Allemagne (27) Navires légers (5)

Vedettes lance-torpilles (Schnell-Boot)

Situation en septembre 1939 et son évolution ultérieure
Quand éclate la guerre de Pologne, les vedettes lance-torpilles sont rattachés au commandement des torpilleurs selon le format suivant :
-1. Schnellbooteflottille crée en juin 1935 et basée à Kiel avec les vedettes S.11 S.12 S.13 S.18 S.19 S.20 S.21 S.22 S.23 et S.24 soutenues par le navire de soutien Tsingtau.
-2. Schnellbooteflottille crée en août 1938 et basée sur l’île d’Heligoland avec les vedettes S.9 S.10 S.14 S.15 S.16 S.17.
La vedette S.10 est rattachée à la première flottille à la fin du mois de septembre tandis que les vedettes S.7 et S.8 servent à l’entraînement.

Dix-neuf vedettes lance-torpilles sont donc en service quand éclate ce court conflit mais toutes ne sont pas disponibles, certaines parce qu’elles achèvent leur mise et d’autres parce qu’elles sont en réparations.
A l’origine, les premières moutures du plan Z prévoyaient la construction de quatre-vingt cinq S-Boote. Ce chiffre va être ramené à soixante-quatre en raison d’autres priorités notamment.

La chaine de commandement va également être réorganisée. Les flottilles vont être réduites à huit unités ce qui nous donne huit flottilles de huit navires, réparties de manière inégale en Baltique et en mer du Nord.
Soixante-quatre vedettes lance-torpilles sont en service en septembre 1948 mais un nombre supérieur de vedette à été construit en raison de l’usure et des pertes par accident ainsi qu’au cours de la guerre civile
Un commandement des flottilles de vedettes lance-torpilles est créée en mars 1943 (OberKommando der Schnellboote) avec deux groupements géographiques, Est et Ouest.
Le dispositif adopté est le suivant. A noter que toutes les vedettes lance-torpilles ne sont pas en service, les douze dernières (S.56 à S.67) étant encore en construction.
-OberKommando der Schnellboote installé à Wilhelmshaven

Gruppe West dont le quartier général est implanté à Wilhelmshaven

-2. Schnellbooteflottille installée sur l’île d’Heligoland
-Vedettes lance-torpilles S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.27 S.29 et S.31

-4. Schnellbooteflottille installée à Wilhelmshaven
-Vedettes lance-torpilles S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28 et S.30

-6.Schnellbooteflottille installée à Wesermünde
-Vedettes lance-torpilles S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 S.44 et S.46

Gruppe Ost dont le quartier général est implanté à Swinemunde

1. Schnellbooteflottille installée à Swinemunde
-Vedettes lance-torpilles S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.45 S.47
3. Schnellbooteflottille installée à Kiel
-Vedettes lance-torpilles S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
5. Schnellbooteflottille installée à Rugen
-Vedettes lance-torpilles S.49 S.51 S.53 S.55 S.57 S.59 S.61 et S.63

7. Schnellbooteflottille installée à Rugen
-Vedettes lance-torpilles S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-8. Schnellbooteflottille installée à Kiel
-Vedettes lance-torpilles S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.78
Guerre de Pologne et guerre civile

Durant la guerre de Pologne, la 1. Schnellbooteflottille engage les vedettes S.11 S.12 S.18 S.19 S.20 S.21 S.22 et S.23. En compagnie des Zerstörer Leberecht Maass Bernd von Arnim Wolfang Zenker, les vedettes lance-torpilles sont chargées de bloquer le golfe de Dantzig.

Pendant ce temps, les vedettes de la 2. Schnellbooteflottille effectuent des patrouilles de protection depuis l’île d’Heligoland.
Aucune vedette ne sera perdu durant ce court conflit ce qui ne sera pas le cas durant la guerre civile qui oppose trois pontes du régime nazi.

