Pologne et Pays Neutres (76) Suède (11)

Artillerie

Artillerie de campagne

-Le 7.5cm KANON m/02-33 est un canon conçu par la firme Krupp mais produit sous licence par la firme Bofors. On peut donc le considérer comme une pièce d’artillerie de campagne germano-suédoise.

Comme sa désignation l’identique les 108 exemplaires utilisés par l’Armen étaient une version modernisée en 1933 d’un modèle mis en service en 1902. Toujours en service en septembre 1948 bien que passablement déclassé, ce canon à été retiré du service en 1955 et remplacé par des canons plus modernes.

Le 7.5cm KANON m/02-33 pesait 1400kg en configuration transport disposait d’un tube de 30 calibres (longueur du tube 4.44m) pour tirer un obus explosif de 6.6kg à une distance maximale de 10000m à raison de 15 coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes protégée par un bouclier de 4.75mm d’épaisseur pouvait pointer la pièce en site de -3° à +43° et en azimut sur 50°

Le 7.5cm KANON m/40 est un canon de campagne de conception et de fabrication suédoise qui remplaça partiellement le modèle 1902/33.

Je dis bien partiellement car seulement 64 canons ont été produits. Ce canon à été utilisé par l’armée suédoise jusqu’en 1959 quand les derniers ont quitté le service actif mais pas le service actif car deux canons servant de canon de salut au palais royal de Stockholm.

Le 7.5cm KANON m/40 est un canon de campagne léger pesant 1435kg en position tir, tirant un obus de 6.6kg (75x278R) via un tube de 37.5 calibres (longueur 2.812m) à une distance maximale de 10700m à raison de quinze coups par minute, l’équipe de pièce de sept hommes protégée par un bouclier de 4.75mm pointant le canon en site de -5° à +43° et en azimut sur 50°.

Artillerie de montagne

-Canon de montagne de 75mm Bofors modèle 1934

-Le 10.5cm BERGHAUBITS m/10-24 est comme son nom l’indique un obusier de montagne lourd chargé de compléter le canon précédent. Enfin il faut le dire vite car il n’à été produit qu’à quatre exemplaires mis en service en 1926. Toujours en service en septembre 1948 ces pièces ont été retirées du service et envoyées à la ferraille sauf une pièce conservée dans un musée.

Le 10.5cm BERGHAUBITS m/10-24 est un obusier de montagne de conception et de fabrication suédoise pesant 1100kg en position de tir, disposant d’un tube de 12 calibres (1.680m), tirant un obus de 14.6kg à une distance maximale de 8000m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes peut pointer l’obusier en site de -5° à +43° et en azimut sur 5.5°.

Artillerie lourde

Le 10.5cm HAUBITS m/10 est un obusier de conception et de fabrication suédoise issu de la célèbre firme Bofors. Mis en service dans l’Armen en 1911, il à été produit à 160 exemplaires qui étaient tous en service en septembre 1948. Après une longue carrière ces obusiers ont été remplacés par des pièces plus modernes au début des années soixante.

Le 10.5cm HAUBITS m/10 pèse 1100kg en position de tir, disposait d’un tube de 14 calibres (longueur du tube 1.470m) qui lui permettait le tir d’un obus de 14.6kg (105×98) à une distance maximale de 5800m. L’équipe de pièce composée de huit hommes pouvait pointer la pièce jusqu’à +43° et en azimut sur 5.5°.

10.5cm cannon modell 1927 mis en œuvre par des artilleurs allemands

-10.5cm cannon modell 1927 : Ce canon à surtout connu un succès à l’export (Pays-Bas et Hongrie où il à été produit sous licence) à été utilisé à seulement quatre exemplaires d’abord par l’artillerie côtière puis par l’artillerie de campagne. Toujours en service en service en septembre 1948 mais retirés du service pendant la guerre car trop usés.

-10.5cm Kanon m/34

Quatre exemplaires sont acquis par l’artillerie côtière et cinquante-six par l’armée de terre soit soixante pièces pour l’armée suédoise sous la désignation de 10.5cm Fältkanon m/34.

Huit autres canons d’une version améliorée ont été acquis en 1942 et ultérieurement les pièces d’artillerie côtière furent cédée à l’armée suédoise soit un total de soixante-huit canons (les pièces ayant appartenu à la marine suédoise étant connus sous la désignation de 10.5 cm Fältkanon m/34M).

Ce canon à aussi été exporté en Suisse (production sous licence), en Finlande et en Thaïlande.

10.5cm Haubits m/39 : désignation suédoise du 10.5cm Leichte Feldhaubitze 18 acquis à 142 exemplaires.

-10.5cm Haubits m/40 : obusier de 105mm exporté également en Finlande, en Estonie, en Suisse, aux Pays-Bas et en Thaïlande. L’artillerie suédoise à utilisé plus de 400 pièces en cinq versions différentes.

-Le 10.5cm KANON m/34 est un canon de 105mm de corps d’armée. Produit à cinquante-six exemplaires, il devait assurer l’appui des divisions d’infanterie en leur offrant une couverture, un appui-feu à longue distance sans oublier la traditionnelle mission de contrebatterie.

Ce canon de conception et de fabrication suédoise pesait 3750kg en position de tir disposant d’un tube de 39.9 calibres (longueur : 4.189m) permettant le tir d’un obus explosif de 15.5kg (105×764) à une distance maximale de 18100m à raison de six coups par minute.

L’équipe de pièce de huit hommes protégée par un bouclier de 4.5mm pouvait pointer le canon en site de -5° à +42° et en azimut sur 60°. Le canon était remorqué par un camion.

Bofors 12cm m/14 : nombre inconnu utilisé par l’Armen jusqu’à une date tardive

-Le 15cm HAUBITS m/06 est un obusier moyen germano-suédois issu d’une coopération entre Krupp et Bofors. Il à été produit à cinquante-six exemplaires et mis en service à partir de 1906. Ils sont retirés du service à la fin des années cinquante car trop usés.

Pesant 2150kg en position de tir, il dispose d’un tube de 11 calibres (longueur du tube 1.650m) permettant le tir d’un obus de 41kg à une distance maximale de 6700m à raison de quatre coups par minute. L’équipe de pièce de neuf hommes pouvait pointer le canon en site de -5° à +43° et en azimut sur 2.5°.

-Le 15cm HAUBITS m/39 est un obusier de corps d’armée de conception et de fabrication suédoise, un produit de la célèbre firme Bofors. Mis en service en 1941, il à été produit à 113 exemplaires avant qu’une complément de production ne porte le parc à 147 exemplaires. Comme son prédecesseur, il était remorqué par un camion le plus souvent Volvo L TL 1931 Tractor. Il à été remplacé par des pièces plus modernes au milieu des années soixante.

Le 15cm HAUBITS m/39 pesait 2150kg en position de tir (mais 5720kg en configuration transport), disposant d’un tube de 23 calibres (3.450m) permettant le tir d’un obus explosif de 41.5kg à une distance maximale de 14600m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce de neuf hommes peut pointer le tube en site de -5° à +65° et en azimut sur 45°.

-Le 21cm HAUBITS m/17 est un obusier lourd de conception et de fabrication allemande datant de 1918 dont la Suède possédait 12 exemplaires. Cet obusier obsolète est retiré du service à la fin du second conflit mondial sans avoir pu faire parler de sa puissance.

Le 21cm HAUBITS m/17 pesait 7530kg en position de tir (et transport en deux fardeaux) disposant d’un tube de 14.5 calibres (2.67m) pour permettre le tir d’un obus explosif de 120.75kg (210×231) à une distance maximale de 10200m à raison de deux coups par minute.

L’équipe de pièce pouvait pointer le tube en site de -6° à +70° et en azimut sur 4°.

-Huit 21cm Kanone 39

Artillerie antiaérienne

-20mm Maskinkanon M.40S

Appelé aussi PANSARVÄRNSLUFTVÄRNSKANON m/40 (Nda A vos souhaits) est un canon automatique de 20mm utilisable comme canon antichar malgré son faible calibre et comme canon antiaérien. Il à repris certains éléments des canons Bofors de 25 et de 40mm. Ce canon à aussi été utilisé à bord de véhicules blindés. 2700 exemplaires ont été utilisés uniquement par l’armée suédoise.

Le PANSARVÄRNSLUFTVÄRNSKANON m/40 est un canon automatique de conception et de fabrication suédoise pesant 310kg en configuration transport et 65kg en position de tir. Il disposait d’un canon de 70 calibres (1.32m de long) permettant le tir d’un obus de 20mm de 0.145kg (20x145mm) à une distance maximale de 5000m en tir sol-sol et de 2000m en tir antiaérien sachant que la pénétration est de 25mm à 500m à 90°. Alimenté par des chargeurs de 25 coups, il pouvait tirer 360 coups à la minute.

L’équipe de pièce se compose de quatre hommes (chef de pièce, tireur et deux pourvoyeurs) qui pouvaient pointer le canon en site de -5° à +85° et en azimut sur 360°

-2cm Flak 30 et Flak 38

-Canon de 40mm Bofors

LUFTVÄRNSKANON m/29 et LUFTVÄRNSKANON m/30 : désignations officielles du Canon de 75mm Bofors modèle 1929, une arme largement exportée en Argentine, en Chine, en Finlande, en Grèce, en Hongrie, en Perse aux Pays-Bas et en Thaïlande.

-LUFTVÄRNSKANON m/37 : version modifiée et modernisée du précédent.

Artillerie antichar

-Canon antichar de 37mm Bofors

Pologne et Pays Neutres (25) Portugal (5)

Les Grands du Portugal

Comme pour la fiche synthétique (sic) précédente sur l’Espagne je vais aborder dans cette partie les grands noms de l’histoire portugaise qu’il s’agisse de rois, d’hommes politiques, de militaires ou d’explorateurs.

Alphonse Ier

Alphonse 1er (en portugais Afonso Henriques «Alphonse fils d’Henri) surnommé le Conquérant, le Fondateur ou encore le Grand est le premier roi de Portugal de 1139 à sa mort.

Né le 25 juillet 1109 (NdA date attribuée par tradition sans certitude aucune) à Guimaraes ou à Viseu, il est le fils d’Henri de Bourgogne et de Thérèse de Leon, étant compte de Portugal de 1112 à 1139 avant de se proclamer roi suite à la bataille d’Ourique. Il est père de sept ans né de son union avec Mathilde de Savoie dont Sanche 1er qui lui succède sur le trône lusitanien.

