Grande Bretagne (68) Bases Navales (1)

BASES NAVALES

Avant-Propos

C’est le théoricien américain Alfred Mahan qui rappela l’importance des bases dans une stratégie navale cohérente.

Durant l’Antiquité, les besoins sont modestes et les trirèmes grecques sont souvent tirées au sec sur la plage pour la nuit. Peut-on parler de base navale ? Probablement que non.

Rome dispose de bases navales mais là encore on peut difficilement les comparer à nos bases et arsenaux modernes.

Il faut en réalité attendre le Moyen-Age pour que les premières bases navales au sens modernes du nom voit le jour. En France, Saint Louis fait construire le port d’Aigues-Mortes pour ses croisades et en Manche, le Clos-des-Gallées à Rouen permet la constitution d’une première flotte française dirigée par Jean de Vienne qui ravage les côtes anglaises. Ailleurs c’est l’Arsenal de Venise, probablement le premier site industriel de construction navale.

L'entrée de l'Arsenal de Venise

L’entrée de l’Arsenal de Venise

A l’époque moderne, des bases modernes voient le jour à Brest et à Toulon pour la France, à Portsmouth et à Devonport pour la Grande-Bretagne. L’absence de port abrité sur les côtes de La Manche explique en partie l’absence de résultats probants de la marine Royale française en Manche.

Les servitudes techniques déjà importantes du temps de la marine à voile (il faut calfater les coques, fournir les gréements, les vivres pour les marins, la poudre et les projectiles) augmentent encore avec la vapeur.

Désormais une marine sans base était impossible à concevoir, des bases spécifiques avec des ateliers, des dépôts, des formes de radoub le tout protéger par des défenses côtières plus ou moins importantes en fonction des menaces.

Pour le cas particulier de la Royal Navy, les bases historiques sont situées en Manche face à la France (Devonport, Portsmouth). Ce n’est que plus tard que la mer du Nord reçut des bases équipées (Chatham, Rosyth).

En septembre 1948, la Royal Navy dispose en Métropole d’un mouillage protégé à Scapa Flow ainsi que de bases à Rosyth, Chatham, Portsmouth, Devonport, Portland et Faslane.

Marine aux responsabilités mondiales, la Royal Navy dispose d’un réseau inégalé de bases navales sur tous les océans du globe.

En Méditerranée, l’île de Malte est stratégiquement positionnée pour couper les communications italiennes entre la péninsule et la Libye mais également couvrir le passage de convois entre les Colonnes d’Hercules (Détroit de Gibraltar) et le canal de Suez, la nouvelle base navale d’Alexandrie ayant un double rôle : agir en Méditerranée orientale et protéger le canal de Suez. Chypre et Haïfa peuvent accueillir des navires en escale mais il n’y à pas de véritables bases navales.

L’autre zone d’importance c’est la zone de responsabilité (Area of Responsability AoR) de la British Eastern Fleet zone allant du canal de Suez à Hong Kong avec des sous-commandements régionaux très autonomes.

La base principale c’est Singapour, le “Gibraltar d’Extrême-Orient”, base parfaitement outillée suite à des travaux importants menés entre 1942 et 1948 pour améliorer ses défenses et ses capacités de radoub et d’entretien.

Elle est relayée par la base d’Alor Setar à l’entrée du détroit de Malacca, base dont la mission principale est de surveiller le Golfe du Bengale.

A ces deux bases équipées en installations d’entretien figurent des bases tactiques moins bien équipées comme Kuching sur l’île de Bornéo, une base de ravitaillement pour opérer dans le Golfe de Thaïlande sans oublier Hong Kong qui ne dispose pas d’une véritable base, la colonie étant jugée trop menacée par le Japon pour recevoir d’importantes installations navales.

Des bases tactiques sont également installées à Aden et à Bombay pour couvrir la mer d’Arabie et notamment le passage des convois allant ou venant en direction de l’Extrême-Orient et l’Océanie, des convois transportant du matériel et des troupes.

Ailleurs les bases sont moins bien équipées et ont un rôle moins important qu’il s’agisse de Simonstown (Afrique du Sud), de Freetown (Sierra Leone) et aux Bermudes.

Suite à des accords formels et informels, les navires britanniques pourront utiliser des bases françaises, néerlandaises et américaines.

Bases de la Home Fleet

Rosyth His Majesty Naval Base (Rosyth HMNB)

Bassins de la base navale de Rosyth durant le second conflit mondial

Bassins de la base navale de Rosyth durant le second conflit mondial

Cette base est installée dans l’estuaire du Firth of Forth dans la ville de Rosyth, une ville du comté de Fife.

Cette base à été implantée au début du vingtième siècle, l’Arsenal (Rosyth His Majesty Dockyard) voyant le jour en 1909, l’implantation de cette base répondant à la montée en puissance de la Kaiserliche Marine qui menace la domination britannique de la mer du Nord.

C’est la principale base de la Home Fleet en raison de la présence du corps de bataille de la flotte métropolitaine.

Comme toutes les bases britanniques, elle est modernisée pour faire face aux nouveaux besoins de la Royal Navy notamment l’augmentation de la taille des navires. Les formes de raddoub sont agrandies et approfondies pour suivre cette croissance.

Les ateliers sont modernisés, les dépôts augmentés tout comme sont accrus les moyens de levage et de manutention.

Les défenses côtières sont également modernisés pour sécuriser l’accès au Firth of Forth même si l’hypothèse d’un débarquement allemand est peu probable.

En septembre 1948, les navires suivants sont stationnés à Rosyth :

-Cuirassés HMS Lion Conqueror Temeraire Thunderer (classe Lion)

-Cuirassés HMS King George V Anson Howe (classe King George V)

-Cuirassés HMS Vanguard Iron Duke Royal Oak Centurion (classe Vanguard)

-Porte-avions HMS Illustrious Formidable Victorious (classe Illustrious)

-Croiseurs légers HMS Birmingham Southampton Glasgow Belfast (classe Town)

-Croiseurs légers HMS Bermuda Gambia Kenya (classe Crown Colony)

-Croiseurs légers HMS Bellona Black Prince Diadem Sirius Naïad Euryalus (classe Dido)

-Les destroyers d’escadre déployés à Rosyth appartiennent à quatre flottilles ou plutôt à deux flottilles complètes et deux flottilles qui se partagent entre Rosyth et son pendant occidental de Faslane.

-8th Destroyer Flottilla sept destroyers type F (HMS Fearless Forester Fame Fortune Firedrake Foresight Faulknor, les Fury Foxhound sont détachés à Faslane mais font sur le papier toujours partie de la 8th DF).

-12th Destroyer Flottilla cinq destroyers type E (HMS Escapade Electra Esk Echo Escort, les Eclipse Excounter Express Exmouth sont détachés à Faslane)

-18th Destroyer Flottilla huit destroyers type O (HMS Onslow Offa Onslaught Oribi Obdurate Obedient Opportune Orwell)

-19th Destroyer Flottilla : huit destroyers type P (HMS Pakenham Paladin Panther Partridge Pathinder Penn Petard Porcupine).

Les sous-marins sont également présents en nombre à Rosyth :

1st Submarine Flottilla : sous-marins type T HMS Triton Trident Tarpoon Triad Talisman Tempest Traveller Turbulent

7th Submarine Flottilla : sous-marins type S HMS Swordfish Sturgeon Seawolf Shark Syrtis Safari Scorcher Scotsman

-2nd Submarine Flottilla : sous-marins type U HMS Undine Unity Ursula Umpire Una Unbeaten Undaunted Union

-Chalutiers armés classe Tree : six navires groupés autour d’une 12th Escort Flottilla (Ensay Fara Fetlar Filla Flotta Foulness)

-La 1st Minesweeping Flottilla stationnée à Rosyth dispose des Halcyon Harrier Speedwell Salamander (machines verticales) Franklin Gossamer Hebe (turbines).

-Pour ce qui est des unités légères, si on trouve pas de vedettes lance-torpilles, on trouve pour assurer la protection rapprochée de la base deux canonnières, deux patrouileurs anti-sous-marins, une vedette de sauvetage, une vedette émettrice de fumée et quatre HDML (Harbour Defence Motor Launch).

