URSS (61) Armée de Terre (9)

Organisation

Structures générales

L’organisation de la RKKA est classique avec un un état-major organisé en cinq sections (opérations, organisation-mobilisation, communications, renseignements, préparation au combat et règlement de combat _cette dernière section correspondant aux inspections dans d’autres armées_).

Lire la suite

Publicités

22-Armée de terre : armement et matériel (7)

Mitrailleuses

Préambule

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Quand éclate le premier conflit mondial, deux mitrailleuses sont en service dans l’armée française, la mitrailleuse Saint-Étienne modèle 1907 et la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 mais seule la seconde fit véritablement carrière, pouvant fonctionner même dans un bain de boue à la différence de la première.

La mitrailleuse Hotchkiss n’était pourtant pas exempt de défauts notamment un poids très élevé et un système d’alimentation par bande métallique qui ne permettait pas un tir continu et efficace.

En 1919, l’état-major décide de concentrer les mitrailleuses au niveau du bataillon sous la forme d’une compagnie à quatre sections de quatre armes soit seize mitrailleuses par bataillon et quarante-huit pour l’ensemble du régiment.

A l’époque la menace aérienne est connue et crainte tout comme celle encore lointaine des chars d’où l’idée de deux mitrailleuses cohabitant au sein de la compagnie : une mitrailleuse pour le tir antipersonnel et une mitrailleuse plus spécialement conçue pour le tir antiaérien et le tir antichar.

Le programme de 1921 qui si il avait aboutit dans son intégralité aurait permis à la France de se doter d’un système d’armes légères moderne complet envisage la mise au point d’une mitrailleuse légère  tirant la nouvelle cartouche (la future cartouche de 7.5mm) et une mitrailleuse lourde de 13.5mm abandonnée au profit d’une mitrailleuse de 13.2mm rejetée par l’armée de terre (trop lourde, projectile trop dangereux lors de sa descente) puis d’une mitrailleuse de 9mm modèle 1937 qui sera elle aussi abandonnée, l’idée d’une mitrailleuse antichar étant devenue caduque et la défense aérienne étant plus du ressort de l’artillerie antiaérienne légère à base de canons de 25 et de 37mm.

Pour ce qui est de la mitrailleuse de 7.5mm, sa mise au point va être une véritable saga tant est grande la volonté de perfection des services officiels qui souhaitent obtenir une mitrailleuse légère mais également efficace.

En 1931 est mis en service une version de forteresse du fusil-mitrailleur modèle 1924/29 avec chargeur à tambour et canon lourd sous le nom de mitrailleuse MAC modèle 1931 dite mitrailleuse Reibel du nom de son inventeur, le général Reibel qui équipera également les chars.

Cette arme qui donnera naissance modèle 1934 destinée à l’aviation aurait pu convenir à l’infanterie sous réserve d’un changement d’alimentation mais cette solution est trop simple et il va falloir attendre encore quelques années pour qu’une mitrailleuse de 7.5mm soit mise au point, la MAC modèle 1936.

Étudiée avec un chargeur de 35 cartouches, cette mitrailleuse recevra finalement une alimentation par bandes à maillons détachables de 250 cartouches ce qui retardera sa mise en service qui ne sera prononcée qu’en septembre 1941, permettant à l’Hotchkiss modèle 1914 de prendre une retraite bien méritée.

Mitrailleuse St Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Cette mitrailleuse de la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne (MAS) à été mise au point pour concurrencer l’œuvre de la maison Hotchkiss. Cette tentative succédait à une première tentative infructueuse, la mitrailleuse Puteaux modèle 1905 étant retiré du service à peine deux ans après sa mise en service.

La mise au point d’une mitrailleuse «publique» était difficile en raison de l’épais matelas de brevets qui protégeait la création Hotchkiss mais la MAS y parvint, obtenant une mitrailleuse médiocre au fonctionnement compliqué, fonctionnement encore compliqué par la boue des tranchées, problème que ne rencontra pas la Hotchkiss. Résultat, la Saint-Étienne fût progressivement retirée du service dès le début du premier conflit mondial.

Pourtant quand éclate la guerre de Pologne, la Saint-Étienne reprend du service non pas au sein de l’infanterie mais au sein du train, de l’artillerie et du génie comme arme antiaérienne. Néanmoins, dès 1941, la Saint-Étienne modèle 1907 à été retiré du service des unités d’active ou de réserve.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse Saint-Étienne modèle 1907

Calibre 8mm Lebel Longueur 1.18m Poids de l’arme seule 23.8kg Poids de l’affût 26.5kg Portée 2400m Cadence de tir 600 coups/minute Alimentation : bandes-rigides de 25 cartouches ou bande de toile de 300 coups

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Cette mitrailleuse était issue d’un brevet déposé par un capitaine austro-hongrois racheté par la firme française qui développa une arme automatique qui connu son baptême du feu au cours de la guerre russo-japonaise dans le camp japonais, obtenant ce qu’on appelle aujourd’hui le label combat proven.

