18-Bases et arsenaux (1)

18°) BASES & ARSENAUX

Avant-propos

Complexe Naval de Cam-Ranh, la base française la plus moderne en 1948 mais également la plus menacée

Complexe Naval de Cam-Ranh, la base française la plus moderne en 1948 mais également la plus menacée

Le grand théoricien américain Alfred Mahan disait «une marine sans ailes _c’est à dire sans bases_ appartient au passé». De fait l’apparition de la propulsion vapeur à rendu les marines encore plus dépendantes de leur bases que du temps de la marine à voile.

La France l’à bien compris et va effectuer un effort important au cours de la décennie quarante, effort qui il est vrai ne fait que rattraper vingt années de négligence, négligence liée plus à un manque de moyens financiers qu’à une réelle de volonté de faire n’importe quoi.

Il s’agit d’augmenter le rayonnement de la marine à travers le monde, d’assurer la défense de l’Empire et de montrer le pavillon sur tous les océans du globe. Plus prosaïquement, il s’agit de permettre à n’importe quel navire de la Royale de pouvoir opérer à distance raisonnable d’une base bien équipée pour le ravitailler et le réparer.

Les bases historiques subissent des travaux plus ou moins importants en fonction de leur été à l’orée de la décennie quarante mais d’autres bases qui n’existaient pas ou peu voient le jour notamment Mers-El-Kébir en Algérie ou Cam-Ranh en Indochine.

Qui dit bases dit défense côtière. Cette dernière qui avait été également négligée durant pratiquement vingt ans sauf à de rares exceptions comme Bizerte bénéficie enfin de crédits pour moderniser les batteries mais comme le dira un officier chargé de superviser les travaux «Vu l’état duquel nous sommes partie, cela revenait presque à construire de nouvelles défenses».

Le 1er mars 1941, est créé le Comité pour l’Organisation de la Défense des Côtes (CODC), une sorte de réminiscence du CORF  ou Comité pour l’Organisation des Régions Fortifiées qui avait été à l’origine de la Ligne Maginot. Il reçoit le mandat suivant :

-Inspection des fortifications présente

-Propositions pour la modernisation et la construction de nouvelles fortifications

Ce comité se réunit la première fois le 7 mars 1941, cette première réunion mettant au jour des divergences entre plusieurs membres du comité. Globalement, trois écoles apparurent.

La première réclamait une sanctuarisation du territoire national et la réalisation de Dunkerque à la frontière italienne d’une véritable «Ligne Maginot».

Le projet absolument dément aurait réclamé tellement de béton, d’acier et de main d’œuvre qu’on à du mal à croire que ses partisans étaient sérieux en défendant cette idée. Peut être fallait-il y voir une tactique habile : réclamer beaucoup pour obtenir au final moins sans avoir l’air de perdre la face.

La deuxième école tout aussi radicale estimait inutiles les fortifications côtières ce qui n’empêchait pas ses partisans de participer au comité pour empêcher tout projet de modernisation, estimant plus utile d’investir dans d’autres secteurs notamment dans l’aéronavale et la lutte anti-sous-marine.

C’est au final la troisième école qui l’emporta, à mi-chemin entre les deux précédentes, estimant nécessaires des fortifications tactiques destinées à assurer la protection rapprochée des bases navales, de certains ports, bref d’endroits sensibles et susceptibles d’être la cible de débarquement ennemis.

Douze réunions eurent lieu de mars à juin 1941 pour envisager différentes hypothèses de travail, hypothèses qui ne pouvaient qu’être vérifiées que par une inspection sur le terrain en vue de la rédaction d’un rapport d’étape.

De juillet à novembre 1941, le CODC se scinda en plusieurs équipes d’inspecteurs pour accélérer les procédures. Si la Métropole fût la principale cible de ces inspecteurs, les défenses d’Afrique du Nord, d’Afrique Noire, du Levant, de l’Océan Indien, du Pacifique et de l’Indochine furent également inspectées.

Le rapport d’étape est ainsi rendu à l’amiral Darlan et au ministre de la marine Jules Belley le 14 mars 1942 suivit d’un rapport définitif en septembre 1942.

Ce rapport de 700 pages énumérait précisément la situation des fortifications côtières et préconisait des remèdes.

L’état général est jugé lamentable. Si les places et autres forts encore sous le contrôle de la marine pourraient être rapidement remises en état et réarmées (trois à neuf mois, un an tout au plus), les places et fortins déclassés sont tout bonnement à raser : les parties béton ou pierre sont souvent sur le point de s’écrouler et les masses de métal ont fait le bonheur des ferrailleurs.

Outre un audit global, le CODC préconise des solutions pour chaque région. Sachant que les budgets bien qu’en extension ne sont pas illimités, le CODC limite largement ses ambitions en recourant largement à la récupération de matériel déclassé notamment les pièces d’artillerie issue de navires désarmés.

Sur un plan général, tous les travaux prévus ne sont pas achevés en septembre 1948 mais la marine entre dans le second conflit mondial avec des bases modernes bien outillées et capables de ravitailler à l’abri une flotte nombreuse.

A-Station Navale de Dunkerque

Schéma approximatif de la Station navale de Dunkerque

Schéma approximatif de la Station navale de Dunkerque

Verrouiller le pas de Calais et agir en mer du Nord

Si La Manche à été le théâtre de nombreuses batailles entre la Royale et la Royal Navy, les ports de la région n’ont jamais été de grands ports militaires. Cherbourg construit pour permettre à notre flotte de disposer d’un point d’appui et d’une rade protégée n’accueillit jamais la majeure partie des unités de notre marine, Brest et surtout Toulon étant les deux principales bases de la Royale.

Il y eut bien des escadres du Nord à intervalles réguliers mais après la fin du premier conflit mondial, les navires de notre marine déployés en Manche étaient peu nombreux, le gros de notre flotte étant basé à Toulon, Brest accueillant des navires anciens ou des navires de seconde main.

Soucieux de crédibiliser le soutien aux Pays Bas et à la Belgique, la marine songe très fortement à redéployé une escadre en Manche et la future Escadre Légère du Nord (ELN) (créée officiellement en mars 1942) à besoin d’un vrai point d’appui.

Il existe bien Cherbourg mais l’Arsenal est déjà fort occupé avec les constructions et l’entretien et est jugé trop éloigné du détroit du Pas de Calais pour être efficace.

Après avoir étudié les sites du Havre, de Boulogne et de Calais, la marine décide d’implanter une station navale à Dunkerque.

Par station navale, il faut entendre que cette base est dépourvue d’installations d’entretien et si le port de Dunkerque dispose de deux formes de radoub, il est prévu que les grands carénages des unités de l’ELN se fassent à Cherbourg.

La future station navale de Dunkerque est donc une base de ravitaillement, disposant de dépôts de carburant et de munitions, d’hangars stockant pièces détachées et vivres pour ravitailler les navires qui y sont basés mais également les navires de passage.

Cette base qui va disposer de solides défenses côtières va bénéficier également de la présence de la base aéronavale de Calais-Marck, base qui abrite la 1ère flottille d’aviation navale.

Description

Le site choisit se situé à l’ouest du port de commerce de Dunkerque, la station navale étant séparé par une zone tampon de 1.5km, zone tampon qui à été absorbé après guerre par la croissance d’un port reconstruit après les lourds dommages de la guerre.

