Le Conflit (91) Europe Occidentale (57)

Et les gros dans tout cela ? L’état des grandes unités motomécaniques françaises au moment d’HUBERTUS

Le 10 mai 1949 les forces motomécaniques françaises avaient fière allure avec six divisions cuirassées et huit divisions légères mécaniques rien que pour le territoire métropolitain. Toutes mises à part la 6ème DLM étaient concentrées dans le Nord-Est. Toutes prêtes à foncer en Allemagne.

Quatre mois plus tard hélas les «gros frères» (Divisions Cuirassées) et les «lévriers» (DLM) n’ont pu trainer leurs chenilles sur le sol allemand mais ont combattu bravement dans les plaines belges et sur la terre de France.

Ils ont subit de lourdes pertes mais ont acquis une expérience inestimable et surtout ont bien limé les crocs des différents Panzerkorps.

Au moment de l’opération HUBERTUS, les unités motomécaniques françaises sont regroupés en deux grands ensembles, le 1er Corps de Cavalerie Motomécanique (1er CCM) qui regroupe ce qu’il reste du 3ème C.C et du 2ème CAC et le 2ème Corps de Cavalerie Motomécanique (2ème CCM) issu de la fusion des 1er et 2ème Corps de Cavalerie.

Ces deux CCM sont des unités de marche qui doivent céder la place à de nouvelles entitées une fois le front stabilisé à une date encore incertaine. Déjà dans les bureaux d’état-major, on multiplie les notes, on se déchire sur les noms, sur la composition, disputes qui paraissent futiles quand le sort de la France est en jeu.

A noter que pour une raison de propagande le 1er CAC est restée indépendant et n’à pas intégré l’un des deux CCM.

Justement à quoi ressemble les unités motomécaniques au moment de l’opération HUBERTUS:

-1er Corps de Cavalerie Motomécanique (1er CCM) :

Le 1er CCM regroupe comme nous le savons les restes du 3ème C.C et du 2ème CAC qui après avoir combattu à l’est se sont repliés au sud de La Seine, occupant une position à cheval entre les GA n°1 et GA n°2 pour pouvoir être engagé rapidement à l’ouest et à l’est de Paris en fonction de la menace. Il est placé sous l’autorité directe du chef d’état-major de l’armée de terre.

Les deux GRCA (37ème et 39ème GRCA) ont été dissous de facto faute de véhicules et en raison du manque d’hommes.

Comme le 1er CCM ne peut agir sans unité d’éclairage, décision est prise de recréer un groupement de marche d’éclairage avec des personnels issus des deux GRCA. Il prend le nom «provisoire» de 76ème GRCA (37+39) avec douze AMX-42 et douze AM modèle 1940P.

Le 122ème RALT est choisit comme régiment d’appui pour le 1er CCM, le 339ème RATTT étant provisoirement mis en sommeil.

La 2ème Division Cuirassée est reconstituée sur un modèle allégée avec moins de chars, moins d’infanterie et moins d’artillerie. Il ne dispose plus que de deux bataillons de chars moyens (14ème 27ème BCC), un bataillon de chars lourds (8ème BCC) et un bataillon de chasseurs portés (6ème BCP) sans oublier un régiment d’artillerie le 309ème RAAP réduit à deux groupes, un régiment d’éclairage, le 9ème Régiment de Cuirassiers réduit à deux escadres, des unités d’appui et de soutien.

Cela signifie donc que les 15ème BCC et 17ème BCP ont été dissous, une dissolution à titre provisoire mais on sait que parfois le provisoire peut durer.

La 4ème Division Cuirassée dispose elle de deux bataillons de chars moyens (19ème 44ème BCC), un bataillon de chars lourds (46ème BCC) , deux bataillons de chasseurs portés (11ème 12ème BCP), un régiment d’artillerie le 322ème RAAP réduit à deux groupes au lieu de trois, un régiment de découverte le 12ème Régiment de Cuirassiers réduit à deux escadrons, des unités d’appui et de soutien.

Cela signifie donc que le 47ème BCC à été dissous là aussi à titre provisoire.

La 6ème Division Cuirassée dispose d’un bataillon de chars moyens (57ème BCC), d’un bataillon de chars lourds (54ème BCC), de deux bataillons de chasseurs portés (14ème 18ème BCP), un régiment d’artillerie le 349ème RAAP réduit à deux groupes, un régiment de découverte le 14ème Régiment de Cuirassiers réduit à deux escadrons, des unités d’appui et de soutien.

Cela signifie donc que les 55ème et 56ème BCC ont été dissous là aussi à titre provisoire.

Cet affaiblissement s’explique par les pertes mais aussi par la volonté de préparer la renaissance de l’armée dès que les teutons se lasseront. Le personnel des unités dissoutes quand elles ne sont pas affectées à de nouvelles unités sont chargées de préparer la nouvelle génération des «lévriers» (surnom attribués aux hommes des DLM) et des «gros frères» (surnom attribué aux Divisions Cuirassés, surnom dont ces hommes sont particulièrement fiers car faisant référence aux cuirassiers de la Grande Armée).

La 2ème DLM est reformée sur un modèle réduit avec un régiment de découverte le 8ème Régiment de Cuirassiers réduit à deux escadrons au lieu de trois, un régiment de chars (13ème Régiment de Dragons) et un régiment de dragons portés le 6ème RDP, un régiment d’artillerie le 71ème RADLM réduit à deux groupes, des unités de soutien.

Cela signifie donc que le 1er RDP et le 29ème Régiment de Dragons sont dissous.

La 4ème DLM est reformée avec un régiment de découverte le 5ème Régiment de Cuirassiers réduit à deux escadrons au lieu de trois, un régiment de chars (18ème Régiment de Chasseurs à Cheval) et un régiment de dragons portés le 3ème RDP, un régiment d’artillerie le 73ème RADLM à deux groupes au lieu de trois, des unités d’appui et de soutien.

Cela signifie donc que le 8ème Régiment de Dragons et le 7ème RDP sont dissous.

La 8ème DLM est reformée avec un régiment de découverte le 3ème Régiment de Cuirassiers réduit à deux escadrons au lieu de trois, un régiment de chars (2ème Régiment de Hussards) et un régiment de dragons portés le 14ème RDP, un régiment d’artillerie le 77ème RADLM à deux groupes au lieu de trois, des unités d’appui et de soutien.

Cela signfie donc que le 3ème Régiment de Chasseurs à Cheval et le 13ème Régiment de Dragons Portés ont été dissous.

-2ème Corps de Cavalerie Motomécanique (2ème CCM)

Ce 2ème CCM est issu de la fusion des 1er et 2ème Corps de Cavalerie qui ont été successivement engagés en Belgique puis en France subissant des pertes assez sensibles.

Le 635ème RP (1er C.C/35ème CA) est dissous, ces éléments ralliant le 636ème RP (2ème C.C/36ème CA) qui avait été réduit à un seul bataillon. Avec l’arrivée des hommes de feu le 635ème RP le régiment repasse à deux bataillons.

Les deux GRCA ont survécu mais sont affaiblis. Ils vont former le 71ème GRCA (35 + 36) avec des Hotchkiss H-39 (douze), des AMX-42 (huit) et seize AM modèle 1940P. Comme pour le 1er CCM ce groupement est un groupement de marche qui doit donc normalement disparaître au moment de la reconstitution des unités dès que le tempo des opérations le permettra.

Les 329ème et 359ème RATTT sont maintenus avec leurs deux groupes de 105mm après qu’on eut envisagé de les regrouper en un seul régiment.

Les 1ère et 5ème DLM ont été reconstituées sous un modèle allégé après son engagement en Belgique. Modèle allégé et modifié en essayant de tirer les leçons des premières opérations.

C’est ainsi que le régiment de découverte jadis un régiment sur roues devient un régiment mixte avec des AM modèle 1940P et les FCM-44 qui appartenaient auparavant aux groupes de reconnaissance des BLM. Ce choix ne fait pas l’unanimité, certains craignant qu’on associe les inconvénients de deux types de véhicules plutôt que les avantages. Les deux régiments en question étant le 6ème Régiment de Cuirassiers pour la 1ère DLM et le 11ème Régiment de Cuirassiers pour la 5ème DLM.

Les BLM sont réorganisées avec toujours un régiment de chars aux effectifs souvent allégés que ce soit le 4ème Régiment de Cuirassiers ou le 18ème Régiment de Dragons, des dragons portés qui perdent leurs chars légers pour devenir de véritables fantassins portés que ce soit le 4ème ou le 15ème RDP, , l’escadron de canons d’assaut est toujours là mais les escadrons antiaériens et antichars sont fusionnés. A noter que les W15TCC à canons de 47mm sont remplacés par des W17TCC à canon de 75mm. Le 74ème RADLM est toujours là.

Même chose pour la 5ème DLM avec ses deux régiments de chars (6ème Régiment de Dragons 4ème Régiment de Hussards), ses deux régiments de dragons portés (2ème et 8ème RDP) sans oublier du 72ème RADLM

Les 3ème et 7ème DLM subissent des changements légèrement différents en raison d’un engagement plus tardif et de décisions antérieures au conflit.

Le régiment de découverte regroupe automitrailleuses puissantes et chars légers des groupes de reconnaissance, les deux régiments de dragons portés sont réduits à deux bataillons sans chars légers, le régiment d’artillerie n’aligne plus que deux groupes de 75mm en raison du manque d’obusiers de 105mm.

Les escadrons de canons d’assaut, antichars et antiaériens restent indépendants mais sont affaiblis pour la 3ème alors que la 7ème DLM dispose d’escadrons de canons d’assaut indépendants et des escadrons mixtes antichars/antiaériens.

A noter que la 7ème DLM passe sur Somua S-45 en remplacement des S-40 (NdA le personnel avait commencé sa formation en août 1948 mais le déclenchement du conflit avait entrainé une suspension de la transformation pour des raisons évidentes).

Contrairement donc aux Divisions Cuirassées, les DLM n’ont pas dissous d’unités ce qui signifie qu’on trouve toujours au sein de la 3ème DLM le 1er Régiment de Hussards comme régiment de découverte, les 1er et 8ème Régiments de Chasseurs à Cheval comme régiments de chars, les 5ème et 19ème RDP comme régiments de dragons portés et le 75ème RADLM comme régiment d’artillerie divisionnaire.

La 7ème DLM dispose toujours du 1er Régiment de Cuirassiers comme régiment de découverte, les 3ème RH et 5ème RD comme régiments de chars, les 11ème et 12ème RDP comme régiments de dragons portés et enfin le 76ème RADLM comme régiment d’artillerie divisionnaire.

1er Corps d’Armée Cuirassé (1er CAC)

Après son engagement en Champagne, le 1er CAC s’est replié vers le sud en couvrant le repli général des troupes alliés. Il à été assez sérieusement affaiblit et pourtant il n’à pas été amalgamé avec les DLM pour une raison probablement de propagande. Inutile de préciser que cette décision à été mal vue par les autres «chevalier du moteur» et que pour le 1er CAC cela contribua à augmenter leur confiance en eux voir leur orgueil.

Au moment où l’opération HUBERTUS est lancée, le 1er Corps d’Armée Cuirassé dispose des moyens et des capacités suivantes :

-Le 638ème Régiment de Pionniers (638ème RP) à subit des pertes assez sensibles mais reste une unité opérationnelle, menant comme toujours un indispensable travail de l’ombre pour aménager les routes, des protections pour les chars. A l’occasion ils faisaient le coup de feu contre l’ennemi ce qui imposa le renforcement de leur armement non sans quelques officiers imbéciles ne trouvent cet armement trop important !

-Le 38ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (38ème GRCA) entre en guerre avec des Hotchkiss H-39 et des automitrailleuses de découverte, équipement provisoire puisque les projets prévoyaient des AMX-42 et des AMP. Le rééquipement va se faire à la mi-juin et début octobre l’unité dispose de douze AMX-42 et de douze AM modèle 1940P.

-Le 119ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (119ème RALT) à été réduit à un groupe de 105mm et un groupe de 155mm en raison de la pertes de plusieurs pièces plus ou moins bien sabotées, ces canons étant copieusement photographiés par les allemands.

A noter que le personnel en surnombre est renvoyé à l’arrière pour soit former de nouveaux RALT (depuis le 1er octobre 1948 tous les RAL doivent devenir des RALA _Régiments d’Artillerie Lourde Automobile_ ou des RALT) ou pour recompléter des régiments qui sont en déficit de personnel pour servir leurs pièces.

-La 1ère Division Cuirassée disposait à l’origine de 71 FCM-42 (quarante-cinq pour le régiment de découverte et vingt-six pour les deux groupes de reconnaissance), de 90 Renault G-1R et de 68 ARL-44 soit un total de 229 chars.

A l’issue du repli sur La Seine on procède à une première réorganisation mais une réorganisation qui faute de temps se fait à minima.

A rebours d’une volonté d’autonomisation des Brigades Cuirassées, ces dernières perdent leurs GR qui sont regroupés sous l’autorité du 7ème Régiment de Cuirassiers pour en partie compenser les pertes puisqu’au moment d’Hubertus on ne compte plus que 49 FCM-42 (trois escadrons de quinze, un char pour chaque chef d’escadron et un char pour le chef de corps). Le régiment de découverte conserve ses fusiliers motocyclistes mais perd ses chasseurs portés.

Le 25ème BCC n’aligne plus que vingt-huit Renault G-1R, le 26ème BCC vingt-quatre Renault G-1R, le 28ème BCC vingt ARL-44 et le 37ème BCC vingt-huit ARL-44 soit un total de 100 chars pour un maximum théorique de 158.

Les chasseurs portés sont toujours là sur leurs Lorraine 39L et ne subissent guère d’autres modifications que la récupération des chasseurs portés jadis intégrés au sein du régiment de découverte.

Certes l’expérience des combats à montré l’intérêt de posséder une petite unité d’infanterie au sein d’une unité de reconnaissance (pour occuper un village commandant un pont, un gué ou un passage obligé) mais ce RETEX est balayé par la nécessité de remplumer des unités d’infanterie qui ont souffert.

Le groupe de canons d’assaut est toujours là et si il était question à l’origine de remplacer les canons d’assaut par des canons automoteurs, le RETEX à provoqué un intense débat qui pourrait permettre de sauver les cousins français du Sturmgeschütz.

Les escadrons antichars et antiaériens fusionnent mais leur équipement ne change pas à savoir des Lorraine 39L disposant soit un d’un canon antichar de 47mm ou d’un bitube de 25mm sous bouclier.

