Allemagne (37) Aéronavale (9)

Les hydravions basés à terre

Outre les hydravions embarqués que nous venons de voir, la Kriegsmarine dispose d’hydravions basés à terre. Ces hydravions vont relayer l’action des avions basés à terre pour la reconnaissance, la lutte anti-sous-marine, le mouillage de mines, le bombardement, le torpillage ainsi que le sauvetage en mer avec des hydravions désarmés.

Heinkel He-59

Heinkel He-59

Heinkel He-59

Le Heinkel He59 est un hydravion biplan issu d’une demande de 1930 pour un hydravion de bombardement, de torpillage et de reconnaissance pouvant opérer aussi bien avec un train d’aterrissage qu’avec des flotteurs.

L’Allemagne étant encore officiellement soumise aux limites du traité de Versailles, l’appareil est présenté comme un hydravion civil qui effectue son premier vol en septembre 1931 sous une forme terrestre.

142 appareils vont être produit. Si cet hydravion se révèle agréable à piloter, il ne manque pas de défauts entre un moteur asmathique, un rayon d’action limité et un armement insuffisant entre autres choses.

Ces appareils furent utilisés pour la reconnaissance, le torpillage mais également pour le sauvetage en mer.

Bien que dépassé en septembre 1939, il était toujours en service au sein du 3. (Mz) 106 stationné à Nordenay, du 3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt, du 3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie et du 3.(Mz)/706 stationné à Kamp.

Ces appareils sont retirés du service au printemps 1940 et remplacés par Heinkel He-115 plus modernes et plus performants

Caracteristiques Techniques du Heinkel He-59

Type : hydravion multiplace de reconnaissance, de bombardement et de torpillage

Poids : à vide 5010kg en charge 9119kg

Dimensions : longueur 17.40m enverure 23.70m hauteur 7.10m

Motorisation : deux moteurs en ligne BMW VI ZU de 660ch chacun

Performances : vitesse maximale 221 km/h au niveau de la mer vitesse de croisière 185 km/h distance franchissable 942km (1530km avec des réservoirs auxiliaires) plafond opérationnel 3500m

Armement : trois mitrailleuses MG-15 de 7.92mm (une dans le nez, une dans un poste dorsal et la troisième dans un poste de tir ventral) une torpille de 800kg ou 1000kg de bombes (deux de 500kg ou quatre de 250kg)

Heinkel He115

Heinkel He-115

Heinkel He-115

En 1935, le Reichsluftfahrtministerium lance un appel d’offres pour un hydravion bimoteur d’usage général, pouvant mener aussi bien des missions de reconnaissance que de bombardement, de torpillage voir de mouillage de mines.

Deux constructeurs proposèrent leurs projets : la Heinkel Flugzeugwerke et la Hamburger Flugzeugbau qui n’était que la division aéronautique des chantiers navals Blohm & Voss. Trois prototypes furent commandés le 1er novembre 1935, les avions Heinkel sont baptisés He115 et son concurrent, Ha140.

Le premier prototype du Heinkel He115 effectue son premier vol en août 1937 et début 1938, il est sélectionné au détriment de son concurrent hambourgeois. Il est mis en service en 1939 et va être exporté en Norvège et en Suède.

Quand éclate la guerre de Pologne le 1er septembre 1939, le Heinkel He115 équipe les unités suivantes :

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

Ultérieurement, les Heinkel He59 sont remplacés par le Heinkel He115, de nouvelles unités reçoivent ce élégant hydravion bimoteur :

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59

Suite à la réorganisation de l’aéronavale allemande, le Heinkel He-115 équipe quatre staffel de seize hydravions (17. et 19. Marine Kampf Staffel en Baltique, 18. et 20. Marine Kampf Staffel en mer du Nord) chargés de missions de bombardement et de torpillage. Il reste donc un total de soixante-quatre appareils en service.

Une version améliorée baptisée Heinkel He117 est ultérieurement mise au point (voir ci-après) et en septembre 1948, il ne reste plus qu’une unité équipée en l’occurence, le 19. Marine Kampf Staffel stationné à Rugen.