C’est par les armes qui doit s’imposer à la tête du comté en raison des convoitises de la Castille et du Léon. Le futur Alphonse 1er doit également faire face à une noblesse remuante et à l’hostilité de sa mère dont l’amant était le chef du parti opposé au futur roi de Portugal. Ce n’est qu’en 1143 soit quatre ans après la proclamation sur le champ de bataille que l’indépendance du nouveau royaume est reconnu par Alphonse VII de Castille.

Alphonse 1er de Portugal s’empare de Santarem et de Lisbonne. Il mène une politique de colonisation en faisant occuper les marches frontalières par des ordres de chevaleries comme celui des Hospitaliers et des Templiers. En 1179 par la bulle Manifestis Probatum, le Portugal devient un royaume vassal de l’Eglise en échange du paiement d’un tribu.

Il meurt à Coimbra le 6 décembre 1185 et est enterré au monastère de Sainte-Croix.

Pierre 1er

Vision romantique de Pierre 1er et d’Ines de Castro

Pedro o Justiceiro (Pierre 1er le Justicier) (Coimbra 8 avril 1320 Estremoz 18 janvier 1367) est le huitième roi de Portugal de 1357 à 1367.

Fils d’Alphonse IV de Portugal (1291-1357) et de Beatrice de Castille (1293-1359), il est marié à Constance de Castille mais noue une relation adultère avec Inès de Castro, dame de compagnie de la règne. Cette liaison à laquelle le roi met fin de façon brutale en tuant Ines va provoquer de sérieux remous au Portugal, Pierre se révoltant en 1355.

En 1357 après son couronnement, Pierre révèle un mariage secret avec Ines et sa volonté de la considérer comme la reine du Portugal. Deux assassins d’Ines capturés sont exécutés de façon très brutale. La légende raconte que le corps d’Ines à été exhumé, habillé et installé sur le trône pour permettre à la noblesse de lui rentre hommage.

Pierre 1er se révèle bon administrateur, courageux dans la défense du pays. Il participe à l’invasion de la Castille avec l’Aragon. Sur le plan du caractère il se montre faible et valétudinaire, une conséquence des trop nombreux mariages consanguins entre le Portugal et la Castille ce qui allait aboutir dès 1380 à l’extinction de la dynastie régnante et de l’avénement de la maison d’Aviz.

Il épouse Blanche, fille de l’infant Pierre-Alphonse mais ce mariage est annulé pour infirmité dès 1332 et sans avoir été consommé. Il épouse en août 1340 Constance de Castille dont il aura au moins trois enfants (Louis né et mort en 1340, Marie et Ferdinand). De son union avec Ines sont nés trois enfants (Beatrice, Jean et Denis). Il à également eu un fils appelé Jean de sa liaison avec Therese Lourenço, un fils qui deviendra roi du Portugal.

Ines de Castro

Tableau représentant le Couronnement d’Ines de Castro, un couronnement post-mortem. Cet événement n’aurait en réalité jamais eu lieu

Ines de Castro (Limia, Galice v.1325 Coimbra 7 janvier 1355) est une noble galicienne, entrée dans la légende comme la maitresse de Pierre 1er et qui fût déclarée reine de Portugal après sa mort. C’est un épisode certes secondaire de l’histoire du Portugal mais important par son impact sur la légende, les arts et la littérature.

En 1339 elle arrive au Portugal comme dame de compagnie de Constance de Castille qui doit épouser Pierre, prince hériter de la couronne de Portugal. Le mariage est célébré à la cathédrale de Lisbonne le 24 août 1339.

Pierre tombe rapidement amoureux de la dame de compagnie de son épouse au point de négliger son épouse légitime. Cette histoire est rapidement rendue publique et provoque le scandale. Le roi désapprouve moins à cause de la personnalité d’Ines que parce que cela créé un parti castillan à la cour royale portugaise.

Le roi Alphonse IV prend la décision d’exiler Ines en 1344. En octobre 1345, la princesse Constance meurt en donnant naissance au futur Ferdinand 1er. Pierre en profite pour faire revenir Ines, vivant en concubinage avec la dame de compagnie de feu son épouse. Pour ne rien arranger des enfants naturels sont nés : Alphonse (né en 1346 mais qui meurt peu après sa naissance), Béatrice (1347), Jean (1349), et Denis (1354).

Alphonse IV craint que son petit-fils ne soit écarté de la succession voir assassiné. Si Ferdinand est un garçon chetif, les enfants d’Ines et Pierre sont vigoureux et pleins de santé. A cela s’ajoute des troubles en Castille.

Alphonse IV prend la décision de faire assassiner Ines. Trois nobles Pêro Coelho, Álvaro Gonçalves et Diogo Lopes Pacheco sont envoyés au monastère de Santa Clara à Coimbra pour la tuer ce qui est chose faite le 7 janvier 1355 en profitant du fait que Pierre soit parti à la chasse. Ce dernier se révolte contre son père, le pays connaissant une courte guerre civile.

Pierre devient roi en 1357 et trois ans plus tard il annonce qu’il à épousé secrètement Ines ce qui légitime ses enfants nés de sa liaison avec elle. Selon la légende, il fait déterrer le corps d’Ines, l’habille des vêtements royaux et oblige la noblesse à lui prêter hommage. Deux des assassins sont capturés et mis à mort, le troisième Diogo Fernao Pacheco ayant reçu le pardon du roi sur son lit de mort.

Henri le Navigateur

Henrique o Navegador (Porto 4 mars 1394 Sagres 13 novembre 1460) est un prince du Portugal, considéré comme le symbole des grandes découvertes puisqu’il pilota depuis la terre ferme l’exploration par le royaume lusitanien des côtes de l’Afrique. Il ne s’est jamais marié et n’eut aucune descendance.

C’est le troisième fils survivant de Jean 1er, premier roi de la dynastie d’Aviz et de Philippa de Lancastre, fille de Jean de Gand et sœur d’Henri IV d’Angleterre.

En 1415 il participe à la prise de Ceuta pour tenter de mettre fin aux raids de la piraterie maure contre le sud du Portugal. A son retour au Portugal il est fait duc de Viseu et seigneur de Covilhã.

En 1416 il commence à repeupler le village de Terçanabal sur la péninsule de Sagres en Algarve. Il y fit construire un arsenal, un observatoire, une école pour l’étude de la géographie et de la navigation. En 1419 il est nommé gouverneur de l’Algarve.

Il participe à la découverte de Madère puis le 25 mai 1420 il devient gouverneur de l’Ordre du Christ, le successeur portugais de l’ordre du Temple dont le siège est à Tomar. Avec le temps il devient de plus en plus dévot. Les différents revenus sont investis dans les découvertes. Les motifs des explorations sont politiques, économiques et religieux.

Un de ses navigateurs découvre les Açores en 1427 et en 1434 Gil Eanes dépasse le cap Bojador. Il aurait mis au point la caravelle très pratique pour les futures explorations. Le cap Blanc est atteint en 1441, le banc d’Arguin en 1443, le fleuve Sénégal et le Cap-Vert en 1444. Henri le Navigateur accède ainsi à l’or et aux esclaves sans passer par l’intermédiaire des marchands arabes. En 1462 la future Sierra Leone est atteinte.

En 1437 Henri organise une attaque sur Tanger qui tourne au désastre. Son frère Ferdinand capturé allait mourir en captivité en 1448. Se découvrant piètre militaire, il préfère se concentrer sur les explorations. Mort en 1460 il à clairement ouvert la voie aux explorations de Bartolomeu Dias, Vasco de Gama et Christophe Colomb.

Bartolomeu Dias

Bartolomeu Dias (v.1450-29 mai 1500) est un explorateur portugais, le premier navigateur européen à avoir dépassé la pointe sud de l’Afrique.

Fils de Dinis Dias il s’initie très jeune à la navigation, recevant également des cours de mathématiques et d’astronomie. En 1486 il est chargé par le roi Jean II de Portugal de poursuivre l’exploration des côtes africaines initiée par Diogo Cao. Officiellement il s’agissait de découvrir une route vers le mythique royaume du Prêtre Jean mais officieusement il s’agissait de trouver une route pour accéder aux épices et aux soieries alors que le passage par Constantinople était impossible depuis la prise de la ville par les turcs trente-trois ans plus tôt.

L’expédition quitte Lisbonne en août 1487, atteignant en décembre la côte de l’actuelle Namibie puis réussit à franchir le Cap des Tempêtes que le roi préféra rebaptiser Cap de Bonne Espérance. Il rentre à Lisbonne en décembre 1488. Il accompagne Vasco de Gama en 1497 puis se rend avec Pedro Alvares Cabral au Brésil que les deux hommes découvrent en 1500. Lors d’un nouveau voyage vers les indes il meurt au large du cap de Bonne Espérance.

Francisco de Almeida

Francisco de Almeida (Lisbonne v.1450 près du Cap 1er mars 1510) est un militaire et explorateur portugais. Vice-roi des Indes portugaises chargé de l’expansion du commerce lusitanien dans l’Océan Indien.

Il se distingue d’abord dans les guerres contre les Maures et participe à la conqûete de Grenade aux côtés des castillans en 1492.

En 1505 il est nommé vice-roi des Indes portugaises par Manuel 1er. Il quitte le Portugal le 25 mars 1505, combat en Afrique australe avant de rallier Cochin.

Il multiplie les raids contre les arabes pour affaiblir leur commerce. Le 3 février 1509 il défait une flotte musulmane composée de navires égyptiens, ottomans et du sultanat de Gujarat à Diu au nord de Calicut. Toujours en 1509 il est le premier portugais à accoster à Bombay.

Quand Afonso de Albuquerque arriva en Inde pour lui succéder, il refusa de reconnaître ses lettres de créance et le fit emprisonner. Au bout de trois mois, il renonça à sa charge lorsqu’arriva du Portugal une flotte importante, en novembre 1509. Par la suite, il embarqua pour le Portugal. Almeida fut tué sur le chemin du retour par des Khoïkhoïs, au cours d’une escale dans la baie du Cap (Afrique du Sud), le 1er mars 1510.

Afonso de Albuquerque

Afonso de Albuquerque (Alhandra 1453 Goa 16 décembre 1515) est un militaire, un navigateur, un explorateur et un nom politique portugais qui joua un rôle clé dans l’expansion portugaise en Orient.

