Italie (37) Sous-marins (3)

Sous-marins classe Perla

Perla.jpg

Le Perla dans un dock flottant

Carrière opérationnelle

Les dix sous-marins de classe Perla forment la troisième classe de la série des “600 tonnes”, sous-marins qui portent le nom de minerais et de pierres précieuses. La construction est répartie entre les chantiers navals CRDA de Monfalcone et les chantiers navals OTO de La Spezia.

Lire la suite

Publicités

Italie (36) Sous-Marins (2)

Sous-marins classe Argonauta

Argonauta 2

L’Argonauta

Carrière opérationnelle

Les sept sous-marins de classe Argonauta sont les premiers sous-marins dit de “600 tonnes”, des sous-marins côtiers mis en service au début des années trente, des sous-marins baptisés Argonauta, Fisalia,Medusa,Serpente,Salpa,Jantina et Jalea.

Lire la suite

14-Navires légers (39) Corvettes classe La Malouine (8)

La Sablaise

-La Sablaise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 12 août 1943 lancée le 21 mai 1944 et mise en service le 5 janvier 1945.

Affecté à la 7ème DEO à Dakar, la corvette La Sablaise quitte Belfast le 8 janvier, fait escale à Brest du 10 au 15 janvier, à Casablanca du 19 au 22 février avant de rallier Dakar le 27 février 1945, retrouvant ses sister-ships La Lyonnaise et L’Oranaise.

Du 10 janvier au 25 février 1948, il est échoué dans le bassin n°2 du port de Dakar pour son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 11 mars, sortant pour ses essais réglementaires les 12 et 13 mars puis pour sa remise en condition du 15 au 30 mars, date à laquelle elle est de nouveau déclarée disponible.

Le 5 septembre 1948, la corvette La Sablaise était en patrouille anti-sous-marine au large de Dakar en compagnie de La Lyonnaise.  

La Quimperoise

-La Quimperoise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 5 mai 1944 lancée le 21 février 1945 et mise en service le 1er octobre 1945.

La trentième corvette de classe La Malouine quitte Belfast le 3 octobre, fait escale à Cherbourg du 5 au 8 octobre avant de rallier Dunkerque le 9 octobre 1945, intégrant la 8ème DEO où elle retrouve L’Algéroise et L’Aixoise.

Le 8 juillet 1948, la corvette La Quimperoise quitte Dunkerque pour rallier Cherbourg le 9 juillet afin de subir son premier grand carénage. Il est échoué au bassin n°1 du 10 juillet au 30 août 1948 pour une remise en état complète.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 7 septembre, ses essais et sa remise en condition étant accélérée par la guerre, la corvette étant sur le pied de guerre dès le 20 septembre 1948.

La Servannaise

-La Servannaise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 5 mai 1944 lancée le 21 février 1945 et mise en service le 1er octobre 1945.

Affectée à Dakar au sein de la 7ème DEO, la 31ème corvette quitte Belfast et l’Ulster le 5 octobre, font escale à Brest du 7 au 11 octobre, à Casablanca du 15 au 19 octobre avant de rallier Dakar le 23 octobre 1945.

Son arrivée permet à la 7ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires lui apportant une vraie souplesse opérationnelle.

Du 16 juin au 30 juillet 1948, la corvette est échouée au bassin n°1 pour un grand carénage destiné à le remettre totalement en état.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 14 août, sortant pour essais les 15 et 16 août puis pour remise en condition du 18 au 30 août 1948.

Le 5 septembre 1948, la Servannaise est à quai à Dakar et se prépare à assurer des patrouilles anti-sous-marines et des escortes de convois.

La Cherbourgeoise

-La Cherbourgeoise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 5 juin 1944 lancé le 2 avril 1945 et mise en service le 15 décembre 1945.

Affectée à Dunkerque au sein de la 8ème DEO, la 32ème et dernière corvette de classe La Malouine  quitte Belfast et l’Ulster le 17 décembre, fait escale à Cherbourg du 19 au 22 décembre avant de rallier Dunkerque le 23 décembre en fin de soirée.

Le 5 septembre 1948, la corvette de la 8ème DEO est à quai à Dunkerque et appareille aussitôt pour une patrouille ASM en Manche.