-Des navires de soutien de la Royal Navy sont également stationnés à Rosyth

-Poseur de filets HMS Guardian

-Bâtiment-base de sous-marins HMS Forth (soutien de la 7th Submarine Flottilla)

-Ravitailleur de sous-marin HMS Hazard (soutien de la 1st Submarine Flottilla)

-Ravitailleur de sous-marin HMS Shearwater (soutien de la 2nd Submarine Flottilla)

-Mouilleur de mines HMS Latona

-La RFA utilise également la base navale de Rosyth pour abriter certains de ces navires auxiliaires :

-Deux pétroliers classe Trinol, les RFA Appeleaf et Brambleleaf

-Deux pétroliers classe War, les RFA War Brahmin et War Sepoy

-Un pétrolier classe Dale, le RFA Cairndale

-Un pétrolier côtier (Harbour Tanker) le RFA Black Ranger

-Citerne à eau classe Fresh, la RFA Freshpond

-Transport de produits pétroliers RFA Petrella

-Ravitailleur (Coastal Stores Carrier) RFA Bacchus

-Cargo rapide RFA Fort Beauharnais

Dès le début du conflit et pour désengortger la base, une partie des navires notamment plusieurs cuirassés vont rejoindre Scapa Flow, d’autres Inverness à 144 miles plus au nord, le tout être plus réactif et surtout diminuer la vulnérabilité de la flotte britannique.

Chatham Royal Naval Base /His Majesty Dockyard

Implanté sur l’estuaire de la rivière Medway, la base navale de Chatham fût longtemps la seule base de la marine britannique en mer du Nord jusqu’à la construction de la base navale de Rosyth, mieux à même d’abriter la Home Fleet/Grand Fleet.

Le Chatham His/Her Majesty Dockyard voit le jour en 1570, la dégradation des relations avec les puissances continentales imposant de nouvelles mesures de défense.

A son apogée, cet arsenal fermé en 1984 car disposant d’infrastructures obsolètes occupait 1.6km² (1600 hectares) et faisait travailler 10000 personnes, civils et militaires.

A noter qu’en 1622, l’Arsenal de Chatham déménage pour un site mieux adapté à ses besoins, l’envasement de la rivière Medway gênant son activité.

D’importants travaux sont menés entre 1862 et 1885 pour adapter les infrastructures aux besoins imposés par la marine à vapeur, nettement plus exigeante que la marine à voile. Trois bassins à flots sont creusés ainsi que quatre formes de radoub.

La fermeture de Woolwich et de Depford en 1869 permet à Chatham de devenir jusqu’à l’ouverture de Rosyth juste avant le premier conflit mondial le principal arsenal de la Royal Navy avec Portsmouth.

Les infrastructures évoluent ensuite peu jusqu’au premier conflit mondial. Les installations sont modernisés, les bâtiments réaffectés à d’autres usages que ceux initialement envisagés mais il n’y à pas de nouveaux travaux.

Il faut attendre 1940 pour que de nouveaux travaux soient menés. Il s’agit d’augmenter la capacité d’entretien de l’Arsenal et d’améliorer l’efficacité d’infrastructures vieillissantes.

C’est ainsi que sur St Mary’s Island est installé une nouvelle zone d’entretien, un bassin à flot accessible par une écluse depuis la rivière Medway avec un bassin de radoub couvert de 250m et un bassin de 250m non couvert, le premier étant plus destiné aux sous-marins.
En aval du Chatham Dockyard une base de ravitaillement est implanté avec dépôt de munitions, dépôts de carburants, dépôts de vivres. C’est là que les navires en escale s’amarraient plutôt que dans les bassins à flot où la place était limitée.

En septembre 1948, les navires suivants étaient stationnés en permanence à Chatham :

-Aucun cuirassé ni porte-avions n’est stationné à Chatham, les plus gros navires sont des croiseurs :

-10th Cruiser Squadron : croiseurs lourds Cornwallis Blake Albermale (classe Admiral)

-12th Cruiser Squadron : croiseurs légers HMS Nigeria et Trinidad (classe Crown Colony)

-11th Submarine Flottilla : sous-marins type S HMS Seahorse Starfish Snapper Sahib Saracen Scythian Sea Devil

-Sous-marins mouilleurs de mines hMS Grampus Narwhal Rorqual Seal

-8th Minesweeping Flottilla avec les HMS Alarm Algerine Arcturus Bramble Cadmus Cheerful (classe Algerine)

-Deux canonnières, deux partrouilleurs ASM et une vedette de sauvetage

-Pétroliers RFA Rapidol (classe Belgol) RFA Cedardale (classe Dale)

-Pétrolier côtier Green Ranger (classe Ranger)

-Navire-hôpital RFA Maine

-Navire-dépôt de sous-marin HMS Medway

-Mouilleur de mines HMS Abdiel

Portsmouth His Majesty Dockyard

La base navale de Portsmouth en 2015

La base navale de Portsmouth en 2015

Avant la construction du port militaire de Cherbourg, la France ne disposait pas de port en eau profonde naturel sur les côtes de la Manche ce qui l’handicapait sérieusement dans sa lutte contre la Royal Navy qui elle disposait d’une géographie favorable.

Très tôt (dès le 16ème siècle quand l’Angleterre fait le choix du grand large après la perte de Calais voir même avant), elle fait construire plusieurs arsenaux sur les côtes du Channel. Parmi ces établissements on trouve le Portsmouth His Majesty Dockyard.

Les premières installations du Portsmouth His Majesty Dockyard et de la base navale (His Majesty Naval Base) voient le jour dès 1495. Il fait partie des arsenaux historiques avec Chatham, Woolwich et Devport.

A la fin du 17ème siècle de nombreux travaux sont menés, augmentant la capacité d’accueil de la base avec deux bassins à flot et cinq formes de radoub.
Des travaux sont régulièrement menés pour permettre à la base d’accueillir des navires, de les ravitailler, de les réparer. Des navires sont également construits.

En septembre 1948, le Portsmouth His Majesty Dockyard dispose de trois bassins à flot, de huit formes de radoub (deux de 250m, une de 300m, deux de 170m, deux de 180m et une de 150m) et de quatre cales de 250m.

Ces importantes installations sont cependant sous utilisées, aucun cuirassé ni porte-avions n’était stationné, la base navale de Portsmouth ayant perdu de son importance stratégique surtout depuis que la France n’est plus considérée comme un ennemi potentiel.

Aussi quand éclate le second conflit mondial éclate, les navires suivants sont stationnés :

-Deux croiseurs légers de la Marine Libre Polonaise (Free Polish Navy), les ORP Piorun (ex- HMS Danae) et ORP Dragon (ex-HMS Dragon)

-11th Destoyer Flottilla (11th DF) équipée de destroyers légers type Hunt, les HMS Atherstone Berkeley Cattistok Cleveland Eglington Exmoor

-16th Destroyer Flottilla (16th DF) équipée de destroyers légers type Hunt en l’occurence les HMS Zetland Tetcoot Southwold Chiddingfold Cowdray Croome

-14th Destroyer Flottilla (14th DF) équipée de destroyers légers type Hunt, les HMS Mendip Meynell Pytchley Quantock Quorn Southdown

-2nd Escort Flottilla (2nd EF) équipée de huit frégates de classe River, les HMS Ballinderry
Bann Chelmer Dart Exe Derg Ettrick Itchen

-Deux flottilles de vedettes lance-torpilles, les 1st MTB Flottilla (MTB-1 3 5 7 9 11 13 15) et
3rd MTB Flottilla (MTB-17 19 21 23 25 27 29 31)

-Deux pétroliers classe Dale, les RFA Bishopdale et Boardale

-Training Squadron avec le porte-avions HMS Commander Edward Dunning (ex-Hermes),
les croiseurs HMS Vindictive et Emerald, les destroyers HMS Amazone et Ambuscade.

Peu de navires sont donc stationés en temps normal à Portsmouth mais avec le déclenchement du conflit, il est probable que la situation va changer

Devonport His Majesty Dockyard/Royal Naval Base

La base navale de Devonport en 1909

La base navale de Devonport en 1909

Situé à l’ouest de la ville de Plymouth, la base navale de Devonport est l’autre base majeure de la marine britannique sur les côtes de la Manche.

En 1588 pour affronter l’Invincible Armada, la flotte britannique commandée notamment par Francis Drake appareille de l’estuaire de la rivière Plym ce qui marque la première utilisation militaire du site.

Il faut cependant attendre un siècle pour voir la construction d’un premier arsenal au sud de l’emplacement, du coeur actuel du Devonport His Majesty Dockyard. C’est à Devonport qu’est construit le premier bassin de radoub en pierre, remplaçant avantageusement le bois jusque là utilisé.

