22-Armée de terre : armement et matériel (40)

Gendron-Somua AM 39

Gendron-Somua AM 39

Gendron-Somua AM 39

Cette automitrailleuse est la dernière AutoMitrailleuse de Découverte (AMD) avant que le général Gamelin décide d’abandonner ce concept en raison d’un blindage trop faible.

Cette automitrailleuse à une longue histoire, étant à l’origine une AutoMitrailleuse de Reconnaissance (AMR) à trois roues. Le premier prototype à une stabilité insuffisante mais le second est meilleur.

Son inventeur, M. Gendron n’ayant pas les moyens d’assurer l’industrialisation, Somua reprend les bases du projet mais avec quatre roues, le prototype étant présenté en décembre 1937 et testé jusqu’en août 1938.

Il est adopté en septembre 1939 sous le nom d’AM Gendron-Somua modèle 1939. Elle va être produite à seulement 150 exemplaires livrées entre août 1940 et juin 1941. Elles vont être utilisées dans l’Empire et  pour la sécurité intérieure en métropole au profit de la gendarmerie mais pas comme AMD au sein des GRDI.

Un peloton de douze est envoyée en Martinique alors secouée par des mouvements autonomistes/indépendantistes, deux pelotons de douze voitures étant envoyé au Levant, un au Liban et un en Syrie, ces trois pelotons soit 36 véhicules étant mis en oeuvre par la gendarmerie.

La compagnie montée saharienne devient une unité motorisée avec deux pelotons de douze voitures soit 24 AM 39 Gendron-Somua.

Le groupe spécial blindé de Satory dispose de vingt-quatre véhicules

Au total 84 véhicules sont en ligne, les autres véhicules étant stockés.

Caractéristiques Techniques de l’AM Gendron-Somua modèle 1939

Poids en ordre de combat : 6300kg avec l’équipage

Dimensions : longueur 3.745m largeur hors tout 2.05m hauteur 2.00m

Motorisation : moteur Somua 4 cylindres délivrant 75ch

Performances : vitesse maximale 69 km/h Autonomie 340km

Blindage : 15mm

Armement : tourelle monoplace APX 5 avec un canon de 25mm et une mitrailleuse MAC de 7.5mm

Equipage : deux hommes

Berliet VUDB

Berliet VUDB

Berliet VUDB

Cette voiture blindée de prise de contact à été conçue pour opérer dans les colonies notamment au Maroc. Issue de la VUR, elle est produite à 50 exemplaires pour la France et 12 exemplaires pour la Belgique, véhicules produits au début des années trente.

Ces véhicules ont été utilisés par le 1er REC et le 1er RCA jusqu’à ce que ces régiments ne leur remplace par l’AMD 178 Panhard. Les véhicules sont stockés à Agadir pour une éventuelle remise en service en cas de besoin.

Caractéristiques Techniques du Berliet VUDB

Poids en ordre de combat : 4950kg

Dimensions : longueur hors tout 4.16m largeur 1.94m hauteur 2.15m

Motorisation : Berliet MLSB 6 cylindres développant 42ch

Performances : vitesse maximale 55 km/h Autonomie 350 km (190 litres de carburant)

Blindage : 7mm

Armement : deux fusils-mitrailleurs alimentés à 2000 coups chacun et pouvant tirer par différentes embrasures

Equipage : 3 hommes

AMD Laffly S 15 TOE (Théâtre d’Opérations Extérieures)

Laffly S15 TOE

Laffly S15 TOE

C’est après le premier conflit mondial que les premiers véhicules blindés débarquent au Maroc, des véhicules blindés dépassés en métropole mais pouvant encore faire l’affaire au Maroc. Néanmoins, la révolte d’Abd-el-Krim impose l’envoi de véhicules plus modernes pour mater cette révolte qui s’achève par la reddition du chef rifain en mai 1926.

Cela ne marque pas pourtant la fin des opérations de guerre au Maroc, le sud reste une véritable zone de guerre où la domination du protectorat français est plus nominale qu’autre chose, les opérations de guerre continue notamment dans l’Anti-Atlas où en 1934 est engagé, un groupement motorisé, le groupement Trinquet.

Cela montre à la fois la capacité de véhicules motorisés à opérer dans un milieu aussi difficile mais également les limites de nombre de véhicules de conception inadaptée à ce théâtre d’opérations.

Après un projet de voiture de commandement Laffly S 15, la firme d’Asnières développe une véritable voiture de combat avec une tourelle armée d’une mitrailleuse avec un inverseur ce qui lui vaut la qualification d’AutoMitrailleuse de Découverte (AMD).

45 véhicules sont commandés, 25 pour les troupes d’Afrique et 20 pour les troupes coloniales. Si les véhicules du goum motorisé de Tunisie et du 1er REC sont retirés du service à cause de la dissolution du goum motorisé (personnel reclassé au sein de la 1ère DLC) ou par leur remplacement par des AMD Panhard 178 modifiées, celles de la coloniale déployées en AOF sont toujours en service en septembre 1948 dans les profondeurs de l’Afrique Noire.

Caractéristiques Techniques de l’AMD Laffly S 15 TOE

Poids total en ordre de combat : 5200kg

Dimensions : longueur 4.54m largeur 1.85m hauteur 2.45m

Motorisation : Hotchkiss type 486 4 cylindres développant 60ch

Performances : vitesse maximale 62 km/h Autonomie 400km (142 litres de carburant, 1000km avec des bidons supplémentaires

Blindage : 7mm maximum

Armement : tourelle monoplace avec une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm avec 3000 cartouches

Equipage : 3 hommes

22-Armée de terre : armement et matériel (39)

Panhard 201 (AutoMitrailleuse Puissante AM modèle 40 P)

Automitrailleuse Puissante Panhard 201 ou AM modèle 1940P

Automitrailleuse Puissante Panhard 201 ou AM modèle 1940P

Développement

Le 3 mai 1938, un programme d’AutoMitrailleuse Puissante est lancée pour équiper l’armée de terre d’un véhicule de reconnaissance rapide, bien protégé et bien armé.

La rapidité est une caractéristique commune avec les AMD mais leur blindage est nettement plus important avec 40mm (identique aux chars légers de l’époque) tout comme l’armement avec un canon de 37mm semi-automatique modèle 1938, le nouveau canon standard des chars légers.

L’AMP va remplacer à la fois l’AMR et l’AMD suite à la décision prise le 27 février 1940 par le général Gamelin de cesser la production des véhicules de combat peu blindé, signant l’arrêt de mort de la Gendron-Somua et de la voiture spéciale modèle 178.

Le programme demande une voiture de 7 tonnes en ordre de marche, blindée à 40mm, armée d’un canon de 37mm et d’une mitrailleuse, pouvant circuler en tout-terrain (25 à 40 km/h) et sur route de 80 à 100 km/h.

Bucciali et Laffly sont consultés mais ne dépassent pas le stade de l’avant projet, laissant Gendron et Panhard continuer même si la première firme n’ayant pas les reins solides, elle laissa Panhard poursuivre seul le dévellopement d’une AMP qui devait désormais avoir un blindage de 60mm et un canon de 47mm comme les chars légers appelés à remplacer les AMR à mitrailleuses.

Le prototype de la Panhard 201 est présenté au printemps 1940, une première commande de 600 exemplaires étant passée le 1er mai 1940 mais la production ne commence qu’en septembre, la Panhard AM modèle 1940 P remplaçant alors son ainée «Pan Pan» sur les chaines de montage.

La montée en puissance va se faire progressivement avec vingt exemplaires produits par mois entre septembre 1940 et juin  1941, vingt-cinq entre juillet et décembre 1941, portant alors le total de véhicules produits à 350 sur les 600 de la commande initiale.

La production passe alors à trente véhicules par mois permettant à Panhard d’honorer cette première commande en septembre 1942.

Une deuxième commande est passée en septembre 1941 pour à nouveau 600 exemplaires pour équiper les régiments de découverte des DLM (384 exemplaires) et pour rééquiper les GRDI motorisés encore équipés d’AMD 178 Panhard (175 exemplaires) soit un total de 559 exemplaires auxquels s’ajoutent 41 exemplaires qui vont rejoindre le stock de réserve.

Ces véhicules suivent sur la chaine de montage les véhicules de la première commande, toujours au rythme de trente-véhicules par mois, commande qui est donc honorée en avril 1944, la chaine de montage continuant à sortir d’autres véhicules, des versions spécialisées de l’AMP.

En mars 1943, Panhard propose une version PC avec superstructure (et en temps de guerre, un canon factice dont on peut douter de l’efficacité en terme de camouflage) ainsi qu’une version d’appui rapproché disposant d’un obusier court de 75mm inspiré de l’obusier de montagne modèle 1942.

La commande est passée en janvier 1944 pour 328 AMP-Support (200 pour les GRDI et 128 pour les régiments de découverte), 43 véhicules PC (un par GRDI et un par RD) et 82 véhicules de dépannage soit un total de 443 véhicules qui vont être livrés entre septembre 1944 et novembre 1945, marquant la fin de la production pour équiper les unités en ligne.

Ces deux versions ainsi qu’une version de dépannage sont commandés en série par l’armée de terre à la différence d’une version antiaérienne (bitube de 25mm) et d’une version équipée d’un mortier de 120mm.

Après ces 1643 véhicules produits, la production va continuer à rythme réduit (dix par mois de décembre 1945 à juillet 1948) soit un total de 320 véhicules produits, les ¾ soit 240 véhicules étant en version AMP, 60 en version AMP-S, 10 en version PC et 10 en version dépannage.

La production va dès août 1948 reprendre à plus grande échelle, 30 et parfois même 40 véhicules par mois, montée en puissance facilitée par l’ouverture d’une deuxième chaine de montage chez Delaunay-Belville et par la commande massive d’acier à blindage en Grande Bretagne et aux Etats-Unis.

Unités équipées

Suite à la démobilisation de l’été 1940, décision est prise de motoriser tous les GRDI survivants pour en faire de petites unités à vocation interarmes. Elles doivent toujours avoir comme mission prioritaire la reconnaissance au profit de leur division de rattachement mais elles doivent également pouvoir mener des combats retardateurs notamment en combat défensif.

