Pologne et Pays Neutres (72) Suède (7)

FORCES ARMEES SUEDOISES

Une histoire militaire de la Suède, une histoire de l’armée de terre suédoise

Aux temps jadis

L’histoire militaire de la Suède est ancienne avec des combats documentés depuis la Préhistoire et durant la période Viking où des roitelets suédois s’affrontaient pour le contrôle du pays.

Les armées étaient composées de levées d’hommes libres ou Ledung réalisées à la belle saison soit les deux ou trois mois d’été pour d’abord réaliser des raids en direction des îles britanniques et de l’Europe occidentale pour pour combattre sur terre.

Cette institution référencée depuis le 11ème siècle voyaient des hommes libres venir armés avec quelques jours d’approvisionnement. Ces hommes n’étaient donc pas parmi les plus pauvres des sociétés scandinaves.

Passionnés reconstituant la garde varègue

Approximativement à la même époque aux confins de l’Europe et de l’Asie, une unité militaire de recrutement scandinave entre au service des empereurs byzantins, la célèbre garde varègue.

La Tagma ta Varangon était composée de soldats venus d’abord du monde scandinave puis de plus du monde anglo-saxon.

En 874 les Rus (des vikings qui donnèrent naissance à la Russie) rentrent au service de l’Empire byzantin. La garde varègue est officiellement fondée en 988 par Basile II Bulgaroctone.

Ce dernier (NdA mon empereur byzantin favori) devait faire face aux rébellions de Bardas Phocas et de Bardas Skléros et n’avait pas confiance dans sa garde byzantine. Un traité signé avec la Russie kiévienne de Vladimir 1er permet l’envoi d’un contingent de 6000 hommes.

Jusqu’au 11ème siècle, les gardes varègues sont essentiellement scandinaves (Suède, Danemark, Norvège, Islande) mais après la conquête normande de l’Angleterre (1066) nombre d’anglo-saxons s’enfuient et s’engagent dans cette garde.

Outre la protection de l’empereur, cette garde à été engagée en Italie au 11ème siècle contre les normands et les lombards. La garde défend la ville de Constantinople en 1204, les croisés évitant les remparts défendus par les guerriers scandinaves et anglo-saxons.

Disparaissant suite à cet événement dont l’empire byzantin ne se révélera jamais vraiment, la garde varègue renait à Nicée sous la forme d’un régiment de porteurs de hache (Keltai Pelekophroi), l’un des cinq régiments de la garde. Ce régiment veille également sur le trésor impérial.

Les gardes varègues affichent une grande loyauté à l’empereur en fonction ce qui étonne les grecs habitués aux complots et au «machiavélisme». Je dis bien en fonction et non à l’homme car dès qu’un empereur était détrôné et/ou assassiné, les gardes prêtaient serment à son successeur surtout après avoir pu se servir dans le trésor impérial.

Les sources se font plus discrètes à partir du début du 15ème siècle, la garde varègue passant alors de l’histoire à la légende.

Aux temps modernes

Avant de devenir une pacifique et pacifiste social-démocratie, la Suède à connu de nombreux conflits notamment contre la Russie pour le contrôle des régions baltes et de la Finlande.

La première véritable guerre entre deux états constitués remonte au conflit russo-suédois de 1495-1497. Les russes alliés aux danois défont les suédois, Jean de Danemark récupérant le trône de Suède à cette occasion. Une paix est signée en 1508 entre la Suède et la Russie allait durer près de soixante ans.

C’est en 1521 dans le cadre de la guerre suédoise de libération que l’Armen, l’armée de terre suédoise voit officiellement le jour au travers d’un événement symbolique. Cet événement c’est le choix de seize jeunes nobles pour protéger Gustave Vasa, l’homme qui secoua la tutelle danoise pour permettre la renaissance de la Suède. Cette unité reçoit logiquement le nom de Svea Livgardet (Svea Life Guard), unité qui existe encore aujourd’hui pour protéger le roi de Suède et la famille royale suédoise.

Un nouveau conflit russo-suédois ou suédo-russe à lieu de 1554-1557 suivit de la Guerre de Livonie de 1558 à 1582, la Suède récupérant à cette occasion l’Estonie pendant que le condominium polono-lituanien récupère la Livonie, la Courlande et Semigallia, le royaume de Danemark-Norvège récupérant l’île d’Ösel.

La Russie prend sa revanche lors d’une nouvelle guerre entre 1590 et 1595 mais d’avril 1609 à juin 1611 les russes et les suédois sont pour une fois alliés mais sont battus par les forces du condominium polono-lituanien.

Durant ce conflit la Suède aligne 5000 hommes essentiellement…..finlandais alliés à des troupes russes plus nombreuses (entre 5 et 30000 hommes). Les pertes sont selon les chroniqueurs de l’époque très élevées (chiffres exacts inconnus).

En 1598/99, Sigismond III Vasa est déposé ce qui met fin à l’union entre la Pologne et la Suède (1592-1599). Une première guerre à lieu de 1600 à 1611 pour le contrôle de la Livonie et de l’Estonie, contrôle auquel il faut ajouter une lutte entre Charles IX et Sigsmond III pour le contrôle du trône de Suède. Ce conflit se termine par une trève.

La Guerre de Kalmar (1611-1613) oppose la Suède et le Danemark et se termine si on peut dire par un match nul.

De 1610 à 1617 à lieu la Guerre d’Ingrie et les choses rentrent dans l’ordre puisque suédois et russes s’affrontent.

La Russie est à nouveau vaincue devant céder à la Suède l’Ingrie, le Keexholm et la forteresse de Noteborg. A cela s’ajoute une indemnité de 20000 roubles. En échange Gustave II Adolphe rend Novgorod et reconnaît Michel III comme tsar de Russie. Pour près d’un siècle la Russie perd tout accès à la mer redevenant une pure puissance continentale.

Après deux conflits de faible importance en 1617/1618 et de 1621 à 1625, un nouveau conflit majeur à lieu entre la Suède et la Pologne de 1626 à 1629. Si les suédois engagent 47800 hommes, les polonais en engagent 49480 mais là encore les résultats sont maigres.

