15-Pétroliers et Ravitailleurs Rapides (8)

La Charente

Le ravitailleur rapide La Charente

Le ravitailleur rapide La Charente

-La Charente est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime (ACSM) sis au Trait (Seine-Maritime) le 4 mai 1939 lancé le 12 mai 1941 et admis au service actif le 25 août 1942 à Cherbourg où les ouvriers de la DCN ont assuré des travaux complémentaires, sa mise au point et ses essais.

Il quitte le port bas-normand le 26 août 1942 et rallie Brest en fin de journée, étant affecté au groupement de soutien de la Flotte de l’Atlantique où il doit assurer le ravitaillement à la mer des navires de la 1ère Escadre mais également de la 3ème Escadre Légère.

Du 15 août au 5 octobre 1945, il est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Brest pour son premier grand carénage, subissant une remise en état complète et une modernisation de son système RAM et de sa DCA.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 26 octobre, sortant pour essais les 27 et 28 octobre puis pour remise en condition du 30 octobre au 9 novembre 1945.

Du 8 au 22 mars 1946, le cuirassé Gascogne et les torpilleurs d’escadre Durandal et Dague effectue un entrainement intensif en mer d’Iroise, soutenus par La Charente qui les ravitaille en mer. Il effectue la même chose avec le cuirassé Normandie du 1er au 12 mars 1947.

Le 13 août 1948, il est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Brest pour un nouveau grand carénage censé s’achever début novembre. Le début du second conflit mondial accélère les travaux au bassin qui s’achève avec dix jours d’avance sur le planning initial soit le 30 septembre 1948.

Il est armé pour essais dès le 5 octobre, effectuant une journée d’essais le 6 octobre puis sa remise en condition du 7 au 15 octobre 1948, date à laquelle il peut enfin participer aux opérations de guerre.

La Mayenne

Le ravitailleur rapide La Mayenne dans une livrée originale appliquée peu après le début du conflit

Le ravitailleur rapide La Mayenne dans une livrée originale appliquée peu après le début du conflit

-La Mayenne est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime (ACSM) sis au Trait (Seine-Maritime) le 21 septembre 1939 lancé le 4 octobre 1941 et mis en service le 14 mars 1943 à Cherbourg son port d’armement.

Il quitte la Normandie le 16 mars, charge carburant et munitions à Brest le 17 mars puis reprend la mer le 18 mars, direction Bizerte son port d’attache.

Il fait escale à Casablanca du 23 au 25 mars, franchit quelques heures plus tard les colonnes d’Hercules avant de pénétrer en Méditerranée. Le ravitailleur rapide arrive à Bizerte le 31 mars 1943, son arrivée permettant le désarmement du vieux pétrolier Dordogne.

Il intègre la 6ème Escadre Légère et va principalement assurer le ravitaillement des navires de cette force dont le rôle principal est en temps de guerre de couper les lignes de communications entre l’Italie et sa colonie libyenne.

Le 20 novembre 1943, le ravitailleur rapide La Mayenne quitte Bizerte en compagnie des contre-torpilleurs Mogador Volta et Hoche pour un entrainement de division au large de Dakar où les quatre navires arrivent le 28 novembre. L’exercice à lieu du 1er décembre 1943 au 10 janvier 1944.

Les quatre navires quittent Dakar le 13 janvier, relâchent à Casablanca du 17 au 20 janvier avant de rentrer à Bizerte le 25 janvier 1944.
Le 22 juin 1945, le cuirassé Clemenceau arrive à Bizerte, mouillant au milieu du lac jusqu’au 27 juin date à laquelle il appareille pour faire une nouvelle escale à Sfax du 28 juin au 2 juillet. Le cuirassé de classe Richelieu n’est pas seul, étant accompagné des torpilleurs Rapière et Hallebarde et donc de La Mayenne.

La petite escadre quitte la Tunisie le 2 juillet pour traverser la Méditerranée direction Beyrouth où elle arrive le 7 juillet 1945.
Le cuirassé Clemenceau et ses deux torpilleurs manœuvrent en compagnie de l’aviso-colonial La Grandière, navire-amiral de la DNL.
Du 9 au 15 juillet 1945, les quatre navires subissent un entrainement DAM avant de se ravitailler auprès de La Mayenne qui ses soutes vides cingla vers Haïfa en compagnie de la Grandière pour recompléter ses soutes.
La Mayenne arrive à Haïfa le 17 juillet en compagnie de l’aviso-colonial et recharge aussitôt ses soutes en mazout. Le plein terminé le 18 au soir, le ravitailleur rapide quitte la Palestine mandataire le 19 dans la journée et retrouve le cuirassé et les deux torpilleurs le 21 juillet pour un ravitaillement à la mer, la Rapière ouvrant le bal suivit du Clemenceau avant que la Hallebarde ne termine ce cycle.
L’entrainement se poursuit et s’achève par un entrainement au combat antisurface du cuirassé (22 au 31 juillet), la petite escadre faisant escale à Alexandrie du 1er au 8 août avant de rallier Bizerte le 12  août, le cuirassé et ses deux torpilleurs repartant le 15 pour Toulon.

Le 12 février 1946, le ravitailleur rapide La Mayenne quitte Bizerte en compagnie de la 11ème DCT pour un nouvel entrainement de division au large de Dakar où les quatre navires arrivent le 19 février. A noter que durant le transit, les quatre navires sont régulièrement attaqués par les avions de l’armée de l’air et de l’aéronavale basés en Algérie et au Maroc.

L’entrainement à lieu du 24 février au 12 avril, le ravitailleur rapide La Mayenne ravitaille à plusieurs reprises les contre-torpilleurs, recomplétant ses soutes en puissant dans les réservoirs de la zone militaire du port de Dakar.

La Mayenne aurait du accompagner les contre-torpilleurs dans une mission de présence en Afrique Noire mais il est victime d’une avarie le 15 avril. Il passe au bassin du 18 avril au 5 mai pour inspection et réparations sommaires, un grand carénage étant prévu à l’issue de cette mission. Il sort pour essais du 6 au 8 mai puis reste à Dakar, effectuant de petites sorties au large de Dakar.

Le 24 mai 1946, il retrouve la 11ème DCT avec il quitte Dakar le 27 mai pour rallier Bizerte sans escale le 6 juin 1946.

Du  9 juin au 7 août 1946, La Mayenne est échoué au bassin n°4 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage.

Outre une remise en état complète, il reçoit plusieurs radars. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 28 août, sortant pour essais du 29 au 31 août puis pour remise en condition du 2 au 12 septembre 1946.

Le 30 janvier 1947, le ravitailleur rapide La Mayenne quitte Bizerte et ravitaille en mer les contre-torpilleurs Chevalier Paul et Tartu de la 7ème DCT avant de servir de plastron pour un exercice d’escorte et d’attaque de convois (1er au 8 février). La Mayenne va ensuite ravitailler à plusieurs reprises les deux contre-torpilleurs lors d’un exercice de synthèse mené du 10 au 27 février 1947.

Le 8 janvier 1948, le ravitailleur rapide quitte à nouveau Bizerte en compagnie de la 11ème DCT pour un nouvel entrainement au large de Dakar où ils arrivent le 18 janvier.

Après une école à feux du 21 au 25 janvier, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 27 janvier au 2 février, protégeant le pétrolier La Mayenne des assauts de l’armée de l’air et de l’Aviation Navale.

La 11ème DCT enchaine par un entrainement au combat antisurface du 4 au 11 février, un entrainement au mouillage de mines du 13 au 16 février et un entrainement ASM du 18 au 23 février contre le sous-marin Agosta.

Après un exercice de synthèse du 25 février au 5 mars, les trois contre-torpilleurs et les ravitailleurs rapides quittent Dakar le 7 mars en compagnie de l’Agosta qu’ils escortent jusqu’à Brest où les quatre navires arrivent le 15 mars.

Les trois contre-torpilleurs et le ravitailleur rapide quittent Brest le 16 mars, relâchent à Casablanca du 20 au 23 mars avant de rentrer à Bizerte le 28 mars 1948.

Le ravitailleur rapide La Mayenne était à Gabès le 5 septembre 1948 et reçoit l’ordre de rallier Bizerte pour préparer les missions de soutien aux actions de la 6ème Escadre Légère.

La Baïse

Le ravitailleur rapide La Baïse

Le ravitailleur rapide La Baïse

-La Baïse est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime (ACSM) sis au Trait  le 30 mai 1940 lancé le 14 juillet 1942 et mis en service le 15 janvier 1944 à Cherbourg son port d’armement.

Affecté à la 4ème Escadre avec Mers-El-Kébir comme base, le sixième et dernier ravitailleur rapide de classe L’Adour quitte la Normandie le 17 janvier, charge des munitions, du mazout et du gazole à Brest le 18 janvier puis quitte Brest le 19 janvier, fait une escale à Casablanca du 23 au 25 janvier avant de rallier Mers-El-Kébir le 28 janvier 1944.

Le 17 août 1946, La Baïse quitte Mers-El-Kébir en compagnie du croiseur de bataille Strasbourg et de ses torpilleurs d’escadre Lansquenet et Fleuret.

Au large de l’Espagne, il fait sa jonction avec le croiseur lourd Suffren et le croiseur léger Chateaurenault venus de Toulon. La petite escadre manoeuvre avant une escale à Casablanca le 24 août, escale suivit d’une traversée de l’Atlantique direction Fort de France où elle arrive le 2 septembre 1946.

Elle fait escale à Pointe à Pitre du 7 au 12 septembre, Kingston (Jamaïque) du 14 au 17 septembre, Veracruz (Mexique) du 19 au 22 septembre, La Nouvelle Orléans du 25 au 28 septembre, Miami du 30 septembre au 3 octobre 1946 avant de traverser l’Atlantique faisant escale à Dakar le 7 octobre 1946

Si le Strasbourg et ses deux torpilleurs d’escadre rentrent alors à Mers-El-Kébir, les deux croiseurs et La Baïse poursuivent cette croisière par un déploiement dans le Golfe de Guinée. Ils quittent Dakar le 11 octobre, font escale à Abidjan du 13 au 17 octobre, à Bioko (île de la Guinée Espagnole) du 19 au 21 octobre, à Libreville du 22 au 25 octobre, Abidjan à nouveau du 28 octobre au 2 novembre, Dakar du 4 au 8 novembre, à Casablanca du 11 au 14 novembre avant de rentrer à à Mers-El-Kébir le 18 novembre 1946.

Du 22 février au 2 mai 1947, il est échoué dans le bassin n°2 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 17 mai, sortant pour essais du 18 au 20 mai puis pour remise en condition du 22 mai au 2 juin 1947. Il quitte Bizerte le 3 juin et rentre à Mers-El-Kébir le lendemain 5 mai 1947.

Le 29 octobre 1947, La Baïse quitte Mers-El-Kébir en compagnie des croiseurs légers Latouche-Treville, Gambetta et Condé de la 8ème DC.

Après un exercice de défense aérienne à la mer du 29 octobre au 5 novembre, les trois navires se ravitaillent auprès du Ravitailleur Rapide le 6 novembre, les quatre navires faisant escale à Casablanca du 8 au 12 novembre 1947.

Reprenant la mer, les trois croiseurs se livrent à une série de joutes antisurfaces du 13 au 20 novembre au large des côtes du Maroc et de l’AOF avant de faire escale à Dakar du 21 au 24 novembre.

Les trois croiseurs effectuent une école à feux du 25 novembre au 7 décembre 1947 au polygone de Rufisque avant de faire à nouveau relâche à Dakar du 8 au 11 décembre. Ils repartent le 12 décembre, font escale à Casablanca avec La Baïse du 16 au 18 décembre avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 22 décembre 1947.

Le 5 janvier 1948, le ravitailleur rapide La Baïse quitte Mers-El-Kébir en compagnie des contre-torpilleurs Le Terrible Le Triomphant et L’Indomptable (10ème DCT) et les torpilleurs légers  Kabyle Tonkinois Sakalave Bambara (2ème DT) pour un entrainement au large de Dakar où le groupe occasionnel arrive le 15 janvier 1948.

Durant les écoles à feux, La Baïse sert de ravitailleur mais s’entraine également en solitaire avant de soutenir les deux divisions dans leurs duels antisurface du 5 au 12 février avant une escale du groupe occasionnel à Dakar du 13 au 15 février 1948.

Du 17 au 24 février, la 10ème DCT affronte la 2ème DT qui escortait la Baïse dans un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois. Les rôles sont inversés du 26 février au 5 mars quand la 2ème DT cherche à détruire le pétrolier protégé par les trois contre-torpilleurs.

Ce cycle d’entrainement s’achève par un entrainement à la défense aérienne à la mer commun du 7 au 14 mars puis un entrainement au raid amphibie du 15 au 19 mars, la 2ème DT protégeant la 10ème DCT qui attaquait le port de Dakar.

