Mitteleuropa Balkans (72) Roumanie (2)

HISTOIRE DE LA ROUMANIE (Istoria României)

Aux temps jadis

Préhistoire et Antiquité

Il y à très très longtemps…….

Le territoire actuel de la Roumanie est précocement peuplé puisque les plus anciennes traces de peuplement remontent à l’an 8000 avant notre ère.

Et encore il s’agit uniquement des premières traces d’agriculteurs d’origine anatolienne qui entretiennent des relations ambivalentes avec les chasseurs-cueilleurs qui occupaient à l’époque le bassin inférieur du Danube.

Plusieurs civilisations préhistoriques vont se succéder mais les traces archéologiques qu’elles ont laissés sont très faibles ce qui explique qu’on les désigne par le nom générique de Pélasges en suivant ainsi Hérodote et Homère.

Vers l’an 1200 avant notre ère une crise climatique frappe la région comme ailleurs en Europe. Des sites moins favorables qu’auparavant sont ainsi abandonnés au profit d’autres.

Roumains à l’Antique

Durant la période antique le territoire est peuplé par les Thraces selon un territoire grossièrement délimitée ainsi : partie orientale de la péninsule des Balkans, bassin du bas Danube au nord du fleuve jusqu’au Boug méridional.

A l’est des Carpathes les populations sont plus mélangées avec à la fois des Thraces et des Scythes mais au nord du Danube les tribus qui y vivent sont appelées les Gètes par les auteurs grecs et Daces par les auteurs romains.

Le Thraces sont refoulés vers l’est et coupés de l’Adriatique par les illyriens puis par les macédoniens. A partir du 6ème siècle l’influence grecque devient prépondérante. Les côtes de la mer Egée au sud et de la mer Noire à l’est sont colonisées par les grecs. Elles sont conquises par les perses de Darius 1er en -515 mais reprises par Philippe II de Macédoine en -342. En -153 une confédération Gète avait été vaincue par la Darius le Grand lors de sa campagne contre les Scythes.

Au 4ème siècle avant notre ère les celtes (Scordisques, Bastarnes) s’installent dans la région. Les auteurs grecs les baptisent du nom de Galates.

Au 1er siècle avant notre ère la civilisation thrace connait son apogée avec le Royaume des Odryses au sud du Danube et le royaume de Burebista au nord du plus grand fleuve d’Europe (hors Volga).

Le royaume des Odryses est apparu au début du 5ème siècle et très rapidement était devenu une puissance importance puisqu’il s’allia à Athènes durant la guerre du Péloponnèse contre Sparte. Ensuite ce fût une alternance de déclins et de périodes glorieuses.

Colonisation et domination romaine

A partir du 1er siècle avant notre ère les romains vont progressivement latinier les population qui vivent dans la région à savoir les Illyres, les Celtes, les Daces et les Thraces. Cela ne se fera pas sans mal avec son lot de frictions et de conflits.

Cela commence au 1er siècle avant notre ère au sud du Danube puis au 2ème siècle de notre ère au nord. L’empire romain étend sa domination sur la région. De nombreux transferts de populations et l’installation de colons romanisent les populations locales au nord d’une ligne appelée Ligne Jirecek.

Cette ligne à été définie au 20ème siècle par l’historien tchèque Konstantin Jirecek dans son livre Histoire des Serbes. Selon lui une ligne nette et précise séparait les régions sous influence grecque et les régions sous influence latine mais cette façon de voir est aujourd »hui remise en cause par les historiens qui l’estime trop sommaire.

De -82 à -44 règne Burebista, un roi dont ont sait peu de choses si ce n’est qu’il dirige une confédération dace. Il fédère les Thraces du Nord à cheval sur le bas Danube jusqu’aux monts Haemos (Gran Balkan). Il implante sa capitale à Sarmizégetuse dans monts d’Orastie en Transylvanie.

Sculpture de Décébale près d’Orsova

Cet état dace centralise va s’opposer clairement aux romains. Apparait alors un personnage que l’on peut considérer comme le «Vercingetorix roumain» à savoir Décébale qui règne de 87 à 106. C’est le plus célèbre mais aussi le dernier roi dace.

Si la Gaule et les gaulois sont considérés comme les ancètres des français, la Dacie et les Daces sont considérés comme les ancètres des roumains ce qui est un raccourci propice à toutes les exagérations et les exploitations politiques et idéologiques.

En l’an 29 avant notre ère, la Thrace septentrionale le long du Danube passe sous domination romaine formant la province de Mésie.

Cette province est aujourd’hui partagée entre la Serbie, la Bulgarie, la Macédoine du Nord et la Roumanie (Doubrodja). Elle est limitée au nord par l’Istros (Danube), à l’est par le Pont Euxin (Mer Noire), au sud par l’Haemos (Gran Balkan) et à l’ouest par les pentes orientales des Alpges Dinariques dans l’actuelle Serbie.

En l’an 45 le Royaume des Odryses allié de Rome est finalement intégré à l’empire romain. De nombreux Thraces deviennent gladiateurs comme un certain Spartacus qui fit trembler l’empire romain sur ses bases.

