21-Armée de terre (45)

Les dragons portés

Genèse

Le 1er mai 1929, le 1er régiment de dragons est à nouveau dissous. Alors qu’il avait existé sans discontinué de la monarchie de Juillet à la Grande Guerre, il avait été dissous une première fois en 1919 puis recréé en 1924 comme une unité montée avant donc de connaître une nouvelle dissolution.

Une mort pour une naissance puisqu’au même moment voit le jour le 1er bataillon de dragons portés formés lui par des éléments du 1er groupe de chasseurs cyclistes (ex-5ème groupe cycliste).

Les chasseurs cyclistes passent donc de l’infanterie à la cavalerie puisque les fiers soldats sur les pliantes Gerard sont à l’origine des chasseurs à pied, dix groupes de chasseurs cyclistes étant créés durant le premier conflit mondial.

Pour conserver le souvenir des régiments les plus illustres de l’armée, les régiments existant deviennent les gardiens de la mémoire des régiments dissous. C’est ainsi que le 1er BDP devient le corps de tradition du 1er régiment de dragons mais également du 5ème groupe cycliste qui s’illustra en Champagne en 1918.

En dépit du changement d’appelation, ce n’est qu’en 1930 que le matériel suit le changement d’appelation, les pliantes Gérard cédant la place à des semi-chenillés Citroen P17, véhicules réservés aux unités de mitrailleurs avant que suffisamment de véhicules ne permettent d’équiper tout le bataillon.

Ce bataillon est organisé à l’origine en deux escadrons portés sur autochenilles et un escadron à motocyclettes.

D’autres bataillons vont ensuite voir le jour, toujours intégrés aux divisions de cavalerie dans les fameuses unités «pétrole-picotin», le 1er BdP dépend ainsi de la 5ème DC, le 2ème BDP de Paris dépend de la 3ème DC de Paris, le 3ème BDP de Luneville dépend de la 2ème DC, le 4ème BDP de Verdun dépend de la 4ème DC et le 5ème BDP de Lyon dépend de la 1ère DC.

Situation en septembre 1939 et évolution ultérieure

Lorsque la France mobilise en août/septembre 1939, l’arme des dragons portés représente deux régiments et trois bataillons.

En effet, les 1er et 4ème BDP sont devenus des régiments lorsque les divisions de cavalerie auxquelles ils appartenaient sont devenus des Divisions Légères Mécaniques, la 4ème Division de Cavalerie dont dépend le 4ème RDP est ainsi devenue la 1ère DLM, la 5ème Division de Cavalerie dont dépend le 1er RDP ayant muté en une 2ème DLM.

Les trois autres bataillons de dragons portés restent intégrés aux divisions de cavalerie, des unités mixtes motorisés/montées, une situation toute provisoire puisque ces trois Divisions doivent devenir des DLM et entrainer la transformation des bataillons en régiments, mesure qui interviendra officiellement en mars 1940.

Le nombre de régiments de dragons portés ne va cesser d’augmenter, passant à seize régiments, deux régiments par DLM. En effet, les régiments de dragons portés vont passer d’un à deux par division pour rendre autonome chaque brigade légère mécanique des nouvelles DLM.

-La 1ère DLM aligne ainsi le 4ème et le 15ème RDP

-La 2ème DLM aligne ainsi le 1er RDP et le 6ème RDP

-La 3ème DLM aligne ainsi les 5ème et 19ème RDP

-La 4ème DLM aligne ainsi les 3ème et 7ème RDP

-La 5ème DLM aligne ainsi les 2ème et 8ème RDP

-La 6ème DLM _la première DLM créé ex-nihilo selon la nouvelle organisation_ dispose des 9ème et 10ème RDP

-La 7ème DLM aligne le 11ème et le 12ème régiment de dragons portés

-La 8ème DLM aligne les 13ème et 14ème régiments de dragons portés

Organisation d’un régiment de dragons portés

Au combat,les dragons portés doivent coller aux chars, les protéger de l’infanterie adverse et de ses armes antichars, de nettoyer et d’occuper le terrain. Il est organisé de la façon suivante :

-Un état-major et un peloton de commandement

-Un escadron hors-rang avec le 1er peloton chargé du commandement et des services, le 2ème peloton chargé de l’approvisionnement et des services du corps, un 3ème peloton qui est le peloton sanitaire, un 4ème peloton chargé des réparations et un 5ème peloton (pionniers et matériel de franchissement).
L’EHR dispose de 12 officiers, de 29 sous-officiers, 228 hommes, 24 motos solos, 2 motos side-cars, dix-huit véhicules légers, une AMD puis AMP TSF, 42 camions, 2 tracteurs de dépannage, une remorque porte-char et deux cuisines remorques.