Le 7 septembre 1943, le torpilleur T.1 est coulé par la S.65 vedette pourtant ralliée comme lui au duo Himmler/Heydrich au cours d’une méprise.
Une torpille coupe le navire en deux, la partie avant coulant rapidement, la partie arrière restant plus d’une heure à flot avant de couler. Le bilan final est lourd : 27 morts, 43 blessés (dont dix décéderont des suites de leurs blessures) et 49 rescapés.
Le 4 mars 1944, les vedettes S.57 et S.59 ralliées à Goering endommagent gravement le destroyer Z.13 Erich Koellner. Ces deux vedettes échappent un temps à la poursuite avant d’être coulées dix jours plus tard.
Le jour même, le torpilleur T.28 est coulé par les vedettes S.18, S.20 et S.22 au large de Wilhelhmshaven.
Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une méprise mais d’un acte volontaire contre un commandant ayant rallié Borman en raison d’inimitiés personnelles avec le duo Himmler/Heydrich.
14 marins sont tués, les autres sauvés par des chalutiers étant emprisonnés pendant quelques semaines, les moins compromis étant réintégrés dans la marine.
Les vedettes S.27 et S.30 sont coulés au cours d’un combat fratricide entre les 2. et 4. Schnellbooteflottille. Les vedettes S.44 et S.45 sont coulées suite à un abordage accidentel.
Quand la guerre civile s’achève, les flottilles de vedettes lance-torpilles affichent le visage suivant :
-1. Schnellbooteflottille : S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.47
-2. Schnellbooteflottille S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.29 et S.31
3. Schnellbooteflottille S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
-4. Schnellbooteflottille : S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28
5. Schnellbooteflottille : S.49 S.51 S.53 S.55 S.61 et S.63
6.Schnellbooteflottille: S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 et S.46
7. Schnellbooteflottille : S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-8. Schnellbooteflottille : S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.79
La flotte de vedettes lance-torpilles est donc réduite à l’issue de la guerre civile à cinquante-huit vedettes.
Pour compléter cette flotte, six nouvelles vedettes sont commandées en septembre 1945 aux chantiers Lurssen. Il s’agit d’un nouveau modèle qui annonce le renouvellement des flottilles.
Plus lourdes, mieux protégées avec une passerelle blindée, elles disposent d’un armement en canons renforcé.
Ces six vedettes numérotées S.80 à S.85 vont «boucher les trous» après qu’il eut été envisagé de créer une nouvelle flottille pour regrouper des navires entrés en service en juin 1947.
Quand le second conflit mondial éclate, les flottilles de vedettes lance-torpilles ont le visage suivant :
-1. Schnellbooteflottille : S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.47 S.80
-2. Schnellbooteflottille S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.29 S.31 S.81
-3. Schnellbooteflottille S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
-4. Schnellbooteflottille : S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28 S.82
-5. Schnellbooteflottille : S.49 S.51 S.53 S.55 S.61 S.63 S.83 S.84
-6.Schnellbooteflottille: S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 S.46 S.85
-7. Schnellbooteflottille : S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-8. Schnellbooteflottille : S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.79
Elles ne sont pas directement concernées par l’opération Weserübung mais reçoivent des consignes de vigilance accrue, se tenant prêtes à repousser un raid amphibie ennemi ou un raid mené par des vedettes britanniques et français.
Il est néanmoins prévu qu’une fois la Norvège conquise, une ou deux flottilles de vedettes soient envoyées sur place pour assurer la défense des côtes.
Sur le plan industriel, une commande de trente-deux vedettes (S.86 à S.117) est passée le 7 septembre 1948 à différents chantiers pour remplacer les vedettes dont on imagine un taux de perte important.

 

Les différents modèles de vedettes
En septembre 1948, les soixante-quatre vedettes lance-torpilles en service se répartissent en trois modèles différents :
-De S.16 à S.38, les vedettes affichent les caractéristiques techniques suivantes :
-Déplacement : 93 tonnes standard 115 tonnes
-Dimensions : longueur 34.95m largeur 5.10m tirant d’eau 1.40m
-Propulsion : trois moteurs diesels dévellopant 6000ch et entrainant trois arbres
-Performances : vitesse maximale 39.5 nœuds autonomie 1390 miles nautiques à 35 nœuds
-Armement : deux tubes lance-torpilles de 533mm avec quatre projectiles et deux canons de 20mm
Equipage : maximum 21 officiers et matelots
-De S.38 à S.79, les vedettes lance-torpilles affichent les caractéristiques techniques suivantes :
-Déplacement : 95 tonnes standard 118 tonnes
-Dimensions : longueur 35.55m largeur 5.15m tirant d’eau 1.55m
-Propulsion : trois moteurs diesels dévellopant 6000ch et entrainant trois arbres
-Performances : vitesse maximale 37.5 nœuds autonomie 1300 miles nautiques à 35 nœuds
-Armement : deux tubes lance-torpilles de 533mm avec quatre projectiles, deux canons de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm
Equipage : maximum 21 officiers et matelots
-Enfin le troisième et dernier modèle concerne les six vedettes destinées à remplacer les pertes de la guerre civile et à plus long terme de remplacer les vedettes construites durant la période de paix armée.
-Déplacement : 110 tonnes standard 145 tonnes
-Dimensions : longueur 36.95m largeur 5.20m tirant d’eau 1.80m
-Propulsion : trois moteurs diesels dévellopant 7000ch et entrainant trois arbres
-Performances : vitesse maximale 38 nœuds autonomie 1290 miles nautiques à 35 nœuds
-Armement : deux tubes lance-torpilles de 533mm avec quatre projectiles, deux canons de 37mm en un affût double à l’avant, deux canons de 20mm et quatre mitrailleuses de 7.92mm ou quatre canons de 20mm
Equipage : maximum 28 officiers et matelots

Allemagne (12) destroyers (1)

DESTROYERS

Avant-Propos

-L’apparition de la torpille automobile permettait d’envisager la victoire du David face à Goliath, du petit face au gros.

