Pologne et Pays Neutres (67) Suède (2)

HISTOIRE DE LA SUEDE

Kronologi (Chronologie)

Chronologie générale

-5000 a.C : datation la plus ancienne d’un peuplement humain sur l’actuel territoire suédois

-800 p.C : fin de la Préhistoire suédoise, début de l’ère Viking qui s’achève elle au milieu du 11ème siècle.

-829 : arrivée du moine Ansgar considéré comme le premier évangélisateur de la Suède

Reconstitution moderne de la garde varègue

-874 : création de la garde varègue des mercenaires scandinaves au service des empereurs byzantins suite à un accord avec Vladimir de la Russie kiévienne.

-970 à 995 : Règne d’Erik le Victorieux considéré comme le premier véritable roi de Suède

-995 à 1020 : règne d’Olof Skötkonung, premier roi chrétien

-1100(v.) : La Scandinavie est totalement et entièrement christianisée

-1150 à 1160 : règne d’Eric le Saint qui organise l’Eglise de Suède

-1164 : Uppsala devient le premier archeveché de Suède

-1280 : Ordonnances d’Alsnö considéré comme la naissance de la noblesse suédoise

-1397 : mise en place de l’Union de Kalmar un même roi dominant la Norvège, le Danemark, la Suède et une bonne partie de l’actuelle Finlande.

-1520 (7 à 9 novembre) : Bain de Sang de Stockholm le roi de Danemark Christian II élu roi de Suède dans le cadre de l’Union de Kalmar massacre une partie de la noblesse suédoise.

-1521-1523 : guerre suédoise de libération. Gustav Vasa devient roi de Suède, la dynastie Vasa régnant sur le pays jusqu’en 1654 quand la flamboyante reine Christine, fille de Gustave II Adolphe et pourtant roi de Suède abdique.

-1523 (6 juin) : Gustav Vasa est élu roi de Suède. Fin pratique de l’Union de Kalmar. Il rentre triomphalement le 17.

-1524 (1er septembre) : Traité de Malmo : le roi du Danemark reconnaît l’indépendance de la Suède

-1526 : début du passage de la Suède à la Réforme protestante

-1531 : Laurentius Petri premier primat luthérien de l’Eglise de Suède

-1561 : la cité de Reval (auj. Tallin) se rend aux troupes suédoises, début de l’empire suédois

-1563-1570 : Guerre de Sept Ans entre la Suède et le Danemark. Par le traité de Stettin, Frederic II renonce définitivement à ses droits sur la Suède. Fin officielle et définitive de l’Union de Kalmar.

-1571 : publication d’une ordonnance instituant l’Eglise réformée de Suède. Ce délai (quarante ans) s’explique par la résistance très forte de la population suédoise très attachée au catholicisme.

-1593 (5 mars) : le synode d’Uppsala parachève le passage de la Suède à la Réforme.

-1638 (mars) : création de la Nye Sverige (Nouvelle Suède), une colonie installée à l’embouchure de la rivière Delaware. Elle est annexée par la Nouvelle-Nederlande en septembre 1655.

-1648 : Traités de Westphalie. La Suède signe avec le Saint Empire Romain Germanique le Traité d’Osnabruck (24 octobre 1648). Avec la France la Suède est une puissance garante des traités.

Stockholm reçoit une indemnité de cinq millions de thalers utilisés pour solder les troupes. La Suède reçoit la Poméranie occidentale, Wismar et les principautés archiépiscopales de Bremen et de Verden.

Charles XII

-1697 : Avénement de Charles XII dernier souverain suédois que l’on peut qualifier d’impérialiste.

-1718-1772 : Frihetstiden (Age de la Liberté) période qui suite à la mort de Charles XII voit l’affaiblissement de l’institution monarchique au profit du parlement, l’accroissement des droits civils et le déclin de l’empire suédois. Elle prend fin avec le coup d’état absolutiste de Gustave III.

Gustave III

-1772 (20 août) : coup d’état absolutiste de Gustave III

-1792 (16 mars) : lors d’un bal costumé Gustave III est grièvement blessé par de jeunes nobles. Il succombe à ses blessures le 29 mars 1792.

-1794 (27 mars) : Pacte de neutralité entre le Danemark et la Suède. Les marines des deux pays patrouillent en mer du Nord pour protéger leur flotte marchande contre la Royal Navy.

