Mitteleuropa Balkans (90) Roumanie (20)

Organisation

Division d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie antichar

-Une compagnie d’autos blindées

canon d’assaut Stug III Ausf E à canon long de 75mm

-(certaines) une compagnie de canons d’assaut

-Une brigade d’infanterie à trois régiments d’infanterie

-Une brigade d’artillerie à deux régiments d’artillerie

-Un bataillon de soutien logistique

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un détachement sanitaire

Division légère d’infanterie

Ces divisions légères d’infanterie ont été créées après les lourdes pertes consécutives à l’opération URANUS. Il s’agit de recréer des unités plus rapidement en allégeant les structures mais en évitant si possible de perdre trop de capacités de combat soit une véritable gageure.

-Un état-major

-Une compagnie antiaérienne et antichar

-Une compagnie d’autos blindées et de canons d’assaut

-Deux régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un détachement sanitaire

Division de Montagne

-Un état-major

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

-Deux brigades à trois bataillons de montagne

-Un groupe d’artillerie de montagne

-Deux bataillons d’obusiers de montagne

-Une compagnie du génie

-Un détachement sanitaire

-Une section de transmissions

Division de cavalerie

-Un état-major

-Une compagnie de chars légers

-Une compagnie d’autos blindées

-Trois régiments montés

-Un régiment d’artillerie

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie logistique

-Un détachement sanitaire

Division blindée

-Un état-major

-Un groupement logistique

-Une compagnie d’autos blindées

-Un régiment de chars moyens

-Un régiment de chars légers

-Deux régiments d’infanterie portée

-Un régiment d’artillerie motorisée

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un détachement sanitaire

Brigade de montagne

Lors des premières opérations de la campagne de Russie, les roumains engagent les 1ère, 2ème et 3ème brigade de montagne, des brigades issues respectivement de la 1ère, de la 2ème et de la 4ème division de montagne. Cela s’explique par la volonté de conserver des troupes de montagne en cas d’attaque hongroise.

Régiments

Régiment d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois bataillons avec un état-major, trois compagnies d’infanterie et une compagnie de mitrailleuses lourdes

Mortier de 81mm modèle 1927/31 Brandt, le mortier médian standard de l’armée roumaine (ici avec des servants français)

-Un bataillon d’appui avec un état-major, une compagnie de mortiers, une compagnie de canons antichars légers, une compagnie de mitrailleuses et une compagnie d’éclaireurs.

Régiment de chars/Régiment monté

-Un état-major

-Un escadron de commandement et de soutien

-Trois escadrons de chars ou trois escadrons montés organisés en un peloton de commandement et de soutien et trois pelotons de combat

-Un escadron d’appui avec un peloton de mortiers lourds, un peloton de canons antichars et un peloton de mitrailleuses.

Régiment d’artillerie

-Un état-major

-Une batterie de commandement et de soutien

-Une batterie de conduite de tir

-Trois groupes de trois batteries de quatre pièces pour les régiments divisionnnaires soit trente-six pièces (Deux groupes de deux batteries à quatre pièces pour les régiments lourds soit seize pièces)

Bataillons

Bataillon d’infanterie

-Un état-major

-Trois compagnies d’infanterie

-Une compagnie de mitrailleuses lourdes

Bataillon d’appui (régiment d’infanterie)

-Un état-major

-Une compagnie de mortiers

Canon de 37mm Bofors modèle 1934.

-Une compagnie de canons antichars légers

-Une compagnie de mitrailleuses

-Une compagnie d’éclaireurs

Bataillon de montagne

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois compagnies de montagne

-Une compagnie d’appui avec un peloton d’éclaireurs-skieurs (NdA inspiré des Sections d’Eclaireurs Skieurs [SES] françaises), un peloton de mortiers de 81mm et un peloton de mitrailleuses

Bataillon d’obusiers de montagne

-Un état-major

-Une batterie de commandement et de soutien

-Une batterie de conduite de tir

-Trois batteries de six obusiers de montagne soit dix-huit pièces

Bataillon du génie

-Un état-major

-Une compagnie de pionniers

-Une compagnie de sapeurs

-Une compagnie de déminage

Bataillon de soutien logistique

-Un état-major

-Une compagnie de maintenance

-Une compagnie de ravitaillement

-Une compagnie de transport

Compagnies

Compagnie d’infanterie

-Un état-major de compagnie avec le capitaine commandant de la compagnie, un sergent major comme adjoint et soldat qui sert d’ordonnance.