Cette mitrailleuse fût donc mis en service dans les rangs de l’armée française, deux cents armes étant en ligne au début du premier conflit mondial, ne tardant pas à supplanter la Saint-Étienne comme mitrailleuse standard de l’armée française.

Cette arme resta en service même après l’adoption de la cartouche de 7.5mm, plusieurs projets n’aboutissant pas à tel point qu’en 1938 la production est reprise pour disposer de suffisamment d’armes pour équiper tous les régiments d’infanterie, chaque RI disposant au sein de chaque bataillon d’une compagnie d’accompagnement disposant de quatre sections de quatre mitrailleuses, chaque arme étant servie par cinq hommes.

Cette mitrailleuse était fiable, solide mais son calibre de 8mm gênait l’infanterie qui tendait vers le calibre 7.5mm et rien d’autre. La mise au point de la MAC modèle 1936 entraina le retrait à partir de septembre 1941 de la vénérable Hotchkiss mais il n’est pas impossible que certaines armes aient repris du service en septembre 1948 au moins pour l’instruction.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Calibre 8mm Lebel Longueur 1.31m Poids de l’arme seule 25kg Poids de l’affût 24kg Portée 2500m Cadence de tir pratique 450 coups/minute Alimentation : bandes-rigides de 25 cartouches ou bande de toile de 251 coups, ces dernières étant interdites pour le tir antiaérien
Mitrailleuse MAC (Manufacture d’Armes de Châtellerault) modèle 1936

Si la Hotchkiss modèle 1914 est restée si longtemps en service c’est faute d’une mitrailleuse moderne en calibre 7.5mm pour la remplacer.

Ce ne sont pas les candidates qui manquaient qu’il s’agisse d’armes dérivées du Châtellerault (MAC-31 pour les chars et les ouvrages de la ligne Maginot, MAC-34 pour les avions) ou une proposition privée dédaignée par les services officiels à savoir la Darne, une arme extrêmement moderne pour son époque.

Finalement, le choix des services officiels se porta sur la MAC modèle 1936, une arme extrêmement sophistiqué avec notamment de deux cadences de tir différentes, l’une pour le tir terrestre et une autre pour le tir antiaérien.

La mise au point d’un système d’alimentation fiable et performant retarde la mise en service de l’arme qui n’est officiellement prononcée qu’en septembre 1941, les premières armes étant livrées peu après pour permettre la relève de la Hotchkiss.

Cette arme va équiper tous les régiments d’infanterie à raison d’une compagnie de quatre sections de quatre mitrailleuses par bataillon soit seize armes par bataillon et quarante-huit pour l’ensemble du régiment.

Une version simplifiée, la MAC modèle 1936 modifiée 1944 voit le jour en 1944 selon le principe qui à vu en Allemagne la MG-42 succéder à la MG-34, très efficace mais chère et compliquée à construire.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse MAC modèle 1936

Calibre : 7.5mm Cartouche : modèle 1929C et D Longueur totale 1160mm longueur du canon 700mm Poids de l’arme : 14.6kg avec crosse Poids de l’affût : 12kg Alimentation : chargeur droit de 35 cartouches pour les prototypes, bandes à maillon détachable de 250 cartouches sur les machines de série Cadence de tir : 550 ou 950 coups/minute selon la configuration choisie Portée : 2500m

Mitrailleuses Hotchkiss modèle 1929 et modèle 1930 de 13.2mm

Mitrailleuse de 13.2mm hotchkiss en affût double

Mitrailleuse de 13.2mm hotchkiss en affût double

Cette mitrailleuse lourde à été mise au point dans les années vingt comme arme antiaérienne et antichar en s’inspirant des fusils antichars allemands Mauser, la Browning M2 américaine ayant la même filiation.

L’armée de terre refusa cette arme pour l’infanterie en raison d’une cartouche trop lourde qui risquait de blesser les troupes en retombant au sol. Elle l’adopta néanmoins comme arme antichar sur la ligne Maginot notamment dans les casemates du Rhin mais également sur certains véhicules blindés légers notamment l’AMR-35.

En juin 1940, deux-cent mitrailleuses furent commandées par l’armée de terre pour servir d’armes antiaériennes de l’arrière pour permettre aux état-majors et aux «plots» logistiques de se protéger des avions ennemis qui pourraient être tentés de frapper dans la profondeur.

Ces armes livrées entre février et décembre 1941 furent suivies de trois centre-autres commandées en septembre 1944 et livrés entre juin 1945 et juillet 1946, toujours pour la même mission.