-1795 (23 avril) : La Suède reconnaît officiellement la République française

-1795 (14 septembre) : Traité d’alliance entre la France et la Suède

-1804 (3 décembre) : La Suède rejoint une nouvelle coalition dirigée contre Napoléon Bonaparte

Gustave IV Adolphe

-1809 (13 mars) : Coup d’état renversant Gustave IV

-1809 (17 septembre) : Traité de Fredrikshavn qui met fin à la guerre russo-suédoise

Jean Baptiste Bernadotte (1763-1844),Maréchal d’Empire,Prince de Ponte-Corvo, Roi de Suède sous le nom de Charles XIV Jean de 1818 à 1844

-1810 : Jean-Baptiste Bernadotte est élu roi de Suède. Il devient officiellement monarque le 5 février 1818 sous le nom de Charles XIV Jean.

-1814 (14 janvier) : Traité de Kiel établissement de l’union suédo-norvégienne

-1814 (4 novembre) : Charles XIII de Suède est élu roi de Norvège

-1814-1905 : Svensk-norska unionen/Den svensk-norske union/en Union de la Norvège et de la Suède. C’est une union personnelle, chaque royaume possédait son autonomie législative et juridique.

La Norvège est dirigée par un vice-roi suédois de 1814 à 1829, un vice-roi norvégien de 1829 à 1856. L’office est ensuite laissé vacant et officiellement supprimé en 1873.

-1873 (5 mai) : union monétaire entre la Suède et le Danemark

-1875 (16 octobre) : la Norvège en union personnelle avec la Suède rejoint l’union monétaire scandinave

-1876 : création officielle du poste du 1er Ministre

-1897 : Hjalmar Branting est le premier socialiste suédois à été élu au Riksdag

-1905 (7 juin) : Le Storting (parlement norvégien) vote la dissolution de l’Union avec la Suède

-1905 (9 octobre) : Le parlement norvégien vote les termes de la dissolution de l’Union négociées avec la Suède. Le parlement suédois imite son homologue norvégien le 13 octobre 1905.

-1905(26 octobre) : le roi Oscar II de Suède renonce pour lui et ses descendants à ses droits sur le royaume de Norvège

-1914 (31 juillet) : La Suède se déclare neutre dans le conflit austro-serbe

-1914 (2 août) : fin de l’union monétaire scandinave quand la Suède renonce à l’équivalence de sa devise à l’or

-1914 (3 août) : la Suède déclare neutre

-1914 (8 août) : déclaration suédo-norvégienne de neutralité

-1914 (décembre) : déclaration de neutralité commune des rois de Suède, de Danemark et de Norvège

-1915 (20 novembre) : le roi Gustav V rejette la proposition allemande d’entrer en guerre aux côtés des Empires Centraux.

-1918 (13 février au 25 avril 1918) : les suédois occupent les îles Aland avec les allemands.

-1931 (14 mai) : Evénements d’Astalen. L’armée appelée en renfort de la police ouvre le feu sur une manifestation. Cinq personnes sont tuées. C’est la dernière intervention de l’armée suédoise en maintien de l’ordre même si officiellement ce n’est qu’en 1969 que l’armée n’est plus autorisée à s’engager dans une telle mission.

-1939 (3 septembre) : peu après la déclaration de guerre de la France et de la Grande-Bretagne à l’Allemagne qui à envahit la Pologne deux jours plus tôt la Suède annonce sa neutralité

-1939 (27-30 décembre) Conférence de Coblence. Si l’Allemagne et l’URSS avaient accepté d’évacuer le territoire polonaise il était prévu que le maintien de l’ordre soit assurer par des troupes issues de pays neutres _tout est relatif_ sous mandat de la SDN. Parmi les pays candidats on trouvait la Suède (mais aussi l’Irlande, l’Argentine et l’Espagne).

-1939 (30 novembre) : début de la Guerre d’Hiver entre la Finlande et l’URSS. La Suède va soutenir massivement son voisin oriental en dehors d’un engagement direct.

-1940 (13 mars) : Traité de Moscou fin de la guerre d’Hiver

Chronologie militaire

-874 : création de la garde varègue des mercenaires scandinaves au service des empereurs byzantins suite à un accord avec Vladimir de la Russie kiévienne.

-1521-1523 : guerre suédoise de libération. Gustav Vasa devient roi de Suède, la dynastie Vasa régnant sur le pays jusqu’en 1654 quand la flamboyante reine Christine, fille de Gustave II Adolphe et pourtant roi de Suède abdique.

-1554-1557 : guerre russo-suédoise

-1563-1570 : Guerre de Sept Ans entre la Suède et le Danemark. Par le traité de Stettin, Frederic II renonce définitivement à ses droits sur la Suède. Fin officielle et définitive de l’Union de Kalmar.