Les Heinkel He-115 déployés en mer Baltique organisent à partir du 1er septembre 1948 des patrouilles de surveillance pour anticiper une éventuelle action de la Flotte Rouge, la flotte soviétique de la mer Baltique stationnée notamment à Kronstadt près de Leningrad.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-115

Type : hydravion triplace bimoteur de bombardement-torpillage

Poids : à vide 5290kg en charge 10400kg

Dimensions : longueur 17.30m envergure 22.28m hauteur 6.60m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW-132K de 970ch chacun

Performances : vitesse maximale 327 km/h rayon d’action de combat 2100km plafond opérationnel 5200m

Armement : une mitrailleuse fixe MG-17 de 7.92mm, une mitrailleuse MG-15 dans un poste dorsal et une autre dans le nez; cinq bombes de 250kg ou deux bombes de 250kg et une torpille de 800kg ou une mine marine de 920kg

Heinkel He-117

Le Heinkel He-115 était un bon appareil, performant et agréable à piloter mais comme tout appareil, il vieillit et ses performances vont être rapidement inférieures aux nouveaux appareils qui arrivent notamment chez les pays ennemis.

Dès le printemps 1942, le bureau d’études de la Heinkel Flugzeugwerke travaille sur un nouvel appareil dérivé du He-115 mais plus performant, mieux armé et mieux protégé pour toujours les même missions à savoir le bombardement-torpillage (la reconnaissance maritime devant être assurée par le Blohm & Voss Bv138).

Sur le plan esthétique, les deux appareils sont semblables _monoplan aile basse, bi-flotteur_ mais le He-117 est immédiatement reconnaissable avec un avant sans décrochage.

Le poste avant accueille un navigateur-bombardier chargé de l’assaut à la bombe et à la torpille, defendant le secteur avant avec deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm. Derrière lui se trouve le pilote et un observateur-mitrailleur, le premier défendant l’avion en actionnant la pédale qui commande une mitrailleuse MG-15 pour défendre le secteur inférieur alors que le second défend l’arrière avec une mitrailleuse MG-15. L’armement est emporté sous les ailes ou en soute.

Deux prototypes sont commandés en mars 1943 mais leur réalisation est perturbée par la guerre civile qui à défaut d’ensanglanter l’Allemagne perturbe les livraisons et la fourniture des équipements nécessaires à la production d’armes.

Finalement, le Heinkel He117 V1 effectue son premier vol le 8 janvier 1944 et le Heinkel He117V2 décolle pour la première fois le 14 mai 1944 mais ce dernier s’écrase dès le 20 mai, tuant son équipage.

Le projet est retardé encore et la commande de série n’est passé qu’en mars 1945, les quarante-huit appareils de série commandés étant livrés entre septembre 1945 et juin 1946 pour équiper les unités suivantes :

OWG-Kustenflieggergruppe

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117.

NWG-Kustenflieggergruppe

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Wilhelhmshaven avec pour équipement seize Heinkel He-117.

Ces appareils sont toujours en service en septembre 1948. Les appareils déployés en mer Baltique vont couvrir les côtes, les ports contre une possible attaque soviétique ou occidentale alors que ceux en mer du Nord vont réaliser des missions de mouillage de mines et vont couvrir les convois de l’opération Weserübung.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-115

Type : hydravion triplace bimoteur de bombardement-torpillage

Poids : à vide 5400kg en charge 10800kg

Dimensions : longueur 17.50m envergure 22.40m hauteur 6.60m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW-138 de 1300ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h rayon d’action de combat 2200km plafond opérationnel 6000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm à l’avant, une mitrailleuse en poste arrière supérieur et une mitrailleuse en poste arrière inférieur, tous du modèle MG-15. Deux canons de 20mm MG-151 et deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm dans les ailes. 1500 kg de bombes ou deux torpilles de 533kg ou deux mines marines de 800kg

Dornier Do18

Dornier Do18

Dornier Do18

-Avant que l’avion ne triomphe définitivement après le second conflit mondial, l’hydravion fût considéré comme un vecteur valable pour traverser les océans. Cela explique le dévellopement aussi important d’hydravions civils et d’hydravions militaires.

-En 1934, la firme Dornier Flugzeugwerke décide de dévelloper un successeur à son Dornier Do J Wal (baleine) pour une utilisation civile comme militaire. Cette hydravion mis en service dans les années vingt avait connu un grand succès et participé à plusieurs records dont la traversée de l’Altantique menée par Ramon Franco.

L’architecture du successeur baptisé Dornier Do18 est identique à savoir un hydravion à coque à aile baisse avec deux stabilisateurs latéraux, les moteurs étant installés dans une nacelle unique, l’un entrainant une hélice propulsive et l’autre une hélice tractive.