Cela s’explique par le débat concernant le canon d’assaut et la possibilité d’intégrer un véhicule polyvalent canon d’assaut/chasseur de chars et le fait que l’automoteur antiaérien de 37mm jugé plus efficace contre des avions allemands mieux protégés n’est pas encore prêt essentiellement pour des questions d’évacuation des fumées dans une tourelle fermée.

-Le 305ème Régiment d’Artillerie AutoPortée (305ème RAAP) dispose toujours d’obusiers automoteurs de 105mm qui ont fait preuve de leur efficacité tant sur le plan de la puissance que de la réactivité. Deux groupes sont encore présent, le troisième groupe étant placé en réserve, devant recevoir de nouveaux Renault R 40 Au 105 B légèrement améliorés par rapport au modèle d’origine (blindage plus épais, moteur plus puissant notamment).

La 1ère Division Cuirassée n’aligne donc plus que 149 chars sur les 229 présents à l’origine.

-La 3ème Division Cuirassée est réorganisée selon un modèle identique mais ces moyens sont plus faibles. Par exemple le 10ème Régiment de Cuirassiers son régiment de découverte ne dispose plus que de deux escadrons de chars légers FCM-42 soit trente chars auxquels il faut ajouter les chars des commandants et celui du chef de corps soit un total de trente-trois chars et malgré la récupération des chars des GR.

Le 42ème BCC aligne trente Renault G-1R au lieu de quarante-cinq, le 45ème BCC vingt-deux au lieu de quarante-cinq, le 41ème BCC vingt ARL-44 alors que le 49ème BCC aligne vingt-quatre ARL-44 soit un total de 96 chars de combat au lieu de 158.

Les deux bataillons de chasseurs portés sont toujours là, leurs effectifs remplumés par la récupération de l’escadron présent initialement au sein du régiment de découverte.

L’escadron de canons d’assaut est quasiment à plein effectif et si les escadrons antichars et antiaériens ont été matériellement et humainement affaiblis ils n’ont pas été fusionnés.

Le 319ème RAAP est toujours là et possède même ses trois groupes de Renault R 40 Au 105 B, le 1er Groupe ayant même reçu des véhicules neufs.

La 3ème Division Cuirassée ne dispose plus que de 129 chars sur 229 !

-La 5ème Division Cuirassée dispose d’un régiment de découverte le 13ème Régiment de Cuirassiers avec trois escadrons de douze FCM-42 soit trente-six chars légers auxquels il faut ajouter trois chars dit de commandement soit trente-neuf chars au lieu de soixante et onze au total au début de la Campagne de France (quarante-cinq pour le RD, vingt-six pour les GR pour rappel).

A cela s’ajoute les chars de combat en l’occurrence soixante-douze Renault G-1R (trente-deux pour le 51ème BCC et quarante pour le 53ème BCC) et cinquante ARL-44 (trente pour le 50ème BCC et vingt pour le 52ème BCC) soit un total de 122 chars sur un maximum théorique de 158.

Les deux bataillons de chasseurs portés ont été remplumés par les hommes de l’escadron (dissous) du régiment de découverte.

L’escadron de canon d’assaut de chaque brigade cuirassée est toujours là tout comme les escadrons antichars et antiaériens qui sont maintenus sous une forme indépendante.

Le 339ème RAAP dispose de deux groupes de Renault R 40 Au 105 B.

La 5ème Division Cuirassée dispose de 161 chars sur 229.

Au final donc le 1er CAC dispose de 439 chars au sein des trois divisions cuirassées (sur un maximum théorique de 687) plus douze chars légers pour le 38ème GRCA.

Et les anglais dans tout cela ? Le BEF en réserve

Officiellement les français et les britanniques sont unis pour bouter les allemands hors de France et du Benelux.

Officieusement et malgré une certaine anglophilie du «Général Tornade» on assiste à des tiraillements entre français et britanniques, moins en première ligne où les Furieux comprennent que les Tommies sont dignes de leurs ainés du premier conflit mondial que dans les états-majors et dans le monde politique.

En gros les français reprochent aux britanniques de penser davantage à évacuer qu’à combattre ce qui est très injuste d’autant que deux corps d’armée ont été placés sous commandement français bien loin des ports pouvant leur permettre de retrouver la mère patrie.

Côté britannique on estime que l’on confie aux troupes du Commonwealth des missions périlleuses sans qu’elles en aient les moyens.

Il y à donc parfois des aigreurs, des moments de tension entre Paris et Londres mais cela ne dure jamais longtemps.

Même le placement du BEF en Réserve Stratégique est globalement accepté par les français, les britanniques annonçant à leurs alliés que l’aviation et la marine assureront un appui massif et que les troupes au sol les moins entamées pourront vite monter en ligne pour soutenir les unités françaises en première ligne.

Justement au moment d’HUBERTUS à quoi ressemble la British Expeditionnary Force (BEF) (qui doit devenir à terme le British Expeditionnaries Armies Group BEAG ou dans la langue de Molière «Groupe d’Armées Expéditionnaires Britanniques»).

Après avoir combattu sur La Seine et après avoir été évacué vers l’ouest et le sud, les hommes et le matériel sont regroupés loin du front dans différents camps pour repos, régénération et préparation à de futurs combats sans que l’on sache si ils seront défensifs (repousser une tentative allemande) ou offensifs (contre-offensive générale).

Signe de la fraternité d’arme franco-britannique certains Tommies se porteront volontaires pour servir aux côtés de leurs frères français en première ligne.

D’autres n’hésiteront pas à déserter pour s’engager dans la Légion Etrangère ! Si avec ça cela ne torpille pas cette volonté britannique de ne pas combattre et d’utiliser le «sang français» je sais pas ce qu’il faut. Bon vous me direz certains britanniques accusaient le général Villeneuve de trop ménager le «sang français» au profit du «sang britannique» ce qui était tout aussi idiot.

A la mi-septembre, les Tommies se regroupent dans les camps situés dans la région d’Orléans. Il faut regrouper les hommes par unités (certaines unités ont pratiqué l’amalgame en récupérant tous les hommes disponibles), faire le point sur l’armement disponible et sur les manques. Bref réorganiser et rééquiper.

Très vite le général Villeneuve demande au général Hancock, commandant du BEF de conserver une division immédiatement disponible au cas où….. .

La brigade antiaérienne qui avait perdu l’essentiel de son matériel est regroupé à Orléans, récupérant de nouvelles pièces (canons de 40 et de 94mm). L’unité va très vite faire mouvement vers le nord pour renforcer le nouveau limes séparant la civilisation de la barbarie.

Les deux régiments antichars d’origine avaient fini par former un régiment antichar de marche. A l’arrière les deux régiments antichars sont recréés avec de nouveaux canons antichars, toujours des 6 pouces (très efficaces contre les Panzer III et IV) et des 17 pouces (qui ne laissaient aucune chance même au Tigre).

Le régiment de cavalerie est reconstitué mais il n’est pas encore opérationnel quand les allemands déclenchent HUBERTUS.

La 44th «Home Counties» Division à conservé jusqu’au bout sa cohésion opérationnelle. Repliée sur le Cotentin, elle est désignée par le général Hancock comme ready reserve division. En clair elle sera la première division britannique à être engagée si les allemands ne laissent pas le temps aux britanniques de réorganiser leurs forces armées.

La 1st Canadian Division est elle hors service. De quasiment tous les combats depuis le 10 mai elle à besoin d’une sérieuse remise à niveau en attendant d’intégrer une Armée Canadienne en France distincte du BEF mais restant sous commandement britannique.

Même chose pour les 2nd et 3rd Canadian Division qui ont été très entamées par les combats à Rouen et au Havre. Les survivants sont évacués sur la Grande-Bretagne et pour eux la Campagne de France c’est fini.

Les deux divisions du 2nd British Corps (2nd & 3rd Infantry Division) avaient mises en réserve au sud de la Somme. Elles sont ultérieurement remontées en ligne, combattant jusqu’à La Seine, traversant le fleuve non sans mal pour rejoindre la zone de regroupement et ainsi se préparer à reprendre la lutte.

Le 3rd British Corps (3rd BC) à lui souffert des combats puisque la 50th Northumberland Division s’est littéralement désintégrée en combattant à Rouen et au Havre. La division est virtuellement dissoute et à cette époque se pose clairement la question de savoir si elle doit être reconstituée.

La 6th Infantry Division à combattu jusqu’au bout avant de franchir le fleuve dans la nuit du 26 au 27 septembre, quelques volontaires acceptant de se sacrifier pour donner le change aux allemands qui réagissent férocement mais trop tardivement pour empêcher le dit franchissement.

La 46th North Middland Division qui avait bénéficié d’une période de repos au sud de La Somme est à nouveau engagée mais parvient à combattre en ordre jusqu’à ce que les nécessités de l’évacuation impose une séparation des hommes.

Enfin le 1st British Armoured Corps (1st BAC) à subit des pertes sensibles notamment en ce qui concerne la 1st Armoured Division (UK) qui à laissé beaucoup de plumes, des grosses plumes puisqu’il s’il s’agissait essentiellement de chars Cromwell et Churchill difficilement évacuables.

Dans la mesure du possible les véhicules étaient soigneusement sabotés mais ce n’était pas toujours possible et si les films de propagande allemands ont montré un certain nombre de ces chars paradant en Allemagne, peu ont été revus par la suite avec la Balkenkreuz faute de pièces détachées.

Comme à chaque fois dans ces moments là, les hommes sont prioritaires sur les véhicules mais on verra tout de même quelques chars être évacués sur la rive sud de La Seine. La plupart nécessitant une sérieuse remise en état ils seront soit réformés pour être utilisés comme réservoir de pièces détachées ou seront utilisés pour l’entrainement, cédant la place à des véhicules neufs.

Au final seules trois divisions britanniques (44th «Home Counties» Division, 6th Infantry Division et 46th North Middland) seront considérées comme employables en cas de besoin. Elles sont d’ailleurs regroupées sous l’autorité d’un 1st British Corps (1st BC) (Provisionnal) (1ère Corps d’Armée Britannique Provisoire).

Le Conflit (86) Europe Occidentale (52)

Un camp de manœuvre pour champ de Bataille

Du 25 au 30 août 1949 à lieu la Bataille de Mourmelon, la grande bataille motomécanique de la Campagne de France, bataille opposant les 1. et 4. Panzerkorps à deux unités françaises, le 2ème CAC et le 3ème C.C. Nul doute qu’il y à une certaine ironie à ce qu’une bataille de chars ait pour théâtre un camp d’entrainement majeur de l’armée française.

Le 2ème Corps d’Armée Cuirassé (2ème CAC) à été peu engagé et brûle donc d’en découdre. Ce «sous-engagement» s’explique non pas par un manque de confiance du haut-commandement mais par la crainte de brûler toutes ses cartouches. Cette fois après la chute de Reims, il n’y à plus à reculer, il faut comme on dit «lâcher les chevaux».

De quels moyens dispose le 2ème CAC le 25 août à l’aube ? Pour se contenter de parler des chars, il dispose de 699 chars ! Une puissance irrésistible ? Faut voir car nombre d’entre-eux sont des chars légers.

On trouve d’abord le 39ème GRCA avec douze chars légers Hotchkiss H-39 et seize automitrailleuses de découverte (les automitrailleuses puissantes ne sont toujours pas là !).

La 2ème Division Cuirassée (2ème DCui) dispose tout d’abord de soixante et onze chars légers AMX-42 pour la reconnaissance (45 pour le régiment de découverte, le 9ème RCui et 26 pour les 18ème et 20ème Groupes de Reconnaissance). Ses quatre BCC regroupent un total de 90 chars moyens Renault G-1R et 68 chars lourds ARL-44. Cela nous donne un total de 229 chars légers, moyens et lourds.

La 4ème Division Cuirassée (4ème Dcui) dispose tout d’abord de soixante et onze chars légers AMX-42 pour la reconnaissance (45 pour le régiment de découverte, le 12ème RCui et 26 pour les 18ème et 20ème Groupes de Reconnaissance). Ses quatre BCC regroupent un total de 90 chars moyens Renault G-1R et 68 chars lourds ARL-44. Cela nous donne un total de 229 chars légers, moyens et lourds.

La 6ème Division Cuirassée (6ème Dcui) dispose tout d’abord de soixante et onze chars légers AMX-44 pour la reconnaissance (45 pour le régiment de découverte, le 14ème RCui et 26 pour les 18ème et 20ème Groupes de Reconnaissance). Ses quatre BCC regroupent un total de 90 chars moyens Renault G-1R et 68 chars lourds ARL-44. Cela nous donne un total de 229 chars légers, moyens et lourds.

A ses côtés on trouve le 3ème Corps de Cavalerie (3ème C.C) qui lui à été engagé notamment du côté Verdun. Il à donc comme on dit laissé des plumes avec la perte de chars et surtout d’hommes plus difficiles à remplacer que les véhicules, une partie des véhicules ayant été remplacé quand on trouvait des hommes pour les utiliser cela va sans le dire.

Ce Corps de Cavalerie disposait initialement de douze AMX-42 au sein du 37ème GRCA chargé d’éclairer et de préparer l’engagement des trois DLM aux côtés de seize automitrailleuses puissantes modèle 1940P.

La 2ème Division Légère Mécanique (2ème DLM) dispose comme les Divisions Cuirassées d’un régiment de découverte, le 8ème Régiment de Cuirassiers mais ce régiment est équipé de quarante-huit AM modèle 1940P.

En ce qui concerne les chars deux régiments d’automitrailleuses de combat (AMC même si en pratique on utilise le terme de char) regroupent un total de 192 Somua S-45, un char moyen comparable au Renault G-1 mais qui n’à aucun lien de parenté avec le duo Somua S-35/S-40. A cela s’ajoute vingt-six AMX-42 au sein de deux groupes de reconnaissance et pas moins de cent-vingt-six chars légers AMX-42 pour les deux régiments de dragons portés.

Cela nous donne un total de 344 chars mais ce chiffre imposant sur le papier est à tempéré avec la qualité des chars, les vrais chars de combat étant à peine plus que la moitié des chars.

La 4ème Division Légère Mécanique (4ème DLM) dispose comme sa consoeur d’un régiment de découverte, le 5ème Régiment de Cuirassiers mais ce régiment est équipé de quarante-huit AM modèle 1940P. Ce sont certes des véhicules puissants mais ce ne sont sûrement pas des chars.

En ce qui concerne les chars deux régiments regroupent un total de 192 Somua S-45. A cela s’ajoute vingt-six AMX-42 au sein de deux groupes de reconnaissance et pas moins de cent-vingt six chars légers AMX-42 pour les deux régiments de dragons portés.