Cet état-major se compose également d’une équipe de transmissions de quatre hommes disposant d’un téléphone de campagne, d’une équipe d’éclaireurs-observateurs de quatre hommes, d’une équipe chimique avec trois hommes et d’une équipe médicale avec cinq hommes.

-Trois pelotons de fusiliers disposant chacun d’un état-major (lieutenant commandant le peloton, un sergent comme adjoint et un sniper), une équipe antichar de deux hommes avec des grenades antichars, une équipe mortier de six hommes avec un mortier de 60mm M.36 et quatre sections (groupes) de fusiliers.

ZB vz.30

Chaque groupe de fusiliers dispose d’une équipe disposant d’un fusil mitrailleur ZB.30 (cinq hommes) et d’une équipe de fusiliers de cinq hommes tous armés de fusils comme leur nom l’indique.

Escadrons de cavalerie

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de combat

Compagnie antiaérienne et antichar

-Un peloton de commandement et de ravitaillement

-Trois pelotons de quatre ou six pièces selon les modèles

Compagnie d’autos blindées

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de quatre voitures

Compagnie de canons d’assaut

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de six canons d’assaut

-Un peloton d’autos blindées

Compagnie mixte d’autos blindées et de canons d’assaut

-Un peloton de commandement et de soutien

-Deux pelotons de six canons d’assaut

-Un peloton de six autos blindées

-Un peloton d’infanterie portée (éclairage et protection)

Compagnie du génie

-Un état-major

-Un peloton de pionniers

-Deux pelotons de sapeurs

-Un peloton de déminage

Compagnie de transmissions

-Un état-major

-Une section télégraphiste

-Une section de téléphoniste

-Une section de cryptage/decryptage

Détachement sanitaire

-Un groupe d’ambulance

-Une antenne sanitaire avancée

-Un groupe de guerre chimique

Mitteleuropa Balkans (53) Bulgarie (17)

Organisation

Avant-propos

L’armée bugare du second conflit mondial va aligner un grand nombre de divisions jusqu’à seize divisions d’infanterie sans compter les unités motomécaniques et autres unités particulières comme les brigades de chasseurs tristement célèbres pour leur férocité au combat notamment contre les partisans et les maquisards.

Ces divisions ne sont pas regroupées en corps d’armée comme dans la plupart des armées mais directement sous l’autorité d’une armée.

C’était la même situation durant le premier conflit mondial mais à l’époque les effectifs d’une divsion bulgare étaient proches de celles d’un corps d’armée.

Ce n’est plus le cas en 1948. La raison pour laquelle les bulgares n’ont pas mis sur pied de corps d’armée est incertaine mais il semble que le manque d’officiers d’état-major soit la raison principal et entre une armée et un corps d’armée, politiquement et sur le plan de la propagande c’est nettement plus gratifiant d’avoir cinq armée qu’un certain nombre de corps d’armée.

Sur le plan de l’organisation les divisions d’infanterie bulgares comme nous le verrons ont adopté la structure triennale avec trois régiments d’infanterie et un régiment d’artillerie pour ne parler que des principaux éléments. Les autres unités sont organisées de manière différentes mais il n’y à pas vraiment d’énormes différences avec les pays voisins.

Division d’infanterie

-Un état-major

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

-Un escadron monté de cavalerie ou un escadron mixte d’autos blindées et de motocyclistes

-Un bataillon antiaérien et antichar ou une compagnie renforcée antiaérienne et antichar

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un régiment de service

Division de cavalerie

-Un état-major

-Deux régiments montés

Auto blindée Sdkfz-2222

-Un régiment motorisé (blindés légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie hippomobile

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie antichar

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un régiment de service

Sturmgeschütz IV

A noter qu’à partir de septembre 1953 la 1ère division de cavalerie à reçu deux compagnie de seize Sturmgeschütz IV.