Cette absorption posant d’autant moins de problèmes qu’à l’issue du conflit, la marine abandonna l’idée d’une base autre que Cherbourg sur les côtes de la Manche, les anciennes stations de l’ELN étant reconverties en port pour les passagers de lignes transmanches.

Les premiers travaux sont lancés au printemps 1941. Ils consistent en la construction de 3500m de linéaire de quai et de deux jetés de 200m fermant un plan d’eau artificiel capable d’accueillir au mouillage un groupe occasionnel composé d’un porte-avions, d’un ou deux cuirassés et de leurs torpilleurs d’escorte.

Ces deux jetés sont séparées en leur milieu par en apparence un seul accès mais en réalité cet accès est double, un plot de séparation affleurant à la surface de lot. Il sert en temps de guerre à accrocher les filets anti-sous-marins destinés à protéger cette rade.
A terre, trois réservoirs pétroliers alimentés par un oléoduc depuis le terminal pétrolier de Dunkerque alimentent directement à quai les navires. Un dépôt de munitions souterrain est également construit et des hangars abritent  des stocks de vivres et de pièces détachés.

Des ateliers pour un entretien minimal sont également construits tout comme un poste de commandement souterrain. Des logements pour les équipages et pour les navires de passage voient également le jour.

Défense côtière

Le fort de Zuydcoote en 1914

Le fort de Zuydcoote en 1914

La défense d’une telle position est soignée. Elle l’est d’autant plus que la ville de Dunkerque est appelée à servir de point d’appui fortifié en cas d’invasion de la Belgique par l’Allemagne ou d’un déploiement avancé des troupes alliées dans le «Plat pays» et nous ne parlons même pas d’une invasion du territoire national.

En septembre 1939, la défense de Dunkerque et de ses approches directes est assurée par différents forts et positions fortifiées. Dans cette catégorie, je vais parler à la fois des batteries de Dunkerque même mais également celles de Calais et de Boulogne.

A l’est de Dunkerque, nous trouvons le fort de Bray-Dunes (14km de Dunkerque) qui dispose alors de trois canons de 164mm modèle 1887. Il est assisté par deux positions de Zuydcoote situées à 9km (sémaphore) et à 6.7km (fort) qui dispose de 2 canons de 95mm pour le premier et de quatre canons de 194mm et de trois canons de 95mm pour le second.

La défense des approches de Dunkerque est assurée par des bastions plus légèrement armés avec 4 canons de 105mm pour le bastion 29/31 et deux de 95mm pour le bastion 28. quand à la batterie couvrant la jetée ouest, elle dispose de quatre canons de 75mm modèle 1897.

On trouve également des canons de 37mm destinés à empêcher la mise à terre d’une compagnie de débarquement comme du temps des «descentes» de la marine à voile.

A l’ouest, on trouve la batterie du Mardyck qui dispose de quatre canons de 194mm modèle 1902 ainsi que l’ouvrage de Petit-Fort Philippe qui dispose de quatre canons de 95mm.

Pour les travaux de modernisation, l’effort va être porté sur Zuydcoote et Mardyck, les autres ouvrages étant peu à peu déclassés, l’armement obsolète ferraillé. Cela reste néanmoins des emplacements militaires.

En direction de la mer, les forts de Zuydcoote et du Mardyck sont donc sérieusement modernisés avec de nouvelles pièces d’artillerie, une véritable DCA et des blockhaus d’infanterie.

Le fort de Zuydcoote situé à 6.7km à l’est de Dunkerque et à seulement 1.5km de l’emprise de la station navale dispose en 1940 de quatre canons de 194mm modèle 1902 sur affûts modèle 1934 et de trois canons de 95mm modèle 1888.

Si les canons de 194mm sont maintenus jusqu’en 1948, les trois canons de 95mm modèle 1888 sont remplacés par quatre canons de 90mm modèle 1926 en deux affûts doubles utilisables aussi bien pour le tir contre la mer, contre la terre et contre avions puisque montées sur un affût circulaire permettant un angle de débattement de 360° et un débattement en site de -10° à +90°.

Huit canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 sont installés dans le fort de Zuydcote en quatre affûts doubles.

La défense terrestre de Zuydcoote devient crédible avec la construction de deux blockhaus légers d’infanterie armés par une compagnie de fusiliers marins, la 1ère Compagnie de Fusiliers-Marins, chacun de ces blockhaus disposant d’une cloche d’observation, d’une cloche mitrailleuse avec deux Darne de 7.5mm et deux affûts jumelant un canon antichar de 47mm et une mitrailleuse de 7.5mm.

Le fort de Mardyck pendant occidental de Zuydcoote disposait lui en 1940 de quatre canons de 194mm modèle 1902 et de 4 canons de 95mm modèle 1888.

Les canons de 194mm sont maintenus mais leurs emplacements sont améliorés alors que comme à Zuydcotte, les canons de 95mm ont été remplacés par quatre canons de 90mm modèle 1926 en deux affûts doubles. Une véritable DCA avec huit canons de 25mm en quatre affûts doubles à également été installée.

La défense en direction de la terre est assurée par une compagnie de fusiliers marins, la 2ème CFM  qui arme en particulier deux blockhaus légers d’infanterie dont le format et l’armement est identique à ceux installés à Zuydcoote.

Les autres défenses de la place de Dunkerque ayant été déclassées en 1930, la marine fait construire en 1946/47 deux petits forts à 2km de Dunkerque, permettant une défense totale en direction de la terre à condition que des ouvrages de campagne soient également construits pour accueillir des unités de l’armée de terre par exemple pour pouvoir défendre le port en vue d’une potentielle évacuation vers le sud ou vers l’Angleterre.

Ces deux petits forts inspirés des ouvrages de la ligne Maginot disposent chacun de deux canons de 138mm modèle 1910 _issus des Courbet désarmés ou des Bretagne reconstruits_ en affûts simples sous masque, de quatre canons de 90mm modèle 1939 en deux affûts doubles pour principalement le tir antiaérien et de trois créneaux jumelant un canon de 47mm et deux mitrailleuses de 7.5mm.

La DCA n’est pas oubliée avec quatre canons de 25mm Hotchkiss en affûts simples.  Chaque fort  est armé par une compagnie d’équipage d’ouvrage (CEO)

A la mobilisation, des travaux complémentaires doivent être réalises : tranchées, pose de mines, barbelés, ouvrage de campagnes dont l’armement doit être assuré par l’armée de terre.

Côté mer, des pièces légères de 37 ou de 47mm doivent être installés pour empêcher une compagnie de débarquement de ravager par un raid audacieux les installations de la station navale de Dunkerque.

La défense antiaérienne de la place-forte de Dunkerque est assurée par la 1ère Batterie Anti-Aérienne de Marine (1ère BAAM) qui dispose de huit canons de 90mm implantés sur des encuvements en acier et en béton mais pouvant être tractés et de douze canons de 25mm Hotchkiss en affûts doubles.

Cette défense antiaérienne peut être renforcée en temps de guerre par le déploiement d’unités relevant de la Défense Aérienne du Territoire (D.A.T) ou d’unités en campagne déployées dans la région en l’occurence celle de la 7ème Armée.

Les autres ports de la région qui pourraient relayer l’action de Dunkerque (par exemple en le désengorgeant) sont également protégés.