Un nouveau conflit polono-suédois à lieu de 1655 à 1660 dans le cadre plus générale de la 2ème guerre du Nord, la Suède récupérant la Scanie, le Halland, la Blekinge, le Bokuslan et l’île de Vens. A cela s’ajoute la reconnaissance de la souveraineté suédoise sur la Livonie mais la Nye Sverige est absorbée par la Nouvelle Néderlande.

Une nouvelle guerre russo-suédoise à lieu de 1656 à 1658 dans le cadre encore de la 2ème guerre du Nord, la Suède mobilisant des effectifs conséquents puisqu’ils sont rapidement multipliés par dix passant de 2230 à 25000 hommes. En face les russe sont 42 à 45000 hommes. Les pertes sont lourdes pour des gains particulièrement limités.

Quelques années après la mort de Gustave II Adolphe la Suède est toujours au sommet de sa puissance sous les règnes de deux derniers rois impérialistes à savoir Charles XI et surtout Charles XII.

C’est l’armée des karoliner (de carolus/karol/Charles), une armée de taille réduite en raison d’un réservoir démographique très limité. C’est probablement les pertes abominables de la Grande Guerre du Nord qui expliquent en partie le fait que les successeurs de Charles XII ont choisit d’abandonner l’impérialisme.

Les soldats sont fournis par un système d’alotements, un groupe de fermiers doit équiper un soldat ou un cavalier en échange d’exemptions fiscales. Cela donne une armée permanente de 7000 fantassins, de 3000 cavaliers et de 600 marins, l’armée est organisée en régiments permanents. A cela s’ajoute un corps de garde du corps héritier des Svea Livgardet appelé Livdrabanterna. C’est à cette époque qu’apparait le fameux uniforme bleu et jaune.

Chaque compagnie d’infanterie dispose d’un tiers de piquiers et de douze grenadiers. En 1704 tous les soldats disposent de baïonnettes. Les cavaliers disposent d’un mousquet, de deux pistolets et d’une épée.

Chaque régiment d’infanterie disposait de 1200 hommes répartis en deux bataillons de 600 hommes eux mêmes divisés en quatre compagnies de 150 hommes. Sur le champ de bataille les régiments étaient déployés en quatre ou six rangs.

Dans la première configuration les piquiers étaient au milieu flanqués par des mousquetaires, les grenadiers sur les ailes alors qu’en configuration six rangs, les piquiers étaient déployés sur les troisième et quatrième rangs.

Les régiments de cavalerie disposaient de 800 hommes et de 1000 chevaux. Le régiment était divisé en quatre compagnies de 200 hommes divisés en deux escadrons de 100 hommes.

On trouve également des unités irrégulières appelées Vlachs utilisées pour la reconnaissance et la poursuite.

La Grande Guerre du Nord (1700-1721) est probablement le conflit entre la Russie et la Suède ayant eu le plus grand impact puisque c’est non seulement la fin de la Suède comme puissance impérialiste mais surtout l’émergence de la Russie comme puissance européenne incontournable, la Russie de Pierre le Grand retrouvant un accès à la mer.

La Suède qui à mobilisé des effectifs particulièrement importants (77 puis 110000 hommes) à été saignée à blanc ce qui explique peut être pourquoi les successeurs de Charles XII ont tourné le dos à toute épopée impérialiste. Sur le plan territorial la Suède perd Brême-et-Verden, la Poméranie occidentale, le Schleswig-Holstein, la Carélie, l’Ingrie, l’Estonie et la Livonie.

Une nouvelle guerre russo-suédoise à lieu du 8 août 1741 au 18 août 1743. A l’époque la vie politique suédoise est divisée entre le parti des Chapeaux et le parti des Bonnets, les premiers rêvant de prendre leur revanche sur la Russie et de restaurer la grandeur suédoise.

Ce parti que l’on pourrait qualifier de nationaliste est en parti manipulé par la diplomatie française afin d’empêcher la Russie d’aider son allié autrichien. Une guerre éclair doit permettre de récupérer avec seulement 8000 hommes engagés les territoires perdus et favoriser un nouveau coup d’état. Malheureusement la nouvelle tsarine Elisabeth refuse de rendre à la Suède les provinces baltes. Très vite débordée la Suède perd de nouveaux territoires.

Les gardes du corps dans leur uniforme modèle 1765

La guerre russo-suédoise de 1788-1790 (juin 1788-août 1790) mobilise 38000 soldats côté suédois mais les combats sont peu nombreux. C’est le retour au statu quo ante bellum et cela entrainera l’assassinat de Gustave III Adolphe .

Le dernier conflit entre les deux pays à lieu du 21 février 1808 au 17 septembre 1809. 36000 suédois vont combattre 55000 russes avec de lourdes pertes (7000 tués d’un côté 10000 de l’autre).

Non seulement la Suède perd définitivement la Finlande mais la défaire entraine la déposition de Gustave IV Adolphe qui connait un sort plus enviable que celui de son père en étant exilé en Suisse.

La Suède dans la guerre de Trente Ans : efficacité maximale !

Reconstitution moderne d’un soldat suédois à l’époque de Gustave II Adolphe

La grande guerre de la Suède c’est naturellement la Guerre de Trente Ans (1618-1648), conflit dans lequel la Suède s’engage à partir de juin 1630, devenant le champion du camp protestant avec le soutien financier de la France qui cherche moins à aider les protestants qu’à lutter contre les espagnols. Voilà pourquoi j’ai décidé de l’aborder dans une partie à part.

La Suède à la chance d’avoir à sa tête un chef militaire de premier plan en la personne de Gustave II Adolphe qui ne tarde pas à hérité d’un surnom adapté à savoir Le Lion du Nord. Outre de réelles qualités de chef, il est le théoricien le plus en vue aux côtés d’un Maurice de Nassau.

Une véritable révolution militaire à lieu au cours de ce terrifiant conflit. L’armée suédoise dispose d’une artillerie plus légère et plus mobile, d’une infanterie où les mousquetaires (c’est-à-dire des fantassins armés de mousquets) sont plus nombreux que les piquiers et d’une cavalerie qui combine le choc et le feu en remplaçant la caracole par la charge. Pas étonnant que l’armée suédoise d’abord composée essentiellement de suédois avant de devoir avoir recours au mercenariat remporte une série de victoires.