Le premier prototype effectue son premier vol le 15 mars 1935 mais est perdu le 2 novembre en mer Baltique. Trois autres prototypes vont suivre, deux en version militaire et un en version civile. Si la version militaire fût produite en grand nombre, la version civile se limita à cinq exemplaires (en incluant le prototype) pour la Lufthansa, la compagnie aérienne allemande.

Bien que n’ayant volé qu’en 1935, l’appareil était déjà obsolète quand éclate la guerre de Pologne mais il équipe encore de nombreuses unités :

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

Ces unités vont mener durant la guerre de Pologne des patrouilles de surveillance et de lutte anti-sous-marine en mer du Nord comme en Baltique mais n’auront pas à s’employer. Un Do18 est abattu le 26 septembre quand trois hydravions sont surpris par neuf Blackburn Skua du porte-avions HMS Ark Royal mais il peut effectuer un amerissage d’urgence avant d’être détruit par le destroyer HMS Somali.

Le Dornier Do18 va être retiré du service en 1941, remplacé par des Blohm & Voss Bv138, cet appareil trimoteur ayant triomphé d’un autre trimoteur, le Dornier Do24 qui connu un succès à l’export ayant été mis au point à l’origine pour les Pays-Bas (qui le produisit sous licence) avant qu’il ne soit exporter en Norvège, en Suède, en Finlande et en Argentine.

La majorité des Do18 sont feraillés mais certains sont conservés pour le sauvetage en mer des pilotes abattus (sans armement, blanc avec de larges croix rouges) et pour l’entrainement.

Caracteristiques Techniques du Dornier Do 18D-1

Type : hydravion multiplace de reconnaissance maritime

Poids : à vide 6680kg maximal au décollage 8500kg (jusqu’à 10000kg possible pour le catapultage)

Dimensions : longueur 19.23m envergure 23.70m hauteur 5.32m

Motorisation : deux moteurs Junkers 205C de 605ch chacun

Performances : vitesse maximale 250 km/h au niveau de la mer, vitesse de croisière 190 km/h distance franchissable 3500km plafond opérationnel 4350m

Armement : deux mitrailleuses MG-15 de 7.92mm, l’une à l’avant et l’autre à l’arrière en position dorsale deux bombes de 50kg

Blohm & Voss Bv138 Seedrache

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

L’hydravion trimoteur Blohm & Voss Bv138 Seedrache est issu d’une demande pour un hydravion trimoteur à long rayon d’action.

Destiné à remplacer le Dornier Do18 obsolète, le Blohm & Voss Bv138 va affronter un autre hydravion trimoteur le Dornier Do24.

Le Do24 _qui connaitra un fort succès à l’export_ est d’une configuration classique à savoir un hydravion à coque, une aile haute avec trois moteurs alors que le Bv138 se singularise par une architecture hétérodoxe à savoir un fuselage bipoutre.

Le premier prototype effectue son premier vol le 15 juillet 1937 mais la mise au point est lente en raison de multiples problèmes au point que son abandon est même envisagé au profit du Dornier Do24 de configuration plus orthodoxe. Finalement après une mise au point fort longue, l’hydravion est mis en service à l’automne 1940 pour remplacer plusieurs modèles d’hydravions.

En compagnie du Heinkel He115 de bombardement-torpillage, le Blohm & Voss Bv138 va former la colonne vertébrale de l’hydraviation allemande, le second éclairant le premier.

Quand éclate le second conflit mondial, le Blohm & Voss Bv138 équipe les unités suivantes :

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Wesermunde avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

96 Blohm & Voss Bv138 sont en service le 5 septembre 1938 auxquels s’ajoutent vingt-quatre appareils stockés, la production s’étant poursuivit à cadence réduite après la livraison des appareils destinés à équiper les escadrilles d’éclairage naval.

A noter qu’à l’époque, une version améliorée baptisée Bv140 était en cours de mise au point. L’aspect extérieur était identique mais l’appareil était plus rapide, mieux armé et devait recevoir un radar aéroporté. Les deux prototypes ne vont voler qu’en octobre 1948.