La 10ème DCT, la 2ème DT et le pétrolier-ravitailleur La Baïse quittent Dakar le 22 mars, relachent à Casablanca du 27 au 30 mars avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 4 avril 1948.

Le 5 septembre 1948, La Baïse était à quai à Mers-El-Kébir.

Caractéristiques Techniques de la classe Adour

Déplacement : standard 4500 tW pleine charge 12125 tonnes 5000 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 132m longueur entre perpendiculaires 124.75m largeur 16.36m tirant d’eau : 6.40m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenage Parson alimentées en vapeur par deux chaudières Penhoët dévellopant 5200ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale théorique 15 noeuds (14 noeuds en pratique) rayon d’action 6600 miles nautiques à 8 noeuds 5500 miles nautiques à 10 noeuds

Electronique : au cours de leur premier grand carénage ou ultérieurement, les ravitailleurs rapides  reçoivent un radar de navigation

Capacités : les Adour peuvent transporter 6200 mètres cubes de fret et les capacités des soutes à pétrole sont de 5600 tonnes. Deux mats de charge de 5 tonnes à l’avant, trois de 12 tonnes sur le mat arrière et deux de 5 tonnes sur la dunette. Un système de ravitaillement à couple avec un poste tribord et un poste babord.

Armement : deux canons de 100mm modèle 1925 et quatre mitrailleuses de 13.2mm en deux affûts doubles. En 1948, les canons de 100mm sont toujours là mais les mitrailleuses de 13.2mm ont été remplacés par six canons de 37mm modèle 1941 en trois affûts doubles

Equipage : 6 officiers et 82 hommes en temps de paix 6 officiers et 103 hommes en temps de guerre

15-Pétroliers et Ravitailleurs Rapides (7)

F-Ravitailleurs rapides classe L’Adour

Avant-propos

Au milieu des années trente, pour les esprits les plus lucides, la guerre n’est qu’une question de temps et qui dit guerre dit interruption des voies commerciales normales. Il faut donc prévoir des stocks suffisants pour une flotte dont le tonnage ne cesse d’augmenter.

En 1936, l’état-major demande à bénéficier d’au moins six mois de stocks de temps de guerre ce qui nécessite des dépôts à terre mais également de nouveaux pétroliers pour augmenter la flotte et remplacer les plus anciens. Outre les besoins de la marine, il faut prévoir les besoins pour les autres armées mais aussi ceux de l’industrie.

C’est également à cette époque que la marine nationale entame véritablement les expérimentations pour un ravitaillement en route à la mer.

Le manque d’autonomie de navires essentiellement conçus pour un théâtre d’opérations méditerranéen oblige la marine à envisager un ravitaillement des torpilleurs par les croiseurs.

Le premier essai effectué le 16 juin 1936 en baie de Seine est cependant l’oeuvre de deux contre-torpilleurs, l’Indomptable ravitaillant le Valmy. Les deux méthodes à couple et en flèche sont expérimentées.

Le premier ravitaillement mené par un pétrolier est l’oeuvre du Mékong qui le 15 mars 1940 ravitaille le contre-torpilleur Milan. La méthode en couple est alors privilégiée en raison notamment des grosses hélices des contre-torpilleurs français qui rend le ravitaillement en flèche périlleux.

Ces deux besoins conjugués entraine la construction de dix pétroliers répartis entre six ravitailleurs rapides de classe Adour financés aux tranches 1936 (Adour et Lot), tranches 1937 (Tarn) et 1938bis (La Charente La Mayenne et La Baise) alors que les quatre pétroliers rapides de classe La Seine financé pour les deux premiers par le décret-loi du 2 mai 1938 (La Seine et La Saône) et pour les deux suivants (Liamone et Medjerda) par la loi du 31 décembre 1938.

L’Adour

Le ravitailleur rapide L'Adour

Le ravitailleur rapide L’Adour

-L’Adour est mis sur cale dans les chantiers de la Societé Provençale de Construction Navale (SPCN) sis à La Ciotat le 5 juillet 1937. Il est lancé le 9 octobre 1938 et admis au service actif le 20 avril 1940.

Basé à Toulon, il intègre le groupement de soutien de la 2ème escadre pour assurer à terme le soutien logistique des navires de combat basés à Toulon notamment le porte-avions Joffre alors en construction à Saint-Nazaire.

Son classement en ravitailleur rapide n’est pas anodin. Si sa principale mission est de ravitailler en mazout les navires, il doit aussi pouvoir ravitailler à flot les navires en vivres et en munitions en attendant de le pouvoir faire en route et à couple.

Le 13 mai 1942, l’Adour quitte Toulon avec à son bord des réservistes de la 3ème région maritime pour un exercice de combat antisurface, le ravitailleur rapide simulant un croiseur auxiliaire ennemi intercepté par le croiseur léger Lamotte-Picquet du 14 au 25 mai, les deux navires faisant escale à Nice du 26 au 28 mai avant de rentrer à Toulon le 29 mai 1942.

Du 3 mars au 10 mai 1943, L’Adour est échoué au bassin Vauban n°7 pour son premier grand carénage. Outre une remise en état complète, il reçoit une DCA plus moderne et un nouveau système de ravitaillement à la mer plus efficace que celui d’origine.

Après des travaux complémentaires à quai, L’Adour est armé pour essais le 25 mai, sortant pour essais à la mer les 26 et 27 mai puis pour sa remise en condition du 29 mai au 4 juin 1943.

Le 17 février 1946, le ravitailleur rapide L’Adour quitte Toulon en compagnie des contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut (5ème DCT) et des torpilleurs légers Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche (1ère DT) pour un entrainement en Méditerranée orientale.

Les deux divisions s’affrontent dans un intense entrainement antisurface du 17 au 23 février avec un ravitaillement à la mer mené par l’Adour avant que les huit navires ne fassent escale à Bizerte du 24 au 27 février 1946.

Les huit navires reprennent la mer le lendemain 28 février, faisant la traversée jusqu’à Beyrouth où ils arrivent le 3 mars, l’Adour ravitaillant les contre-torpilleurs et les torpilleurs légers.

Ils effectuent ensuite un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 mars avant une nouvelle escale cette fois à Lattaquié et ce du 13 au 16 mars 1946.

Ce déploiement en Méditerranée orientale s’achève pour la 5ème DCT et la 1ère DT par deux exercices : un entrainement avec l’aviso colonial La Grandière du 17 au 27 mars et un entrainement anti-sous-marin avec la 17ème DSM du 29 mars au 5 avril 1946.

Après une ultime escale à Beyrouth du 6 au 10 avril 1946, les huit navires reprennent la mer, rentrant à Toulon sans escale le 17 avril en étant ravitaillés à tour de rôle par l’Adour.

Le 29 mai 1946, l’Adour quitte Toulon au sein d’un groupe occasionnel composé du porte-avions Joffre, du cuirassé Provence et des quatre torpilleurs d’escadre Mameluk Casque l’Inconstant et le Lancier.

Ils font escale à Casablanca du 4 au 7 juin avant d’arriver à Dakar le 11 juin 1946. La petite escadre va s’entrainer au large de Dakar du 13 juin au 31 juillet, L’Adour assurant le ravitaillement en mer des navires engagés dans des exercices au large de Dakar et de Rufisque.

Le 1er août 1946, la petite escadre quitte Dakar fait escale à Casablanca du 5 au 10 août, à Mers-El-Kébir du 13 au 16 août avant de rentrer à Toulon le 19 août 1946.

Du 3 octobre au 30 novembre 1946, il est échoué au bassin n°1 du Missiessy pour un nouveau grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il armé pour essais le 15 décembre, sortant pour essais officiels le 16 et le 17 décembre avant remise en condition du 19 au 30 décembre 1946.

A noter que le 11 juin 1948, il ravitaille à la mer le cuirassé Flandre et ses torpilleurs d’escorte Voltigeur et Goumier.

Le 1er septembre 1948, L’Adour quitte Toulon pour aller charger du mazout à Batoumi en mer Noire mais à l’annonce des bombardements allemands le 5 septembre, le pétrolier alors à Istanbul reçoit l’ordre de rallier Haïfa pour la même mission.

Le Lot

Le ravitailleur rapide Le Lot à pleine charge

Le ravitailleur rapide Le Lot à pleine charge

-Le Lot est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque le 7 mai 1937, lancé quasiment achevé le 19 juin 1939 et admis au service actif le 9 décembre 1939.

Il est affecté à Brest au sein du groupement de soutien de la Flotte de l’Atlantique avec à terme comme principale mission le soutien du porte-avions Painlevé qui n’était pas encore sur cale quand de l’admission au service actif de son futur .

Du 16 janvier au 1er mars 1943, le ravitailleur rapide Lot est échoué dans le bassin n°9 du Laninon succédant au cuirassé Clemenceau. Le Lot subit une remise en état complète de la coque qui est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les turbines inspectées, les chaudières retubées…… .

Au niveau de la modernisation, il reçoit un nouveau système de ravitaillement à la mer plus efficace que celui installé d’origine. La DCA est modernisée et des radars sont embarqués pour améliorer l’efficience du navire.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 17 mars, sortant pour les essais officiels 18 et 19 mars puis pour remise en condition du 21 mars au 3 avril 1943.

Le 24 novembre 1944, les contre-torpilleurs Panthère Lynx et Tigre de la 3ème DCT quittent Brest en compagnie du Lot pour un entrainement de division.

Après un exercice de défense aérienne à la mer du 24 novembre au 2 décembre, le Lot ravitaille en carburant les trois contre-torpilleurs qui après une école à feux du 3 au 12 décembre, se ravitaillent à nouveau auprès du lot avant un entrainement au combat antisurface nocturne du 13 au 21 décembre 1944.

Le 3 janvier 1945, le ravitailleur rapide Lot quitte à nouveau Brest en compagnie de contre-torpilleurs mais cette fois c’est la 1ère DCT (Guépard Lion Bison) qui accompagne le sister-ship de L’Adour pour un entrainement au large de Dakar où les quatre navires arrivent le 11 janvier 1945.

L’entrainement de la 1ère DCT à lieu du 12 janvier au 15 février, la 1ère DCT et le Lot quittant Dakar le 16 février et rentrant à Brest le 23 février 1945.

Du  24 janvier au 8 mars 1946, le Lot est échoué au bassin n°8 du Laninon pour un nouveau grand carénage qui se limite à une remise en état  générale (coque, appareil propulsif, appareil évaporatoire, locaux-vie et locaux opérationnels).

Après des travaux complémentaires à quai, le ravitailleur rapide est armé pour essais le 24 mars, effectuant ses essais réglementaires les 25 et 26 mars puis sa remise en condition du 28 mars au 8 avril 1946.

Le 25 avril 1948, le ravitailleur rapide Lot quitte Brest en compagnie du porte-avions Painlevé, des cuirassés Lorraine et Gascogne accompagnés des torpilleurs d’escadre Arquebuse Cimeterre Intrépide Téméraire Durandal et Dague et des sous-marins Ile de Ré et Ile d’Yeux.

La petite escadre baptisée Force P fait escale quelques heures à Dunkerque le 28 avril où elle retrouve le croiseur léger antiaérien Waldeck-Rousseau. La force P au complet rallie Rosyth le 3 mai, retrouvant le cuirassé Howe (classe King George V), le porte-avions Victorious (classe Illustrious), six destroyers, quatre sous-marins et deux pétroliers.

L’exercice commence le 5 mai par un exercice de défense aérienne à la mer suivit le lendemain par un exercice anti-sous-marin, l’escadre combinée étant attaquée par les deux sous-marins français qui jouent tellement bien le jeu qu’ils entrent en collision le 6 mai au soir, devant rentrer en urgence à Rosyth pour réparations, laissant les seuls sous-marins britanniques attaquer les navires des deux marines.

Le 7 mai, les navires français et anglais simulent des raids amphibies contre la base de Rosyth, le porte-avions Victorious lançant ses bombardiers en piqué Dauntless contre la base pendant que les deux cuirassés simulent des bombardements contre la terre avant de mettre à l’eau leurs compagnies de débarquement.

Le porte-avions Painlevé lui essaye de perturber les raids en protégeant la base britannique, utilisant ses chasseurs mais également ses bombardiers et ses éclaireurs comme chasseurs improvisés. Le lendemain, les rôles changent entre les deux porte-avions.

Le 9 mai, le Coastal et le Bomber Command mettent à rude épreuve les canonniers antiaériens français et anglais lors d’un nouvel exercice de défense aérienne à la mer où le Waldeck Rousseau montre l’utilité d’un croiseur léger dédié à la défense antiaérienne, confirmant les observations faites par les britanniques avec les Dido/Bellona.