Pour connaître le nombre de soldats disponibles le Lion du Nord confie à l’Eglise le recensement. Il s’agit d’obtenir le maximum d’hommes de 16 à 60 ans et veiller à leur éducation morale et religieuse, le roi de Suède espérant obtenir des hommes plus fidèles et plus motivés que les mercenaires qui sont souvent très efficaces mais dont la loyauté est toujours incertaine.

Chaque province du royaume de Suède doit maintenir un régiment de 3264 hommes divisé en douze compagnies de 272 hommes. Quatre régiments permanents sont ainsi sur pied en Suède ce qui représente 13056 hommes auxquels il faut ajouter deux régiments en Finlande ce qui nous donne une armée permanente de 19584 hommes.

A cela s’ajoute treize compagnies de cavalerie (six suédoises, quatre finlandaises et trois nobles) de 250 hommes chacun soit 3150 cavaliers.

En campagne les régiments du temps de paix sont divisés en régiments de campagne de 1176 hommes divisés en huit compagnies de 147 hommes avec toujours la prédominance du feu sur l’arme blanche avec 21 officiers, 54 piquiers et 72 mousquetaires.

Ce qui fait la supériorité des suédois durant ce conflit c’est aussi une indéniable supériorité tactique puisque le Lion du Nord va admirablement associer les différentes armes pour obtenir la supériorité sur le champ de bataille.

Néanmoins en dépit de la volonté de Gustave II Adolphe d’aligner une armée nationale les pertes et les besoins en hommes vont imposer le recours au mercenariat venant d’Angleterre (un réservoir qui se ferme avec le début de la guerre civile anglaise), d’Ecosse et d’Allemagne.

Son efficacité resta cependant bonne car les mercenaires et leurs chefs se mirent au diapason des tactiques et techniques scandinaves. De plus certains chefs mercenaires parvinrent à occuper de hauts postes au sein de l’armée suédoise ce qui est naturellement une source de motivation supplémentaire.

Les grands régiments suédois sont donc des régiments territoriaux avec le Norrlands Storegemente appelé également Landsregemtet i Noorland, un régiment existant entre 1615 et 1624, il est alors divisé en tre trois régiments, les régiments de Vasterbotten, Hälsinge et un régiment transféré à la marine suédoise.

Le Upplands Storegemente (Landsregemtet i Uppland) est un régiment existant en 1617 et de 1623 à 1626. C’est une grosse unité avec trois régiments de campagne à huit compagnies et un régiment de cavalerie ce qui en fait pour ainsi dire une brigade. Il est alors divisé en quatre régiments, les régiments de Uppland, de Vastmanland, de Dolarma et un régiment de cavalerie des Upplands.

Le Södermanlands storegemente (Landsregemtet i Södermanland) est opérationnel en 1614 et en 1622 à 1624. Il comprend lui aussi trois régiments d’infanterie et un régiment de cavalerie ce qui le rend plus souple d’utilisation en campagne.

De 1624 à 1627 il est démantelé et divisé en trois régiments, les régiments de Sodermanlands, de Narks et de Varmlands.

Le Östergötlands storegemente (Landsregemtet i Östergötlands) est opérationnel de 1618 à 1623 avec trois régiments d’infanterie et un régiment de cavalerie. Il est divisé en 1623 en trois régiments, deux régiments d’infanterie (Östergötlands Jönköping) et un de cavalerie (régiment de cavalerie d’Östergötlands).

Le Västergötlands storegemente (Landsregemtet i Vastergötlands) est opérationnel en 1613 et de 1621 à 1624. Il se compose de trois régiments d’infanterie et un régiment de cavalerie. Cette grosse unité est divisée en quatre régiments, trois d’infanterie (Skaraborg Alvsborg Västergötland-Dasland) et un régiment de cavalerie (régiment de cavalerie de Västergötland).

Le Smalands Storegemente (Landsregemtet i Smalands) est un régiment opérationnel de 1616 à 1624, régiment ou plutôt brigade car composé de trois régiments de campagne et un régiment de cavalerie. Cette unité est divisée en trois entre deux régiments d’infanterie (Kronoberg Kalmar) et un régiment de cavalerie (régiment de cavalerie du Smaland)

On trouve également d’autres régiments sur lesquels j’ignore tout : Finland Storegemente, Karelska storegemente, Västra Finlands storegemente, Mellersta Finlands storegemente et östra Finlands storegemente..

La constitution suédoise de 1634 remplace ses storegemente par des Mannergsregementen au nombre de 21 régiments d’infanterie et de 8 régiments de cavalerie.

La première victoire à lieu le 13 avril 1631 à Francfort sur l’Oder, 13000 suédois défaisant 6400 impériaux pour des pertes relativement modestes (800 contre 3000 dans l’autre camp). Bis repetita le 1er août 1631 à Werbern où 16000 suédois défont 23000 impériaux.

Le 7 septembre 1631 à lieu la Bataille de Breitenfeld, une victoire majeure des suédois et des saxons (respectivement 24 et 18000) contre 35000 impériaux. La répartition des effectifs suédo-saxons est révélatrice de la révolution militaire de l’époque avec 11319 mousquetaires, 4812 piquiers, 8700 cavaliers et 3928 officiers. Si les suédo-saxons ont 5500 pertes, les impériaux perdent 27000 hommes.

Le 9 mars 1632 à lieu la Bataille de Bomberg, une défaite suédoise les 12000 scandinaves ne faisant pas le poids face à 22000 impériaux.

Le 15 avril 1632 c’est la Bataille de Rain, les 37000 suédois remportant la bataille face à 21000 soldats impériaux. Elle est suivit le 16 août 1632 par la Bataille de Wiesloch (effectifs respectifs inconnus mais victoire suédoise), la Bataille d’Alte Veste (3-4 septembre 1632) (victoire impériale, l’Empire alignant à cette occasion 40000 hommes face à 46000 suédois.

Le 16 novembre 1632 à lieu la Bataille de Lutzen, une victoire suédoise mais une victoire à la Pyrrhus car le roi de Suède est tué à la tête de ses hommes, les effectifs étant cette fois identiques avec 19000 hommes de chaque côté.