Caracteristiques Techniques du Blohm & Voss Bv138

Type : hydravion multiplace de reconnaissance maritime

Poids : à vide 11770kg en charge 14500kg maximal au décollage 14500kg

Dimensions : longueur 19.85m envergure 26.94m hauteur 5.90m

Motorisation : trois moteurs Junkers Jumo 205D de 868ch chacun

Performances : vitesse maximale 285 km/h à 6000m vitesse de croisière 200 km/h distance franchissable 4300km plafond opérationnel 5000m

Armement : deux canons de 20mm MG-151 (un dans la tourelle de nez et un à l’arrière), une mitrailleuse de 13mm MG-131 couvrant le secteur inférieur arrière et parfois jusqu’à 3 mitrailleuses de 7.92mm MG-15. Soute pour 500kg de bombes. Une torpille peut être embarqué sous chaque aile en cas de besoin

Equipage : six hommes (pilote, navigateur, un opérateur radio, trois mitrailleur et jusqu’à 10 passagers)

Blohm & Voss Bv222 Wiking

Blohm & Voss Bv222 Wiking

Blohm & Voss Bv222 Wiking

Comme nous l’avons vu à propose du Dornier Do18, l’aviation commerciale dans les années trente reposait davantage sur les hydravions que sur les avions dont aucun n’était capable à l’époque de franchir l’Atlantique d’une traite.

D’où le recours aux hydravions pour le transport de passagers. En 1936, la Lufthansa, la compagnie aérienne nationale allemande lança un programme pour un hydravion à long rayon d’action. La firme blohm & Voss travailla sur un imposant hydravion hexamoteur baptisé Bv222.

Trois prototypes furent construits à partir de janvier 1938, le Bv222 V1 effectuant son premier vol le 7 septembre 1940. Les essais le montrèrent capable de transporter 92 passagers ou 72 blessés.

Ces trois appareils entrèrent en service dans la Lufthansa effectuant des rotations entre l’Allemagne et les Etats-Unis avec une escale en Islande ou en Irlande.

Cet appareil intéresse la Kriegsmarine qui envisage l’acquisition d’un hydravion de reconnaissance à très long rayon d’action mais également d’un hydravion de transport, la marine allemande envisageant de ravitailler les sous-marins par hydravion ou inversement.

Blohm & Voss travaille sur une version militarisée à partir de l’automne 1942. Deux prototypes sont construits, le premier est livrés en septembre 1943 et le second en juin 1944, les deux appareils ralliant Memel pour être mis à l’abri d’un coup de main lors de la guerre civile qui perturbe l’Allemagne à défaut de l’ensanglanter.

Les essais ont lieu entre septembre 1944 et juin 1945. Ils sont satisfaisants mais il faut attendre le printemps 1946 pour qu’une commande de six appareils soit passée, quatre en version patrouille maritime (BV222M) et deux en version transport (Bv222L). Ces appareils sont livrés entre mars 1947 et juin 1948.

Ils sont regroupés au sein du Kriegsmarine Kampfgruppe (KKG), une unité placée sous le commandement direct de l’amiral Raeder, le commandant de la marine allemande. Ces appareils ne sont pas engagés dans l’opération Weserübung mais restent en Baltique en attendant l’évolution du conflit.

Caracteristiques Techniques du Blohm & Voss Bv222 Wiking

Type : hydravion hexamoteur de reconnaissance maritime et de transport

Poids : à vide 30650kg en charge 45990kg maximal au décollage 45990kg

Dimensions : longueur 37m envergure 46m hauteur 10.9m

Motorisation : six moteurs en ligne Junkers Jumo 207C-6 de 999ch chacun

Performances : vitesse maximale 330 km/h au niveau de la mer (390 km/h à 5000m) vitesse de croisière 300km/h au niveau de la mer (344 km/h à 5500m) distance franchissable 6100km Endurance 28h à 245 km/h au niveau de la mer Plafond opérationnel 7300m

Armement : trois canons de 20mm MG-151 (un en tourelle avant et deux dans les tourelles ailes) et cinq mitrailleuses de 13mm (une dans le nez et quatre latérales)

Equipage : onze à quatorze hommes et 92 passagers/hommes de troupes ou 10 tonnes de fret

Allemagne (31) Aéronavale (3)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (2) : Mer du Nord

-Mer Baltique quasi-sanctuaire pour la Kriegsmarine à la différence de la mer du Nord qui est une zone disputée entre l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France avec le soutien anecdotique des Pays-Bas et de la Belgique.

-Menaces sous-marines et aériennes importantes ce qui explique entre-autre la présence d’unités de chasse qui permet une défense minimale, la défense aérienne étant davantage du ressort de la Luftwafe que de l’aéronavale.