Formé à la cour d’Alphonse V, il combat les turcs en soutien du roi Ferdinand II de Naples, combat la Castille en 1476 lors de la guerre de succession favorable à Isabelle la Catholique avant de terminer sa carrière aux Indes, arrivant courant 1503 à Cochin.

Il s’empare en 1506 des îles Socotra à l’entrée de la mer Rouge puis en 1507 Ormuz, bloquant ainsi les navigateurs arabes.

En 1508 il succède à Francisco de Almeida comme vice-roi des Indes non sans être passé par la case prison, son prédécesseur refusant de lui remettre sa charge !

Il faudra l’arrivée trois mois plus tard d’une flotte venue du Portugal pour qu’il rentre en fonction. Il s’empare de Goa en 1510 puis de Malacca en 1511.

En 1513 il échoue à s’emparer d’Aden mais participe à l’installation de la colonie portugaise de Macao. En 1515 il construit une forteresse à Ormuz.

Fait duc de Goa par Manuel 1er, il est le premier non-membre de la famille royale à recevoir ce titre et le premier duc d’outre-mer. Il meurt peu après.

Jean II

Joao II (Lisbonne 3 mars 1455 Alvor 25 octobre 1495) est le troisième roi de Portugal. Fils d’Alphonse V et d’Isabelle de Portugal, il succéda à son père après l’abdication de ce dernier mais en 1477 Alphonse V reprend le pouvoir jusqu’en 1481.

Marié à Eleonore de Viseu, il eut deux fils légitimes mais tous étaient mort au moment de son décès officiellement d’hydropisie mais la haine de la noblesse lusitanienne était telle qu’on ne peut exclure un empoisonnement.

Pourquoi une telle haine ? Tout simplement parce que celui qu’on surnommé «Le Prince parfait» refusait les intrigues et semblait vouloir se placer au dessus des partis. Le 22 août 1484 il poignarde lui même le duc de Viseu. Son pouvoir est désormais incontestable mais sa popularité vis à vis des grands est toujours aussi mauvaise.

Il poursuit la politique d’exploration initiée notamment par son grand oncle Henri le Navigateur. En 1484 Diogo Cao découvre l’embouchure du Congo et explore la côte de la Namibie. Bartolomeu Dias la même année croise le cap de Bonne-Espérance. En 1493 le Portugal commence la colonisation des îles de Sao Tomé et Principé.

A noter qu’une partie des archives à disparu durant le grand tremblement de terre de 1755 ce qui fait que l’ampleur exact des découvertes portugaises eest incertaine. Certains historiens pensent que les portugais connaissaient l’Amérique avant même Christophe Colomb.

Sans héritier légitime, Jean II choisit Manuel de Viseu, duc de Braga, son cousin germain, beau-frère et fils adoptif comme successeur.

Manuel 1er

Manuel 1er Le Grand (Alcochete 31 mai 1469 Lisbonne 13 décembre 1521) est roi de Portugal de 1495 à 1521.

Fils de Ferdinand de Portugal, duc de Viseu et de Beatrice de Portugal, il est petit-fils du roi Edouard 1er de Portugal et le neveu du roi Alphonse V de Portugal. Il devient héritier du trône en 1484 après la mort de son père et ses deux frères ainés. Il succède à son cousin germain Jean II en 1495.

Sa jeunesse est marquée par l’ambiance lourde qui règne à la cour portugaise entre Jean II et la noblesse lusitanienne.

Il poursuit la politique de Jean II dans le domaine des découvertes et des monopoles commerciaux, c’est d’ailleurs sous son règne que Vasco de Gama découvre la route des Indes (1498), que Pedro Alvares Cabral découvre le Brésil (1500), que Francisco de Almeida et Afonso de Albuquerque commencent la colonisation des Indes. Il fait construire de somptueux édifices (palais, églises et cathédrales) dans un style dit manuelien. Des relations sont établies avec la Chine et la Perse.

Sur le plan intérieur, Manuel est un roi absolu, ne réunissant les Cortes que trois fois en vingt-six ans. On est loin de la monarchie contractuelle ou de la monarchie parlementaire. Dans les colonies il mène une politique d »évangélisation mais sous la pression des rois catholiques il expulse les juifs en 1496 mais se montre très tolérant vis à vis des convertis qui sont victimes en 1506 de violentes émeutes dans un contexte d’épidémie de peste.

Il se marie à trois reprises avec des infantes espagnoles.

De son mariage avec Isabelle d’Aragon est né Michel de la Paix (1498-1500). La mort d’Isabelle met fin au rêve de Jean II de réunir sur la tête du monarque portugais les couronnes de la péninsule ibérique.

Il se remarie avec Marie d’Aragon, sœur de Jeanne la Folle. De cette union sont nés plusieurs enfants : Jean futur Jean III, Isabelle de Portugal (1503-1539) qui par son mariage avec Charles Quint permettra à son fils Philippe II de devenir Philippe 1er du Portugal, Beatrice de Portugal (1504-1538), Louis de Portugal (1506-1555), Ferdinand de Portugal (1507-1534), Alphonse (1509-1540), Henri 1er cardinal puis roi du Portugal, Edouard de Portugal (1515-1540).

De son mariage avec Eleonore de Habsrbourg sont nés deux enfants, Charles (1520-1521) et Marie (1521-1577).

Manuel 1er meurt de la peste le 13 décembre 1521 et est enterré au Monastère des Hiéronymites à Lisbonne.

Pedro Álvares Cabral

Pedro Alvares Cabral (Belmonte 1467 ou 1468 Santarem 1520 ou 1526) est un navigateur et explorateur portugais qui va jouer un rôle capital dans les grandes découvertes. Il est surtout connu pour avoir découvert le Brésil le 22 avril 1500.

Avant sa «célébrité» on sait peu de chose sur sa vie. Il est néanmoins issue de la noblesse portugais, son arrière-arrière-grand-père ayant été l’un des rares novles à resté loyal à Jean 1er lors de la crise portugaise de 1383 à 1385. C’est néanmoins une famille de la petite noblesse et non un grand du Portugal.

Il est envoyé à la cour d’Alphonse V en 1479 alors qu’il avait une douzaine d’années. Il est possible qu’avant 1500 il ait combattu en Afrique du Nord. Manuel 1er reçoit une rente annuelle et le titre de fidalgo (noble).

La flotte dont il prend le commandement se composait de 13 navires armés par 1500 hommes dont 700 étaient des soldats. Elle appareille le 9 mars 1500, arrivant le 22 au Cap Vert une colonie portugaise pour se ravitailler. La flotte franchit l’Equateur le 9 avril et met cap à l’ouest. Le 22, ils atteignent une terre inconnue bientôt connu sous le nom de Brasil du nom d’un bois exotique très apprécié en Europe.

La flotte reprend la mer le 2 ou le 3 mai, navigue le long de la côte est de l’Amérique du Sud puis vers le 5 mai vira de bord vers l’Afrique. Quatre bateaux sont perdus lors d’une tempête le 23 ou le 24 mai. Parmi les marins tués par cette tempête figure Bartolomeu Dias.

Les autres navires parviennent à rallier l’Afrique pour être réparés. La flotte arrive enfin à Calicut le 13 septembre 1500. En dépit de la volonté des portugais de commercer, des combats ont lieu avec son lot d’exactions et de représailles. La flotte de Cabral rallie ensuite Cochin à la veille de Noël. Elle met cap sur le Portugal le 16 janvier 1501 pour rentrer au Portugal non sans mal à l’été, Cabral rentrant au Portugal en juillet 1501.

Vasco de Gama

Vasco da Gama (Sines 1469 Cochin 24 décembre 1529) est un navigateur et explorateur portugais considéré comme le premier européen à être arrivé aux Indes par voie maritime et ce en contournant le cap de Bonne-Espérance en 1498.

Il est issu de la petite noblesse lusitanienne, sa mère étant d’origine anglaise. Il à eu cinq fils et une fille. Sa jeunesse est peu connu mais il semble qu’il aurait été initié aux mathématiques, à la navigation et à l’astronomie.

Vers 1480 il rejoint l’ordre de Santiago de l’Epée dont le grand maitre est le futur Jean II de Portugal. En 1492 il saisit des navires français en riposte des dommages commis par les français.

En 1497 il prend la tête d’une petite escadre de quatre navires pour rallier les Indes par la voie maritime. Il quitte le Tage le 8 juillet 1497, franchit l’Atlantique direction le Brésil pour se régénérer alors que la flotte est victime de la dysenterie et du scorbut. Il retraverse l’Atlantique par la suite, allant d’un comptoir à l’autre. Il double Cap des Tempêtes (futur Cap de Bonne Espérance) le 22 novembre 1497. Il arrivé à proximité de Calicut le 21 mai 1948 et débarque une semaine plus tard.

Les résultats sont mitigés mais Vasco de Gama est à son retour couvert d’honneurs par Manuel 1er.

Il réalise un deuxième voyage (1502-103) avec vingt navires chargés de marchandises qui intéressent davantage les indiens. Vasco de Gama y est nettement plus violent notamment contre un navire ramenant les pélerins musulmans de la Mecque.

A son retour il est disgracié par le roi et s’installe avec sa famille à Evora.

Il est nommé comte de Vidigueira en 1519 puis vice-roi des Indes en 1524, Jean III devant lutter contre la corruption. Il meurt peu après son arrivée. Il est enterré sur place mais en 1539 ses ossements seront ramenés au pays.

Ferdinand de Magellan

Fernao de Magalhaes (Porto v.1480 Ile de Mactan Philippines 27 avril 1521) est un navigateur et explorateur portugais. Marié à Beatriz Barbosa, deux enfants morts en bas age.

Au service de Charles Quint, il réalise la première circumnavigation (tour du monde) enfin presque puisque sur les 18 survivants sur les 241 participants on ne trouve pas le navigateur lusitanien tué aux Philippines par une flèche empoisonnée.

On dispose de peu d’infos sur sa jeunesse, son lieu de naissance est tout sauf certain, plusieurs villes revendiquant d’être la ville natale du navigateur. Il se rend aux Indes de 1505 à 1511 puis est blessé au combat au Maroc en 1513.