Caractéristiques de la mitrailleuse Hotchkiss de 13.2mm

Calibre : 13.2mm Longueur du canon 1.67m Poids (non chargé) 37.5kg Portée : 2500m en tir horizontal 1600m en tir vertical Cadence de tir 450 coups/minute Alimentation : chargeurs de 30 coups pour le modèle 1929, alimentation par bandes de 150 coups pour les mitrailleuses sur véhicule blindé

Mitrailleuse MAC-37 de 9mm

En 1921, le programme d’armement de l’infanterie prévoyait une mitrailleuse lourde antiaérienne et antichar d’un calibre approchant de 13.5mm, le calibre du fusil antichar Mauser Gewher T qui allait inspirer la cartouche de 12.7x99mm utilisée par «Ma Deuce», la célébrissime Browning M2.

Ce programme donna naissance à la mitrailleuse Hotchkiss de 13.2mm qui fût adoptée en 1930 par la Défense Aérienne du Territoire (DAT) mais refusée par l’infanterie en raison du poids de sa cartouche et de son projectile jugé dangereux lors de sa retombée.

Un an plus tard, l’infanterie lança un programme pour une nouvelle mitrailleuse d’un calibre compris entre 7.5 et 11mm. Le calibre 9mm fût choisit et le prototype de la Manufacture d’Armes de Châtellerault fût adoptée sous le nom de mitrailleuse de 9mm MAC modèle 1937.

Cette adoption fût sans lendemain, la surcharge des arsenaux et l’augmentation du blindage des chars ainsi que l’accroissement de la vitesse des avions rendait peu rentable une arme de ce calibre qui rejoignit le musée des projets morts nés tout comme l’acquisition d’une mitrailleuse de 20mm Oerlikon commandée en 1939 à 1253 exemplaires mais les exemplaires livrés furent transférés à la D.A.T.

21-Armée de terre (9)

Organisation d’un régiment d’infanterie

Régiment d’infanterie type Nord-Est

Généralités

-La Compagnie de Commandement dispose d’un PC, de moyens de transmissions, de renseignement, des éclaireurs motocyclistes et des sapeurs pionniers

-Trois bataillons d’infanterie

-Un Etat-major et une section de commandement

-Une Compagnie d’accompagnement avec une section de commandement, quatre sections de quatre mitrailleuses MAC-36 et une section d’engins avec deux canons de 25 puis de 47mm et deux mortiers de 81mm puis de 120mm.

-Trois compagnies de fusiliers-voltigeurs avec une section de commandement avec un puis deux mortiers de 60mm et quatre sections de combat à trois groupes de combat.

-La Compagnie Régimentaire d’Engins (CRE) dispose de deux mortiers de 81mm puis 120mm ainsi que de 6 canons de 25mm puis 47mm

-La Compagnie Hors-Rang est chargé du ravitaillement, de l’approvisionnement, du dépannage et du soutien sanitaire

Dans le détail

Le groupe de combat

Le groupe de combat est l’unité élémentaire de l’infanterie. Au plan tactique, le groupe de combat de se subidivse en deux demi-groupes, le demi-groupes de fusiliers et le demi-groupe de voltigeurs, le premier étant l’élément feu et le second étant l’élément mouvement.

Le demi-groupe de fusiliers comprend le sergent chef de groupe armé d’un fusil, le caporal _adjoint au chef de groupe_ lui aussi armé d’un fusil, le tireur FM qui outre son fusil-mitrailleur dispose d’un pistolet retiré en 1940 et remplacé par un pistolet mitrailleur, un chargeur FM lui aussi armé d’un pistolet mitrailleur et trois pourvoyeurs armés d’un fusil.

Le demi-groupe de voltigeurs comprend un premier voltigeur armé d’un fusil. Meilleur tireur du groupe, il dispose généralement d’un fusil à lunette. Il est accompagné de trois autres voltigeurs armés d’un fusil qui peuvent utiliser des grenades à fusil antichars et antipersonnelles.

Le groupe de combat dispose donc de onze hommes. Sur le plan de l’armement, tous les hommes possèdent un pistolet automatique, leur arme de base auxquels s’ajoutent neuf fusils, un fusil-mitrailleur et deux pistolets mitrailleurs.

Chaque groupe de combat est désigné par les lettres A,B  ou C.

La section de combat

Chaque section se compose de trois groupes de combat et d’un «groupe» de commandement avec l’officier commandant, d’un sous-officier adjoint, d’un agent de transmissions, d’un observateur et d’une équipe lance-grenades avec trois binômes de lance-grenades de 50mm soit dix hommes.

La compagnie de combat

L’effectif de la compagnie de combat est d’environ quatre officiers et cent quatre-vingt hommes et celle-ci s’organise en une section de commandement et quatre sections de combat.

La section de commandement dispose d’un groupe de commandement avec treize hommes, d’un groupe de ravitaillement avec douze hommes et deux véhicules, un véhicule d’allègement qui remorque la cuisine roulante.