Les forces du KFK déployées sur les côtes de la mer du Nord dépendent d’un commandement appelé Marineflieger NordSee Kommando (MNK) installé sur la base aéronavale aménagée à Hambourg.

Si il ne dispose que d’un groupe aérien embarqué, le Tragergruppe 188 embarqué sur le KMS Peter Strasser, le MNK dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader ainsi que d’un groupement d’hydraviation avec des hydravions destinés à des missions côtières et des hydravions destinés aux croiseurs et navires de lignes stationnés dans les bases navales de la mer du Nord.

Tragergruppe 188

Le TRG 188 est le seul groupe aérien embarqué stationné sur les côtes de la mer du Nord. Quand il n’est pas embarqué à bord du KMS Peter Strasser, le sister-ship du KMS Graf Zeppelin, il est basé à Hambourg dans une nouvelle base aéronavale aménagée dans ce but.

Sa composition issue des premiers essais menés par le Tragergruppe 186 à permis de faire évoluer la structure prévue, la structure du Tragergruppe 188 étant par la suite appliquée au TRG 186.

Quand le second conflit mondial éclate, le TRG 188 est organisé ainsi :

-13.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-15.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-16.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-14.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju87C

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Peter Strasser. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

L’aviation basée à terre

Comme nous l’avons vu plus haut, le Marineflieger NordSee Kommando dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader pour attaquer la navigation ennemie en mer du Nord, pour éclairer et appuyer la flotte, pour défendre les côtes.

Le 2. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Nordenay en Frise Orientale. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Une unité de reconnaissance et d’observation maritime équipée de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 ), unité baptisée 4. KFK-Aufklärungsgruppe, ce groupe disposant de trois staffel de neuf appareils .

Junkers Ju-188

Junkers Ju-188

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 6. et 8. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Plan trois vues d'un Me-109F-2

Plan trois vues d’un Me-109F-2

-Une unité de chasse, le 10. KFK-Jagdgruppe composé de trois staffel de neuf Messerchmit Me-109F. Ces appareils sont identiques aux Friedrich de la Luftwafe et ne peuvent donc embarquer sur les porte-avions de la Kriegsmarine.
Le 2. KFK-Geschwader dispose de dix-sept staffel et d’un total de 126 appareils.

Au déclenchement du second conflit, le 10 KFK-Jagdgruppe rejoint l’île d’Heligoland pour en renforcer la défense aérienne contre de probables raids aériens britanniques. Deux staffel fournis par les 6. et 8. Kampfgruppe se joignent à ce déploiement avancé.

Le 4. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Hambourg et dispose des unités suivantes :

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, unités baptisées 10. et 12. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 11. et 13. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 4. KFK-Geschwader dispose donc de quatre gruppe et de quatorze staffel ainsi que de 150 appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné sur l’île de Sylt sur la base aéronavale de List. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 14. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, unités baptisées 15. et 17. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de trente-six Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 16. et 18. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de trois staffel à douze appareils

-Une unité de mouillage de mines rapides, le 19. SchnellMinenKampf Gruppe équipé de seize Junkers Ju-290M, ces appareils répartis en deux staffel de huit appareils peuvent également être utilisés pour la patrouille maritime.

-Une unité de chasse, le 20. KFK-Jagdgruppe disposant de vingt-quatre Messerchmit Me-109G répartis en trois staffel de neuf appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader dispose au total de sept gruppe, vingt staffel et 190 appareils.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine NordSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Mer du Nord ou NordSee Wasserflugzeug Geschwader (NWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Arado Ar196

Arado Ar196

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) stationné à Wesermunde dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Pour le cas des navires disposant de quatre hydravions, dans la pratique seuls deux sont embarqués, les deux autres restant à terre.