Se jugeant injustement méconnu il passe au service de Charles Quint pour tenter d’atteindre les îles Moluques par l’est, îles tenues par les portugais mais revendiqués par les espagnols suivant une interprétation du traité de Tordesillas.

L’expédition quitte Séville le 10 août 1519 avec cinq navires soit 480 tonneaux et 241 marins espagnols, portugais, italiens, grecs et même français.

En décembre il arrive en baie de Santa Lucia (Brésil), explore le Rio de la Plata en janvier 1520 puis la Patagonie au mois de mars. Le 1er avril 1520 il doit réprimer une mutinerie. Au mois de novembre, un navire déserte et rentre à Seville !

En novembre 1520 il découvre le détroit de Magellan et pénètre dans l’Océan Indien, ralliant les Mariannes au mois de mars et les Philippines au mois d’avril. Le 27 avril 1521 lors d’un combat avec les tribus locales, il est tué par une flèche empoisonnée. Les survivants rallient ensuite les Moluques en novembre 1521, franchissant le cap de Bonne Espérance en mai 1522 avant que La Victoria arrive à Sanlucar de Barrameda le 6 septembre 1522.

Le bilan est mitigé, désastreux sur le plan financier et très médiocre sur le plan scientifique et politique.

Le Camoens

Luiz Vaz de Camoes dit Le Camoens (v.1525 Lisbonne 10 juin 1580) est un poète portugais, un poète de tradition médiévale (redondilhas) et de tradition pastorale. Il s’inspire également de sonnets produits par la Renaissance italienne. Son œuvre majeure est Les Lusiades (1572). Son œuvre peut être comparée à celle de Virgile, de Dante et de Shakespeare.

Il mène une vie de bohème, ayant plusieurs liaisons, la légende lui attribuant une liaison avec l’infante Marie, la fille du roi Manuel 1er ce qui explique sa disgrace.

Il est emprisonné en 1552/53 puis se rend aux Indes, vivant à Goa puis à Macao après qu’il se soit moqué du vice-roi dans une satire. C’est là qu’il aurait composé les Lusiades. Il vit à Goa de 1560 à 1568 date à laquelle il rentre au Portugal. Il publie les lusiades en 1572. Il termine sa vie pensioné par le roi Sébastien 1er. Il est mort dans un grand dénuement.

Pologne et Pays Neutres (23) Portugal (3)

Chronologie militaire

-155-139 (a.C) : Guerre lusitanienne

-456 : Bataille de Bracara défaite des Suèves face aux Wisigoths

-868 : Braga est reprise par les forces chrétiennes

-1064 : reprise définitive de Coimbra (après une reprise éphémère en 871)

-1071 : Bataille de Pedroso. Le dernier titulaire du comté de Portucale est défait par Garcia II de Galice qui proclame comte (ou roi selon les sources) de Portugal.

-1139 : bataille d’Ourique

-1147 (15 mars) : Reprise de la ville de Santarem

-1147 (juillet-octobre) : siège de Lisbonne

-1184 : Echec du siège de Santarem par les Almohades de Yusuf 1er

Bataille de Las Navas de Tolosa

-1212 (16 juillet) : Bataille de Las Navas de Tolosa. Des troupes portugaises y participent

-1319 : suite à la dissolution de l’Ordre du Temple, le roi du Portugal reçoit l’autorisation de créer un nouvel ordre militaire, l’Ordre du Christ qui assure la défense des frontières et va jouer un rôle clé dans les grandes découvertes.

-1384 (6 avril) : Bataille des Atoleiros. Victoire des portugais sur les castillans

-1385 (juin) : Bataille de Trancoso. Victoire des portugais sur les castillans

-1385 (octobre) : Bataille de Valverde. Victoire définitive des portugais sur les castillans

-1385 (14 août) : Bataille d’Aljubarrota. Victoire des portugais appuyés par les anglais sur les castillans soutenus par les aragonais, les français et les italiens.

-1415 : les portugais s’emparent de la ville de Ceuta

-1437 : échec des portugais devant Tanger qui sera prise par les portugais en 1471. Les différentes places portugaises au Maroc seront abandonnées non sans débats ni critiques entre 1541 et 1550.

-1578 (4 août) Bataille de Ksar-El-Kébir

-1580 (25 août) : Bataille d’Alcantara marquant la défaite des partisans d’Antoine, prieur de Crato qui contestait à Philippe II sa prise de contrôle de la couronne de Portugal

-1585/1604 : guerre anglo-espagnole. Les portugais participent à la guerre côté espagnol car à l’époque les lusitaniens et les ibères sont unis sous la domination du roi d’Espagne (Union Iberique)

-1602-1663 : guerre hollando-portugaise pour le contrôle des colonies d’Asie du Sud-Est

-1644 : Victoire des portugais sur les espagnols à Montijo

-1665 (17 juin) : Bataille de Monte Claros

-1801 : Guerre des Oranges

-1807 (20 novembre) : Invasion du Portugal par les troupes françaises du général Junot.

-02 mai 1808 au 17 avril 1814 : Guerre péninsulaire

-1808 (17 août) : défaite française à Vimeiro

-1810 : défaite française à Biçaco

-1832 (8 juillet) : un corps expéditionnaire libéral venu des Açores fort de 7500 hommes et de 60 navires débarque près de Porto («Débarquement de Mindalo»)

-Juillet 1832 à juillet 1833 : les libéraux retranchés dans Porto sont assiégés par les forces du camp absolutiste.

-1912 et 1915 : des groupes armés monarchistes venus d’Espagne tentent de renverser la République et de rétablir la monarchie que ce soit en faveur de Manuel II ou des descendants de Michel 1er.

-1914 (24 août) : Raid allemand contre le poste frontalier de Maziua (Mozambique portugais)

-1916 (9 mars) : L’Allemagne déclare la guerre au Portugal, Lisbonne ne tardant pas à faire de même

-1916 (15 mars) : l’Autriche-Hongrie déclare la guerre au Portugal

Soldats portugais mettant en œuvre un mortier Stokes. Ils sont équipés à la britannique

-1916 (22 juillet) : Création du Corpo Expediconario Portugues

-1917 (7 janvier) : Création du Corpo de Artilharia Pesada Independente (corps d’artillerie lourde indépendant)

-1917 (2 février) : Les premiers soldats lusitaniens arrivent à Brest.

-1917 (4 avril) : Arrivée sur le front des premiers soldats portugais

-1917 (4 juin) : Baptême du feu pour les troupes portugaises

-1917 (7 octobre) : Le corps d’artillerie lourde portugais arrive sur le front

-1918 (9 avril) : bataille de la Lys (opération Georgette). Les portugais subissent de lourdes pertes.

Chronologie politique

Les rois de Portugal

Le titre officiel du roi de Portugal est le suivant : roi de Portugal et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique, duc de Guinée et de la conquête, de la navigation et du commerce d’Éthiopie, d’Arabie, de Perse et d’Inde par la grâce de Dieu.

Comtes de Portugal

Le Portugal devient un royaume en 1139 alors qu’il était un comté auparavant. Plusieurs maisons vont se succéder.

De 868 à 1071 on trouve la Maison de Vimara Peres suivie ensuite de la Maison de Jimenez de 1071 à 1094 et enfin de la Maison de Bourgogne de 1095 à 1139. Alphonse Henriques, fils d’Henri de Bourgogne et de Thérèse de Léon qui était déjà duc se proclame après sa victoire à la bataille d’Ourique.

Maison de Bourgogne

Cette première dynastie royale est fondée par Henri de Bourgogne, comt de Portugal (1066-1112).

-Alphonse 1er le Conquérant (1139-1185)

-Sanche 1er le Colonisateur (1185-1211)

-Alphonse II le Gros (1211-1223)

-Sanche II le Preux (1223-1248)

-Alphonse III le Boulonnais (1248-1279, régent à la place de son frère de 1245 à 1248)

-Denis 1er le Cultivateur (1279-1325)

-Alphonse IV le Brave (1325-1357)

Pierre 1er

-Pierre 1er le Justicier ou le Cruel (1357-1367)

-Ferdinand 1er le Beau ou l’Inconstant (1367-1383)

-Régence d’Eleonore Teles de Menezes (1383-84) et Jean, grand maitre de l’Ordre d’Aviz (1383-1385)

-Beatrice 1er (1383-1384)

Maison d’Aviz (branche directe)

Jean 1er, fondateur de la maison d’Aviz

-Jean 1er le Prince de Bonne Mémoire (1385-1433)

-Edouard 1er l’Eloquent (1433-1438)

-Alphonse V l’Africain (1438-1481). Ayant six ans à son avènement il ne peut gouverner seul, la régence est assurée par Alienor d’Aragon (1438/39) puis par Pierre de Portugal, duc de Coimbra (1439-1448)

-Jean II le Prince parfait (1481-1495)

Maison d’Aviz (Branche de Beja)

Manuel 1er

-Manuel 1er le Fortuné (1495-1521) cousin germain de Jean II et petit fils d’Edouard 1er

-Jean III le Pieux (1521-1557)

-Sébastien 1er le Désiré (1557-1578). Petit-fils de Jean III n’à que trois ans à son avénement. Sa grand mère Catherine de Castille (1557-1562) assure la régence suivit de son oncle, le cardinal Henri de Portugal (1562-1568)

-Henri 1er le Chaste (1578-1580)

-Antoine 1er le Déterminé (1580). Petit-fils de Manuel 1er, son règne est plus symbolique que réel, Philippe II d’Espagne s’emparant de la couronne de Portugal.

Maison de Habsbourg

-Philippe 1er de Portugal (Philippe II d’Espagne) (1580-1598)

-Philippe II de Portugal (Philippe III d’Espagne) (1598-1621)

-Philippe III de Portugal (Philippe IV d’Espagne) (1621-1640)

Maison de Bragance

Jean IV le Restaurateur

Jean IV le Restaurateur (1640-1656) arrière-arrière-petite fils de Manuel 1er

-Alphonse VI le Victorieux (1656-1683) : Il n’à que treize ans à son avènement. Sa mère Louise Marine Françoise de Guzman assure la régence jusqu’en 1661. Instable mentalement il sera exilé aux Açores, son frère Pierre de Bragance assurant la régence de 1668 à 1683.