La défense de la place de Calais est assurée par de petites positions fortifiées comme le bastion II équipées de trois canons de 194mm et de canons de 37mm, le Fort de l’Estran qui dispose de quatre canons de 75mm, le bastion XII qui dispose de quatre canons de 120mm modèle 1878 et de quatre canons de 164mm modèle 1893 modifié 1896, du Fort Lapin équipé de quatre canons de 164mm et du poste de défense du Gris-Nez qui dispose de quatre canons de 100mm.

Ces fortifications sont modernisées entre 1940 et 1948 avec le maintien des canons de 75, de 164 et de 194mm mais la suppression des canons de 120mm et de 100mm obsolètes et aux stocks de munitions réduits. Si les canons de 120mm ne sont pas remplacés, ceux de 100mm sont remplacés par quatre canons de 90mm modèle 1939 en deux affûts doubles.

La défense en direction de la terre est prévue par la construction d’ouvrages de campagne semblables à la ligne CEZF au total quatre petits ouvrages (PO) équipés chacun d’un affût avec un canon de 47mm et une mitrailleuse, une cloche GFM (Guet et Fusil-mitrailleur) et une cloche à mitrailleuses.

La défense antiaérienne du port de Calais est assurée par……les anglais. Calais étant avec Boulogne le principal port de débarquement (puis du ravitaillement du BEF), sa protection antiaérienne est sérieuse avec deux batteries de quatre canons de 94mm et deux batteries de six canons Bofors de 40mm.

Le port de Boulogne est défendu par le Fort de Crèche qui dispose de quatre canons de 194mm et deux canons de 95mm, du Mont de Couple avec 4 canons de 138mm ainsi que de batteries de circonstance, installées durant la guerre de Pologne à savoir une batterie défendant la digue Carnot avec deux canons de 75mm, une batterie défendant le bassin Loubet avec quatre canons de même calibre et enfin une batterie implantée au Sémaphore de Cayeux avec deux canons de 95mm.

Après la fin de la guerre de Pologne, les batteries de circonstance sont démantelés. Le Fort de la Crèche est modernisé avec le maintien des canons de 194mm et le remplacement des canons de 95mm par des canons de 90mm.

Quand éclate la seconde guerre mondiale, le Fort de Crèche et le fort Mont de Couple ont reçut une DCA sous la forme chacun de quatre canons de 25mm ainsi que des mitrailleuses de 7.5mm pour la défense contre les attaques d’infanterie.

Les batteries de circonstance sont réarmés avec des canons de 75mm et des mitrailleuses. Des fortins pour la défense terrestre commencent à être construits, devant être occupés par des territoriaux qui devront mettre en œuvre les canons de 47mm et les mitrailleuses.

La défense antiaérienne du port est assurée par une batterie de la D.A.T déployée début septembre, une batterie équipée de douze canons de 40mm Bofors.

Navires stationnés au 5 septembre 1948

-Croiseur léger antiaérien Waldeck-Rousseau, navire-amiral de l’ELN

-Contre-torpilleurs Kersaint et Cassard (classe Vauquelin) formant la 8ème DCT

-Torpilleurs d’escadre Davout Soult Massena (classe Empire) formant la Flottille des Torpilleurs du Nord (FTN)

-Torpilleurs légers Le Normand Le Parisien Le Provençal Le Saintongeais (classe Le Fier) formant la 5ème DT

-Corvettes anti-sous-marines  L’Algeroise L’Aixoise La Quimperoise et La Cherbougeoise formant la 8ème DEO

-Sous-marins Fructidor Brumaire Pluviose (classe Phenix) formant la 16ème DSM

-Chasseurs de sous-marins CH-41 et CH-42

-Une flottille de vedettes lance-torpilles, la 1ère flottille légère du Nord (1ère ELN) avec la 1ère ELM (VTB 50 à 55) et la 2ème ELM (VTB 35 à 40)

-la canonnière L’Yser (classe Aisne) utilisée comme navire de sûreté

-Patrouilleur ASM L’Atlantique (P-33)

-le pétrolier-caboteur Blavet.

-Remorqueurs Lavande et Myosotis

-Navire hydrographe Bengali

17-Aviation navale (55)

F-Hydravions de combat

Latécoère Laté 298

hydravion torpilleur Latécoère Laté 298

hydravion torpilleur Latécoère Laté 298

Au début des années trente, la marine nationale avait mis en service un nouvel hydravion torpilleur, le Latécoère Laté 290. Cet appareil se révéla raté et la marine française se lança dans la recherche d’un nouvel appareil de cette catégorie. La firme de Montaudran développa le Latécoère Laté 298 qui effectua son premier vol le 6 mai 1936, les premiers appareils étant mis en service en octobre 1938.

La première version de série baptisée Latécoère Laté 298A est produite à trente exemplaires alors que la seconde baptisée Latécoère Laté 298B produite à quarante-deux exemplaires qui se distingue par ses ailes repliables pour lui permettre d’embarquer à bord du transport d’hydravions Commandant Teste même si rapidement les deux escadrilles de torpillage du navire furent débarquées.

La troisième version de série baptisée Latécoère Laté 298D va être produite à 75 exemplaires et se caractérise par des ailes fixes tout comme la sous-variante A.

Une variante de reconnaissance baptisée Laté 298E ne dépassa pas la réalisation d’un unique prototype qui était un -D modifié avec une nacelle d’observation sous le fuselage.

Le Latécoère Laté 298 à été produit à 150 exemplaires jusqu’en juin 1940. Bien que le nombre paraisse suffisant, une commande complémentaire est passée, cinquante appareils baptisés Laté 298F étant livrés entre octobre 1940 et février 1941 pour disposer d’une réserve suffisante en cas de besoin.

-L’Escadrille 9R basée à Fare-Ute près de Papeete reçoit en juin 1942 quatre appareils utilisés comme hydravions de surveillance en remplacement de ses deux CAMS 55.1. Ces quatre appareils sont encore en service le 31 août 1948.

-L’Escadrille 2T basée sur l’Etang de Berre reçoit seize Latécoère Laté 298 en février 1940 alors qu’elle est encore connue sous le nom d’escadrille 3S3. Après avoir intégré la 2ème flottille d’hydravions le 15 septembre 1940, elle devient l’escadrille 2T le 1er octobre.

Véritable phénix, cette escadrille est choisit en septembre 1941 pour devenir une unité de la patrouille maritime avec pour équipement douze CAO-700M. Son stationnement change également, à l’Etang de Berre l’escadrille 2T est redéployée à Fréjus-Saint Raphaël.

-L’Escadrille 1T est encore connue sous le nom d’escadrille 1S1 quand elle reçoit sept Latécoère Laté 298, utilisés principalement ici comme appareils de surveillance et de lutte anti-sous-marine en attendant de devenir une vraie escadrille de torpillage.

La flotte d’avions-torpilleurs est ensuite portée à douze pendant que les Loire 130 rejoignent une nouvelle unité. Le 15 septembre 1940, l’escadrille 1S1 quitte le giron de la 1ère région maritime au profit de la 1ère flottille d’hydravions ce qui ne change rien à son stationnement. Un mois plus tard, en octobre 1940, elle devient l’escadrille 1T avec toujours douze Latécoère Laté 298.

En mars 1947, le Latécoère Laté 298 est retiré du service et l’escadrille 1T remplace ses douze exemplaires (parmi lesquels figurent quatre appareils de remplacement) par douze Latécoère Laté 299-7, version hydravion du Latécoère Laté 299-5 embarqué.