Les premières AM modèle 1940 P vont donc équiper les GRDI de type normal avant même les régiments de découverte ainsi que les GRDI motorisés équipés d’AMD 178.

Tout ceci concerne la métropole, les GRDI du Levant et d’Afrique du Nord recevant des AMD 178 de fabrication neuve tout comme les trois GRDI rattachés aux trois Divisions d’Infanterie Alpine.

Les premières automitrailleuses sortent des chaines de production au mois d’octobre et dès le mois de novembre, les premières unités vont recevoir leurs automitrailleuses début 1941.

Chaque GRDI reçoit un groupe d’escadrons de découverte avec un escadron d’automitrailleuses, chaque escadron disposant d’un véhicule PC, d’une AMP pour le chef de corps et de quatre pelotons à quatre automitrailleuses.

Ultérieurement, s’ajoutent deux AMP d’appui aux quatre AMP de reconnaissance plus deux véhicules de dépannage. Cela porte le total à 24 automitrailleuses (16 AMP et 8 AMP d’appui) plus un véhicule PC, une AMP pour le chef de corps et deux véhicules de dépannage soit un total de 28 véhicules.

Le 15ème GRDI rattaché à la 10ème Division d’Infanterie est le premier groupe à recevoir le nouveau fleuron de la cavalerie française, ses vingt-cinq véhicules étant livrés en janvier 1941.

Le 16ème GRDI chargé d’éclairer la 11ème DI est équipé en février 1941 suivit en mars par le 17ème GRDI rattaché à la 13ème DI.

Le 18ème GRDI chargé d’éclairer la 23ème DI est équipé en avril suivit en mai du 21ème GRDI (19ème DI) et en juin du 25ème GRDI chargé d’éclairer la 14ème DI.

Ce n’est ensuite qu’en septembre que l’équipement se poursuit, le 27ème GRDI chargé d’éclairer la 21ème DI recevant ses véhicules en septembre suivit en octobre du 32ème GRDI (43ème DI), du 37ème GRDI (42ème DI) en novembre et du 39ème GRDI (36ème DI) en décembre 1941.

A l’issue de cette première année de livraison et de ces quinze mois de production, Panhard à sortit 350 véhicules de son usine de la rue d’Ivry, 250 véhicules étant en service au sein des GRDI, les cent autres stockés attendant soit d’être mis en service en unités ou utilisés pour les essais et la formation.

Le 71ème GRDI chargé d’éclairer la 1ère Division d’Infanterie Coloniale reçoit ses vingt-cinq véhicules en janvier 1942 tout comme le 72ème GRDI de la 2ème DIC, laissant cinquante véhicules en réserve, chiffre montant à quatre-vingt avec la production du mois.

Le 73ème GRDI chargé d’éclairer la 3ème Division d’Infanterie Coloniale reçoit ses vingt-cinq véhicules en février 1942 suivit au mois de mars par le 74ème GRDI qui lui éclaire la 4ème Division d’Infanterie Coloniale.

Au 1er avril 1942, on trouve en ligne un total de 350 AM modèle 1940 P en service sur les 440 véhicules sortis d’usine ce qui laisse en réserve 90 véhicules.

En avril 1942, c’est le 91ème GRDI qui reçoit ses véhicules pour lui permettre d’éclairer la 1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine. Il est suivit en mai 1942 par le 92ème GRDI (2ème DINA), en juin par le 93ème GRDI (3ème DINA) et enfin par le 94ème GRDI chargé d’éclairer la 4ème DINA qui reçoit ses véhicules en juillet 1942.

450 véhicules sont en ligne, la production de la première commande s’achevant en septembre 1942, elle laisse donc sur le papier 150 véhicules, je dis bien sur le papier car dans les faits la situation est plus compliquée.

Les régiments de découverte des Divisions Légères Mécaniques vont alors commencer leur rééquipement avec une automitrailleuse puissante, chaque régiment de découverte disposant de deux groupes d’escadrons avec deux escadrons d’automitrailleuses.

Chaque escadron dispose de quatre pelotons de cinq voitures auxquelles il faut ajouter une voiture pour le commandant de l’escadron soit 21 voitures, 42 en cumulant les AMP des deux GE, laissant une voiture pour le commandant du régiment, une pour son adjoint et quatre voitures de réserve soit un total de 48 AMP en attendant les AMP-S et les versions commandement et dépannage.

Le 6ème cuirassier, régiment de découverte de la 1ère DLM commence son rééquipement en septembre 1942 et l’achève au mois d’octobre avec un total de 48 véhicules prélevés sur les stocks de réserve qui tombent au 31 octobre à 102 véhicules, les trente véhicules produits en septembre et les trente véhicules produits en octobre ayant servit à équiper complètement un autre régiment de découverte et partiellement un troisième.

L’autre régiment de découverte en question est le 8ème régiment de cuirassiers, le régiment de découverte de la 2ème DLM qui reçoit ses quarante-huit véhicules en octobre et en novembre 1942.

Le 1er régiment de hussards, régiment de découverte de la 3ème DLM reçoit ses véhicules entre novembre 1942 et janvier 1943. Il est suivit par le 5ème régiment de cuirassiers _régiment de découverte de la 4ème DLM_ qui reçoit ses véhicules en janvier et février 1943.

Le 11ème cuirassiers qui est le régiment de découverte de la 5ème DLM reçoit ses véhicules en mars et avril 1943.

Au 30 avril 1943, un total de 18 GRDI et de cinq régiments de découverte sont équipés de l’AM modèle 1940 P soit un total de véhicules en ligne de 690 sur un total produit de 800 véhicules.

Le 2ème cuirassiers, régiment de découverte de la 6ème DLM reçoit ses véhicules en mai et juin 1943, la dernière DLM à être équipée en attendant la création à l’époque encore hypothétique de deux DLM.

Cela porte le nombre de véhicules en ligne à 738 sur un total produit de 860 véhicules, laissant donc 122 véhicules en réserve.

C’est ensuite au tour des sept GRDI motorisés, encore équipés d’AMD-178 de suivre le chemin du rééquipement, le 1er GRDI recevant ses vingt-cinq véhicules en juillet, le 2ème GRDI en août, le 3ème GRDI en septembre, le 4ème GRDI en octobre, le 5ème GRDI en novembre, le 6ème en décembre 1943 et le 7ème GRDI en janvier 1944.

Cela porte le total de véhicules produits à 1070 véhicules avec en ligne 913 véhicules, laissant un total de 157 véhicules en réserve, réserve qui gonfle avec la fin de production de véhicules prévus pour deux nouvelles DLM, la réserve atteignant le chiffre respectable de 287 véhicules qui permettra d’équiper les RD des deux DLM (96 véhicules) ainsi que servir de volant de fonctionnement.

La production et la livraison vont alors concerner les versions spécialisées de l’AM modèle 1940 P (appui-rapproché, dépannage,PC), les GRDI étant servis en premier avant les RD. Les 443 véhicules sont livrés entre septembre 1944 et novembre 1945.

Après ces 1643 véhicules produits, la production va continuer à rythme réduit (quinze par mois de décembre 1945 à juillet 1948) soit un total de 480 véhicules produits, les 2/3 soit 320 véhicules étant en version AMP, 100 en version AMP-S, 30 en version PC et 30 en version dépannage.

La production va dès août 1948 reprendre à plus grande échelle, 30 et parfois même 40 véhicules par mois, montée en puissance facilitée par l’ouverture d’une deuxième chaine de montage chez Delaunay-Belville et par la commande massive d’acier à blindage en Grande Bretagne et aux Etats-Unis.

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, on trouve un total de 1356 véhicules en ligne plus 671 véhicules de réserve donc beaucoup vont rejoindre les unités de mobilisation.

Caractéristiques Techniques de l’AutoMitrailleuse modèle 1940 P

Poids en ordre de combat : 9750 kg

Dimensions : longueur 4.45m largeur 2.00m Hauteur 1.80m

Motorisation : un moteur Panhard SK 6 C12 délivrant 92ch

Performances : vitesse maximale sur route 80 à 100 km/h vitesse maximale sur terrain varié 25 à 40 km/h Autonomie 400km (145 litres de carburant)

Blindage : 60mm maximum

Armement : tourelle monoplace avec un canon de 47mm semi-automatique modèle 1935 avec 90 obus associé à une mitrailleuse de 7.5mm MAC 31 avec 3500 cartouches

Equipage : un mécanicien-pilote et un chef-de char tireur

22-Armée de terre : armement et matériel (36)

K-Automitrailleuses et véhicules de combat à roues

Préambule

L’apparition de l’automobile ne tarde à attirer le regard des militaires ou plutôt de certains penseurs qui y voient un nouveau moyen de combat capable de succéder au cheval. Evidement, comme souvent, ces précurseurs ne sont guère en odeur de sainteté au sein des état-majors et des ministères plus conservateurs pour des raisons de choix comme de raison.

En 1907, le général Gillain commandant de la 1ère Division de Cavalerie écrit que «la mitrailleuse automobile constitue bien une bouche à feu légère, excessivement mobile,toujours en batterie et prête à ouvrir le feu, tout à fait apte à suivre, sans être un impedimenta, une troupe de cavalerie. Elle est appelée à former ainsi l’arme des surprisees et des coupsde mains de l’avenir.»

Arme plutôt conservatrice, la cavalerie perçoit néamoins l’intérêt d’intégrer des véhicules motorisés à ses forces qui vont rester majoritairement composés de chevaux. Une première automitrailleuse, la CGV (Charron Girardot et Voigt) est expérimenté en 1903 mais non adopté malgré des essais concluants en raison d’un poids élevé (3 tonnes) et d’un prix qui ne l’est pas moins.

Après ce premier essais, deux chemins semblent s’ouvrir : celle de l’automobile blindée armée et protégée par blindage et celle de la «mitrailleuse automobile» qui en réalité une voiture de tourisme modifiée pour un usage militaire, sans blindage, usant de sa vitesse pour échapper aux cavaliers ennemis.