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar 198 chacun

-Les cuirassés Bismarck et Tirpitz stationnés à Wesermunde disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les cuirassés Hidenburg et Friedrich der Gross stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les cuirassés Von der Tann et Derfflinger stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les croiseurs de bataille Bayern et Saschsen stationnés à Wesermunde disposent de quatre Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs lourds Admiral Graf Spee et Tegetthoff sont stationnés à Wilhelmshaven et disposent de trois Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs lourds Amiral Reuter et Alexander von Humbolt stationnés à Wesermunde disposent de trois Arado Ar196 chacun

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose au total de 32 Arado Ar198 et de 20 Arado Ar196 soit un total de 52 hydravions.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer du Nord en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59
-1. (M)KuFlGr 306 stationnée à Nordenay avec pour équipement des Heinkel He60

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-1. (M)/KüFiGr 706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He60

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le NWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Wilhelhmshaven avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Wesermunde avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

Le Kustenfliegergruppe dispose au total de six staffel et de 80 hydravions

***

Chaque Kommando du Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’un Marine Transport Staffel de douze appareils équipés de Junkers Ju-52 ainsi que d’un groupe d’entrainement, des Marine Schule Staffel qui disposent chacun de huit Bücker Bu181 et de quatre Bücker Bu183.

Suite à des problèmes de navalisation de jeunes pilotes passant de l’avion d’entrainement à l’hydravion opérationnel, deux Marine Schule Staffel supplémentaires équipés d’hydravions sont créés, un par commandement régional, chaque MSS (Wasserflugzeug) disposant de douze hydravions, des Heinkel He59, des Heinkel He60 et des Dornier Do18

Les hydravions géants Blohm & Voss Bv222 Wiking sont regroupés au sein du Kriegsmarine Kampfgruppe (KKF). Ces appareils ne sont pas engagés dans l’opération Weserübung mais restent en Baltique en attendant l’évolution du conflit.

Au total en septembre 1948, la marine allemande dispose de 1170 avions et hydravions, 478 en Baltique et 692 en mer du Nord.

Allemagne (30) Aéronavale (2)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (KFK) (1) : Baltique

Groupes aériens embarqués (Tragergruppe)

-Trois groupes aériens embarqués dépendent du commandement aérien ayant autorité sur la Baltique.

-Le Tragergruppe 186 est embarqué sur le KMS Graf Zeppelin ou quand le porte-avions est à quai est basé à Kiel-Holteneau. Quand le conflit éclate, le groupe aérien est composé de la façon suivante :

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T.

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T

Focke-Wulf Fw-190A0

Focke-Wulf Fw-190A0

-Le Focke-Wulf Fw195 n’est autre que la version embarquée du Fw-190, donnant à l’aéronavale allemande un chasseur remarquable, supérieur au D-790 et équivalent au MB-159M.

Fieseler Fi167 en vol

Fieseler Fi167 en vol

-2.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage. Cet appareil était un petit biplan dérivé du monoplan ADAC Fieseler Fi156 Storch.

Essai de catapultage pour le "MarineStuka"

Essai de catapultage pour le « MarineStuka »

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju-87C, version embarquée du Stuka.

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Graf Zeppelin. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann.

-Le Tragergruppe 187 est stationné à Dievenow en Poméranie. C’est le groupe aérien du porte-avions léger KMS Lutzen stationné à Kiel. Il se compose des unités suivantes :

-1.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-3.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me 109T

-7.St/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement six Junkers Ju-87C

-8.St/TRg 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement huit Fieseler Fi169, un triplace comparable au Laté 299 français. Le Fi169 doit remplacer le Fi167 qui n’à pas donné vraiment satisfaction, un appareil honnête dirions nous.

Comme le Tragergruppe 186, le TRG 187 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

-Le Tragergruppe 189 : En compagnie du Tragergruppe 187, ce groupe aérien embarqué en temps normal sur le porte-avions léger Bautzen est stationné à Dievenow en Poméranie

-9.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-10.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-11.St/TRG 189 avec pour équipement six Junkers Ju87C

-12. St/TRG 189 avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 187, le TRG 189 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

L’aviation basée à terre

Si au niveau des groupes aériens embarqués, le MOSK (Marineflieger OstSee Kommando) est le dominant, la situation est inverse pour l’aviation basée à terre.

Composée de quatre Geschwader (escadres), cette aviation basée à terre dépend jusqu’en septembre 1945 de la Luftwafe, suite à un compromis laborieux passé entre la marine et Goering qui pressentant un futur affrontement avec Borman et le duo Heydrich/Himmler avait besoin de se ménager des appuis.

Trois Marineflieger Geschwader (MFG) sont stationnés sur les côtes de la mer du Nord et un seulement sur les côtes de la mer Baltique.

La raison est simple : la menace principale vient d’Angleterre et de France et les opérations allemandes sont planifiées vers l’ouest, une attaque de l’URSS ne devant survenir que plus tard après la neutralisation de Londres et de Paris ou la signature d’un gentleman ‘s agreement.

