19-Marine marchande (15)

SNCF

La Société Nationale des Chemins de Fer Français (SNCF) créée par le Front populaire en 1938 dispose également de navires, des cargos, des caboteurs et des paquebots transmanches comme le montre l’état de sa flotte en septembre 1939. A noter qu’une partie est placée en gérance chez Delmas-Viellejeux.

-Cargo Rennes (1925) 771 TJB

-Caboteur Bordeaux (1912) 774 TJB

-Caboteur Brest (1900) 522 TJB

-Paquebot transmanche Londres  (en construction en 1940) 2384 TJB

-Paquebot transmanche Newhaven (1911) 1888 TJB

-Paquebot transmanche Rouen (1912) 1882 TJB

-Paquebot transmanche Versailles (1919) 2156 TJB

Pour remplacer son cargo Rennes et ses caboteurs Bordeaux et Brest, la SNCF passe commande auprès des chantiers Delmas de La Rochelle de trois petits cargos de 70m de long et de 1000 Tonnes de jauge brute.

-caboteur Rennes II mis sur cale 12 mars 1946 lancé le 11 novembre 1946 et mis en service le 21 janvier 1947

-caboteur Bordeaux II  mis sur cale le 20 novembre 1946 lancé le 27 juillet 1947 et mis en service le 8 janvier 1948

-caboteur Brest II mis sur cale le 12 août 1947 lancé le 14 mai 1948 et mis en service le 1er septembre 1948

Société Cherbourgeoise de Cabotage

Situation identique en septembre 1948 même si sans la guerre, il est probable que la SCC aurait passé commande de nouveaux navires notamment pour remplacer ses vénérables transbordeurs.

-Caboteur Carentan (1930) 145 TJB

-Caboteur Renée Marguerite (1932) 3713 TJB

-Transbordeur Ingénieur Cachin (1923) 1309 TJB

-Transbordeur Ingénieur Minard (1911) 1273 TJB

-Transbordeur Ingénieur Reibell (1911) 675 TJB

Société Européenne d’Armement

Cette société victime d’importants détournements de fonds de la part d’un directeur indélicat fait faillite en 1942.

Ces trois navires sont mis en vente par l’administrateur judiciaire pour renflouer les créanciers mais ne trouvant pas prenneurs, ils sont vendus à la démolition donc au prix de la féraille.

-Cargo Calvados (1909) 2993 TJB

-Cargo La Marsa (1914) 1439 TJB

-Cargo Prado (1905) 997 TJB

Société Française des Pétroles Shell

-Pétrolier Alberta (1938) 3357 TJB

-Pétrolier-caboteur Mexphalte (1928) 2578 TJB

-Pétrolier-caboteur Shellspra (1923) 2161 TJB

-Pétrolier-caboteur Spramex (1928) 2560 TJB

Pour compléter sa flotte, cet armateur émanation du trust anglo-néerlandais commande deux pétroliers-caboteurs, des PPC ou Petits Pétroliers de la Commission, des navires de 1500 tonnes de jauge brute. Ces deux navires sont construits par les Chantiers de Normandie au Grand Quevilly près de Rouen.

-Pétrolier-caboteur Caucase  mis sur cale le 27 octobre 1945 lancé le 28 juillet 1946 et mis en service le 12 octobre 1946

-Pétrolier-caboteur Oural  mis sur cale le 10 août 1946 lancé le 2 juin 1947 et mis en service le 2  novembre 1947

Société Française de Transports Pétroliers (SFTP)

La Société Française de Transports Pétroliers à été créée en 1938 sous la forme d’un consortium dont la colonne vertébrale était la compagnie Worms pour augmenter les capacités de transport pétrolier au profit de l’industrie française.

-Pétrolier Bourgogne (1937) 9357 TJB

-Pétrolier Champagne (1938) 9946 TJB

-Pétrolier Dauphiné (1930) 9176 TJB

-Pétrolier Franche Comté (1936) 9314 TJB

-Pétrolier Languedoc (1937) 9512 TJB

-Pétrolier Limousin (1930) 7619 TJB (appartient au gouvernement français)
-Pétrolier Lorraine (1937) 9512 TJB

-Pétrolier Phenix (1920) 2633 TJB (appartient à la société Courtage et Transport)

-Pétrolier Picardie (1936) 8263 TJB (appartient au gouvernement français) (partie avant coule en février 1940, partie arrière dépôt pétrolier à Oran)

-Pétrolier Rousillon (1936) 9386 TJB

-Pétrolier Saintonge (1936) 9386 TJB

-Pétrolier Touraine (1934) 6589 TJB

-Pétrolier Vendée (1928) 9153 TJB (appartient au gouvernement français)

Pour renforcer sa flotte, la SFTP va mettre en gérance trois pétroliers type Commission financés entièrement par la CNM, des navires baptisés Picardie Provence et Gironde. Ces trois navires sont commandés aux chantiers navals Vickers de Barrow in Furness.