Aucune commande n’est passée et quand éclate le premier conflit mondial, aucune auto-mitrailleuse n’est en service en métropole, les seules étant au Maroc pour faire de la police coloniale contre des tribus remuantes.

On improvise donc différents modèles d’auto-mitrailleuses composées d’un chassis tourisme, armées soit d’une mitrailleuse Saint Etienne modèle 1907 ou d’une Hotchkiss modèle 1914 avec un blindage plus ou moins important.

C’est donc le triomphe de l’automitrailleuse blindée et armée sur la mitrailleuse automobile, la vitesse ne remplaçant les plaques de blindage.

Aux automitrailleuses armées de mitrailleuses vont bientôt s’ajouter des «torpilleurs à roulette», des auto blindées armées de canons de 37 et de 47mm issus des stocks de la marine pour lutter contre des auto blindées allemandes puissantes dont la présence était certifiée par des rapports alarmants faisant état de la présence au front de plusieurs milliers de ces engins………. .

C’est l’acte de naissance des AMAC (Automitrailleuses de Cavalerie) qui vont participer aux opérations de l’été et l’automne 1914 jusqu’à ce que la boue des tranchées révèlent l’impossibilité pour un véhicule à roues de manoeuvrer en terrain bouleversé, ouvrant la voie à l’utilisation de la chenille au sein de l’Artillerie d’Assaut qui comme son nom l’indique dépend de l’artillerie.

La guerre terminée, certains posent même l’idée même de l’existence de la cavalerie comme arme constituée. Son poids social lui permet de survivre à une disparition pure et simple.

En dépit de la présence de cavaliers s’opposant farouchement au moteur, la seule issue pour la cavalerie est de se motoriser, d’adopter le moteur, d’en faire un outil de combat pour compléter les chevaux car il est impensable en 1919 que la cavalerie abandonne ses nobles destriers pour des montures nettement moins glamour.
Dans la première décennie qui suit la fin du premier conflit mondial, la cavalerie se cherche, tâtonne et il faut attendre le plan général de motorisation de juillet 1930 pour que le brouillard s’éclaircisse et dix-huit mois de plus pour la cavalerie mette bon ordre en définissant trois catégories de véhicules de combat.

Si le domaine de la Reconnaissance et du Combat vont être sauf rarissimes exceptions être l’apanage des véhicules chenillés, le domaine de la Découverte va être lui dominé par la roue.

Véritable reconnaissance stratégique, elle doit éclairer les divisions loin devant. Devant aller vite et loin, la roue en dépit des progrès de la chenille se justifie parfaitement. Légèrement armées (canon de 25 et de 47mm pour les plus récentes, mitrailleuses pour les plus anciennes), elles ne doivent pas rechercher le combat avec l’ennemi jouant sur la vitesse, la surprise et l’esquive.

Ces AMD symbolisées par la célèbre AMD 178 «Pan Pan» vont équiper les régiments de découverte des Division Légère Mécanique ainsi que les GRDI/GRCA, les premiers étant pour certains préservés après la démobilisation alors que les autres sont dissous en raison de l’inexistence des corps d’armée en temps de paix.

En février 1940, le général Gamelin réorganise totalement ce triptyque à la lumière des leçons de la guerre de Pologne («j’estime de la façon la plus formelle qu’il ne peut plus être question de construire des véhicules de combat et reconnaissance faiblement blindés, l’expérience de la campagne de Pologne me paraît des plus nettes à ce sujet» [……])

Les catégories AMR et AMD fusionnent ainsi en AMP pour Automitrailleuses Puissantes symbolisées par un véhicule à roues, l’AM 40P ou Panhard 201 et par un char léger, l’Hotchkiss H-39 en attendant d’autres engins de conception nouvelle fournis par AMX et les FCM comme nous l’avons vu plus haut.

White TBC

Cette automitrailleuse peut être considérée comme la première automitrailleuse moderne de l’armée française après des années de talonnements et d’essais plus ou moins réussis. Elle est l’œuvre du capitaine de Castelbajac qui reprend à zéro un projet plus ancien sur un chassis de camionnette.

Pour construire cette nouvelle automitrailleuse, il choisit le chassis du camion léger de 2 tonnes White TBC sur lequel est installé une caisse blindée.

Cette automitrailleuse de 5700kg peut filer sur route à 40 km/h avec une vitesse moyenne de 18 à 20 km/h avec un armement monté en tourelle, un canon de 37mm semi-automatique avec 200 obus et une mitrailleuse de 8mm avec 6000 cartouches monté en opposition, la mitrailleuse de rechange pouvant être utilisée en position antiaérienne. Quant à l’équipage, il se compose de quatre hommes dont deux tourelles.

230 exemplaires de cette automitrailleuse sont mis en service à partir d’octobre 1918, trop tard pour participer à un conflit qui à quitté les tranchées pour la guerre de mouvement.

Le 29 juin 1916, les dix-sept GAMAC _Groupes d’Automitrailleuses et d’Autocanons_ sont rattachés à la cavalerie à raison de deux par division de cavalerie puis un dix-septième en réserve.

Le nombre de divisions de cavalerie est réduit ensuite à six mais le nombre de GAMAC n’est réduit qu’à seize, les autres étant réaffectés. Le nombre de GAMAC est réduit en 1919 à onze qui deviennent Escadrons d’Automitrailleuses de Cavalerie (EAMC) le 1er novembre 1922.
Les onze EAMC  sont regroupés en cinq groupes d’escadrons d’automitrailleuses de cavalerie (GEAMC) soit un par division de cavalerie, tous à deux escadrons sauf celui de la 3ème DC de Paris qui disposent de trois EAMC.

De 1922 à 1931-32, l’automitrailleuse White est la seule automitrailleuse en service en France avant que des véhicules plus modernes ne commencent à la remplacer en l’occurence des automitrailleuses semi-chenillées Schneider P16.

Ces automitrailleuses disparaissent peu à peu des unités de cavalerie même si par un tour de passe-passe, des caisses White vont être montées sur un nouveau chassis, permettant à l’armée de se doter à peu de frais d’automitrailleuses plus modernes. Des White allégées (sans tourelles) ont terminé leur carrière au Maroc pour pourchasser les bandes incontrôlées dans le Sud marocain.

Caractéristiques Techniques des AMC White TBC

Poids en ordre de combat : 5700kg

Dimensions : longueur 5.45m largeur 1.95m hauteur 2.50m

Motorisation : moteur White 4 cylindres dit «30 HP»

Performances : vitesse instantanée 40 km/h vitesse moyenne 18 à 20 km/h Autonomie : 200 à 250km avec 100 litres de carburant à bord

Blindage : 8mm

Armement : tourelle biplace avec un canon de 37mm semi-automatique armé de 200 obus et une mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 de 8mm avec 6000 cartouches

Equipage : quatre hommes

Automitrailleuse semi-chenillée Schneider P 16

AMC Schneider P16

AMC Schneider P16

En 1923/24, la cavalerie s’interroge sur les futurs véhicules de combat et lance deux programmes baptisés AMC n°1 (approuvé en avril 1923 voiture de 4 tonnes, quatre hommes, 12mm de blindage, sur route et chemins avec une vitesse de 55 km/h) et AMC n°2 (approuvé en août 1924, voiture de 7.5 tonnes à trois hommes dont deux en tourelles, 20mm de blindage, pouvant circuler à travers champs avec une vitesse sur route de 30 km/h), annonçant l’AMD pour le premier et l’AMC pour le second.

On trouve ainsi des Citroën P 4 T et P 7 T qui restent à l’état de prototypes ou commandés en petite série (seize exemplaires  pour la P 4T), servant de véritables démonstrateurs technologiques en attendant de véritables véhicules de série en l’occurence le Schneider P 16.

Ce véhicule ne répond ni au programme AMC n°1 ni au programme AMC n°2  mais est commandée en série, étant assimilée à une AMC, un pseudo char de cavalerie en attendant l’entrée en service du Somua S-35.

La commande en série est envisagée dès novembre 1925 mais ce n’est qu’en 1928 que quatre exemplaires de pré-série sont commandés suivis de 96 véhicules de série utilisés encore en 1939  comme AutoMitrailleuse de Reconnaissance (AMR) une fois le «char de cavalerie» en service.

Durant la guerre de Pologne, elles équipent encore le 1er et le 6ème GRDI issus respectivement du 7ème régiment de chasseurs à cheval et du 6ème groupe d’automitrailleuses. Ces deux GRDI sont rééquipés avec des Panhard AMD 178 au printemps 1940,  marquant la fin de carrière de cette automitrailleuse semi-chenillée.

Caractéristiques Techniques de la Schneider P16

Poids en ordre de combat : 6300kg

Dimensions : longueur 4.815m largeur 1.75m hauteur 2.475m

Motorisation : un moteur Panhard PK 4E 3 16 CV, 4 cylindres développant 60ch à 2700 tr/minute

Vitesse maximale : 47 km/h vitesse moyenne sur route 30 km/h Autonomie : 250km (125 litres d’essence à bord)

Blindage : 11.5mm maximum

Armement : tourelle monoplace avec un canon de 37mm semi-automatique alimenté à 100 obus et une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm (3000 cartouches)

Equipage : chef de voiture en tourelle, conducteur et inverseur dans la caisse

22-Armée de terre : armement et matériel (30)

Somua S-35

Automitrailleuse de Combat (AMC) modèle 1935S dit Somua S-35

Automitrailleuse de Combat (AMC) modèle 1935S dit Somua S-35

Vous avez dit char ?

Comme nous l’avons vu dans une partie précédente, la cavalerie connait au sortir du premier conflit mondial une sorte de crise existentielle où son existence même est posée même si ses missions sont toujours d’actualité en l’occurence l’éclairage, la reconnaissance, le flanquement, le combat.

Les divisions de cavalerie au nombre de dix en 1914 tombèrent à  seulement cinq en 1928 ce qui était mine de rien une part importante dans une armée de temps de paix qui se réduisait comme peau de chagrin avec à terme seulement vingt divisions.