Cela nous donne un total de 344 chars mais ce chiffre imposant sur le papier est à donc à tempéré avec la qualité des véhicules, la part des vrais chars de combat représentant à peine la moitié du parc.

La 8ème Division Légère Mécanique (8ème DLM) dispose comme sa consoeur d’un régiment de découverte, le 3ème Régiment de Cuirassiers mais ce régiment est équipé de quarante-huit AM modèle 1940P. Ce sont certes des véhicules puissants mais ce ne sont sûrement pas des chars.

En ce qui concerne les chars deux régiments regroupent un total de 180 Somua S-40. A cela s’ajoute vingt-six AMX-44 au sein de deux groupes de reconnaissance et pas moins de cent-vingt six chars légers AMX-44 pour les deux régiments de dragons portés.

Cela nous donne un total de 344 chars mais ce chiffre imposant sur le papier est à donc à tempéré avec la qualité des chars, la dernière née des DLM ne possédant que des chars à canon de 47mm ce qui limite sa puissance de feu contre les Panzerdivisionen.

Ces chiffres sont ceux avant le premier engagement de la Campagne de France (1949). Quand éclate la Bataille de Mourmelon le 3ème C.C dispose des moyens en chars suivants :

-Le 37ème GRCA est réduit à huit AMX-42 et huit AM modèle 1940P.

-La 2ème DLM à vu son régiment de découverte tomber à vingt-huit AM modèle 1940P, ces deux régiments de chars ne plus aligne que 120 Somua S-45 au lieu de 192 tandis que sur 152 AMX-42 on n’en compte plus que 96 soit un total de 216 chars de tous types sur 344.

-La 4ème DLM à un peu moins souffert puisque le régiment de découverte possède encore 36 AM modèle 1940P et en ce qui concerne les chars 148 Somua S-45 et 124 AMX-42 soit un total de 272 chars sur 344.

-La 8ème DLM dispose encore de trente-six AM modèle 1940P et surtout de 128 Somua S-40 et de 102 AMX-44 soit un total de 230 chars sur les 344 du départ.

Le 3ème Corps de Cavalerie aligne donc au moment de la Bataille de Mourmelon d’un total de 726 chars de tous type pour un total d’origine de 1044 chars soit une sacré saignée.

En face les allemands vont engager deux Corps Blindés, les 1. et 4.Panzerkorps qui comme le Corps de Cavalerie à du s’employer depuis le début de l’offensive à l’ouest.

Le 1er Corps Blindé dispose de trois Panzerdivisionen, les 2. 6. et 7.PzD, la première disposant de Panzer III à canon de 50mm et de Panzer IV à canon de 75mm long, les deux autres possédant des Panzer V Panther à canon de 75mm long.

Le 4ème Corps Blindé dispose de deux Panzerdivisionen, les 8. et 10.PzD mais aussi une division S.S, la 8ème Division S.S «Nordland». Les deux premières disposent pour la 8ème de chars moyens Panther associés à un bataillon de Tigre alors que la 10ème dispose de Panzer III et Panzer IV associés à deux bataillons de Tigre.

Ces cinq divisions blindées disposent au total d’environ 800 chars, les chiffres exacts n’ayant pas été trouvés dans les archives et l’étude des JMO ayant provoqué de nombreuses contradictions d’un livre à l’autre (au combat la tenue méticuleuse des documents n’est pas la priorité).

Le livre le plus fiable sur la question «La Bataille de Mourmelon : Tonnerre sur la Champagne !» de Pierre-Jean Colombier donne 92 Tigre, 196 Panzer III, 232 Panzer IV et 324 Panther soit un total de 844 chars alors qu’à l’origine les deux corps blindés alignaient plus de 1000 chars. Là aussi les allemands ont laissé des plumes.

Le 24 août 1949 les premiers escarmouches annonçant cette bataille homérique ont lieu. Elles opposent les unités d’éclairage couverts par l’aviation et l’artillerie.

Les «gros frères» qui attendent de se sauter à la gorge ont peut être pu voir les panaches de condensation dans un ciel d’un bleu azur, les affrontements entre la chasse française et la chasse allemande pour tenter d’obtenir une supériorité aérienne au moins locale pour faciliter l’action des avions de bombardement et de reconnaissance en éliminant le plus possible la chasse ennemie du secteur. Aucun des deux belligérants ne parviendra à surclasser l’autre et les chars vont devoir combattre sous un ciel disputé.

Pour ne rien arranger le lendemain le temps se dégrade brusquement. Le ciel se couvre de gris nuages, la pluie tombe drue, le vent. C’est bien simple c’est comme si l’automne avait eu deux mois d’avance.

«On peut d’avance oublier l’appui-aérien» grommela le chasseur Pistor du 14ème BCC, pilote d’un Renault G-1R et connu dans toute la division pour son mauvais caractère mais aussi pour ses qualités exceptionnelles de pilote «Bon il reste les artilleurs. Esperons que pour une fois ils viseront l’ennemi et pas nous».

Mauvais temps ou pas il faut attaquer et puis si le sol de la «Champagne pouilleuse» est détrempé ce n’est pas la raspoutitsa non plus comme pourront le constater un an plus tard les allemands enfoncés dans les plaines russes.

Ce sont les français qui tirent les premiers. Un violent barrage d’artillerie est lancé sur les coups de 05.00 par toutes les pièces allant de la pièce de corps d’armée de 105 et de 155mm à quelques pièces d’artillerie lourde sur voie ferrée qui sont parvenues à échapper aux allemands.

Par un travail de romain, les sapeurs et les pionniers ont pu adapter les infrastructures ferroviaires du camp pour permettre la mise en œuvre de plusieurs canons de 320mm et d’obusiers de 400mm.

Pour les allemands c’est «Der Gross Schlag» (le grand matraquage). Les positions de départ des deux Panzerkorps sont matraquées, plusieurs chars sont détruits par des coups direct (NdA curieusement même un Tiger digère mal un obus de 400mm comme quoi le Deutsche Kälitat même à l’époque c’était déjà un poil surfait), d’autres sont renversés par le souffle.

Plusieurs dépôts de munitions sautent, des chars qui en démarrant voulaient échapper à l’enfer entrèrent en collision, des fantassins blessés par des éclats ou victimes de ce qu’on appelle le «shock shell» («choc de l’obus» ou «obusite» et pas encore stress post-traumatique) s’effondrent littéralement.

Les français passent à l’attaque alors que l’artillerie qui visiblement à mieux tiré que ne le craignait le chasseur Pistor avait allongé son tir pour frapper l’arrière du front allemand. Quelques attaques aériennes ont lieu en profitant des rares éclaircies. A partir de 12.00 alors que les premiers affrontements ont lieu, le ciel clairement se refuse tant à l’Armée de l’Air qu’à la Luftwaffe.

Les premiers chars engagés sont les Renault G-1R, le haut-commandement français représenté ici par le général De Gaulle, commandant du 2ème CAC (après avoir été à la tête de la 4ème Division Cuirassée et qui aurait du prendre la tête d’une Armée du GA n°1 sans le déclenchement de l’offensive allemande) à choisit de jouer la carte «vitesse et mobilité» où le Renault G-1R est plus à l’aise que l’ARL-44 davantage fait pour le choc et la rupture.

Tous les BCC brûlaient d’en découdre, frustrés depuis le début de la Campagne de France. Il à fallu faire un choix et c’est le 19ème BCC qui s’est lancé le premier à l’assaut couvert par des chasseurs portés. Cette unité étant issue de la 4ème Division Cuirassée certains y ont vu du favoritisme de la part du chef.

Ce mouvement d’humeur ne dure pas car les autres bataillons ne vont pas tarder à être engagé couvert par les «lourds» ARL-44 qui avec leurs canons de 90mm pouvaient tenir à distance même le Tiger.

Les français ont tenté d’appliquer l’ordre oblique inventé par Epaminondas à Thèbes et remis au goût du jour par un certain Fréderic le Grand que le Troisième Reich à tenté d’exploiter pour sa propagande mais c’est un autre sujet.

Ils veulent déborder les deux corps blindés allemands pour les couper du reste de leurs unités et les réduire à l’état d’amas de ferraille.

Très vite le bel ordre, le bel agencement imaginé dans les état-majors cède le pas à une série de duels entre chars. Chasseurs portés et Panzergrenadier s’affrontent également pour tenir le terrain et éliminer les pièces antichars adverses.

Les deux combattants se livrent sans compter, les épaves de chars s’accumulent sur le champ de bataille.

Les «gros frères» du 2ème CAC ne sont pas les seuls à s’illustrer. Très vite le 3ème C.C qui affaiblit avait été d’abord préservé est engagé pour appuyer là où ça fait mal. La première journée se termine par un match nul.

Le lendemain 26 août 1949 les allemands passent à l’attaque après seulement quelques heures de repos. Enfin repos c’est vite dit car dans la nuit on à entendu quelques coups de feu, des escarmouches entre fantassins (les deux camps ont lancé quelques patrouilles offensives pour empêcher l’ennemi de dormir). Les mécaniciens et les hommes du train ont tenté de récupérer des chars immobilisés et/ou endommagés pour les réparer mais fort peu de chars endommagés le 25 pourront être réengagés le lendemain.

L’artillerie allemande tente de neutraliser le 2ème CAC et le 3ème C.C. Très vite l’artillerie française montre qu’elle s’y connait en matière de contrebatterie. En revanche le temps est toujours aussi pluvieux ce qui empêche une intervention massive de l’aviation qu’elle soit alliée ou allemande.

Les pertes matérielles et la fatigue physique/nerveuse commencent à se faire sentir dans les deux camps au point que certains commencent à se demander si cela vaut le coup de tout risquer sur une bataille alors qu’ailleurs sur le front la situation militaire est précaire (pour les allemands) ou critique (pour les alliés).

La pression allemande devient très forte et pour la soulager, des attaques sont lancées par les corps d’armées en retraite qui étaient chargés d’encager le champ de bataille. Ces attaques quoi que décousues et parfois brouillonnes atteignent leur but en forçant les allemands à détourner une partie de leurs moyens pour les contrer. Encore une fois la machine de guerre allemande que la propagande nazie représentait comme invincible montre ses limites.

Le 27 août 1949 les français attaquent en premier. Les allemands sont surpris tant ils pensaient avoir anéantit le gros des forces françaises la veille. Des succès locaux sont remportés tant par le 2ème CAC et le 3ème C.C.

Hélas pour les français le temps s’améliore brusquement et la Luftwaffe jette tout son poids dans la balance pour aider les troupes au sol. Bien entendu l’Armée de l’Air intervient mais dans la fièvre du combat au sol cette intervention est peu visible ce qui fera dire au chasseur Pistor «Nos aviateurs pour faire les beaux dans les bars à l’arrière ils sont là mais au combat il y à plus personne».

C’était bien entendu injuste mais le chasseur Pistor aux commandes de son Renault G-1 pardon de son char moyen modèle 1943R n’en avait cure de ce que les autres pensaient. Pas étonnant qu’il ait été promu deux fois sergent et retrogradé à chaque fois mais c’est une autre histoire.

Le 28 août 1949 la météo qui décidemment joue un rôle majeur dans cette bataille se dégrade à nouveau avec une tempête que certains ont qualifié de biblique avec des rafales de vent à 110km/h, de la pluie voir de la grèle.

Les combats sont pour ainsi dire gelés comme si par un accord tacite français et allemands avaient décidé de ne pas combattre dans cet enfer. Cela permet aux hommes de prendre un peu de repos et aux mécaniciens de remettre en état le plus de chars possible.

«Vivement que le temps s’améliore, Pistor est d’une humeur encore plus massacrante que d’habitude !» écrira dans ses carnets de guerre son chef de char, le sergent Pierre-François Colombier, le grand-père d’un certain Pierre-Jean Colombier.

Le 29 août 1949 le temps s’améliore un peu, le vent est tombé, la pluie ne tombe plus que par intermittences sous la forme de brèves et violentes averses. Les combats reprennent mais avec moins de virulence que les jours précédents. Les allemands ont clairement pris le dessus avec que les deux unités motomécaniques françaises souffrent clairement.

La bataille s’achève le lendemain 30 août 1949 par l’intervention inattendue de deux bataillons de chars de combat de quartier général, les 71ème et 72ème BCC équipés de 68 B-1ter, ultime évolution du B-1 même si l’ARL-44 Estienne peut être présenté comme une caisse de B-1 avec un canon de 90mm en tourelle.

Ces deux bataillons avec leurs chars à la conception un tantinet dépassée (obusier de 75mm en caisse et canon antichar de 47mm en tourelle) reçoivent l’ordre de mener une attaque en mode bélier pour bousculer les allemands au moment où ceux-ci doivent penser qu’ils peuvent transformer la retraite française en déroute.

Leur arrivée est une véritable surprise. Un message radio allemand intercepté est explicite «Mais bon sang d’où les français sortent-ils tous ces chars ?».

Les équipages de ces blindés ont conscience d’aller au sacrifice mais ils sont motivés, estimant ne faire là que leur devoir. Couvert par l’artillerie, appuyée par la 2ème DIT (2ème Division d’Infanterie Tchécoslovaque) (qui devait initialement gagner La Seine pour couvrir le repli général), ils vont bousculer les allemands pendant plusieurs heures avant de se replier en relatif bon ordre non sans avoir laissé 32 de leurs 68 chars sur le terrain (18 détruits et 14 en panne, certains étant réutilisés ultérieurement par les allemands).

Ce groupement improvisé baptisé Groupement Longerin sera cité à l’ordre du jour le lendemain «pour son extraordinaire bravoure et son sens du sacrifice, bravoure dont ont fait également preuve les tchécoslovaques qui montré qu’en 1938 les allemands n’auraient pas eu la partie facile en cas de guerre».

Cette dernière phrase assez acide vis à vis du pouvoir politique de l’époque sera censurée par Dame Anastasie et ne sera révélée au grand public que dans le livre de Pierre-Jean Colombier qui retrouva dans un carton cet ordre du jour qui avait «étrangement» disparu de son carton d’origine.

Clairement la Bataille de Mourmelon est une victoire allemande mais on peut la qualifier de victoire à la Pyrrhus tant les deux Panzerkorps ont été étrillés. Certains historiens estiment que c’est ce qui à empêché les allemands de franchir la Seine en force et que les lourdes pertes subies par le 2ème CAC et le 3ème C.C n’ont pas été inutiles.