-L’Escadrille T2 dispose en septembre 1939 de seize Latécoère Laté 298 basés pour dix d’entre-eux à Cherbourg-Chantereyne et pour les six restant à Boulogne sur Mer puis en février 1940 à Calais-Marck.

Le 15 septembre 1940, l’escadrille T2 est rattachée à la 1ère flottille d’hydravions tout en restant scindée en deux entités : le corps principal à Cherbourg et un détachement avancé à Calais.

Il à été un temps question de scinder l’escadrille T2 en deux escadrilles indépendantes mais ce projet n’est pas allé bien loin.

Le 1er octobre 1940, l’escadrille T2 devient l’escadrille 3T. Ce changement de numéro est fatal au détachement avancé de Calais-Marck. L’escadrille 3T est totalement regroupée à Cherbourg-Chantereyne et le nombre d’appareils en ligne est réduit à douze.

Suivant de près leurs voisins de l’escadrille 1T, l’escadrille 3T est transformée (mai/juin 1947) sur Latécoère Laté 299-7, douze appareils remplaçant les neufs Latécoère Laté 298 (les trois appareils manquants ont été reformés pour usure prématurée. Ironie de l’histoire, il s’agissait d’appareils de remplacement) pour toujours les mêmes missions.

-L’Escadrille T1 est basée sur l’Etang de Berre avec dix Laté 298 puis douze et enfin seize appareils durant la guerre de Pologne.

Le 15 septembre 1940, l’escadrille T1 intègre la 2ème flottille d’hydravions avec toujours seize appareils en ligne, devenant en octobre 1940, l’escadrille 4T.

Ces appareils utilisés pour le torpillage, la surveillance et la lutte anti-sous-marine pour protéger notamment les approches des ports de Marseille et de Toulon sont utilisés jusqu’à l’automne 1947 quand les douze appareils survivants (quatre appareils réformés pour usure, sur les seize appareils disponibles en septembre 1940, trois appareils avaient été perdus à l’entrainement mais promptement remplacés) sont remplacés par douze Latécoère Laté 299-7

-L’escadrille 3S6 est une unité de mobilisation créée le 30 août 1939 sur la nouvelle base aéronavale d’Aspretto avec neuf Levasseur PL.15, deux GL.812 et un Loire 130.

Cette situation est heureusement provisoire puisqu’elle reçoit en décembre 1939 douze hydravions torpilleurs Latécoère Laté 298. Le 15 septembre 1940, elle intègre la 2ème flottille d’hydravions et quelques semaines plus tard, en octobre 1940, elle devient l’escadrille 6T.

En septembre 1947, pour faciliter et rationaliser commandement et soutien logistique est créée la 12ème flottille d’hydravions qui regroupe toutes les unités d’hydravions basées à Aspretto.

Parallèlement à cette réorganisation, l’escadrille 6T remplace ses Latécoère Laté 298 (neuf appareils encore opérationnels, trois appareils ayant perdus en l’espace de dix-huit mois suite à des accidents aux causes diverses) par douze Latécoère Laté 299-7.

-L’escadrille T3 créée à Balaruc sur l’Etang de Thau en septembre 1939 rejoint rapidement Cherbourg-Chantereyne avec ses dix-huit hydravions de torpillage et de lutte anti-sous-marine.

En février 1940, cette unité décidément nomade est transférée à la 2ème région maritime avec Lorient-Lann Bihoué comme nouvelle base. Le 15 septembre 1940, elle intègre la 5ème flottille d’aviation navale, étant la seule unité de la 5ème FAN, la B5 étant en sommeil, faute d’appareils disponibles. Le 1er octobre 1940, l’escadrille T3 devient l’escadrille 7T.

Courant de l’année 1942, l’escadrille 7T quitte la 5ème flottille d’aviation navale pour rejoindre la 3ème flottille d’hydravions même si elle reste basée à Lorient-Lann Bihoué.

En octobre/novembre 1946, les douze Latécoère Laté 298 survivants (les six perdus ne sont pas remplacés) sont remplacés par douze Latécoère Laté 299-7 qui reprennent les missions de leurs prédécesseurs : surveillance maritime, torpillage et lutte anti-sous-marine.

-L’Escadrille 8T est à l’origine l’escadrille HB-1, l’une des deux unités de torpillage du transport d’hydravions Commandant Teste avec pour équipement dix-sept Laté 298B, cette escadrille étant basée à Saint Mandrier quand le transport d’hydravions est à quai.

Ayant perdu un appareil (crash à l’amerrissage, équipage quitte pour un bain forcé), c’est avec seize Laté 298 que l’escadrille HB-1 intègre la 4ème flottille d’hydravions (15 septembre 1940) avant de devenir quinze jours plus tard (1er octobre), l’escadrille 8T.

En novembre 1941, décision est prise de transformer l’unité d’hydravions en unité d’avions terrestre en l’équipant de seize bombardiers-torpilleurs Lioré et Olivier Léo 456.

-L’Escadrille 10T est à l’origine l’escadrille HB-2, une unité de torpillage créée en septembre 1939, basée sur l’Etang de Berre quand le Commandant Teste était à quai à Toulon.

Équipée de dix Latécoère Laté 298B, elle va se spécialiser dans la lutte ASM. Elle rallie Saint Mandrier début novembre mais devant l’encombrement de l’hydrobase, la décision est prise d’envoyer l’unité en Tunisie à Karouba où elle arrive le 15 décembre 1939……. .

Rattachée le 15 septembre 1940 à la 8ème flottille d’hydravions, l’escadrille HB-2 devient le 1er octobre 1940, l’escadrille 10T avec douze Latécoère Laté 298 dont les équipages sont donc aussi bien formés à l’attaque à la torpille qu’à la lutte anti-sous-marine.

En janvier 1947, la 10T dispose de huit Latécoère Laté 298 encore en état de vol (quatre appareils réformés pour usure, l’unité ayant au total utilisé 17 Laté 298 depuis septembre 1940) quand elle est transformée sur Latécoère Laté 299-7 dont douze exemplaires sont utilisés par l’unité.

-L’Escadrille 14T est créée le 25 septembre 1941 sur la base aéronavale de Tripoli-du-Liban avec huit Latécoère Laté 298.

Contrairement à d’autres unités d’hydravions-torpilleurs, l’escadrille 14T est encore équipée de Latécoère Laté 298, sa transformation sur Laté 299-7 étant reporté sine die en raison du déclenchement de la guerre alors qu’il était prévu à l’automne 1948.

Au 5 septembre 1948, l’escadrille (qui à utilisé au total onze Laté 298) participe aux patrouilles de surveillance au large des côtes syro-libanaises, se préparant à mener également des attaques à la bombe et à la torpille contre les navires italiens dans le Dodécanèse si l’Italie entrait en guerre.

Au 5 septembre 1948, seuls les huit Laté 298 de la 14T et les quatre de la 9R sont encore en service, toutes les autres unités ayant remplacé le -298 par le 299-7, laissant une flotte appréciable d’appareils c’est-à-dire 88 appareils auxquels s’ajoutent les 50 Laté 298F neufs stockés au cas où soit 138 appareils.