L’avenir appartenant au moteur, la cavalerie tout en conservant des unités montés va s’intéresser toujours plus aux véhicules motorisés pour assurer ses missions, la cavalerie «renseigne, couvre, combat en liaison avec les autres armes» (instruction sur l’emploi tactique des Grandes Unités du 6 octobre 1921).

L’après guerre voit la cavalerie chercher les véhicules les mieux adaptés aux missions citées plus haut.

La mission n’est pas simple car la technique évolue vite, les type de propulsion ne manquant pas : la roue ? Adaptée à la route mais peu au terrain meuble, la chenille ? Adaptée au terrain meuble mais lente sur route, le chassis semi-chenillé aux possibilités incertaines ? De plus on doit se poser la question du blindage et de l’armement.

Le programme de 1922 définit deux automitrailleuses de cavalerie, une AMC n°1 blindée à 12mm pour un poids de 4 tonnes et une AMC n°2 blindée à 20mm avec un poids de 7.5 tonnes.

L’AMC n°1 voit le lancement d’un programme en août 1924 auxquels répond Renault avec sa ND _restée à l’état de prototype et abandonnée définitivement en 1931_ et Panhard avec son modèle 138 non construit mais qui allait donner naissance à la voiture spéciale modèle 165.

L’AMC n°2 voit le lancement d’un programme à la même époque pour un véhicule de combat, appel d’offres auquel répond la firme Citroën avec un semi-chenillé, formule en vogue à l’époque où la roue et la chenille ont des qualités et des défauts spécifiques mais qui se révélera in fine une impasse. Un autre véhicule semi-chenillé est testé en l’occurence le Schneider P16 qui sera d’abord considérée comme une AMC puis comme une AMR. Les essais du Renault NC n’aboutissent pas non plus.

Ces deux programmes n’aboutissent à rien de concret. La cavalerie reprend tout à zéro en profitant d’avancées technologiques. En effet au début des années trente, de nouvelles suspensions et la chenille métallique Carden-Loyd autorise un véhicule chenillé à rouler à 60 km/h, une vitesse difficilement imaginable quelques années plutôt.

Dès cet instant, la cavalerie décide de privilégier pour le combat la chenille intégrale, abandonnant les lubies du semi-chenillé qui combine davantage les inconvénients que les avantages de la roue et de la chenille. La roue n’à cependant pas encore dit son dernier mot.

En 1931, une nouvelle catégorisation voit le jour, la catégorisation «classique» avec l’AMD ou AutoMitrailleuse de Découverte où dominent les véhicules à roues, l’AMR ou AutoMitrailleuse de Reconnaissance et enfin l’AutoMitrailleuse de Combat ou AMC que l’ont peut facilement assimiler à un char de cavalerie.

Suite à la mise en place de la typologie que nous venons de voir, la cavalerie lance le 24 décembre 1931 un appel à projets pour une automitrailleuse de combat de 9 tonnes, à trois ou quatre hommes dont deux en tourelle, 20mm de blindage au minimum ayant une bonne capacité de franchissement en tout terrain avec une vitesse moyenne de 30 km/h.

Ce programme approuvé  le 23 janvier 1932 donne naissance à l’automitrailleuse Renault YR, un blindé de 9700kg adopté officiellement en mars 1934. Douze voitures sont commandées et livrées en janvier 1936 mais ne donnant pas satisfaction, elles seront rapidement envoyées au Maroc où elles poursuivront une carrière anecdotique.

Ce premier véhicule à chenilles intégrale de la cavalerie est suivit d’un deuxième, toujours fabriqué par Renault qui répond à une modification du programme du 23 janvier 1932 avec un blindage porté à 40mm et un poids en ordre de combat de 13 tonnes. Adopté dès septembre 1934 avant même la présentation du prototype sous le nom de Renault AMC 35 (Renault ACG 1).

Les essais sont menés de mars 1936 à janvier 1937 et bien que peu concluants en raison d’un grand nombre de problème mécaniques, il est commandé en série avec 50 exemplaires reçu par l’armée entre novembre 1938 et février 1940 et stockés, ces automitrailleuses étant utilisées pour l’entrainement. Ce modèle à aussi été exporté en Belgique à onze exemplaires.

La petite merveille de Saint-Ouen

Au moment où l’arme des chars de l’infanterie et la cavalerie développent leur propre vision du combat mécanisé et notamment la question de la tourelle. Pour l’infanterie, une tourelle monoplace est suffisante car dans un équipage à trois hommes, outre le pilote, s’ajoute un radio-télégraphiste installé dans la caisse.

Pour la cavalerie en revanche, le service des armes en tourelle nécessite deux voir même si c’était faisable trois hommes comme le démontrera un projet de tourelle triplace pour automitrailleuse imaginée par le capitaine de Castelbajac dès 1917.

Les premières AMC suivent donc cette logique d’un homme en caisse et deux tourelle. Cependant ce concept va se heurter à une difficulté inattendue : le blindage. En effet, l’infanterie choisit pour ses futurs chars légers (H-35, R-35, FCM-36), un blindage de 40mm d’épaisseur et il est inconcevable que les AMC soient moins bien protégés.

Seulement voilà, l’augmentation du blindage entraine une augmentation de poids non négligeable alors que la cavalerie cherche un véhicule de combat d’un poids raisonnable pour des raisons de coût mais également pour des raisons opérationnelles (franchissement des coupures humides notamment).

Pour maintenir le poids dans des limites raisonnables, la tourelle monoplace des chars d’infanterie s’impose au grand dam de la cavalerie qui en connait les imperfections mais qui ne peut que s’en prendre à elle même avec un devis de poids maximal de 13 tonnes.

Quand ce projet d’AMC 40mm est lancé en juin 1934, Renault semble le mieux placé après ses deux tentatives précédentes mais Billancourt est littéralement balayé par Saint-Ouen où la Société d’Outillage Mécanique d’Usinage d’Artillerie à mis au point une véritable petite merveille certes lourde (19 tonnes en ordre de combat) mais bien protégée, rapide et bien armé.

Pourtant Somua n’avait pas beaucoup d’expérience dans les chars que la production du Renault FT durant le premier conflit mondial mais l’étude de l’AMC par la société de Saint-Ouen est facilité par une autre filiale de Schneider, la firme tchèque Skoda.

Le projet est officiellement déposé le 12 octobre 1934 et le prototype est présenté à la commission de Vincennes au cours de l’été 1935 sous la dénomination AC3. De nombreuses maladies de jeunesse nécessitent de nombreux aller-retour en usine jusqu’en mars 1937 quand enfin le prototype peut être considéré comme prêt.

La cavalerie tient enfin son char et va largement s’en équiper pour enfin doter ses Divisions Légères Mécaniques (DLM) du char qu’elles méritent. Il va également équiper le Groupement Mécanisé Colonial future 2ème DLC.

Unités équipées

Les quatre prototypes baptisés AC3 par son constructeur sont testés intensivement par l’armée de terre d’avril à août 1935. Adopté, le char est baptisé Somua S-35 et aussitôt commandé en série.

Dès le 25 mars 1936, une première commande est passée après l’adoption officielle du char qui est connue sous le nom de char modèle 1935 S.

Les premiers chars sont livrés dès le mois de juillet mais sans les tourelles. En janvier 1937, soixante-chars ont ainsi été livrés mais seulement quatre tourelles, en juillet 1938, on trouve 128 chars mais seulement 48 avec tourelles.

Le Somua S-35 va équiper les Divisions Légères Mécaniques en compagnie du Hotchkiss H-35, un char d’infanterie peu adapté aux missions de la cavalerie mais qui avait l’avantage d’être disponible.

Les deux chars vont cohabiter au sein des trois premières DLM, la 4ème DLM mise sur pied à l’automne 1940 par transformation d’une Division de Cavalerie étant avec les premiers S-40 sortis des chaines de montage.

La 1ère DLM dispose au printemps 1940 de deux groupes d’escadrons équipés de Somua S-35 sur les quatre dont elle dispose. Chaque GE se compose donc de 47 chars répartis entre un char pour le commandant du GE, deux escadrons de 21 chars et quatre chars de réserve. Le total est donc de 94 chars auxquels s’ajoutent un char pour le commandant du 4ème régiment de cuirassiers et un pour le commandant du 18ème dragon.

La 2ème DLM dispose au printemps 1940 de deux groupes d’escadrons équipés de Somua S-35 sur les quatre dont elle dispose soit un total de 94 chars auxquels s’ajoutent un char pour le commandant du 13ème dragon et un char pour son homologue du 29ème régiment de dragon.

La 3ème DLM dispose au printemps 1940 de deux groupes d’escadrons équipés de Somua S-35 sur les quatre dont elle dispose soit un total de 94 chars auxquels s’ajoutent un char pour le commandant du 1er régiment de chasseurs à cheval et un autre pour son homologue du 8ème régiment de chasseurs à cheval.

288 chars sont donc en ligne au 1er juin 1940 auxquels s’ajoutent 112 chars qui sont stockés et utilisés pour l’entrainement, la formation et des expérimentations.

Ce char de cavalerie va être peu à peu retiré du service au sein des DLM, remplacé par le Somua S-45 qui en dépit d’une dénomination assez proche n’à aucun lien technique avec le S-35 et sa version améliorée le S-40.

La 1ère DLM reçoit ses Somua S-45 entre juin et décembre 1945 (les S-35 et les S-40 sont stockés, certains servant à armer les 7ème et 8ème DLM), la 2ème DLM l’est entre janvier et juin 1946, la 3ème DLM reçoit ses S-45 entre juillet 1946 et février 1947.

Les S-35 retirés du service vont servir à armer le Groupement Mécanisé Colonial _future 2ème Division Légère de Cavalerie_ qui disposait du 2ème Régiment de Cavalerie d’Indochine équipé de Somua S-35 avec pas moins de quatre escadrons à cinq pelotons de six véhicules soit un total de 120 chars en ligne plus 80 stockés en Indochine pour servir de volant de fonctionnement soit rien de moins que la moitié de la production de S-35.

