Japon (11) Marine Impériale (4)

Destroyers

Une légende biblique prétend qu’un jour le berger David tua d’une pierre lancée par sa fronde le géant Goliath qui s’effondra après avoir été touché au front. Si sur terre, le plus petit, le plus faible pouvait parfois espérer battre le plus fort, en mer c’était bien moins évident. Difficile pour un brick de détruire un «74 canons».

Lire la suite

Publicités

Etats Unis (64) Navires légers (3)

Patrouilleurs et Patrouilleurs-Escorteurs

Avant-propos

Durant la période séparant la première guerre mondiale de la guerre de Pologne, les navires dédiées à l’escorte sont largement négligés. Les raisons sont multiples : budgets limités, manque d’intérêt des amiraux, oubli des leçons du conflit.

Lire la suite

Allemagne (25) Navires légers (3)

Les Autres navires légers 
-Comme les autres navires, la Kriegsmarine dispose de chalutiers armés pour sécuriser ses côtes, les conflits futurs étant imaginés comme ayant les eaux littorales infestées de sous-marins.

D’où le besoin de nombreux patrouilleurs et navires d’escorte. Il n’y à pas besoin de navires sophistiqués, un navire endurant et bien armé est suffisant pour chasser les submersibles ennemis de ces eaux.
A l’imitation de la France et de la Grande-Bretagne, l’Allemagne et sa marine de guerre va utiliser des chalutiers armés réquisitionnés et qui vont servir de patrouilleur mais également de dragueur auxiliaire (Hilfsminensuchboote).
En septembre 1939, la Kriegsmarine dispose d’une flottille de chalutiers armés, la 1. Vorsposten-Flottille stationnée à Wilhelhmshaven avec douze navires de 496 tonnes incorporés entre 1935 et 1937 (Beowulf Frithjof Freyr Hagen Heimdal Hildenbrand Hugin Munin Odin Sigfrid Volker Wotan).
Sur ces douze navires, deux sont perdus entre septembre 1939 et septembre 1948. le premier le Beowulf est détruit par un échouage sur une roche mal cartographiée à l’entrée du port de Brême le 4 mars 1945 et le second, l’Odin est détruit par un incendie d’origine indéterminée le 14 mars 1948.
Il reste donc dix navires en service mais les Frithjof Hagen Hildenbrand et Munin sont désarmés en octobre 1948 en raison d’une usure prononcée et de la nécessité d’armer de nouveaux navires.
Les autres servent de piquet de surveillance au large de Wilhelmshaven et d’autres ports de la mer du Nord.
Au moment de la guerre de Pologne, une deuxième Vorsposten-Flottille est créée avec huit chalutiers réquisitionnés, les Vp.201 Gebr-Kähler Vp.202 Herm-Bösch Vp.203 Carl-Röver VP.204 Zietchen Vp.205 Franz-Westermann Vp.206 Ottö Bröhan Vp.207 Heinrich Bühren Vp.208 Walther Darre.
Cette flottille déployée en Baltique va mener ses missions jusqu’en septembre 1941 quand les chalutiers sont rendus à leur propriétaire et la flottille dissoute.
Entre octobre et décembre 1939, quatre autres Vorsposten-Flottille sont créées elles aussi avec des chalutiers réquisitionnés, les 3. et 4. Vorsposten-Flottille sont stationnées à Wesermünde, les 5.et 7. Vorsposten-Flottille stationnées elles à Kiel.
Ces quatre flottilles ont une existence éphémère car dès mai 1940, elles sont dissoutes et les chalutiers rendus au rôle pour lesquels ils ont été construits.
En septembre 1939, la Kriegsmarine est dans l’enfance et doit faire feu de tout bois pour mener à bien ses missions dans un état d’infériorité manifeste vis à vis des marines françaises et britanniques.
Elle utilise donc des navires légers de provenance diverses aux capacités souvent limitées :
-Garde-pêches Weser et Elbe utilisés en temps de paix pour protéger les navires de pêche et assurer la police en cas de litige. En temps de guerre, ils servent de patrouilleurs.