Brigade blindée

-Un état-major

-Un bataillon d’autos blindées

Sturmgeschütz III

-Un bataillon de canons d’assaut Sturmgeschütz III

-Une compagnie antiaérienne

-Un régiment de chars moyens

-Un régiment de chars légers

-Un régiment d’infanterie portée

-Un régiment d’artillerie motorisée

-Un régiment du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un régiment de soutien logistique

Brigade de chasseurs

-Un état-major

-Deux régiments d’infanterie légère

-Un régiment d’artillerie légère

-Une compagnie d’autos blindées

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un bataillon de soutien logistique

Unités élémentaires

Régiment d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie de commandement et de soutien

5cm Granatwerfer M.36

-Trois compagnies de combat organisées en un état-major de compagnie (un capitaine commandant de l’unité, son adjoint ayant le grade de lieutenant, un sergent major et deux ordonnances), trois pelotons avec un état-major (un lieutenant commandant le peloton, un sergent comme adjoint au commandant, un soldat comme ordonnance et une équipe de trois hommes servant un mortier de 50mm M.36) et trois sections d’infanterie comprenant chacune un caporal chef de section, un mitrailleur, un Lance Corporal et sept soldats.

Panzerfaust

-Une compagnie d’appui disposant d’un peloton de mortiers de 81mm, un peloton de mitrailleuses et un peloton antichar avec fusils antichars puis pour certains des Panzerschreck ou des Panzerfaust.

Régiment de cavalerie

-Un état-major

-Un escadron de commandement et de soutien

-Trois escadrons montés composés chacun d’un état-major d’escadron, de trois pelotons (un état-major et trois sections montées) et un peloton de mitrailleuses

Mortier de 81mm modèle 1927/31 mis en oeuvre par des soldats français

-Un escadron d’appui avec mortiers de 81mm, mitrailleuses et canons antichars légers

Régiment de chars

-Un état-major

-Un escadron de commandement et de soutien

Panzer IV Ausf G

-Trois escadrons de chars composés d’un état-major, de trois pelotons de chars (un état-major et trois sections de chars) et un peloton d’autos blindées

-Un escadron de reconnaissance et d’appui disposant d’un état-major, un peloton d’autos blindées et deux pelotons de canons d’assaut

Régiment d’artillerie

-Un état-major

-Une batterie de commandement et de soutien

Canon de 120mm Schneider-Canet

-Deux bataillons d’artillerie comprenant chacun trois batteries de quatre pièces soit un total de vingt-quatre pièces par régiment. Certains régiments possédait un troisième bataillon portant le nombre de pièces à 36 et sans que ce soit une règle établie on trouvait généralement 24 canons de 75mm et 12 pièces de 105 ou de 120mm.

-Une batterie d’appui-protection (infanterie et quelques autos blindées)

-Outre les RAD (Régiments d’Artillerie Divisonnaire), l’armée bulgare possédait des régiments d’artillerie lourde d’abord indépendants puis regroupés au sein de trois brigades.

Chaque brigade disposait de trois régiments à trois bataillons de douze pièces (trois batteries de quatre) soit un total de 81 batteries lourdes équipées de canons ou d’obusiers de 105mm, de 120mm et de 150mm.

Régiment du génie

-Un état-major

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Une compagnie de déminage

-Une compagnie de pionniers

-Une compagnie de pontonniers

Mitteleuropa Balkans (15) Hongrie (15)

Organisation

Organisation simplifiée de l’armée hongroise en septembre 1948

Généralités

Suite à la mobilisation entamée dès le 1er septembre 1948 mais officialisée le 10 après un incident de frontière avec la Roumanie dans la région de Cluj-Napoca, l’armée hongroise aligne les unités suivantes :

Lire la suite

Dominions (48) Afrique du Sud (13)

Organisation des unités de l’UDF

Divisions d’infanterie

Logiquement les divisions d’infanterie sud-africaines sont organisées sur le modèle des Infantry Division britanniques avec un équipement comparable pour ne pas dire identique.