-Le Picardie est mis sur cale le 12 septembre 1943 lancé le 8 janvier 1945 et mis en service le 12 mai 1945

-Le Provence est mis sur cale le 15 janvier 1945 lancé le 21 mars 1946 et mis en service le 2 septembre 1946

-Le Gironde est mis sur cale le 2 avril 1946 lancé le 12 octobre 1947 et mis en service le 21 mars 1948

Société des Transports Maritimes Pétroliers

-Pétrolier Brumaire (1930) 7638 TJB

Société Les Pétroles d’Outre-Mer

-Pétrolier Aragaz (1914) 5009 TJB

-Pétrolier Massis (1914) 5022 TJB

Les compagnies Société des Transports Maritimes Pétroliers et Société Les Pétroles d’Outre-Mer sont absorbées par la Société Française de Transports Pétroliers (SFTP) en 1945. Si le Brumaire reste en service, l’Aragaz et le Massis sont désarmés et vendus à la démolition.

Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur (SGTM)

La Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur (SGTM) à été créée en mars 1865 par Paulin Talabot à Marseille. La création de cette compagnie s’expliquant par les intérêts de son fondateur dans une mine de fer près de Bône en Algérie.

Dès 1866, la compagnie s’ouvrit également  au transport pétrolier en commandant neuf pétroliers portant le nom de provinces de France avant de s’intéresser au transport de passagers.

En 1870, la compagnie possédait déjà 17 navires qui opéraient sur des lignes reliant la France à l’Amérique du Sud, à l’Afrique du Nord et même au Sénégal à partir de 1883. De 1893 à 1903, la SGTM noua une alliance avec la Compagnie de Navigation Mixte et la compagnie Caillol pour offrir un service plus compétitif à destination de l’Algérie.

La Compagnie entra dans le 20ème siècle avec 22 navires et en 1909, la SGTM créa une filiale baptisée Compagnie de Navigation France-Amérique pour assurer le transport de migrants entre l’Espagne et l’Amérique du Sud.

Quand le premier conflit mondial éclate, la compagnie dispose de 25 navires dont la majorité est réquisitionné même si la compagnie continue son trafic privé en direction notamment des Antilles, du Mexique et de la Louisiane.
Quand la première guerre mondiale s’arrête, la SGTM à perdu un total de douze navires, vite remplacés ce qui explique qu’en 1930, elle dispose de 30 navires soit le quatrième armateur français derrière la Transat, les Messageries Maritimes et les Chargeurs Réunis.
Quand la guerre de Pologne éclate, la compagnie dispose des navires suivants :

-Paquebot Alsina (1922) 8404 TJB

-Paquebot Campana (1929) 10816 TJB

-Paquebot Florida (1926) 9331 TJB

-Cargo Capitaine Paul Lemerle (1921) 4499 TJB

-Cargo Mont Agel (1920) 4572 TJB

-Cargo Mont Everest (1918) 5120 TJB

-Cargo Mont Viso (1921) 4531 TJB

-Cargo Sidi Aïssa (1927) 2586 TJB

-Paquebot Gouverneur Général Tirman (1923) 3509 TJB ((gérance d’un navire appartenant au gouvernement français)

-Paquebot Mendoza (1920) 8199 TJB

-Paquebot Sidi Bel Abbès (1929) 4392 TJB

-Paquebot Sidi Brahim (1910) 2349 TJB

-Paquebot Sidi Mabrouk (1910) 2349 TJB

-Paquebot Sidi Okba (1929) 2824 TJB

Pour renforcer et renouveler sa flotte, la SGTM va passer plusieurs commandes. Elle va passer commande de quatre cargos type Commission et deux paquebots mixtes qui reprennent les noms des navires qu’ils remplacent.

Les deux paquebots baptisés Sidi Brahim et Sidi Mabrouk sont commandés aux Ateliers et Chantiers du Havre (ACH).

-Paquebot Sidi Mabrouk  mis sur cale le 8 janvier 1946 lancé le 15 décembre 1947 et mis en service en juin 1948

-Paquebot Sidi Brahim  mis sur cale le 25 janvier 1948. Toujours en construction en septembre 1948, sa construction est suspendue puis reprend en octobre 1948 pour libérer la cale sans que son achèvement soit prévu.

Les quatre cargos type Commission sont baptisés Mont Cenis Pic du Midi, Le Tourmalet et Mont Gerbier des Joncs.