Caractéristiques Techniques du char de cavalerie Somua S-35

Poids : 19.5 tonnes

Dimensions : longueur aux chenilles 5.10m (5.38m aux crochets) largeur hors tout 2.12m hauteur 2.624m

Motorisation, un moteur essence Somua 8 cylindres développant 190ch à 2000 tour/minute

Vitesse maximale : 40.7 km/h (30km/h en moyenne sur route) Autonomie 230km (réservoir de 410 litres)

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 47mm semi-automatique modèle 1935 alimenté à 118 obus et une mitrailleuse MAC modèle 1931 de 7.5mm alimentée à 3750 cartouches, le tout installé dans une tourelle APX-1-CE

Equipage : un mécanicien pilote et un opérateur radio en caisse, un chef de char/tireur en tourelle

Somua S-40

Somua S-40

Somua S-40

Une version améliorée  du S-35

En 1935, l’infanterie lança une étude pour un char d’infanterie de 20 tonnes, un char qui devait primitivement servir de char de sûreté pour les Divisions d’Infanterie Motorisée mais qui s’inscrivait comme une possible alternative au puissant B1bis qui avait le désavantage d’être long et coûteux à produire.

L’infanterie essaya le Somua S-35 et lui trouva d’évidentes qualités mais également des défauts suffisamment rédhibitoires pour empêcher son adoption : une incapacité à franchir des obstacles importants et un train de roulement conçu pour la vitesse sur route et non en terrain bouleversé.

Ces défauts identifiés furent corrigés dans un projet de char d’infanterie qui ne dépassa pas le stade du projet (nous en reparlerons plus tard) mais les études réalisées ne furent pas perdues puisqu’elles permirent la mise au point de l’automoteur Sau40 et du char de cavalerie Somua S-40.

Le projet d’améliorer les capacités de franchissement du S-35 est lancé dès 1938 quand l’arrivée en unité du S-35 montre à nouveau que le pur-sang des DLM à bien du mal à franchir les obstacles à la différence des chars de l’infanterie.

En avril 1939, la société Somua énumère à la Section Technique de la Cavalerie les améliorations qu’elle projette d’apporter à son produit phare, modifications concernant les chenilles mais également l’optique ou encore la motorisation avec un projet de moteur plus puissant, le futur char devant être plus lourd que son devancier.

Ce projet reçoit de la part du constructeur la désignation de AC 5. Rappelons pour mémoire qu’AC 3 concerne le prototype et AC 4 la version de série du S-35. Adopté officiellement, il devient le char de cavalerie modèle 1940 S mais à l’usage, on préféra le terme simplifié de S-40.

Par rapport au S-35, le S-40 est plus long avec un avant redessiné et une protection du moteur améliorée, il est plus haut mais sa largeur est inchangé.
Sur le plan technique, la chenille est davantage relevée ce qui améliore considérablement ses capacités de franchissement, améliorées également par un moteur plus puissant installé à partir du S-40 n°81 qui est également le premier à recevoir la nouvelle tourelle ARL 2C qui hélas reste monoplace.

Production

La première commande de série est officiellement passée le 21 septembre 1939 avec cinquante exemplaires qui doivent prendre le relais du S-35 après la production du 450ème et dernier exemplaire de ce modèle.

A l’époque, cette date est fixée pour octobre ou novembre 1940 mais en réalité, même après la guerre de Pologne, la production est plus rapide et le dernier S-35 de série sort le 12 juillet 1940 alors que les premiers S-40 sont déjà en cours d’assemblage sur la chaine de montage.

A la commande d’origine de 50 exemplaires (n°451 à 500) s’ajoutent cent chars supplémentaires commandés le même jour (n°501 à 600) portant le nombre d’exemplaires commandés à 150 bien peu par rapport aux besoins.

Peu avant la fin de la guerre de Pologne, des commandes de guerre sont passés à raison de 40 chars par mois de janvier 1940 à mars 1941 soit 700 chars supplémentaires portant le total à 850 blindés alors que les besoins immédiats pour cinq DLM (les deux DLM existant en septembre 1939 plus trois Divisions de Cavalerie à transformer) sont de 672 exemplaires, laissant un solde de 178 blindés qui serviront de volant de fonctionnement, pour les essais et l’écolage.

D’autres commandes vont être passées pour équiper la future 1ère Division Légère de Cavalerie (1ère DLC) en Tunisie, le futur Groupement Mécanisé Colonial _finalement équipé de Somua S-35 retirés des DLM lors de l’arrivée du Somua S-45 et reconditionnés avant envoi en Indochine mais également pour équiper d’autres DLM dont la constitution est prévue dans un temps encore indéfini, l’armée ayant choisit de ne pas toucher au stock cité plus haut.

En septembre 1944, la chaine est réouverte pour une commande de 660 chars à construire à raison de 28 chars par mois soit une production planifiée jusqu’en septembre 1946. Les chars produits vont équiper la 1ère DLC (96 chars), la 7ème et la 8ème DLM (384 chars) soit un total de 480 chars plus 180 en stock, portant le nombre de chars produits à 1510 avec 358 chars en réserve.

Paradoxalement alors que le char continue à être produit, il commence à être remplacé par le S-45 au sein des DLM. La 1ère DLM remplace ses 96 S-40 entre juin et décembre 1945 (ils vont être comme on l’à vu envoyés en Indochine au sein du GMC/2ème DLC), la 2ème DLM remplace ses 96 S-40 entre janvier et juin 1946 (une partie est envoyée en Indochine), la 3ème DLM remplace ses S-40 entre juillet 1946 et février 1947, la 4ème DLM remplace ses S-40 entre février et septembre 1947 et la 5ème DLM entre octobre 1947 et juin 1948.

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, trois DLM sont encore équipées, les 6ème, 7ème et 8ème D.L.M, chacune disposant de 192 Somua S-40 soit un total de 576 chars auxquels s’ajoutent les 96 chars de la 1ère DLC et les 120 chars de la 2ème DLC soit un total de 792 chars en service et 718 chars stockés.

Unités équipées

Les premiers chars de série sortent à la fin du mois de juillet et vont aussitôt permettre à la 1ère DLM de remplacer ses Hotchkiss H-35 peu adapté aux missions de cavalerie (trop lent, mal armé pour le combat char contre char) et sujet à un grand nombre de problèmes mécaniques.

La mise en place d’autres DLM (notamment la 4ème activée en septembre 1940) fait que le projet initial de rééquiper les DLM mixtes puis d’équiper les DLM de nouvelle formation (même si elles sont issues de la transformation de Divisions de Cavalerie) sera largement bouleversé.

La 1ère DLM rééquipe ainsi un escadron du 4ème cuirassiers jusque là équipé de Hotchkiss H-35 avec les 23 premiers S-40 de série, encore équipés de la tourelle APX-1-CE. Le deuxième escadron de ce régiment équipé de H-35 reçoit ses 23 S-40 au mois de septembre.

La création de la 4ème DLM ayant eu lieu le 18 septembre 1940, elle reçoit peu après ses premiers S-40 en l’occurence de quoi équiper un escadron du 8ème régiment de dragons soit un total de 23 chars.

La 1ère DLM poursuit son rééquipement et transforme sur S-40, un escadron du 18ème régiment de dragons soit 23 Somua S-40 reçut au cours du mois de novembre. Un deuxième escadron de ce même régiment est transformé en décembre 1940.

A cette date donc, la 1ère DLM à été entièrement rééquipée avec des chars Somua en l’occurence 96 chars Somua S-35 et 96 Somua S-40 soit 192 blindés pour la 1ère Division Légère Mécanique.

La 4ème DLM reçoit au mois de janvier 1941 de quoi équiper un deuxième escadron du 8ème régiment de dragons soit 23 chars (quatre pelotons de cinq, un char pour le commandant d’escadron et deux chars de réserve).

La 2ème DLM reçoit ses premiers S-40 en février 1941 quand un escadron du 13ème régiment de dragons remplace ses H-35 par des S-40. Un deuxième escadron de ce régiment est rééquipé en mars 1941 permettant à la division d’aligner un régiment de combat entièrement monté sur Somua.

La 4ème DLM reçoit un nouvel escadron au mois d’avril 1941 permettant d’équiper le 18ème régiment de chasseurs (à cheval) de ses premiers S-40, un deuxième escadron du même régiment recevant ses chars au mois de mai 1941.

Le 7 juin 1941 est activée la 5ème DLM qui reçoit en ce même mois, un premier escadron de 23 chars pour équiper le 6ème régiment de dragons.

La 4ème DLM reçoit un nouvel escadron de S-40 en juillet 1941 pour pouvoir équiper le 8ème régiment de dragons qui est totalement rééquipé en août 1941 quand il reçoit son quatrième et dernier escadron de Somua S-40.

La 2ème DLM reçoit un escadron de 23 Somua S-40 en septembre 1941 pour continuer son rééquipement, l’escadron étant affecté au 29ème régiment de dragons qui reçoit son deuxième et dernier escadron en octobre 1941.

Quand arrive les frimas de novembre qui annoncent un hiver 1941-42 particulièrement froid (mais moins que le terrible hiver 39-40), les 1ère et 2ème DLM sont entièrement équipées de Somua.

La 4ème DLM poursuit elle sa montée en puissance en équipant le 18ème régiment de chasseurs à cheval avec un escadron en novembre 1941 et un autre en décembre 1941.

L’année 1941 se termine et trois des cinq DLM ont été équipées ou rééquipées avec des Somua S-40 qui sortent à un rythme élève des usines de Saint-Ouen, plus vite que les unités destinées à les recevoir ce qui explique l’existence de stocks importants.

La 5ème DLM qui avait du se contenter d’un unique escadron reçoit successivement  en janvier, février et mars 1942 trois escadrons de chars Somua S-40, un deuxième rejoignant le 6ème régiment de dragons et deux autres équipent le 4ème régiment de hussards.

La 3ème DLM commence son rééquipement en avril 1942 quand elle reçoit son premier escadron de Somua S-40 qui permet de rééquiper un escadron du 1er régiment de chasseurs à cheval. Un deuxième escadron reçut en mai 1942 permet de rééquiper un escadron du 8ème régiment de chasseurs à cheval.