Sur ces 138 appareils, un certain nombre sont réformés après inspection laissant seulement 48 appareils en état de voler et de combattre plus les 50 -298F soit un total de 98 appareils stockés précieusement pour combler les pertes ou créer de nouvelles unités.

Caractéristiques Techniques du Latécoère Laté 298D

Type : hydravion triplace de bombardement, de torpillage et de lutte ASM

Poids à vide 3057kg en charge 4793kg

Dimensions : Envergure 15.5m Longueur 12.56m Hauteur 5.25m

Motorisation : un moteur  en ligne Hispano-Suiza 12Ycrs 12 cylindres de 880ch entrainant une hélice tripale Ratier

Performances : vitesse maximale 300 km/h autonomie 1500km plafond opérationnel 6.397m

Armement : trois mitrailleuses Darne de 7.5mm (deux dans les ailes et une en poste arrière) et 680kg de charge militaire (soit une torpille ou l’équivalent en bombes).

17-Aviation navale (11)

2-Les différentes unités de l’Aviation Navale

A-Escadrilles de chasse

Avant propos

Un Dewoitine D-373 appontant sur le Béarn

Un Dewoitine D-373 appontant sur le Béarn

Au début de la guerre de Pologne, les chasseurs sont une denrée rare au sein de l’Aéronautique Navale avec seulement quatre escadrilles. Deux (AC-1 et AC-2) sont théoriquement embarquées mais leurs avions (Dewoitine D-373 et 376) comme leur porte-avions (Le Béarn) sont à bout de souffle et deux autres (AC-3 et AC-4) sont basées à terre pour la protection respective de Bizerte et de Cherbourg avec des appareils dépassés (Bloch MB-151) ou en voie de l’être (Curtiss H-75).

La situation s’améliore un peu durant le conflit avec le remplacement des Dewoitine D-373 et 376 par des bimoteurs ou des monomoteurs mais la situation n’est guère brillante. Par exemple, une escadrille AC-5 créée pour protéger Brest ne reçoit ses appareils (des Curtiss H-75) qu’en janvier 1940.

Heureusement, comme le reste de l’Aviation Navale, la composante chasse de la marine va connaître un bon spectaculaire. De cinq escadrilles à la fin de la guerre de Pologne, elle passe le 31 août 1948 à vingt-cinq escadrilles soit 253 appareils terrestres, embarqués et «hybrides» (hydravions de chasse).

Ces vingt-cinq escadrilles se répartissent en onze escadrilles de chasse terrestre dont une bimoteur, onze escadrilles de chasse embarquées sur cinq porte-avions (un lourd, deux d’escadre et deux légers) et trois escadrilles d’hydravions de chasse.

Le matériel à lui aussi fait un bon spectaculaire et n’à rien à envier aux meilleures réalisations terrestres. Une preuve si il en est : le chasseur le plus ancien en 1948 est le Dewoitine D-520 qui peut faire plus que bonne figure huit ans après sa mise en service.

Escadrille 1C

Curtiss H-75 en vol

Curtiss H-75 en vol

Crée sous le nom d’AC-4, elle est implantée à Cherbourg-Chantereyne qui avant la montée en puissance de Calais-Marck est la plus importante BAN de la 1ère région maritime. A son activation, elle reçoit douze Curtiss H-75 cédés de mauvaise grâce par l’armée de l’air.

En cas de conflit, la mission de cette escadrille est de participer à la défense du  port militaire de Cherbourg et plus généralement des ports de la façade Manche-Mer du Nord que ce soit Le Havre, Boulogne, Calais et même Dunkerque.

A partir du 15 septembre 1940 et de la naissance de l’Aviation Navale, l’escadrille AC-4 intègre la 1ère flottille d’aviation navale (1ère FAN) qui regroupe les avions terrestres basés sur les côtes de la Manche. Un mois plus tard, l’escadrille est redésignée 1C.

Le 12 mars 1942, les premiers Dewoitine D-520 sont pris en compte par l’unité. Ses six premiers appareils sont d’anciens appareils de l’armée de l’air reconditionnés par la BAN d’Orly. Les six autres appareils _neufs cette fois-ci_ sont livrés le 15 juin 1942. Ils remplacent seulement dix Curtiss H-75, deux ayant été perdus par accident (pilotes indemnes à chaque fois).

L’escadrille 1C est donc totalement transformée sur D-520 à l’été 1942, sa mission ne change pas et les entrainements sont nombreux et variés, exercices d’interceptions contre des avions de l’armée de l’air et entrainement des navires à la défense aérienne à la mer constituant les principaux.

Cette transformation s’accompagne d’une relocalisation. L’escadrille 1C dit en effet adieu à Cherbourg-Chantereyne et bonjour à Calais-Marck pour assurer la protection de la base navale de Dunkerque, l’antre de l’Escadre Légère du Nord (ELN).

Au 5 septembre 1948, elle est toujours équipée de douze Dewoitine D-520 et à l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège, met en place une patrouille permanente de deux chasseurs au dessus de Dunkerque et de ses environs, étant relayée par la 3C équipée elle de bimoteurs de Hanriot NC-600 et plus apte à la chasse de nuit.

Sur les douze appareils de l’unité, neuf sont ceux livrés à l’été 1942, trois ayant été perdus par accident dont un malheureusement mortel.

Escadrille 2C

Créée sous le numéro 7C1, cette escadrille est l’une des deux unités de chasse de la 1ère flottille d’aviation embarquée (F1A), le groupe aérien du porte-avions Béarn.

Quand ce dernier est mis à terre en septembre 1939, cette escadrille qui à été numérotée AC-2 en 1938 dispose de quatre Dewoitine D-373 et de onze Dewoitine D-376, des monoplans à aile haute rapidement dépassés.

Cessant d’être une unité embarquée, l’escadrille quitte Lanvéoc-Poulmic pour Hyères-Le Palyvestre afin d’assurer une nouvelle mission : la défense aérienne de Toulon.

Peu avant la fin de la guerre de Pologne, l’AC-2 est transformée sur Bloch MB-151, un appareil plus moderne que son devancier mais connaissant un certain nombre de problèmes.

A partir du 15 septembre 1940, il intègre la 2ème flottille d’aviation navale (2ème FAN) qui va regrouper les avions terrestres basés à Hyères-Le Palyvestre et dans le mois qui suis, l’escadrille AC-2 devient l’escadrille 2C.

En janvier 1941, les dix Bloch MB-151 survivants sont remplacés par seize Grumman G-36A plus connu sous leur désignation américaine de F4F Wildcat. Ces appareils avaient été commandés en vue de servir sur le Béarn mais ces appareils embarqués ne le seront jamais.

Le 12 avril 1946, douze Dewoitine D-551 stockés sur la BAN d’Orly pour être confiés aux bons soins de la 2C qui hérite d’une monture remarquable.

Après une mois d’entrainement intensif, la 2C quitte Orly le 16 mai 1946 pour rallier Hyères-Le Palyvestre où elle va reprendre sa mission de défense du port de Toulon.

Au 31 août 1948, l’escadrille 2C dispose toujours de douze Dewoitine D-551 mais trois d’entre-eux n’appartient pas à la livraison initiale, ayant remplacé des appareils accidentés (aucune perte chez leurs infortunés pilotes)

A partir du 1er septembre, décision est prise de maintenir une patrouille de deux chasseurs au dessus de Toulon. Ce dispositif est maintenu jusqu’au 15 septembre 1948 quand l’absence de menace sur Toulon entraine sa levée et son remplacement par des décollages sur alerte.