Le 10 mai, l’exercice se termine par un affrontement entre l’escadre britannique défendant les côtes et l’escadre française tentant de forcer le passage en direction du sud.

Le 11 mai 1948, la princesse Elisabeth âgée de 22 ans visite le cuirassé Gascogne et le porte-avions Painlevé au nom de son père George VI retenu à Londres pour d’autres impératifs. L’héritière du trône d’Angleterre effectue son discours en français, langue qu’elle maitrise parfaitement. Elle est accompagnée de son mari, le Prince Philippe, Duc d’Edimbourg. L’escadre française reprend la mer pour rentrer à Brest moins le Waldeck Rousseau qui s’arrête à Dunkerque le 14 mai. Les autres navires rentrent à Brest le 16 mai 1948.

Durant cet exercice, le Lot et ses deux compères britanniques ont ravitaillé à couple et en route les navires français et anglais. Des tests de transfert de charges solides ont également lieu mais ils ne sont pas concluant, la marine nationale préférant le transfert de charges solides à flot sur rade.

Le 5 septembre 1948, le Lot était à quai à Brest, chargeant ses soutes à carburant et à matériel, activité accélérée pour permettre au ravitailleur rapide d’appareiller le plus vite possible.

Le Tarn

Le ravitailleur rapide Le Tarn

Le ravitailleur rapide Le Tarn

-Le Tarn est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) à Dunkerque le 5 octobre 1937 lancé le 10 septembre 1939 et admis au service actif le 9 avril 1940 à Cherbourg, son port d’armement.

Le Tarn quitte Cherbourg le 11 avril 1940, charge du mazout, du gazole et des charges solides à Brest les 12 et 13 avril avant de rallier Mers-El-Kébir le 20 avril 1940 à l’aube. Il intègre en septembre 1940 la 4ème Escadre.

Le 3 mai 1943, il quitte Mers-El-Kébir pour rallier Bizerte le 5 mai 1943. Du  7 mai au 6 juillet 1943, il est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage.

Le Tarn subit une remise en état complète de la coque qui est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les turbines inspectées, les chaudières retubées…… .

Au niveau de la modernisation, il reçoit un nouveau système de ravitaillement à la mer plus efficace que celui installé d’origine. La DCA est modernisée et des radars sont embarqués pour améliorer l’efficience du navire.

Armé pour essais le 21 juillet, il sort pour ses essais à la mer les 22 et 23 juillet puis pour remise en condition du 25 juillet au 4 août 1943. Il quitte Bizerte le 6 août et rentre à Mers-El-Kébir le 9 août au matin.

Comme ses compères de classe L’Adour, le Tarn soutient les manoeuvres de la 4ème Escadre, sert de transport pétrolier notamment entre les dépôts de Mers-El-Kébir et de Bizerte mais également de navire-école au profit des réservistes de la région.

Du 10 mai au 30 juin 1946, il est échoué sur le dock-flottant de Mers-El-Kébir pour un nouveau grand carénage.

Après des travaux complémentaires à flot, le Tarn est armé pour essais le 17 juillet 1946, sortant pour ses essais réglementaires les 18 et 19 juillet puis pour sa remise en condition du 21 juillet au 2 août 1946.

Le 7 septembre 1946, le Tarn appareille de Mers-El-Kébir en compagnie des croiseurs légers Latouche-Treville et Gambetta (8ème DC) et des contre-torpilleurs Vauban Valmy Verdun (4ème DCT) pour une série d’exercices de combat antisurface du 7 au 17 septembre avant que le Tarn ne ravitaille les cinq navires en mazout, le ravitailleur rapide fait office d’observateur/arbitre.

Après une escale à Tunis du 18 au 22 septembre, la 8ème DC et la 4ème DCT retrouvent au large de Bizerte la 7ème DCT ( Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) pour une nouvelle phase d’exercices.

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer, les différents navires étant du 23 au 30 septembre attaqués soit en escadres soit individuellement par des avions de l’aéronavale et de l’armée de l’air.

Après un ravitaillement à Bizerte les 1er et 2 octobre, les contre-torpilleurs ressortent pour tenter d’intercepter le Tarn et les deux croiseurs légers qui simulent un raider tentant de passer du bassin occidental au bassin oriental de la Méditerranée.

Cet exercice qui à lieu du 3 au 15 octobre est suivit par un exercice de combat antisurface, le Latouche-Tréville prenant la tête de la 7ème DCT et le Gambetta celui de la 4ème DCT et ce du 17 au 27 octobre.

Après une dernière escale à Bizerte du 28 octobre au 3 novembre, la 8ème DC, la 4ème DCT et le Tarn quittent la Tunisie pour rentrer en Algérie arrivant à Mers-El-Kébir le 6 novembre 1946.

Le 28 novembre 1947, Le Tarn ravitaille successivement à la mer les trois contre-torpilleurs Magon Dunois La Hire de la 4ème DCT engagés dans un entrainement de division. Il les ravitaille de nouveau le 5 décembre 1947. Les 11 et 26 mai 1948, il ravitaille à nouveau cette division engagée dans un nouvel entrainement de division.

Le 12 mai 1948, le Tarn appareille de Mers-El-Kébir en compagnie du porte-avions Commandant Teste, du cuirassé Bretagne et du croiseur de bataille Strasbourg plus les six torpilleurs d’escadre escortant ces navires en l’occurence les torpilleurs d’escadre L’Eveillé L’Alerte (protecteurs du Bretagne), Lansquenet Fleuret (protecteurs du Strasbourg) Hussard et Spahi (protecteurs du Commandant Teste) auxquels se joignent venus de Bizerte, les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche (11ème DCT) et le pétrolier Mékong pour une série d’exercices du 15 mai au 20 juin 1948.

Le programme était chargé pour ne pas dire copieux avec un exercice de défense aérienne à la mer d’une force navale, la lutte ASM, le raid antisurface au cours duquel le Strasbourg et le Commandant Teste attaquèrent les contre-torpilleurs au canon et avec l’aviation embarqué avant que les contre-torpilleurs et les torpilleurs d’escadre ne tentent d’attaquer les deux gros (Strasbourg et Bretagne).

La force navale occasionnelle exécuta également des tirs contre la terre sur des ilots inhabités du territoire tunisien pour simuler un assaut amphibie.

Tout se termina par un exercice d’escorte de convois composé de deux pétroliers et de deux cargos escortés par les trois contre-torpilleurs et un torpilleur à l’arrière; le porte-avions, le cuirassé et le croiseur de bataille plus les trois torpilleurs restant formant un groupe de couverture. Le convoi est ainsi attaqué par des sous-marins et des avions basés à terre.

La force navale rentre à Bizerte le 21 juin et si les contre-torpilleurs et le Mékong restent en Tunisie puisque Bizerte est leur port d’attache, le croiseur de bataille, le cuirassé, le porte-avions et les six torpilleurs d’escadre plus le Tarn rentrent à Mers-El-Kebir le 28 juin 1948.

Le Tarn est en entretien à flot du 1er au 27 juillet 1948, sortant pour essais du 28 au 30 juillet  puis pour remise en condition du 1er au 12 août 1948.

Le 5 septembre 1948, il est à quai à Mers-El-Kébir se tenait prêt à appareiller pour soutenir les cuirassés, les croiseurs et le porte-avions de la 4ème Escadre.

14-Navires légers (9) avisos coloniaux classe Bougainville (8)

Le La Grandière

L'aviso-colonial La Grandière

L’aviso-colonial La Grandière

-Le La Grandière est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence de Port de Bouc sous le nom de Ville d’Ys le 23 février 1938 lancé le 20 juin 1939, rebaptisé La Grandière en mars  et admis au service actif le 20 juin 1940.

Il quitte Toulon le 27 juin 1940 pour rallier Beyrouth le 1er juillet suivant. Affecté à la DNL, il doublonne le D’Iberville même si cette situation est temporaire, le dernier nommé devant rallier à l’automne 1940 le Pacifique.

En dépit de la présence de formes de radoub à Beyrouth, c’est à Haïfa en Palestine mandataire que le La Grandière va se faire caréner.  Nous pouvons y voir un geste politique pour plaire à nos alliés britanniques.

Arrivé à destination le 5 septembre 1940, il est échoué au bassin du 6 septembre au 5 novembre 1940. Armé pour essais le 20 novembre, il sort pour essais du 21 au 23 puis pour remise en condition du 25 novembre au 10 décembre 1940, date de son retour à Beyrouth.

Il reprend alors ses missions de patrouille en Méditerranée avec des incursions en mer Adriatique mais également en mer Noire. Comme ses sister-ships, il montre le pavillon tricolore dans les ports étrangers et fait respecter les mandats attribués à la France sur le Liban et la Syrie.

Le 7 décembre 1942, le croiseur léger Lamotte-Picquet quitte Beyrouth sans être relevé, transférant le pavillon de navire-amiral de la DNL à l’aviso-colonial La Grandière.

Il effectue également des exercices avec les navires de passage dans la région comme du 12 au 19 février 1943 quand il manoeuvre avec les torpilleurs légers de la 1ère DT venus de Toulon.

Les cinq navires font escale à Haïfa du 20 au 23 février avant un entrainement à la défense aérienne à la mer commun du 24 février au 4 mars, les cinq navires rentrant à Beyrouth le 5 mars 1943 et la 1ère DT quitte le Levant trois jours plus tard.

Du 5 au 12 avril, l’aviso La Grandière manoeuvre avec les contre-torpilleurs Vauquelin Tartu et Chevalier Paul de la 7ème DCT venus de Bizerte. Les quatre navires font escale à Lattaquié du 13 au 18 avril avant que les contre-torpilleurs ne rentrent en Afrique du Nord.

Décidément fort demandé, le La Grandière manoeuvre avec les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT et ce du 30 juin au 4 juillet avant une escale commune à Beyrouth du 5 au 8 juillet 1943.

Il subit un nouveau grand carénage à Haïfa, étant échoué au bassin du 14 janvier au 6 mars 1944, subissant remise en état et modernisation (suppression des installations d’hydraviation, modernisation de la DCA).
Armé pour essais le 16 mars, il sort pour essais les 16 et 17 mars puis pour remise en condition du 19 au 30 mars, date de son retour à Beyrouth.

Victime d’une avarie, le La Grandière est indisponible du 5 au 30 juin 1944, remplacé dans sa mission par les contre-torpilleurs Vauquelin et Tartu. Réparé, il sort pour essais les 1er et 2 juillet puis pour remise en condition du 3 au 10 juillet date à laquelle il peut reprendre ses missions.

Le 7 juillet 1945, le cuirassé Clemenceau accompagné des torpilleurs d’escadre Rapière et Hallebarde et du pétrolier-ravitailleur La Mayenne arrive à Beyrouth.

La petite escadre manoeuvre avec La Grandière avec un entrainement de défense aérienne à la mer du 9 au 15 juillet avant un ravitaillement à la mer.

Les soutes vides, La Mayenne cingle vers Haïfa en compagnie de La Grandière pour recompléter ses soutes.

Le 21 juillet 1945, les deux navires reprennent la mer pour ravitailler à la mer le cuirassé et ses deux torpilleurs avant un entrainement au combat antisurface du 22 au 31 juillet 1945, date à laquelle La Grandière rentre à Beyrouth.

Du 19 au 27 octobre 1945, l’aviso colonial La Grandière effectue un exercice commun avec les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT, les quatre navires faisant escale à Lattaquié du 28 au 30 octobre avant un exercice de synthèse du 2 au 7 novembre, les trois contre-torpilleurs rentrant alors à Bizerte.

Le 17 janvier 1946, les contre-torpilleurs Le Triomphant et L’Indomptable arrivent à Beyrouth dans le cadre d’un entrainement de division. Après des exercices en duo du 19 janvier au 2 février, les deux contre-torpilleurs font escale avec l’aviso colonial à Lattaquié du 3 au 7 février.

Du 8 au 13 février, la 10ème DCT affronte l’aviso colonial qui simule un croiseur auxiliaire avant que du 15 au 22 février, les deux contre-torpilleurs alternent entre protection et attaque du La Grandière. Les trois navires sont à Beyrouth du 23 au 27 février avant que les deux contre-torpilleurs ne prennent le chemin du retour.

Au printemps 1946, La Grandière manoeuvre avec les contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut de la 5ème DCT, les torpilleurs légers de la 1ère DT Le Fier L’Entreprenant L’Agile et Le Farouche ainsi que les sous-marins L’Atalante Vestale et Sultane de la 17ème DSM.

Du 17 au 27 mars 1946, La Grandière simule un raider ennemi cherchant à s’en prendre au trafic commercial et traqué par la 1ère DT et la 5ème DCT avant de prendre la tête de la 1ère DT pour contrer un raid artillerie de la 5ème DCT contre Beyrouth.