-La multiplication des torpilleurs entraine une riposte vec la création en Grande-Bretagne du Torpedo Boat Destroyer (TBD) rapidement appelé Destroyer.

-Les premiers destroyers sont des navires de petite taille, très rapides, aux jambes courtes avec des canons légers et un ou deux tubes lance-torpilles.

-Pas de nom mais une lettre désignant le chantier constructeur suivit d’un chiffre ou d’un nombre.

Le SMS S-123

Le SMS S-123

-Les survivants du premier conflit mondial sont soit démolis soit livrés aux alliés ou pour un petit nombre maintenus en service au sein de la nouvelle Reichsmarine.

KMS Falke, un destroyer puis torpilleur type 23

KMS Falke, un destroyer puis torpilleur type 23

-Nouvelles unités construites dès 1924 avec six type 1923 (classe Möwe) et six type 1924 (classe Wolfe) mais ces navires sont ultérieurement reclassés torpilleurs.

-Il faut attendre le début des années trente pour voir la construction de destroyers, de contre-torpilleurs par la marine allemande, des navires que la langue de Goethe connait sous le nom de Zerstörer.

-Aux quatre type 1934 succèdent les douze type 1934A, seuls destroyers allemands à recevoir un nom, les autres se contentant de la lettre Z. et d’un chiffre ou d’un nombre.

-Volonté de rupture technique avec des chaudières très haute pression qui vont devenir la bête à chagrin des chauffeurs allemands. Les canonniers eux devaient mettre en œuvre des canons de 150mm. Les problèmes multiples poussent les allemands à revenir à des standards moins élevés mais plus endurants.

-Attaque au canon et à la torpille des lignes de communication ennemies sans oublier l’escorte des cuirassés, des croiseurs de bataille et de porte-avions.

-En septembre 1939, la Kriegsmarine disposait de dix-neuf contre-torpilleurs avec les seize type 1934 et 1934A mais également trois type 1936, trois autres sont mis en service durant le conflit.

Les tranches initiales de l’expansion navale allemande prévoyaient vingt-huit contre-torpilleurs/destroyer, six autres type 1936A sont financés avant même le plan Z.

La tranche 1938-39 finance la construction de six nouveaux type 1936A et la tranche 1939-40 pourvoit à la construction de deux type 1936A et de huit type 1939 qui remplace le type 1938B initialement prévu (ce modèle était destiné à opérer essentiellement en Baltique).

Cela porte le total des destroyers à quarante-quatre unités. Le plan Z stricto sensu augmente cette flotte déjà importante de six unités type 1939 (tranche 1940-41) et de seize unités type 1942 répartis entre les tranches 1941-42 (quatre unités), 1942-43 (quatre unités) et 1945-46 (huit unités) soit un total prévisionnel de soixante-six

Néanmoins sur ce total, trois unités ont été perdues durant la guerre civile et huit sont encore en construction ce qui laisse seulement «seulement» cinquante-cinq navires sont en service, les huit dernières unités étant à différents stades d’achèvement quand éclate le second conflit mondial.

Les différentes classes de Zerstörer

-Type 1934 (classe Leberecht Maas) : 4 navires

KMS Leberecht Maas (Z-1)

KMS Leberecht Maas (Z-1)

Premiers véritables destroyers allemands capables avec leurs canons de 127mm (cinq en affûts simples) de combattre leurs homologues français et britanniques.

Navires non dénués de défaut avec des faiblesses structurelles, une tenue à la mer médiocre,des machines performantes sur le papier mais difficiles à mettre en oeuvre et à entretenir. Sans oublier un rayon d’action limité et une capacité en munitions faible.

-Le KMS Z.1 Leberecht Maas est mis en service en janvier 1937, le KMSZ.2 Georg Thiele est mis en service en février 1937, le KMS Z.3 Max Schultz est mis en service en avril 1937 et le KMS Z.4 Richard Betzen l’est en mai 1937.