Une ville voit le jour autour site, une ville appelée Plymouth Dock jusqu’en 1823 quand ses habitants obtiennent de rebaptiser la ville Devonport.

Le South Yard qui est la partie la plus ancienne de l’Arsenal de Devonport à souffert des bombardements allemands durant le second conflit mondial. Une partie à été laissée à l’abandon puis rasée. Seul le bâtiment abritant les officiers de l’Arsenal existe encore aujourd’hui.

Les installations de production et de réparations se composaient de quatre cales ou slipeways et de quatre bassins. Deux des quatre cales ont disparu et seule la n°1 à été préservée sous son état initial avec son toit en bois.

Sur les quatre bassins, deux ont été comblés en 1960 pour accueillir des ateliers de maintenance, un à été désaffecté et le dernier accueille un sous-marin de type U accessible au public.

Le South Yard à cessé d’être utilisé comme Arsenal actif en 1974, les réductions de la flotte britannique rendant les besoins de maintenance moins importants et la tentative de créer une industrie de réparation et de démolition navale à échoué.

Trente ans après l’installation de l’Arsenal à lieu une première extension, au nord du site d’origine, un site d’approvisionnement appelé Morice Yard, ce site remplaçant les installations implantées à Plymouth même et trop exiguës. Si ce site à connu quelques dégâts liés aux bombardements allemands, bien plus de bâtiments d’origine ont été préservés.

Ce site à été utilisé jusqu’en 1985 quand un site plus moderne à été batit au nord de l’Arsenal, la raison était l’usure des bâtiments, des bâtiments trop exigus et des raisons de sécurité.

L’étape suivante de l’extension eut lieu au 19ème siècle au moment où le bois et la voile, le calfat et les cordages cédèrent la place à l’acier et à la vapeur.

Un nouveau site est construit à Keyham, le North Yard implanté au nord du Morice Yard, un tunnel reliant les deux arsenaux. Deux bassins sont construits, le bassin n°2 donnant accès à trois formes de radoub alors que le n°3 baignait les ateliers.

En 1895, décision est prise d’agrandir le North Yard avec deux nouveaux bassins (n°4 et n°5) reliés par un dock-écluse (type forme Joubert). Trois nouveaux bassins de radoub sont construits, bassins capables d’accueillir les plus gros navires de l’époque.

D’autres travaux sont menés entre 1939 et 1948 avec un nouveau bassin (n°6) accueillant trois nouvelles formes de radoub dont une couverte. Cela porte le total à neuf formes de radoub de différentes tailles.

Les moyens de levage sont également accrus, les défenses modernisées. De nouveaux logements sont construits pour pouvoir accueillir les équipages en escale.

Quand éclate le second conflit mondial, les navires suivants sont stationnés à Devonport :

-Trois croiseurs légers de classe Town, les HMS Newcastle Sheffield Edimbourg (18th Cruiser Squadron)

-Huit destroyers type J (HMS Jervis Jackal Juno Janus Javelin Jersey Jupiter Jaguar) formant la 7th Destroyer Flottilla

-Huit destroyers type M (HMS Milne Mahratta Muskeeter Myrmidon Matchless Meteor
Marne Martin) formant la 10th Destroyer Flottilla

-Six destroyers légers type Hunt (HMS Tynedale Whaddon Blankney Blencathral Brockesby Avon Vale) formant la 15th Destroyer Flottilla

-Trois sloops classe Kingfisher, les HMS Kingfisher Mallara Puffin

-HMS Pelican (classe Egret) du Fishery Protection Squadron

-Six sloops classe Black Swan (HMS Flamingo Erne Chanticleer Pheasant Starling Lapwing)

-Six dragueurs de mines classe Algerine (HMS Acute Albacore Antares Aries Brave Chameleon)

-La défense rapprochée est assurée par deux canonnières, deux patrouilleurs ASM, une vedette de sauvetage, deux vedettes ASM et quatre Harbour Defence Motor Launch (HDML).

-Deux pétroliers classe Belgol, les RFA Francol Montenol

-Un pétrolier classe War, le RFA War Hindoo

-Un pétrolier classe Dale, le RFA Emmerdale

-Un pétrolier “portuaire” de classe Ranger, le RFA Gold Ranger

-Un ponton pétrolier, le RFA Red Dragon

Portland Naval Base

La base navale de Portland en 1937

La base navale de Portland en 1937

Dans le comté du Dorset se trouve l’île de Portland reliée par une chaussée submersible au continent et à la ville de Weymouth.

Cette particularité géographique offrit dès le 15ème siècle un port naturel à la Royal Navy qui l’utilisa régulièrement.

Ce n’est qu’à partir du milieu du 19ème siècle que des brise-lames furent construits pour former un port en eaux profondes, un port de 9km² où d’importantes escadres pouvaient être rassemblées.

Il n’y avait cependant pas de formes de radoub en septembre 1939 et le projet d’en creuser une se heurtant à de nombreux problèmes au point qu’on préféra faire construire à Devonport un dock-flottant de 250m de long pour pouvoir caréner des navires si le besoin s’en faisait sentir.

Il s’agit plus là de réparer un navire trop endommagé pour rallier Devonport ou Portsmouth que pour réaliser un entretien, un carénage prévu de longue date.

La base qui à été fermée en 1995 sert aujourd’hui de cimetière marin pour la Royal Navy, l’équivalent grand-breton de Landevennec.

En dépit de cette limite, des moyens non négligeables étaient stationnés à Portland quand éclate le second conflit mondial :

-Croiseurs légers classe Town HMS Gloucester Liverpool Manchester formant le 4th Cruiser Squadron

-Destroyers type Hunt HMS Blean Bleadsale Bolebrooke Border Catterick Derwent formant la 20th Destroyer Flottilla

-Corvettes classe Flower HMS Abella Acanthus Alyssum Amaranthus Anchusa Anemone Arabis Arbutus formant la 1st Escort Flottilla.

-Corvettes classe Flower HMS Convolvulus Coreopis Coriander Cowslip Crocus Cyclamen Dahlia Delphinium

Faslane His Majesty Dockyard Royal Naval Base

La base navale de Rosyth se révélant saturée et exposée à de potentiels (voir plus que probables) bombardements allemands, la Royal Navy décide d’aménager une nouvelle base sur la côte orientale de l’Ecosse.

Greenock était déjà utilisée par le passé mais la Royal Navy préfère s’implanter plus en aval en l’occurence à 25 miles (50km) de Glasgow. Le choix de l’estuaire de la Clyde est tout sauf innocent, c’est là que se concentre une part non négligeable de l’industrie navale britannique avec notamment le chantier naval John Brown.

Les travaux commencent en 1940 et vont s’achever en 1947 mais dès 1944 la base est considérée comme opérationnelle, permettant d’accueillir des navires importants notamment des porte-avions de classe Malta.

Pour ce qui est des installations d’entretien, trois formes de radoub sont creusées, une de 300m, une seconde de 250m et une troisième de 170m. Des ateliers sont également construits ainsi que des dépôts de ravitaillement qui pour des raisons de sécurité sont situées un peu à l’écart de la base.

En septembre 1948, les navires suivants sont stationnés à Faslane :

-Porte-avions classe Malta, les HMS Malta Gibraltar Hermes

-Croiseurs légers classe Minotaur, les HMS Minotaur Swiftsure Superb Vigilant formant le 16th Cruiser Squadron

-Croiseurs légers classe Dido, les HMS Charybdis Scylla Argonaut qui assurent la protection des porte-avions Malta Gibraltar Hermes

-Destroyers classe Tribal HMS Matabele Ashanti Mashona Somali Punjabi Tartar Bedouin Eskimo formant la 6th Destroyer Flottilla

-Destroyers type F, les HMS Fury & Foxhound de la 8th Destroyer Flottilla

-Destroyers type E, les HMS Eclipse Excounter Express Exmouth de la 12th Destroyer Flottilla

-Faslane étant située sur la côte occidentale des îles britanniques, la base dispose de nombreux navires d’escorte, des sloops, des corvettes et des frégates.