La section de commandement dispose également d’un groupe de mortiers de 60mm avec deux pièces servies par huit hommes.

Tous les hommes de la section de commandement disposent d’un pistolet automatique, d’un pistolet mitrailleur pour les servants de mortier et les chauffeurs, d’un fusil pour les autres soit un total de 34 hommes, 34 pistolets automatiques, 10 pistolets mitrailleurs et 24 fusils.

La section de combat dispose donc d’un groupe de commandement et de trois groupes de combat tel que nous venons de le voir.

La compagnie d’accompagnement

Comme son nom l’indique cette unité accompagne les unités de combat en lui fournissant l’appui-feu nécessaire pour ses missions qu’il s’agisse de mortiers, de mitrailleuses ou de canons antichars.

Elle est organisée en une section de commandement, quatre sections de mitrailleuses et une section d’engins.

Section de commandement

Elle se compose d’un  groupe de commandement avec un groupe du capitaine (huit soldats et un sergent chef de groupe) et un groupe de ravitaillement avec quatre véhicules et quinze hommes.

Section de mitrailleuses

La compagnie d’engins dispose de quatre sections de ce type toutes organisées de la même façon à savoir deux groupes de deux pièces.

Le groupe est commandé par un sergent-chef armé d’un mousqueton puis d’un fusil, d’un mitrailleur-mécanicien et de deux équipes de pièces avec un caporal-chef de pièce armé d’un mousqueton puis d’un fusil ou d’un pistolet-mitrailleur, un chargeur, un tireur et deux pourvoyeurs tous armés d’un mousqueton puis d’un PM. On trouve également deux conducteurs par voiturette, chaque voiturette transportant deux armes (à cel s’ajoute une voiturette porte-munitions par groupe).

Section d’engins

La section d’engins est placée sous le commandement d’un aspirant (voir d’un adjudant-chef ou d’un adjudant) dispose de deux agents de transmission et de deux groupes pour un effectif de cinq sous-officiers, quatre caporaux et trente-deux hommes avec sept voiturettes.

Le groupe mortiers dispose de deux mortiers de 81mm servies par vingt-deux hommes dont un sergent chef de groupe armé d’un mousqueton puis d’un fusil ou d’un pistolet-mitrailleur, un télémétreur adjoint au chef de groupe armé d’un pistolet automatique puis d’un pistolet-mitrailleur et deux équipes dee dix hommes pour le service des mortiers (un caporal-chef de pièce, un pointeur et un chargeur _armés d’un fusil_, un artificier, quatre pourvoyeurs et deux conducteurs armés d’un pistolet mitrailleur).

La mise en service du mortier de 120mm entraine la mise en place permanente à l’échelle du groupe de deux chenilettes Renault UE pour le remorquage des pièces, le transport des munitions et d’une partie des servants.

Le groupe antichar est équipé de deux canons de 25mm, chaque pièce mise en oeuvre par cinq hommes avec un sergent-chef de pièce, un caporal tireur, un chargeur, deux pourvoyeurs et un conducteur tous armés d’un mousqueton puis d’un fusil.

Conformément à la décision de motoriser toutes les unités antichars, le groupe antichar disposera à partir de la fin 1940 de deux chenilettes Renault UE pour le remorquage des pièces, le transport des munitions et des servants.

Ultérieurement, dans les unités métropolitaines, le canon de 25mm est remplacé par un canon de 47mm plus apte à contrer les chars allemands.

Au niveau des munitions, la compagnie d’accompagnement dispose de 5362 cartouches par mitrailleuses, 150 coups par mortier de 81mm réduit ensuite à 120 par mortier de 120mm et 156 obus de 25mm par canon, nombre réduit à 140 obus de 47mm.

Bataillon d’infanterie

Le bataillon d’infanterie est organisé en un état-major, une section de commandement, trois compagnies de combat et une compagnie d’accompagnement.

L’état-major comprend onze hommes avec le chef du bataillon, le capitaine adjudant-major, un officier de renseignement, un médecin-lieutenant ou sous-lieutenant, un sergent secrétaire, un secrétaire, trois cyclistes, un mototyclistes et un chauffeur automobile.

La section de commandement dispose d’un groupe de transmission (un adjudant et vingt hommes), d’un groupe de ravitaillement avec un adjudant-chef, un adjudant et une dizaine de conducteurs, un groupe sanitaire avec un médecin auxiliaire, quatre infirmiers et seize brancardiers.

Le transport d’un bataillon nécessite un train (cinquante wagons) et soixante camions soit un convoi de trois kilomètres.