Caractéristiques Techniques des corvettes classe La Malouine

Déplacement : standard 940 tonnes pleine charge 1160 tonnes

Dimensions : longueur 62.50m largeur 10.10m tirant d’eau 3.50m

Propulsion : machine à vapeur à triple détente de 4 cylindres et deux chaudières développant 2750ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 16 noeuds distance franchissable 3456 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de navigation, un radar de veille combinée air-surface et un Asdic

Armement : un canon de 100mm modèle 1932 en affût simple modèle 1939 (les six premières ayant le canon modèle 1927 à  l’origine), huit mitrailleuses de 13.2mm en un affût quadruple et deux affûts doubles plus soixante-quinze grenades ASM

Les mitrailleuses de 13.2mm sont remplacées par six canons de 37mm en trois affûts doubles sauf celles équipés d’origine du modèle 1941

Equipage : 85 officiers et marins  

14-Navires légers (15) avisos-dragueurs classe Elan (4)

La Gracieuse

-La Gracieuse est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port de Bouc le 14 février 1938 lancé en octobre 1939 et mise en service le 7 juillet 1940.

Dès le lendemain 8 juillet, il quitte Toulon pour rallier Ajaccio où il va former avec son sister-ship La Moqueuse la 4ème DEL, les deux navires servant moins d’escorteur que de patrouilleur.

Du 21 mai au 21 juin 1943, il est échoué au bassin Vauban n°6 pour son premier grand carénage subissant une remise en état complète, la modernisation de la DCA étant réalisée en octobre 1943.

Armé pour essais le 7 juillet 1943, il sort pour essais les 8 et 9 juillet puis pour remise en condition du 11 au 23 juillet 1943, date à laquelle il reprit son service normal.

Du 22 février au 31 mars 1946, il est de nouveau échoué au bassin Vauban n°6 pour un nouveau grand carénage.

Totalement remis en état, il est armé pour essais le 14 avril, effectuant ses essais réglémentaires les 15 et 16 avril puis sa remise en condition du 18 au 30 avril 1946, date à laquelle l’aviso-dragueur rentre à Ajaccio.

Le 5 septembre 1948, il était à la mer en patrouille dans les bouches de Bonifaccio.

La Moqueuse

-La Moqueuse est mise sur cale à l’Arsenal de Lorient le 26 septembre 1938 lancé le 25 janvier 1940 et mis en service le 12 septembre 1940.

Il quitte Toulon le 13 septembre 1940 au matin pour rallier en milieu d’après midi Ajaccio, son novueau port d’attache où il va former la 4ème DEL en compagnie de son sister-ship La Gracieuse.

Du 13 novembre au 19 décembre 1943, il est échoué au bassin Vauban n°6 pour son premier grand carénage qui combine remise en état général et modernisation de la DCA. Armé pour essais le 2 janvier 1944, il réalise ses essais officiels les 3 et 4 janvier et sa remise en condition du 6 au 18 janvier 1944, date de son retour à Ajaccio.

Il subit un deuxième grand carénage en étant échoué du 21 avril au 30 mai 1947 au bassin Vauban n°6. Armé pour essais le 15 juin, il réalise ses essais officiels les 16 et 17 juin puis sa remise en condition du 19 au 30 juin 1947. Le 5 septembre 1948, il est à quai à Ajaccio, se préparant à relever son compère La Gracieuse.

La Capricieuse

-La Capricieuse est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 20 janvier 1938 lancé le 19 avril 1939 et mis en service le 20 janvier 1940.

Le 18 février 1942, l’aviso-dragueur La Capricieuse arrive à Cherbourg. Il va assurer l’escorte en surface du Rolland Morillot en direction de Brest son port d’attache. Les deux navires quittent Cherbourg le 19 février au matin et arrivent à Brest dans la soirée.

Du 5 septembre au 19 octobre 1943, il est échoué au bassin Tourville pour son premier grand carénage qui combine remise en état et modernisation de la DCA.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 30 octobre, effectuant ses essais officiels les 31 octobre et 1er novembre puis sa remise en condition du 3 au 15 novembre 1943.