Si le 8 juillet 1633 13000 suédois remportent la Bataille d’Oldendorf face à 4700 soldats impériaux, le 6 septembre 1634 à Nördlingen, les 25700 suédois (16000 fantassins et 9700 cavaliers 68 canons sont défaits par 34000 soldats impériaux et espagnols (20000 fantassins 13000 cavaliers 1000 artilleurs et 50 canons).

Scandinavie (45) Danemark (16)

Navires

Cuirassés garde-côtes

En guise d’avant propos

Le cuirassé garde-côtes est pour ainsi dire une spécificité scandinave puisqu’on retrouve peu de navires de ce type ailleurs qu’en Norvège, qu’au Danemark, qu’en Suède ou en Finlande, les seuls exemples que j’ai en tête étant ceux de la Thaïlande et des Pays-Bas encore que la Koniklijke Marine à basculé durant la Pax Armada vers le croiseur de bataille.

Lire la suite

Scandinavie (42) Danemark (13)

Reconstruire la flotte (bis) et l’engager : la marine danoise et le 19ème siècle

Danemark 23

Pavillon de la marine danoise

Le traité de Kiel signé en 1814 est en quelque sorte l’année zéro pour la marine danoise puisqu’elle doit faire le deuil de ses bases, de ses navires et de ses marins norvégiens. En clair tout est à reconstruire. Pour ne rien arranger les navires restants sont généralement en mauvais état en raison d’un manque d’entretien ou d’une construction avec du bois de mauvaise qualité.

Lire la suite

Scandinavie (32) Danemark (3)

De l’Union de Kalmar au traité de Kiel : apogée et déclin de la puissance danoise (1397-1814)

L’Union de Kalmar

De 1397 à 1523 la Norvège, le Danemark et la Suède vont former un seul et même ensemble connu sous le nom de l’Union de Kalmar (Kalmarunionen).

Lire la suite

Scandinavie (14) Norvège (14)

L’Armée de Terre norvégienne dans le second conflit mondial (1948-1954)

La campagne de Norvège

Depuis plus de soixante-dix ans une question taraude les historiens norvégiens. Le gouvernement était-il au courant d’une attaque allemande ? A-t-il prit les mesures adéquates ? Ce débat n’est toujours pas tranché mais ce qui fait consensus c’est qu’une anticipation n’aurait pas changé grand chose.

En réalité la seule chose qui aurait pu changer les choses cela aurait été de renoncer à la neutralité et d’accepter la proposition franco-britannique d’une alliance militaire pérenne, proposition faite durant la Pax Armada. Oslo refusa craignant de se retrouver dans un conflit qui ne concernerait pas ses intérêts vitaux.

La neutralité est donc pérennisée, l’armée de terre bénéficie d’une relative modernisation mais les lacunes sont nombreuses.

A l’été 1948 les tensions en Europe rappellent tristement l’été 1939 sauf que cette fois si guerre il y à elle durera plus que trois mois. Que ce soit chez les alliés ou les allemands, on est bien décidé à trancher le nœud gordien, à crever l’abcès en réglant une bonne fois pour toute les querelles.

A plusieurs reprises, certains officiers norvégiens demandent que la mobilisation générale soit déclarée mais le gouvernement refuse craignant de provoquer une réaction hostile.

Le 5 septembre 1948 à l’aube les premières bombes pleuvent sur la Norvège plus précisément sur Trondheim, Oslo, Stavanger, Kristiansand, Narvik et Bergen. Décollant d’Allemagne, les bombardiers bimoteurs et quadrimoteurs attaquent essentiellement les aérodromes, les voies de chemin de fer, les routes, les ponts et bien entendu les ports.

Ces attaques n’ont qu’un succès limité en raison du mauvais temps et parfois de renseignements erronés. C’est ainsi qu’une usine de jouets en bois près de Bergen sera bombardée car prise pour une caserne de l’armée norvégienne !

Le gouvernement se réunit en urgence mais tergiverse, hésitant sur la conduite à tenir. Personne ne croit à une erreur allemande ou une protection de Berlin contre une invasion franco-britannique mais on se divise sur la marche à suivre.

Certains veulent résister avec acharnement, d’autres estiment que cela ne sert à rien et qu’il vaut mieux renoncer à toute résistance durable face à un ennemi bien plus puissant.

Le roi Haakon VII lui n’à aucun doute. Passant-outre le contreseing ministériel, il ordonne aux forces armées norvégiennes de résister à l’envahisseur. Cet ordre n’à juridiquement aucune valeur, il s’agit d’un ordre oral mais cet ordre sera suivit par certaines unités.

Ce n’est qu’en milieu de matinée que le gouvernement décide de résister. Il ordonne la mobilisation générale ce qui doit permettre en théorie de doubler les effectifs du temps de paix (de 20000 à 40000 hommes).

Cette mobilisation est chaotique. Les plans ont certes été préparés de longue date mais dans un contexte de montée en puissance progressive, dans un contexte où une phase de négociation devait précédé la guerre.

Or les allemands attaquent sans préavis officiellement pour protéger Oslo d’une agression franco-britannique.

On verra donc certains réservistes être pris par les allemands alors qu’ils se rendaient dans leurs casernes. D’autres réservistes anticipent l’appel en ralliant les unités de combat auxquels ils sont rattachés ou pas….. . Comme le reconnaitra un colonel norvégien «Durant les trois premiers jours ce fût un beau bordel».

Peu à peu la situation va se stabiliser, l’armée norvégienne ragaillardie par l’arrivée prochaine des alliés français, britanniques et polonais résiste pied à pied, surprenant les allemands qui s’attendaient à une résistance de pure forme ou guère plus musclée que celle des danois qui ont capitulé après quatre jours de combat (9 septembre 1948).

Quelques heures seulement après les premiers bombardements, les premières troupes allemandes prennent bien en Norvège, débarquant à Kristiansand, à Oslo (raid aéroporté mais pas de débarquement naval en raison de défenses côtières nettement plus puissantes qu’en 1939/40), à Bergen, à Trondheim, à Bodo et à Narvik.

A chaque fois il s’agit de groupements tactiques interarmes avec un gros élément d’infanterie, des éléments blindés et /ou motorisés, de l’artillerie, du génie et des moyens de soutien.