Toujours selon le livre de Pierre-Jean Colombier, les deux Panzerkorps ont perdu 34 Tigre (22 pertes définitives 12 réparés remis ultérieurement en service), 89 Panzer III (62 pertes définitives 27 remis en service ultérieurement même si ce char va cesser d’être en première ligne fin 1949 après les Campagne de France et des Balkans), 72 Panzer IV (48 pertes définitives et 24 remis en service ultérieurement) et 64 Panzer V Panther (48 pertes définitives et 16 remis en service ultérieurement) soit un total de 259 chars sur 844 (30.68%)

Le 2ème CAC toujours en pointe (son chef n’aurait pas apprécié une autre attitude) à été durement étrillé. Le 39ème GRCA fidèle aux plus belles traditions de la cavalerie légère à vendu chèrement sa peau en perdant huit Hotchkiss H-39 et douze automitrailleuses de découverte. Autant dire que si l’unité n’est pas dissoute de jure elle est de facto.

La 2ème Division Cuirassée à perdu 36 AMX-42 (28 pertes définitives, 8 récupérés et évacués vers l’arrière hors de portée des allemands), 36 Renault G-1R (22 pertes définitives) et 24 ARL-44 (20 pertes définitives, 4 évacués) soit un total de 96 chars perdus sur 229 (41.92%)

La 4ème Division Cuirassée dite la «Division de Fer» (un surnom qui avait le dont d’agacer le chasseur Pistor de la 2ème DC «Parce que nous nous sommes une division en bakélite ?») à perdu 28 AMX-42 (16 pertes définitives, 12 remis en service ultérieurement après avoir été évacués tant bien que mal du champ de bataille), 48 Renault G-1R (36 pertes définitives et 12 remis en service ultérieurement) et 19 ARL-44 (10 pertes définitives et 9 remis en service ultérieurement) soit un total de 95 chars sur 229 (41.48%)

La 6ème Division Cuirassée à perdu 32 AMX-44 (18 pertes définitives), 24 Renault G-1R (12 pertes définitives 12 réparés) et 28 ARL-44 (20 pertes définitives) soit un total de 84 chars sur 229 (36.68%)

Le 2ème CAC à donc perdu au total de 283 chars dont 190 définitivement, ne parvenant donc à sauver que 93 chars qui seront certes réparés et remis en service mais pas toujours en première ligne.

Le 3ème Corps de Cavalerie à subit lui aussi de lourdes pertes perdant pour son 37ème GRCA tous ces véhicules !

-La 2ème DLM à perdu 68 Somua S-45 (42 pertes définitives), et 54 AMX-42 (32 pertes définitives) soit un total de 122 chars sur 216 ! (56.48% !).

La 4ème DLM à perdu 52 Somua S-45 (40 pertes définitives) et 40 AMX-42 (24 pertes définitives) soit un total de 92 chars sur 272 (33.82%)

-La 8ème DLM à perdu 54 Somua S-40 (36 pertes définitives) et 45 AMX-44 (21 pertes définitives) soit un total de 99 chars sur 230 (43.04%)

Au total le 3ème C.C à perdu 325 chars sur 726 soit quasiment la moitié de ces effectifs même si seulement 207 pertes définitives.

La France à donc perdu en cinq jours de bataille 608 chars soit des pertes bien plus élevées que les allemands. 608 chars perdus et/ou mis hors de combat sur les 1425 alignés avant le début de la bataille, un taux de pertes qu’aucune armée à part peut être la RKKA ne peut se permettre de supporter sur la durée.

Conséquence de cette saignée, le 2ème CAC et le 3ème C.C fusionnent sous la forme du 1er Corps de Cavalerie Motomécanique (CCM). Une solution provisoire pour maintenir en ligne les différentes divisions mais pour permettre de reconstituer ces deux grandes unités à l’abri de La Seine.

22-Armée de terre : armement et matériel (90) ordre de bataille (24)

2ème CAC

Le 2ème Corps d’Armée est stationné à l’est de Paris dans les plaines champenoises en profitant des nombreux camps de manoeuvre comme celui de Mourmelon. La mission de ce Corps d’Armée Cuirassé appelé également 39ème Corps d’Armée est de se porter sur le Rhin.

-Comme tous les corps d’armée, le 2ème CAC dispose de moyens qui lui sont directement rattachés :

-Le 639ème régiment de pionniers pour des travaux d’infrastructure et de protection d’état- major

Automitrailleuse Puissante modèle 1940

Automitrailleuse Puissante modèle 1940

-Le 39ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (38ème GRCA) avec des  chars légers Hotchkiss H-39 et des automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-Le 122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs créé en septembre 1948 avec deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T.

-Des unités du génie, des transmissions et de soutien

-Le 2ème CAC ne dispose pas de GAO mais peut bénéficier du soutien des quatre groupes aériens indépendants d’observation équipés de Bréguet Br694, chaque groupe disposant de quatre escadrilles de neuf appareils, ce triplace étant un rejeton du Bréguet Br690.

 -2ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 9ème régiment de cuirassiers

-2ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens le 14ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 8ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 17ème BCP accompagnés et appuyés par le 18ème groupe de canons d’assaut, le 18ème escadron antichar porté, le 18ème escadron antiaérien porté et le 18ème groupe de reconnaissance.

-4ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 27ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 15ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 6ème BCP accompagnés et appuyés par le 20ème groupe de canons d’assaut, le 20ème escadron antichar porté, le 20ème escadron antiaérien porté et le 20ème groupe de reconnaissance.

-Un régiment d’artillerie, le 309ème RAAP

-Le 10ème bataillon du génie à quatre compagnie (trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont)

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphiste et une compagnie téléphoniste)

-Un bataillon de réparations divisionnaires regroupant la compagnie automobile de quartier- général, la compagnie automobile de transport, le groupe d’exploitation divisionnaire et le 20ème escadron de réparations divisionnaire.

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-4ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 12ème régiment de cuirassiers

-6ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 19ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 46ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs porté, le 11ème BCP accompagnés et appuyés par le 22ème groupe de canons d’assaut, le 22ème escadron antichar porté, le 22ème escadron antiaérien porté et le 22ème groupe de reconnaissance.

-8ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 44ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 47ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 12ème BCP accompagnés et appuyés par le 24ème groupe de canons d’assaut, le 24ème escadron antichar porté, le 24ème escadron antiaérien porté et le 24ème groupe de reconnaissance.

-Le 322ème Régiment d’Artillerie Tractée Tout Terrain qui devient fin 1945, le 322ème Régiment d’Artillerie AutoPortée (RAAP) avec des pièces automotrices de 105mm.

-12ème bataillon du génie à quatre compagnie avec trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers mineurs

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphiste et une compagnie radio)

-Un bataillon de réparations divisionnaires regroupant la compagnie automobile de quartier- général, la compagnie automobile de transport, le groupe d’exploitation divisionnaire et le 22ème escadron de réparations divisionnaire.

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-6ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 14ème régiment de cuirassiers

-10ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 55ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 54ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 14ème BCP accompagnés et appuyés par le 26ème groupe de canons d’assaut, le 26ème escadron antichar porté, le 26ème escadron antiaérien porté et le 26ème groupe de reconnaissance.

-12ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 57ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 56ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 18ème BCP accompagnés et appuyés par le 28ème groupe de canons d’assaut, le 28ème escadron antichar porté, le 28ème escadron antiaérien porté et le 28ème groupe de reconnaissance.

-Le 349ème Régiment d’Artillerie Autoportée (RAAP) équipé de canons automoteurs de 105mm sur chassis Renault R-40.

-Le 14ème bataillon du génie à quatre compagnie (trois de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont)

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphique et une compagnie radio)

-Un bataillon de réparations divisionnaires regroupant la compagnie automobile de quartier- général, la compagnie automobile de transport, le groupe d’exploitation divisionnaire et le 24ème escadron de réparations divisionnaire.

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

22-Armée de terre : armement et matériel (31)

Renault G1

Maquette du Renault G1R dans sa configuration initiale

Maquette du Renault G1R dans sa configuration initiale

A l’origine, un char pour les DIM

Quand il apparaît en service en 1943, le Renault G1 ou char moyen modèle 1943R est une vrai merveille qui émerveille nos alliés britanniques et inquiète suffisamment les allemands pour les pousser à développer un nouveau char moyen à canon de 75mm, le futur Panther.

Pourtant le chemin fût long très long puisqu’on peut remonter à  l’année 1930 pour retrouver les prémices très lointain du projet d’un nouveau char d’infanterie.

Le 4 juillet 1930, le ministre de la guerre André Maginot approuve un programme de motorisation et de mécanisation de l’armée française notamment la motorisation de cinq divisions d’infanterie capables de se déplacer en étapes de 200km par jour.

Ces unités doivent disposer de moyens pour assurer leur sûreté et donc de chars qui doivent se révéler mobiles, puissants et endurants. Or à l’époque, les chars qui pourraient très théoriquement convenir ne sont pas exempts de défauts :

-le char B1 est puissant mais à une autonomie limitée et de plus difficile à produire en grande série

-le char D2 est moins rapide que le B1, une autonomie aussi faible que le précédent sans parler de nombreux problèmes mécaniques qui limiteront sa production en série à cent exemplaires.

En 1935, la cavalerie expérimente un prototype prometteur de la firme Somua, le futur S-35, un char rapide, puissant et bien armé qui pourrait convenir au rôle définit plus haut mais en l’expérimentant, l’infanterie remarque un certain nombre de faiblesses en terme de vitesse en tout terrain et de franchissement d’obstacles ce que le service actif démontrera et qui entrainera la mise en chantier du S-40.

L’infanterie juge néanmoins le Somua «comme un objet d’études intéressant» mais précise au cas où on ne l’aurait pas compris que «sa réalisation immédiate en grande série, pour l’infanterie,constituerait certainement une erreur».

Le char B1 étant trop lourd, le char D2 étant trop imparfait, l’infanterie n’à de choix que de développer un char moyen de conception nouvelle qui essayera de résoudre le mieux possible la quadrature du cercle : protection, armement et vitesse.

Le char de 20 tonnes

Le 16 décembre 1935, l’infanterie diffuse un appel à projets pour un char moyen d’infanterie de 20 tonnes dont les caractéristiques sont assez voisines du Somua notamment le poids, la vitesse sur route (20 km/h de moyenne contre 30 pour le S-35, vitesse maximale de 50 km/h contre 45), la  protection et l’armement mais avec une autonomie nettement plus importante (400 contre 280km).

Le choix de 20 tonnes était tout sauf un hasard, il répondait à des contraintes opérationnelles et logistiques, notamment de transport par voie ferrée ou le franchissement des coupures humides.

Le besoin alors exprimé est de 250 chars de 20 tonnes pour former cinq bataillons de quarante-cinq chars plus le volant, ces bataillons étant appelés à intégrer les divisions d’infanterie, le général Gamelin n’étant pas un partisan acharné des DLM.

Six constructeurs proposent leurs projets : Poniatowski/SEAM, Lorraine, Renault, Baudet-Donon-Roussel (BDR), Somua et FCM.

Le concept du char moyen d’infanterie va évoluer au cours de la période 1936/37 passant d’un Somua à un B1bis. Le blindage passe de 40 à 60mm et l’armement devient mixte avec un obusier de 75mm en caisse et un canon de 47mm en tourelle.

Les méthodes de construction choisies (acier moulé ou plaques laminées mécano-soudées en remplacement de plaques laminées boulonnées) doivent permettre de gagner du poids pour entrer dans la norme.

Suite à ces modifications, les constructeurs proposent de nouveaux projets à armement mixte, tous avec un obusier de 75mm et un canon de 47mm en tourelle sauf Lorraine (deux canons de 47mm) et une variante du projet Renault avec un 47mm puissant Schneider ou un canon de 75mm en tourelle…… .

Ce changement s’explique en partie par l’impossibilité de produire un grand nombre de B1bis, l’espoir de produire un char répondant à ce concept mais plus léger, moins coûteux et surtout plus facile à produire.

Seulement voilà, ce changement des règles du jeu provoque une véritable quadrature du cercle car comment faire un char aussi puissant que le B1bis de 32 tonnes en restant sous les 20 tonnes du programme ce qui est impossible car au minimum on approche des 25 tonnes ce qui à un impact sérieux sur la motorisation et la suspension.

La commission étudie les projets le 20 février 1937 et tous sans exceptions ont déjà atteint les 23-25 tonnes. A noter que seul le projet Poniatowski/SEAM aboutit à la réalisation d’un prototype, les autres restant au niveau de la maquette.

Vers un char de plus en plus lourd…….

Les différents prototypes sont étudiés par la commission mais rapidement Renault va prendre une longueur d’avance en proposant un canon de 75mm en tourelle.

C’est tout sauf anodin car si l’infanterie à toujours préconisé le montage de l’armement principal sous tourelle, le montage d’un armement puissant en casemate répondant à une demande du génie qui voulait un canon tirant à faible incidence pour neutraliser les embrasures des fortifications.

Outre l’armement, le projet Renault propose une suspension à barres de torsion plus légère et plus résistante aux mines et des chenilles jumelées qui elles suscite le scepticisme. La commission qui peine à masquer son émotion demande la réalisation d’un prototype à la maison Renault.

Selon le rapport du 20 février 1937, le projet Poniatowski/SEAM est classé en 1ère catégorie car prototype existant, les projets Somua, FCM et Renault en 2ème catégorie et enfin les projets BDR,Fouga et Lorraine en 3ème catégorie. La compagnie des Batignolles n’à pas transmis son projet et est donc hors course.

Comme nous l’avons vu, le projet d’un char de 20 tonnes avec l’armement et la protection du B1 était une chimère, le plus léger _Poniatowski/SEAM_ atteignant les 23 tonnes.

La proposition Renault va vite envoyer aux oubliettes la configuration du B1bis au profit d’un armement principal unique installé en tourelle ce qui laisse penser qu’inconsciemment la commission à abandonné le combat en région fortifié au profit de la manoeuvre en terrain libre.

Presque deux ans après le lancement du programme, la commission du programme reconnaît qu’il est impossible de monter un canon de 75mm de 32 calibres en tourelles dans un char de moins de 30-35 tonnes soit le poids d’un char B1bis.

Le 1er février 1938, la direction de l’infanterie (2ème direction) abandonne la masse maximale de 20 tonnes au profit d’une masse maximale de 35 tonnes afin de se donner de l’air et de laisser les constructeurs libres.

Sur les sept constructeurs, seuls quatre restent alors en ligne, Batignolles n’ayant jamais présenté son projet, Somua et FCM étant écarté, le premier utilisant ses études pour ses futurs S-40 et SAu-40 et le second se concentrant sur la production du B1bis à laquelle elle participait.