La 3ème DLM achève son rééquipement en juillet 1942 après avoir reçut deux nouveaux escadrons de S-40.

La 5ème DLM reçoit ensuite quatre escadrons d’août à décembre 1942 pour compléter l’équipement du 6ème dragons et du 4ème régiments de hussards.

Il faut ensuite attendre le mois de mars 1943 pour que de nouveaux Somua S-40 soient mis en service en l’occurence au sein de la 6ème DLM qui marque l’apparition d’une nouvelle organisation à deux brigades légères mécaniques identiques (un régiment de combat et un régiment de dragons portés) sur laquelle vont être réorganisées les cinq premières unités de ce type.

La 6ème DLM dispose du 4ème régiment de dragons et du 11ème régiment de chasseurs à cheval qui disposent chacun de quatre escadrons en deux groupes.

Le 4ème régiment de dragons reçoit un escadron en mars 1943, le 11ème régiment de chasseurs à cheval reçoit un premier escadron en avril 1943, les deux régiments reçoivent leurs deuxième escadrons respectivement en mai et en juin 1943.

Le 11ème régiment de chasseurs à cheval reçoit son troisième escadron en juillet 1943 suivit un mois plus tard du 4ème régiment de dragons.

L’équipement de ces des deux régiments s’achève en octobre 1943 après que le 4ème dragon et le 11ème chasseur aient reçu leurs deux derniers escadrons en septembre et en octobre 1943.

Alors que se termine l’année 1943, le char de cavalerie modèle 1940 S est en service à raison de 1152 chars ce qui constituera l’apogée de ce char appelé à être rapidement remplacé par le S-45, un véritable char moyen, le cousin germain du Renault G1 avec lequel il partage le même armement : un canon de 75mm en tourelle.

Il va encore équiper la 1ère Division Légère de Cavalerie (1ère DLC) ex-4ème brigade de chasseurs d’Afrique déployée en Tunisie avec le 1er Régiment Etranger Cavalerie équipé de 96 Somua S-40 répartis en deux groupes d’escadrons totalisant quatre escadrons de 23 chars (quatre pelotons de cinq plus un pour le commandant et deux de réserve) soit 92 chars.

A ces 92 chars, s’ajoute un pour le commandant de chaque GE, un pour le commandant du régiment et un pour son adjoint soit 96 chars livrés entre septembre et décembre 1945.
A cette époque, la 1ère DLM à retiré du service ses 96 S-40 qui vont être envoyés en Indochine pour intégrer le Groupement Mécanisé Colonial futur 2ème Division Légère de Cavalerie qui disposera de 120 chars, 96 venus de la 1ère DLM et le reliquat de la 2ème DLM qui remplace ses S-40 entre janvier et juin 1946.

Le 2 septembre 1947, les 7ème et 8ème Divisions Légères Mécaniques sont créées respectivement à  Valenciennes et Epinal. Elles sont organisées sur le même modèle que la 6ème DLM.

La 7ème DLM aligne deux régiments de chars/automitrailleuses de combat, le 1er régiment de hussards et le 5ème régiment de dragons qui vont disposer chacun de 96 Somua S-40.

Le 1er régiment de hussards reçoit ses quatre escadrons en septembre 1947, en janvier 1948, en mai 1948 et en septembre 1948.

Le 5ème régiment de dragons reçoit ses quatre escadrons en novembre 1947, en mars 1948, en juillet et en octobre 1948.

La 8ème DLM aligne deux régiments de chars/automitrailleuses de combat, le 2ème régiment de hussards et le 3ème régiment de chasseurs à cheval qui vont disposer chacun de 96 Somua S-40

Le 2ème régiment de hussards reçoit ses quatre escadrons en octobre 1947, en février 1948, en juin et en septembre 1948.

Le 3ème régiment de chasseurs à cheval reçoit ses quatre escadrons en décembre 1947, en avril 1948, en août et en octobre 1948.

Caractéristiques Techniques du char de cavalerie modèle 1940 S

Poids en ordre de combat : 20 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 5.67m largeur hors tout : 2.12m hauteur avec tourelle 2.648m

Motorisation : la même que le S-35 jusqu’au S-40 n°81 qui voit l’installation d’un moteur Somua 8 cylindres dévellopant 220ch à 2000 tours/minute. Les chars produits à partir de septembre 1944 disposait d’un moteur de 250ch

Performances : vitesse maximale sur route 45 km/h (50 avec le moteur de 250ch) réservoir de 510 litres donnant une autonomie sur route de 300km qui pourrait être augmentée avec des réservoirs supplémentaires installés à l’automne 1948

Blindage : 40mm maximum pour la caisse. Les chars produits à partir de septembre 1944 disposait d’une tourelle à 60mm

Armement : (quatre-vingt premiers appareils) identique au S-35 soit un canon de 47mm SA modèle 1935 alimenté à 118 obus et une mitrailleuse MAC modèle 1931 de 7.5mm alimentée à 3750 cartouches, le tout installé dans une tourelle APX-1-CE

Le S-40 n°1 et suivant disposaient d’un canon de 47mm semi-automatique modèle 1935 alimenté à 113 obus et une mitrailleuse Mac modèle 1931 de 7.5mm alimentée à 3750 cartouches au sein d’une tourelle ARL 2C. Les lots tardifs de production disposaient d’un canon SA modèle 1941

Equipage : un mécanicien pilote et un opérateur radio en caisse, chef de char tireur en tourelle

22-Armée de terre : armement et matériel (26)

Hotchkiss H-35

Quand naissent les années trente, le char léger standard est le Renault FT, un char ayant déjà une quinzaine d’années d’existence. Comme nous l’avons vu plus haut, le programme de remplacement à été lancé en août 1933 et modifié en mai 1934.

Le prototype de la firme de Levallois est testé intensivement de janvier à septembre 1935 avant d’être adopté en novembre 1935 sous le nom de char léger modèle 1935 H.

Il va ainsi être livré à la cavalerie à partir de juillet 1936 et jusqu’en 1938 pour accélérer la constitution des DLM faute d’une production suffisante de Somua S-35. Ce n’est que dans un second temps que l’infanterie va recevoir le H-35.

En septembre 1939, le Hotchkiss H-35 équipe des unités de l’infanterie et de la cavalerie  sachant que sa production à été stoppée à 400 exemplaires en raison de nombreuses insuffisances techniques notamment un moteur asmathique (rapport de 7.5 ch par tonne, loin des 10 ch par tonne exigées par les autorités militaires) et des performances médiocres en tout terrain, la vitesse sur route ayant été privilégiée à tout autre considération.

Quand éclate la guerre de Pologne, le char léger Hotchkiss modèle 1935 H équipe deux BCC de l’infanterie ainsi que trois DLM où il complète le Somua S-35 faute de mieux. A noter que le Conseil Consultatif de l’Armement avait demandé de ne pas mettre en service ces chars en attendant la disponibilité d’une version nettement améliorée, le H-39.

-Le 13ème BCC est mis sur pied par le centre mobilisateur 505 de Vannes. Il dispose de 45 chars type H-35 remplacés en mars 1942 par des H-39 toujours en service en septembre 1948 quand éclate le second conflit mondial.

-Le 38ème BCC est mis sur pied par le centre mobilisateur 509 installé à Maubeuge puis à Meucon et disposant comme le 13ème BCC de 45 Hotchkiss H-35. Il est dissous en août 1940 et son matériel stocké même si sa réutilisation est improbable.

A ces 90 chars s’ajoutent sept chars en dépôts, en école ainsi qu’un char à la disposition de l’ERGM de Gien portant le total à 98 chars.

La cavalerie à elle reçut 292 chars Hotchkiss H-35 pour équiper ses trois DLM, faute de mieux, le petit blindé étant tout sauf adapté à la mission de ces divisions.

La 1ère DLM dispose ainsi de 92 Hotchkiss H-35 répartis à part égale entre le 4ème régiment de cuirassiers et le 18ème régiment de dragons à raison de deux escadrons de vingt-trois blindés.

La 2ème DLM dispose également de 92 Hotchkiss H-35 répartis à part égale entre le 13ème et le 29ème régiment de dragons.

Les trois divisions de cavalerie disposent également chacune d’un escadron équipé de Hotchkiss H-35 soit 48 chars auxquels s’ajoute un escadron de la 3ème DLM (vingt-trois chars) ainsi qu’un escadron du 1er régiment de chasseurs d’Afrique à seize chars soit un total de 271 chars en ligne au printemps 1940 laissant vingt et un en réserve et en dépôts.

En additionant la cavalerie et l’infanterie on aboutit à un total de 390 chars, le solde de dix chars ayant apparemment été retourné chez le constructeur pour servir de banc d’essais, de véhicule d’expérimentation, deux H-35 ayant apparemment servis à valider les solutions techniques choisis pour transformer un vilain petit canard en magnifique cygne.

A partir de l’été 1940, le Somua S-40 commence à sortir des chaines de production permettant à la cavalérie d’homogénéiser l’équipement de ses DLM qui font disparaître peu à peu les différentes divisions de cavalerie. Les derniers H-35 des quatre DLM à équipement mixte quittent le service actif  en juillet 1942 quand la 3ème DLM achève son rééquipement avec le S-40.

Le H-35 quitte progressivement la cavalerie pour rejoindre les dépôts même si il est encore en service au sein du 1er RCA au Maroc, seule unité de cavalerie encore équipée de ce char décidément pas né sous une bonne étoile quand éclate le second conflit mondial et qui au cours du conflit le remplacera par quelques S-40.

Caractéristiques du char léger modèle 1935 H

Poids total : 10.6 tonnes

Dimensions : longueur totale 4.22m largeur totale 1.85m hauteur totale : 2.133m (1.38m sans tourelle)

Motorisation : un moteur Hotchkiss 6 cylindres de 75ch à 2700 tours/minute

Vitesse maximale : 27.8 km/h  Pente : 75% sur sol dur  Autonomie : 130km (réservoir de 180 litres)

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 37mm SA modèle 1918 alimenté à cent obus et une mitrailleuse MAC 31 alimentée à 2400 cartouches

Equipage : un chef de char en tourelle, un mécanicien-pilote en caisse

Hotchkiss H-39

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

char léger modèle 1935H  M.39 dit Hotchkiss H-39

Comme nous venons de le voir, le H-35 à été un échec technique, la faute notamment à un moteur insuffisamment puissant. La firme Hotchkiss qui avait anticipé sur le programme aurait pu ne jamais s’en relever mais au final, elle développa un nouveau char léger, dérivé du H-35 dont il reprenait la ligne générale mais avec de sérieuses modifications.