Escadrille 3C

Créée sous le numéro 7C2, cette escadrille est l’autre unité de chasse de la 1ère flottille d’aviation embarquée (F1A), le groupe aérien du porte-avions Béarn.

Quand ce dernier est mis à terre en septembre 1939, cette escadrille qui à été numérotée AC-1 en 1938 dispose de quatre Dewoitine D-373 et de onze Dewoitine D-376, des monoplans à aile haute rapidement dépassés.

Basée à Lanvéoc-Poulmic, elle cesse d’être une unité embarquée le 5 octobre 1939. Rééquipée de bimoteurs Potez 631, elle est redéployée début décembre 1939 à Calais-Marck.

Potez 631 en vol

Potez 631 en vol

Ce choix s’explique à la fois par la rareté des appareils modernes à l’époque et la volonté de la marine de préparer l’avenir, l’aéronautique navale envisageant sérieusement l’embarquement de chasseurs bimoteurs pour la défense aérienne de la flotte à longue distance, en détruisant hors de portée visuelle, les avions et hydravions d’observation.

Finalement, cette opportunité ne se réalisa, l’appareil envisagé _le Hanriot NC-650_ se révélant être une calamité volante avec des moteurs douées de performances pures remarquables mais aux faiblesses considérables et aux innombrables avaries sans parler d’une excessive perte de place sur des porte-avions (Joffre et Painlevé) aux dimensions restreintes.

Le 15 septembre 1940, l’escadrille AC-1 intègre la 1ère flottille d’aviation navale (1ère FAN) et un mois plus tard, en octobre 1940, l’AC-1 devient l’escadrille 3C.

Le 21 juin 1943, douze Hanriot NC-600 flambant neufs sont amenés par les pilotes de l’unité de convoyage à Orly pour être confiés aux pilotes de l’escadrille 3C qui ne disposaient plus à cette époque que dix Potez 631.

Le Potez 631 était un triplace et le nouvel appareil un biplace, les hommes en surnuméraire sont transférés dans d’autres unités, généralement des unités d’instruction pour transmettre leur expérience aux jeunes pilotes et navigants.

Après six semaines d’entrainement intensif, les Hanriot NC-600 de la 3C quittent Orly le 8 août 1943 pour rallier Calais-Marck. Il reprend sa mission de protection de Dunkerque en coopération avec la 1C équipée de Dewoitine D-520.

A l’annonce des attaques allemandes sur Danemark et la Norvège le 5 novembre 1948, la 3C participe au dispositif de protection de la région de Dunkerque en coopération avec la 1C. Les douze NC-600 de l’unité étaient pour cinq d’entre-eux des appareils de remplacement de la première commande, trois appareils ayant été perdus à l’atterrissage (pilotes et mitrailleurs indemnes) et deux en mer (équipage tué)

Escadrille 4C

L’escadrille AC-3 est créée le 11 décembre 1939 pour renforcer la protection de la base navale de Bizerte qui pouvait être aisement menacée par l’aviation italienne venue de Libye ou de Sicile.

Le personnel est issu des escadrilles d’hydravions de chasse HC1 et HC2 dissoutes à la même date après le retrait du Loire 210. L’Escadrille est équipé de seize Bloch MB-151 pris en compte à Orly avant de rejoindre Sidi-Ahmed, la base aéronavale liée à la base navale de Bizerte, Karouba abritant les hydravions.

Placée hors rang, l’escadrille AC-3 devient en octobre 1940 l’escadrille 4C qui intègre en juillet 1941 la 4ème flottille d’aviation navale qui regroupe tous les avions terrestres basés à Sidi-Ahmed.

Le 8 octobre 1941, les pilotes de la 4C qui ont rejoint Orly par bateau entre Bizerte et Marseille puis par avion de la marine (les douze Bloch MB-151 survivants avaient un rayon d’action trop court pour rejoindre la métropole) prennent possession de seize Grumman G-36A. Après un mois d’entrainement en région parisienne, la 4C rallie par étapes la Tunisie pour reprendre sa mission de protection de Bizerte.

Comme les autres unités de chasse, elle participe à des exercices au profit de la 6ème escadre légère, entrainant les canonniers antiaériens de l’Emile Bertin, des croiseurs de la 2ème DC, des contre-torpilleurs et des torpilleurs légers.

Ces exercices sont poussés au maximum de réalisme. Les G-36A de l’unité (mais c’est aussi le cas des autres unités de chasse) utilisent des bombes d’exercice de 50kg et des hauts-parleurs fixés sous les ailes transmettent le bruit d’explosion de bombes pour habituer les marins au stress du combat.

L’escadrille 4C se livre également à des duels contre les autres unités de l’Aviation Navale déployée en Tunisie ainsi que contre des unités de l’armée de l’air avec lesquelles règne une saine rivalité.

Le 6 juin 1946, l’escadrille 4C rallie avec ses quatorze Grumman G-36A survivants (deux pilotes sans monture ralliant la région  parisienne par un avion de transport) à Orly pour être transformée sur un nouvel appareil en l’occurence le Dewoitine D-551. Les chasseurs américains ne sont pas détruits, ils vont être reconditionnés et stockés pour servir d’appareils de réserve en cas de conflit.

Après cinq semaines d’entrainement intensif en région parisienne et en Normandie, la 4C rallie la Tunisie pour reprendre sa mission de protection de la base navale de Bizerte et plus généralement de la Tunisie, véritable tête de pont pour frapper l’Italie au coeur.

Quand la guerre éclate le 5 septembre 1948, la 4C est déjà sur la brèche, maintenant depuis le 1er septembre une patrouille de deux chasseurs en vol en permanence. L’Italie ne bougeant pas, le dispositif est levé le 13 septembre et remplacé par un décollage sur alerte.

Sur les douze Dewoitine D-551, deux sont des appareils de remplacement, un chasseur ayant été perdu lors d’une collision avec un avion de l’armée de l’air (piloté tué) et un deuxième ayant été perdu mystérieusement en mer (piloté disparu présumé mort), l’hypothèse la plus probable était une panne moteur suivit d’un crash si bref que le pilote n’à pas eu le temps de lancer un message de détresse.

Escadrille 5C

Cette escadrille de chasse est créée à Lanvéoc-Poulmic le 10 décembre 1939 pour fournir une couverture de chasse à la base navale de Brest.

Quand la guerre de Pologne s’achève cinq jours plus tard, elle ne dispose toujours pas d’appareils et aurait pu être dissoute mais finalement en janvier 1940, elle reçoit douze Curtiss H-75 qui comme les autres unités de chasse assurent la protection de la région de Brest et l’entrainement à la défense aérienne à la mer des unités navales de la région à savoir la 1ère Escadre et la 3ème Escadre Légère.

L’escadrille AC-5 rejoint le 15 septembre 1940 la 3ème flottille d’aviation navale (3ème FAN) et devient un mois plus tard, l’escadrille 5C.

Au niveau du matériel, elle troque ses neuf Curtiss H-75 survivants (deux appareils perdus à l’atterrissage, pilote indemne mais appareils bons pour la casse après cannibalisation et un appareil perdu en mer _pilote disparu présumé mort_) contre des Dewoitine D-520. La transformation de l’unité se fait du 27 juillet au 7 septembre 1942, les douze rutilants monomoteurs rejoignant par étapes leur base de Lanvéoc-Poulmic.