La compagnie régimentaire d’engins

La CRE est aux bataillons ce que la compagnie d’accompagnement est aux compagnies de combat, une réserve d’appui-feu pour la manoeuvre.
La section de commandement dispose d’un adjudant, de quatre sous-officiers  et de vingt hommes (un sous-officier chargé du renseignement, un sous-officier des équipages, trois agents de transmissions, deux observateurs, deux télémétreurs, un motocycliste et un cycliste).

-La CRE dispose également de trois sections antichars équipées de canons de 25mm. Chaque section est organisée de la même façon avec un groupe de commandement (un lieutenant ou un adjudant-chef commandant la section, un sous-officier adjoint, trois agents de transmissions et un conducteur) et trois pièces de 25mm servies par sept hommes.

Ultérieurement, les canons de 25mm sont motorisés avec un tracteur léger d’artillerie Latil M71 ou une chenillette Renault UE. Comme au sein de la compagnie d’accompagnement, les canons de 25mm de la CRE sont progressivement remplacés par des canons de 47mm modèle 1937 ou modèle 1939.

-Le groupe de mortiers de 81mm dispose d’un sous-officier et d’un télémétreur et surtout de deux pièces servies par un caporal et sept servants auxquels s’ajoutent deux conducteurs.

La compagnie de commandement

Cette compagnie dispose de douze officiers et deux cents hommes. Elle est organisée en une section de services, une section d’état-major, une section de transmissions, une section de pionniers et une section d’éclaireurs motocyclistes.

La section d’éclaireurs motocyclistes _seul réel élément de combat de la compagnie_ est placée sous le commandement direct du chef de corps. Elle dispose d’un officier, de trois sous-officiers, quatre caporaux et dix-huit éclaireurs.

La section est divisée en deux groupes de deux escouades de quatre éclaireurs avec un fusil-mitrailleur et trois mousquetons remplacés ensuite par un fusil (quand l’unité à laquelle elle était rattachée recevait le tant attendu MAS 36).

Dans les régiments d’infanterie type NE, tout le personnel de la section est sur moto solo sauf le chef de section en side-car (dans les régiments motorisés, toute la section est sur side-car).

Et pour finir le régiment……… .

Le RI type Nord-Est commandé par un colonel dispose de trois bataillons d’infanterie, d’une compagnie de commandement, d’une compagnie régimentaire d’engins et d’une compagnie hors-rang (six officiers et deux cent hommes).

Le parc de véhicules est conséquent avec en 1939 cinquante voitures hippomobiles, six chenilettes pour le ravitaillement et le remorquage des canons (ce parc augmenta avec la décision de motoriser toutes les unités antichars quelque soit l’échelon).

Le régiment d’infanterie dispose au final de 80 officiers et environ 3000 hommes, deux cents voiturettes ou voitures hippomobiles, une cinquantaine d’automobiles et neuf chenilettes.

Quand à l’armement collectif, il se compose de cent-douze fusils mitrailleurs, quarante huit mitrailleuses, trente-si lance grenades de 50mm, de neuf puis dix-huit mortiers de 60mm, huit mortiers de 81mm et douze canons de 25mm puis de 47mm.

Liste des unités d’active

Avant la mobilisation d’août 1939 qui multiplia les régiments d’infanterie de ce type, on trouvait les régiments d’active suivant :

-La 10ème division d’infanterie (Paris) dispose ainsi du 5ème R.I de Courbevoie, du 24ème R.I et du 46ème R.I tous les deux encasernés à Paris

-La 11ème division d’infanterie (Nancy) dispose du 26ème régiment d’infanterie de Jarville la Malgrange et du 170ème R.I installé à Epinal

-La 13ème division d’infanterie (Besançon) dispose du 21ème régiment d’infanterie de Chaumont et du 60ème régiment d’infanterie de Lons le Saunier.

-La 14ème division d’infanterie (Colmar) dispose du 35ème régiment d’infanterie de Belfort et du 152ème R.I qui lui est installé à Chaumont.

-Le 19ème divisions d’infanterie (Rennes) dispose de trois régiments d’infanterie avec le 41ème R.I de Rennes, le 71ème R.I de Mamers et le 117ème R.I du Mans.

-La 21ème division d’infanterie (Nantes) dispose du 48ème régiment d’infanterie de Fontenay le Comte, le 65ème régiment d’infanterie de Nantes et le 137ème régiment d’infanterie de Lorient

-La 23ème division d’infanterie (Tours) dispose des 32ème R.I d’Angers, du 107ème R.I d’Angoulème et du 126ème R.I de Brive.

-La 36ème divisions d’infanterie (Bayonne) dispose du 14ème régiment d’infanterie de Toulouse, du 18ème régiment d’infanterie de Bayonne et du 57ème régiment d’infanterie de Bordeaux

-La 42ème division d’infanterie (Metz) dispose de deux régiments d’infanterie, le 94ème RI de Bar le Duc et le 151ème RI de Commercy.