-Quatre dragueurs de 1918 Störtebrecker Nautilus Arkona Otto Braun et Raule utilisés comme navires de patrouille jusqu’à leur désarmement en 1941.
-La marine allemande déploie également quelques unités de guerre fluviale d’abord sur le Danube (un patrouilleur de 185 tonnes le Bechelaren, un patrouilleur de 60 tonnes le Birago plus quelques vedettes) mais également sur le Rhin pour contrer les canonnières fluviales françaises basées à Strasbourg.
Cette Rhein Flottilla dispose de quatre patrouilleurs de 150 tonnes armés d’un canon de 88mm, d’un mortier de 81mm, de six canons de 20mm antiaériens et de mitrailleuses ainsi que de vedettes à l’armement symbolique (une mitrailleuse de 7.92mm).

14-Navires légers (24)

G-Chalutiers armés classe L’Algéroise

La classe Bouvines

Surpris comme les britanniques par le sous-marin, la France va faire feu de tout bois pour tenter de mettre fin à l’hémorragie provoquée par les U-Boot de la Kaiserliche Marine.

Après avoir testé les bateaux-pièges et les corridors protégés par des champs de mines, les alliés ont vite compris que pour protéger les cargos et les pétroliers, le convoi escorté était la meilleur arme.

Qui dit convoi dit escorteurs. Les chantiers et les arsenaux français étant vites saturés (en partie à cause du fait qu’ils devaient produire munitions et véhicules pour l’armée de terre), décision est prise de commander 38 patrouilleurs aux Etats Unis.

Ces navires commandés à la Foundation Company de Savannah vont ainsi porté le nom de batailles pour certaines célèbres et d’autres plus confidentielles : Bouvines, Austerlitz, Fleurus, Jemmapes, Lodi, Magenta, Marengo, Valmy, Alma, Arcole, Auerstaedt, Bassano, Castiglione, Dego, Denain, Eckmühl, Essling, Hohenlinden, Hondschoote, Isly, Lens, Les Dunes, Les Pyramides, Lonato, Marignan, Minciao, Mondovi, Montebello, Montenotte, Poitiers, Rocroi, Sambre-et-Meuse, Solferino, Steinkerque, Tagliamento, Tilsitt, Wattignies et Zurich.

Cette commande ayant nécessité la construction d’un nouveau chantier, seulement huit navires sont livrés après l’armistice de 1918. La marine nationale n’ayant pas de rôle à attribué à ces navires, ils sont revendus à des armements de pêche. Les autres navires furent terminés en 1919 et achetés aux Etats Unis.

Le 19 février 1940, décision est prise d’acheter six de ses ex-patrouilleurs français, ces patrouilleurs sont baptisés L’Algéroise L’Oranaise La Sablaise La Quimperoise La Servannaise  et La Cherbourgeoise.

L’Algéroise

Ce patrouilleur à été construit sous le nom de Valmy et achevé en février 1919. Revendu à East Coast Fisheries Co. Inc de Rockland (Maine), il est rebaptisé Coot, conservant ce nom mais changeant deux fois d’armateur.

Acheté par la marine nationale, il est rebaptisé L’Algéroise (P-54) et mis en service le 11 juin 1940 à Lorient. Il est affecté à Cherbourg qu’il rallie le 15 juin 1940, servant de patrouilleur ASM voir si nécessaire d’escorteur en Manche en compagnie de son sister-ship L’Oranaise.

L’Algéroise est mis en position de complément le 15 mars 1942, désarmé officiellement le 5 avril 1942 puis vendu à la démolition en septembre 1942 et démantelé à Dieppe.

La Cherbourgeoise

Ce patrouilleur à été construit sous le nom de Lonato pour la marine nationale mais livré en août 1919 à une époque où la France n’ayant pas l’usage le revend à East Coast Fisheries Co. Inc de Rockland (Maine), changeant deux fois d’armateur.

Racheté par la marine nationale, il est rebaptisé La Cherbourgeoise (P-55) et armé à Saint Nazaire aux Forges et Chantiers de l’Ouest.

Recevant son armement à Lorient, il connait d’importants problèmes mécaniques à tel point qu’on envisage de le désarmer mais le besoin en patrouilleurs est tel qu’il est finalement remis en état et mis en service en octobre 1940.

Affecté en Méditerranée et basé à Toulon, il quitte Lorient le 17 octobre 1940, fait escale à Casablanca du 21 au 23 octobre avant de rallier Toulon le 27 octobre 1940.