Ces appareils sont toujours en service le 5 septembre 1948 quand éclate le second conflit mondial mais à la différence des autres unités de chasse, elle ne met pas en place une permanence aérienne mais reçoit l’ordre de rallier dès que l’ordre sera donné le Nord de la France pour renforcer la protection des ports de la Manche alors que le transfert du BEF avait commencé en toute discrétion dès le 1er septembre.

Les douze appareils disponibles le 5 septembre 1948 appartiennent à la livraison initiale de l’été 1942 sauf trois qui ont remplacé un appareil perdu en mer (pilote tué) et deux appareils endommagés en vol au cours d’un entrainement au combat aérien, les deux avions parvenant à se poser on ne sait trop comment, leurs deux pilotes étant légèrement blessés. Trop endommagés, les deux appareils ont été cannibalisés.

14-Navires légers (40)

K-Chasseurs de sous-marins

Les anciens du premier conflit mondial

L'Avalanche, un chasseur de sous-marins utilisé comme auxiliaire

L’Avalanche, un chasseur de sous-marins utilisé comme auxiliaire

L’apparition du sous marin qui acquis ses lettres de noblesse dans le premier conflit mondial poussa les marines alliées à se dôter de navires adaptés que ce soit pour la haute mer (canonnières et avisos) ou pour les eaux côtières.

Pour ce dernier cas, la France commanda 100 chasseurs à coque en bois aux Etats Unis dont 8 étaient encore en service en 1939 mais les CH25 51 56 58 74 81 95 98 vont être rapidement désarmés ou transformés en auxiliaires.

C’est ainsi que les CH25 et 51 sont à Brest, les 56 et 58 sont à Cherbourg, les 74 et 81 sont à Toulon et les 95 et 98 à Bizerte utilisés comme auxiliaires jusqu’à leur désarmement en 1942/43.

37 navires sont commandés aux chantiers Auguste Normand mais seulement 17 sont achevés et quatre sont encore en service en 1939, des navires numérotés CH 106 107 111 et 112, les deux premiers étant basés à Cherbourg comme auxiliaires et les deux dernières sont à Saïgon comme canonnières.

Le remplacement de ces navires est entamé au début des années trente avec la construction de quatre navires de 148 tonnes baptisés Chasseur 1 à 4 entre 1931 et 1935. Ces quatre navires connaissent d’importants problèmes techniques et sont désarmés en 1940

Le chasseur de sous-marins CH-4

Le chasseur de sous-marins CH-4

Les chasseurs de sous-marins du programme de 1937

Le programme de 1937 prévoit la construction d’une nouvelle version de chasseurs à coque en acier, d’un déplacement de 107tW, douze navires numérotés CH-5 à CH-16 dont la construction va être assurée par la Socarenam à Boulogne pour six d’entre-eux et les chantiers Leroux à Lorient pour les six derniers.

-Le CH5 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 octobre 1938 lancé le 3 avril 1939 et admis au service actif le 7 mars 1940.

-Le CH6 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 octobre 1938 lancé le 3 avril 1939 et admis au service actif le 7 mars 1940.

-Le CH7  est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 15 novembre 1938 lancé le 10 novembre 1939 et admis au service actif le 20 mai 1940.

-Le CH8 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 10 avril 1939 lancé le 27 janvier 1940 et admis au service actif le 24 mai 1940.

-Le CH9  est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 20 mars 1939 lancé le 12 janvier 1940 et admis au service actif le 24 avril 1940

-Le CH10  est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 23 mars 1939 lancé le 10 février 1940 et admis au service actif le 1et mai 1940

-Le CH11 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 avril 1939 lancé le 8 février 1940 et admis au service actif le 20 mai 1940

-Le CH12 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 avril 1939 lancé le 20 mai 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940.

-Le CH13 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 avril 1939 lancé le 23 mars 1940 et admis au service actif le 14 avril 1940

-Le CH14 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 15 février 1940 lancé le 3 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1941

-Le CH15 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 15 février 1940 lancé le 3 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1941

-Le CH16 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 15 février 1940 lancé le 3 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1941

Ces 12 navires destinés à la lutte ASM côtière sont basés par deux entre les bases de Cherbourg (CH5 et 6) Brest (CH7 et 8) Toulon (CH9 et 10) Lorient (CH11 et 12) Mers-El-Kébir (CH13 et 14) et Bizerte (CH15 et 16).

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  standard 107 tonnes pleine charge 137 tonnes

Dimensions :  longueur 37.10m large 5.6m tirant d’eau 1.95m

Propulsion :  deux moteurs diesels MAN développant une puissance maximale de 1130ch et actionnant deux hélices

Performances :  vitesse maximale 15.5 noeuds distance franchissable : 1200 miles nautiques à 8 noeuds 680 miles nautiques à 13.5 noeuds

Armement :

(Origine)

-Un canon de 75mm modèle 1897 alimenté à 100 coups installé à l’avant pouvant toucher des cibles à une distance maximale de 11125m. La cadence de tir est de 12 coups par minute sachant que les réserves est de 100 coups.

-Quatre mitrailleuses de 8mm Hotchkiss en deux affûts doubles
-Deux mortiers ASM et six grenades

La plage arrière est occupée à l’origine par une bigue et des réservoirs de carburant pour lui permettre de soutenir des hydravions mais cette mission est rapidement abandonné en raisons des difficultés, le remorquage des hydravions ne pouvant se faire que par temps calme.

(Après refonte)

-Un canon de 90mm modèle 1926 alimenté à 82 coups

-Deux mitrailleuses Darne de 7.5mm en affûts simples sous masque

-Deux canons de 37mm Schneider modèle 1941 en un affût double.

-Deux grenadeurs axiaux à l’arrière avec 16 grenades.

Equipage :  23 hommes

Les chasseurs de sous-marins du programme 1938bis

La tranche 1938bis prévoit la construction de cinq chasseurs supplémentaires (CH17 à 21) semblables aux navires précédents. Leur construction est attribuée aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) dans leur site du Havre.

-Le CH17 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH18 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH19 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH20 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH21 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

Ces cinq navires sont affectés à  Casablanca (CH 17 18 et 19) et à Beyrouth (CH 20 et 21).

Le chasseur de sous-marins CH-41

Le chasseur de sous-marins CH-41

Dans cette même tranche, huit autres chasseurs à coque en bois sont commandés, des navires numérotés CH41 CH42 CH43 CH44 CH45 CH46 CH47 et CH48. Leur construction est attribuée aux chantiers Delmas & Vieljeux de La Rochelle habitué de la construction des coques en bois.

-Le CH-41 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-42 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-43 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-44 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-45 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

-Le CH-46 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

-Le CH-47 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

-Le CH-48 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

Les CH-41 et 42 sont basés à Dunkerque, les CH-43 et 44 sont basés à Ajaccio, les CH-45 et 46 sont basés à Saïgon et les CH-47 et 48 sont basés à Nouméa.