Le 13 septembre 1944, l’aviso-dragueur La Capricieuse arrive de Brest pour escorter l’Ile d’Yeu à Brest. Ils quittent Cherbourg le 14 septembre à l’aube et arrivent en début de soirée à l’aube.

Le 15 octobre 1945, le torpilleur Frondeur et les aviso-dragueurs  L’Impétueuse, La Capricieuse, La Batailleuse et La Boudeuse arrivent à Dakar pour un exercice commun avec l’aviso colonial Dumont d’Urville et le patrouilleur La Bombarde.

L’exercice à lieu du 15 octobre au 13 novembre, la 3ème DEL et le Frondeur quittant Dakar le 17 novembre, se ravitaillant à Casablanca le 22 novembre avant de rentrer à Brest le 27 novembre 1945 à l’aube.

Du 21 octobre au 5 décembre 1946, l’aviso-dragueur La Capricieuse subit un nouveau grand carénage en étant échoué au bassin Tourville pour une remise en état complète.

Armé pour essais le 16 décembre, il réalise ses essais officiels les 17 et 18 décembre puis sa remise en condition du 20 au 31 décembre 1946.

Le 5 décembre 1948, l’aviso-dragueur La Capricieuse était à quai à Brest.

Le Commandant Dominé

Le Commandant Dominé

Le Commandant Dominé

-Le Commandant Dominé est mis sur cale sous le nom de La Rieuse le 1er février 1938 lancé le 2 mai 1939 et mise en service le 5 août 1940.

Le 30 avril 1942, l’aviso-dragueur Commandant Dominé quitte Toulon, se ravitaille à Casablanca le 4 mai puis rallie Cherbourg le 10 mai 1942.

Il repart dès le lendemain en compagnie du sous-marin La Bayadère qu’il doit escorter jusqu’à Toulon,  les deux navires faisant escale à Casablanca du 18 au 21 mai avant d’arriver dans le Var le 25 mai 1942.

Le 29 juillet 1943, le Commandant Dominé quitte Toulon, se ravitaille à Casablanca le 3 août avant d’arriver à Cherbourg le 8 août 1943. Il repart du port bas-normand le 13 août en compagnie des sous-marins La Favorite et Gorgone dont l’affectation est Toulon.  Les trois navires font escale à Casablanca du 18 au 21 août avant de rallier Toulon le 25 août 1943.

Du 13 octobre au 30 novembre 1943, il est échoué au bassin n°3 du Missiessy pour son premier grand carénage, une remise en état complète doublée d’une modernisation de la DCA. Armé pour essais, il réalise ses essais les 12 et 13 décembre et sa remise en condition du 14 au 30 décembre.

Le 10 février 1946, le Commandant Dominé quitte Toulon, se ravitaille à Casablanca le 15 février puis rallie Cherbourg le 21 février. Il repart de Cherbourg le 25 février en compagnie de l’Ile d’Oléron, les deux navires se ravitaillant le 1er mars à Casablanca avant de rallier Toulon le 4 mars 1946.

Du 5 janvier au 21 février 1947, il est échoué au bassin n°1 du Missiessy pour subir un nouveau grand carénage. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 3 mars, réalisant ses essais officiels les 4 et 5 mars et sa remise en condition du 7 au 17 mars 1947.

Le 5 septembre 1948, il était en mer en escorte d’un convoi de transport de troupes entre Alger et Marseille en compagnie de ses compères de la 1ère DEL.

classe Elan

Caractéristiques Techniques de la classe Elan

Déplacement : standard 640 tW pleine charge 895 tonnes

Dimensions : longueur 78.30m largeur 8.70m tirant d’eau moyen 2.38m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer développant 4000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 28 noeuds Rayon d’action : 10000 miles nautiques à 9 noeuds

Armement : deux canons de 100mm modèle 1927 en une pseudo-tourelle double modèle 1937, huit mitrailleuses de 13.2mm (un affût quadruple et deux doubles) remplacés ensuite par six canons de 25mm en trois affûts doubles (un à l’avant et deux latéraux), quatre mortiers et un grenadeur de sillage

Equipage : 106 officiers et marins