-1563-1568 : guerre de Livonie

-1590-1595 : guerre russo-suédoise

-1610-1617 : Guerre d’Ingrie

-1611-1613 : guerre de Kalmar

-1630-1648 : guerre de Trente Ans

Le Lion du Nord n’était pas qu’un simple chef de guerre talentueux et charismatique c’était un théoricien majeur du 17ème siècle à la hauteur d’un Maurice de Nassau.

-1632 (6 novembre) : Bataille de Lutzen. Victoire posthume de Gustave II Adolphe qui est tué au cours de la bataille

-1634 (5 et 6 septembre) : Bataille de Nordlingen. Victoire espagnole sur les suédois. Cela convainct les français à intervenir directement dans le conflit

-1655-1660 : 2ème guerre du Nord. La Suède en sort victorieuse. Elle récupère la Scanie, le Halland, le Blekinge, lee Bohuslan et Ven. La souveraineté suédoise en Livonie est admise. En revanche la Nye Sverige est absorbée par la Neue-Neerlande.

-1700 (22 février) à 1721 (10 septembre) : Grande Guerre du Nord

-1709 (8 juillet) : Bataille de Poltava victoire russe décisive sur les troupes suédoises

-1741-1743 : guerre russo-suédoise

-1788-1790 : guerre russo-suédoise dite guerre de Gustave III

-1805-1810 : guerre franco-suédoise

-1808 (21 février) à 1809 (17 septembre) : guerre russo-suédoise. La Suède perd définitivement la Finlande au profit de la Russie.

-1813-1814 : la Suède participe aux guerres de la coalition anti-napoléonienne

-1814 : malgré le traité de Kiel la Norvège déclare son indépendance. Intervention militaire suédoise qui débouche sur quatre-vingt onze ans d’union entre Stockolm et Oslo.

-1939 (30 novembre) : début de la Guerre d’Hiver entre la Finlande et l’URSS. La Suède va soutenir massivement son voisin oriental en dehors d’un engagement direct.

-1940 (13 mars) : Traité de Moscou fin de la guerre d’Hiver

Mitteleuropa Balkans (73) Roumanie (3)

Moyen-Age

Bulgares et hongrois

L’histoire médiévale de la Roumanie est particulièrement riche et complexe. Je vais donc essayer de ne pas perdre les quelques lecteurs qui ont échappé aux problèmes de la Mésie et de la Dacie.

Basile II Bulgaroctone

Entre 971 et 1020 une terrible que dis-je une terrifiante guerre oppose les byzantins menés par Basile II Bulgaroctone et les bulgares.

Cette guerre sans merci se termine par la destruction du premier empire bulgare. Des slaves et des valaques se réfugient au nord du Danube et se placent sous la protection du Royaume de Hongrie.

En 1186 les Valaques participent au sud du Danube à la fondation d’un Royaume des bulgares et des valaques (Regnum Bulgarorum Valaqum) appelé également Second Empire Bulgare.

Ce deuxième empire bulgare couvre un vaste territoire allant de l’Albanie à la mer Noire et du Pinde aux Carpathes méridionales. Il va durer soixante ans ce qui n’est pas négligeable mais n’est pas non plus extraordinaire.

Au sud du Danube il est remplacé par les tzarats bulgares d’Ohrid, Vidin et Tarnovo alors qu’au nord du fleuve par les banats valaques vassaux de la couronne de Hongrie (Severin, Litovsi, Arges et Muscel).

Vers 1256 les valaques se concentrent au nord du Danube alors qu’au sud le territoire est dominé par les slaves et par les turcs ottomans.

Au beau des temps des voïvodies : entre résistance et collaboration avec l’empire ottoman

Le futur territoire roumain est sous domination ou sous influence hongroise notamment en Transylvanie. La noblesse orthodoxe se heurte à des hongrois catholiques romains. Ils doivent donc soit se convertir ou se réfugier au delà des Carpathes. Les roumains de Transylvanie devront attendre 1918 pour accéder à la pleine égalité des droits avec les magyars et les germanophones.

La Transylvanie est conquise par les hongrois au 12ème et au 13ème siècle. Cette conquête est un savant mélange d’opérations militaires et de stratégies matrimoniales pour arrimer la noblesse transylvaine à la noblesse magyare.

Véritable région pionnière du royaume de Hongrie, la Transylvanie est militairement organisée avec des comitas (comtés) et des cnézats (duchés), véritables marches militaires pour protéger le cœur du pays des invasions extérieures. L’un de ces comitas, le comita de Barsa est un fief des Chevaliers Teutoniques (1211 à 1225).

Au final la Transylvanie va être organisée en voïvodat autonome, vassal du royaume de Hongrie ce qui ne l’empêche pas d’être ravagée par les Tatars en 1241.

