela n’empêchera pas le successeur de Trajan, Harien d’abandonner certains territoires. C’est sous son règne que des territoires qui dépendaient jadis de la Mésie inférieure mais situés au nord du Danube forment la Province de Dacie inférieure, l’ancienne Province de Dacie devenant la Province de Dacie supérieure.En 124 est créée la Province de Davie Porolissensis au nord de la Dacie supérieure dans la région de Transylvanie.

Sous le règne d’Antonin le Pieux (138-161), on assiste à une révolte en 158 ce qui entraine une réorganisation. La Dacie Porolissensis ne change pas mais la Dacie supérieure est rebaptisée Dacie Apulensis avec Apulum comme capitale alors que la Dacie inférieure devient la Davie Ralvensis (capitale Ranula).

Sous les Sévères la situation s’améliore mais pour peu de temps car à la mort du dernier rejeton de la dynastie sévérienne en 235 Alexandre Sévère, l’empire romain bascule dans une période connue sous le nom d’Anarchie Militaire.

De nombreux raids barbares frappent la région ce qui entraine une chose jadis impensable : les villes s’enferment dans des enceintes fortifiées. Vraisemblablement la Dacie est abandonnée car trop difficile à défendre entre 271 et 275. C’est ainsi qu’Aurélien va recréer au sud du Danube la province de Dacie aurélienne. Cette province dont la capitale est Sardica (qui à Sofia ce que Lutèce est à Paris) occupe un territoire correspondant aujourd’hui à la Serbie orientale et à la Bulgarie.

Dioclétien divise la Dacie aurélienne en deux provinces : la Dacie Méditerranée autour de Sardica et la Dacie ripense («Dacie des berges du fleuve» en l’occurence le Danube) autour du Ratiaria.

Ultérieurement ces deux Dacies formeront avec les provinces de Dardanie, de Mésie inférieure et de Prévalitaine, le Diocèse de Dacie qui disparaitra au 7ème siècle lors de l’installation en masse des Slaves et des Bulgares qui remplacent l’autorité impériale et submergent les Thraces romanisés locaux, ancêtres des Valaques.

La Dacie à clairement souffert de sa position trop exposée. Néanmoins il semble que des positions militaires ont été maintenues au nord du Danube jusqu’au 4ème siècle mais clairement la volonté de s’y maintenir à tout prix n’est plus là. On assiste à une dernière incursions de Constantin 1er en 336 et la dernière incursion romaine connue en Dacie remonte à 367.

Désormais non seulement les romains ne peuvent plus passer le Danube à leur guise mais en plus sous la pression des Huns des peuples germaniques s’installent dans l’Empire. En 37 l’empereur Valens qui s’était opposé à l’installation des Goths au sud du Danube est vaincu et tué à la bataille d’Andrinople.

Slaves et héllènes

Au 6ème siècle les Slaves vont s’installer dans la région avec notamment les bulgares qui vont étendre leur emprise sur les territoires actuels de la Serbie, de la Roumanie, de la Moldavie, de la Macédoine et naturellement de la Bulgarie. Ce royaume va adopter la langue slavone et le christianisme.

Les provinces de Mésie disparaissent au milieu du 7ème siècle. Le Traité de Constantinople (681) marque la naissance du Premier Empire Bulgare qui outre les territoires au nord du Danube englobe la Mésie Moyenne, la partie occidentale de la Mésie supérieure (actuelle Serbie) et la partie orientale et maritime de la Mésie inférieure (Scythie mineure). Le reste reste byzantin mais pour seulement décennies.

Cet état appelé également Bulgarie danubienne n’est pas homogène sur le plan de la population avec les Romans (futurs roumains) dans les piémonts montagneux, les plaines sont slaves et les côtes grecques.

Au 7ème siècle les Romans sont aussi appelés Valaques. Jusqu’au 17ème siècle ils vont utiliser le slavon comme langue officielle liturgique et diplomatique.

Les historiens roumains ont défini un foyer national roumain (Vatra Straromana) comme un vaste territoire à cheval sur le Bas-Danube qui dépasse largement les frontières actuelles des Etats et notamment de l’Etat roumain. Cela s’explique par le fait que les valaques sont présents au nord et au sud du Danube.

Benelux (1) Pays-Bas (1)

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE
T-9 BENELUX (1) PAYS-BAS

Pays-Bas 5.png

AVANT-PROPOS

En ce 28 août 2019 j’entame le Tome 9 de cette monumentale uchronie, une véritable œuvre de Sisyphe dont j’ai l’impression de ne jamais voir le bout. Pourtant quand je veux accélérer je me reprends rapidement pour continuer quelque chose de charpenté, de construit, de riche et d’intéressant. Je pense néanmoins que quand je l’aurais terminé je pousserai un ouf de soulagement.

Lire la suite

Italie (52) Regio Esercito (2)

Une histoire militaire de l’Italie

Senatus Populus Que Romanus (SPQR)

Romulus et Remus.jpg

La Louve et les jumeaux

Selon la légende ce sont deux jumeaux élevés par une louve, Romulus et Remus _fils d’une vestale et du dieu Mars_ qui créérent la ville de Rome même si il fallu pour cela que le premier assassine le second.

Lire la suite

Italie (11) Regia Marina (1)

HISTOIRE ET EVOLUTION DE LA REGIA MARINA

Avant-propos

Si la Regia Marina est née le 17 novembre 1860 (soit avant la proclamation du royaume d’Italie le 17 mars 1861!), l’histoire maritime italienne est nettement plus riche et nettement plus ancienne puisque remontant à l’Antiquité.

Lire la suite

Italie (2) Histoire (1)

HISTOIRE DE L’ITALIE

Avant-propos

Pour commencer cette uchronie je vais commencer par le commencement à savoir l’histoire de l’Italie. Si l’Italie est unifiée sous sa forme moderne depuis seulement 1870, il serait erroné de penser que l’histoire italienne à commencé quand les troupes piémontaises ont occupé Rome, profitant du départ de la garnison française qui garantissait le pouvoir temporel du pape.

Lire la suite