-Trois bataillons avec un état-major et un peloton de commandement, un escadron d’AMR, un escadron de fusiliers motocyclistes, deux escadrons de fusiliers voltigeurs portés et un escadron de mitrailleuses et d’engins (EME)

Avant septembre 1939, chaque RDP ne disposait que de deux bataillons, le troisième devant s’ajouter à la mobilisation. Suite à la démobilisation de septembre 1940, il est décidé de pérenniser ce troisième bataillon.

L’escadron d’AMR dispose d’un  peloton de commandement avec une AMR de commandement et quatre pelotons de cinq AMR soit un total de 115 hommes et 55 véhicules dont 21 AMR.

L’escadron de fusiliers motocyclistes à la composition identique à celui du régiment de découverte

Les deux escadrons de fusiliers voltigeurs portés disposant d’un peloton de commandement (avec un mortier de 60mm), trois pelotons de combat avec un VDP (Voiture de Dragons Portés) de commandement et trois VDP emportant chacune un groupe de combat (dix hommes et deux fusils-mitrailleurs), un peloton de mitrailleuses (deux groupes de deux mitrailleuses et une mitrailleuse contre-avions).

L’escadron de fusiliers voltigeurs portés dispose au final de 198 hommes et 39 véhicules dont 20 VDP.

-Un escadron de mitrailleuses et d’engins (EME) avec un peloton de commandement, deux pelotons de mitrailleuses (identique à celui de l’escadron de fusiliers voltigeurs portés), un peloton de mortiers à deux groupes de deux pièces (81 puis 120mm), deux groupes de deux canons de 25mm puis de 47mm soit un total de 181 hommes et de 49 véhicules dont dix-huit VDP.

Le bataillon de dragons portés dispose de 917 hommes et de 279 véhicules dont 21 AMR et 67 voitures tout-terrain.

Au total le régiment de dragons portés aligne 3088 hommes et 957 véhicules (mobilisation).

La réorganisation n’entraine pas un grand changement dans l’organisation mais l’équipement évolue. Les AMR sont remplacés par des chars légers FCM-42 ou des AMX-42 bien plus puissants (canon de 47mm et une mitrailleuse de 7.5mm) et les VDP Lorraine 28 ont été depuis longtemps remplacés par des véhicules Laffly S20TL .

Publicités

21-Armée de terre (23)

La situation générale en septembre 1939

Quand éclate la guerre de Pologne, la cavalerie dispose d’unités entièrement mécaniques (les DLM), d’unités «pétrole-picotin» (les Divisions de Cavalerie) et d’unités montées dans l’Empire mais également en métropole, à la différence que désormais les cavaliers combattent démontés, n’utilisant leur noble destrier que pour se déplacer notamment dans des endroits difficiles d’accès pour les engins motorisés.

Métropole

-Trois Divisions de Cavalerie modèle 1932  

La 1ère division de cavalerie stationnée à Orléans dispose d’une 1ère brigade de cavalerie avec le 1er régiment de hussards et le 8ème régiment de chasseurs, d’une 2ème brigade de cavalerie avec le 1er régiment de chasseurs et le 19ème régiment de dragons, du 1er groupe d’automitrailleuses, du 5ème bataillon de dragons portés et du 75ème régiment d’artillerie tractée tout terrain.

La 2ème division de cavalerie stationnée à Luneville dispose d’une 3ème brigade de cavalerie (18ème régiment de chasseurs et 5ème régiment de cuirassiers), d’une 4ème brigade de cavalerie (8ème et 31ème régiments de dragons), du 2ème groupe d’automitrailleuses, du 3ème bataillon de dragons portés et du 73ème régiment d’artillerie tractée tout terrain.

La 3ème division de cavalerie stationnée à Paris dispose d’une 5ème brigade de cavalerie (4ème régiment de hussards et 6ème régiment de dragons), d’une 6ème brigade de cavalerie (11ème régiment de cuirassiers et 12ème régiment de chasseurs), du 3ème groupe d’automitrailleuses, du 2ème bataillon de dragons portés et du 72ème régiment d’artillerie tractée tout-terrain.

Ces trois divisions de cavalerie vont être transformées en Divisions Légères Mécaniques, la 1ère DC devenant la 3ème DLM en février 1940, la 2ème DC devient la 4ème DLM en septembre 1940 et enfin la 3ème DC devient la 5ème DLM en juin 1941.