Quatre constructeurs restent en liste : Renault, BDR, SEAM et Lorraine mais au 1er juin 1938 seuls les deux derniers constructeurs ont officiellement reçu commande de deux prototypes.

Pourquoi un tel décalage ? Tout simplement parce que désormais, le dévellopement est financé quasi-intégralement sur fonds propres par les constructeurs ce qui explique le peu d’empressement à développer ce projet.

Il faut attendre le début du mois de juin pour que les choses s’accélèrent avec la nomination d’une équipe de liaison dirigée par le chef de bataillon Deygas de la section technique de l’infanterie et par l’ingénieur Lavirotte de l’atelier de Rueil.

A l’époque, la commande en série du Poniatowski/SEAM est prévue avec des livraisons à la mi-1940, Lorraine prévoyant la sortie en série pour 1941, les autres constructeurs n’ayant pas sorti de calendrier y compris Renault qui avait pourtant semblé devoir coiffer tout le monde avec le choix audacieux de monter un 75mm puissant en tourelle.

Seuls Lorraine, Poniatowski/SEAM et Renault semble encore en course, BDR et Fouga semblant hors jeu avec des projets dépassant largement 35 tonnes. Les autres projets sont encore largement perfectibles.

Outre le chassis, on trouve plusieurs projets de tourelle. Renault propose la pseudo-tourelle Balland avec l’équipage en caisse et un canon de 75mm à chargement automatique, une arme tout simplement révolutionnaire pour l’époque et qui doit affronter la concurrence de la tourelle ARL 3 et la tourelle FCM.

Un char révolutionnaire

Le 12 juillet 1938, la direction de l’infanterie émet une nouvelle fiche programme qui demande un char de 30 tonnes à vide et 32 tonnes en ordre de combat armé d’un canon de 75mm de 32 calibres en tourelle ce qui impose aux constructeurs de revoir totalement leur projet.

On peut voir l’évolution du programme en moins de trois ans : nous sommes passés d’un char de 20 tonnes avec l’armement d’un B1bis à un char d’un poids identique au B1bis mais mieux armé.
Cette nouvelle fiche programme élimine les projets Lorraine et BDR qui atteignent déjà 32 tonnes à vide. Le projet Fouga est menacé car atteignant déjà 35 tonnes, seuls restant en ligne les projets Poniatowski/SEAM et Renault.

En terme de performances, on réclame une vitesse maximum de 40km/h sur route et 20 km/h en tout terrain, une autonomie minimale de 200km, une autonomie en terrain variée de 8 heures.

Quand au moteur, il est prévu soit un moteur essence ou un moteur diesel. Le blindage doit être de 40 à 60mm. On soigne la protection, l’entretien avec la possibilité de changer rapidement des organes mécaniques.

On demande également d’améliorer les capacités de vision de char que ce soit le pilote ou les deux hommes en tourelle avec l’installation d’un télémètre et d’un tourelleau indépendant pour permettre de tirer à portée maximale du 75mm soit 2000m.

Mieux encore, on demande de pouvoir tirer en marche à 10km/h sous l’influence britannique bien plus avancés dans ce domaine même si ils tirent en marche à la lunette et non au télémètre.

En dépit de ces promesses, le programme patine. La guerre s’annonçant imminente, on se demande si il est bien raisonnable de lancer la production d’un nouvel modèle de chars alors que les besoins sont loin d’avoir été satisfaits avec les véhicules existants.

De plus et cela peut paraître incroyable mais on ne sait quoi faire d’un char de 35 tonnes ! Le B1bis doit combattre au cœur des régions fortifiés, les Somua doivent combattre sur les ailes mais le char type G1 est un engin d’exploitation d’une percée qui n’interviendra qu’une fois la ligne Siegfried cassée, ligne qu’on imagine à l’époque aussi formidable que la ligne Maginot.

Le programme va donc ronronner jusqu’à l’éclatement de la guerre de Pologne qui donne un coup de fouet bienvenue au programme G1 même si les productions de guerre sont naturellement prioritaires.

La fin de la guerre de Pologne permet de ralentir les productions militaires et surtout de permettre de voir plus loin que les besoins immédiats.

Le 22 décembre 1939, le couperet tombe : le Renault G1R est choisit comme char G1. Néanmoins le G1P (Poniatowski/SEAM) est retenu mais simplement pour sa transmission électrique et comme véhicule d’essais, sa production en série n’est pas prévue.

Le 1er avril 1940, Renault reçoit une commande officielle pour deux prototypes de son char G1, un char de 30 tonnes (35 tonnes maximum) avec une suspension à barres de torsion, un moteur de 350ch en attendant mieux (400ch) et une tourelle ARL 3 avec télémètre en remplacement de la pseudo-tourelle certes prometteuse mais dont la gain de poids n’était pas aussi intéressant qu’escompté.

Les deux prototypes sortent de l’usine de Billancourt respectivement en octobre et en décembre 1940 pour des tests intensifs pendant qu’on se préoccupe de l’industrialisation.

Louis Renault voit les choses en grand pour son nouveau projet et construit une nouvelle usine ultra-moderne près d’Orléans.

Les tests sont concluants sauf sur les chenilles doubles qui se révèlent être un casse-tête à remplacer en cas d’explosion de mines ou d’obstacle trop dur. Elles sont remplacées par des chenilles uniques plus facile à changer.

En terme d’armement, la tourelle ARL-3 est modifiée pour pouvoir installer une mitrailleuse MAC 34 de 7.5mm antiaérienne et pour pouvoir embarquer un canon de 75mm de 40 calibres plus puissant que le canon de 32 calibres.

Si le prototype n°1 est utilisé pour des tests de résistance aux mines et aux obus et ferraillé après avoir été martyrisé, le n°2 sert de maitre étalon pour préparer l’industrialisation dans la nouvelle usine d’Orléans.

Unités équipées

Prévu à l’origine comme un char rapide destinée aux DIM, le Renault G1 adopté officiellement sous le nom de char moyen modèle 1943R va finalement équiper les Divisions Cuirassées où il va remplacer les Hotchkiss H-39.

Huit bataillons sont donc prévus à l’origine suivis ultérieurement de quatre autres portant  le total à douze bataillons de 45 chars soit 540 chars en ligne plus des chars en réserve pour la formation, les tests et le volant de fonctionnement.

La production du char commence en septembre 1941 et les premiers exemplaires de série sortent en juin 1942 pour équiper la 1ère DC et ces deux bataillons de chars moyens, les 25ème et 26ème BCC.

La production connait un certain nombre de difficultés ce qui entraine des retards de livraison aux unités suscitant l’agacement du général Villeneuve.

Alors que le 25ème BCC aurait du être entièrement rééquipé en septembre, il ne l’est qu’en novembre après qu’un certain nombre d’exemplaires durent être renvoyés en usine pour être modifiés.

Le 25ème BCC ayant essuyé les plâtres, son homologue du 26ème BCC en tire les fruits et reçoit ses chars selon le nouveau planning à savoir de janvier à avril 1943. Ces deux bataillons s’affronteront au cours des manoeuvres de Champagne de septembre, confirmant les qualités de ce char remarquable.

Le 14ème BCC et le 27ème BCC de la 2ème Division Cuirassée reçoivent leurs chars respectivement entre mai et août 1943 pour le premier et entre septembre et décembre 1943 pour le second.

Le 42ème Bataillon de Chars de Combat de la 3ème DC reçoit ses chars moyens modèle 1943R entre janvier et avril 1944 suivis de son compère du 45ème BCC entre mai et août 1944.

La 4ème Division Cuirassée, la future Division de Fer (appelée également Division De Gaulle tant le général Charles de Gaulle imprima une marque indélébile sur la division) reçoit ses premiers Renault G1R en septembre 1944,le 19ème BCC étant entièrement équipé en décembre, son compère, le 44ème BCC recevant ses nouvelles montures entre janvier et mars 1945.

Au 1er avril 1945, un total de 360 Renault G1R sont en ligne au sein de huit bataillons. La production se poursuit à un rythme plus réduit (8 chars par mois) pour constituer un volant de réserve. C’est ainsi que de mai 1945 à juin 1947, un total de 200 chars sont produits et stockés à moins qu’on ne préfère les utiliser pour l’instruction et les essais.

En juin 1947, néanmoins, la production à grande échelle (16 chars par mois) reprend pour équiper les quatre nouveaux bataillons de chars de combat prévus pour les 5ème et 6ème DC.

Le 51ème BCC de la 5ème DC (à ne pas confondre avec celui de 1939 devenu 51ème BCF) reçoit ses chars entre septembre et décembre 1947. Il est suivi du 55ème BCC de la 6ème Division Cuirassée qui reçoit ses chars entre janvier et mars 1948.

Le 53ème BCC de la 5ème BCC reçoit ses chars entre avril et juin 1948 avant que le 57ème BCC ne boucle la boucle en étant équipée entre juillet et septembre 1948 juste à temps pour le conflit.

Quand éclate la seconde guerre mondiale, le char moyen modèle 1943R est en service à 540 exemplaires plus 200 chars de réserve, la production continuant pour aboutir à un volant de fonctionnement proche des 100%.

Caractéristiques Techniques du char moyen modèle 1943R

Poids  : 32 tonnes théorique 35 tonnes en ordre de combat

Dimensions : longueur hors tout 5.50m largeur hors tout : 2.55m hauteur avec tourelle 2.40m (1.55m sans tourelle)

Motorisation : moteur diesel Renault 8 cylindres développant 400ch avec 530l de carburant

Performances : vitesse maximale sur route 55 km/h réservoir de 530 litres donnant une autonomie sur route de 350km qui pourrait être augmentée avec des réservoirs supplémentaires installés à l’automne 1948

Blindage : 40mm maximum pour la caisse 60mm pour la tourelle

Armement : tourelle ARL modèle 1942 avec un canon de 75mm de 40 calibres (vitesse initiale : 800 m/s) avec 210 obus, une mitrailleuse coaxiale MAC 34 et une mitrailleuse antiaérienne du même modèle avec 6000 cartouches

Equipage : un mécanicien pilote et un opérateur radio/pourvoyeur en caisse, un chef de char et un tireur en tourelle

22-Armée de terre : armement et matériel (29)

I-Chars moyens

Préambule : essai d’une typologie du char moyen

Aujourd’hui avec la présence de l’AMX-90 Villeneuve, on ne se pose guère la question de savoir ce qu’est un char moyen tant l’idée d’un char de combat principal à imprégné les esprits. Ce n’était pas aussi facile  avant le second conflit mondial.

En effet si le B1bis avec ses 31 tonnes et le Renault R-35 avec ses 10.5 tonnes pouvaient respectivement être considérés comme des chars lourds et légers, il y avait visiblement la place pour un char médian.

Ce classement se heurte d’emblée à de sérieuses difficultés. Si le B1bis est un char lourd, que dire du Renault G1 et ses 35 tonnes ou encore que dire du couple AMX-42/44 avec ses 16 ou 17 tonnes, sont-ils encore des chars légers ?

Il faut aussi ajouter le nom de char puissant porté notamment par le D2, des chars d’un poids de 19 tonnes soit seulement trois tonnes de plus que l’AMX-42. Pourquoi l’un serait léger et l’autre puissant/moyen. De plus ne peut-on pas considérer le char puissant comme un char de bataille, un soutien du B1bis ?

Il faut plutôt voir du côté de la mission pour distinguer un char moyen d’un char léger. On le sait les chars légers existant en 1939 ont des équipages composés de deux hommes _un mécanicien pilote et un chef de char tireur_ car leur mission est de soutenir l’infanterie c’est-à-dire de rouler au pas ou presque et de tirer sur les obstacles se présentant sur le chemin des fantassins.

La mission de la cavalerie est davantage le combat, la manoeuvre ce qui explique que le char principal de cavalerie, l’Automitrailleuse de Combat (AMC) est un véhicule triplace avec un ou deux hommes en tourelle.

C’est là à mon sens que le char moyen se distingue du char léger (en attendant l’AMX-42 et le FCM-42 à trois hommes sans parler de l’AMX-44 et du FCM-44 à quatre hommes), la mission bien différente du soutien d’infanterie.

En septembre 1939, on peut estimer qu’il existe seulement deux chars moyens en service en nombre important : le char D2 en voie de retrait du service et le remarquable Somua S-35, probablement le meilleur char français en service quand éclate la guerre de Pologne.
Au printemps 1944, le général Villeneuve décide de clarifier la situation en établissant une véritable typologie liée en partie au poids mais également à la mission :

-char léger : ne doivent pas dépasser le poids de 20 tonnes, un armement compris entre 25 et 47mm avec un équipage de deux à quatre hommes. Leurs missions étant le soutien rapproché de l’infanterie et la reconnaissance.

-char moyen : ne doivent pas dépasser le poids de 40 tonnes, un armement minimal de 75mm et maximum de 90mm, un équipage de quatre hommes avec pour mission le combat antichar, la percée et la manoeuvre.

-char lourd : d’un poids compris entre 40 et 70 tonnes, un armement minimal de 90mm, un équipage de quatre ou cinq hommes avec pour mission le combat antichar, la percée et la manoeuvre.

-char de forteresse : catégorie ne concernant que le FCM F1 même si des projets de chars super lourds sont étudiés

-chars spéciaux : chars amphibies, char du génie sans catégorie de poids, d’armement ou d’équipage

Les chars moyens que nous allons étudier correspondent donc à tous les chars d’un poids de 20 à 39 tonnes, un armement de 47 à 75mm même si par analogie, les AMC seront considérées comme des chars moyens notamment en raison de leur mission.

Cette catégorie quasiment inexistante va connaître une spectaculaire croissance avec le maintien en service du Somua S-35 (modernisé avec une radio), l’apparition de sa version améliorée Somua S-40 mais surtout deux chars moyens armés de canons de 75mm, le Renault G1 ou char moyen modèle 1943R et le Somua S-45 appelé char moyen modèle 1945S, un char issu comme nous le verrons d’un véritable montage industriel destiné en particulier à intoxiquer les SR allemand avec une double dénonmination Somua S-45/Renault DAC-2 qui fit croire à l’Abwehr de l’existance de deux chars moyens au sein des DLM, surestimant ainsi le potentiel militaire français.

Renault D2

Renault D2

Renault D2

Sous l’influence d’Aristide Briand, l’Europe sembla se lancer sur la voix d’une paix perpétuelle nécessitant une désarmement des puissances concernées, désarmement qui avait pour cadre une conférence lancée à Genève en 1932.