Du 29 mars au 5 avril, l’aviso La Grandière  protégé par la 1ère DT est attaqué par les sous-marins de la 17ème DSM, la 5ème DCT assurant la traque en solitaire des sous-marins qui tentent aussi de torpiller les cargos sortant et arrivant dans le port de Beyrouth. La petite escadre fait une escale à Beyrouth du 6 au 10 avril avant que la 5ème DCT et la 1ère DT ne rentrent à Toulon et la 17ème DSM à Bizerte.

La Grandière subit un nouveau grand carénage à Haïfa, étant échoué au bassin du 5 mars au 10 juin 1947. Armé pour essais le 22 juin, il sort pour essais du 23 au 25  puis pour remise en condition du 27 juin au 9 juillet date de son retour à Beyrouth.

Le 16 septembre 1947, les contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut (5ème DCT) accompagnés par les Bayard Du Guesclin Turenne (2ème DCT) et du PRE Liamone arrivent à Beyrouth. Du 28 septembre au 1er octobre, les deux divisions assurent un exercice d’attaque et de défense de convois, un convoi symbolisé par l’aviso colonial et le pétrolier-caboteur Ardèche.

Quand la Seconde Guerre Mondiale éclate le 5 septembre 1948, l’aviso est à la mer au large de la Palestine mandataire. Il rallie Beyrouth pour recompléter ses soutes avant de rallier la région du Dodécanèse, possession italienne qu’il devait surveiller.

11-Torpilleurs d’escadre (15)

La Palme

Le torpilleur d'escadre La Palme à la mer

Le torpilleur d’escadre La Palme à la mer

-La Palme est mise sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon sis à Nantes le 18 mai 1925 lancé le 30 juin 1926 et armé pour essais le 1er février 1927. Il entre en armement définitif le 1er août 1927, la clôture d’armement étant prononcée le 6 février 1928 et La Palme est admise au service actif le 20 avril 1928.

Il forme à son admission au service actif la 7ème escadrille en compagnie de ses sister-ship La Railleuse Le Mars et Le Fortuné, unité basée à Brest. Rebaptisée 7ème DT le 1er mars 1929, elle est affecté alors en Méditerranée.
Le 1er octobre 1934, les 9ème 7ème et 11ème DT sont dissoutes mais La Palme ne rejoint pas le groupe de complément, devenant le navire amiral d’une nouvelle 1ère DT formée outre de La Palme par les torpilleurs La Railleuse, Brestois et Forbin.

Quand éclate la guerre d’Espagne en juillet 1936, La Palme est toujours endivisionné au sein de la 1ère DT mais avec Le Mars et le Forbin et à partir de septembre 1936, il est navire-amiral e la 1ère flottille.

Comme la majorité des navires de la marine nationale, le torpilleur d’escadre La Palme va participer aux opérations liées à la guerre d’Espagne servant notamment de dragueur rapide au profit des contre-torpilleurs de la 7ème DCT (Vautour Albatros Gerfaut)

La guerre d’Espagne prend fin en avril 1939 par la prise de Madrid par les nationalistes ce qui allège la charge de travail de la marine nationale en Méditerranée permettant la libération des réservistes rappelés au moment de la crise de Munich en septembre 1938.

Néanmoins cette période chargée à permis aux équipages de s’entrainer comme jamais et on peut considérer qu’en septembre 1939, la marine est des trois armes la mieux préparée au terrible conflit qui s’annonce.

Quand la guerre de Pologne éclate le 3 septembre 1939, La Palme appartient toujours à la 1ère DT en compagnie de son sister-ship Le Mars et de La Tempête. Cette division est intégrée à la 2ème escadre elle même intégrée à la Flotte de la Méditerranée.

Durant les trois mois du conflit (3 septembre-15 décembre), le torpilleur d’escadre La Palme va participer à des missions d’escorte notamment des convois de transport de troupes entre l’Afrique du Nord et la métropole.

La Palme commence l’année 1940 par un entrainement de division en compagnie de ses compères La Tempête et Le Mars du 8 janvier au 7 février, date du retour de la division à Toulon. La 1ère DT participe ensuite à un exercice avec le cuirassé Provence du 15 février au 7 mars avant un nouveau entrainement de division du 16 mars au 6 avril 1940.

Le 15 avril, la 1ère DT décidément fort active quitte Toulon pour un entrainement en compagnie du cuirassé Lorraine, sister-ship du Provence et ce du 15 avril au 9 mai, le cuirassé et les torpilleurs faisant escale à Nice du 9 au 14 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 15 mai 1940.

La Palme sort à nouveau pour entrainement du 20 au 27 mai, accompagné de La Tempête et du Mars, cet entrainement combinant école à feux, lancements de torpilles et tirs sur cible remorquée est suivie d’une escale à Port-Vendres du 28 mai au 2 juin, les trois torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain.

La Palme sort pour une école à feux du 10 au 20 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 21 au 24 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au 17 juillet, sortant pour essais (18 au 20 juillet) et remise en condition (22 juillet au 7 août), La Palme et La Tempête participant ensuite aux essais (9 au 11 août) et à la remise en condition (13 août au 3 septembre) du Mars, les trois torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 4 au 8 septembre avant de rentrer à Toulon le 9 septembre 1940.

La grande réorganisation de septembre 1940 affecte la 1ère DT (comme les autres divisions de la 1ère FT) au groupement de ligne de la 2ème Escadre avec toujours Toulon comme port-base.

Du 12 septembre au 4 octobre, les torpilleurs d’escadre La Palme Le Mars et La Tempête sortent pour un entrainement de division. Ils vont ensuite mouiller aux salins d’Hyères du 5 au 12 octobre, se ravitaillent à Toulon le 13 octobre avant une nouvelle phase d’entrainement du 14 au 22 octobre, date du retour de la division à Toulon.

Le 1er novembre 1940, les torpilleurs de la 1ère DT sortent pour entrainement en compagnie du cuirassé Provence et ce du 1er au 17 novembre. Le cuirassé et les trois torpilleurs font escale à Nice du 18 au  21 novembre, à Bastia du 22 au 26 novembre avant de rentrer à Toulon le 28 novembre 1940.

La Palme sort pour entrainement en compagnie du Mars du 5 au 20 décembre, faisant escale à Bastia du 21 au 26 décembre et à Ajaccio du 27 décembre 1940 au 2 janvier 1941, rentrant à Toulon le lendemain.

Le 10 janvier 1941, la 1ère DT sort pour un entrainement de division, les torpilleurs Le Mars et La Palme effectuant une école à feux du 10 au 18 janvier, faisant escale à Calvi du 19 au 23 janvier avant un entrainement au combat antisurface du 24 janvier au 1er février, les deux torpilleurs rentrant le lendemain à Toulon.

Le torpilleur d’escadre La Palme débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué le 3 février au bassin Vauban (n°6) pour remise en état complète jusqu’au 15 mars 1941 date de sa remise à flot.

Armé pour essais le 20 mars, il sort pour essais (21 au 24 mars) et pour remise en condition (26 mars au 12 avril), à chaque fois en compagnie de La Tempête,  les deux torpilleurs rentrant à Toulon le 13 avril 1941.

Les deux torpilleurs disponibles de la 1ère DT sortent pour entrainement du 18 au 24 avril, se ravitaillant à Toulon le 25 avril 1941 avant de rallier les salins d’Hyères.

Le 30 avril, le torpilleur d’escadre Le Mars les rejoint pour ses essais à la mer et sa remise en condition, les trois torpilleurs étant ainsi à la mer pour ses essais (1er au 4 mai) et pour sa remise en condition (6 au 25 mai), les trois torpilleurs d’escadre rentrant à Toulon le 26 mai 1941.

La Palme et Le Mars sortent pour une école à feux commune du 2 au 12 juin, rentrant à Toulon le lendemain 13 juin 1941.

Il est indisponible pour entretien, modernisation (DCA avec l’embarquement de 4 canons de 37mm Schneider modèle 1941 en remplacement des pièces plus anciennes de 37mm et de 13.2mm) et permissions de l’équipage du 18 juin au 9 juillet 1941, sortant pour essais (10 au 13 juillet) et pour remise en condition (15 au 30 juillet) en compagnie de La Tempête, les deux torpilleurs d’escadre se ravitaillant le 31 juillet à Toulon avant de mouiller aux salins d’Hyères.

Le 4 août, le torpilleur d’escadre Le Mars les y retrouve après ses essais à la mer, les trois torpilleurs de la 1ère DTE sortant pour la remise en condition du Mars du 5 au 22 août, les trois torpilleurs d’escadre faisant escale à Sète du 23 au 27 août avant de rentrer à Toulon le lendemain 28 août 1941.

Le 7 septembre 1941, la 1ère DTE quitte Toulon pour entrainement de division au large de la Corse plus précisément entre Calvi et Propriano, entrainement qui l’occupe jusqu’au 22 octobre 1941 date à laquelle la division rentre à Toulon.

Le 8 novembre 1941, la 1ère flottille de torpilleurs appareille pour un entrainement commun dans le Golfe du Lion en compagnie de la 5ème DL (cuirassés Provence et Lorraine), entrainement composé d’écoles à feux, de lancements de torpilles, d’entrainement à la défense aérienne à la mer, de combat antisurface. Les huit torpilleurs et les deux cuirassés rentrent à Toulon le 24 novembre.

Du 30 novembre au 5 décembre, La Palme et Le Mars effectuent une sortie d’entrainement, la dernière de La Tempête avant le désarmement du torpilleur de type Bourrasque. Le lendemain, le torpilleur d’escadre La Tempête transmet le pavillon de navire-amiral de la 1ère DTE à La Palme.

La 1ère DTE va être ainsi réduite à deux navires et sort ainsi pour son premier entrainement de division du 13 au 30 décembre, mouillant aux salins d’Hyères du 31 décembre au 5 janvier, rentrant le lendemain 6 janvier 1942 à Toulon.

Après une période d’entretien à flot du 7 au 22 janvier, La Palme et Le Mars sortent pour essais du 23 au 26 janvier puis pour remise en condition du 28 janvier au 11 février 1942, date à laquelle ils rentrent à Toulon.

Le 21 février 1942, les deux torpilleurs de la 1ère DTE quittent Toulon pour un entrainement de division, effectuant une école à feux du 21 février au 1er mars, font escale à La Ciotat du 2 au 7 mars avant d’enchainer par par un entrainement au combat antisurface du 8 au 17 mars.

Après une escale à Propriano du 18 au 23 mars, les deux torpilleurs exécutent un entrainement de défense aérienne à la mer du 24 au 31 mars, l’entrainement de division se poursuivant après un ravitaillement à Toulon le 1er avril et s’achève par un exercice de synthèse réalisé du 2 au 12 avril, date à laquelle les deux torpilleurs d’escadre rentrent à Toulon.

Le 22 avril 1942, les torpilleurs La Palme et Le Mars appareillent de Toulon pour un exercice commun avec le cuirassé Lorraine accompagné de ses deux torpilleurs d’escadre à savoir L’Intrépide et Le Téméraire. Après une école à feux commune du 22 au 30 avril, les torpilleurs se ravitaillent à Toulon puis effectuent un entrainement au combat antisurface du 2 au 9 mai, le cuirassé et les torpilleurs servant à tour de rôle de plastron.

Après une escale commune à Sète du 10 au 17 mai, le cuirassé et les quatre torpilleurs effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 18 au 27 mai, mouillant aux salins d’Hyères du 28 mai au 5 juin, date de leur retour à Toulon.

La Palme est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 6 au 27 juin, sortant pour essais du 28 au 30 juin et pour remise en condition du 2 au 17 juillet 1942. Il participe ensuite aux essais (19 au 22 juillet) et à la remise en condition (24 juillet au 8 août) de son compère Le Mars, les deux torpilleurs mouillant alors aux salins d’Hyères et ne rentrant à Toulon que le 16 août 1942 au matin.

Suite à une avarie mécanique, le torpilleur La Palme est indisponible du 21 août au 23 septembre, sortant pour essais du 24 au 27 et pour remise en condition du 29 septembre au 12 octobre, à chaque fois en compagnie du Mars.

Le 20 octobre 1942, la 1ère DTE quitte Toulon pour un entrainement de division, effectuant une école à feux du 20 au 31 octobre, faisant escale à Marseille du 1er au 5 novembre avant un entrainement au combat antisurface du 6 au 10 novembre.

Les deux torpilleurs font escale à Sète du 11 au 16 novembre avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 25 novembre, un ravitaillement à Toulon le 26 novembre avant un exercice de synthèse du 27 novembre au 7 décembre, date du retour de la division à Toulon.

La Palme et le Mars sortent à nouveau pour une école à feux du 15 au 22 décembre 1942, terminant l’année aux salins d’Hyères et rentrant à Toulon le 31 décembre 1942.