En l’an 87 l’empereur Dominitien divise cette province en deux avec une Mésie Supérieure et une Mésie Inférieure.

L’empereur Dioclétien (seul empereur romain ayant abdiqué de son plein gré) réorganise totalement la région pour tenter d’améliorer la gestion et surtout la défense d’un ensemble gigantesque.

C’est ainsi que la moitié ouest de la Mésie fût incluse dans les diocèses des Mésies appartenant à la préfecture du prétoire d’Illyrie et placée sous l’autorité de l’empereur d’Orient.

Elle est divisée en une Province de Mésie Première (qui regroupe l’essentiel de la Mésie supérieure) et la Province de Dacie Aurélienne (formée entre 271 et 275).

Cette dernière comprend la partie orientale de la Mésie supérieure et la partie occidentale e la Mésie inférieure. Elle est ensuite scindée par Dioclétien entre la Dacie Méditerranéenne et la Dacie ripuaire.

La moitié est de la Mésie est intégrée au diocèse de Thrace qui appartient à la préfecture du prétoire d’Orient et placée sous l’autorité de l’empereur d’Orient ou Auguste. Rappelons que selon la Tétrarchie mise en place par Dioclétien, l’empire romain était gérée par quatre personnes, deux Augustes (un Auguste en occident et un Auguste en orient) chacun assistés par un César censé en théorie lui succéder.

Elle est subdivisée en une Mésie seconde (partie centrale de la Mésie inférieure) et la Scythie inférieure (cette dernière est formée par la parie oriental de la Mésie inférieure Dobrudja) donnant sur la mer Noire. (NdA si vous n’avez pas tout compris sachez que moi non plus).

Du 2ème au 6ème siècle de notre ère l’Empire romain d’Orient (séparation définitive entre Orient et Occident en 395) va lutter contre les Goths, les Huns et divers autres peuples germaniques et turcs.

En 238 la Mésie est dévastée par les Goths qui sont suivis par les Wisigoths en 378 et les Huns en 441.

Constantin 1er divise le diocèse des Mésies en diocèse de Macédoine au sud (Mésie seconde et Scythie inférieure) et en Diocèse de Dacie au nord (Mésie première et les deux Dacies).

Les Daces inquiètent les romains par leur puissance militaire et leurs campagnes hivernales de pillages en Mésie, les guerriers daces profitant d’un Danube pris par les glaces.

Buste de Trajan

C’est l’empereur Trajan (98-117) qui décide de régler définitivement le problème dace mais il faudra pour cela deux guerres, la première guerre dacique de 101 à 102 et la deuxième guerre dacique en 105/106. Signe que la menace n’était pas vaine les effectifs engagés par les romains augmentent d’un conflit à l’autre passant de 150 à 200000 hommes contre 40 puis 15000 guerriers daces.

La 1ère guerre dacique voit l’engagement de la moitié de l’armée romain avec des légions mais aussi des unités auxiliaires. Après deux ans de durs combats, les romains l’emporte et un traité est signé.

Ce traité impose aux Daces de fournir des troupes auxiliaires à l’armée romaine et surtout de démanteler leurs fortifications. Ces deux promesses ne sont pas tenues et Rome doit repartir au combat pour cette fois vaincre définitivement les Daces et leur chef.

A l’issue du conflit Décébale soit se serait suicidé pour éviter la capture ou alors se serait donné la mort dans son cachot pour ne pas y être étranglé comme Vercingetorix. Figure longtemps oubliée, elle est redécouverte et va jouer pour les roumains le même rôle que le chef Arverne ou qu’un Arminius.

Le Royaume Dace ainsi vaincu devient la Province de Dacie Romaine (Dacia Trajana), une province dirigée par un légat impérial de rang consulaire soutenu par les légats de la légion dirigeants les deux légions qui en assure la défense.

Un procurateur s’occupe des finances. Province riche en or, bois et sel, elle est dirigée depuis une nouvelle capitale installée à Ulpia Traiana Sarmizégetusa, ville créée à 40km de l’ancienne capitale dace.

Pour être précis (sic), la Mésie inférieure s’étend sur l’actuel sud de la Moldavie, la Muretenie (appelée Grande Valaquie) et l’Olténie (Petite Valachie sud-ouest de l’actuelle Roumanie) alors que la province de Dacie couvre l’Olténie occidentale, la Transylvanie et le Banat.

La Dacie romaine est entourée à l’est et au sud par les deux provinces de Mésie, la province supérieure ayant sa capitale à Singindunum (vestiges situés dans le centre-ville de Belgrade) et la province inférieure à Tomis (aujourd’hui Constansa).

A l’ouest la Dacie est exposée à la Plaine de Pannonie d’où partent les raids des lazyges, une tribu sarmate. A l’est dans l’actuelle Moldavie septentrionnale on trouve les Bastarnes, les Roxolans et Carpes alors que le nord-est est peuplé de Dace non soumis à Rome.

Les romains doivent investir énormément de temps et d’argent pour dévelloper et exploiter cette nouvelle province.