-Pierre II Le Pacifique (1683-1706)

-Jean V Le Magnanime (1706-1750)

-Joseph 1er le Reformateur (1750-1777)

-Marie 1ère La Pieuse (1777-1816). Instable mentalement (sa folie à été aggravée par une piété extrême et les conséquences de la Révolution Française), elle n’assure pas la réalité du pouvoir tenu d’abord par son oncle et mari (sic) Pierre III le Sacristain de 1777 à 1786 et par son fils Jean, prince de Brésil de 1791 à 1816.

-Jean VI le Clément (1816-1826)

-Pierre IV le Roi Soldat (1826) Empereur du Brésil il abdique rapidement ses droits à la couronne du Portugal au profit de sa fille Marie âgée de sept ans. La régence est assurée par Isabel Maria de Bragance (1826-1828) et par Michel de Bragance son oncle (1827-1828).

-Marie II l’Educatrice (1826-1828) (1834-1853)

-Michel 1er l’Usurpateur (1828-1834) (chef du camp réactionnaire renverse sa nièce et épouse ce qui provoque une guerre civile et l’intervention du père de Marie II).

-Ferdinand II le roi artiste (1837-1853). Règne en compagnie de son épouse Marie II (le mariage de Marie et de Michel à été annulé en 1834)

Maison de Bragance-Saxe-Cobourg et Gotha

-Régence de Ferdinand II de 1853 à 1855

-Pierre V l’Optimiste (1853-1861)

-Louis 1er le Populaire frère du précédent (1861-1889)

Charles 1er

-Charles 1er le Diplomate (1889-1908)

Manuel II, le dernier roi de Portugal

-Manuel II Le Patriote (1908-1910)

Présidents et chef de l’Etat portugais

Première République

-Teofilo Braga (1843-1924) président du gouvernement provisoire de la république portugaise du 5 octobre 1910 au 24 août 1911.

-Manuel de Arriaga (1840-1917) président du 24 août 1911 au 26 mai 1915

-Teofilo Braga à nouveau président du 29 mai au 5 octobre 1915

-Bernadino Machado (1851-1944) président du 5 octobre 1915 au 5 décembre 1917

-Suite à un coup d’état Sidonio Pais (1872-1918) prend le pouvoir. Il est président de la Junte révolutionnaire du 8 au 12 décembre 1917, premier ministre du 12 décembre 1917 au 9 mai 1918 et président du 28 avril au 14 décembre 1918,date de son assassinat.

-Joao do Canto e Castro (1862-1934) président du 16 décembre 1918 au 5 octobre 1919

-Antonio Jose de Almeida (1866-1929) président du 5 octobre 1919 au 5 octobre 1923.

-Manuel Teixeira Gomes (1860-1941) président du 5 octobre 1923 au 11 décembre 1925 date de sa démission

–Bernadino Machado à nouveau président du 11 décembre 1925 au 31 mai 1926

Ditadura Nacional (1926-1932)

-Amiral José Meendes Cabeçadas (1883-1965) président du 31 mai au 17 juin 1926

-Général Manuel Gomes da Costa 1er ministre du 17 juin au 9 juillet 1926, président du 29 juin au 9 juillet 1926

-Général Oscar Carmona (1869-1951) 9 juillet 1926 au 16 novembre 1926 (premier ministre) 16 novembre 1926 au 25 mars 1928 (président)

Estado Novo

-Oscar Carmona 15 avril 1928 au 18 avril 1951, date de son décès

-Salazar assure l’interim à la président du 18 avril au 21 juillet 1951.

-Francesco Caveiro Lopes (1894-1964) président du 21 juillet 1951 au 9 août 1958

Mitteleuropa Balkans (161) Grèce (5)

Epoque hellinistique et conquête romaine

Carte de l’Empire d’Alexandre

L’époque hellinistique couvre une période de près de trois siècles de la mort d’Alexandre le Grand en -323 à la conquête romaine de l’Egypte en -30 où régnait Cléopatre VII Ptolémée de la dynastie lagide, dynastie issue de l’un des généraux d’Alexandre, les fameux diadoques.

Cette période est peu connue et vue comme une période de transition voir de décadence entre la glorieuse période classique et l’empire romain. Les historiens contemporains comme souvent ont relativisé le jugement péremptoire de leurs ainés. Cette période est marquée par un dynamisme économique et culturel. A noter que ce terme est apparu dans l’historiographie en 1836.

Sur le plan politique on trouve des grands royaumes par les lagides, les séleucides, les antigonides et les attalides. Les cites grecques ont certes perdu de leur splendeur mais ils sont loin d’être de simples figurants, se regroupant en ligues comme à l’époque classique.

La division de l’Empire entre les Antigonides

De -323 à -281 les diadoques (Perdiccas, Ptolemée, Antigone, Seleucos, Cassandre et Lysimaque) s’affrontent. Antigone à voulu reconstituer l’empire d’Alexandre à son profit mais il est vaincu par une coalition des autres diadoques à la bataille d’Ipsos (-301).

La Guerre des Diadoques terminée un équilibre précaire surgit entre trois grandes dynasties à savoir les antigonides (Macédoine), les lagides (Egypte) et les seleucides (Une partie de l’Asie mineure, la Mésopotamie, la Syrie et la Perse).

Aux côtés de ces grands royaumes on trouve des petits royaumes qui émergent comme celui des attalides autour de Pergame, le royaume du Pont et de Bithynie. On trouve des confédérations de cités (ligue achéenne et ligue etolienne) et même certaines cités restent indépendantes comme Rhodes.

En dépit d’une certaine stabilisation de nombreux conflits opposent les diadoques et leurs descendants.

Pour se concentrer sur la Grèce, le royaume de Macédoine cherche à contrôler des cites grecques qui possèdent encore des résidus de puissance. C’est ainsi qu’Athènes est dominée par les antigonides jusqu’en -229 alors que la puissance spartiate est définitivement brisée en -222.

A la fin du IIIème siècle les romains s’emparent de la Grande-Grèce (Sicile et Italie du Sud) et ce n’était qu’une question de temps avant que la Grèce historique en particulier et l’Orient en général ne suive.

C’est un lent grignotage de deux siècles qui va intégrer le bassin oriental de la Méditerranée à l’empire romain (même si officiellement nous sommes toujours sous la République) d’abord sous la forme de royaumes clients puis sous la forme de provinces directement administrées par Rome.

Le monde hellinistique va disparaître avec le royaume lagide d’Egypte annexé en -30 après le suicide de Cléopatre VII, dernière descendante de Ptolémée, l’un des généraux d’Alexandre. A cette époque Rome à transformé la Méditerranée en lac romain en Mare Nostrum.

Les romains vont utiliser et digérer l’héritage hellenistique. Rappelons que les élites romaines sont impregnées de culture grecque (le célèbre Toi aussi mon fils de César aurait été prononcé en grec).

Peu à peu le centre de gravité de l’Empire romain va basculer vers l’Orient que ce soit à cause des menaces militaires que des richesses qui permettent aux élites orientales de jouer un rôle clé dans l’administration alors qu’à l’ouest en Bretagne, en Gaule, en Germanie et en Hispanie c’est nettement plus difficile. Pas étonnant dans ces conditions que l’empire romain à survécu à l’est et non à l’ouest.

A la fin du Troisième siècle les romains décident de soumettre le royaume de Macédoine et par voie de conséquence la Grèce. Cette décision répond à une volonté expansionniste profondément ancrée dans les esprits romains mais aussi parce que durant la deuxième guerre punique Philippe V de Macédoine à soutenu Hannibal.

Des trois conflits c’est clairement la guerre où Rome à joué sa survie avec une série de déroutes, de désastres militaires (Lac Trasimène, Cannes) mais qui ont montré également la résilience romaine.

La Macédoine et le monde Egéen vers -200 avant notre ère

Trois guerres (Guerres de Macédoine) vont être nécessaires (214 à 205, 200 à 194 et 171 à 167), conflits où un symbole marque le changement d’une ère. La phalange macédonienne jadis sans rivale est peu à peu déclassée par la légion romaine qui par sa souplesse offre davantage de possibilités aux chefs romains là où la phalange est plus monolithique et moins souple d’utilisation.

La Macédoine est divisée en quatre districts mais se révolte entre 150 et 148. Elle devient alors une province avec Thessalonique comme capitale.

En 147/146 ce sont cette fois les cités grecques qui se révoltent sous l’impulsion de la Ligue Achaïenne. Comme souvent les romains ne prennent pas de gants et se montre impitoyables, le sac de Corinthe étant un avertissement envoyé à toutes les autres cités de Grèce.

Une fois la répression passée Rome fait preuve d’intelligence politique. Les cités qui se sont révoltées sont intégrées à la Province de Macédoine et soumises au tribu alors que celles qui sont restées neutres ou ont assisté Rome restes autonomes.

Je dis bien autonomes et non indépendantes car si pour la politique intérieure elles peuvent faire ce qu’elles veulent _Rome n’à de toute façon pas les moyens de contrôle la vie politique locale de toutes les cités et n’en à visiblement jamais eu l’intention_ en matière de politique extérieure c’est Rome qui décide ce qu’elles doivent dire, faire et penser.

Parmi elles on trouve Athènes et Sparte qui ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes sur le plan militaire et politique, le rayonement culturel, cultuel et philosophique de l’actuelle capitale grecque n’ayant jamais cessé même si la ville va connaître des périodes difficiles, prennant à chaque fois le camp des perdants dans les guerres civiles romaines.

Es-ce à dire que les cités grecques ont abdiqué toute idée d’indépendance ? Pas vraiment puisque durant les guerres mithdriadiques (88-65) déclenchée par Mithridade VI Eupator, roi du Pont certaines cités grecques lui apportèrent leur appui dans l’espoir de secouer la domination romaine.

Comme durant les guerres de Macédoine et les révoltes ultérieures, le conflit tourna au désavantage des grecs qui subirent le courou romain, les troupes de Sylla saccagèrent Athènes en 86 et Thèbes l’année suivante. La Grèce va pleinement intégrer l’empire romain, la conquête politique et militaire de l’Asie mineure et de l’Arménie ôtant tout espoir pour les grecs d’un retour à l’indépendance.

Dévastée par les combats, ruinée, la Grèce va peu à peu renaitre notamment sous l’impulsion du plus phillélène des empereurs romains, Hadrien qui par ses nombreux voyages dans la partie orientale de l’empire multiplie actions et donations pour reconstruire des cités, embellir d’autres. Les élites par une dynamique politique d’évergétisme (fêtes, monuments) contribuent également à l’éclat de la civilisation hellinistique.