Après une période d’entretien à flot du 1er au 20 janvier, les deux torpilleurs d’escadre sortent pour essais les 21 et 22 janvier et pour remise en condition du 24 janvier au 4 février, rentrant à Toulon le lendemain 5 février 1943.

Le 8 février 1943, la 1ère DTE appareille en compagnie de la 7ème DTE et du Fortuné _placé hors rang_ , direction Mers-El-Kébir où ils arrivent le 9 février pour un exercice commun avec les 8ème et 9ème DTE.

Après une école à feux du 10 au 15 février, les torpilleurs se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 16 février avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 17 au 23 février puis après un nouveau ravitaillement le 24, les onze torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 25 février au 3 mars, faisant une escale commune en baie d’Ajaccio du 4 au 7 mars avant de rentrer dans leurs ports respectifs le 8 mars 1943.

La Palme et Le Mars sortent pour un entrainement de division à partir du 14 mars 1943, effectuant une école à feux du 14 au 22 mars, se ravitaillant à Toulon le 23 mars avant d’effectuer un entrainement au combat antisurface du 24 au 31 mars. Ils se ravitaillent à nouveau à Toulon le 1er avril avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 12 avril, les deux navires rentrant à Toulon le lendemain.

Le 18 avril 1943, le torpilleur d’escadre La Palme est mise en position de complément ce qui entraine la dissolution de la 1ère DTE. Il est alors amarré dans la Darse Vieille en attente de son désarmement, retrouvant quelques jours après son sister-ship Le Fortuné.

Le torpilleur d’escadre La Palme est officiellement désarmé le 12 mai 1943

Il est échoué du 13 au 20 mai dans le bassin n°6 et condamné le 27 mai 1943. Il est ensuite remorqué au cimetière naval du Bregaillon le 7 octobre 1943. Il y est toujours en septembre 1948.

10-Contre-torpilleurs (25)

Le Chevalier Paul

Le contre-torpilleur Chevalier Paul

Le contre-torpilleur Chevalier Paul

Par le marché n°5268F du 17 octobre 1929, la construction du contre-torpilleur Da-15 est attribuée aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) de la Seyne sur Mer.

-Le Da-15 baptisé ultérieurement Chevalier Paul est mis sur cale le 28 février 1931 et lancé le 21 mars 1932.

Le marché du 17 octobre 1929 prévoyait une présentation en recette au 1er septembre 1932 mais le 22 mars 1932 un acte additionnel au marché repousse de plus d’un an la présentation en recette du sixième contre-torpilleur de classe Vauquelin car la marine impose aux FCM de céder le train d’engrenages principal de la machine tribord du Chevalier Paul pour réparer celui de l’Aigle.

Or la construction d’engrenages prend énormément de temps et la présentation en recette ne peut décemment avoir lieu avant dix huit mois (un an pour la fabrication de nouveaux engrenages et cinq mois de travaux).

Ce n’est donc que le 20 novembre 1933 que le Chevalier Paul effectue sa première sortie en route libre au large de Toulon. Il quitte La Seyne le 23 novembre pour rallier Lorient son port d’armement.

Il rallie Lorient le 27 novembre, date officielle pour sa présentation en recette, ses essais commençant le 6 décembre 1933 et s’achevant le 6 avril 1934.

Entré en armement définitif le 1er juin 1934, le Chevalier Paul effectue ses sorties de vérification de bon fonctionnement après remontages les 27 et 29 juin.

Il quitte définitivement Lorient le 8 août 1934, se ravitaille à Casablanca où il mouille du 12 au 15 août puis fait escale à Alger du 16 au 20, mouillant le 20 au soir à Bregançon avant de mouiller en petite rade de Toulon le 21 août 1934 en fin d’après midi.

Le 21 août 1934, le contre-torpilleur Chevalier Paul est admis au service actif au sein du groupe des contre-torpilleurs de la 1ère Escadre.

Il est versé en surnombre à la 7ème DL mais ce surnombre est temporaire, le Cassard qui accompagnait jusque là le Tartu et l’Albatros devant être placé en position de complément pour l’année d’instruction 1934-35.

le 1er octobre 1934, les 5ème et 7ème DL permutent leurs numéros et le Chevalier Paul est désormais intégré à la 5ème DL toujours en compagnie du Tartu et de l’Albatros.

L’année d’instruction 1935-36 voit le réarmement du Cassard au sein de la 5ème DL en remplacement de l’Albatros (transféré à la 7ème DL) ce qui permet d’obtenir une division homogène.

Le 15 août 1936, le groupe des contre-torpilleurs de la 1ère Escadre devient la 3ème Escadre Légère et la 5ème DL est désormais composée des contre-torpilleurs Tartu, Vauquelin et Chevalier Paul.

Devenue 5ème DCT le 12 avril 1937, cette division va comme les autres participer aux événements d’Espagne, la marine nationale ayant la lourde de tache d’assurer d’abord l’évacuation des ressortissants étrangers puis d’assurer la liberté de navigation menacée par les marines des deux belligérants ainsi que leurs alliés notamment les allemands et les italiens soutien des nationalistes.

C’est ainsi que de septembre 1936 à avril 1937, les contre-torpilleurs de la 3ème EL vont assurer la protection des navires marchands neutres contre le blocus imposée par les forces navales nationalistes.

D’avril à septembre 1937, les contre-torpilleurs toulonnais vont participer au contrôle naval de la non-intervention qui se révélera une véritable farce et sera ensuite supplantée de septembre 1937 à septembre 1938 par le Dispositif Spécial en Méditerranée (DSM) destiné à protéger la navigation marchande en Méditerranée, notamment contre des navires se rendant dans la zone gouvernementale. Ce dispositif est commandé par le vice-amiral Esteva qui installe son PC à Oran.

Le DSM est suspendue pendant la crise des Sudètes qui semble rendre inévitable un nouveau conflit mais les accords de Munich repoussent cette échéance d’un an et à l’issue de cette période de tension, le DSM est reconstituée mais sous une forme allégée, d’autant plus justifiée que le conflit est sur le point de s’achever. Le 1er mars 1939, la guerre d’Espagne s’achève.

Le 1er juillet 1939 est créée la Flotte de la Méditerranée et la 3ème Escadre Légère est placée sous le commandement de la 3ème Escadre qui engerbe également la 1ère Escadre de Croiseurs.

Quand éclate la guerre de Pologne le 1er septembre 1939, le Chevalier Paul est toujours intégré à la 5ème DCT avec le Tartu et le Vauquelin. La division va assurer jusqu’au mois de décembre des missions d’escorte de convois, de surveillance sans oublier un entrainement de plus en plus intensif pour être prêt en cas d’entrée en guerre de l’Italie.

La 5ème DCT sort pour la première fois de l’année 1940 du 7 au 27 janvier, mouillant aux Salins d’Hyères du 28 janvier au 1er février avant de rentrer le lendemain 2 février 1940 à Toulon.

Le Chevalier-Paul, le Vauquelin et le Tartu subissent une période d’entretien à flot du 3 au 25 février 1940, sortant pour essais du 26 février au 1er mars avant remise en condition du 2 au 21 mars 1940.

La 5ème division de contre-torpilleurs sort ensuite pour un entrainement de division en Méditerranée occidentale qui l’occupe jusqu’au 14 mai, rentrant à Toulon le jour même après avoir fait escale à Calvi, à Ajaccio, à Port-Vendres et à Marseille.

Du 21 mai au 5 juin, le Chevalier Paul participe à un exercice commun avec ses compères de la 5ème DCT.

Le Chevalier Paul et le Tartu sort pour une école à feux du 9 au 17 juin, faisant escale à Nice du 18 au 20 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain 21 juin.

Il est ensuite indisponible du 23 juin au 15 juillet pour entretien courant et permissions de l’équipage, sortant pour essais et remise en condition en compagnie du Vauquelin du16 juillet au 1er août. Le Chevalier Paul et le Vauquelin participent ensuite du 2 au 27 août aux essais et à la remise en condition du Tartu qui avait été indisponible du 13 au 30 juillet.

La 5ème DCT va alors sortit pour son dernier entrainement de division avant un cycle de neuf mois durant lequel la division sera toujours réduite à deux unités, le troisième larron de la division étant en grand carénage. Les trois contre-torpilleurs vont manoeuvrer du 6 septembre au 7 octobre, rentrant le lendemain 8 octobre 1940 à Toulon.

Le Chevalier Paul sortent pour entrainement du 14 octobre au 26 novembre, faisant escale à Sète du 27 au 30 novembre avant de rallier Toulon le 1er décembre 1940.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour permissions de l’équipage jusqu’au 16 décembre quand les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 17 au 20 décembre et remise en condition du 21 décembre 1940 au 4 janvier 1941, date de leur retour à Toulon.

Le Chevalier Paul devenu navire-amiral de la 5ème DCT participe du 19 janvier au 7 février à la remise en condition du Vauquelin qui venait d’achever son grand carénage.

Le Chevalier Paul et le Vauquelin effectuent un entrainement de division du 11 février au 20 mars, rentrant le lendemain à Toulon.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 22 au 30 mars, le Vauquelin et le Chevalier Paul sortent pour une école à feu et ce du 31 mars au 9 avril date de leur retour à Toulon, le premier devant participer à la remise en condition du Tartu et le second subir un grand carénage.

Le 12 avril 1941, le Tartu quitte le bassin n°3 du Missiessy, étant remplacé par le Chevalier Paul dès le lendemain.

Le Chevalier Paul est ainsi immobilisé au bassin du 13 avril au 15 juillet 1941 pour une remise en état complète avec modernisation de sa DCA, une modernisation identique à celle de ses sister-ships. Il sort pour essais du 16 au 19 juillet avant remise en condition menée du 20 juillet au 11 août en compagnie du Vauquelin et du Tartu.

Le Chevalier Paul et le Vauquelin exécutent un entrainement au mouillage de mines pour bloquer la rade de Mers-El-Kébir, un mouillage réussit le 15 août mais le lendemain, ils sont attaqués par l’aviation et «coulés». Après une escale à Ajaccio du 17 au 21 août, ils rentrent à Toulon le lendemain 22 août 1941.

Après une école à feux du 24 au 30 août, le Vauquelin et le Chevalier Paul vont mouiller aux salins d’Hyères le lendemain 31 août où ils sont rejoints par le Tartu. Les trois navires sortent ainsi pour les essais et la remise en condition du Tartu du 1er au 22 septembre 1941, les trois navires rentrant le lendemain à Toulon.

La 5ème DCT sort ensuite pour un important entrainement de division. Les trois contre-torpilleurs quittent Toulon le 27 septembre, font escale à Casablanca pour se ravitailler le 2 octobre puis gagnent Dakar où ils arrivent le 6 octobre 1941. Ils vont manoeuvrer au large de Dakar et de Rufisque du 9 octobre au 30 novembre, quittant Dakar le 1er décembre, ravitaillant à Casablanca le 5 décembre, rentrant à Toulon le 10 décembre 1941 et terminant l’année par une période d’entretien à flot.

Le 1er janvier 1942, la réorganisation des divisions de contre-torpilleurs entre en vigueur. Le Chevalier Paul est redéployé à Bizerte où il forme une nouvelle 7ème DCT avec ses compères Vauquelin et Tartu.

Le 4 janvier 1942, le Vauquelin, le Chevalier Paul et le Tartu quittent Toulon salués par les canons des forts protégeant la rade. Les trois contre-torpilleurs secoués par le mauvais temps se mettent à l’abri à Ajaccio puis reprennent la mer le 7 janvier pour gagner Bizerte où ils arrivent le 9 janvier 1942.

La 7ème DCT entame son déploiement au sein de la 6ème EL par un entrainement de division. Le Vauquelin appareille le premier le 15 janvier suivit par le Tartu alors que le Chevalier Paul ferme la marche. Les trois contre-torpilleurs vont manoeuvrer du 15 janvier au 20 février, date à laquelle les trois navires rentrent à Bizerte.

Victime d’une avarie de turbine, le Chevalier Paul est indisponible à Bizerte du 22 février au 3 mars 1942, sortant pour essais du 4 au 6 mars avant d’appareiller pour Sfax que le contre-torpilleur touche 7 février, vingt-quatre heures après ses compères de la 7ème DCT. Ainsi reconstituée, la division de contre-torpilleur sort pour remise en condition du Chevalier Paul et ce du 8 au 18 mars, date du retour des trois navires à Bizerte.

La 7ème DCT appareille le 30 mars 1942 pour un nouvel entrainement de division mais cette fois un entrainement prévu dans l’Océan Indien, entrainement réalisé du 11 avril au 2 juin quand la 7ème DCT quitte Djibouti pour revenir en Méditerranée.  Les trois contre-torpilleurs enchainent par une mission de présence au Levant et les trois navires de la 7ème DCT sont à Beyrouth du 9 au 12 juin, à Lattaquié du 13 au 16 juin, à Limassol du 17 au 21 juin avant de rentrer à Bizerte le 25 juin 1942.