Cette conférence s’inspirant du traité de Washington de 1922 suggéra une limitation des armements terrestre tant en terme quantitatif que qualitatif qui si elle avait aboutit aurait interdit le B1 au profit du D2 appelé «char de combat surblindé» par son constructeur Renault.

Le dévellopement du D2 à été lancé au cas où le B1 aurait été interdit par la conférence du désarmement d’où la France se retire en mai 1934. Les prototypes sont présentés en 1932-33 et le char est adopté en 1934 à une époque où l’hypothèque d’une interdiction du B1 avait été levée.

Résultat à l’hypothèse haute de  livraison de 750 chars D2 succéda une hypothèse base à 150 chars avant d’être réduite à 100 unités livrées entre avril 1936 et février 1937 pour les cinquante premiers et au printemps 1940 pour les cinquante autres.

Néanmoins, seul le 1er bataillon du 507ème RCC commandé par un certain colonel Charles De Gaulle avec 45 chars reçut ce blindé.

A la mobilisation, ce bataillon devient le 19ème BCC qui au printemps 1940 remplace ses ses D2 du premier marché par des chars neufs du même modèle, les premiers ayant été usés très, trop rapidement.

A sa création en septembre 1940, la 4ème Division Cuirassée (Dcu) intègre le 19ème BCC au sein d’une 6ème demi-brigade de chars devenue après réorganisation la 6ème brigade cuirassée.

Le char D2 est retiré du service dès le mois de septembre 1941 après que le Hotchkiss H-39 l’eut remplacé.

A la différence de beaucoup de chars, les D2 ne sont pas stockés pour une réutilisation ultérieure en raison d’un grand nombre de problèmes mécaniques. Les tourelles (50 exemplaires) sont précieusement conservées pour être installées sur un nouveau véhicule ou à terre comme les tourelles démontables de la ligne Maginot.

Caractéristiques Techniques du char puissant Renault UZ/D2

Poids : 19000kg

Dimensions : longueur totale 5.23m Largeur totale 2.21m Hauteur totale : 2.66m (1.77 sans tourelle)

Motorisation : un moteur essence Renault dévellopant 150ch à 2000 tours/minute

Vitesse maximale : 22 km/h  Pente : 40%  Autonomie : 100km (réservoir de 240 litres d’essence)  

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 47mm modèle 1937 en tourelle monoplace, canon alimenté à 108 obus et deux mitrailleuses de 7.5mm, deux MAC 31 avec 4500 cartouches pour les deux, une arme étant coaxiale en tourelle et une seconde en caisse

Equipage : mécanicien pilote en caisse, un opérateur radio en caisse et un chef de char tireur en tourelle

22-Armée de terre : armement et matériel (26)

Hotchkiss H-35

Quand naissent les années trente, le char léger standard est le Renault FT, un char ayant déjà une quinzaine d’années d’existence. Comme nous l’avons vu plus haut, le programme de remplacement à été lancé en août 1933 et modifié en mai 1934.

Le prototype de la firme de Levallois est testé intensivement de janvier à septembre 1935 avant d’être adopté en novembre 1935 sous le nom de char léger modèle 1935 H.

Il va ainsi être livré à la cavalerie à partir de juillet 1936 et jusqu’en 1938 pour accélérer la constitution des DLM faute d’une production suffisante de Somua S-35. Ce n’est que dans un second temps que l’infanterie va recevoir le H-35.

En septembre 1939, le Hotchkiss H-35 équipe des unités de l’infanterie et de la cavalerie  sachant que sa production à été stoppée à 400 exemplaires en raison de nombreuses insuffisances techniques notamment un moteur asmathique (rapport de 7.5 ch par tonne, loin des 10 ch par tonne exigées par les autorités militaires) et des performances médiocres en tout terrain, la vitesse sur route ayant été privilégiée à tout autre considération.

Quand éclate la guerre de Pologne, le char léger Hotchkiss modèle 1935 H équipe deux BCC de l’infanterie ainsi que trois DLM où il complète le Somua S-35 faute de mieux. A noter que le Conseil Consultatif de l’Armement avait demandé de ne pas mettre en service ces chars en attendant la disponibilité d’une version nettement améliorée, le H-39.

-Le 13ème BCC est mis sur pied par le centre mobilisateur 505 de Vannes. Il dispose de 45 chars type H-35 remplacés en mars 1942 par des H-39 toujours en service en septembre 1948 quand éclate le second conflit mondial.

-Le 38ème BCC est mis sur pied par le centre mobilisateur 509 installé à Maubeuge puis à Meucon et disposant comme le 13ème BCC de 45 Hotchkiss H-35. Il est dissous en août 1940 et son matériel stocké même si sa réutilisation est improbable.

A ces 90 chars s’ajoutent sept chars en dépôts, en école ainsi qu’un char à la disposition de l’ERGM de Gien portant le total à 98 chars.

La cavalerie à elle reçut 292 chars Hotchkiss H-35 pour équiper ses trois DLM, faute de mieux, le petit blindé étant tout sauf adapté à la mission de ces divisions.

La 1ère DLM dispose ainsi de 92 Hotchkiss H-35 répartis à part égale entre le 4ème régiment de cuirassiers et le 18ème régiment de dragons à raison de deux escadrons de vingt-trois blindés.

La 2ème DLM dispose également de 92 Hotchkiss H-35 répartis à part égale entre le 13ème et le 29ème régiment de dragons.

Les trois divisions de cavalerie disposent également chacune d’un escadron équipé de Hotchkiss H-35 soit 48 chars auxquels s’ajoute un escadron de la 3ème DLM (vingt-trois chars) ainsi qu’un escadron du 1er régiment de chasseurs d’Afrique à seize chars soit un total de 271 chars en ligne au printemps 1940 laissant vingt et un en réserve et en dépôts.

En additionant la cavalerie et l’infanterie on aboutit à un total de 390 chars, le solde de dix chars ayant apparemment été retourné chez le constructeur pour servir de banc d’essais, de véhicule d’expérimentation, deux H-35 ayant apparemment servis à valider les solutions techniques choisis pour transformer un vilain petit canard en magnifique cygne.

A partir de l’été 1940, le Somua S-40 commence à sortir des chaines de production permettant à la cavalérie d’homogénéiser l’équipement de ses DLM qui font disparaître peu à peu les différentes divisions de cavalerie. Les derniers H-35 des quatre DLM à équipement mixte quittent le service actif  en juillet 1942 quand la 3ème DLM achève son rééquipement avec le S-40.

Le H-35 quitte progressivement la cavalerie pour rejoindre les dépôts même si il est encore en service au sein du 1er RCA au Maroc, seule unité de cavalerie encore équipée de ce char décidément pas né sous une bonne étoile quand éclate le second conflit mondial et qui au cours du conflit le remplacera par quelques S-40.

Caractéristiques du char léger modèle 1935 H

Poids total : 10.6 tonnes

Dimensions : longueur totale 4.22m largeur totale 1.85m hauteur totale : 2.133m (1.38m sans tourelle)

Motorisation : un moteur Hotchkiss 6 cylindres de 75ch à 2700 tours/minute

Vitesse maximale : 27.8 km/h  Pente : 75% sur sol dur  Autonomie : 130km (réservoir de 180 litres)

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 37mm SA modèle 1918 alimenté à cent obus et une mitrailleuse MAC 31 alimentée à 2400 cartouches

Equipage : un chef de char en tourelle, un mécanicien-pilote en caisse

Hotchkiss H-39

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

char léger modèle 1935H  M.39 dit Hotchkiss H-39

Comme nous venons de le voir, le H-35 à été un échec technique, la faute notamment à un moteur insuffisamment puissant. La firme Hotchkiss qui avait anticipé sur le programme aurait pu ne jamais s’en relever mais au final, elle développa un nouveau char léger, dérivé du H-35 dont il reprenait la ligne générale mais avec de sérieuses modifications.

Un moteur plus puissant (120ch au lieu de 75) lui donnait le rapport poids/puissance réclamé par l’infanterie (en l’occurence 10 ch/tonne), un canon de 37mm SA modèle 1938 lui donnait une véritable capacité antichar (à partir du 480ème exemplaire de série, monté en rattrapage par la suite) et une queue passe-tranchée lui donnait une aisance en terrain difficile.

Les essais du prototype sont menés en 1937/38 et c’est fin 1938 qu’il est adopté sous le nom de char léger modèle 1935 H M. 39. Comme son devancier, il va équiper l’infanterie et la cavalerie et comme son ainé raté, si il est adapté aux demandes de l’infanterie, il l’est beaucoup moins à celles de la cavalerie mais faute de mieux…….. .

Au printemps 1940, il équipe six bataillons de 45 chars, bataillons de chars de combat qui sont intégrés aux trois premières divisions cuirassées :

-Les 25ème BCC et 26ème BCC sont intégrés à la 1ère Division Cuirassée

-Les 14ème et 27ème BCC sont intégrés à la 2ème Division Cuirassée

-Le 42ème et le 45ème BCC sont intégrés à la 3ème Division Cuirassée.

Ces six bataillons alignent donc un total de 270 chars Hotchkiss H-39. Deux autres bataillons sont ensuite équipées de ce char pour former une demi-brigade blindée de la 4ème Division Cuirassée en l’occurence le 19ème BCC qui troque ses D2 contre des H-39 et le 44ème BCC qui troque ses Renault R-35 contre d’autres H-39 les deux bataillons étant transformés entre mars et septembre 1941, portant le total de chars en ligne à 360 chars.

Des BCC non endivisionnés reçoivent également ce petit char biplace comme le 13ème BCC mis sur pied avec le H-35 et qui reçoit des H-39 en mars 1942 et le 22ème BCC remplace ses Renault R-35 par des Hotchkiss H-39 en septembre 1942.

Si les BCC des quatre premières divisions cuirassées remplacent leurs Hotchkiss H-39 par des Renault G1, les 13ème et 22ème BCC conservent leurs H-39 quand éclate le second conflit mondial, ce char pouvant très bien assurer le soutien de l’infanterie. L’infanterie va disposer au total de 450 chars plus 225 chars en réserve.

La cavalerie va également disposer de Hotchkiss H-39 au sein de la 3ème DLM (140 chars utilisés comme AMR), au sein des deux divisions de cavalerie restant en l’occurence les 2ème et 3ème Divisions de Cavalerie (32 chars) et au sein des GRDI en l’occurence les 2ème et 5ème GRDI mis sur pied à la mobilisation sans automitrailleuses et qui reçoivent donc des H-39 au printemps 1940 avec quinze puis vingt chars de ce type.

Suite à la démobilisation, les GRDI préservés sont tous motorisés, le Hotchkiss H-39 va ainsi équiper d’abord les GRDI type monté puis remplacer les AMR 33 et 35 au sein des GRDI motorisés, équipant au final les  2ème, 5ème, 15ème, 18ème, 23ème, 32ème, 71ème, 74ème et 93ème GRDI soit un total de 180 chars, toujours en service en septembre 1948. La cavalerie va disposer de 352 chars en ligne plus 176 en stock et dans les écoles.

En septembre 1945, douze chars sont sortis des stocks pour équiper le Groupement Motorisé de Corse auxquels s’ajoutent un nombre équivalent de véhicules en volant de fonctionnement réduisant le stock et le parc en école à 152.

Le H-39 à également été exporté d’abord à dose homéopathique, trois à la Pologne et deux à la Turquie puis de manière plus massive avec deux bataillons pour l’armée polonaise libre (90 chars), trois bataillons à la Grèce (135 chars), deux pour les Pays Bas (90 chars) deux à la Yougoslavie (90 chars) et 32 pour la Grande Bretagne qui les utilisa pour perfectionner ses chars Cruiser.

Au final le Hotchkiss H-39 va être produit à 1640 exemplaires jusqu’en mai 1947 quand la chaine de montage fermée mais pour peu de temps car dès le mois de septembre 1947, elle va à nouveau fabriquer ce char à faible cadence (huit chars par mois) pour permettre un équipement rapide des GRDI/GRCA de mobilisation, la cadence passant à douze chars par mois dès le mois de juin 1948.

Caractéristiques Techniques du char léger modèle 1935 H M. 39

Poids total : 12 tonnes

Dimensions : longueur totale 4.22m largeur totale 1.85m hauteur totale : 2.133m (1.38m sans tourelle)

Motorisation : un moteur Hotchkiss 6 cylindres de 120ch à 2800 tours/minute

Vitesse maximale : 36.5 km/h  Pente : 75% sur sol dur  Autonomie : environ 150km (réservoir de 207 litres)

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 37mm SA18 alimenté à cent obus et une mitrailleuse MAC 31 alimentée à 2400 cartouches. Le canon de 37mm SA modèle 1938 remplace le SA modèle 1918 à partir du 480ème char environ avant d’être installé en rattrapage sur les autres.

Equipage : un chef de char en tourelle, un mécanicien-pilote en caisse

21-Armée de terre (38)

A l’issue de la démobilisation, sur les cinquante et un bataillons mis sur pied, les vingt-trois bataillons d’active sont maintenus, étant affectés pour certains aux DC, les autres étant affectés (mais non intégrés) aux sept divisions d’infanterie motorisées et aux dix divisions d’infanterie du Nord-Est soit un total de dix-sept BCC. Les groupements de B.C.C sont dissous.

En retirant neuf bataillons affectés aux DC, il reste quatorze BCC ce qui nécessite le maintien en ligne de quatre bataillons de réserve, les 6ème, 11ème et 13ème BCC, le 30ème BCC ralliant la Corse avec des Renault R-40 en remplacement de ses Renault FT.

Le bataillon de chars de forteresse (51ème BCF ex-BCC) remplace ses FCM F2 par des FCM F1.

Les bataillons de chars de combat déployés en Afrique du Nord (non compris dans le total de 51) restent déployés au Maroc (62ème et 66ème BCC) en Algérie (64ème BCC) et en Tunisie (61ème 65ème et 67ème) mais leur équipement évolu, les Renault FT sont remplacés par des R-35 ou des R-40, les chars D-1 sont remplacés par des AMX-42 plus légers mais plus moderne. Au Levant, les 63ème et 68ème BCC conservent leurs R-35.

Il est prévu à la mobilisation que les groupements de B.C.C soient reconstitués, huit groupements de quatre bataillons, un par armée à l’exception de la 5ème armée ou armée des Alpes qui ne disposait que comme unité de chars que de la 6ème D.L.M. .

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des Bataillons de Chars de Combat évolue de la façon suivante :

-1er BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en septembre 1946 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché en temps de paix à la 10ème Division d’Infanterie.