Au total cela représente cinq divisions d’infanterie de ligne, deux divisions de montagne, un groupement blindé fournit par deux Panzerdivision, un groupement parachutiste, des moyens d’artillerie, du génie et du soutien.

Renault R-40

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40. Avec le FCM-42 il à été le char déployé par la France au Norvège. 

De leur côté les alliés vont engager des moyens relativement importantes quoique inférieurs aux moyens allemands.

Hotchkiss H-39

Le Hotchkiss H-39 à été déployé par la Pologne en Norvège

C’est ainsi que la France engage une division légère (d’infanterie) de marche, une Brigade de Haute-Montagne (rapidement rebaptisée Division Alpine de Scandinavie), deux compagnies indépendantes de chars, des éléments d’artillerie, du génie et de soutien. Les polonais sous commandement français engagent une brigade de montagne et une compagnie de chars auxquels s’ajoutent des autos blindées, de l’artillerie et du génie.

La Grande-Bretagne va elle engager deux divisions d’infanterie, une brigade blindée indépendante, un régiment antichar, des éléments de DCA légère du génie et de soutien.

Pour revenir à l’armée norvégienne celle-ci est est toujours organisée en six divisions même si ces moyens en faisait davantage des brigades.

La 1ère et la 2ème division chargées de la défense du sud du pays prennent de plein fouet la puissance militaire allemande. La 1ère division se liquéfie quasi-instantanément probablement parce que son principal dépôt à été rapidement détruit par les bombardements aériens et navals allemands. Manquant d’armes et de munitions, elle se contente de harceler l’ennemi sans pouvoir faire grand chose.

La 2ème division en revanche tient plus longtemps empêchant par exemple les allemands de quitter Oslo pour remonter vers le nord. Après dix jours d’une intense résistance (5-15 septembre 1948), la 2ème division ou du moins ce qu’il en reste va se faire interner en Suède, officiellement neutre mais jouant un jeu trouble avec les allemands.

On sait par exemple aujourd’hui que plusieurs «trains sanitaires» qui ont évacué des blessés allemands via la Suède ont transporté à l’aller des renforts, des armes et des munitions.

Il semble d’ailleurs que les services de renseignement britanniques étaient au courant et ont menacé Stockholm de révéler le pot aux roses si jamais les norvégiens internés étaient livrés aux allemands.

Les 2500 norvégiens internés vont pour leur majorité rallier la Grande-Bretagne et reprendre la lutte au sein des forces armées norvégiennes en exil. Si la majorité s’engagea dans des unités régulières, d’autres décidèrent de soutenir la résistance en intégrant par exemple les commandos ou les service de renseignement français et britanniques.

La 4ème division basée près de Namsos peut tendre la main aux troupes franco-polonaises et faciliter leur débarquement. La 4ème division va rester l’une des rares unités militaires avec la 6ème division combattant près de Bodo à rester opérationnelle jusqu’au bout.

La 5ème division en revanche échoue à préserver Trondheim de l’invasion allemande. Une série de contre-attaques mettant les allemands sous pression mais provoque également une véritable saignée dans les effectifs norvégiens.

Les alliés choisissent de débarquer à Namsos (français et polonais) pendant que les britanniques vont débarquer à Tromso inquiétant les soviétiques. Suite à l’échec allemand à Bodo, les britanniques vont y détourner une partie de leurs forces.

Ces débarquements vont se révéler délicats en l’absence de moyens amphibies spécifiques et surtout de le menace aérienne et sous-marine allemande. Les alliés se battent avec férocité mais les pertes en navires sont significatives.

Les troupes britanniques débarquées à Bodo remontent vers le nord pour prendre en tenaille Narvik avec les troupes britanniques débarquées à Tromso. Le port du fer suédois est pris le 20 septembre 1948 après quinze jours de durs de combats. Les alliés peuvent déclarer que la route du fer est coupée.

Les franco-polonais débarqués à Namsos décident de mettre cap au sud dans l’espoir de tendre la main vers les troupes norvégiens qui résistant dans le Télémark mais il faut pour cela détruire les troupes allemandes débarquées à Kristiansand et à Trondheim ce qui est plus facile à dire qu’à faire.

A cela s’ajoute l’avancée des troupes allemandes mises à terre à Bergen et dans les environs d’Oslo. Le 19 septembre 1948, les troupes norvégiennes coincées dans le Télémark capitulent rendant sans objet l’offensive franco-polonaise.

Le sud du pays solidement conquis, les allemands peuvent remonter vers le nord. Le premier objectif est le port de Namsos. Après de durs combats, le port est pris le 5 octobre.

Le 11 octobre 1948, la TF Vimy élément précurseur de la 2ème division canadienne débarque à Bodo, le dernier port sous contrôle allié puisque le 10 les britanniques ont évacué Tromso et que Narvik est devenu trop inhospitalier sous les coups de l’aviation allemande qui s’acharne sur les navires rentrant dans le grand port du nord.

France 4

Les « hommes à la tarte » qui disent « bleu cerise » et non (sauf pour le sang versé, la couleur du drapeau et les lèvres de la femme aimée) vont s’illustrer en Norvège. 

Néanmoins le 12 octobre, des chasseurs alpins sont mis à terre à Narvik pour permettre l’évacuation de troupes norvégiennes et de jeunes recrues en formation. Les navires sont des navires norvégiens qui vont évacuer les soldats et les recrues en direction de l’Ecosse où ils seront à la base de la future armée norvégienne libre.

Les marines et les aviations alliées jettent toutes leurs forces dans la bataille, consciente de l’impact psychologique énorme en cas d’évacuation réussie. Cette opération baptisée DYNAMO va durer quatre jours jusqu’au 18 octobre

Les hommes à la tarte repoussent une attaque allemande, tenant quatre jours jusqu’au 18 pour permettre l’évacuation d’un maximum de norvégiens et même de norvégiennes. Les chasseurs alpins seront évacués dans la nuit du 18 au 19 octobre sans résistance des allemands.

Ces derniers épuisés par de violents combats, conscients que la victoire est proche préfèrent sécuriser leurs positions plus au sud plutôt que d’empêcher une évacuation de quelques centaines de chasseurs alpins à moins que ce ne soit une sorte d’admiration secrète de la part de leurs cousins allemands des Gerbigjägers.