Les trois navires de la 7ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au 15 juillet 1942, sortant pour essais du 16 au 20 juillet avant un stage de remise en condition du 22 juillet au 14 août en compagnie de la 11ème DCT composée des puissants contre-torpilleurs Mogador et Volta.

Après un mouillage en baie de Gabès du 21 au 28 août 1942, la 7ème DCT sort pour son entrainement de division automnal qui va occuper le Chevalier Paul et ses trois compères du 29 août au 3 novembre 1942, faisant escale à Sfax, La Valette, Tunis et Alger avant de rentrer au bercail.

Décidément inséparables, les trois contre-torpilleurs de la 7ème DCT sont en entretien à flot du 4 au 22 novembre, sortant pour essais du 23 au 27 novembre avant remise en condition du 30 novembre au 15 décembre. Ils sortent une dernière fois pour une école à feux du 18 au 27 décembre, rentrant à Bizerte le lendemain 28 décembre 1942.

La 7ème DCT commence l’année 1943 par une école à feux et des lancements de torpilles au large de Bizerte le 5 janvier mais le Tartu victime d’une avarie doit rentrer à Bizerte pour réparations.

Le Chevalier Paul et le Vauquelin continuent l’entrainement par un entrainement au combat antisurface du 6 au 13 janvier, date à laquelle ils arrivent à Sfax où ils sont rejoints par le Tartu deux jours plus tard. Les trois contre-torpilleurs sortent pour entrainement du 16 au 30 janvier, faisant escale à Tunis du 31 janvier au 4 février avant de rentrer à Bizerte le lendemain 5 février 1943.

Le 12 février 1943, la 7ème DCT appareille pour un entrainement de division au large de la Tunisie avant un exercice prévu avec la marine britannique en Egypte. Le Vauquelin (Al), le Tartu et le Chevalier Paul après un entrainement de division jusqu’au 10 mars, manœuvrent avec des destroyers britanniques du 12 au 17 mars, date de leur arrivée commune à Haïfa. L’escale qui devait s’achever le 20 mars se prolonge jusqu’au 27 mars en raison d’émeutes entre juifs et arabes.

La 7ème DCT est ensuite à Beyrouth du 28 mars au 4 avril, manœuvrant avec l’aviso colonial La Grandière du 5 au 12 avril avant une nouvelle escale à Lattaquié du 13 au 18 avril. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 27 avril après une escale à Tunis du 22 au 26 avril 1943.

Les trois contre-torpilleurs mouillés au milieu du lac connaissent une période d’entretien à flot du 28 avril au 15 mai avant de sortir pour essais du 16 au 19 mai avant un entrainement de base au large de Tunis du 20 au 31 mai, les trois contre-torpilleurs relâchant dans la capitale du protectorat du 1er au 5 juin.

Après un ravitaillement à Bizerte le 6 juin, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement au mouillage de mines au large de Sfax du 7 au 9 juin, enchainant par une école à feux du 10 au 19 juin puis par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 20 au 30 juin, rentrant à Bizerte le lendemain 1er juillet 1943.

Le Chevalier Paul et le Tartu sortent pour une école à feux du 4 au 14 juillet, faisant escale à Tunis du 17 au 20 juillet, ralliant Bizerte le lendemain. Le Chevalier Paul participe ensuite du 21 juillet au 13 août à la remise en condition du Vauquelin.

Indisponible du 14 au 31 août, il sort pour essais du 1er au 3 septembre avant remise en condition du 4 au 23 septembre en compagnie de ses deux compères de la 7ème DCT.

Les trois contre-torpilleurs vont alors sortir pour le dernier entrainement de division avant un nouveau cycle de grand carénage, grand carénage combinant une remise en état avec une modernisation des capacités militaires.

Cet entrainement de division à lieu du 1er octobre au 2 novembre avant que la 7ème DCT ne participe le 11 novembre 1943 à une revue navale organisée pour commémorer le vingt-cinquième anniversaire de la fin du premier conflit mondial.

Suite à l’immobilisation du Vauquelin pour grand carénage, le Chevalier Paul devient navire-amiral de la 7ème DCT et sort avec le Tartu pour un entrainement commun du 16 novembre au 7 décembre, faisant escale à La Valette du 8 au 12 décembre avant de rentrer à Bizerte le lendemain puis d’être indisponibles pour permissions de l’équipage du  14 décembre 1943 au 3 janvier 1944.

Le 8 janvier 1944, le Tartu quitte Bizerte pour Toulon, embarquant une compagnie de fusiliers marins qu’il débarque pour un entrainement au raid amphibie contre la base aéronavale d’Aspretto ravagée par les destructions.

Rembarquant les fusiliers marins le 10 janvier, le Chevalier Paul les ramène à Toulon le 11 janvier à l’aube. Après un rapide ravitaillement à Toulon, le contre-torpilleur met cap sur Bizerte où il arrive le 13 janvier 1944. Il effectue ensuite une école à feux du 16 au 21 janvier 1944.
Du 23 au 27 janvier, le Chevalier Paul participe aux essais du Vauquelin puis du 30 janvier au 15 février à sa remise en condition. A l’issue de cette remise en condition, le Vauquelin redevient navire-amiral de la 7ème DCT.

Le Chevalier Paul et le Vauquelin sortent pour entrainement du 20 février au 8 mars puis du 11 au 20 mars, date de leur retour à Bizerte.

Le 24 mars, le Tartu quitte le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah, cédant sa  place au Chevalier Paul qui est donc échoué du 25 mars au 12 juillet 1944 pour des travaux identiques à ceux de ses deux compères de la 7ème DCT.

Le 12 juillet, le Chevalier Paul est remis à flot. Il sort pour essais en solitaire du 15 au 18 juillet avant son stage de remise en condition du 20 juillet au 4 août mené en compagnie de ses deux compères, les trois navires rentrant à Bizerte le 4 août dans la soirée.

Seul contre-torpilleur disponible de la division, le Chevalier Paul sort pour une école à feux du 7 au 12 août puis pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 13 au 19 août, rentrant à Bizerte le 20 août 1944. Il participe ensuite à la remise en condition de ses deux compères du 22 août au 8 septembre.

Le 12 septembre 1944, la 7ème DCT sort en compagnie du croiseur léger Emile Bertin et de la 11ème DCT (Mogador Volta, le Hoche étant indisponible) pour un exercice de combat antisurface avec lancement de torpilles et école à feux. Cet exercice occupe le croiseur léger et les cinq contre-torpilleurs du 13 septembre au 17 octobre 1944, rentrant à Bizerte le lendemain.

Le Chevalier Paul et ses compères de la 7ème DCT sort ensuite pour un entrainement de division au large de la Tunisie du 23 octobre au 17 décembre, faisant escale à La Valette et Tunis.

Ils terminent l’année par une école à feux commune du 20 au 27 décembre 1944, subissant ensuite une période d’entretien à flot du 28 décembre au 8 janvier, sortant pour essais du 9 au 13 janvier 1945.

Du 21 janvier au 5 février, la 7ème DCT sort en compagnie de la 11ème DCT et de l’Emile Bertin pour un exercice consacré aussi bien à la défense aérienne à la mer, au combat antisurface qu’à l’attaque et à l’escorte de convois. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

La 7ème DCT quitte Bizerte le 16 février pour un entrainement de division jusqu’au 1er avril, faisant escale à Tunis avant de rentrer à Bizerte le 8 avril 1945.

Le Chevalier Paul victime d’une avarie est indisponible du 9 au 23 avril, sortant pour essais du 24 au 30 avril avant d’enchainer par un entrainement avec ses deux compères du 1er au 7 mai, les trois contre-torpilleurs enchainant par un entrainement avec l’Emile Bertin le 9 mai puis par un entrainement de division du 10 mai au 27 juin, faisant escale à Tunis du 28 au 30 juin avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Le Chevalier Paul sort pour une école à feux du 8 au 17 juillet, faisant escale à Tunis du 18 au 22 juillet avant de participer du 23 juillet au 12 août à la remise en condition du Vauquelin. Il est ensuite indisponible du 13 août au 2 septembre 1945, sortant  pour essais et remise en condition du 3 au 23 septembre en compagnie de ses deux compères de la 7ème DCT.

La 7ème DCT sort alors pour un entrainement de division au large de Dakar. Quittant Bizerte le 27 septembre,  ils se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 30 septembre, relâchent à Casablanca du 3 au 6 octobre avant de rallier Dakar le 10 octobre. Le Chevalier Paul et ses compères Tartu et Vauquelin vont enchainer les exercices et les entrainements jusqu’au 2 décembre.

Ils quittent Dakar le 3 décembre en compagnie du Sfax qu’ils escortent  jusqu’à Brest où les quatre navires arrivent le 12 décembre 1945.Les trois contre-torpilleurs quittent Brest le 15 décembre, font escale à Lisbonne du 18 au 20 décembre, à Mers-El-Kébir pour se ravitailler le 23 décembre avant de rentrer à Bizerte le 27 décembre 1945 après trois mois loin de son port d’attache.

le Chevalier-Paul, le Vauquelin et le Tartu sont indisponibles pour entretien du 28 décembre au 21 janvier, passant dans un bassin du port de Bizerte pour inspection, le Chevalier Paul étant au sec du 6 au 14 janvier.

La 7ème DCT sort pour essais du 22 au 25 janvier avant remise en condition du 26 janvier au 10 février, faisant escale à Tunis du 11 au 15 février avant d’enchainer par un entrainement de division du 16 février au 13 mars, rentrant à Bizerte le 18 après une escale à La Valette du 14 au 17 mars.

Après une école à feux du 21 au 28 mars, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent rapidement à Bizerte pour rallier Sfax le 30 mars où ils retrouvent les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne. La 7ème DCT et la 2ème DC vont manoeuvrer ensemble du 1er au 27 avril 1946.

La 7ème DCT enchaine par un entrainement de division qui va occuper les trois contre-torpilleurs du 4 mai au 19 juin, le Chevalier Paul et ses comparses faisant escale à Tunis du 20 au 27 juin avant de rentrer à Bizerte le lendemain.

Le Chevalier Paul et le Vauquelin sortent pour une école à feux doublé d’un entrainement au combat antisurface du 5 au 12 juillet, faisant escale à Alger du 13 au 15 juillet avant de rentrer à Bizerte le 16 juillet.

Le Chevalier Paul est indisponible du 17 juillet au 8 août 1946, sortant pour essais et remise en condition du 8 août au 2 septembre accompagné par le Tartu. Les deux contre-torpilleurs participent ensuite du 3 au 18 septembre aux essais et à la remise en condition du Vauquelin.

Le 22 septembre 1946, la 7ème DCT quitte Bizerte et retrouve au large, les croiseurs Latouche-Tréville et Gambetta (8ème DC), les contre-torpilleurs Magon Dunois et La Hire (4ème DCT) ainsi que le ravitailleur Tarn, ces six navires de la 4ème Escadre venant de Mers-El-Kébir.

Ce groupe occasionnel va manoeuvrer ensemble du 23 septembre au 27 octobre, les navires faisant escale à Bizerte du 28 au 3 novembre, la 8ème DC, la 4ème DCT et le Tarn quittent la Tunisie pour rentrer en Algérie arrivant à Mers-El-Kébir le 6 novembre 1946.

La 7ème DCT termine l’année par un entrainement de division du 12 novembre au 26 décembre, le dernier avant un nouveau cycle de grand carénage qui va amputer la division d’un navire pendant huit mois.

Le Chevalier Paul et le Tartu sortent pour un entrainement de division du 10 janvier au 27 février, soutenu par le pétrolier Mayenne, les trois navires rentrant à Bizerte le lendemain.

Le Chevalier Paul  sort pour entrainement du 5 mars au 3 avril avant de participer aux essais et à la remise en condition du Vauquelin du 10 avril au 4 mai 1947 avant que le Chevalier Paul et le Vauquelin n’enchainent par  un entrainement de division du 12 mai au 27 juin, faisant escale à Alger du 28 juin au 2 juillet avant de rallier Bizerte deux jours plus tard dans les frimats de l’aube.

Le Chevalier Paul est en grand carénage au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 16 juillet au 16 octobre 1947. Il sort pour essais du 16 au 19 octobre et pour remise en condition du 21 octobre au 2 novembre en compagnie de ses deux compères de la 7ème DCT.

Du 4 au 24 novembre, la 7ème DCT reconstituée participe à un exercice avec le croiseur Emile Bertin, les quatre navires faisant escale à Sfax du 25 au 29 novembre, rentrant à Bizerte le 1er décembre 1947. Le Chevalier Paul et ses compères de la 7ème DCT enchainent par un entrainement avec la 11ème DCT et l’Emile Bertin du 8 au 20 décembre, rentrant à Bizerte le 22 décembre 1947.