-Trois sloops de classe Kingfisher, les HMS Kittawake Sheldrake Widgeon formant le Faslane Group ayant pour mission la lutte anti-sous-marine côtière

-Six sloops classe Black Swan, les HMS Black Swan Ibis Crane Lark Redpole Woodcock formant la 2nd Anti-Submarine Flottilla

-Seize corvettes classe Flower formant la 7th (HMS Bryonyt Buttercup Camellia Campion Carnation Chrysanthemum Clematis Coltsfoot) et la 9th Escort Flottilla (Burdock Calendula Campanula Candytuft Celandine Clarkia Clover Columbine)

-Huit frégates classe River formant la 4th Escort Flottilla (HMS Jed Kale Ness Nith Ribble Rother Spey Swale)

-Dragueurs de mines classe Bangor, les HMS Bangor Blackpool Bridlington Bridport Ardrossan Beaumaris Bootle Boston de la 4th Minesweeping Flottilla

-Bâtiment-base de destroyers HMS Woolwitch

-Navire de maintenance aéronautique HMS Unicorn

-Pétroliers classe Leaf RFA Cherryleaf & Orangeleaf

-Pétroliers classe War RFA War Diwan & War Pindari

-Pétroliers classe Dale RFA Arnsdale Aldersdale Echodale

-Ravitailleur rapide RFA Charlotte

-La défense de la base est assurée par deux canonnières, deux patrouilleurs anti-sous-marins, une vedette de sauvetage, une vedette émettrice de fumée et quatre HDML

Ports civils et mouillage

Outre les bases navales identifiées comme telles, certains ports comme Douvres (Dover) accueillent des navires, généralement des navires d’escorte et de patrouille.

Situé sur le détroit du Pas de Calais, ce port de commerce accueille la 5th Escort Flottilla et quelques navires de soutien.

La 5th Escort Flottilla est composée de huit corvettes de classe Flower, les HMS Armeria Arrowhead Aubretia Auricula Begonia Bellwort Bluebell et Borage

Sont également stationnées à Dover, quatre Harbour Defence Motor Launch et le pétrolier-caboteur RFA Gray Ranger.

A Harwich est stationnée la 3rd Anti-Submarine Flottilla avec des sloops classe Black Swan et Black Swan améliorés en l’occurence les HMS Whimbrel Woodpecker Cygnet Magpie Snipe Actaeon.

Scapa Flow n’est pas à proprement parlé une base mais un mouillage protégé situé dans les Orcades au nord de l’Ecosse. Ce mouillage à été utilisé durant le premier conflit mondial par la Grand Fleet, afin d’être plus apte à intercepter une sortie de la Hochseeflot.

En septembre 1939, une partie de la flotte y avait déjà été déployée mais après la destruction du Royal Oak par le U-47 et en attendant la sécurisation du site, la flotte avait été dispersée dans différentes bases et mouillage.

En septembre 1948, le mouillage est nettement plus sécurisé et les britanniques bien plus vigilant sur l’intrusion de sous-marins

Quand éclate le second conflit mondial, les navires suivants sont présents à Scapa Flow :

-L’ex-cuirassé HMS Resolution sert de ponton où il à remplacé l’ancien cuirassé Iron Duke

-Deux cuirassés, les HMS Royal Oak et Centurion (5th Battleship Division) accompagnés de leurs destroyers d’escorte type F HMS Fame Fortune Firedrake Foresight

-La 2nd Submarine Flottilla et son navire de soutien HMS Shearwater doivent rejoindre le mouillage dès le début du conflit

-1st Polish Minesweeping Flottilla avec les dragueurs de mines M.1 à M.8, d’anciens Hunt transférés à la Free Polish Navy

-Quatre HDML

-Pétroliers RFA Celerol (classe Belgol) RFA War Chrisna (classe War) et RFA Blue Ranger (classe Ranger)

-Bâtiment-base de destroyers HMS Woolwitch

-Ravitailleurs d’hydravions HMS Pegasus et Dumana

Publicités

9-Croiseurs légers (9)

Le Jean de Vienne

Le croiseur léger Jean de Vienne en 1937

Le croiseur léger Jean de Vienne en 1937

Le Jean de Vienne est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient dans la Forme de Lanester le 20 décembre 1931, remplaçant le ravitailleur de sous marins Jules Verne. Il y est construit en très bonne compagnie puisqu’au même moment l’Arsenal de Lorient construit les contre-torpilleurs Le Fantasque et L’Audacieux.

Les travaux ne commencent cependant réellement que le 2 août 1933 et si la coque flotte pour la première fois le 15 mars 1934 lors de la mise à flot des deux contre-torpilleurs, la mise à flot du deuxième croiseur de 7600 tonnes n’ à lieu que le 31 juillet 1935.

Armé pour essais le 1er février 1936, il effectue sa première sortie à la mer le 2 avril 1936. Les  essais officiels commencent le 30 avril et s’achèvent par l’entrée au bassin pour démontage le 1er juillet.

Entré en armement définitif le 1er septembre 1936, les démontages sont achevés le 1er octobre et après d’ultimes vérifications, la clôture d’armement du croiseur est prononcée le 10 février 1937.

Le 9 mars 1937, le Jean de Vienne quitte son port constructeur pour Brest. La croisière d’endurance à cependant lieu depuis Lorient, le croiseur quittant le Morbihan le 2 avril, fait escale à Tanger du 4 au 6 avril avant d’arriver à Toulon le 7 avril jour de son admission au service actif.

L’arrivée de deux croiseurs légers entrainent une réorganisation des divisions de croiseurs de l’Escadre de la Méditerranée le 2 novembre 1937. La 1ère DC se compose désormais des croiseurs lourds Algérie Dupleix Foch et Colbert, la 2ème DC se compose désormais des croiseurs lourds Duquesne Tourville et Suffren et enfin la 3ème DC composée des croiseurs légers La Marseillaise (Amiral) Jean de Vienne et La Galissonnière.

A l’été 1939, la 3ème DC quitte Toulon pour Bizerte afin de faire pression sur les italiens dont on ignore à l’époque les desseins.

Le 1er juillet 1939 est formée la 4ème escadre composée de la 3ème DC et de contre-torpilleurs. Au printemps 1940, la 3ème DC devient 2ème DC en raison du choix de donner des numéros pairs aux divisions de croiseurs légers et des numéros impairs aux divisions de croiseurs lourds

Suite à d’importants mouvements de la Regia Marina au printemps 1940 avec notamment quatre convois fortement escortés en direction de la Libye, un dispositif de surveillance des côtes tunisiennes est mise en place avec l’aide d’avions et d’hydravions basés à terre, de poste de guêts alors qu’au large les unités de la 6ème Escadre Légère sont chargés de la surveillance hauturière.

Ce dispositif lourd et contraignant, inspiré de celui mis en place durant la Guerre d’Espagne voit la 2ème DC patrouiller dans un triangle Malte-Tunisie-frontière libyenne, les trois croiseurs se relayant jusqu’au 25 septembre 1940 quand ce dispositif est allégé puis supprimé le 31 décembre 1940.

Le Jean de Vienne effectue ainsi une mission de surveillance du 17 juin au 2 juillet 1940 avant une période d’indisponibilité du 3 au 14 juillet pour entretien et permissions de l’équipage.

Après quelques essais à la mer les 15 et 16 juillet, le croiseur relève son sister-ship La Marseillaise pour une nouvelle mission de surveillance du 19 juillet au 4 août suivit d’une seconde mission du même genre du 25 août au 6 septembre.

Entre ses deux missions, il reste à Bizerte où sort à proximité de son  port d’attache pour des entrainements en solitaire ou en compagnie de La Galissonnière du 7 au 15 septembre pour un entrainement au combat de nuit puis un entrainement de défense aérienne à la mer du 18 au 25 septembre. La dernière mission de surveillance du Jean de Vienne à lieu du 22 octobre au 14 novembre en relève de La Galissonnière.

Après une période d’entretien à flot du 15 novembre au 20 décembre 1940, le Jean de Vienne sort pour essais du 21 au 26 décembre avant une remise en condition du 28 décembre 1940 au 5 janvier 1941.

Le 7 janvier 1941, la 2ème DC sort au grand complet, le Jean de Vienne navire-amiral de la 6ème EL étant le premier navire à enbouquer le canal reliant le lac de Bizerte à la mer suivit par La Galissonnière _navire-amiral de la division_ et par La Marseillaise.

Les trois croiseurs font escale à Mers-El-Kebir pour se ravitailler du 10 au 12 janvier (même si les travaux de la base sont loin d’être encore achevés), franchit le détroit de Gibraltar puis gagne Brest où la division arrive le 16 janvier 1941.

La 2ème DC retrouve la 4ème DC composée des croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues.

Les deux divisions vont manoeuvrer ensemble et avec une partie des contre-torpilleurs basés à Brest en l’occurence la 2ème DCT au complet (Jaguar Chacal et Léopard) et une partie seulement des 8ème DCT (Le Triomphant et Le Malin, l’Indomptable étant indisponible pour grand carénage) et 10ème DCT (Le Fantasque seul disponible, le Le Terrible étant en travaux à flot et L’Audacieux subissant une indisponibilité accidentelle).