Il va rester déployé à Toulon comme patrouilleur et escorteur (et plus secondairement navire-école) jusqu’à sa mise en position de complément le 15 janvier 1943. Désarmé officiellement le 6 février 1943, il est coulé comme cible par l’aéronavale le 17 septembre 1943.

L’Oranaise

Ce patrouilleur à été construit pour la marine nationale sous le nom de Poitiers et livré en août 1919 mais immédiatement revenud à un armateur de pêche américains sous le nom de Brant.

Acheté par la France en février 1940, il est mis en service sous le nom de L’Oranaise (P-56) en mai 1940 et affecté à Cherbourg en compagnie de L’Algeroise.

L’Oranaise est mis en position de complément le 5 septembre 1942 et désarmée le 21 septembre 1942 à Cherbourg. L’ancien patrouilleur est remorqué à Landevennec au DNA, sa coque étant jugé en assez bon état pour servir en cas de conflit. Néanmoins, les plusieurs mois passés dans l’Aulne ont été fatals à l’ancien patrouilleur.

Sérieusement dégradée, l’ex-L’Oranaise est finalement condamné le 14 mars 1945 puis vendue à la démolition à un chantier de Saint Malo qui procède à son démantèlement sur une plage brestoise.

La Quimperoise

Ce patrouilleur à été construit pour la marine nationale sous le nom de Hondschoote et livré en août 1919 à la France.

En 1920, il est vendu à un armateur français et rebaptisé Bois des Buttes. Il à également porté les noms de Breeze et d’Honora mais c’est sous le nom de Kennebec qu’il est acheté par la marine nationale qui le rebaptise La Quimperoise (P-57).

Admis au service actif le 12 septembre 1940, il est affecté à Brest qu’il rallie le 15 septembre. Il va servir de patrouilleur et d’escorteur en compagnie de son sister-ship La Sablaise.

Il est mis en position de complément le 5 mars 1943 et désarmé le 2 avril 1943. Remorqué à Landevennec, il est condamné le 14 septembre 1945 et vendu à la démolition le 21 septembre. Il est démantelé sur une plage de Brest par un entreprise de Lannester.

La Sablaise

Ce patrouilleur à été construit par la marine nationale sous le nom d’Austerlitz, livré en juin 1919 mais aussitôt revendu à un armateur américain, East Coast Fisheries de Rockland (Maine) où il est rebaptisé Loon, changeant deux fois d’armateur mais pas de nom.

Acheté en février 1940 par la marine nationale, il est rebaptisé La Sablaise (P-58) et mis en service le 5 juillet 1940. Il quitte Lorient le 12 juillet pour rallier Brest où il est affecté en compagnie de La Quimperoise.
La Sablaise est mise en position de complément le 7 juillet 1942 et officiellement désarmé le 12 août 1942. Il est remorqué à Landevennec et confié aux bons soins du DNA où il était toujours en septembre 1948.

La Servannaise  

Ce patrouilleur contrairement aux autres n’à pas été construit à Savannah mais à Cleveland et n’était pas l’un des navires de la commande de 1917.

Baptisé Penguin, il est utilisé à partir de novembre 1919 par East Coast Fisheries de Rockland (Maine) jusqu’en février 1940 quand il est acheté par la marine nationale qui le rebaptise La Servannaise (P-59) et le met en service le 5 août 1940.

Affecté à Toulon, il quitte Lorient le 12 août 1940, fait escale à Casablanca du 16 au 20 août avant de rallier Toulon le 25 août 1940.

Il va rester déployé à Toulon comme patrouilleur et escorteur (et plus secondairement navire-école) jusqu’à sa mise en position de complément le 5 avril 1943.

Désarmé le 15 mai 1943, il est mouillé au Bregaillon au sein de la DNM jusqu’au 7 mars 1947 quand il est coulé comme cible par l’aéronavale.

Caractéristiques Techniques des patrouilleurs de classe L’Algéroise

Déplacement : 738 tonnes

Dimensions : longueur 42.50m largeur 7.50m tirant d’eau 4.30m

Propulsion : un moteur alternatif et une chaudière de 550ch entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 9.5 noeuds

Electronique : un Asdic

Armement : deux canons de 100mm modèle 1917, quatre mitrailleuses de 13.2mm et des grenades ASM