Cela n’empêchera pas le successeur de Trajan, Harien d’abandonner certains territoires. C’est sous son règne que des territoires qui dépendaient jadis de la Mésie inférieure mais situés au nord du Danube forment la Province de Dacie inférieure, l’ancienne Province de Dacie devenant la Province de Dacie supérieure.En 124 est créée la Province de Davie Porolissensis au nord de la Dacie supérieure dans la région de Transylvanie.

Sous le règne d’Antonin le Pieux (138-161), on assiste à une révolte en 158 ce qui entraine une réorganisation. La Dacie Porolissensis ne change pas mais la Dacie supérieure est rebaptisée Dacie Apulensis avec Apulum comme capitale alors que la Dacie inférieure devient la Davie Ralvensis (capitale Ranula).

Sous les Sévères la situation s’améliore mais pour peu de temps car à la mort du dernier rejeton de la dynastie sévérienne en 235 Alexandre Sévère, l’empire romain bascule dans une période connue sous le nom d’Anarchie Militaire.

De nombreux raids barbares frappent la région ce qui entraine une chose jadis impensable : les villes s’enferment dans des enceintes fortifiées. Vraisemblablement la Dacie est abandonnée car trop difficile à défendre entre 271 et 275. C’est ainsi qu’Aurélien va recréer au sud du Danube la province de Dacie aurélienne. Cette province dont la capitale est Sardica (qui à Sofia ce que Lutèce est à Paris) occupe un territoire correspondant aujourd’hui à la Serbie orientale et à la Bulgarie.

Dioclétien divise la Dacie aurélienne en deux provinces : la Dacie Méditerranée autour de Sardica et la Dacie ripense («Dacie des berges du fleuve» en l’occurence le Danube) autour du Ratiaria.

Ultérieurement ces deux Dacies formeront avec les provinces de Dardanie, de Mésie inférieure et de Prévalitaine, le Diocèse de Dacie qui disparaitra au 7ème siècle lors de l’installation en masse des Slaves et des Bulgares qui remplacent l’autorité impériale et submergent les Thraces romanisés locaux, ancêtres des Valaques.

La Dacie à clairement souffert de sa position trop exposée. Néanmoins il semble que des positions militaires ont été maintenues au nord du Danube jusqu’au 4ème siècle mais clairement la volonté de s’y maintenir à tout prix n’est plus là. On assiste à une dernière incursions de Constantin 1er en 336 et la dernière incursion romaine connue en Dacie remonte à 367.

Désormais non seulement les romains ne peuvent plus passer le Danube à leur guise mais en plus sous la pression des Huns des peuples germaniques s’installent dans l’Empire. En 37 l’empereur Valens qui s’était opposé à l’installation des Goths au sud du Danube est vaincu et tué à la bataille d’Andrinople.

Slaves et héllènes

Au 6ème siècle les Slaves vont s’installer dans la région avec notamment les bulgares qui vont étendre leur emprise sur les territoires actuels de la Serbie, de la Roumanie, de la Moldavie, de la Macédoine et naturellement de la Bulgarie. Ce royaume va adopter la langue slavone et le christianisme.

Les provinces de Mésie disparaissent au milieu du 7ème siècle. Le Traité de Constantinople (681) marque la naissance du Premier Empire Bulgare qui outre les territoires au nord du Danube englobe la Mésie Moyenne, la partie occidentale de la Mésie supérieure (actuelle Serbie) et la partie orientale et maritime de la Mésie inférieure (Scythie mineure). Le reste reste byzantin mais pour seulement décennies.

Cet état appelé également Bulgarie danubienne n’est pas homogène sur le plan de la population avec les Romans (futurs roumains) dans les piémonts montagneux, les plaines sont slaves et les côtes grecques.

Au 7ème siècle les Romans sont aussi appelés Valaques. Jusqu’au 17ème siècle ils vont utiliser le slavon comme langue officielle liturgique et diplomatique.

Les historiens roumains ont défini un foyer national roumain (Vatra Straromana) comme un vaste territoire à cheval sur le Bas-Danube qui dépasse largement les frontières actuelles des Etats et notamment de l’Etat roumain. Cela s’explique par le fait que les valaques sont présents au nord et au sud du Danube.

Italie (11) Regia Marina (1)

HISTOIRE ET EVOLUTION DE LA REGIA MARINA

Avant-propos

Si la Regia Marina est née le 17 novembre 1860 (soit avant la proclamation du royaume d’Italie le 17 mars 1861!), l’histoire maritime italienne est nettement plus riche et nettement plus ancienne puisque remontant à l’Antiquité.

Lire la suite

Italie (2) Histoire (1)

HISTOIRE DE L’ITALIE

Avant-propos

Pour commencer cette uchronie je vais commencer par le commencement à savoir l’histoire de l’Italie. Si l’Italie est unifiée sous sa forme moderne depuis seulement 1870, il serait erroné de penser que l’histoire italienne à commencé quand les troupes piémontaises ont occupé Rome, profitant du départ de la garnison française qui garantissait le pouvoir temporel du pape.

Lire la suite