-Trois groupements de cavalerie

Ces groupements de cavalerie sont des organisations temporaires, ces régiments devant disparaître à la mobilisation après la mise sur pied des GRDI et des GRCA.

A l’issue de la démobilisation, les GRCA sont dissous (les Corps d’Armées n’existant plus en temps de paix) mais vingt-huit GRDI sont maintenus en métropole et d’autres en AFN et au Levant, tous étant motorisés.

-Le 1er groupement de cavalerie (Metz) regroupe le 3ème régiment de hussards, le 9ème régiment de dragons et le 11ème régiment de chasseurs.

-Le 2ème groupement de cavalerie (Marseille) regroupe le 2ème régiment de hussards, le 9ème régiment de cuirassiers et le 10ème régiment de dragons

-Le 3ème groupement de cavalerie (Amiens) regroupe le 2ème régiment de chasseurs, le 6ème groupe d’automitrailleuses et le 7ème groupe d’automitrailleuses.

Certains de ces régiments sont ultérieurement recréés au sein des DLM mais également des Divisions Cuirassées.

En l’occurence, le 11ème Régiment de chasseurs à cheval est recréé au sein de la 12ème BLM (6ème DLM), le 3ème Régiment de hussards intègre la 13ème BLM (7ème DLM), le 2ème Régiment de hussards intègre la 15ème BLM (8ème DLM) et le 9ème Régiment de cuirassiers est recréé comme régiment de découverte de la 2ème DC nouvelle formule.

GRDI et GRCA

Comme nous venons de le voir, sept régiment de cavaleries indépendants et deux groupes d’automitrailleuses sont dissous à la mobilisation pour former des Groupements de Reconnaissance de Division d’Infanterie (GRDI) et des Groupements de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA).

Selon la note d’état-major du 6 août 1923, outre la «substance» des sept RC et des groupes de mitrailleuses, les centres mobilisateurs de la cavalerie mettent sur pied ces groupements tactiques chargés d’éclairer les grandes unités et si nécessaire de mener des combats retardateurs.

Plus précisement, ces unités doivent rechercher le renseignement, prendre contact avec l’ennemi et assurer la sîreté des lignes de surveillance.

Au moment de la guerre de Pologne pas moins de quatre-vingt dix groupements de ce type vont être mis sur pied, majoritairement de type monté (quatre-vingt-deux d’entre-eux), le reliquat étant composé de groupes motorisés avec ou sans mitrailleuses, deux sans automitrailleuses et cinq avec.

A l’issue de la démobilisation, seuls sont maintenus les GRDI type motorisé qui reçoivent tous des automitrailleuses soit sept GRDI affectés aux Divisions d’Infanterie Motorisées ou D.I.M. Les autres DI reçoivent elle aussi un GRDI, les GRDI montés préservés étant motorisés, permettant aux vingt-huit divisions d’infanterie stationnées en métropole (neuf DI type Nord-Est, huit D.I.M, trois DIAlp, quatre DIC et quatre DINA) de disposer d’un groupement tactique de reconnaissance et de combat. Les DIA et les DM préservées vont également disposer d’un GRDI.

-Deux Divisions Légères Mécaniques (D.L.M.)

-La 1ère Division Légère Mécanique (1ère D.L.M.)  dispose d’une 1ère brigade légère mécanique (4ème régiment de cuirassiers, 18ème régiment de dragons), d’une 2ème brigade légère mécanique (6ème régiment de cuirassiers, 4ème régiment de dragons portés) et le 74ème régiment d’artillerie tractée tout-terrain.

-La 2ème Division Légère Mécanique (2ème D.L.M.) dispose d’une 3ème brigade légère mécanique (13ème régiment de dragons, 29ème régiment de dragons), d’une 4ème brigade légère mécanique (8ème régiment de cuirassiers 1er régiment de dragons portés) et du 71ème régiment d’artillerie tractée tout terrain.

Ils’agit ici des unités principales, ces divisions disposent bien entendu d’unités de soutien et d’appui en complément des régiments.

-Deux brigades de spahis

-La 1ère brigade de spahis stationnée à Compiègne dispose du 4ème régiment de spahis marocains et le 6ème régiment de spahis algériens.

-La 2ème brigade de spahis stationnée à Orange dispose du 7ème régiment de spahis algériens et du 8ème régiment de spahis algériens.

Ces unités montées restent en l’état en dépit de projets de motorisations, ces deux brigades auraient pu former une nouvelle DLM. Maintenues comme gage aux partisans de la cavalerie, le général Villeneuve décide à l’été 1948 de les transformer en unités mécaniques sous une forme non définie mais le déclenchement de la guerre reporte ce projet sine die.