Japon (11) Marine Impériale (4)

Destroyers

Une légende biblique prétend qu’un jour le berger David tua d’une pierre lancée par sa fronde le géant Goliath qui s’effondra après avoir été touché au front. Si sur terre, le plus petit, le plus faible pouvait parfois espérer battre le plus fort, en mer c’était bien moins évident. Difficile pour un brick de détruire un «74 canons».

Lire la suite

Publicités

Etats Unis (82) Aéronavale (9)

Les avions de l’Aéronavale américaine (5) : avions basés à terre

Avant-Propos

Opérer au dessus de l’océan avec des avions à la fiabilité incertaine ou limitée pouvant s’avérer dangereux, les différentes aéronavales privilégièrent pendant longtemps l’hydravion qui pouvait amerrir en cas de problèmes.

Lire la suite

Etats Unis (80) Aéronavale (7)

Les avions embarqués de l’aéronavale américaine (3) : avion-torpilleurs

Avant-propos

Inventée dans la seconde moitié du 19ème siècle, la torpille automobile est d’abord employée à bord du torpilleur, un petit navire rapide et véloce qui bouscula le combat en mer à défaut de totalement le bouleverser.

Lire la suite

Etats Unis (79) Aéronavale (6)

Les avions de l’Aéronavale américaine (2) : bombardiers en piqué

Avant-propos

La Grande-Bretagne, pays ayant créé le porte-avions et qui faillit perdre cette précieuse compétence au milieu des années soixante-dix mis au point le premier avion spécialement conçu pour être embarqué, le Sopwith Cuckoo et ce en dépit d’une envergure que nous qualifierons pudiquement d’imposante.

Sopwith Cuckoo 4.jpg

Sopwith Cuckoo

Lire la suite

Etats Unis (58) sous-marins (1)

SOUS-MARINS

Avant-Propos

USS Holland (SS-1) 12

Le USS Holland (SS-1)

Quand éclate la guerre de Sécession en avril 1861, l’affrontement entre le Nord et le Sud ressemble au duel entre David et Goliath. Le Sud ne possède guère d’industrie et doit sa survie à l’exportation de l’or blanc (le coton) et à l’importation d’armes et de munitions.

Lire la suite

Etats Unis (41) destroyers (1)

DESTROYERS

Avant-propos

USS Bainbridge (DD-1)

Le USS Bainbridge (DD-1) premier destroyer de l’US Navy

L’apparition de la torpille automobile dans le dernier tiers du 19ème siècle permis au moins sur le papier la réalisation dans le domaine militaire de la prophétie du berger David abattant d’une pierre lancée habilement de sa fronde le géant Goliath.

Lire la suite

Allemagne(26) Navires légers (4)

VEDETTES LANCE-TORPILLES

S-Boote en mer

S-Boote en mer

En guise d’introduction…….

L’apparition de la torpille automobile au 19ème siècle bouleversa les tactiques du combat naval puisqu’elle permis d’envisager l’impensable : la victoire du faible sur le fort.

Les premiers torpilleurs (torpedo boat) étaient de petites unités, armés d’une torpille ou deux avec un armement composé de canons légers (par exemple 65 et 47mm pour les torpilleurs français) qui pouvaient en théorie couler des navires bien plus gros que lui.

On assista alors à une floraison de torpilleurs et à l’arrivée d’un prédateur, le destroyer (officiellement Torpedo Boat Destroyer) qui devaient neutraliser les torpilleurs et in fine protéger les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Comme souvent, quand apparaît un système d’armes, les premiers exemplaires sont de taille réduite, de taille chétive. Ils sont suivis de systèmes plus gros et plus puissants liés à la fois à la nécessité d’accompagner les grandes unités en haute mer et à l’utilisation de machines à vapeur encombrantes.

Le moustique devint mamouth et il fallut attendre l’apparition du moteur diesel et des coques planantes pour renouer avec les manes des premiers torpilleurs devenus des vedettes lance-torpilles.

Les plus célèbres du premier conflit mondial furent sans conteste les MAS italiennes qui s’illustrèrent le 9 juin 1918 en coulant le cuirassé austro-hongrois Sven Istvan, réalisant le rêve de la Jeune Ecole.

L’Allemagne de son côté ne resta pas inactive et s’équipa également de vedettes lance-torpilles déployées notamment à Zeebruge en Belgique pour disputer aux anglais et aux français le contrôle du détroit du Pas de Calais.

Le traité de Versailles limita drastiquement la capacité de l’Allemagne à s’équiper de navires modernes mais les règles sont faites pour être contournées.

Les limites imposées étaient à la fois qualitatives et quantitatives. Pour les contourner, on joua sur les tonnages et sur le camouflage. Sous couvert de club sportif, des navires légers très rapides sont construits ou achetés, testés intensivement, aboutissant à un portrait robot de la vedettte lance-torpilles moderne :

-coque immergée

-construction en bois sur une squelette en alliage léger

-des torpilles et un armement léger

-un moteur diesel marin

En 1925, deux petites vedettes anciennes (un modèle Lürssen et un modèle Oertz) sont achetées suivies l’année suivante d’autres vedettes rapides qui seront utilisées en mer Baltique.

Ces tests intensifs aboutissent à des constructions neuves. Le budget 1931-32 finance ainsi la construction de quatre vedettes lance-torpilles neuves (S.2 à S.5) ainsi que de quatre R-Boote (R.5 à R.8), des navires censés être des dragueurs côtiers mais qui au final seront utilisés comme des navires d’appui aux vedettes lance-torpilles.

Quatre vedettes (S.6 à S.9) et huit R-Boote (R.9 à R.16) sont financés au budget 1932-33 suivies au budget suivant (1933-34) par quatre vedettes lance-torpilles (S.10 à S.13) et huit R-Boote (R.17 à R.24). Huit R-Boote (R.25 à R.32) sont financées au budget 1936-37 tandis que le budget 1937-38 finance la construction de huit vedettes lance-torpilles (S.18 à S.25) et de huit R-Boote (R.33 à R.40).

La tranche 1938-39 finance la construction de quatre vedettes lance-torpilles (S.26 à S.29) et de huit R-Boote (R.41 à R.48) portant le total de navires financés/construits avant guerre à soixante-huit navires (vingt-quatre S-Boote et quarante-quatre R-Boote).

Les S-Boote construits avant guerre étaient construits avec une structure en acier et une coque en bois, une coque à bouchains ronds qui les rendent moins rapides que les vedettes britanniques et françaises mais plus stables à la mer.

Le design évolua peu à peu, tiré de l’utilisation de ces vedettes durant la guerre d’Espagne (certaines vedettes furent d’ailleurs cédées aux nationalistes espagnols) et de la guerre civile qui vit certaines vedettes ralliées les différentes factions se disputant le pouvoir.

Résultat quand l’Allemagne entre en guerre, ce sont pas moins de soixante-quatre vedettes et de quarante-huit R-Boot qui sont en service, des navires modernes, puissants et bien armés, adaptés à une tactique de guerilla navale.

La géographie dictant ses lois, l’Allemagne imagine mener davantage cette guerre en Baltique contre la Flotte Rouge que contre les flottes françaises et britanniques. En effet, les vedettes stationnées en Norvège (après la conquête) et sur les côtes baignées par la mer du Nord ne devraient affronter que des navires plus gros menant un blocus par exemple comme des cuirassés, des croiseurs ou des destroyers/contre-torpilleurs.

Il est néanmoins prévu que la conquête des Pays-Bas et de la Belgique entraine le déploiement dans ces pays de vedettes lance-torpilles qui auraient à se battre contre leurs homologues britanniques et français.