-Le Mont Cenis est mis sur cale aux ACH du Havre le 15 mai 1946 lancé le 8 octobre 1947 et mis en service le 12 mars 1948

-Le Pic du Midi est mis sur cale aux FCM du Havre le 17 novembre 1946 lancé le 8 février 1948 et mis en service le 12 mai 1948

-Le Le Tourmalet est mis sur cale aux FCM du Havre le 25 mai 1946 lancé le 2 octobre 1947 et mis en service le 14 mars 1948

-Le Mont Gerbier des Joncs  est mis sur cale aux ACSM du Trait  le 20 septembre 1946 lancé le 30 décembre 1947 et mis en service le 15 avril 1948

Société Navale Caennaise

La Société Navale Caennaise à été créée à Caen en 1803 même si la famille possédant la compagnie, la famille Lamy avait acquis son premier navire dès 1837, la SNC étant le regroupement de plusieurs petites compagnies. En ce qui concerne la tradition des noms des navires, il fût décidé qu’ils portent tous des noms de créatures mythologiques.

Disposant de sept navires en 1914, elle n’en possède plus que trois à la fin de la guerre. Cinq autres navires sont acquis en Angleterre en 1920/24 puis rachète cinq navires de l’armement caennais concurrent Armement Fernand Bouet entre 1928 et 1934. Aussi quand la guerre de Pologne éclate, la SNC dispose de dix-sept navires :
-Cargo Astrée (1921) 2147 TJB

-Cargo Circé (1926) 2031 TJB

-Cargo Colleville (1922) 2012 TJB

-Cargo Danaé (1936) 2660 TJB

-Cargo Daphné (1925) 1969 TJB

-Cargo Dioné (1936) 2660 TJB

-Cargo Egée (1940) 2666 TJB

-Cargo Gallium (1924) 1775 TJB

-Cargo Hébé (1920) 1684 TJB

-Cargo Honfleuraise (1923) 1782 TJB
-Cargo Médée (1920) 1882 TJB

-Cargo Nantaise (1920) 1798 TJB

-Cargo Niobé (1920) 1684 TJB

-Cargo Phryné (1938) 2660 TJB (coulé sur mine le 24 septembre 1939)

-Cargo Senneville (1922) 4578 TJB

-Cargo Thesée (1921) 2088 TJB

-Cargo Thisbé (1925) 1782 TJB

La Société Navale Caennaise renouvèle sa flotte en passant commande de plusieurs cargos sans recourir aux aides de la CNM  :

-Le Phryné  est mis sur cale aux CNF de Caen le 20 décembre 1947 lancé le 2 août 1948 et encore en armement à flot un certain 5 septembre 1948.

-Le Niobé est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 5 mai 1945 lancé le 8 août 1946 et mis en service le 2 janvier 1947. Il remplace le cargo du même nom datant de 1920.

-Le Hercules est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 2 septembre 1946 lancé le 30 décembre 1947 et mis en service le 15 mai 1948

Les autres navires sont encore en service en septembre 1948

Société Navale de l’Ouest

La Société Navale de l’Ouest (SNO) à été créée en 1881 au Havre sous le nom de Armement Georges Leroy qui prend le nom de SNO en 1887. Une partie de la flotte est vendue suite à la crise économique des années trente mais en 1939, la SNO dispose des navires suivants :
-Cargo Saint Ambroise (1920) 3075 TJB

-Cargo Saint Basile (1920) 2278 TJB

-Cargo Saint Camille (1920) 3274 TJB

-Cargo Saint Cyrille (1920) 3075 TJB

-Cargo Saint Didier (1920) 2278 TJB

-Cargo Saint Firmin (1920) 4356 TJB

-Cargo Saint Louis (1913) 5202 TJB

-Cargo Saint Octave (1922) 5099 TJB

Cette flotte est plutôt ancienne mais faute de mieux elle reste en l’état, perdant par échouage le Saint Louis en septembre 1946.

Publicités

14-Navires légers (37) Corvettes classe La Malouine (6)

La Strasbourgeoise

-La Strasbourgeoise est mis sur cale aux chantiers J. Lewis & Sons Ltd d’Aberdeen le 14 avril 1942 lancée le 7 janvier 1943 et mise en service le 10 septembre 1943.

Affectée à la 5ème DEO, elle quitte son chantier constructeur le 13 septembre, fait escale à Brest du 17 au 21 septembre avant de traverser l’Atlantique pour rallier Fort de France le 29 septembre 1943 où elle retrouve La Parisienne et La Messine.

Comme ses compères de la 5ème Division d’Escorte Océanique, la vingt et unième corvette de classe La Malouine va assurer la sécurisation des Antilles contre de possibles sous-marins allemands ainsi que des escortes de convois.

Du 5 novembre au 15 décembre 1946, la corvette est échouée au bassin pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 1er janvier 1947, sortant pour essais les 2 et 3 janvier puis pour remise en condition du 5 au 20 janvier 1947, date à laquelle la corvette est de nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai à Fort de France.  Elle est mise en alerte prête à patrouiller ou à escorter un convoi en direction de la métropole ou de l’AOF.