-La 43ème division d’infanterie (Strasbourg) dispose d’un seul régiment d’infanterie type Nord-Est en l’occurence le 158ème R.I d’Obernai.

On trouve donc 24 régiments d’infanterie type Nord-Est, chiffre qui tombera à 22 après la transformation de la 11ème DI de Nancy en Division d’Infanterie Motorisée.

21-Armée de terre (5)

Les divisions d’infanterie

En dépit du dévellopement des unités de l’arme «cavalerie» et de l’arme «chars de l’infanterie» qui n’allaient bientôt plus faire qu’une (arme blindée-cavalerie), l’infanterie reste la reine des batailles tout simplement parce qu’il faut occuper le terrain une fois la percée obtenue et pour cela il faut des hommes, beaucoup d’hommes.

Le temps des charges massives à la baïonette est bien entendu révolu, cette tactique s’étant révélée suicidaire face aux mitrailleuses allemandes. La tactique qui à longtemps prévalu était une tactique assez frileuse, à contre-coup de la tactique ultra-offensive en vogue avant 1914.

Cela avait le tort de privé le fantassin français de son caractère débrouillard, de la furia francese qui faisait du combattant français un être redoutable sur le champ de bataille.

La «révolution villeneuvienne» à son impact sur l’infanterie. La puissance de feu des différentes divisions augmente avec de nouvelles armes (mitrailleuses plus modernes, mortiers de 120mm, lance-grenades, équipement convenable en matière d’armes antichars et antiaériennes) et une nouvelle «race» de fantassins apparaît, les chasseurs portés destinés à accompagner les chars des Divisions Cuirassés, chasseurs portés qui finiront par intégrer l’ABC tout en conservant les traditions et l’allant de leurs ainés, les chasseurs à pied («Pige vite et galope») surnommés par les allemands les «Schwarze Teufels» ou diables bleus.

Sur le plan tactique, l’avertissement du général Petain «le feu tue» (qui lui avait valut une carrière bloquée qui se serait terminée prématurement sans le premier conflit mondial) empêche un retour aux errements d’avant 1914.

L’allant offensif de l’infanterie se dote d’une recherche tactique poussée qui s’inspire sans vouloir l’avouer des unités d’assaut allemandes. L’augmentation de la puissance de feu se double d’une recherche de la percée, de la manoeuvre pour tourner et fragmenter le dispositif ennemi.

Sur le plan de la motorisation, elle progresse même si comme nous l’avons vu le rève du général Villeneuve de divisions d’infanterie totalement motorisées se heurta à la réalité.

Tout de même la situation était nettement plus favorable qu’en septembre 1939 avec huit divisions totalement motorisées (alors même que les D.I.M de septembre 1939 ne l’était en réalité que partiellement) tandis que les autres D.I (type Nord-Est, DINA, DIC et DLI) peuvent bénéficier des unités spécialisées du train.

En septembre 1948, il existe six types de division d’infanterie. Si les DI type Nord-Est, les D.I.M, les D.I.C et les D.I.N.A sont organisées de la même façon, les autres divisions (D.I.A,D.I.Alp, DM, DLI…..) sont organisées selon un format allégé soit parce le terrain l’impose (colonies) ou parce que leur mission est de mener des opérations expéditionnaires ce qui impose de limiter leur poids en espérant que cette limitation ne soit pas handicapante opérationnellement parlant.

Les Divisions d’Infanterie de type Nord-Est (D.I)

A partir des années vingt, l’armée de terre entame un processus de modernisation, un processus limité de motorisation qui sauve probablement l’existence de la cavalerie qui doit dire en partie adieu aux canassons au profit des véhicules à moteur.

Pour ce qui est de l’infanterie, la motorisation concerne à la fois le transport de l’infanterie, du génie ainsi que le remorquage des pièces . Hélas les budgets ne permettent pas de motoriser complètement les divisions d’infanterie et seules sept d’entre-eux l’était partiellement en 1939 (voir ci-après).

L’immense majorité des Divisions déployées en métropole appartiennent au type Nord-Est. En septembre 1939 on trouve les divisions suivantes :

-10ème Division d’Infanterie (Paris)

-11ème Division d’Infanterie (Nancy) devenue en septembre 1947, la 11ème Division d’Infanterie Motorisée

-13ème Division d’Infanterie (Besançon)

-14ème Division d’Infanterie (Colmar)

-19ème Division d’Infanterie (Rennes)

-21ème Division d’Infanterie (Nantes)

-23ème Division d’Infanterie (Tours)

-36ème Division d’Infanterie (Bayonne)

-42ème Division d’Infanterie (Metz)

-43ème Division d’Infanterie (Strasbourg)

Ces dix puis neuf divisions de type Nord-Est sont organisées en septembre 1948 de la façon suivante :

-Elements de Quartier Général

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons (certaines divisions dispose d’une demi-brigade de chasseurs à pied à trois bataillons et non d’un troisème régiment d’infanterie de ligne)
-Un Régiment d’Artillerie Divisionnaire équipé de deux groupes de canons de 75mm, de deux groupes de 105 et d’un groupe de 155mm à traction hippomobile.