-2ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché à la 11ème DI/DIM.

-3ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 13ème DI.

FCM-36 descendant d'un camion

FCM-36 descendant d’un camion

-4ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juin 1948 quand il est remplacé par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 14ème DI.

-5ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 19ème DI.

-6ème BCC : bataillon de réserve, il est pérennisé après la démobilisation et conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40. Il est rattaché à la 21ème DI.

-7ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juillet 1948 quand ils sont remplacés par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 23ème DI

-8ème BCC : Équipé de B1bis, affecté à la 2ème Division Cuirassée

-9ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’à l’automne 1945 quand il les remplace par des FCM-42. Il est affecté à la 36ème DI.

-10ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’au printemps 1946 quand ils sont remplacés par des FCM-42. Il est affecté à la 42ème DI.

-11ème BCC : bataillon de réserve, il est mis sur pied avec des vénérables Renault FT qui sont remplacés fin 1939 par des Renault R-35. Survivant à la démobilisation, il conserve ses R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 43ème DI.

-12ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1942 quand ses engins à bout de souffle sont remplacés par des Renault R-40 qui équipe encore le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Motorisée.

-13ème BCC : régiment de réserve, mis sur pied avec des Hotchkiss H-35 de piètre qualité, il le remplace début 1942 par des Hotchkiss H-39 qui équipent encore le B.C.C quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948. Il est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Motorisée.

-14ème BCC : équipé de Hotchkiss H-39, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-15ème BCC : équipé de B1bis, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-16ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace fin 1941 par des Renault R-40 plus modernes et plus efficaces. Il est rattaché à la 5ème Division d’Infanterie Motorisée.

-17ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace en mars 1942 par des Renault R-40 qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 9ème DIM.

-18ème BCC : équipé de Renault FT, ce bataillon si la guerre s’était prolongé aurait été rééquipé avec un char plus moderne mais il est dissous en juin 1940

-19ème BCC : seul bataillon équipé de chars moyens D2, il intègre fin 1940 la 4ème Division Cuirassée

-20ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace à partir de juin 1943 par des Renault R-40 plus modernes dont il dispose toujours en août 1948. Rattaché à la 12ème DIM.

-21ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous en août 1940, son matériel stocké.

-22ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en septembre 1942, des Hotchkiss H-39 jugés plus efficaces qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 15ème DIM.

-23ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous et son personnel démobilisé en août 1940, son matériel stocké.

-24ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en mars 1944, des FCM-42 dont il dispose toujours en septembre 1948 et avec lesquels il assure le soutien de la 25ème DIM.

-Les 25ème et 26ème BCC équipés de Hotchkiss H-39 sont intégrés à la 1ère Division Cuirassée

-Le 27ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 2ème Division Cuirassée

-La 28ème BCC équipé de B1bis intègre la 1ère Division Cuirassée

-Le 29ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 30ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT reçoit à l’été 1940, des Renault R-40 et rejoint Bastia et la Corse pour en renforcer la défense.

-Le 31ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 32ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT, reçoit ensuite des R-35 mais cela ne l’empêche pas d’être dissous et son personnel démobilisé en juin 1940.

-Le 33ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 34ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 35ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 36ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 37ème BCC équipé de chars B1 puis B1bis intègre à sa création la 1ère Division Cuirassée

-Le 38ème BCC équipé de Hotchkiss H-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 39ème BCC équipé de Renault R-35  est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 40ème BCC équipé de Renault R-40  est dissous et son personnel démobilisé en septembre 1940

-Le 41ème BCC équipé de B1bis intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 42ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 43ème BCC équipé de Renault R-35  est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 44ème BCC équipé de Renault R-35 puis de Hotchkiss H-39 intègre la 4ème Division Cuirassé à sa création.

-Le 45ème BCC (ex-Bataillon de Chars de la Gendarmerie) équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 46ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 47ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 48ème BCC équipé de Renault R-40  est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 49ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 3ème Division Cuirassée.

-Le 50ème BCC qui devait être créé avec des chars légers n’est finalement pas mis sur pied

-Le 51ème BCC devenu ensuite le 51ème BCF reste maintenu en ligne avec sept FCM 2C en attendant l’arrivée de FCM F1 plus modernes même si beaucoup d’officiers s’interrogent sur l’utilité de chars aussi lourds.

A l’issue de la démobilisation, on trouve donc dix-sept BCC stationnés en métropole et un en Corse, quatorze étant équipés de Renault R35, deux étant équipés de FCM 36, un équipé de H-35 et un équipé de R-40.

En Afrique du Nord et au Levant, les bataillons encore équipés de Renault FT reçoivent des R-35 (conservés par les 63ème et 68ème), nombre de R35 étant des véhicules issus des stocks de métropole.

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des BCC évolue grandement, de nouveaux modèles de chars sont mis en service. Peu avant la mobilisation, les dix-huit BCC déployés en métropole et en Corse sont équipés de Renault R-40 pour huit d’entre-eux, de FCM-42 pour cinq bataillons de chars de combat, de Renault R-35 pour trois d’entre-eux et enfin de Hotchkiss H-39 pour les deux derniers.

Huit bataillons de quartier général sont mis sur pied entre juin 1941 et juin 1943, huit bataillons de trente-quatre B1ter, version améliorée du B1bis.

Ces bataillons numérotés 70 à 77 sont encore équipés de ces chars en septembre 1948 même si le remplacement de ces chars par des ARL-44 était prévue.

Quinze B.C.C sont mis sur pied à la mobilisation en août/septembre 1948, des bataillons sont numérotés 18ème BCC, 21ème BCC, 23ème BCC, 29ème BCC, 31ème au 36ème BCC, 38ème BCC, 39ème BCC, 40ème BCC, 43ème BCC et 48ème BCC, des bataillons équipés à la mobilisation de R-35 et de FCM-36 qui sont rapidement remplacés par des R-40 pour six bataillons, par des FCM-42 pour quatre BCC et par des AMX-44 pour les cinq derniers.

Cela nous donne un total de quatorze bataillons équipés de R-40, neuf bataillons équipés de FCM-42, de trois bataillons équipés de Renault R-35, de deux bataillons Hotchkiss H-39 et de cinq bataillons équipés d’AMX-44 soit trente-trois bataillons déployés en métropole (un en Corse et trente-deux sur le continent).

A l’issue de la démobilisation, sur les cinquante et un bataillons mis sur pied, les vingt-trois bataillons d’active sont maintenus, étant affectés pour certains aux DC, les autres étant affectés (mais non intégrés) aux sept divisions d’infanterie motorisées et aux dix divisions d’infanterie du Nord-Est soit un total de dix-sept BCC. Les groupements de B.C.C sont dissous.

En retirant neuf bataillons affectés aux DC, il reste quatorze BCC ce qui nécessite le maintien en ligne de quatre bataillons de réserve, les 6ème, 11ème et 13ème BCC, le 30ème BCC ralliant la Corse avec des Renault R-40 en remplacement de ses Renault FT.

Le bataillon de chars de forteresse (51ème BCF ex-BCC) remplace ses FCM F2 par des FCM F1.

Les bataillons de chars de combat déployés en Afrique du Nord (non compris dans le total de 51) restent déployés au Maroc (62ème et 66ème BCC) en Algérie (64ème BCC) et en Tunisie (61ème 65ème et 67ème) mais leur équipement évolu, les Renault FT sont remplacés par des R-35 ou des R-40, les chars D-1 sont remplacés par des AMX-42 plus légers mais plus moderne. Au Levant, les 63ème et 68ème BCC conservent leurs R-35.

Il est prévu à la mobilisation que les groupements de B.C.C soient reconstitués, huit groupements de quatre bataillons, un par armée à l’exception de la 5ème armée ou armée des Alpes qui ne disposait que comme unité de chars que de la 6ème D.L.M. .

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des Bataillons de Chars de Combat évolue de la façon suivante :

-1er BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en septembre 1946 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché en temps de paix à la 10ème Division d’Infanterie.

-2ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché à la 11ème DI/DIM.

-3ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 13ème DI.

-4ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juin 1948 quand il est remplacé par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 14ème DI.

-5ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 19ème DI.

-6ème BCC : bataillon de réserve, il est pérénisé après la démobilisation et conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40. Il est rattaché à la 21ème DI.

-7ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juillet 1948 quand ils sont remplacés par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 23ème DI

-8ème BCC : Equipé de B1bis, affecté à la 2ème Division Cuirassée

-9ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’à l’automne 1945 quand il les remplace par des FCM-42. Il est affecté à la 36ème DI.

-10ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’au printemps 1946 quand ils sont remplacés par des FCM-42. Il est affecté à la 42ème DI.

-11ème BCC : bataillon de réserve, il est mis sur pied avec des vénérables Renault FT qui sont remplacés fin 1939 par des Renault R-35. Survivant à la démobilisation, il conserve ses R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 43ème DI.

-12ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1942 quand ses engins à bout de souffle sont remplacés par des Renault R-40 qui équipe encore le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Motorisée.

-13ème BCC : régiment de réserve, mis sur pied avec des Hotchkiss H-35 de piètre qualité, il le remplace début 1942 par des Hotchkiss H-39 qui équipent encore le B.C.C quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948. Il est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Motorisée.

-14ème BCC : équipé de Hotchkiss H-39, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-15ème BCC : équipé de B1bis, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-16ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace fin 1941 par des Renault R-40 plus modernes et plus efficaces. Il est rattaché à la 5ème Division d’Infanterie Motorisée.

-17ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace en mars 1942 par des Renault R-40 qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 9ème DIM.

-18ème BCC : équipé de Renault FT, ce bataillon si la guerre s’était prolongé aurait été rééquipé avec un char plus moderne mais il est dissous en juin 1940

-19ème BCC : seul bataillon équipé de chars moyens D2, il intègre fin 1940 la 4ème Division Cuirassée

-20ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace à partir de juin 1943 par des Renault R-40 plus modernes dont il dispose toujours en août 1948. Rattaché à la 12ème DIM.

-21ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous en août 1940, son matériel stocké.

-22ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en septembre 1942, des Hotchkiss H-39 jugés plus efficaces qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 15ème DIM.

-23ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous et son personnel démobilisé en août 1940, son matériel stocké.

-24ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en mars 1944, des FCM-42 dont il dispose toujours en septembre 1948 et avec lesquels il assure le soutien de la 25ème DIM.

-Les 25ème et 26ème BCC équipés de Hotchkiss H-39 sont intégrés à la 1ère Division Cuirassée

-Le 27ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 2ème Division Cuirassée

-La 28ème BCC équipé de B1bis intègre la 1ère Division Cuirassée

-Le 29ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 30ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT reçoit à l’été 1940, des Renault R-40 et rejoint Bastia et la Corse pour en renforcer la défense.

-Le 31ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 32ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT, reçoit ensuite des R-35 mais cela ne l’empêche pas d’être dissous et son personnel démobilisé en juin 1940.

-Le 33ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 34ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 35ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 36ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 37ème BCC équipé de chars B1 puis B1bis intègre à sa création la 1ère Division Cuirassée

-Le 38ème BCC équipé de Hotchkiss H-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 39ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 40ème BCC équipé de Renault R-40 est dissous et son personnel démobilisé en septembre 1940

-Le 41ème BCC équipé de B1bis intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 42ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 43ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 44ème BCC équipé de Renault R-35 puis de Hotchkiss H-39 intègre la 4ème Division Cuirassé à sa création.

-Le 45ème BCC (ex-Bataillon de Chars de la Gendarmerie) équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 46ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 47ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 48ème BCC équipé de Renault R-40 est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 49ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 3ème Division Cuirassée.

-Le 50ème BCC qui devait être créé avec des chars légers n’est finalement pas mis sur pied

-Le 51ème BCC devenu ensuite le 51ème BCF reste maintenu en ligne avec sept FCM 2C en attendant l’arrivée de FCM F1 plus modernes même si beaucoup d’officiers s’interrogent sur l’utilité de chars aussi lourds.

A l’issue de la démobilisation, on trouve donc dix-sept BCC stationnés en métropole et un en Corse, quatorze étant équipés de Renault R35, deux étant équipés de FCM 36, un équipé de H-35 et un équipé de R-40.

En Afrique du Nord et au Levant, les bataillons encore équipés de Renault FT reçoivent des R-35 (conservés par les 63ème et 68ème), nombre de R35 étant des véhicules issus des stocks de métropole.

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des BCC évolue grandement, de nouveaux modèles de chars sont mis en service. Peu avant la mobilisation, les dix-huit BCC déployés en métropole et en Corse sont équipés de Renault R-40 pour huit d’entre-eux, de FCM-42 pour cinq bataillons de chars de combat, de Renault R-35 pour trois d’entre-eux et enfin de Hotchkiss H-39 pour les deux derniers.

Huit bataillons de quartier général sont mis sur pied entre juin 1941 et juin 1943, huit bataillons de trente-quatre B1ter, version améliorée du B1bis.

Ces bataillons numérotés 70 à 77 sont encore équipés de ces chars en septembre 1948 même si le remplacement de ces chars par des ARL-44 était prévue.

Quinze B.C.C sont mis sur pied à la mobilisation en août/septembre 1948, des bataillons sont numérotés 18ème BCC, 21ème BCC, 23ème BCC, 29ème BCC, 31ème au 36ème BCC, 38ème BCC, 39ème BCC, 40ème BCC, 43ème BCC et 48ème BCC, des bataillons équipés à la mobilisation de R-35 et de FCM-36 qui sont rapidement remplacés par des R-40 pour six bataillons, par des FCM-42 pour quatre BCC et par des AMX-44 pour les cinq derniers.

Cela nous donne un total de quatorze bataillons équipés de R-40, neuf bataillons équipés de FCM-42, de trois bataillons équipés de Renault R-35, de deux bataillons Hotchkiss H-39 et de cinq bataillons équipés d’AMX-44 soit trente-trois bataillons déployés en métropole (un en Corse et trente-deux sur le continent).