Ces escadres d’action aéromaritime sont composées de Gruppe et de Stafel, des unités de reconnaissance maritime, de bombardement et de torpillage.

Comme pour leurs homologues de l’Aviation Navale et du Coastal Command, les MFG ont pour mission d’éclairer la flotte à longue distance, de lutter contre les sous-marins ennemis et d’attaquer les navires militaires et de commerce ennemi à la bombe, à la torpille et à la roquette air-sol.

Le 1. Marineflieger Geschwader (puis KriegsmarineFliegerKorps-Geschwader ou KFK-Geschwader) est stationné sur la base aéronavale de Dantzig, une base aménagée entre 1941 et 1943. Cette unité dispose des unités suivantes :

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 (radar aéroporté, moteurs plus puissants, armement défensif renforcé), unités baptisées 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 7. et 9. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 1. KFK-Geschwader dispose donc de cinq gruppe et dix-sept staffel ainsi que de 174 appareils.

La base aéronavale de Dantzig se révélant saturée, une partie des moyens sont déployés à Rugen (7. KFK-Kampfgruppe) et à Memel (5. KFK-Aufklärungsgruppe), les autres unités restant à Dantzig.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine OstSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Baltique ou OstSee Wasserflugzeug Geschwader (OWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Dievenow en Poméranie et dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Le OWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Cuirassés Ludendorff et Kaiser Wilhelm II stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar 198 chacun

-Croiseurs de bataille Oldenburg et Nassau : stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds (ex-cuirassés) Lutzow et Admiral Scheer stationnés à Swinenmunde et disposant chacun de deux Arado Ar196

-Croiseurs lourds Admiral Hipper et Blücher stationnés à Kiel disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds Prinz Eugen et Seydlitz stationnés à Gotenhafen disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Leipzig et Nurmberg stationnés à Kiel avec deux Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Berlin et Frankfurt am Main stationnés à Gotenhafen dispose chacun de deux Ar196 chacun.

-Les croiseurs légers Dresden et Magdeburg stationnés à Rugen dispose de deux Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Emden et Bremen stationnés à Kiel dispose de deux Ar196 chacun

La flotte d’hydravions embarqués se composent de quarante-huit appareils, quarante Arado Ar196 et huit Arado Ar198. A noter que les hydravions embarqués sur les croiseurs légers Dresden et Magdeburg sont détachés à Rugen auprès de leurs navires porteurs.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer Baltique en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie et équipé d’Heinkel He60

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

Pour désengorger la base de Dievenow, deux nouvelles hydrobases sont aménagées, une sur l’île de Rugen et une deuxième à Memel, une ville libre annexée par la Lituanie puis par l’Allemagne.

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le OWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes :

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

-19. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-115.

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

L’OWG-Kustenflieggergruppe dispose au total de quatre-vingt hydravions chargés en temps de guerre de surveiller la Baltique, d’éclairer la flotte, d’attaquer la flotte ennemie, de mener des missions de mouillage de mines.

Allemagne (29) Aéronavale (1)

AERONAVALE

Avant-Propos

-Durant le premier conflit mondial, la Kaiserliche Marine à utilisé des avions, des hydravions et des dirigeables pour éclairer la flotte, les avions et les hydravions disposant de bâtiments base, des navires auxiliaires et non de véritables navires de combat mis à part le croiseur léger Stuttgart capable de filer à 24 noeuds et donc de suivre cuirassés et croiseurs de bataille.
-Le traité de Versailles interdit à la marine allemande de posséder des avions et des hydravions même si cette interdiction comme les autres fût rapidement contournée.
-L’arrivée au pouvoir des nazis aurait du permettre à l’aéronavale allemande d’atteindre un niveau correct, comparable à notre Aviation navale et à la Fleet Air Arm (FAA) britannique.

Hélas, elle se heurta à plusieurs problèmes dont un de taille, le Gros Hermann Goering, le chef de la Luftwafe (entre autres titres) qui considère que «tout ce qui vole m’appartient» et s’oppose avec la dernière énergie à la constitution d’une aéronavale autonome.

Résultat, la Marineflieger ne dispose en septembre 1939 que de quelques hydravions de reconnaissance, de patrouille maritime au sein d’unités isolées.

La perspective de la construction des porte-avions permet aux aviateurs de la marine allemande d’espérer un changement de situation même si les groupes aériens devaient dépendre de la Luftwafe.