-Une compagnie puis batterie antichar de division équipé de pièces tractées

-Un bataillon antiaérien de division équipé de pièces tractées et de pièces motorisées, les premières plus destinées à la protection de l’arrière, les pièces motorisées pour la protection de l’avant

-Une compagnie de pionniers

-Une Compagnie de sapeurs mineurs

-Une compagnie radio

-Une compagnie télégraphique

Ultérieurement (1944), est mis sur pied un bataillon du génie regroupant la compagnie de pionniers, la compagnie de sapeurs mineurs, la compagnie radio et la compagnie télégraphique.

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire

-Une Compagnie automobile de transport pour le transport du matériel

-Une compagnie automobile de quartier général qui contrairement à ce que son nom indique regroupe  les éléments du train du QG (secrétaires, plantons…), des formations de santé et d’intendance, une section sanitaire auto, et un détachement de circulation routière.

En temps de guerre, le R.A.D doit être subdivisé entre un R.A.D équipé des pièces de 75mm et un R.A.L.D équipé des canons de 105 et de 155mm. Un GRDI est rattaché pour emploi à la division.

Les Divisions d’Infanterie Motorisées (D.I.M.)

Dès le premier conflit mondial, l’infanterie connait une phase de motorisation, employant des camions pour le transport notamment sur la fameuse Voie Sacrée entre Bar le Duc et Verdun.

Après guerre, certaines divisions vont être motorisées. Une motorisation partielle, superficielle pourrait même t-on dire, la Division d’Infanterie Motorisée en septembre 1939 aurait bien été incapable de manoeuvrer rapidement pour suivre les DLM et les DC.

Or c’est bien ce que souhaite le général Villeneuve, le «Général Tornade» qui rêve d’une armée totalement motorisée avec tous les D.I pouvant se déplacer en autonome.

Rapidement, il doit réduire ses ambitions à motoriser complètement les sept D.I.M puis à obtenir la transformation d’une D.I type Nord-Est en D.I.M.

En septembre 1939, on trouve donc sept Divisions d’Infanterie Motorisée :

-1ère Division d’Infanterie Motorisée (Lille)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (Amiens)
-5ème Division d’Infanterie Motorisée (Caen)

-9ème Division d’Infanterie Motorisée (Bourges)

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (Châlons sur Saône)

-15ème Division d’Infanterie Motorisée (Dijon)

-25ème Division Motorisée (Clermont-Ferrand)

A l’origine, il était prévu de motoriser trois D.I mais au final, seule la 11ème DI est transformée en Division d’Infanterie Motorisée. Seulement ces huit Grandes Unités sont totalement motorisées avec  l’organisation suivante :

-Éléments de QG

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons

-Un Régiment d’Artillerie Divisionnaire à deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm

-Un compagnie puis batterie antichar de division

-Un bataillon antiaérien de division

-Un bataillon du génie (créé en 1944) regroupant la compagnie de pionniers, la compagnie de sapeurs mineurs, la compagnie radio et la compagnie télégraphique.

-Un Groupement d’exploitation divisionnaire (intendance et soutien santé)

-Une Compagnie automobile de transport

-Une compagnie automobile de quartier général

Par rapport aux D.I type Nord Est, les D.I motorisées sont totalement autonomes. Les trois régiments d’infanterie disposent de leurs propres véhicules de transport, une solution plus couteuse que l’idée envisagée d’un groupement de transport mais qui avait l’avantage de rendre la division bien plus autonome, elle pouvait coler à une DC ou une D.L.M. .

Le régiment d’artillerie divisionnaire remorque ses pièces via des tracteurs tandis que des chenillettes assure le remorquage des pièces antichars et des pièces antiaériennes, une partie de ces dernières étant des pièces étant mises en oeuvre depuis des véhicules pour la protection des unités de l’avant.

En temps de guerre, ces D.I.M doivent recevoir un GRDI  tandis que le RAD doivent se scinder entre un R.A.D avec les canons de 75mm et un R.A.LD avec les canons de 105 et de 155mm.

Les Divisions d’Infanterie Alpine (DIAlp)

Comme l’armée italienne (Alpini) et l’armée allemande (Gerbijager), l’armée française dispose d’unités conçues spécifiquement pour combattre en milieu alpin, les chasseurs alpins issus de la spécialisation de certains bataillons de chasseurs à pieds.
En septembre 1939, il existe deux divisions d’infanterie alpine, la 27ème DIAlp stationnée dans la région de Grenoble et la 31ème DIAlp stationnée loin des Alpes dans la région de Montpelier avec un recrutement Pyrénéen.