La Lilloise

-La Lilloise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 5 janvier 1943 lancée le 15 octobre 1943 et mise en service le 14 mai 1944.

La Lilloise et La Clermontoise quittent ensemble leur chantier constructeur le 22 mai pour leur long périple jusqu’à Diego-Suarez. Les deux corvettes font escale à Brest du 26 au 29 mai, à Casablanca du 2 au 5 juin, franchissent le détroit de Gibraltar le 6 juin pour pénétrer en Méditerranée.

Après un ravitaillement à Bizerte le 10 juin, ils sont à Alexandrie du 14 au 16 juin pour franchir le canal de Suez les 17 et 18 juin. Après avoir descendu la mer Rouge, les deux corvettes sont à Djibouti du 23 au 25 juin avant de rallier Diego-Suarez le 2 juillet 1944 après un voyage de 41 jours.

Leur arrivée permet à la 6ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires pour s’opposer aux sous-marins italiens et pour escorter les convois transitant dans la région.

Du 5 juin au 15 juillet 1947, la corvette est échouée au bassin n°1 pour une remise en état complète et une mise à jour de son électronique. Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 1er août, sortant pour essais les 2 et 3 août puis pour remise en condition du 5 au 20 août, date à laquelle la corvette est à nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, La Lilloise et La Clermontoise escortaient un petit convoi de trois caboteurs entre Diego-Suarez et Djibouti  _des recrues malgaches et une batterie d’artillerie de 75_.

Les deux corvettes arrivent à Djibouti le 8 septembre, se ravitaillent puis rentrent à Diego-Suarez pour prendre en charge d’autres convois en compagnie de leurs compères La Rouennaise et La Nancéenne.

La Caennaise

-La Caennaise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 4 mars 1943 lancée le 4 janvier 1944 et mise en service le 12 août 1944.

La Caennaise quitte son chantier constructeur le 14 août 1944, fait escale à Brest du 18 au 23 août où elle se ravitaille, charge des munitions et procède à d’ultimes travaux et d’ultimes tests. La corvette quitte Brest en fin d’après midi, 23 août 1944 pour rallier Fort de France le 1er septembre 1944 où elle intègre la 5ème DEO.

Comme ses compères de la 5ème Division d’Escorte Océanique, la 23ème corvette de classe La Malouine va assurer la sécurisation des Antilles contre de possibles sous-marins allemands ainsi que des escortes de convois.

Du 16 septembre au 30 octobre 1947, elle est échouée dans la forme de radoub pour son premier grand carénage, une remise en état générale et une mise à jour des radars et de l’Asdic.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 12 novembre, sortant pour ses essais réglementaires les 13 et 14 novembre puis pour remise en condition du 16 au 30 novembre date à laquelle elle est de nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai à Fort de France. Elle est mise en alerte prête à appareiller pour une patrouille anti-sous-marine ou des escortes de convois.

La Clermontoise

-La Clermontoise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 12 janvier 1943 lancée le 23 octobre 1943 et mise en service le 21 mai 1944.

La Clermontoise et La Lilloise quittent ensemble leur chantier constructeur le 22 mai pour leur long périple jusqu’à Diego-Suarez. Les deux corvettes font escale à Brest du 26 au 29 mai, à Casablanca du 2 au 5 juin, franchissent le détroit de Gibraltar le 6 juin pour pénétrer en Méditerranée.

Après un ravitaillement à Bizerte le 10 juin, ils sont à Alexandrie du 14 au 16 juin pour franchir le canal de Suez les 17 et 18 juin. Après avoir descendu la mer Rouge, les deux corvettes sont à Djibouti du 23 au 25 juin avant de rallier Diego-Suarez le 2 juillet 1944 après un voyage de 41 jours.
Leur arrivée permet à la 6ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires pour s’opposer aux sous-marins italiens et pour escorter les convois transitant dans la région.

Du 16 juillet au 31 août 1947, la corvette est échouée au bassin pour son  premier grand carénage, une remise en état générale et une mise à jour des radars et de l’électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 13 août, effectuant ses essais à la mer les 14 et 15 août puis sa remise en condition du 17 au 31 août, date à laquelle elle est de nouveau opérationnelle.

Le 5 septembre 1948, La Clermontoise et La Lilloise escortaient un petit convoi de trois caboteurs entre Diego-Suarez et Djibouti _des recrues malgaches et une batterie d’artillerie de 75_.

Les deux corvettes arrivent à Djibouti le 8 septembre, se ravitaillent puis rentrent à Diego-Suarez pour prendre en charge d’autres convois en compagnie de leurs compères La Rouennaise et La Nancéenne.