Au final seule une minorité de nobles roumains s’intègrent dans la noblesse des ispans magyars avec comme famille la plus célèbre celle des Corvin qui donnera excuser du peu un roi à la Hongrie, le célèbre Mathias Corvin.

Matthias Corvin


Jusqu’au 15ème siècle la Transylvanie était gérée de manière conjointe par quatre nations : les magyars, les saxons, les sicules (d’origine turque) et les valaques. S’estimant maltraités les valaques se révoltent d’avril 1437 à février 1938 (révolte de Bobalna) ce qui entraine la mise en place d’un pacte des trois nations (Pacte Unio Trium nationum), pacte qui réserve le pouvoir politique aux saxons, aux magyars et aux sicules, faisant des valaques des sujets de seconde zone.

Comme dans de nombreux pays à l’époque moderne on peut voir qu’une minorité de langue et de religion différente domine une majorité de langue et de confeions différente.

Pour changer cette situation certains «roumains» se rallient aux Habsbourgs en abjurant l’orthodoxie au profit du catholicisme romain. Avec le siècle des Lumières les roumains vont peu à peu prendre conscience de leur spécificité.

Après un temps d’exil dans les Carpathes, la noblesse roumaine va créer le voïvodat de Moldavie à l’est des Carpathes et le voïvodat de Valachie au sud de cette ténébreuse chaine de montagne.

Une troisième voïvodie voit le jour, la Voïvodie de Bessarabie dont l’origine du nom est incertaine ou du moins contestée et débattue par les historiens.

La Valachie s’emancipe de la tutelle hongroise en 1330 après la Bataille de Posada (9-12 novembre 1330). La Moldavie elle doit attendre 1359 après la Bataille de Baïa. Un temps la Dobrojee/Dobrouja fût indépendante (1341 à 1402) mais fût finalement absorbée par la Valachie.

Cette émancipation est au final brève car la menace ottomane ne cesse de grandir. En 1396 les derniers tzarats bulgares ont succombé marquant la fin d’une résistance organisée (si l’on peut dire).

La Moldavie et la Valachie doivent accepter la vassalité et payer un tribu aux ottomans. Elles doivent céder aux turcs la Dobrouja (1421) et le littoral moldave (1484). La Mer Noire devient un lac turc, les génois qui y étaient très présents (c’est de leur comptoir de Caffa qu’est partie l’épidémie de Peste Noire) sont expulsés.

La Valachie et la Moldavie ne deviennent pas des provinces turques puisqu’elle conservent leurs lois, leurs assemblées (sfat), leurs voïvodes, ambassadeurs, armées et politiques autonomes. Ces territoires sont appelés par les ottomans Dar el Ahd (territoire/maison du pacte).

Vlad III Tepes dit Vlad l’Empaleur

Les relations sont ambivalentes et conflictuelles. Au 15ème siècle soit à la fin du Moyen-Age, les voïvodes de Moldavie Etienne III le Grand (1438-1457-1504) et de Valachie Vlad III Tépès dit l’Empaleur (1431-1476 règne en 1448, de 1456 à 1462 et en 1476) résistent et battent à plusieurs reprises les troupes de la Sublime Porte.

A la chute de Constantinople (1453), les deux voïvodes cherchent des appuis du côté de la Pologne et du côté de la Russie.

En 1526 la Transylvanie devient vassale de l’empire ottoman suite à la défaite de Mohacs où Louis II de Hongrie meurt.

Jusqu’au 19ème siècles la Valachie, la Moldavie et la Transylvanie vont louvoyer entre puissances rivales.

Michel 1er le Brave

Vers 1600 le prince valaque Michel 1er dui le Brave (1558-1593-1601) tente d’unir les trois principautés mais échoue et fût assassiné par ses propres alliés. Aux côtés de Décebale, Michel 1er le Brave devint une figure importante du panthéon national roumain et ce quelque soit le régime politique au pouvoir à Bucarest.

Ce n’est en effet jamais bon d’être trop en avance sur son temps car si dès le 16ème les valaques comme les moldaves et les roumains de Transylvanie ont le sentiment de partager quelque chose de commun de là à imaginer un Etat unitaire……. .

Italie (2) Histoire (1)

HISTOIRE DE L’ITALIE

Avant-propos

Pour commencer cette uchronie je vais commencer par le commencement à savoir l’histoire de l’Italie. Si l’Italie est unifiée sous sa forme moderne depuis seulement 1870, il serait erroné de penser que l’histoire italienne à commencé quand les troupes piémontaises ont occupé Rome, profitant du départ de la garnison française qui garantissait le pouvoir temporel du pape.

Lire la suite