Les six croiseurs et les six contre-torpilleurs appareillent de Brest le 18 janvier pour un exercice en mer d’Iroise. Tout commence par un exercice de combat antisurface, les contre-torpilleurs attaquant les croiseurs puis les croiseurs tentant d’intercepter des torpilleurs cherchant à gagner La Manche (18 au 25 janvier).

Après un ravitaillement auprès du pétrolier Nièvre mouillé en baie de Douarnenez (26 au 29 janvier), la 2ème DC se retrouve à attaquer la 4ème DC et les contre-torpilleurs avant que la 2ème DCT, La 8ème DCT et le 10ème DCT ne s’allie aux croiseurs «tunisiens» contre les croiseurs «brestois» (30 janvier au 9 février).

Après un mouillage en rade de Brest jusqu’au 16 février, la 2ème DC quitte la Bretagne, fait escale à Lorient du 18 au 21 février, à Saint Nazaire du 22 au 25 février, à Hendaye du 27 février au 1er mars, à Lisbonne du 3 au 7 mars, à Casablanca du 9 au 12 mars, franchit le détroit de Gibraltar le 14 mars avant de rentrer à Bizerte le 18 mars 1941.

Après une période d’indisponibilité du 19 au 30 mars, le Jean de Vienne sort pour essais du 1er au 4 avril avant de sortir pour entrainement en compagnie de La Marseillaise du 5 au 21 avril, faisant escale à La Valette du 22 au 27 avril, à Nicosie du 30 avril au 2 mai, à Lattaquié du 3 au 7 mai et à Beyrouth du 8 au 12 mai.

Le 21 mars 1941, la ville de Besançon devient ville-marraine du croiseur léger, Jean de Vienne premier amiral de France étant né à Dole dans la Jura à  proximité de Besançon.

Après un entrainement avec le Duguay-Trouin du 13 au 30 mai 1941, les deux croiseurs légers font escale à Alexandrie du 31 mai au 4 juin avant de rentrer à  Bizerte le 7 juin 1941.

Victime d’une avarie, le Jean de Vienne est en indisponibilité imprévue du 10 juin au 7 juillet avant des essais à la mer du 8 au 13 juillet suivis d’un entrainement en solitaire du 17 juillet au 4 août avant un retour à Bizerte le 7 août 1941.

Il sort avec son sister-ship La Marseillaise pour un entrainement combiné du 12 août au 7 septembre 1941, les deux navires ne passant que quelques heures dans le port de Sfax pour se ravitailler.

Ils enchainent successivement un entrainement au combat de nuit (12 au 20 août), un entrainement à la défense aérienne à la mer (22 au 28 août) et un entrainement au bombardement littoral suivi de la mise à terre des compagnies de débarquement pour la prise d’un ilôt désertique au large de Djerba (30 août au 7 septembre). Les deux navires sont de retour à Bizerte le 15 septembre après une escale à La Valette du 8 au 12 septembre 1941.

Le 25 septembre, le croiseur léger Jean de Vienne était au mouillage en alerte à 4h pour simuler un appareillage suite à une alerte au bombardement aérien, l’Amirauté voulant à tout prix éviter un embouteillage du lac suite à un bombardement ennemi (sous entendu italien) massif.

La base navale de Bizerte reçoit alors un SOS d’un hydravion de grande patrouille Bréguet Bizerte en difficulté au large du cap Bon. Le croiseur léger reçoit l’ordre d’appareiller le plus rapidement possible ce qu’il fait une heure et demi après la réception du SOS.

Après plusieurs heures de recherche (avec lancement de son hydravion Loire 130), le croiseur léger retrouve le Bréguet Bizerte et son équipage. Une remorque est passée mais alors que  l’on pensait pouvoir ramener le biplan trimoteur à sa base, le temps se dégrade et la remorque casse.

Pour éviter que l’épave ne soit une gêne pour la navigation, l’épave retrouvée le lendemain matin au large de Tunis est détruite à la mitrailleuse par un Bloch MB-175.

Rentré à Bizerte le 26 septembre 1941 dans la soirée, le Jean de Vienne ressort avec son sister-ship La Marseillaise du 4 au 21 octobre pour une série d’exercices avec tirs réels de 152mm contre terre et en mer sans oublier des lancement de torpilles contre un vieux cargo saisi par les Douanes. Ils sont de retour à Bizerte le 23 octobre 1941.

Après une période d’entretien à flot du 24 octobre au 12 novembre 1941, le Jean de Vienne ressort pour essais du 13 au 18 novembre avant une remise en condition effectuée en compagnie de son sister-ship La Marseillaise du 21 novembre au 12 décembre. Il sort encore une fois du 15 au 23 décembre pour un entrainement au combat de nuit.

Le 7 janvier 1942, le cuirassé Richelieu appareille pour une mission de représentation en Amérique du Sud, territoire où l’influence française n’était pas absente mais qui était tenté par un régime autoritaire de type fascisant.

Pour montrer le pavillon de façon convaincante, la France met les petits plats dans les grands avec une escadre composée du cuirassé Richelieu, du croiseur léger Jean de Vienne (venu pour l’occasion de Bizerte), les torpilleurs d’escadre Le Corsaire et Le Flibustier et le pétrolier Elorn, chargé de ravitailler tout ce petit monde.

La Division Navale Française (DNF) quitte donc Toulon le 7 janvier 1942 sous le commandement du contre-amiral François de Penvers, faisant escale à Casablanca le 13 janvier avant de traverser l’Atlantique, arrivant à Rio de Janeiro le 21 janvier.

Ouverts au public, les cinq navires remportent un très grand succès auprès des brésiliens qu’il s’agisse de simples visites ou de réceptions officielles. La DNF repart le 28 janvier direction Montevideo où elle fait escale du 29 janvier au 5 février 1942 avant de gagner le même jour Buenos Aires où la division reste mouillée jusqu’au 17 février 1942 quand elle appareille pour Valparaiso au Chili, arrivant à destination le 1er mars après une escale de deux jours les 20 et 21 février à Port Stanley, l’Elorn connaissant quelques ennuis mécaniques.

Le pétrolier L'Elorn

Le pétrolier L’Elorn

La DNF fait escale dans la principale base chilienne du 17 au 29 mars 1942 avant une brève escale à Callao au Pérou du 30 mars au 2 avril puis à Guyaquil (Équateur) du 5 au 7 avril. Elle franchit le canal de Panama le 9 avril et après une escale de ravitaillement à Fort de France les 14 et 15 avril, elle rentre à Toulon le 25 avril. La DNF est dissoute le lendemain. Le Jean de Vienne rentre dans la foulée à Bizerte  où il arrive le 27 avril à temps pour son grand carénage.

Le Jean de Vienne est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 2 mai au 17 décembre 1942 pour une remise en état complète et une modernisation de ses capacités militaires. La coque est grattée et repeinte, les hélices sont changées. La catapulte un temps menacée est finalement conservée.

Un premier radar de veille surface est installé tandis que la DCA est modernisée : les 8 mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles sont remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles.

Après des travaux à quai du 18 décembre 1942 au 4 janvier 1943, le croiseur léger est armé pour essais le 5 janvier. Il sort du 7 au 12 janvier pour essais en solitaire avant d’effectuer sa remise en condition en compagnie de son sister-ship La Galissonnière alors que La Marseillaise  à remplacé le Jean de Vienne dans le processus de grand carénage (26 décembre 1942 au 5 juin 1943).

La remise en condition du croiseur léger à lieu du 14 au 25 janvier 1943 avant une période complémentaire de travaux à flot jusqu’au 2 février date à laquelle le Jean de Vienne est (enfin selon certains) disponible.

La 2ème DC sort le 7 février 1943 pour accueillir au large de Bizerte le contre-torpilleur Hoche. Construit à Nantes, le puissant contre-torpilleur complète la 11ème DCT composée du Mogador et du Volta.

A noter que ces deux derniers sont encore armés de huit canons de 138mm en quatre pseudo-tourelles doubles et non de huit canons de 130mm en quatre pseudo-tourelles doubles comme le Hoche même si les travaux sont prévus sous peu.