Le Chevalier Paul sort en compagnie du Tartu pour  une école à feux du 10 au 17 janvier 1948 avant de gagner Sfax le lendemain 18 janvier. Le 22 janvier, le Vauquelin réparé après une avarie mécanique retrouve ses compères au mouillage. La division ainsi reconstituée sort pour un entrainement de division qui occupe les trois lévriers des mers du 23 janvier au 3 mars, la 7ème DCT rentrant à Bizerte le 5 mars 1948.

Du 6 au 24 avril, la 7ème DCT effectue un nouvel exercice commun avec la 11ème DCT et l’Emile Bertin, rentrant à Bizerte le 26.  Le Chevalier Paul effectue ensuite une mission de surveillance dans le golfe de Syrte du 5 au 17 mai, faisant escale à Sfax du 18 au 23 mai avant d’effectuer une école à feux du 24 mai au 3 juin, rentrant à Bizerte le lendemain 4 juin.

Après une sortie en compagnie du Vauquelin du 12 au 16 juin, le Chevalier Paul participe à un exercice commun avec le Vauquelin et l’Emile Bertin du 18 au 24 juin avant deux escales successives, à Sfax du 24 au 27 juin puis à Tunis du 29 juin au 2 juillet, rentrant le lendemain au port.

Le Chevalier Paul et le Vauquelin sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 3 au 24 juillet 1948, sortant pour essais et remise en condition du 25 juillet au 17 août.

Le 20 août, le Vauquelin et le Chevalier Paul passent à l’effectif de guerre et sort pour une mission de surveillance du 21 au 28 août. Elle devait rentrer à Bizerte mais elle reçoit l’ordre de gagner Sfax où elle charge des mines de guerre qu’elle mouille à la frontière entre la Tunisie et la Libye dans la nuit du 30 août au 1er septembre, couverts par le Tartu avant que les trois navires ne rentrent à Bizerte le 3 septembre.

A partir de cette date, la 7ème DCT maintient un contre-torpilleur chaudières allumées prêt à appareiller, ses deux compères étant en alerte à 6h.

CT Chevalier Paul
Caractéristiques Techniques de la classe Vauquelin

Déplacement : standard 2480 tW pleine charge normale 2634 tonnes surcharge 3120 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 129.30m longueur entre perpendiculaires 122.40m largeur maximum 11.69m (11.70m pour le Chevalier Paul 11.78m pour le Vauquelin) tirant d’eau sous les hélices en charge normale : 4.34m

Propulsion : deux turbines à engrenages Zoelly (Vauquelin) Rateau-Bretagne (Cassard) ou Parsons (Kersaint Tartu Maillé-Brézé Chevalier Paul) alimentées en vapeur Yarrow (sous licence Penhoët) dévellopant 64000ch et entrainant deux hélices tripales de 3.79m de diamètre.

Performances : vitesse maximale en service 36 noeuds (le record est détenu par le Cassard qui lors de l’essai à feux poussées à filé à 42.86 noeuds) distance franchissable moyenne : 3000 miles nautiques à 18 noeuds

Electronique : installation en 1940/1941 d’un Asdic et en 1943/44 de plusieurs radars : un radar de navigation, un radar de veille combinée et deux radars de conduite de tir

Armement :

(configuration d’origine)  5 canons de 138mm modèle 1927 en affûts simples (deux avant et trois arrière), 4 canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples puis 4 canons de 37mm en deux affûts doubles modèle 1933, 4 mitrailleuses de 13.2mm en deux affûts doubles; sept tubes lance-torpilles de 550mm en une plate-forme triple axiale et deux plate-formes doubles latérales; deux grenadeurs avec seize grenades; peuvent embarquer jusqu’à 50 mines

(configuration septembre 1948)  5 canons de 130mm modèle 1932 en cinq affûts simples modèle 1941; dix canons de 37mm Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles; sept tubes lance-torpilles de 550mm en une plate-forme triple axiale et deux plate-formes doubles latérales; deux grenadeurs avec une trentaine de grenades; 50 mines peuvent aussi être embarquées

Equipage : 230 officiers et marins

10-Contre-torpilleurs (23)

Le Tartu

Le contre-torpilleur Tartu

Le contre-torpilleur Tartu

La construction du Da-13 est attribuée par le marché n°5268D signé entre la marine nationale et les Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes, marché signé comme les cinq autres de la classe Vauquelin le 17 octobre 1929.

-Le Tartu est mis sur cale le 14 septembre 1930 et lancé le 7 décembre 1931. Après la traditionnelle période d’achèvement à flot, il quitte Nantes le 28 juillet 1932 pour Lorient, son port d’armement.

Le programme d’essais est rondement mené du 4 au 26 août, entrant ensuite dans la traditionnelle phase de démontage et de modifications.

Du 24 novembre au 9 décembre, il sort pour les essais de bon fonctionnement après modifications avant d’embarquer munitions et torpilles à Brest et de revenir à Lorient.

La clôture d’armement est prononcée le 31 décembre 1932 et le 26 janvier 1933, le Tartu qui définitivement Lorient pour Toulon où il arrive le 7 février 1933.

Le 8 février 1933, le contre-torpilleur Tartu est admis au service actif au sein de la 1ère escadre

A son admission au service actif, le Tartu est affecté à la 5ème DL en surnombre en compagnie des contre-torpilleurs Gerfaut Aigle et Vautour.  Il est cependant indisponible de la fin du mois d’avril au début du mois de juillet pour démontages et visites de fin de garantie.

Le 14 septembre 1933, le Tartu est affecté à la 7ème DL en remplacement du Guépard, retrouvant dans cette division son sister-ship Cassard et l’Albatros. Le 29 septembre, le contre-amiral Laborde met sa marque sur le Tartu, le «Comte Jean» commandant les 5ème et 7ème DL.

Le 1er octobre 1934, la 7ème DL (Tartu Albatros Chevalier Paul) devient 5ème DL alors que la 5ème DL (Gerfaut Albatros Aigle) devient 7ème DL. Le groupe des contre-torpilleurs de la 1ère Escadre est renforcé par l’arrivée de Brest de la 6ème DL (Maillé-Brézé, Kersaint Vauquelin) qui devient la 9ème DL une fois arrivée à Toulon.

La composition de la 5ème DL évolue pour l’année d’instruction 1935-36, le Tartu étant désormais accompagné par le Chevalier Paul et le Cassard, le Tartu restant navire-amiral du groupe des contre-torpilleurs de la 1ère escadre, portant la marque du contre-amiral Ollive.

Pour l’année 1936-37, la 5ème DL qui est une composante de la 3ème Escadre Légère (nouveau nom du groupe des contre-torpilleurs de la 1ère Escadre) est composée des contre-torpilleurs Tartu Vauquelin et Chevalier Paul.

Le Tartu comme les autres contre-torpilleurs de la 3ème EL va participer aux opérations au large de l’Espagne pour faire respecter la liberté de navigation menacée par les deux camps et leurs alliés.

Le 12 avril 1937, la 5ème DL est rebaptisée 5ème Division de Contre-Torpilleurs (5ème DCT) et sa composition va rester identique jusqu’au déclenchement de la guerre de Pologne en septembre 1939 soit Tartu Chevalier Paul et Vauquelin.

De septembre à décembre 1939, les trois contre-torpilleurs vont effectuer des escortes de convois et des missions de surveillance sans oublier de poursuivre l’entrainement avec écoles à feux, lancement de torpilles, entrainement au combat antisurface.

La 5ème DCT commence l’année 1940 par un entrainement du 7 janvier au 2 février, entrainement marqué par des mouillages aux Salins d’hyères du 16 au 21 et du 28 janvier au 1er février 1940, rentrant le lendemain à Toulon.

Le Tartu, le Vauquelin et le Chevalier Paul subissent une période d’entretien à flot du 3 au 25 février 1940, sortant pour essais du 26 février au 1er mars avant remise en condition du 2 au 21 mars 1940.

La 5ème division de contre-torpilleurs sort ensuite pour un entrainement de division en Méditerranée occidentale du 27 mars au 14 mai, entrainement marqué par des escales à Calvi, Ajaccio, Port-Vendres et Marseille.

Le 21 mai, le Tartu et le Chevalier-Paul appareillent de Toulon quelques heures après le Chevalier Paul pour le poursuivre et l’empêcher d’atteindre Villefranche ce qu’ils échouent à faire, les deux contre-torpilleurs ayant la désagréable surprise de voir le Vauquelin déjà au mouillage le 23 mai.

La 5ème DCT reconstituée sert de but rapide aux sous-marins de la 5ème DSM (Espoir Pégase Monge) du 24 au 27 mai avant d’enchainer par une école à feux de jour comme de nuit du 28 mai au 5 juin, date de leur retour à Toulon.

Le Tartu et le Chevalier Paul sortent pour une école à feux du 9 au 17 juin, faisant escale à Nice du 18 au 20 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain 21 juin. Ils participent ensuite à la remise en condition du Vauquelin du 23 juin au 12 juillet. Le Tartu et le Chevalier Paul sont indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 13 au  30 juillet, sortant pour essais et remise en condition du 2 au 27 juin 1940 en compagnie du Vauquelin.

La 5ème DCT va alors sortir pour son dernier entrainement de division avant un cycle de neuf mois durant lequel la division sera toujours réduite à deux unités, le troisième larron de la division étant en grand carénage. Cet entrainement début à l’aube le 5 septembre et s’achève le 8 octobre quand la division rentre à Toulon.

Alors que le Vauquelin est en grand carénage, le Tartu et le Chevalier Paul quittent Toulon le 14 octobre pour aller mouiller aux salins d’Hyères du 15 au 27 octobre, sortant pour une école à feux du 28 octobre au 4 novembre avant de mouiller en baie d’Ajaccio à proximité de la base aéronavale d’Aspretto du 5 au 13 novembre 1940, anticipant sur l’aménagement d’un bassin pour une station navale.

Le 14 novembre, un hydravion torpilleur Latécoère Laté 298 de l’escadrille 3S6 basée à Aspretto envoie sa SOS suite à un problème moteur. L’hydravion amerrit dans le golfe de Sagone. Le Tartu qui était en alerte à deux heures appareille aussitôt pour retrouver l’hydravion le lendemain 15 novembre. Il le prend en remorque pour le ramener à la BAN d’Aspretto où il sera réparé et remis en service.

Reprenant la mer le 17 novembre, le Tartu et le Chevalier Paul effectuent une école à feux du 17 au 26 novembre avant une escale à Sète du 27 au 30 novembre avant de rallier Toulon le 1er décembre 1940.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour permissions de l’équipage jusqu’au 16 décembre quand les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 17 au 20 décembre et remise en condition du 21 décembre 1940 au 4 janvier 1941, date de leur retour à Toulon.

Après une école à feux du 7 au 11 janvier 1941, le Tartu navire-amiral de la 5ème DCT cède son pavillon au Chevalier Paul avant d’être échoué au bassin n°3 du Missiessy le 15 janvier 1941 où il succède au Vauquelin. Ce grand carénage est limité à une remise en état complète, la modernisation des capacités AA et ASM devant attendre le prochain grand carénage prévu en 1943/44.

Le 12 avril 1941, le Tartu quitte le bassin n°3 du Missiessy, étant remplacé par le Chevalier Paul dès le lendemain. Il sort pour essais du 13 au 17 avril avant sa remise en condition assurée par le Vauquelin et ce du 19 avril au 12 mai, date à laquelle le Tartu redevient navire-amiral de la 5ème DCT en remplacement du Vauquelin qui avait temporairement assuré ce rôle depuis le 12 avril 1941.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 17 au 24 mai, les deux contre-torpilleurs sortent pour un entrainement au combat de nuit du 25 au 28 mai avant de faire escale à Sète du 29 mai au 4 juin puis d’enchainer par une école à feux du 5 au 12 juin, les deux navires rentrant à Toulon le 21 juin après une escale à Marseille du 13 au 20 juin 1941.

Alors que le Vauquelin est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, le Tartu sort pour entrainement, sortant pour une école à feux du 23 au 27 juin puis pour un entraineement au mouillage de mines du 28 juin au 3 juillet.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 5 au 11 juillet, le Tartu sort pour une nouvelle école à feux du 12 au 18 juillet avant de participer du 20 juillet au 11 août 1941 à la remise en condition du Chevalier Paul en compagnie du Vauquelin. Il est ensuite indisponible du 12 au 31 août pour entretien et permissions de l’équipage, recevant une nouvelle DCA (six canons de 37mm en trois affûts doubles et quatre canons de 25mm en affûts simples).