La Grèce qui n’est encore qu’une expression géographique va d’ailleurs être le théâtre de trois batailles décisives de l’histoire romaine, la Bataille de Pharsale en -48 où les troupes de César défont les troupes de Pompée le Grand, la Bataille de Philippes six ans plus tard en -42 où Octave-Auguste et Marc-Antoine défont les troupes des conspirateurs assassins de César (dont le fils adoptif de César Brutus) et celle d’Actium en -31 où la flotte d’Octave-Auguste défait celle de Cléopatre poussant cette dernière au suicide en compagnie de son amant Marc-Antoine.

Les élites grecques sont divisés sur l’attitude à adopter comme souvent pour les élites dirigeantes face à une menace extérieure. Beaucoup sont nostalgiques de leur grandeur passée mais en même temps ils admirent l’efficacité du modèle administratif et militaire romain.

Les provinces de l’Empire Romain en l’an 14

La Grèce va être divisée en provinces. Bien entendu en quatre siècles la division et l’organisation ont grandement évolué.

On trouve d’abord l’Achaie créée en -27 sous l’impulsion d’Auguste avec Corinthe comme capitale, la province de Crète et de Cyrénaïque créée en -31, l’Epire créée sous Vespasien (69 à 79) et bien entendu la Macédoine dès -146.

Si différents empereurs modifient à la marge l’organisation des provinces il faut attendre Dioclétien (seul empereur à avoir volontairement abdiqué) pour qu’un big-bang organisationnel ait lieu avec la division de l’Empire en deux avec un Auguste assisté par un César.

Les deux empires sont divisés en préfecture elles mêmes subdivisées en diocèses eux mêmes subdivisés en provinces.

Le Diocèse de Thrace (Diocesis Thraciae) dont la capitale est Constantinople dépend de la Préfecture du Prétoire d’Orient dont la capitale est Antioche. Le diocèse comprend les provinces d’Europe, d’Haeminontus, de Mesie Seconde (partie centrale de l’ancienne Mésie inférieure), de Rhodope (qui deviendra le thème de Bolleron sous l’empire byzantin) et la Scythie mineure (partie de l’ancienne Mésie inférieure actuelle Dobroudja).

Sous l’autorité de la Préfecture du Prétoire d’Illyrie (capitale Thessalonique) on trouve le Diocèse de Macédoine qui comprend les provinces de Crète, d’Epire Nouvelle, d’Epire Ancienne (ces deux provinces formant l’ancienne royaume d’Epire, la division de l’Epire remontant à 395), de Macédoine et de Thessalie.

La province d’Achaïe ne dépend d’aucun Diocèse.

Comme partout dans l’empire romain sont implantés des colonies. Si certaines sont implantées sur des sites d’anciennes cités grecques d’autres sont créées ex-nihilo comme la cité Nicopolis d’Epire destinée à célébrer la victoire d’Auguste à Actium. Les créations ex-nihilo sont rares, les autorités roumaines préférant s’appuyer sur des organisations existantes.

La romanisation est très superficielle car non seulement la culture grecque est solide mais aussi parce que le conquérant romain était loin de considérer les grecs comme des inférieurs ils étaient même plutôt en admiration béate devant des gens qu’ils venaient de conquérir.

«Graecia capta ferum victorem cepit et artes intulit agresti latro» comme dira le poète Horace («La Grèce conquise conquit sa farouche vainqueur et porta les arts dans le rustique Latium»).

Les troupes romaines sont peu présentes, la sécurité est surtout assurée par des troupes auxiliaires (donc probablement mieux acceptées par les population locales). Il y à bien quelques révoltes et quelques incursions de «Barbares» mais jusqu’à la Crise du IIIème Siècle la situation est plutôt calme.

La chute du dernier des Sévères en 235 provoque une crise qui va durer plusieurs décennies avec des problèmes économiques, un sentiment de déclassement, des querelles de pouvoirs et des épidémies. Bref la fin d’un monde.

A cela s’ajoute de nouvelles invasions barbares comme les Goths qui pénétrent jusqu’en Macédoine au début des années 250. Athènes renforce ses défenses pendant qu’on fortifie l’Isthme de Corinthe et la passe des Thermopyles.

En 266 des Hérules et quelques Goths franchissent l’Hellespont pillant Athènes avant de pousser vers Corinthe, Argos, Sparte et Olympie. D’autres se dirigent vers la Macédoine, Thessalonique étant assiégée.

L’empereur Gallien les repousse en 268 mais il faudra attendre les campagnes d’Aurélien (qui règne de 270 à 275) pour que la sécurité soit entièrement et pleinement restaurée.

La Grèce va intégrer l’Empire Romain d’Orient _le contraire eut été étonnant_ qui va devenir l’empire byzantin quand l’empire romain deviendra pleinement et entièrement grec.

Diocèse de Macédoine

Dioclétien (284 à 305) divise l’empire en deux avec quatre chefs (Tetrarchie) pour améliorer la gestion et la défense. Constantin qui règne lui de 306 à 337 rétablit l’unité qui perdure jusqu’en 395 et la mort de Théodose 1er divise définitivement l’empire romain en un empire romain d’Occident qui disparaît en 476 et un empire romain d’Orient qui allait durer près de 1000 ans.

Sur le plan religieux la Grèce est rapidement christianisée, les évangiles étant écrits en grec, Paul de Tarse prêche à Athènes et Ephèse. Les jeux olympiques disparaissent en 393 car vu comme la célébration du paganisme.

De toute façon le paganisme est mort et enterré malgré les efforts de l’empereur Julien dit Julien l’Apostat pour balayer le christianisme et rétablir la religion des anciens.

Mitteleuropa Balkans (160) Grèce (4)

Alexandre le Grand : splendeur et misère d’un empire

Buste d’Alexandre le Grand

Avant de parler des conquêtes, parlons brièvement de l’homme, un homme dont la vie et le destin ont fasciné des générations de conquérants et fascine encore aujourd’hui.

Philippe II de Macédoine

Avant d’être le Grand, il était Alexandre III de Macédoine. Né le 21 juillet de l’an 356 avant notre ère à Pella (capitale du royaume de Macédoine) et décédé à Babylone le 11 juin 323, il était le fils de Philippe II de Macédoine et d’une de ses épouses Olympias, une princesse épirote (réputée pour dormir avec des serpents). Alexandre eut également une sœur prénommée Cléopatre.

Il est l’un des plus célèbres personnages de l’histoire pour avoir conquis un immense empire s’étendant de la Macédoine à l’Egypte et de l’Asie Mineure aux rives de l’Indus. Sa mort brutale à seulement 33 ans (de maladie et non d’empoisonnement comme on l’à longtemps soupçonné) fit également pour sa légende car qui sait ce qui se serait passé si il avait vécu quelques années de plus.

Tout comme le roi de Prusse Frédéric II après lui, Alexandre III de Macédoine va bénéficier du travail d’un père avec lequel il entretenait des relations houleuses même si Philippe n’était pas ce tyran alcoolique et violent que les historiens ont repris à leur compte en faisant trop confiance aux sources contemporaines souvent biaisées.

Si Alexandre peut se lancer à l’assaut de la Perse à tout juste 22 ans c’est parce que son père lui à laissé un royaume pacifié, prospère et surtout une armée bien organisée, bien équipée et plus important expérimentée.

En 334 il passe en Asie mineure, s’empare de l’Anatolie, de la Phenicie, de l’Egypte (où il est couronné Pharaon en 331), de la Perse (roi de Perse de 330 à sa mort), affronte les scythes et se rend jusqu’aux rives de l’Indus. Ces soldats qui pour certains l’accompagne depuis le début refusent d’aller plus loin (-326), marquant la fin des conquêtes d’Alexandre.

Conquérant, il fût aussi batisseur en fondant une vingtaine de cités portant son nom dont la plus célèbre est bien entendu Alexandrie d’Egypte. Il infuse la culture grecque dans tout son empire tentant de réaliser le syncrétisme entre culture grecque et perse. Ce n’est pas pour rien si on fixe à sa mort la fin de l’époque classique et le début de l’époque hellénistique.

Il avait espéré préserver son empire mais sa mort prématurée ne lui permet pas de désigner un héritier incontestable. C’est ainsi qu’à sa mort ses héritiers sont assassinés et son empire partagé entre ses généraux que l’histoire à retenu sous le nom de Diadoques.

De ses trois épouses ou compagnes (Parzysatis/Stateira/Roxanne) sont nés deux fils, Alexandre IV né de son union avec Roxanne (assassiné sur ordre de Cassandre, fils du régent de Macédoine Antipater) et Héraclès de Macédoine, un fils illégitime né d’une liaison avec la fille d’un satrape perse.

Sa formation intellectuelle doit beaucoup à Aristote même si visiblement les historiens modernes ont surévalué l’influence du philosophe qui voulait rayer la Perse de la carte ce que son plus célèbre élève ne fit pas.

La question se pose de savoir si il s’agit d’un génie militaire ? Cela se discute. Ce qui est certain c’est qu’il à bénéficié de l’outil militaire légué par son père et qu’il à bénéficié du concours de brillants généraux. Il se montre capable sur le champ de bataille d’exploiter la moindre opportunité.

Son œuvre politique est en revanche inachevée en raison de sa mort prématurée. Son empire est multi-ethnique et multi-culturel. Il ne bouleverse pas les structures de l’empire perse.

Faute de sources on sait peu de choses de sa politique économique alors que sa politique culturelle est importante.

On ne sait aujourd’hui où se trouve sa tombe, probablement à Alexandrie mais le lieu exact reste aujourd’hui un mystère.

Après avoir parlé de l’homme, parlons de ses conquêtes. Qui dit conquête dit armée et pour cela Alexandre bénéficie d’une solide force militaire. Elle se compose notamment d’une phalange puissante et mobile _tout est relatif_ , d’une cavalerie lourde idéale pour le choc, d’une cavalerie légère parfaite pour le flanquement et l’éclairage, des tirailleurs, des engins de siège et comme toujours des unités d’élite que sont les hétaires (compagnons) en attendant les épigones (héritiers) perses.

Les phalangistes macédoniens ou perzetaires sont moins protégés que les hoplites pour gagner en mobilité et accessoirement pour faire des économies. Leur arme de prédilection est la sarisse, une longue pique de 5.5m de long. La cavalerie protégeant les flancs, Alexandre utilisera souveent la phalange comme enclume et la cavalerie comme marteau.