Le contact est pris le 8 février, les deux croiseurs légers et le contre-torpilleurs manœuvrant ensemble jusqu’au 13 février quand ils retrouvent à Sfax les Mogador et Volta. Après un entrainement de la 11ème DCT (15 au 18 février), la 11ème DCT va affronter la 2ème DC du 21 au 27 février avant que les deux divisions ne rentrent ensemble à Bizerte le 1er mars 1943.

Le Jean de Vienne sort à nouveau pour un entrainement du 5 au 9 mars avant un déploiement au Levant toujours dans le but de dissuader l’Italie de toute menée hostile vis à vis de nos mandats.

Il arrive à Tartous en Syrie le 13 mars, faisant escale pendant cinq jours. Reprenant la mer le 18 mars, le croiseur fait escale à Beyrouth du 19 au 24 mars avant un exercice avec les forces de souveraineté présentes sur place et ce du 25 mars au 3 avril.

Rentré à Bizerte le 6 avril, il se ravitaille rapidement et ressort du 7 au 21 avril pour un exercice commun avec son sister-ship La Galissonnière, les deux croiseurs rentrant à Bizerte le 25 avril 1943 après une escale à Tunis du 22 au 24 avril 1943.

Le Jean de Vienne sort pour un entrainement au combat de nuit du 2 au 7 mai avant une escale à Sfax du 8 au 11 mai.

Reprenant la mer, il s’entraine à la surveillance aéromaritime, lançant à l’aube le 12 mai son Loire 130 et guidant plusieurs avions et hydravions sur des zones définies à l’avance. L’exercice se termine le 15 mai et le croiseur léger rentre à Bizerte le 17 mai 1943.

Après une période au mouillage dans le lac de Bizerte jusqu’au 22 mai, le croiseur léger sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 23 au 30 mai.

Le lendemain 1er juin, la 2ème DC (croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne) quittent Bizerte et participent du 2 au 12 juin 1943 à une partie des importantes manoeuvres menées par les 2ème et 4ème escadre depuis le 17 mai et jusqu’au 4 juillet. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte  le 15 juin1.

Le Jean de Vienne est indisponible pour avarie du 15 juin au 5 juillet, une pollution du circuit d’alimentation en mazout ayant provoqué de sérieux dégâts sur au moins une chaudière que l’Arsenal de Sidi-Abdallah devra entièrement retuber. Après des essais à la mer convainquants du 6 au 12 juillet, le croiseur sort pour remise en condition du 13 au 30 juillet 1943.

Le Jean de Vienne sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 août suivit d’un entrainement au combat de nuit du 13 au 16 août. Du 17 au 30 août 1943, la 2ème DC sort pour entrainement avec notamment un spectaculaire tir de nuit dans le golfe de Gabès des 27 canons de 152mm de la division qui tirent un total de 270 obus de 152mm et des obus de 90mm. La 2ème DC rentre à Bizerte le 3 septembre 1943.

Après une période d’entretien à flot du 4 au 25 septembre, le Jean de Vienne sort pour essais du 26 au 30 septembre suivit d’un entrainement en solitaire du 1er au 10 octobre. Le 12 octobre, le Jean de  Vienne qui Bizerte pour Sfax le 14 octobre. Il y retrouve ses deux sister-ships de la 2ème DC et quatre torpilleurs de la 3ème DT.

Après une escale jusqu’au 18 octobre, la 2ème DC et la 3ème DT appareillent pour une série d’exercice : défense aérienne à la mer du 18 au 22 octobre, ravitaillement à la mer le 23 octobre, combat de nuit du 24 au 27 octobre, escorte et attaque de convois du 29 octobre au 5 novembre. Ils rentrent tous à Bizerte le 9 novembre.

Le 11 novembre 1943 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’armistice à lieu une revue navale sur le lac de Bizerte, le résident général de Tunisie, Hugues de Puylaurent passe en revue à bord du croiseur La Galissonnière, le reste de la 2ème DC, la 3ème DT, les 7ème et 11ème DCT ainsi que plusieurs sous-marins.

Un défilé militaire à lieu également en ville avec des unités de l’armée de terre et des détachements des navires de la 6ème Escadre Légère y compris l’Emile Bertin alors en grand carénage. L’armée de l’air survole la ville avec les avions basés en Tunisie.

Le 14 novembre, le Jean de Vienne quitte Bizerte pour un entrainement au large du Sénégal. Il se ravitaille à Casablanca le 19 novembre puis arrive à Dakar le 22 novembre. Il s’entraine au tir à Rufisque du 25 novembre au 12 décembre avant un exercice combiné du 14 au 20 décembre 1943.

Il repart le lendemain 21 décembre, fait escale à Mers-El-Kebir du 27 au 30 décembre avant de rentrer à Bizerte le 3 janvier 1944.

La première sortie de l’année 1944 à lieu du 7 au 15 janvier quand la 2ème DC au complet sort pour un entrainement suivit d’une escale à La Valette du 16 au 24 janvier puis d’un déploiement dans les mandats libanais et syriens. La division est à Lattaquié en Syrie du 27 au 30 janvier puis à Beyrouth au Liban du 2 au 7 février avant de rentrer à Bizerte le 10 février 1944.

Du 14 février au 2  mars, les croiseurs de la 2ème DC par roulement participe à la remise en condition de l’Emile Bertin après son grand carénage. La Galissonnière sert de nounou du 14 au 21 février avant que le Jean de Vienne ne prenne sa place du 22 au 28 février alors que La Marseillaise ne ferme la marche du 29 février au 2 mars.

Le Jean de Vienne quitte Bizerte le 7 mars pour un essai de nouvelles torpilles, essais interrompus dès le 4 mars en raison de problèmes de chaudières qui font que le croiseur est indisponible du 5 mars au 12 avril. Après des essais satisfaisants du 13 au 20 avril, le croiseur léger est de nouveau déclaré disponible le 21 avril 1944.

Il sort pour un entrainement au combat de nuit du 22 au 26 avril puis un entrainement à la défense aérienne à la mer du 27 avril au 2 mai avant une escale à Sfax du 3 au 8 mai 1944.

Le 12 mai 1944 débutent les manoeuvres Harmattan destinés à répondre à des manoeuvres italiennes en Libye voisine. La 6ème Escadre Légère va y participer tout comme des unités des Forces Armées de Tunisie (FAT) et des unités de l’armée de l’air basés dans le protectorat.

Durant ces vingt-quatre jours d’exercices intensifs simulant une attaque de la ligne Mareth puis un raid sur les côtes tunisiennes, le Jean de Vienne et La Marseillaise vont aussi bien participer à des exercices de bombardement littoral en appui de troupes au sol, des exercices de combat de nuit, d’escorte et d’attaque de convois, de défense aérienne à la mer et même de mouillage de mines en protection de l’Emile Bertin. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte le 10 juin après une escale à La Valette en compagnie de l’Emile Bertin.

Le 21 juin 1944, le Jean de Vienne appareille pour une nouvelle mission de présence au Levant, mission doublée d’une (discrète) mission de surveillance du Dodécannèse alors possession italienne.

Il fait escale à Lattaquié du 25 au 28 juin avant d’entamer sa mission de présence et de surveillance par une première patrouille du 30 juin au 12 juillet avant une escale au Pirée en Grèce du 13 au 17 juillet, une délégation d’officiers de la marine grecque visitant le croiseur pour la fête nationale française à savoir le 14 juillet.

Le croiseur léger effectue une nouvelle mission de surveillance et de présence du 18 juillet au 2 août, suivi à distance par un croiseur italien, le Pompeo Magno (classe Capitani Romani), les deux navires jouant au jeu du chat et de la souris. Après une ultime escale à Beyrouth du 2 au 9 août, le croiseur léger rentre  à Bizerte le 13 août et est indisponible jusqu’au 2 septembre 1944.

Il ressort pour essais du 3 au 7 septembre avant un entrainement de remise en condition du 8 au 16 septembre. De retour à Bizerte le 19 septembre, il sort pour un entrainement au combat de nuit en compagnie du contre-torpilleur Hoche et des torpilleurs de la 3ème DT du 25 septembre au 2 octobre.

Le Jean de Vienne ressort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 20 octobre avant de préparer la remise en condition de son sister-ship La Galissonnière. Les deux croiseurs légers ne se quittent plus du 27 octobre au 12 novembre 1944, enchainant les entrainements à la navigation et au combat pour habituer un équipage qui dans le cas de La Galissonnière à été largement renouvelé.