21-Armée de terre (34)

2ème Division Cuirassée

Organisation originelle

-Un état-major divisionnaire

-Une demi-brigade de chars lourds avec les 8ème et 15ème Bataillons de Chars de Combat équipés de B1bis

-Une demi-brigade de chars légers avec les 14ème et 27ème Bataillons de Chars de Combat équipé de Hotchkiss H-39

-Un bataillon de chasseurs portés, le 17ème bataillon de chasseurs portés

-Le 309ème régiment d’artillerie tractée tout terrains (obusiers de 105Cmodèle 1935B)

-Une batterie antichar indépendante à canons de 47mm

-Une compagnie automobile de quartier général

-Une compagnie automobile de transport

-Une compagnie de sapeurs mineurs portés

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un groupe sanitaire divisionnaire

Après réorganisation

-Un état-major divisionnaire de 315 hommes et 74 véhicules dont deux véhicules antiaériens Laffly V15 munis d’un bitube de 25mm

-Un régiment de découverte, le 9ème régiment de cuirassiers équipé notamment d’AMX-42

-2ème brigade cuirassée

-Un état-major de brigade

-14ème bataillon de chars de combat (14ème BCC) équipé de 45 Hotchkiss H-39 remplacés ultérieurement par des Renault G1

-8ème bataillon de chars de combat (8ème BCC) équipé de 34 B1bis puis d’ARL-44

-17ème bataillon de chasseurs portés (17ème BCP) équipé de VBCP (Véhicules Blindés de Chasseurs Portés) Renault VBCP-40

-18ème groupe de canons d’assaut équipés d’ARL V-39

-18ème escadron antichar porté équipé de Renault VBCP-40 à canon de 47mm

-18ème escadron antiaérien porté équipé de Renault VBCP-40 avec bitubes de 25mm

-18ème groupe de reconnaisance équipé notamment de chars légers AMX-42

-4ème brigade cuirassée

-Un état-major de brigade
-27ème bataillon de chars de combat (27ème BCC) équipé de 45 Hotchkiss H-39 remplacés ultérieurement par des Renault G1

-15ème bataillon de chars de combat (15ème BCC) équipé de 34 B1bis puis d’ARL-44

-6ème bataillon de chasseurs portés (6ème BCP) équipé de VBCP (Véhicules Blindés de Chasseurs Portés) Renault VBCP-40

-20ème groupe de canons d’assaut équipés d’ARL V-39

-20ème escadron antichar porté équipé de Renault VBCP-40 à canon de 47mm

-20ème escadron antiaérien porté équipé de Renault VBCP-40 avec bitubes de 25mm

-20ème groupe de reconnaisance équipé notamment de chars légers AMX-42

-Un régiment d’artillerie, le 309ème RATTT puis RAAP

-Un bataillon du génie à quatre compagnie, le 10ème bataillon du génie (de DC)

-Deux compagnies de transmission

La compagnie télégraphique prend le numéro de la première BC (ici donc le numéro 2) et dispose de 228 hommes et 63 véhicules

La compagnie radio prend le numéro de la deuxième BC (ici donc le numéro 4) et dispose de 241 hommes, 60 véhicules et 39 postes radios

-Un bataillon de réparations divisionnaires

-312ème compagnie automobile de quartier général

-412ème compagnie automobile de transport

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Le 20ème Escadron de réparation divisionnaire

-Le 46ème bataillon sanitaire divisionnaire

3ème Division Cuirassée

Organisation originelle

-Un état-major divisionnaire

-Une demi-brigade de chars lourds avec les 41ème et 49ème Bataillons de Chars de Combat équipés de B1bis

-Une demi-brigade de chars légers avec les 42ème et 45ème Bataillons de Chars de Combat équipé de Hotchkiss H-39

-Deux bataillons de chasseurs portés, les 7ème et 9ème bataillon de chasseurs portés

-Le 319ème régiment d’artillerie tractée tout terrains (obusiers de 105C modèle 1935B)

-Une batterie antichar indépendante à canons de 47mm

-Une compagnie automobile de quartier général

-Une compagnie automobile de transport

-Une compagnie de sapeurs mineurs portés

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un groupe sanitaire divisionnaire

Après réorganisation

-Un état-major divisionnaire de 315 hommes et 74 véhicules dont deux véhicules antiaériens Laffly V15 munis d’un bitube de 25mm

-Un régiment de découverte, le 10ème régiment de cuirassiers

-5ème brigade cuirassée

-Un état-major de brigade

-42ème bataillon de chars de combat (42ème BCC) équipé de 45 Hotchkiss H-39 remplacés ultérieurement par des Renault G1

-41ème bataillon de chars de combat (41ème BCC) équipé de 34 B1bis puis d’ARL-44

-7ème bataillon de chasseurs portés (7ème BCP) équipé de VBCP (Véhicules Blindés de Chasseurs Portés) Lorraine 39L

-21ème groupe de canons d’assaut équipés d’ARL V-39

-21ème escadron antichar porté équipé de Lorraine 39L à canon de 47mm

-21ème escadron antiaérien porté équipé de Lorraine 39L avec bitubes de 25mm

-21ème groupe de reconnaisance équipé notamment de chars légers FCM-42

-7ème brigade cuirassée
-Un état-major de brigade

-45ème bataillon de chars de combat (45ème BCC) équipé de 45 Hotchkiss H-39 remplacés ultérieurement par des Renault G1

-49ème bataillon de chars de combat (49ème BCC) équipé de 34 B1bis puis d’ARL-44

-9ème bataillon de chasseurs portés (6ème BCP) équipé de VBCP (Véhicules Blindés de Chasseurs Portés) Lorraine 39L

-23ème groupe de canons d’assaut équipés d’ARL V-39

-23ème escadron antichar porté équipé de Lorraine 39L à canon de 47mm

-23ème escadron antiaérien porté équipé de Lorraine 39L avec bitubes de 25mm

-23ème groupe de reconnaisance équipé notamment de chars légers FCM-42

-Un régiment d’artillerie, le 319ème RATT puis RAAP

-Un bataillon du génie à quatre compagnie, le 11ème bataillon du génie (de DC)

-Deux compagnies de transmission

La compagnie télégraphique prend le numéro de la première BC (ici donc le numéro 3) et dispose de 228 hommes et 63 véhicules

La compagnie radio prend le numéro de la deuxième BC (ici donc le numéro 5) et dispose de 241 hommes, 60 véhicules et 39 postes radios

-Un bataillon de réparations divisionnaires

-313ème compagnie automobile de quartier général

-413ème compagnie automobile de transport

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Le 21ème Escadron de réparation divisionnaire

-Le 47ème bataillon sanitaire divisionnaire

4ème Division Cuirassée de réserve (4ème DCr)

Cette Dcr mise sur pied à la fin de 1940 à intégré une partie des améliorations apportées aux formations cuirassés notamment un deuxième bataillon de chasseurs portés. L’organisation initiale de la 4ème Dcr est la suivante :

-Un état-major divisionnaire

-6ème demi-brigade de chars avec deux bataillons, le 19ème BCC équipé de Renault D2 et le 44ème BCC équipé de Renault R-35, ces deux bataillons étant rapidement transformés sur Hotchkiss H-39

-8ème demi-brigade de chars avec deux bataillons de chars B1bis, les 46ème et 47ème BCC.

-deux bataillons de chasseurs portés, les 11ème et 12ème BCP

-Un régiment d’artillerie tracté tout terrain, le 322ème RATTT

-Une batterie divisionnaire antichar à 12 canons de 47mm

-Une compagnie de sapeurs mineurs portés

-Une compagnie mixte de transmissions

-Une compagnie automobile de quartier général

-Une compagnie automobile de transport

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un groupe sanitaire divisionnaire.

A l’issue de la réorganisation qu’elle subit comme les trois premiers Divisions Cuirassés de réserve, la future «Division de Fer» est organisé de la façon suivante :

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 12ème cuirassiers

-6ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, le 46ème BCC équipé de chars B1bis puis de ARL-44, le 19ème BCC équipé d’Hotchkiss H-39 puis de Renault G1, le 11ème bataillon de chasseurs portés équipés de Renault VBCP-40, le 22ème groupe de canons d’assaut, le 22ème escadron antichar porté équipé de canons antichars de 47mm sur VBCP-40, le 22ème escadron antiaérien porté équipé de bitubes de 25mm sur VBCP-40 et le 22ème groupe de reconnaissance équipé de chars légers AMX-42.

-8ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, le 47ème BCC équipé de chars B1bis puis d’ARL-44, le 44ème BCC équipé d’Hotchkiss H-39 puis de Renault G1, le 12ème bataillon de chasseurs portés, le 24ème groupe de canons d’assaut, le 24ème escadron antichar porté, le 24ème escadron antiaérien porté et le 24ème groupe de reconnaissance équipé de chars légers AMX-42.

-Le 322ème Régiment d’Artillerie Tractée Tout Terrain qui devient fin 1945, le 322ème Régiment d’Artillerie AutoPortée (RAAP) avec des pièces automotrices de 105mm Renault R-40 Au 105B.

-Un bataillon du génie à quatre compagnie, le 12ème bataillon du génie (de DC)

-Deux compagnies de transmission

La compagnie télégraphique prend le numéro de la première BC (ici donc le numéro 6) et dispose de 228 hommes et 63 véhicules
La compagnie radio prend le numéro de la deuxième BC (ici donc le numéro 8) et dispose de 241 hommes, 60 véhicules et 39 postes radios

-Un bataillon de réparations divisionnaires

-314ème compagnie automobile de quartier général

-414ème compagnie automobile de transport

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Le 22ème Escadron de réparation divisionnaire

-Le 48ème bataillon sanitaire divisionnaire

21-Armée de terre (25)

Aux côtés de l’aristocratique cavalerie, nous trouvons «la roture», l’arme des chars de l’infanterie qui en septembre 1939 n’est à peine âgée que de vingt ans, un gamin à côté de l’immémoriale cavalerie qui pouvait à bon droit se réclamer de l’antique chevalerie.

En attendant la création ou du mois la concrétisation des divisions à base de chars, les principales unités de chars sont les bataillons de chars de combat.

Le 23 août 1939 en vertu de décisions antérieures, les douze régiments de chars de combat sont dissous pour donner naissance à des bataillons de chars de combat.

Les état-majors des régiments dissous forment autant de centres mobilisateurs auxquels s’ajoute un treizième créé ex-nihilo.

Vingt-trois bataillons de chars de combat d’active voient le jour. Devenus autonomes, ils prennent des numéros n’ayant rien à voir avec leur ancien régiment (1er au 5ème BCC, 7ème au 10ème BCC, 12ème BCC, 14ème au 17ème BCC, 19ème BCC, 20ème BCC, 22ème BCC, 24 au 28ème BCC, 37ème BCC).

Char de forteresse ou de percée FCM 2C

Char de forteresse ou de percée FCM 2C équipant une unique unité, le 51ème BCC

A ces vingt-trois bataillons d’active s’ajoutent seize bataillons mis sur pied avec des réservistes (6ème, 11ème, 13ème, 18ème, 21ème, 23ème, 29ème à 36ème, 38ème et 39ème bataillon), le 51ème BCC équipés de monstrueux FCM 2C et le bataillon de char des troupes coloniales (BCTC).

D’autres bataillons sont mis sur pied au printemps 1940. Certains de ces bataillons vont ainsi former les Dcr mais la plupart vont renouveler leur équipement (notamment ceux équipés de Renault FT) en restant attachés au soutien de l’infanterie, formant des groupements rattachés aux armées mobilisées depuis septembre 1939.

Char lourd B1bis

Char lourd B1bis

Le nombre de bataillons va au final atteindre cinquante et un avec deux nouveaux bataillons de chars lourds B1/B1bis _à la base des quatre Dcr_ portant leur nombre à huit (soit deux par division), un bataillon de chars d’intervalle FCM 2C, un bataillon de chars moyens D2 et quarante et un bataillons de chars légers.

A l’issue de la démobilisation, sur les cinquante et un bataillons mis sur pied, les vingt-trois bataillons d’active sont maintenus, étant affectés pour certains aux DC, les autres étant affectés (mais non intégrés) aux sept divisions d’infanterie motorisées et aux dix divisions d’infanterie du Nord-Est soit un total de dix-sept BCC.

En retirant neuf bataillons affectés aux DC, il reste quatorze BCC ce qui nécessite le maintien en ligne de trois bataillons de réserve, les 6ème, 11ème et 13ème BCC, le 30ème BCC ralliant la Corse avec des Renault R-40 en remplacement de ses Renault FT.

Le bataillon de chars de forteresse (51ème BCF ex-BCC) remplace ses FCM F2 par des FCM F1.

Renault R-35

Renault R-35

Les bataillons de chars de combat déployés en Afrique du Nord (non compris dans le total de 51) restent déployés au Maroc (62ème et 66ème BCC) en Algérie (64ème BCC) et en Tunisie (61ème 65ème et 67ème) mais leur équipement évolu, les Renault FT sont remplacés par des R-35 ou des R-40, les chars D-1 sont remplacés par des AMX-42 plus légers mais plus moderne. Au Levant, les 63ème et 68ème BCC conservent leurs R-35.
Ultérieurement sont mis sur pied huit bataillons de quartiers général numérotés 70 à 77ème BCC, des bataillons équipés de B1ter et qui constituent une réserve mobile utile en cas d’assaut ou cas de combat défensif, le B1ter bien que moins efficace que l’ARL-44 restant un engin redoutable si il est bien employé.

La mise sur pied de deux nouvelles Divisions Cuirassées entraine la création de huit nouveaux BCC numérotés de 50 à 57, les 50ème, 52ème, 54ème et 56ème étant équipés d’ARL-44, les 51ème, 53ème, 55ème et 57ème disposant comme monture du Renault G1.

Prototype de l'ARL-44

Prototype de l’ARL-44

En cas de guerre, il est prévu de créer quinze nouveaux bataillons de chars de combat portant leur nombre à quarante, ces quarante bataillons devant former normalement des groupements à l’échelle du corps d’armée ou de l’armée, chaque groupement devant disposer de deux à quatre B.C.C mis à la disposition des Divisions d’Infanterie pour leur fournir une capacité antichar et un punch supplémentaire et bienvenu.

On trouve également deux brigades cuirassées, les 1ère et 2ème brigades qui annoncent les divisions cuirassées de réserve qui doivent disposer dans un premier temps une demi-brigade à deux bataillons de chars lourds équipés de B1bis et une demi-brigade à deux bataillons de chars légers équipés de Hotchkiss H-39 en attendant un char spécifiquement conçu pour ce rôle sans oublier deux bataillons de chasseurs portés (issus des chasseurs à pieds ou créer spécifiquement pour ce rôle), un régiment d’artillerie motorisé et un groupe de canons d’assaut pour soutenir les chars au plus près.

Un groupement cuirassé regroupe ces deux brigades qui deviennent début 1940 des divisions. Il doit à la fois servir d’organe de commandement et de servir d’organe de formation et d’aguerrissement. Il est à l’origine du Corps d’Armée Cuirassé qui lui succède en décembre 1941, un C.A.C qui se dédoubla en deux C.A.C, la mise en œuvre de six DC étant des plus compliqués et manquant de souplesse.