Lire la suite

URSS (81) Armée de Terre (29)

Les véhicules de l’armée rouge (2) : les canons d’assaut, les chasseurs de char et les canons automoteurs

SU-76 2

SU-76

Avant-propos

Comme nous l’avons vu déjà vu à plusieurs reprises la création du char de combat répond à la nécessité de rompre la terrible trilogie MTB (Mitrailleuses/Tranchées/Barbelées) et permettre à l’infanterie de limiter les pertes lors des offensives.

Lire la suite

22-Armée de terre : armement et matériel (29)

I-Chars moyens

Préambule : essai d’une typologie du char moyen

Aujourd’hui avec la présence de l’AMX-90 Villeneuve, on ne se pose guère la question de savoir ce qu’est un char moyen tant l’idée d’un char de combat principal à imprégné les esprits. Ce n’était pas aussi facile  avant le second conflit mondial.

En effet si le B1bis avec ses 31 tonnes et le Renault R-35 avec ses 10.5 tonnes pouvaient respectivement être considérés comme des chars lourds et légers, il y avait visiblement la place pour un char médian.

Ce classement se heurte d’emblée à de sérieuses difficultés. Si le B1bis est un char lourd, que dire du Renault G1 et ses 35 tonnes ou encore que dire du couple AMX-42/44 avec ses 16 ou 17 tonnes, sont-ils encore des chars légers ?

Il faut aussi ajouter le nom de char puissant porté notamment par le D2, des chars d’un poids de 19 tonnes soit seulement trois tonnes de plus que l’AMX-42. Pourquoi l’un serait léger et l’autre puissant/moyen. De plus ne peut-on pas considérer le char puissant comme un char de bataille, un soutien du B1bis ?

Il faut plutôt voir du côté de la mission pour distinguer un char moyen d’un char léger. On le sait les chars légers existant en 1939 ont des équipages composés de deux hommes _un mécanicien pilote et un chef de char tireur_ car leur mission est de soutenir l’infanterie c’est-à-dire de rouler au pas ou presque et de tirer sur les obstacles se présentant sur le chemin des fantassins.

La mission de la cavalerie est davantage le combat, la manoeuvre ce qui explique que le char principal de cavalerie, l’Automitrailleuse de Combat (AMC) est un véhicule triplace avec un ou deux hommes en tourelle.

C’est là à mon sens que le char moyen se distingue du char léger (en attendant l’AMX-42 et le FCM-42 à trois hommes sans parler de l’AMX-44 et du FCM-44 à quatre hommes), la mission bien différente du soutien d’infanterie.

En septembre 1939, on peut estimer qu’il existe seulement deux chars moyens en service en nombre important : le char D2 en voie de retrait du service et le remarquable Somua S-35, probablement le meilleur char français en service quand éclate la guerre de Pologne.
Au printemps 1944, le général Villeneuve décide de clarifier la situation en établissant une véritable typologie liée en partie au poids mais également à la mission :

-char léger : ne doivent pas dépasser le poids de 20 tonnes, un armement compris entre 25 et 47mm avec un équipage de deux à quatre hommes. Leurs missions étant le soutien rapproché de l’infanterie et la reconnaissance.

-char moyen : ne doivent pas dépasser le poids de 40 tonnes, un armement minimal de 75mm et maximum de 90mm, un équipage de quatre hommes avec pour mission le combat antichar, la percée et la manoeuvre.

-char lourd : d’un poids compris entre 40 et 70 tonnes, un armement minimal de 90mm, un équipage de quatre ou cinq hommes avec pour mission le combat antichar, la percée et la manoeuvre.