Cette mise en condition à certes vu quelques écoles à feu mais pour un entrainement grandeur nature si l’on peut dire, mieux vaut aller à Rufisque près de Dakar pour

Les deux croiseurs légers quittent Bizerte le 14 novembre, font escale à Mers-El-Kebir pour se ravitailler le 17 novembre avant d’arriver à Dakar le 23 novembre. La traversée s’est déroulée à vitesse soutenue sans avaries mécaniques majeures.

Le stage à lieu du 24 novembre au 12 décembre avant de rentrer en Tunisie le 23 décembre après une escale de ravitaillement à Mers-el-Kebir le 18 décembre. Durant ce stage,  le Jean de Vienne à tiré un total de 180 obus de 152mm et 240 obus de 90mm. Le Jean de Vienne ne ressort plus jusqu’à la fin de l’année 1944.

La première sortie de l’année 1945 à lieu du 5 au 17 janvier pour une série de manoeuvres en compagnie de ses deux sister-ships La Galissonnière et La Marseillaise. Les trois croiseurs vont s’entrainer au combat de nuit, au lancement de torpilles, à l’utilisation de leur hydraviation, à la défense aérienne à la mer. La division fait ensuite escale à Sfax du 18 au 23 janvier puis à Alexandrie du 25 janvier au 1er février.

Les trois croiseurs légers vont manoeuvrer avec des unités de la Mediterranean Fleet basés au pays des Pharaon du 2 au 12 février avant une nouvelle escale à Alexandrie du 13 au 18 février. La 2ème DC fait ensuite escale à Beyrouth du 20 au 25 février avant de rentrer à Bizerte le 28 février.
Le Jean de Vienne est déclaré indisponible le 5 mars et commence à vidanger ses soutes et à débarquer ses munitions. On profite pour commencer à démonter ce qui doit être modifié comme la catapulte, les radars, les grues……….. .

Il est échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 20 mars pour un grand carénage. Il s’agit essentiellement de travaux de maintenance avec grattage et peinture de la coque, changement des hélices, retubage des chaudières, remplacement de plusieurs diesels-alternateurs.

Les canons de 152mm et de 90mm sont retubés, les pièces légères de DCA sont changées et des radars plus modernes installés. Un temps, on envisagea de débarquer la catapulte mais au final elle fût conservée.

Remis à flot le 4 septembre 1945, il est remorqué au quai d’armement pour des travaux complémentaires, notamment tout ce qui pouvait être réalisé hors du bassin. L’augmentation de la flotte mettait la pression sur les infrastructures notamment sur les bassins de carénage.

Armé pour essais le 21 septembre, le croiseur léger subit ses essais réglementaires du 23 au 28 septembre avant remise en condition du 29 septembre au 15 octobre en compagnie de ses deux sister-ship. La 2ème DC rentre au complet à Bizerte le 21 octobre après une escale à La Valette du 16 au 19 octobre 1945.

Les croiseurs légers Jean de Vienne et La Galissonnière sortent de Bizerte le 27 octobre et gagnent Mers-El-Kebir le 30 octobre. Du 1er au 9 novembre, elle vont servir de plastron aux défenses côtières du secteur d’Oran qui ont été totalement modernisées pour assurer une défense efficace de la base de la 4ème escadre ainsi que du port d’Oran à proximité qui est parfois utilisé par la marine.

Après un ravitaillement en carburant le 10 novembre, les deux croiseurs légers embarquent des hommes et du matériel pour la base aéronavale/station navale d’Ajaccio-Aspretto et quittent l’Afrique du Nord le 12 novembre pour la Corse où ils arrivent à l’aube le lendemain 13 novembre.

Le matériel débarqué, ils s’entrainent au large des îles Sanguinaires du 15 au 18 novembre avant une escale à Bonfiaccio du 19 au 23 novembre suivi d’un retour à Bizerte le 26 novembre 1945 à l’aube.

Du 7 au 15 décembre, la 2ème DC sort au complet pour un exercice de combat antisurface suivit d’une escale à Sfax du 16 au 22 décembre avant de rentrer à Bizerte le 24 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année 1945.

Le Jean de Vienne sort pour la première fois de l’année du 15 au 25 janvier 1946 pour un entrainement au large de Sfax où le croiseur léger fait escale du 26 janvier au 4 février avant de ressortir pour un nouvel entrainement du 5 au 17 février avant un retour à Bizerte le 25 février après une escale à La Valette sur l’île de Malte du 19 au 23 février.

Après une période d’entretien à flot (radars et artillerie) du 26 février au 4 mars, le Jean de Vienne ressort en compagnie de son sister-ship La Galissonnière pour entrainement du 14 au 23 mars 1946.

En escale à Sfax du 24 au 29 mars, les deux croiseurs légers y retrouvent le 30 mars les contre-torpilleurs de la 7ème DCT (Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) pour un exercice en commun.

Tout commence par un affrontement entre les deux divisions du 1er au 7 avril avant un ravitaillement au dépôt pétrolier de Gabès (8 et 9 avril).

Du 10 au 16 avril 1946, La Galissonnière prend la tête de la 7ème DCT pour tenter d’intercepter le Jean de Vienne qui simulait un raider cherchant à intercepter des navires marchands et du 18 au 25 avril, c’est La Galissonnière qui devient le «méchant» poursuivit par le Jean de Vienne et les contre-torpilleurs. La 2ème DC et la 7ème DCT rentrent à Bizerte le 27 avril 1946.

Le Jean de Vienne ressort pour un entrainement au combat de nuit du 30 avril au 7 mai, mouillant la journée en baie de Gabès. Après un ravitaillement mouvementé (début d’incendie provoqué par la rupture d’un manche souple) le 8 mai, le croiseur léger ressort du 9 au 15 mai pour un entrainement de défense aérienne à la mer suivit après un nouveau ravitaillement à Gabès le 16 mai par un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois du 17 au 27 mai.

De retour à Bizerte le 30 mai 1946, le croiseur léger est indisponible du 1er au 24 juin (entretien courant et permissions de l’équipage) avant de sortir pour essais du 25 au 30 juin avant de reprendre l’entrainement par une sortie au large de Tunis du 2 au 13 juillet 1946.

Du 22 au 31 juillet 1946, le Jean de Vienne sort avec son sister-ship La Galissonnière pour un entrainement combiné avant une escale commune à La Valette du 2 au 8 août. Les deux croiseurs sont de retour à leur port d’attache le 10 août.

Le Jean de Vienne sort pour un entrainement aviation du 12 au 20 août, le croiseur effectuant de nombreux lancements de ses deux hydravions Dewoitine HD-731, des lancements simples, des lancements de nuit, des lancements avec charge militaire suivit de la délicate phase de récupération à la grue puisque le système de tapis d’amerrissage _théoriquement une bonne idée_ s’était révélée ingérable dans la pratique. Le croiseur léger rentre le 21 août à l’aube à Bizerte.

Après un exercice avec son sister-ship La Galissonnière du 30 aoû au 5 septembre, la 2ème DC va participer à la remise en condition du croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin.

C’est ainsi que du 9 au 21 septembre, la 2ème DC (La Galissonnière et Jean de Vienne) sort en compagnie de la 3ème DT pour participer à la remise en condition de l’Emile Bertin qui sortait de grand carénage et qui le 22 septembre redevint navire-amiral de la 6ème Escadre Légère en remplacement du contre-torpilleur Mogador qui avait assuré l’intérim.

Du 27 septembre au 3 octobre, les croiseurs légers Jean de Vienne et La Galissonnière sortent pour un entrainement commun avant de retrouver à la mer leur sister-ship La Marseillaise sortant de son grand carénage le lendemain, 4 octobre.

Les trois croiseurs vont s’entrainer de manière intensive jusqu’au 16 octobre qu’il s’agisse de la navigation de combat, de la défense aérienne à la mer, lancement de torpilles, tir de jour et de nuit…….. . Après un ravitaillement en baie de Gabès le 17 octobre, la division s’entraine jusqu’au 5 novembre (avec plusieurs ravitaillement à la mer) avant de rentrer à Bizerte le 8 novembre 1946.

La 2ème Division de Croiseurs sort au complet du 12 au 25 novembre avant une nouvelle croisière en direction du Levant, toujours dans le but de maintenir la pression sur l’Italie qui occupait le Dodécanèse.

Quittant Bizerte le 27 novembre, les trois croiseurs embouquent le canal de Bizerte (dans l’ordre : Jean de Vienne, La Galissonnière et La Marseillaise), contournent le cap Bon puis traversent le bassin oriental de la Méditerranée à grande vitesse jusqu’à Lattaquié où ils font escale du 2 au 8 décembre. Ils sont ensuite à Beyrouth du 9 au 15 décembre, à Haïfa du 16 au 19 décembre, à Alexandrie du 21 au 26 décembre avant de rentrer à Bizerte le 30 décembre 1946.