La guerre civile est une heureuse surprise pour la Marineflieger rebaptisée Kriegsmarine FliegerKorps (KFK) en 1944.

-Herman Goering est éliminé et la Luftwafe doit faire profil bas. La marine ayant choisit dès l’origine le «bon camp», elle bénéficie de nombreuses largesses et l’amiral Raeder ne se prive pas de récupérer toute autorité sur l’aviation amenée à opérer en mer à savoir les unités d’hydraviation, d’aviation basée à terre ainsi que des quatre groupes embarqués (Tragergruppe).

-Si l’hydraviation et les groupes embarqués lui appartenait en propre depuis septembre 1942, l’aviation basée à terre dépendait encore de la Luftwafe, situation qui perdura jusqu’en septembre 1945 quand le KFK regroupe tous les avions et hydravions.

En septembre 1948, le KFK dispose de quatre groupes embarqués, de quatre Geschwader basés à terre composés d’avions de patrouille maritime/assaut aéromaritime et de deux groupes d’hydraviation (un pour la Baltique et un pour la mer du Nord). On trouve également quelques unités expérimentales d’autogyres, d’essais et d’expérimentation.

Organisation du Kriegsmarine FliegerKorps (KFK)

Introduction

-En septembre 1939, la Kriegsmarine dispose d’un petit commandement appelé Marineflieger qui regroupe sous l’autorité du Führer der Seelufstreitkräfte (commandant des forces aériennes à la mer) des unités isolées, des hydravions et quelques avions en l’occurence ceux du Tragergruppe 186 appelé à servir à bord du Graf Zeppelin.

Représentation du porte-avions Graf Zeppelin à la mer

Représentation du porte-avions Graf Zeppelin à la mer

-Les unités existantes en septembre 1939 se sont toutes transformées en neuf ans. A l’exception des staffel du Tragergruppe 186 encore existant, toutes ont été démantelées pour former de nouvelles unités en prelevant le personnel compétant (pilotes, administratif et rampants)

-Neuf ans plus tard en septembre 1948, la situation s’est donc radicalement transformée. Non seulement la marine à toute autorité sur son aviation (autorité administrative et opérationelle) mais le KFK _nouveau nom du Marineflieger_ est nettement plus musclé que son devancier avec quatre groupes aériens embarqués (contre cinq pour la France mais seulement deux peuvent être déployés en mer du Nord), quatre escadres (Geschwader) destinés à l’action aéromaritime depuis la terre et deux groupes d’hydraviation regroupant les hydravions embarqués et basés à terre.

Situation en septembre 1939 et évolution

Quand éclate la guerre de Pologne, le Marineflieger dispose des unités suivantes :

!heinkel He115B

!heinkel He115B

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59

-1. (M)KuFlGr 306 stationnée à Nordenay avec pour équipement des Heinkel He60

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-1. (M)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie et équipé d’Heinkel He60

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

Dornier Do18

Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-1. (M)/KüFiGr 706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He60

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59
-1/Bordfliegergruppe 196 stationné à Wilhelhmshaven dispose des hydravions Heinkel He60, des Heinkel He114 remplacés rapidement par des Arado Ar196. Les hydravions de cette unité sont destinés à embarquer sur les Panzerschiffe

-5/Bordfliegergruppe 196 stationné à Kiel-Holteneau dispose d’hydravions Heinkel He60 et de Heinkel He114

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) stationné à Kiel-Holteneau avec pour équipement des Heinkel He60 et des Junkers Ju87

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) stationné à Kiel-Holteneau avec pour équipement des Bf109C et T

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) stationné à Kiel-Holteneau avec pour équipement des Bf109C et T

La réorganisation de septembre 1942 voit la création d’un véritable état-major de l’aéronavale stationné à Wilhelhmshaven appelé OberKommando der Marineflieger OKMf devenu ultérieurement OberKommando der KFK. Il à autorité sur deux commandements régionaux, le premier couvrant la Baltique et le second la mer du Nord.

Chaque commandement à sous son autorité des escadres (Geschwader) regroupant elles mêmes des groupes (Gruppe) formés d’escadrilles (Staffel)

Ces escadres sont soit des entités spécialisées ou à multi-spécialités comme les Tragergruppe, les groupes aériens embarqués des quatre porte-avions que possède la Kriegsmarine en septembre 1948.