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  standard 98 tonnes pleine charge 128 tonnes

Dimensions :  longueur 32.10m large 4.2m tirant d’eau 1.75m

Propulsion :  deux moteurs diesels MAN développant une puissance maximale de 1000ch et actionnant deux hélices

Performances :  vitesse maximale 15.5 noeuds distance franchissable : 1200 miles nautiques à 8 noeuds 680 miles nautiques à 13.5 noeuds

Armement :

-Un canon de 75mm modèle 1897 alimenté à 100 coups installé à l’avant remplacé en 1943/44 par un canon de 90mm modèle 1926 avec 60 coups

-Deux mitrailleuses Darne de 7.5mm en affûts simples sous masque

-Deux mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss en un affût double remplacé en 1945/46 par un canon de 37mm

-Deux grenadeurs axiaux à l’arrière avec 16 grenades.

Equipage :  19 hommes

Les chasseurs de sous-marins du programme de 1940

En janvier 1940, six nouveaux chasseurs sont commandés à l’industrie (les chantiers privés) pour renforcer les besoins en métropole.

Après un moment d’hésitation, la coque est construite en bois et les navires numérotés CH-49 CH-50 CH-51 CH-52 CH-53 et 54. La construction des trois premiers est attribuée aux chantiers Ziegler de Dunkerque et les trois autres à la Socarenam de Boulogne.

-Le CH-49 est mis sur cale le 4 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 17 juin 1941

-Le CH-50 est mis sur cale le 4 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 17 juin 1941

-Le CH-51  est mis sur cale le 4 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 17 juin 1941

-Le CH-52 est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 15 juin 1941

-Le CH-53 est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 15 juin 1941

-Le CH-54 est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 15 juin 1941
Les CH-49 et 50 sont à Toulon, les CH-51 et 52 à Bizerte et les CH-53 et 54 à Brest

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  standard 107 tonnes pleine charge 137 tonnes

Dimensions :  longueur 37.10m large 5.6m tirant d’eau 1.95m

Propulsion :  deux moteurs diesels MAN développant une puissance maximale de 1130ch et actionnant deux hélices

Performances :  vitesse maximale 15.5 noeuds distance franchissable : 1200 miles nautiques à 8 noeuds 680 miles nautiques à 13.5 noeuds

Armement :

– Un canon de 75mm modèle 1897 alimenté à 100 coups installé à l’avant remplacé ultérieurement par un canon de 90mm modèle 1926 alimenté à 75 coups

-Deux mitrailleuses Darne de 7.5mm en affûts simples sous masque

-Deux mitrailleuses de 13.2mm en un affût double puis un canon de 25 ou de 37mm en affût simple.

-Deux grenadeurs axiaux à l’arrière avec 16 grenades.

Equipage :  23 hommes

14-Navires légers (27)

Navires d’une jauge brute de 600 à 800 tonneaux

Le Capricorne (P-12)

Ce chalutier de grande pêche à été construit en 1921 aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) pour un armement bordelais.

Il est réquisitionné par la marine nationale le 22 septembre 1939 en conservant son nom avec le matricule P-12.

Les travaux sont effectués à La Pallice et le nouveau patrouilleur auxiliaire est affecté à la 2ème EPA à Casablanca. Il reste réquisitionné jusqu’au 17 mars 1942 quand il est rendu à son armateur.

Déplacement : jauge brute 742 tx Longueur (pp) 57.10m largeur 9m creux 4.50m Propulsion : une machine alternative VTE alimentée en vapeur développant 750ch et entrainant une hélice. Vitesse maximale : 10 noeuds Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925, quatre mitrailleuses de 8mm modèle 1914 en deux affûts doubles et des grenades ASM.

Le Terre-Neuve (P-18)

Ce chalutier à été construit en 1920 chez Cochrane & Son’s à Selby en Grande Bretagne. Mis sur cale sous le nom d’Eclaireur, il est racheté sur cale et rebaptisé Terre-Neuve.

Le 9 septembre 1939, il est réquisitionné par la marine nationale et affecté à la 2ème EPA au Maroc. Il est perdu par incendie le 14 juillet 1941 au large de Casablanca sans pertes humaines heureusement.

Déplacement : jauge brute 780.52 tx Longueur (pp) : 60.95m largeur 9.81m creux 4.51m Propulsion : machine alternative 3 cylindres alimentée en vapeur dévellopant 800ch et entrainant une hélice Vitesse maximale : 9.5 noeuds Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, 2 canons de 37mm modèle 1925, 2 mitrailleuses de 8mm modèle 1914, deux mortiers et deux grenadeurs Equipage : 45 hommes

L’Atlantique (P-33)

Ce chalutier à été construit en 1920 chez Cochrane & Son’s à Selby en Grande Bretagne pour l’armateur Lucien Huet de Saint Malo. Il est réquisitionné le 4 octobre 1939 et mis en service le 2 novembre 1939, intégrant la 3ème EPA à Boulogne pour participer à la sécurisation du Pas de Calais.

Il est réquisitionné jusqu’au 4 septembre 1942 quand il est acheté par la marine nationale, étant déployé à Dunkerque comme stationnaire. Il était toujours en service le 5 septembre 1948.

Déplacement : jauge brute 659 tx

Dimensions : Longueur (pp) 53.90m largeur 8.87m creux 5.30m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion fonctionnant à la vapeur dévellopant 792ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale : 11 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917 puis trois canons de 90mm modèle 1926, deux canons de 37mm modèle 1925 puis quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40, quatre mitrailleuses de 8mm en deux affûts doubles et deux grenadeurs.
Equipage : 45 hommes

Patrie (P-36)

Ce chalutier à été construit en 1920 chez Cochrane & Son’s à Selby en Grande Bretagne pour l’armateur Eugène Louvet de Cancale même si il est immatriculé à Saint Malo.

Il est réquisitionné le 4 novembre 1939 et une fois armé en patrouilleur auxiliaire, affecté à la 4ème EPA de Brest (2ème Région).

Sa réquisition prend fin le 7 septembre 1942 quand il est acheté par la marine nationale. Il reste basé à Brest et est toujours en service en septembre 1948 même si il approche sa fin de carrière.

Déplacement : en charge 1720 tonnes

Dimensions : Longueur (pp) 60.96m largeur 9.75m creux 5.50m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion fonctionnant à la vapeur dévellopant 794ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale : 11.5 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917 puis trois canons de 90mm modèle 1926, deux canons de 37mm modèle 1925 puis quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40, quatre mitrailleuses de 8mm en deux affûts doubles et deux grenadeurs.

Equipage : 45 hommes

Reine des Flots (P-39)

Ce chalutier à été construit par Hall & Russell d’Aberdeen (Ecosse) en 1923 pour un armement fécampois sous le nom de Bois Rosé. Revendu une première fois en 1925, il l’est vendu à nouveau le 15 mars 1939, son nouvel armateur le rebaptisant Reine des Flots.

Réquisitionné à l’entrée en guerre de la France, il est mis en service comme patrouilleur auxiliaire le 6 octobre 1939 au sein de la 5ème EPA pour des opérations dans l’Atlantique, essentiellement dans le Golfe de Gascogne et au large du Maroc.

Sa réquisition prend fin le 4 janvier 1943 quand il est rendu à son armateur qui après de gros travaux le renvoie en campagne de pêche.

Déplacement : 607.51 tx de jauge nette

Dimensions : Longueur 52.09m largeur 8.24m creux 4.75m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion fonctionnant à la vapeur dévellopant 750ch et entrainant une hélice pour une vitesse maximale de 10 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925 puis et quatre mitrailleuses de 8mm en deux affûts doubles et deux grenadeurs.

Equipage : 45 hommes