-Les trois premiers sont toujours en service en septembre 1948 mais le Z.4 est perdu par l’explosion d’une torpille le 14 mai 1946 qui l’endommage si gravement qu’on préfère le désarmement et la démolition.

-Navires déplaçant 2230 tonnes (3160 tonnes à pleine charge), mesurant 119m de long sur 11.30m de large avec un tirant de 3.80m.

-Vitesse maximale de 38 noeuds

Schéma du canon de 127mm SKC34

Schéma du canon de 127mm SKC34

-Armement composé de cinq canons de 127mm en affûts simples sous masque (deux avant et trois arrière), DCA légère composée d’un nombre évolutif de canons de 20 et de 37mm, de huit tubes lance-torpilles en deux plate-formes quadruples, de deux grenadeurs de sillage avec 48 projectiles et d’une capacité de mouillage de mines avec soixante-mines.

Type 1934A (classe Paul Jacobi)

Le Zerstörer KMS Paul Jacobi (Z-5)

Le Zerstörer KMS Paul Jacobi (Z-5)

-Version améliorée des précédents, les différences sont minimes

-Le KMS Z.5 Paul Jacobi est mis en service en juin 1937 et toujours actif en septembre 1948, le KMS Z.6 Theodor Riedel est mis en service en juillet 1937 et toujours en service en septembre 1948 tout comme le KMS Z.7 Hermann Schoemann mis en service en septembre 1937.

-Le KMS Z.8 Bruno Heinemann est mis en service en janvier 1938 et toujours en service dix ans plus tard tout comme le KMS Z.9 Wolfang Zenker qui lui était entré en service en juillet de la même année.

-Le KMS Z.10 Hans Lody est mis en service en septembre 1938 suivit deux mois plus tard par le KMS Z.11 Bernd von Armin, ces deux navires étant toujours en service en septembre 1948 tout comme le KMS Z.12 Erich Giese qui avait été mis en service en mars 1939.

-Le KMS Z.13 Erich Koellner mis en service en mars 1939 est gravement endommagé au cours de la guerre civile le 4 mars 1944 par des vedettes lance-torpilles ralliées à Goering. Chavirant à quai, il est relevé, désarmé officiellement le 2 avril 1944 et démoli.

-Le KMS Z.14 Friedrich Ihn est mis en service en avril 1938 et toujours en service dix ans plus tard tout comme le KMS Z.15 Erich Steinbrinck mis en service lui un mois plus tard en mai 1938.

-Le KMS Z.16 Friedrich Eckoldt est mis en service en juillet 1938 mais coulé le 4 janvier 1944 par des avions de la Luftwafe ralliés à Borman alors qu’il patrouillait au large de Stettin. Encaissant trois bombes, il coule rapidement ne laissant que fort peu de survivants non sans avoir abattu deux avions sur les huit qui l’ont attaqué.

-Navires déplaçant 2230 tonnes (3160 tonnes à pleine charge), mesurant 119m de long sur 11.30m de large avec un tirant de 3.80m.

-Vitesse maximale de 38 noeuds

-Armement composé de cinq canons de 127mm en affûts simples sous masque (deux avant et trois arrière), DCA légère composée d’un nombre évolutif de canons de 20 et de 37mm, de huit tubes lance-torpilles en deux plate-formes quadruples, de deux grenadeurs de sillage avec 48 projectiles et d’une capacité de mouillage de mines avec soixante-mines.

Type 1936

KMS Dieter von Roeder (Z-17)

KMS Dieter von Roeder (Z-17)

-Ces six navires sont assez peu différents des type 1934/1934A et héritent donc de leurs défauts.

-Le KMS Z.17 Diether von Roeder est mis en service en août 1938 et toujours en service quand éclate le second conflit mondial tout comme le KMS Z.18 Hans Ludemann mis en service en octobre 1938 et le KMS Z.19 Hermann Kühne mis en service en janvier 1939.

-Le KMS Z.20 Karl Galster est mis en service en mars 1939, le KMS Z.21 Wilhelhm Heidkamp en juin de la même année et le KMS Z.22 Anton Schmitt en septembre 1939. Ces trois navires sont toujours en service en septembre 1948.

-Navires déplaçant 2411 tonnes (3415 tonnes à pleine charge), mesurant 123.4m de long sur 11.8m de large avec un tirant d’eau de 4.51m.

-Vitesse maximale de 38 noeuds.

-Armement composé de cinq canons de 127mm en affûts simples sous masque (deux avant et trois arrières), DCA légère composée de canons de 20 et de 37mm, huit tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples, deux grenadeurs de sillage avec 48 grenades et une capacité maximale de 60 mines.