Un moteur plus puissant (120ch au lieu de 75) lui donnait le rapport poids/puissance réclamé par l’infanterie (en l’occurence 10 ch/tonne), un canon de 37mm SA modèle 1938 lui donnait une véritable capacité antichar (à partir du 480ème exemplaire de série, monté en rattrapage par la suite) et une queue passe-tranchée lui donnait une aisance en terrain difficile.

Les essais du prototype sont menés en 1937/38 et c’est fin 1938 qu’il est adopté sous le nom de char léger modèle 1935 H M. 39. Comme son devancier, il va équiper l’infanterie et la cavalerie et comme son ainé raté, si il est adapté aux demandes de l’infanterie, il l’est beaucoup moins à celles de la cavalerie mais faute de mieux…….. .

Au printemps 1940, il équipe six bataillons de 45 chars, bataillons de chars de combat qui sont intégrés aux trois premières divisions cuirassées :

-Les 25ème BCC et 26ème BCC sont intégrés à la 1ère Division Cuirassée

-Les 14ème et 27ème BCC sont intégrés à la 2ème Division Cuirassée

-Le 42ème et le 45ème BCC sont intégrés à la 3ème Division Cuirassée.

Ces six bataillons alignent donc un total de 270 chars Hotchkiss H-39. Deux autres bataillons sont ensuite équipées de ce char pour former une demi-brigade blindée de la 4ème Division Cuirassée en l’occurence le 19ème BCC qui troque ses D2 contre des H-39 et le 44ème BCC qui troque ses Renault R-35 contre d’autres H-39 les deux bataillons étant transformés entre mars et septembre 1941, portant le total de chars en ligne à 360 chars.

Des BCC non endivisionnés reçoivent également ce petit char biplace comme le 13ème BCC mis sur pied avec le H-35 et qui reçoit des H-39 en mars 1942 et le 22ème BCC remplace ses Renault R-35 par des Hotchkiss H-39 en septembre 1942.

Si les BCC des quatre premières divisions cuirassées remplacent leurs Hotchkiss H-39 par des Renault G1, les 13ème et 22ème BCC conservent leurs H-39 quand éclate le second conflit mondial, ce char pouvant très bien assurer le soutien de l’infanterie. L’infanterie va disposer au total de 450 chars plus 225 chars en réserve.

La cavalerie va également disposer de Hotchkiss H-39 au sein de la 3ème DLM (140 chars utilisés comme AMR), au sein des deux divisions de cavalerie restant en l’occurence les 2ème et 3ème Divisions de Cavalerie (32 chars) et au sein des GRDI en l’occurence les 2ème et 5ème GRDI mis sur pied à la mobilisation sans automitrailleuses et qui reçoivent donc des H-39 au printemps 1940 avec quinze puis vingt chars de ce type.

Suite à la démobilisation, les GRDI préservés sont tous motorisés, le Hotchkiss H-39 va ainsi équiper d’abord les GRDI type monté puis remplacer les AMR 33 et 35 au sein des GRDI motorisés, équipant au final les  2ème, 5ème, 15ème, 18ème, 23ème, 32ème, 71ème, 74ème et 93ème GRDI soit un total de 180 chars, toujours en service en septembre 1948. La cavalerie va disposer de 352 chars en ligne plus 176 en stock et dans les écoles.

En septembre 1945, douze chars sont sortis des stocks pour équiper le Groupement Motorisé de Corse auxquels s’ajoutent un nombre équivalent de véhicules en volant de fonctionnement réduisant le stock et le parc en école à 152.

Le H-39 à également été exporté d’abord à dose homéopathique, trois à la Pologne et deux à la Turquie puis de manière plus massive avec deux bataillons pour l’armée polonaise libre (90 chars), trois bataillons à la Grèce (135 chars), deux pour les Pays Bas (90 chars) deux à la Yougoslavie (90 chars) et 32 pour la Grande Bretagne qui les utilisa pour perfectionner ses chars Cruiser.

Au final le Hotchkiss H-39 va être produit à 1640 exemplaires jusqu’en mai 1947 quand la chaine de montage fermée mais pour peu de temps car dès le mois de septembre 1947, elle va à nouveau fabriquer ce char à faible cadence (huit chars par mois) pour permettre un équipement rapide des GRDI/GRCA de mobilisation, la cadence passant à douze chars par mois dès le mois de juin 1948.

Caractéristiques Techniques du char léger modèle 1935 H M. 39

Poids total : 12 tonnes

Dimensions : longueur totale 4.22m largeur totale 1.85m hauteur totale : 2.133m (1.38m sans tourelle)

Motorisation : un moteur Hotchkiss 6 cylindres de 120ch à 2800 tours/minute

Vitesse maximale : 36.5 km/h  Pente : 75% sur sol dur  Autonomie : environ 150km (réservoir de 207 litres)

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 37mm SA18 alimenté à cent obus et une mitrailleuse MAC 31 alimentée à 2400 cartouches. Le canon de 37mm SA modèle 1938 remplace le SA modèle 1918 à partir du 480ème char environ avant d’être installé en rattrapage sur les autres.

Equipage : un chef de char en tourelle, un mécanicien-pilote en caisse

22-Armée de terre : armement et matériel (23)

H-Chars léger

Préambule

Par sa présence sur les Champs Elysées lors du défilé de la victoire du 14 juillet 1919, le Renault FT symbolise le «char de la victoire» et conforte l’idée qu’un char léger peut tout aussi bien faire la différence qu’un char plus lourd, mieux armé et mieux protégé.

Il s’en ait fallu de peu pour que ce ne soit pas le cas car les premiers chars français étaient tout sauf léger, le Saint Chamond pesant 23 tonnes et le Schneider 13.5 tonnes contre seulement 6.5/6.7 tonnes pour le Renault FT.

Les déficiences techniques et un baptême du feu désastreux sur le Chemin des Dames en avril 1917 entraina le déclassement de ses chars au profit de la petite merveille conçue par Louis Renault et le général Estienne qui pourtant défendait un char plus lourd et ne cessa jusqu’à sa mort en 1936 de défendre le char moyen/lourd au point d’être vent debout contre le remplacement du Renault FT, combat qu’il finit par perdre.

Au milieu des années trente, le remplacement du Renault FT se pose et un nouveau programme est lancé, aboutissant au Renault R-35 et au Hotchkiss H-35 puis à leurs versions améliorées, les Renault R-40 et les Hotchkiss H-35 mod.39.

D’autres chars légers vont également être mis en service au sein de l’arme des chars de l’infanterie en l’occurence le char D1 _issu du Renault NC, version améliorée du FT_ mais encore le remarquable FCM-36 _blindage laminé soudé et moteur diesel_ .

Suite à la révolution Villeneuvienne, le char léger n’est pas pour autant condamné même si le «Général Tornade» était un disciple du général Estienne. Il le maintien en ligne mais pour un rôle limité au soutien rapproché de l’infanterie au sein des BCC ainsi que des missions de reconnaissance au sein des DC et des DLM.

De nouveaux modèles de chars légers voient le jour au cours de la «fausse guerre» (1940-1948) en l’occurence l’AMX-42 et 44 ainsi que les FCM-42 et 44, des chars légers puissamment armés avec un canon de 47mm.

Bien que la cavalerie n’ait jamais possédé de chars légers mais des automitrailleuses de reconnaissance (AMR), ces petits blindés armés de mitrailleuses vont bien sur figurer dans cette rubrique, la fusion des chars de l’infanterie et de la cavalerie au sein d’une Arme Blindée-Cavalerie voyant les unités de cavalérie s’équiper en terme de chars légers des même chars que les DC en l’occurence les produits FCM et AMX.

Renault FT

Renault FT en version canon avec un canon de 37mm SA modèle 1916

Renault FT en version canon avec un canon de 37mm SA modèle 1916

Préambule

C’est à l’été 1916 que nait l’idée chez Louis Renault d’un char léger. A la différence des futurs Saint Chamond et Schneider, l’idée n’est plus de franchir les tranchées mais d’y plonger et d’en ressortir, bref de coller au terrain, de suivre l’infanterie ce qui aura sur le plan technique et tactique de sérieuses répercussions.

Un an plus tard, la situation de l’armée française est grave. L’échec du Chemin des Dames à provoqué des mutineries qui réprimées démontre que le temps des offensives sanglantes pour gagner quelques centaines de mètres sont révolues. Le général Pétain le résume par cette formule postérieure «J’attends les américains et les chars».

Première véritable guerre industrielle de l’histoire, il faut produire vite de grandes quantités de chars et dans ce domaine, le char léger est nettement plus rapide à produire qu’un char moyen ou un char lourd.

Il est d’abord prévu 300 chars Schneider, 300 chars Saint Chamond, 200 chars FCM (type 1A) et 2400 chars mitrailleurs Renault. A l’automne, les Schneider et Saint Chamond sont passés par les oubliettes, le FCM 1A n’est encore qu’au stade du prototype (stade qu’il ne dépassera pas), laissant seul le char Renault.

Seulement si Renault est une entreprise aux moyens industriels importants, elle ne peut sortir des milliers de chars en quelques mois. Un véritable conglomérat industriel va être mis sur place, mobilisant toutes les ressources de l’industrie automobile et de la sidérurgie, voyant l’alliance contre nature mais imposée par l’état des grands rivaux que sont Renault et Berliet, Schneider et Saint Chamond.

L’ultime réunion de concertation à lieu le 19 octobre 1917 et permet de répartir la commande entre Renault (700 chars), Berliet (800 chars), Somua _filiale de Schneider_ (600 chars) et Delaunay-Belville (280 chars). Sachant que Renault à déjà reçu la commande de 1150 chars, le total des chars légers commandés est donc de 3530 exemplaires qui doivent être tous livrés en juillet 1918.