Les combats vont durer jusqu’au 27 octobre 1948 quand les troupes norvégiennes qui ne pouvaient évacuer capitulent. Les alliés laissent beaucoup de matériel mais assez peu de prisonniers en l’occurrence 1200 britanniques, 980 français et 350 polonais soit un total de 2530 prisonniers.

L’armée norvégienne qui alignait 20000 hommes au 5 septembre 1948 et 45000 à son apogée en mobilisant toutes les troupes entraînées y compris des unités de police à laissé 5000 prisonniers (qui pour beaucoup seront immédiatement libérés) et 1800 morts, les autres troupes étant évacuées sur la Grande-Bretagne en compagnie de près de 9500 recrues et hommes en âge de porter les armes.

Des escarmouches ont lieu jusqu’au 1er novembre 1948 avec de petits groupes de soldats canadiens, français, britanniques et norvégiens qui attaquaient les troupes allemandes isolées pour se procurer du ravitaillement et tenter de gagner la côte pour une évacuation, des destroyers et des sous-marins jouant au chat et à la souris avec les navires et les avions allemands pour récupérer ces soldats entraînés et expérimentés.

La Renaissance de l’armée norvégienne

Suite à un décompte effectué le 15 janvier 1950 ce sont près de 40000 norvégiens en âge de porter les armes qui ont réussi à gagner la Grande-Bretagne. C’est un atout de poids dans le jeu du gouvernement en exil qui peut imaginer remettre sur pied une armée et une aviation afin de participer à la libération du pays à plus ou moins brève échéance.

Le gouvernement norvégiens est cependant conscient que l’équipement de cette armée dépend uniquement de la Grande-Bretagne.

Le projet initial prévoyait deux divisions d’infanterie légère et une division blindée mais au final la nouvelle armée norvégienne allait être organisée de la façon suivante :

-Un état-major

-Quatre brigades d’infanterie motorisées

-Deux régiments d’artillerie

-Un régiment blindé indépendant

-Deux groupes commandos

L’équipement va être essentiellement assuré par les britanniques. Ces quatre brigades appelées brigades légères norvégiennes (Norske Lysbrigader) sont progressivement mises sur pied, la 1ère étant opérationnelle en juin 1949, la 2ème en janvier 1950, la 3ème en mars 1950 et la 4ème en septembre 1950.

Ces unités vont d’abord servir d’unités de garnison notamment en Islande (après accord du gouvernement danois) et aux Spitzberg. Une brigade sera même envoyée au Canada pour protéger Terre Neuve.

M-24 Chaffee 16

M-24 Chaffee

Ces brigades étaient organisés en un état-major, un groupement de soutien logistique, un bataillon de reconnaissance (autos blindées et chars légers M-24 Chaffee), trois bataillons d’infanterie, un bataillon d’artillerie, un bataillon du génie et des éléments de soutien soit environ 4500 hommes chacune.

QF 25 Pounder 6

Canon-obusier de 25 livre. L’une des meilleures pièces d’artillerie de campagne du second conflit mondial en compagnie du canon de 75mm TAZ modèle 1939.  

Les deux régiments d’artillerie norvégiens sont équipés pour l’un de canon-obusiers de 25 livres et pour l’autre de canons antichars de 17 livres utilisables également comme pièces de campagne. Ils sont organisés en un état-major, une batterie de commandement et de soutien et trois groupes de trois batteries de quatre pièces.

M-4A3 Sherman 21

M-4 Sherman armé d’un canon de 76mm nettement plus efficace contre les chars allemands. 

Le régiment blindé indépendant était organisé en un état-major, un escadron de commandement et de soutien, trois escadrons de chars M-4 Sherman et un escadron d’autos blindées M-8 Greyhound.

M-8 Greyhound 19

M-8 Greyhound

Les deux groupes commandos vont opérer aux côtés des britanniques et des français pour maintenir la pression sur les allemands.

Pendant longtemps les alliés ne voulaient pas débarquer en Norvège et au Danemark. La mauvaise expérience de l’automne 1948 et la crainte de disperser des moyens pas forcément extensibles rendait les alliés prudents.

Finalement au printemps 1952 décision est prise de confier à des troupes essentiellement américaines de débarquer en Norvège et au Danemark pour sécuriser les flancs de la poussée principale qui doit avoir lieu sur le continent.

Cette opération sous commandement américain va voir l’engagement de sept divisions américaines (six divisions d’infanterie et une division blindée), d’une division française, d’une division britannique et des quatre brigades légères norvégiennes.

Cinq têtes de pont sont prévues, une au Jutland au Danemark et quatre en Norvège (Narvik, Namsos, Bergen et Trondheim). A chaque fois une brigade légère norvégienne accompagnait les unités alliées prévues pour l’assaut.

Les américains vont engager cinq divisions d’infanterie (3ème, 8ème, 10ème, 26ème et 31ème, la 10ème étant une division de montagne), une division blindée (la 6ème) et deux bataillons de Rangers (1er et 6ème).

Les français vont déployer une division mais pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de la 27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp) aux côtés de commandos et d’éléments blindés. Les britanniques vont engager une division aéroportée, la 6th Airborne.

A Narvik, la 1ère brigade légère norvégienne (1. Norske Lysbrigader) doit débarquer en compagnie de la 3ème division d’infanterie américaine et d’un groupement blindé fournit par la 6ème division blindée américaine.

A Namsos, la 2ème brigade légère norvégienne (2. Norske Lysbrigader) doit débarquer en compagnie de la 27ème DIAlp française.

A Bergen, la 3ème brigade légère norvégienne (3. Norske Lysbrigader) doit débarquer en compagnie du gros de la 6ème division blindée américaine et de la 8ème division d’infanterie.

A Trondheim, la 4ème brigade légère norvégienne (4. Norske Lysbrigader) doit débarquer en compagnie de la 26ème division d’infanterie et de la 10ème division de montagne.

Les deux régiments d’artillerie indépendants vont fournir des groupes occasionnels en renforts des brigades légères. Même chose pour le régiment blindé indépendant.