L’armée initialement engagée comprend environ 40000 fantassins et 1800 cavaliers macédoniens (1500 cavaliers et 12000 fantassins sont laissés en Macédoine pour défendre le royaume) auxquels il faut ajouter 1800 cavaliers thessaliens, 600 fournis par la ligne de Corinthe et 10000 hommes déjà présents en Asie mineure. Cette armée va progressivement intégrer des contingents provenant de l’empire perse.

En face difficile de se faire une idée sur les effectifs perses, les chiffres donnés par les historiens antiques étant souvent exagérés et fantaisistes.

En 335 Alexandre défait les Gètes et les Triballes près du delta du Danube, défait les illyriens puis les cités grecques qui s’étaient rebellées. Si Thèbes est rasée, Athènes est préservée.

L’expédition proprement dite commence en -334 avec le débarquement en Asie mineure et la victoire à la bataille du Granique contre les satrapes perses. Alexandre conquiert ensuite le littoral anatolien, s’empare de Millet, d’Halicarnasse, de la Lycie, de la Pamphylie, de la Pisidie, de la Phrygie et de la Cilicie.

En novembre -333 il emporte une victoire décisive sur les rives de l’Issos, Darius III s’enfuyant du champ de bataille. C’est ensuite la conquête de la Phenicie marquée par le long siège de Tyr. Les princes de Chypre et de Rhodes se soumettent.

A l’été 332 Alexandre refuse les propositions de paix de Darius III. Parallèlement la flotte perse est vaincue en mer Egée.

En décembre 332 l’Egypte se rend sans combattre. Au printemps 331 l’Armée d’Alexandre met cap sur la Mésopotamie. L’Euphrate est franchit en juillet, le Tigre en septembre pour détruire l’armée Perse ce qui est chose faite à la bataille de Gaugaméles. En octobre Babylone est occupée sans combattre.

Entre 333 et 331, les macédoniens affrontent Sparte, dernière cité indépendante du monde grecque.

En 331 Alexandre mène une campagne en Susiane (capitale Suse) et en Perside (actuelle région de Chiraz). Persepolis est prise en janvier 330 mais incendiée en mai. Le même mois Alexandre le Grand proclame la fin de la guerre panhellenique, libérant les contingents de la ligue de Corinthe.

Il poursuit Darius III qui est assassiné par un satrape. Les régions tombent les unes après les autres, les différents satrapes sont vaincus les uns après les autres. Cette série de campagne s’achève en décembre 328.

Certains satrapes se soumettent de leur plein gré et sont recompensés comme Oxyartès qui voit sa fille Roxane épouser le conquérant macédonien.

De 327 à 325 il mène une campagne en Inde, traversant les actuels Afghanistan, Pakistan et Inde et si il peut franchit l’Indus son armée refuse de passer l’Hyphase (auj. Béas) en octobre 325. Alexandre ne verra jamais la Chine et doit rebrousser chemin, ralliant Babylone au printemps 323 en fractionnant son armée en trois groupes, une partie prenant la voie des flots.

Peu avant sa mort, il assiste aux premiers tiraillements et craquements qui annoncent les Guerres des Diadoques. Cet empire multi-culturel et multi-ethnique était probablement trop vaste et trop fragile pour tenir une fois son créateur disparu.

Bien entendu sa mort prématurée ne lui à pas permis de préparer sereinement sa succession. Si nous faisons de l’uchronie peut-on imaginer un homme de la trempe d’Alexandre le Grand préparer sa succession ce qui signifie sa mortalité alors que lui même se considérait comme le descendant d’un dieu ?

La guerre des Diadoques va durer près de quarante ans (323 à 281) avec naturellement des trèves, des changements d’alliance….. . Plus qu’une guerre unitaire c’est une succession d’affrontements, de conflits plus ou moins brefs :

-La guerre lamiaque de 323 à 322, opposant Macédoniens et Grecs coalisés

-La première guerre des Diadoques de 322 à 321, opposant Perdiccas à une coalition

-La deuxième guerre des Diadoques de 319 à 315, opposant Antigone le Borgne à une coalition

-La troisième guerre des Diadoques de 314 à 311, opposant Antigone à une coalition

-La guerre babylonienne de 311 à 309 , opposant Antigone et Séleucos

-La quatrième guerre des Diadoques de 308 à 301, opposant Antigone à une coalition

-Les guerres de Démétrios Poliorcète en Asie Mineure et en Grèce de 296 à 288 ;

-La guerre pour la Macédoine entre Lysimaque et Séleucos de 285 à 281.

Cela se termine à l’effrondrement définitif de l’empire et sa division entre les dynasties antigonides, lagides et seleucides.

Mitteleuropa Balkans (57) Balkans (21)

Artillerie de campagne et de montagne

7.5cm M.1915

Connu en version originale sous le nom de Skoda 7.5cm Gebirgskanone M.15, le canon de 75mm Skoda modèle 1915 est comme son nom l’indique un canon de montagne dont le caractère démontable entraina un fragilité préjudiciable lors des remorquages en terrain difficile.

Utilisé durant le premier conflit mondial par les austro-hongrois et par les allemands (ces derniers comme canon d’infanterie), il à été utilisé une fois le conflit terminé par l’Italie qui à reçu ces canons au titre des dommages de guerre. Il à été naturellement utilisé par les pays ayant succédé à la Double-Monarchie à savoir l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Pologne et la Yougoslavie mais aussi la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie.

La mise au point de ce ce canon à été longue en raison des incertitudes des services techniques qui hésitaient entre un canon démontable en multiples fardeaux ou un canon démontable en ensembles plus gros.

Voilà pourquoi ce canon dont l’étude à été lancé en 1911 n’à été mis en service qu’en avril 1915 soit un an de retard sur le planning initial. Après guerre une version améliorée baptisée modèle 1928 à été mise au point.

La Bulgarie à reçut 144 exemplaires durant le premier conflit mondial, des armes employées dans le tourmenté relief balkanique où il fit merveille. Cette arme fût utilisée comme pièce d’artillerie classique mais aussi comme canon d’infanterie lors des offensives bulgares locales.

83 pièces furent perdues (dont 54 capturées par l’Entente) réduisant le parc à la fin du premier conflit mondial à seulement 61 canons mais des pièces récupérées dans le chaos de l’après guerre fit remonter le parc à 120 pièces en septembre 1939 avant une décroissance liée à l’usure. 75 pièces étaient encore en service en septembre 1948 et 42 en avril 1954 quand le second conflit mondial se termine. l »immense majorité est envoyée à la ferraille.

Le 7.5cm M.1915 était un canon de 75mm disposant d’un tube de 15.4 calibres (longueur du tube 1.15m) pesant 614kg en position de tir (620kg en configuration transport) Il tire un obus (75x129R) de 6.35kg à une distance maximale de 8250m à raison de 6 à 8 coups par minute. L’équipe de pièce de cinq ou six hommes protégée par un bouclier de 4.2mm d’épaisseur peut pointer le canon en site de -10° à +50° et en azimut sur 7°.

7.5cm M.1936

Pour compléter à défaut de devoir remplacer le canon précédement présenter la Bulgarie à acquis en 1936 auprès de la firme Bofors un nouveau canon léger de montagne désigné par ses soins 7.5cm M.1936.

Sous cette désignation se cache une évolution du canon de montagne Bofors de 75mm modèle 1934, un canon notamment utilisé par la Belgique, les Pays-Bas et la Chine mais aussi par l’Allemagne (douze canons pour évaluation) et donc dans un modèle amélioré par la Bulgarie.

Ce canon également vendu en Argentine, au Brésil, au Paraguay, en Perse et en Suisse à été engagé au combat par les Pays-Bas aux Indes Néerlandaises, par la Belgique dans les Ardennes et par la Bulgarie dans les Balkans où le petit canon suédois fit merveille par sa robustesse et sa fiabilité.

Bien entendu avec 48 canons les artilleurs bulgares ne pouvaient pas faire de miracles mais ils sont parvenus à appuyer les troupes bulgares et ont surtout rendu plus difficile l’avancée des troupes alliées dans les Balkans où il à été exclusivement employé.

Il y eut bien le projet d’envoyer une batterie en Russie pour soutenir les deux divisions bulgares mais les canons restèrent à Varna en raison de la surcharge du cargo devant les emporter avec munitions et servant. Ce fût une heureuse chose car le cargo en question fût coulé par un sous-marin soviétique. Les canons auraient pu rallier la Crimée ultérieurement mais ce ne fût pas le cas.

A la fin du second conflit mondial la Bulgarie possédait encore seize canons de ce type qui furent stockés puis brièvement réutilisés comme pièces d’entrainement pour les nouveaux artilleurs bulgares. Deux pièces furent utilisées comme canon de salut à Sofia jusqu’en 1975 quand l’un d’eux explosa entrainant leur réforme, le canon endommagé étant envoyé à la ferraille, le second préservé dans un musée.

Le 7.5cm M.1936 était un canon léger de montagne de 75mm pesant 928kg en position de tir. Il dispose par ailleurs d’un tube de 24 calibrres (longueur du tube 1.8m) permettantt le tir d’un obus de 6.59kg (obus encartouché QF 75x212mm) à une distance maximale efficace de 9300m à raison de 15 à 25 coups par minute. L’équipe de pièce composée de neuf hommes et protégée par un bouclier pouvait pointer le canon en site de -10° à 50° et en azimut sur 7°54′.

7.5cm Gebirgsgeschütz 36 (désignation bulgare : 7.5cm M.1944)

Le 7.5cm Gebirgskanone 15 n’était autre qu’une pièce austro-hongroise produite par la firme Skoda, utilisée en petit nombre par l’armée allemande durant le premier conflit mondial et dont des exemplaires supplémentaires ont été commandés par la Reichswehr pour servir de canon de montagne (alors que les pièces commandées avaient été davantage utilisées pour le soutien rapproché de l’infanterie).

Ce canon déjà ancien devait être remplacé par une pièce plus moderne. Après avoir évalué des canons Bofors de 75mm (pièces exportées en Belgique et aux Pays-Bas) sous le nom de Gebirgseschütz 34, les allemands mirent au point leur propre canon, le 7.5cm Gebirgseschütz 36.