Ces deux divisions sont placés en réserve de GQG, la 27ème DIAlp étant plus spécifiquement préparée à une intervention en Suisse en cas d’agression allemande.

Les divisions alpines se rapprochent des D.I type Nord-Est mais le milieu spécifique dans lequel elles évoluent ainsi que les traditions de l’arme imposent un certain nombre de différence.

En septembre 1948, les trois divisions d’infanterie alpine sont organisées de la façon suivante :

-Éléments de QG

-Deux brigades d’infanterie alpine à une demi-brigade et un régiment d’infanterie alpine (27ème DIAlp) ou deux régiments d’infanterie alpine (31ème DIAlp).

-Un Régiment d’Artillerie de Montagne équipée de pièces spécifiques en l’occurence l’obusier de montagne de 75mm modèle 1942 (trois groupes à deux batteries de quatre pièces) et le canon de 105mm de montagne modèle 1944 (un groupe à trois batteries de quatre canons)

-Un batterie antichar divisionnaire

-Un bataillon antiaérien divisionnaire

-Un bataillon du génie (créé en 1944) regroupant une compagnie de pionniers, une compagnie de sapeurs mineurs, une compagnie radio et une compagnie télégraphique

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire

-Une Compagnie automobile de transport

-Une compagnie automobile de quartier général

Théoriquement, les deux divisions d’infanterie alpine doivent recevoir un GRDI même si le terrain rend peu probable cette hypothèse. L’affection d’un B.C.C en soutien ne semble se justifier que dans le cas d’une offensive en Italie. Le régiment d’artillerie de la division doit se dédoubler en un RAM (obusiers de 75mm) et un RALM (Régiment d’Artillerie Lourde de Montagne) équipé du canon de 105mm.

Les Divisions d’Infanterie Coloniale (D.I.C)

En dépit de leur dénomination, les quatre divisions d’infanterie coloniale sont en septembre 1939 stationnées en métropole. La 1ère DIC est ainsi à Bordeaux, la 2ème DIC est à Toulon, la 3ème DIC à Paris et la 4ème DIC à Toulouse. Trois autres divisions sont mises sur pied à la mobilisation mais elles ne sont pas conservées après démobilisation.

Ce sont de véritables troupes d’intervention, destinées à intervenir dans l’Empire en cas de menaces extérieures ou en cas de révolte généralisée qui dépasserait les moyens de répression des forces de souveraineté sur place.

Elles peuvent aussi être engagées en Europe, leur organisation et leur équipement en faisant des divisions à mi-chemin entre la D.I type Nord-Est et la D.I.M.

Si l’infanterie ne dispose pas de véhicules de transport organiques, l’artillerie est entièrement motorisée après avoir été longtemps hippomobile.

En septembre 1948, les quatre DIC sont organisées de la façon suivante :

-Éléments de Quartier Général

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons. Les 1ère, 2ème et 4ème DIC disposent d’un régiment à recrutement métropolitain et de deux régiments de recrutement sénégalais (en fait de toute l’Afrique de l’ouest) alors que la 3ème DIC dispose de trois régiments de recrutement métropolitain

-Un Régiment d’Artillerie Coloniale équipé de canons de 75mm, de 105 et de 155mm à traction hippomobile puis automobile.

-Un batterie antichar de division équipé de pièces tractées en l’occurence douze canons de 47mm

-Un bataillon antiaérien de division équipé de pièces tractées et de pièces motorisées, les premières plus destinées à la protection de l’arrière, les pièces motorisées pour la protection de l’avant

-Une compagnie de pionniers

-Une Compagnie de sapeurs mineurs

-Une compagnie radio

-Une compagnie télégraphique

Ces quatre dernières compagnies forment en 1944 un bataillon du génie comme dans toutes les DI.

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire
-Une Compagnie automobile de transport pour le transport du matériel

-Une compagnie automobile de quartier général qui contrairement à ce que son nom indique regroupe  les éléments du train du QG (secrétaires, plantons…), des formations de santé et d’intendance, une section sanitaire auto, et un détachement de circulation routière.

-Un groupement de transport du train destiné au transport de l’infanterie

En temps de guerre, le régiment d’artillerie coloniale doit se dédoubler en un régiment d’artillerie coloniale avec les pièces de 75mm et un régiment d’artillerie lourde coloniale avec les canons de 105 et de 155mm. Il est prévu également de leur rattacher si nécessaire un GRDI et un B.C.C.

A la mobilisation, trois nouvelles divisions d’infanterie coloniales sont mises sur pied, les 5ème, 6ème et 7ème DIC composées chacune de deux régiments de tirailleurs sénégalais et d’un régiment d’infanterie coloniale.