-char de forteresse : catégorie ne concernant que le FCM F1 même si des projets de chars super lourds sont étudiés

-chars spéciaux : chars amphibies, char du génie sans catégorie de poids, d’armement ou d’équipage

Les chars moyens que nous allons étudier correspondent donc à tous les chars d’un poids de 20 à 39 tonnes, un armement de 47 à 75mm même si par analogie, les AMC seront considérées comme des chars moyens notamment en raison de leur mission.

Cette catégorie quasiment inexistante va connaître une spectaculaire croissance avec le maintien en service du Somua S-35 (modernisé avec une radio), l’apparition de sa version améliorée Somua S-40 mais surtout deux chars moyens armés de canons de 75mm, le Renault G1 ou char moyen modèle 1943R et le Somua S-45 appelé char moyen modèle 1945S, un char issu comme nous le verrons d’un véritable montage industriel destiné en particulier à intoxiquer les SR allemand avec une double dénonmination Somua S-45/Renault DAC-2 qui fit croire à l’Abwehr de l’existance de deux chars moyens au sein des DLM, surestimant ainsi le potentiel militaire français.

Renault D2

Renault D2

Renault D2

Sous l’influence d’Aristide Briand, l’Europe sembla se lancer sur la voix d’une paix perpétuelle nécessitant une désarmement des puissances concernées, désarmement qui avait pour cadre une conférence lancée à Genève en 1932.

Cette conférence s’inspirant du traité de Washington de 1922 suggéra une limitation des armements terrestre tant en terme quantitatif que qualitatif qui si elle avait aboutit aurait interdit le B1 au profit du D2 appelé «char de combat surblindé» par son constructeur Renault.

Le dévellopement du D2 à été lancé au cas où le B1 aurait été interdit par la conférence du désarmement d’où la France se retire en mai 1934. Les prototypes sont présentés en 1932-33 et le char est adopté en 1934 à une époque où l’hypothèque d’une interdiction du B1 avait été levée.

Résultat à l’hypothèse haute de  livraison de 750 chars D2 succéda une hypothèse base à 150 chars avant d’être réduite à 100 unités livrées entre avril 1936 et février 1937 pour les cinquante premiers et au printemps 1940 pour les cinquante autres.

Néanmoins, seul le 1er bataillon du 507ème RCC commandé par un certain colonel Charles De Gaulle avec 45 chars reçut ce blindé.

A la mobilisation, ce bataillon devient le 19ème BCC qui au printemps 1940 remplace ses ses D2 du premier marché par des chars neufs du même modèle, les premiers ayant été usés très, trop rapidement.

A sa création en septembre 1940, la 4ème Division Cuirassée (Dcu) intègre le 19ème BCC au sein d’une 6ème demi-brigade de chars devenue après réorganisation la 6ème brigade cuirassée.

Le char D2 est retiré du service dès le mois de septembre 1941 après que le Hotchkiss H-39 l’eut remplacé.

A la différence de beaucoup de chars, les D2 ne sont pas stockés pour une réutilisation ultérieure en raison d’un grand nombre de problèmes mécaniques. Les tourelles (50 exemplaires) sont précieusement conservées pour être installées sur un nouveau véhicule ou à terre comme les tourelles démontables de la ligne Maginot.

Caractéristiques Techniques du char puissant Renault UZ/D2

Poids : 19000kg

Dimensions : longueur totale 5.23m Largeur totale 2.21m Hauteur totale : 2.66m (1.77 sans tourelle)

Motorisation : un moteur essence Renault dévellopant 150ch à 2000 tours/minute

Vitesse maximale : 22 km/h  Pente : 40%  Autonomie : 100km (réservoir de 240 litres d’essence)  

Blindage : 40mm maximum

Armement : un canon de 47mm modèle 1937 en tourelle monoplace, canon alimenté à 108 obus et deux mitrailleuses de 7.5mm, deux MAC 31 avec 4500 cartouches pour les deux, une arme étant coaxiale en tourelle et une seconde en caisse

Equipage : mécanicien pilote en caisse, un opérateur radio en caisse et un chef de char tireur en tourelle