Mis au point par Rheinmettall, ce canon entra en service à partir de 1938 mais la production fût assez lente ce qui explique qu’il fallut attendre 1943 pour que les derniers Gebirgskanone 15 soient remplacés et relégués à l’instruction.

Ce canon était naturellement toujours en service en septembre 1948 et n’allait pas tardé à faire parler la poudre en Norvège en appuie des troupes de montagne allemandes.

La Bulgarie devient le seul client d’avant-guerre de ce canon de montagne. Pour compléter leurs Bofors de 75mm, ils vont passer commande de 60 exemplaires qui sont livrés entre 1944 et 1947 pour compléter les canons suédois mais aussi les canons austro-hongrois qui faisaient de la résistance en dépit d’une usure prononcée.

Ces canons vont opérer dans les Balkans pour appuyer les troupes bulgares aussi bien dans leurs combats conventionnels contre les alliés que lors des sinistres opérations de nettoyage.

A la fin du conflit il restait 23 pièces en service. Certaines ont été stockées jusqu’en 1975 quand décision est prise de purger les stocks des armes dépassées. Ces canons de montagne sont tous envoyées à la ferraille sauf deux préservées dans des musées.

Le 7.5cm M.1944 était un canon de montagne de 75mm pesant 750kg disposant d’un tube de 19 calibres (longueur du tube 1.45m) permettant le tir d’un obus de 5.75kg à raison de six à huit coups par minute. L’équipe de pièce composée de cinq hommes pouvant pointer le canon en site de -2° à +70° et en azimut sur 40° de part et d’autre de l’axe.

7.5cm M1903

Le 7.5cm M1903 était un canon de 75mm comparable au M1904 ci-après mais de conception et de fabrication allemande, un produit de la firme firme Krupp. Ce canon acquis en 1913 était toujours en service au début du second conflit mondial même si il était en cours de retrait.

Il n’y eut pas de témoignage de son utilisation sur le front balkanique mais comme des partisans yougoslaves ont capturé un exemplaire il est évident qu’il à été utilisé dans les tristements célèbres opérations de nettoyage menées en Macédoine par les troupes bulgares.

Quelques rares exemplaires ont survécu jusqu’au printemps 1954 mais c’était pour mieux subir les foudres des chalumeaux des démolisseurs.

Le 7.5cm M1903 était un canon léger de 75mm pesant 1070kg en batterie mais 1770kg en configuration transport disposant d’un tube de 30 calibres (longueur 2.25m) permettant le titre d »un obus explosif de 6.35kg à une distance maximale de 8000m à raison de huit coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes pouvait pointer le canon en site de -5° à +15° et en azimut sur 3°

Canon de 75mm Schneider-Canet

Le 7.5cm M1904 était un canon produit pour la Bulgarie par la firme française Schneider-Canet, un des grands «marchands de canon» d’avant le premier conflit mondial avec son concurrent allemand Krupp.

324 exemplaires du modèle 1904 sont commandées par la Bulgarie en 1906 ett livrées jusqu’en 1909. Avec un tel nombre vous n’allez pas être surpris chers lecteurs d’apprendre que ce canon sera la principale pièce d’artillerie de campagne de l’armée bulgare durant les deux guerres balkaniques et la première guerre mondiale.

A ces canons vont s’ajouter 180 canon de 75mm Schneider-Canet modèle 1907, des canons d’origine serbe capturés sur le champ de bataille en 1915 (180) mais aussi auprès de l’Armée d’Orient qui perdit neuf canons en 1916.

Et ce n’est pas finit puisque la Bulgarie va également récupérer des canons de 75mm Schneider-Canet modèle 1908, huit de ces canons capturés sur les troupes grecques en 1916 étant promptement remises en service au sein de l’armée bulgare.

Ces canons vont opérer au sein de l’armée bulgare durant tout le conflit et vont rester en service durant la période où les effectifs et les moyens de l’armée du tsar Boris III sont sévèrement contingentés. Nombre de pièces sont modernisées notamment en vue de les adapter à la traction automobile mais clairement en septembre 1948 ces différentes pièces étaient dépassées.

Elles vont néanmoins faire le coup de feu durant tout le conflit et en mai 1954 il restait encore une cinquantaine de ces pièces encore en service. Usées jusqu’à la corde elles n’ont pas été conservées par la suite et ont toutes finies sauf une sous les chalumeaux des ferrailleurs.

Le 7.5cm M1904 était un canon léger de 75mm pesant 1017kg en batterie (mais 1700kg en configuration transport) disposant d’un tube de 31.4 calibres (longueur 2.4m) lui permettant de tirer un projectile de 6.5kg (obus 75x280R) à une distance maximale de 8000m à raison de 15 coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes était protégée par un bouclier de 5mm ce qui lui permettait de pointer en site de -5° à +16° et en azimut sur 3°.

7.5cm M1910

Le 7.5cm M1910 était une autre création de la maison Krupp mais plus récente car datant comme sa désignation l’indique de 1910. Ces canons ont été acquis non pas légalement mais sur le champ de bataille, capturées au cours de différents conflits.

C’est ainsi que l’artillerie bulgare récupéra des M.1910 auprès des turcs (aux côtés de M.1904, M.1908 et M.1913) lors des deux guerres balkaniques, des M.1910 auprès de la Serbie en 1915 et des M.1910 auprès de la Grèce, ces canons étant d’anciennes pièces ottomanes !

Toujours en service dans l’armée bulgare en septembre 1948, ce canon était surtout utilisé depuis des positions fixes, des positions de campagne soigneusement aménagées pour casser l’avance alliée, la canaliser et l’user pour permettre la contre-attaque par des unités mobiles, unités de plus en plus rares au fur et à mesure que la guerre durait.

En mai 1954 il restait une poignée de pièces en service. Les chiffres sont incertains variant selon les sources entre 4 et 9. Ce qui est certain c’est que à part une pièces préservée dans un musée toutes les autres ont été envoyées à la ferraille.

Le 7.5cm M1910 était un canon léger de 75mm pesant 1079kg en batterie (mais 1770kg en configuration transport) disposant d’un tube de 30 calibres (2.250m) permettant le tir d’obus de 6.5kg (75x280R) à une distance maximale de 8000m à raison de huit coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes protégée par un bouclier de 4mm pouvait pointer le canon de -5° à +16° en site et sur 7° en azimut.

7.7cm FK-16

Quand l’armée allemande décida de développer une artillerie de campagne moderne elle choisit le calibre de 77mm. Pourquoi un tel calibre ? Visiblement il s’agissait de pouvoir si besoin est réaléser les canons de 75mm français et de 76.2mm russes pour leur permettre de tirer des obus allemands.

Ce canon mis en service en 1896 sous la désignation de 7.7cm FK96 n.A va être supplanté durant le premier conflit mondial par le 7.7cm Feldkanone 16, un canon disposant d’un tube plus long, d’une élévation plus importante et un système de munition séparé pour réduire la consommation de poudre et ainsi l’usure des tubes.

Des canons de ce type ont été livrés à l’armée bulgare durant le premier conflit mondial en l’occurence vingt exemplaires. Dix-huit sont toujours là en novembre 1918 et 14 sont toujours en service à la fin de la guerre de Pologne mais en septembre 1948 les quatre survivants étaient utilisées uniquement pour l’entrainement. Ils sont été ferraillées durant le conflit à une date inconnue pour nous.

Le 7.7cm Feldkanone 16 était un canon léger de 77mm pesant 1318kg en position de tir et disposant d’un tube de 35 calibres (longueur du tube 2.695m) permettant le tir d’un obus de type séparé (77x230mm) de 7.2kg à une distance maximale de 10700m (9100m en pratique). L’équipe de pièce pouvait pointer le canon en site de -10° à +40° et en azimut sur 4°.

8cm Feldkanone C/80

Le 8cm Feldkanone C/80 était un canon de conception et de fabrication allemande mis au point par Krupp à la fin du XIXème siècle. Cette arme à été utilisée par l’armée allemande mais aussi es pays étrangers à savoir l’Albanie, la Bulgarie, le Brésil, le Chili, la Grèce, le Monténégro, l’Etat libre d’Orange, l’empire ottoman, la Roumanie et la Serbie. Au total 1880 pièces ont été produites pour l’Allemagne et pour l’export.

Les bulgares vont utiliser cette arme durant les guerres balkaniques, la première guerre mondiale et dans l’entre-deux-guerres. Quelques pièces étaient encore en service en septembre 1939 mais en septembre 1948 le canon n’était plus en service. Tous ces canons ont été envoyés à la casse à une date inconnue probablement durant le second conflit mondial.

Le 8cm Feldkanone C/80 était une pièce d’artillerie de campagne de 75mm pesant 850kg et disposant d’un tube de 27 calibres (longueur du tube 2m) permettant le titre d’un obus de type séparé de 4.3 (standard ou shrapnel) ou 4.9kg (canister) à une distance maximale de 6000m à raison de dix coups par minute. L’équipe de pièce peut pointer le canon en site de -8° à +24°.

Mitteleuropa Balkans (20) Hongrie (20)

Artillerie antiaérienne

En matière de canons antiaériens, l’armée hongroise ne se distingue pas particulièrement disposant de canons légers automatiques pour protéger les unités de combat au front et des canons plus lourds pour protéger l’arrière (à une époque où le front et l’arrière sont facilement à distinguer).

Lire la suite

URSS (57) Armée de Terre (5)

Les guerres russes du XIXème siècle

Depuis le début des années 1820, les grecs se sont révoltés contre leurs maîtres ottomans. La cause hellénique est à la mode, la bonne société européenne en plein romantisme se prenant de passion pour les rebelles grecs.

Lire la suite

URSS (54) Armée de Terre (2)

Une histoire militaire de la Russie

Les origines

Même si le sujet concerne la RKKA (Rabochny Kres’ynaskaya Krasnaya Armiya), l’Armée Rouge des Ouvriers et des Paysans impossible si on veut être rigoureux de passer sous silence l’histoire militaire de la Russie.

Lire la suite

URSS (6) Histoire et Géopolitique (5)

Entre libéralisme et réaction, le dilemme russe

Nicolas 1er : vive la réaction !

 

Alexandre 1er étant mort sans fils c’est son frère cadet Nicolas qui lui succède sur le trône de Russie le 1er décembre 1825 pour un règne de près de trente ans.

Lire la suite