Bien entendu ce calendrier est hautement irréaliste et ne sera pas tenu d’autant que de nouvelles commandes porte le programme à 4000 chars avec 2000 chars à canon de 37mm, 1100 chars mitrailleurs, 300 chars TSF et 600 chars à canon de 75.

Au printemps 1918, la question du char FT se double d’une question interallié. En vue des offensives prévues en 1918 et 1919, on cherche à standardiser les flottes de chars en mettant au point un nombre réduit de modèles.

Si pour le char lourd c’est le MkVIII Liberty qui est sélectionné, pour le char léger, c’est la petite merveille de Billancourt (qui rappelons à fixé la structure orthodoxe du char de combat _pilote à l’avant, tourelle au milieu et moteur à l’arrière_) qui est choisit pour équiper l’armée britannique et l’armée américaine.

Début mai 1918, une commande supplémentaire de 635 chars est passée portant le total à 4635 chars Renault FT. Cette commande est suivie de commandes régulières pour éviter une rupture de la chaine de fabrication. On parle à l’époque de livrer entre 500 et 1500 chars légers à la Grande Bretagne.

Ces commandes régulières _une idée du ministre de l’Armement Louis Loucheur_ sont d’une remarquable clairvoyance car suite aux succès remportés par le char léger, le GQG (Grand Quartier-Général) demande le 16 septembre 1918 3000 chars supplémentaires (1050 chars canons et 1950 chars mitrailleurs) à livrer au plus tard le 1er juin 1919.

Parallèlement, on espère produire le char Renault aux Etats-Unis avec pas moins de 6000 exemplaires dont 1200 rien que pour la France mais aucun Renault américain ne sera livré à la France.

En ce qui concerne la production, 1036 chars ont été livrés au 30 juin 1918. La cadence s’accélère alors avec l’entrée en ligne des autres constructeurs. C’est ainsi qu’à la fin du mois de septembre 1918, 2731 chars ont été livrés.

Les cadences sont ensuite ralenties par des problèmes d’approvisionnement ainsi que la nécessite de réparer les chars retournés par les armées.

Quand survient l’Armistice du 11 novembre 1918, 7800 chars Renault FT ont été commandés répartis entre Renault (3940), Berliet (1995), Somua (1135) et Delaunay-Belville (700) mais «seulement» 3246 ont été réceptionnés, 627 devant l’être d’ici le 30 novembre alors qu’au total 5260 constructions ont été engagées.

Se pose la question de la poursuite ou non de la fabrication. Si le GQG estime qu’avec 3500 exemplaires ses besoins sont couverts, pour Louis Loucheur, il est improbable pour des raisons industrielles et sociales _en un mot politiques_  de stopper brusquement la fabrication.

Un temps, il espère poursuivre la fabrication jusqu’à 4900 exemplaires mais sur l’insistance de Clemenceau, le nombre sera ramené à 4516 exemplaires dont 3187 exemplaires sortis d’usine avant la fin du premier conflit mondial.

Sur ces 4516 chars (plus un char du souvenir produit en juillet 1920), un certain nombre ont été cédés aux alliés. Avant la fin du conflit, 247 chars (sur 3187 à l’époque) ont été cédés aux alliés en l’occurence, 231 aux Etats-Unis, 12 à la Grande Bretagne et 4 à l’Italie.

La paix revenue, des chars sont cédés à l’étranger. C’est ainsi que novembre 1918 au 1er juillet 1919 sont cédés 12 chars à la Grande Bretagne, 30 à la Finlande, 1 exemplaires à l’Espagne et pas moins de 120 à la Pologne soit un total de 410 chars cédés sur un total de 4517 chars produits, laissant à la France théoriquement 4107 chars.

D’autres chars ayant été ultérieurement cédés à certains pays étrangers, la France ne dispose plus en décembre 1921 «que» de 3588 chars légers destinés à armer 27 bataillons répartis au sein de neuf Régiments de Chars de Combat plus 5 à 600 chars de réserve.

Au 31 décembre 1934, on trouve encore 3499 Renault FT en service même si tous sont loin d’être opérationnels, 30% doivent être cannibalisés pour permettre à la flotte de fonctionner soit tout de même plus de 1000 chars hors service.

Situation en septembre 1939 et son évolution

Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939, le petit Renault FT est loin d’avoir tiré toute sa révérence même si ses jours sont comptés.

A l’époque, il équipe encore les Bataillons de Chars de Combat (BCC) du temps de paix (Afrique du Nord, Levant), les BCC mis sur pied à la mobilisation à partir des RCC qui deviennent des centres mobilisateurs, des unités indépendantes dans l’Empire ou rattachées aux unités régionales sans oublier un rôle de char de dépannage.

Aux armées, pas moins de huit bataillons disposent chacun de 63 chars Renault FT :

-le le 11ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 502 de la 4ème armée reçoit au printemps 1940 des Renault R-35 en remplacement du «char de la victoire»

-le 18ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 516 de la 8ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-le 29ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 513 de la 3ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le 30ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 520 de la 3ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le 31ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 501 de la 5ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-35

-Le 33ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 518 de la 9ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le 36ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 506 de la 8ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le Bataillon de chars des troupes coloniales reste équipé de Renault FT et est dissous avant son réarmement en véhicules modernes.

On trouve également des chars en instruction, dans les dépôts et les écoles (350 chars), dans les bataillons de manoeuvre (des bataillons mobilisés avec des Renault FT et une poignée de chars modernes en attendant que la livraison suive la mobilisation) (315 chars).

Des chars Renault FT sont affectés aux régiments régionaux pour assurer la défense locale. Au total 192 chars sont répartis en quarante-huit sections de quatre FT 17/31 :

-Les 12ème et 514ème régiments régionaux disposent de quatre sections de chars FT soit seize blindés.

-Les 92ème, 131ème et 142ème régiments régionaux disposent de trois sections de chars FT soit douze blindés

-Les 28ème, 31ème, 41ème, 53ème, 68ème, 77ème,81ème, 157ème, 171ème, 181ème et 216ème régiments régionaux disposent de deux section de chars FT soit huit blindés

-Les 51ème, 91ème, 111ème, 132ème, 143ème, 158ème, 162ème, 203ème et 206ème régiments régionaux disposent d’une seule section.

Ces régiments régionaux étant dissous à la démobilisation, la majorité des Renault FT les équipant vont être feraillés mais certains seront encore en service en septembre 1948 assurant la protection des aérodromes contre les raids de parachutistes.

A la différence de la métropole, les B.C.C déployés dans l’Empire existent dès le paix et eux aussi disposent de Renault FT.

C’est ainsi que le 64ème BCC déployé en Algérie dispose de 45 chars, que le 66ème BCC et une compagnie du 62ème BCC disposent d’un total de 60 chars, que le 63ème BCC disposent de deux compagnies équipées de Renault FT et que 35 chars sont stockés en dépôts ou dans les écoles.

Suite à la démobilisation et avant même celle-ci, le Renault FT est progressivement retiré du service actif, étant dépassé même dans l’Empire. les 62ème et 66ème BCC stationnés au Maroc et le 64ème BCC stationné en Algérie troquent ainsi leurs Renault FT contre des Renault R35 tout comme les 63ème et 68ème BCC stationnés au Levant.

On trouve également des chars FT dans les possessions outre-mer, une section est déployée à Madagascar, une compagnie est déployée à Hanoï, une compagnie est déployée à Saïgon, un détachement motorisé équipé de Renault FT est déployé en Cochinchine, deux sections sont déployés à Tien-Tsin et une compagnie à Shanghai.

La section déployée à Madagascar remplace en 1947 ses Renault FT par des Renault R-35 tout comme les compagnies de chars légers déployées en Indochine, renforçant le Groupement Mécanisé Colonial (GMC) . Les Renault FT  déployés en Chine restent en service.

A noter également que des Renault FT ont été utilisés durant la guerre de Pologne comme chars de servitude selon une note de l’état-major générale datée du 15 novembre 1939 en l’occurence trois pour le dragage de mines, deux pour le transport de ponts Bourguignon et un pour les pionniers.

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, seule une infime poignée de Renault FT sont encore en service mais aucun en métropole, y compris pour les taches de servitude ou de défense des aérodromes contre un raid de parachutistes.

Pour les taches définies plus haut, une version spécifique du char équipant le bataillon à été mis sur pied sauf pour les bataillons équipés d’ARL-44 où ce sont les B1bis détourellés qui sont chargés du dépannage. Pour la défense des aérodromes, l’armée de l’air à récupéré des AMR de l’ABC tandis que les régiments régionaux moins nombreux et moins puissants qu’en septembre 1939 ne disposent pas à la mobilisation de chars.

Ecorché d'un Renault FT armé d'une mitrailleuse de 8mm Hotchkiss modèle 1914

Ecorché d’un Renault FT armé d’une mitrailleuse de 8mm Hotchkiss modèle 1914

Caractéristiques Techniques du Renault FT

Poids total : (char-mitrailleur) 6.5 tonnes (char-canon de 37mm) 6.7 tonnes

Dimensions : longueur 4m (5.10m avec la queue passe tranchée) largeur 1.74m hauteur 2.14m

Motorisation : un moteur Renault 4 cylindres développant 35 ch à 1300 tours minutes. Boite à quatre vitesse + une marche arrière. Réservoir de 96 litres d’essence

Vitesse maximale 7.8 km/h, environ 2 km/h en terrain varié Pente 45° Autonomie : 8 heures
Blindage : tourelle blindée à 22 et 16mm, parois verticales 16mm parois obliques 8mm plancher 6mm

Armement : (char-mitrailleur) une mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 de 8mm avec 4800 coups en 50 bandes articulées de 96 cartouches ou un canon de 37mm semi-automatique avec 237 obus. Certains Renault FT mitrailleurs ont été réarmés avec une mitrailleuse Darne de 7.5mm.

Equipage : 2 hommes (mécanicien pilote et chef de char tireur).