Au Jutland, la 1ère brigade danoise formée (1. Dansk Brigade) va débarquer en compagnie de la 31ème division d’infanterie américaine.

La 6ème division aéroportée britannique est conservée en réserve pour être mise en œuvre soit depuis l’avion comme elle en à l’habitude ou depuis des navires.

Le jour J de l’opération BOREALIS est prévu pour le 11 octobre 1953. Les préliminaires commencent dès le mois de septembre avec une intense campagne de renseignement par voie aérienne navale et électronique.

La résistance norvégienne abreuve les SR alliés de renseignement sur les batteries côtières, les aérodromes, les axes de communication, les mouvements de troupes, les noms des chefs.

Des actions de sabotage menées par la Résistance Norvégienne en liaison avec le SOE et le BCRA mais aussi des commandos alliés préparent le terrain.

L’aviation mènent également des bombardements sur les cibles militaires importantes, les navires alliés traquant la navigation allemande bombardant régulièrement les batteries côtières et des positions clés de la défense allemande.

L’état-major allemand se doute qu’une opération majeure se prépare mais se perd en conjectures pour savoir si il est prévu un débarquement amphibie, une opération aéroportée ou même une diversion.

Malheureusement pour les troupes allemandes, le haut-commandement ne croit pas passé l’été à un débarquement amphibie en dépit du fait que l’automne 1953 est exceptionnellement clément ce qui aurait du leur mettre la puce à l’oreille.

L’appui des troupes est assurée par une puissante flotte anglo-américano-franco-norvégienne mais aussi par des escadres aériennes décollant depuis les îles britanniques sans oublier les porte-avions.

Sans qu’il y ait de division stricte et étanche, les porte-avions furent davantage chargés de l’appui-feu des troupes débarquées pendant que les avions basés à terre menaient surtout des opérations d’interdiction.

A partir du 1er octobre, les bombardements s’intensifient et à partir du 9, les croiseurs et les cuirassés alliés pilonnent les batteries côtières.

Il y à quelques dégâts collatéraux mais fort peu au final grâce à l’action de la résistance norvégienne qui prévenue des zones frappées mettaient le plus possible d’habitants à l’abri, jouant au jeu du chat et de la souris avec les forces de sécurité allemandes et leurs supplétifs norvégiens.

Les troupes allemandes sont mises en état d’alerte à partir du 10 octobre à 22h00 et sont fins prêtes à accueillir les alliés.

En dépit de cette mise en alerte, les débarquements se passent bien. Cela s’explique par les sabotages menés par la résistance norvégienne et par les actions de diversion menées par les commandos alliés, une grande opération commando alliée nom de code VIKING contre des cibles stratégiques à Oslo détournant l’attention des allemands et facilitant la phase délicate du débarquement.

Cela se passe très bien à Bergen et au Jutland, bien à Namsos mais à Trondheim et à Narvik les débarquements manquent de tourner à la catastrophe. Il faudra l’engagement précoce de la 6th Airborne transportée par des croiseurs de la Home Fleet pour provoquer l’effondrement de la défense allemande. Les troupes à terre, les croiseurs britanniques vont pilonner les positions allemandes.

Dès le 14 octobre 1953 la situation à clairement tourné en faveur des alliés. Les combats sont cependant longs et usant moins à cause de la résistance allemande que des problèmes logistiques ainsi qu’un mauvais temps ce qui fait dire à un général de division américain qu’à trois jours près on aurait tué plus d’hommes par la tempête que par les balles allemandes.

Les troupes norvégiennes sont débarquées dès la première vague. C’est souvent les premiers soldats alliés que voient les civils norvégiens. On imagine sans peine leur émotion quand ils voyaient des soldats en battle dress et casque plat avec le drapeau norvégien cousu sur la manche droite de leur vareuse.

Sans que cela ait été dit, les alliés étaient sceptiques sur les capacités des brigades légères norvégiennes à combattre un ennemi retranché mais le scepticisme s’est vite envolé.

Le 21 février 1954 la Norvège est entièrement libérée par la capitulation à la frontière suédoise des dernières troupes allemandes en état de se battre, certains soldats se faisant interner en Suède pour échapper à la captivité.

49000 soldats allemands sont faits prisonniers. Ils sont internés dans des camps provisoires mais très vite des transports sont aménagés en bateaux prisons amarrés à proximité des côtes, le gouvernement norvégien refusant officiellement pour des raisons de sécurité d’accueillir les prisonniers. Les navires en question ne tardent d’ailleurs pas à rallier les ports allemands quand ceux-ci sont sécurisés et déminés.

Les quatre brigades multirôles norvégiennes sont déployés à Narvik, à Oslo, à Bergen et à Trondheim pour maintenir l’ordre en liaison avec les troupes alliées.

L’armée norvégienne va être entièrement réorganisée courant 1955 avec trois divisions territoriales (La 1ère pour le Sud, la 2ème au Centre et la 3ème au Nord), des divisions multirôles engerbant des brigades également multirôles.

Disposant de puissants moyens blindés-mécanisés, l’armée norvégienne pouvait compter sur une Home Guard pour mener une défense totale du pays en anticipant une phase de clandestinité avec réseaux de renseignement, caches d’armes et de matériel.

Organisation

Organisation simplifiée en septembre 1948

En septembre 1948, l’armée de terre norvégienne est organisé en six divisions territoriales numérotées 1 à 6. Les deux premières divisions occupent le sud du pays pour couvrir notamment la capitale, la 3ème division doit défendre Trondheim et Bergen, la 4ème division doit défendre Namsos, la 5ème division doit défendre Narvik et la 6ème division doit défendre Bodo.

Avant la mobilisation les différentes divisions sont organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un régiment d’infanterie à trois compagnies (à la place des quatre bataillons en 1939/40) avec un deuxième régiment en sommeil

-Un régiment de cavalerie avec un escadron monté et trois escadrons en sommeil

-Un bataillon d’artillerie avec une batterie d’active et trois autres de réserve

-Une compagnie de sapeurs-mineurs

-Une compagnie télégraphique

-Une compagnie sanitaire

Après la mobilisation, les divisions norvégiennes doivent normalement être organisées de la façon suivante. Je dis bien normalement car la mobilisation ayant eu lieu en pleine invasion allemande, il y eut parfois des différences entre les divisions.