Les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne sortent pour entrainement du 5 au 17 janvier avant une escale à Sfax du 18 au 23 janvier. Retrouvant à la mer le croiseur léger La Marseillaise le 24 janvier, la division au complet manoeuvre au large de la Tunisie jusqu’au 10 février, rentrant à Bizerte le 13 février 1947.

Le Jean de Vienne sort pour une mission spéciale du 14 au 21 février, apportant du matériel militaire à Aspretto, la base navale de la marine nationale en Corse. Au lieu de rentrer à Bizerte, le croiseur léger après une période au mouillage en Corse (22 au 28 février) gagne Toulon où  il arrive le 2 mars 1947

Ayant été choisit pour participer à un exercice franco-britannique, le Jean de Vienne va s’entrainer du 3 au 10 mars avec les autres navires choisis pour cet exercice : le porte-avions Joffre, le cuirassé Alsace, le croiseur lourd Henri IV, le croiseur léger De Grasse, les trois contre-torpilleurs de la 12ème DCT (Desaix Kleber Marceau), quatre torpilleurs d’escadre, trois sous-marins et deux pétroliers Elorn et Liamone.

Cette escadre baptisée Force T appareille de Toulon le 12 mars et arrive à La Valette le 15 mars  pour  participer à des exercices avec la Mediterranean Fleet sur le modèle des exercices Entente Cordiale qui engage la flotte de l’Atlantique et la Home Fleet. Cet exercice est baptisé «Cordial Agreement» en guise de clin d’oeil

Pour cette première, la flotte britannique de la Méditerranée à mobilisé les cuirassés Nelson et Rodney, le porte-avions Indomitable, les croiseurs légers Belfast et Newcastle, six destroyers et quatre sous-marins.

Inutile de vous dire que le vieux port de La Valette était largement embouteillé et les quais ouverts au public noirs de monde pour admirer cette magnifique escadre franco-britannique. Par courtoisie, les navires de chaque marine arboraient en plus de leur pavillon national, le pavillon de l’autre marine.

L’exercice commence par un exercice à terre le 16 mars pour s’accorder sur les règles lors des exercices et faire travailler la théorique. Les choses sérieuses commence le lendemain 17 mars par un exercice de lutte ASM.

Les sous-marins anglais et français vont ainsi tenter des attaques contre les navires français anglais selon plusieurs scénarios : soit des attaques contre des navires naviguant seuls ou des groupes occasionnels par exemple celui formé par les porte-avions Joffre et Indomitable, le cuirassé Alsace, les croiseurs légers De Grasse Jean Vienne et Belfast et plusieurs destroyers.

Le 18 mars, c’est un exercice de défense aérienne à la mer avec le matin, les deux groupes nationaux attaqués par des chasseurs bombardiers Supermarine Spitfire et des bombardiers torpilleurs Bristol Beaufort basés à Malte mais l’après midi, la force navale britannique attaque avec des bombardiers en piqué Douglas Dauntless et des avions torpilleurs Fairey Albacore les navires français.

Les 19 et 20 mars, c’est un combat d’escadre qui oppose la force T à son homologue britannique, à tour de rôle les deux forces cherchant à défendre Malte d’un raid amphibie.

Le 21 mars, les deux escadres gagnent la Tunisie, des îlots désertiques de la côte tunisienne servant de cible aux canons de 406,380, 203,152,130 et 120mm dans un bruyant concert sans parler des avions embarqués.

Les trois cuirassés, les deux porte-avions, les quatre croiseurs légers, le croiseur lourd, les neuf destroyers, les pétroliers et les sous-marins font ensuite escale à Bizerte où ils sont passés en revue par le résident général en Tunisie avant de se séparer le lendemain 22 mars, les navires français rentrant à Toulon le 24 mars 1947 au matin sauf le Jean de Vienne resté à Bizerte son port d’attache.

Après une période d’indisponibilité pour entretien du 23 mars au 7 avril, le Jean de Vienne sort pour essais du 8 au 15 avril puis pour remise en condition en compagnie de son sister-ship La Marseillaise du 17 avril au 5 mai, les deux croiseurs faisant escale à Tunis du 6 au 9 mai, à La Valette du 10 au 15 mai avant de rentrer à Bizerte le 17 mai 1947.

Le Jean de Vienne et La Marseillaise sortent de nouveau pour exercice du 27 mai au 4 juin avant une escale à Sfax du 5 au 10 juin. Les deux croiseurs manœuvrent à nouveau ensemble du 11 au 30 juin avant de rentrer à Bizerte le 3 juillet 1947.

Le 7 juillet, le Jean de Vienne appareille pour le Levant, arrivant à Beyrouth le 11 juillet et restant à quai jusqu’au 17 juillet quand le croiseur léger appareille pour des manoeuvres avec la Division Navale du Levant jusqu’au 30 juillet quand il arrive à Lattaquié pour une escale qui s’achève le 5 août, date de son départ pour Bizerte où il arrive le 10 août 1947.

La 2ème DC (Jean de Vienne et La Marseillaise) ressortent du 17 au 28 août pour un exercice combiné entre Bizerte et Tunis suivit après un ravitaillement rapide le 29 août par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 30 août au 7 septembre puis un entrainement au combat de nuit du 8 au 15 septembre. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte le 17 septembre 1947 à l’aube.

Après une période d’entretien à flot du 18 septembre au 5 octobre, le Jean de Vienne sort pour entrainement du 8 au 15 octobre avant de gagner Tunis où il retrouve le 19 octobre, son sister-ship La Galissonnière dont il va assurer la remise en condition.

Quittant Tunis le 20 octobre, les deux croiseurs manœuvrent au large des côtes de l’Afrique du Nord jusqu’au 29 octobre quand ils font escale à Mers-El-Kébir pour ravitaillement et ce jusqu’au 31 octobre. Reprenant la mer, les deux croiseurs légers vont gagner le polygone de tir de Rufisque pour entrainement au tir.

Ils arrivent à Dakar le 7 novembre 1947 et s’entrainent au polygone de Rufisque du 9 au 27 novembre avant une escale à Port-Etienne du 29 novembre au 3 décembre. Reprenant la mer, ils font une escale rapide à Mers-El-Kébir le 7 décembre avant de rentrer à Bizerte le 10 décembre 1947.

Le 12 décembre, La Galissonnière redevient navire-amiral de la 2ème DC et sort deux fois pour entrainement à savoir du 13 au 18 décembre et du 20 au 26 décembre 1947 en compagnie du Jean de Vienne.

La première sortie de la 2ème DC au complet à lieu du 5 au 15 janvier 1948 quand les trois croiseurs légers s’entrainent dans le sud tunisien en compagnie de plusieurs sous-marins et de l’armée de l’air qui tente de couler les trois croiseurs qui font mieux que se défendre.

Après une escale à Sfax du 16 au 19 janvier, les trois croiseurs légers retrouvent à la mer les torpilleurs légers de la 3ème DT mais également de la 1ère DT ( Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche) venue de Toulon pour un entrainement du 20 janvier au 2 février avant un mouillage dans le Golfe de Gabès pour ravitaillement et repos jusqu’au 9 février 1948.

Les trois croiseurs et les huit torpilleurs légers vont ensuite s’entrainer au combat de nuit du 10 au 15 février avant de gagner le Levant pour une escale à Lattaquié (18 au 21 février), à Tartous (22 au 25 février) , à Beyrouth (26 février au 2 mars), Haïfa (4 au 7 mars) avant de rentrer à Bizerte le 11 mars 1948.

Le Jean de Vienne vidange alors ses soutes et débarque ses munitions avant d’être échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 15 mars pour des travaux jusqu’au 8 août 1948.

La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices changées, les chaudières retubées, les locaux-vie sont modernisés. L’électronique est remise à niveau, les canons  de 152 et de 90mm sont retubés et la DCA renforcée avec douze canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts quadruples et seize canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en huit affûts doubles. La catapulte est débarquée pour réduire un début de surcharge dans les hauts.

La guerre semblant chaque jour plus proche, les travaux sont accélérés. Les essais à la mer sont menés du 17 au 19 août avant remise en condition du 20 au 2 septembre quand il est de nouveau disponible, trois jours avant le début d’une nouvelle conflagration mondiale.