-Un état-major

-Un groupement logistique

-Deux régiments d’infanterie à quatre compagnies (trois compagnies de fusiliers à quatre sections et une compagnie d’armes lourdes _mitrailleuses et mortiers_)

-Un régiment de cavalerie à trois escadrons montés

-Un régiment d’artillerie à quatre batteries de quatre canons et une batterie antichar à huit pièces.

-Une compagnie de sapeurs-mineurs

-Une compagnie télégraphique

-Une compagnie sanitaire

Organisation de la Nouvelle Armée Royale Norvégienne

Initialement l’armée norvégienne devait être organisée en deux divisions légères d’infanterie et une division blindée mais très vite le gouvernement norvégien à du revoir ses prétentions à la baisse. C’est ainsi que l’armée norvégienne en exil va être organisée de la façon suivante :

-Un état-major

-Quatre brigades d’infanterie motorisées

-Deux régiments d’artillerie indépendants

-Un régiment blindé indépendant

-Deux groupes commandos

M-7 Priest 65

obusier automoteur de 105mm M-7 Priest

Chaque Norske Lysbrigader était organisée en un état-major, un groupement de soutien logistique, un bataillon de reconnaissance (une compagnie de commandement et de soutien, deux compagnies d’autos blindées et une compagnie de chars légers), une compagnie antichar et antiaérienne trois bataillons d’infanterie (une compagnie de commandement et de soutien, trois compagnies d’infanterie et une compagnie d’armes lourdes), un bataillon d’artillerie (une batterie de commandement et de soutien, trois batteries de six canons automoteurs M-7 Priest et une batterie de reconnaissance équipées de M-8 Greyhound) et un bataillon du génie (une compagnie de sapeurs-mineurs, une compagnie de pionniers, une compagnie de pontonniers, une compagnie sanitaire).

Les deux régiments d’artillerie indépendants (un régiment équipé de canons-obusiers de 25 livres et un régiment équipé de canons de 17 livres) étaient organisé de la même façon avec un état-major, une batterie de commandement et de soutien, trois groupes de trois batteries de quatre pièces soit trente-six canons par régiment.

Ordnance QF 17 Pounder 3

Canon de 17 livres

Le régiment blindé indépendant est organisé en un état-major, un escadron de commandement et de soutien, trois escadrons de M-4 Sherman et un escadron d’autos blindées M-8 Greyhound.

Scandinavie (5) Norvège (5)

La Norvège dans le second conflit mondial : conquête, occupation, collaboration et résistance

La conquête de la Norvège (opération Weserübung)

Norvège

Le 5 septembre 1948, les allemands déclenchent l’opération Weserübung en envahissant la Norvège et le Danemark. L’objectif pour les allemands est de prendre le contrôle de ces deux pays pour sanctuariser la Baltique et surtout acquérir des bases aériennes, navales et aéronavales pour opérer plus facilement contre les marines alliées qu’elles soient de guerre ou de commerce.

Lire la suite

Scandinavie (2) Norvège (2)

HISTOIRE GENERALE

Chronologie étoffée

Avant-propos

Dans cette partie je vais aborder les principaux événements de l’histoire de la Norvège de manière très liminaire pour ne pas être long et surtout ne pas encombrer l’esprit du lecteur avec des événements qui n’ont pas de rapport avec mon uchronie.

Lire la suite

Réflexions (4)

Bonsoir à toutes et à tous (même en ces temps de confinement ou de cons-finement restons galants) suite de mes réflexions, une sorte de pause légère en attendant le début du postage de la Norvège lundi 23 mars.

L’uchronie à généralement mauvaise presse en France alors que dans les pays anglo-saxons le what if est pratiqué comme un très stimulant exercice intellectuel.

A mon sens deux raisons majeures explique cette défiance : le poids de l’histoire en France, une histoire qui à été rédigée comme une science avec ces postulats, ses règles et aussi la question du révisionnisme et du négationnisme. Si vous imaginez une autre évolution ou une autre conséquence d’un événement vous êtes malheureusement assimilés à Faurrisson et consorts.

Pour moi l’uchronie est un exercice intellectuel sain et stimulant qui évite le déterminisme historique. Cela permet de garder de l’humilité et de la modestie en évitant de juger les comportements de nos ancêtres de manière trop sévère.

Pourquoi avoir rédiger une uchronie sur une seconde guerre mondiale alternative ? A la fois pour rendre hommage aux soldats de 1940 injustement calomniés puisque vus pendant des décennies comme des lâches qui se sont rendus sans combattre mais aussi par passion de l’armement et le regret de ne pas avoir vu l’armée française mettre en oeuvre des armes remarquables. Comme l’à dit un historien anglo-saxon « les soldats français de 1940 sont partis en guerre avec des armes indignes des soldats qui les portaient ».

J’aurais pu choisir une uchronie commençant en 1942 ou 1943 mais j’ai choisit 1948 car je voulais voir la Kriegsmarine du plan Z avec ses porte-avions, ses cuirassés et autres croiseurs de bataille.

Clausuchronia n’est pas ma seule uchronie. J’ai aussi imaginé une Sardaigne indépendante, une Ecosse indépendante et même un pays quasi-imaginaire la Slavie et si cela vous intéresse c’est toujours sur Marine Forum que cela se passe.

Benelux (11) Pays-Bas (11)

KONINKLIJKE MARINE (MARINE ROYALE NEERLANDAISE)

Pays-Bas 12.png

Une histoire navale des Pays-Bas

Les «Gueux des mers»

C’est en 1648 que les Provinces-Unies deviennent indépendantes. La puissance navale néerlandaise à cependant commencé bien des années auparavant. Dès le 15ème siècle on peut voir l’émergence d’une puissance navale sous la forme d’initiatives privées, des riches marchands armaient des navires pour les protéger des pirates.

Lire la suite

Benelux (6) Pays-Bas (6)

Le XVIIIème siècle néerlandais

Les Provinces-Unies sont une exception dans cette Europe du 18ème siècle : c’est une république mais c’est tout sauf un choix conscient puisqu’il initialement l’Union d’Utrecht souhaitait trouver un roi pour gouverner les provinces calvinistes.

Lire la suite