Le 31 août 1941, il  quitte Toulon pour gagner les salins d’Hyères où il retrouve le Vauquelin et le Chevalier Paul. Les trois navires de la 5ème DCT sortent ainsi pour les essais et la remise en condition du Tartu du 1er au 22 septembre 1941, les trois navires rentrant le lendemain à Toulon.

La 5ème DCT sort ensuite pour un important entrainement de division. Les trois contre-torpilleurs quittent Toulon le 27 septembre, font escale à Casablanca pour se ravitailler le 2 octobre puis gagnent Dakar où ils arrivent le 6 octobre 1941. Ils vont s’y entrainer jusqu’au 30 novembre, quittant Dakar le 1er décembre, se ravitaillent à Casablanca le 5 décembre puis rentrent à Toulon le 10 décembre 1941, terminant l’année par une période d’entretien à flot.

Le 1er janvier 1942, la réorganisation des divisions de contre-torpilleurs entre en vigueur : le Tartu et ses sister-ships Chevalier Paul et Vauquelin forment une nouvelle 7ème DCT, affectée à la 6ème Escadre Légère avec Bizerte comme port d’attache.

Le 4 janvier 1942, le Tartu, le Vauquelin et le Chevalier Paul quittent Toulon salués par les canons des forts protégeant la rade. Les trois contre-torpilleurs secoués par le mauvais temps se mettent à l’abri à Ajaccio puis reprennent la mer le 7 janvier pour gagner Bizerte où ils arrivent le 9 janvier 1942.
La 7ème DCT entame son déploiement au sein de la 6ème EL par un entrainement de division. Le Vauquelin appareille le premier le 15 janvier suivit par le Tartu alors que le Chevalier Paul ferme la marche. Les trois navires de la 7ème Division de Contre-Torpilleurs vont manoeuvrer du 15 janvier au 20 février, date du retour des trois navires à Bizerte.

Le Tartu et le Vauquelin sortent pour entrainement au combat antisurface du 25 février au 5 mars, faisant escale à Sfax à partir du 6 mars. Le lendemain, le Chevalier Paul «guéri» de ses avaries retrouve ses deux compères pour une remise en condition menée du 8 au 18 mars, date du retour des trois navires à Bizerte.

La 7ème DCT appareille le 30 mars 1942 pour un nouvel entrainement de division mais cette fois un entrainement prévu dans l’Océan Indien, entrainement qui à lieu du 13 avril au 2 juin 1942.

La 7ème DCT quitte la Côte Française des Somalis le 2 juin, franchissent le canal de Suez le 6 juin, se ravitaillent à Alexandrie avant d’enchainer par une période de présence au Levant. Les trois contre-torpilleurs sont à Beyrouth du 9 au 12 juin, à Lattaquié du 13 au 16 juin, à Limassol (Chypre) du 17 au 21 juin avant de rentrer à Bizerte le 25 juin 1942.

Les trois navires de la 7ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au 15 juillet 1942, sortant pour essais du 16 au 20 juillet avant un stage de remise en condition du 22 juillet au 14 août en compagnie de la 11ème DCT composée des puissants contre-torpilleurs Mogador et Volta (8 canons de 138mm en quatre tourelles doubles).

Après un mouillage en baie de Gabès du 21 au 28 août 1942, la 7ème DCT sort pour son entrainement de division automnal qui l’occupe du 29 août au 31 octobre, rentrant à Bizerte le 3 novembre après avoir fait escale à Sfax, à La Valette, Tunis et Alger.

Décidément inséparables, les trois contre-torpilleurs de la 7ème DCT sont en entretien à flot du 4 au 22 novembre, sortant pour essais du 23 au 27 novembre avant remise en condition du 30 novembre au 15 décembre. Ils sortent une dernière fois pour une école à feux du 18 au 27 décembre, rentrant à Bizerte le lendemain 28 décembre 1942.

La 7ème DCT commence l’année 1943 par une école à feux et des lancements de torpilles au large de Bizerte le 5 janvier mais le Tartu victime d’une avarie doit rentrer à Bizerte pour réparations. Le Tartu est ainsi indisponible jusqu’au 13 janvier quand il quitte Bizerte pour rallier Sfax le 15 janvier où il retrouve ses deux compères de la 7ème DCT. Les trois contre-torpilleurs sortent pour entrainement du 16 au 30 janvier, faisant escale à Tunis du 31 janvier au 4 février avant de rentrer à Bizerte le lendemain 5 février 1943.

Le 12 février 1943, la 7ème DCT appareille pour un entrainement de division au large de la Tunisie avant un exercice prévu avec la marine britannique en Egypte. Le Vauquelin (Al), le Tartu et le Chevalier Paul s’entrainent ensemble jusqu’au 1er mars quand les trois navires arrivent à La Valette (Malte).

La division reprend la mer le 5 mars pour un entrainement au combat antisurface qui s’achève le 10 mars, date de leur arrivée à Alexandrie. La 7ème DCT va s’entrainer avec les destroyers britanniques, une joute nautiques de cinq jours du 12 au 17 mars quand les trois contre-torpilleurs et les quatre destroyers font escale à Haïfa.

La 7ème DCT qui devait repartir dès le 20 mars va rester jusqu’au 27 mars le temps que les émeutes s’apaisent. Le haut commissaire Sir Harold MacMichael félicitera les marins français par une lettre au contre-amiral Perrot, commandant de la 6ème EL.
La 7ème DCT est à Beyrouth du 28 mars au 4 avril, manœuvrant avec l’aviso colonial La Grandière du 5 au 12 avril avant une nouvelle escale à Lattaquié du 13 au 18 avril. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 27 avril après une escale à Tunis du 22 au 26 avril 1943.

Les trois contre-torpilleurs mouillés au milieu du lac connaissent une période d’entretien à flot du 28 avril au 15 mai avant de sortir pour essais du 16 au 19 mai avant un entrainement de base au large de Tunis du 20 au 31 mai, les trois contre-torpilleurs relâchant dans la capitale du protectorat du 1er au 5 juin.

Après un ravitaillement à Bizerte le 6 juin, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement de division du 7 juin au 1er juillet avec au programme mouillage de mines, école à feux et entrainement DAM.

Le Tartu et le Chevalier Paul sortent pour une école à feux du 4 au 14 juillet, faisant escale à Tunis du 17 au 20 juillet, rentrant à Bizerte le lendemain 21 juillet. Le Tartu est indisponible jusqu’au 13 août, sortant pour essais et remise en condition du 14 août au 3 septembre en compagnie du Vauquelin. La 7ème DCT sort au complet pour la remise en condition du Chevalier Paul du 4 au 23 septembre 1943.

Les trois contre-torpilleurs vont alors sortir pour le dernier entrainement de division avant un nouveau cycle de grand carénage, grand carénage combinant une remise en état avec une modernisation des capacités militaires. Cet entrainement de division occupe le Tartu et ses deux compères du 1er octobre au 2 novembre avec des escales à Sfax et à Tunis.

Le 11 novembre 1943 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’armistice à lieu une revue navale sur le lac de Bizerte, le résident général de Tunisie, Hugues de Puylaurent passe en revue à bord du croiseur La Galissonnière, les croiseurs légers Jean de Vienne et La Marseille, la 3ème DT, les 7ème et 11ème DCT ainsi que plusieurs sous-marins.

Un défilé militaire à lieu également en ville avec des unités de l’armée de terre et des détachements des navires de la 6ème Escadre Légère y compris l’Emile Bertin alors en grand carénage. L’armée de l’air survole la ville avec les avions basés en Tunisie.

Le Tartu et le Chevalier-Paul sort pour entrainement de division du 16 novembre au 7 décembre, faisant escale à La Valette du 8 au 12 décembre, les deux navires rentrant à Bizerte le 13 décembre. Les deux navires sont indisponibles pour permissions de l’équipage du 14 décembre 1943 au 3 janvier 1944.

Les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 4 au 7 janvier avant un entrainement commun du 8 au 18 janvier, rentrant le lendemain 19 janvier 1944 à Bizerte.

Le 20 janvier 1944, le Vauquelin est remis à flot, quittant le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah où il est remplacé par le Tartu le 21 janvier. En travaux à sec jusqu’au 24 mars, il subit une remise en état complète et une modernisation de ses capacités.

Sur le plan de l’armement, les canons de 138mm sont remplacés par cinq canons de 130mm modèle 1932 en cinq  affûts simples sous masque modèle 1941. La DCA est modernisée, les canons de 25mm sont remplacés par d’autres pièces de 37mm portant leur nombre à dix canons Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles. L’armement ASM est renforcée avec de nouvelles grenades légères plus nombreuses rendant le Vauquelin plus apte à des missions de lutte ASM.

Remis à flot le 24 mars 1944, le Tartu cède sa place au Chevalier Paul  Il sort pour essais du 25 au 28 mars et pour remise en condition du 30 mars au 17 avril, à chaque fois en compagnie du Vauquelin. Les deux navires rentrent à Bizerte le 22 avril après une escale à Alger du 18 au 21 avril 1944.

La 7ème DCT sort pour un entrainement au mouillage de mines le 27 avril mais le mauvais temps annule l’exercice et pour ne rien arranger, les deux navires gênés par le mauvais temps entre en collision. Rentrés à Bizerte, ils sont indisponibles pour réparations jusqu’au 12 mai quand ils ressortent pour essais et remise en condition (avec une école à feux) et ce jusqu’au 22 mai date de leur retour à Bizerte.

Le Tartu et le Vauquelin sortent à nouveau pour un entrainement au mouillage qui se déroule cette fois sans incident du 1er au 6 juin, date à laquelle ils rallient le Levant et Beyrouth pour une mission de surveillance des côtes libanaises et syriennes suite à une avarie de l’aviso La Grandière.

Les deux navires vont ainsi se relayer dans cette mission menée en liaison avec les hydravions de surveillance Loire 130 de la 10R et les CAO-700M de la 14B. Le Tartu lui étant en mission de surveillance du 16 au 23 juin et du 2 au 9 juillet, date à laquelle les deux contre-torpilleurs après un ravitaillement regagnent la Tunisie, arrivant à Bizerte le 12 juillet 1944.

Du 20 juillet au 4 août 1944, le Tartu et le Vauquelin participent à la remise à condition du Chevalier Paul qui sortait de grand carénage.

Le Tartu et le Vauquelin sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 21 août avant de sortir pour essais et remise en condition en compagnie du Chevalier Paul du 22 août au 8 septembre 1944.

Le 12 septembre 1944, le Tartu et ses compagnons de la 7ème DCT quittent Bizerte en compagnie des Mogador et du Volta de la 11ème DCT et du croiseur léger Emile Bertin pour un exercice de combat antisurface du 13 au 18 et du 23 au 30 septembre avec une escale à Sfax du 19 au 22 septembre.

Après une escale à Tunis du 1er au 6 octobre et à La Valette du 7 au 11 octobre, les cinq navires s’entrainent à la défense aérienne à la mer du 12 au 17 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 octobre 1944.

La 7ème DCT sort pour un entrainement de division au large de la Tunisie du 23 octobre au 17 décembre, faisant escale à Sfax, à La Valette et à Tunis avant de rentrer à Bizerte.

Ils terminent l’année par une école à feux commune du 20 au 27 décembre 1944, subissant ensuite une période d’entretien à flot du 28 décembre au 8 janvier, sortant pour essais du 9 au 13 janvier 1945.

Du 21 janvier   au 5 février, le Tartu et ses compères de la 7ème DCT sortent pour un entrainement commun avec la 11ème DCT (Mogador Volta Hoche) et le croiseur léger Emile Bertin. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

Le Tartu participe ensuite à un entrainement de division du 16 février au 31 mars, faisant escale à Tunis du 1er au 7 avril avant de rentrer à Bizerte le 8 avril.

Après un entrainement avec les autres navires de sa division du 1er au 7 mai, le Tartu et les deux autres contre-torpilleurs de la 7ème DCT quittent Bizerte pour se positionner entre Sfax et Kerkena pour tenter d’intercepter l’Emile Bertin chargé de mines.

Ils échouent, le croiseur parvenant à mouiller ses mines puis à attaquer les dragueurs de mines sans que les contre-torpilleurs puissent l’intercepter.

Le Tartu s’entraine ensuite avec le Chevalier-Paul et le Vauquelin du 19 mai au 27 juin, faisant escale à Tunis du 28 au 30 juin, avant de rentrer à Bizerte le 1er juillet 1945.

Le Tartu sort pour une école à feux du 8 au 15 juillet, faisant escale à Tunis du 16 au 19 juillet avant de rentrer à Bizerte le lendemain 20 juillet. Il est ensuite indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 23 juillet au 12 août, sortant pour essais et remise en condition du 13 au 31 août en compagnie du Vauquelin. Il participe ensuite avec le Vauquelin aux essais et à la remise en condition du Chevalier Paul du 3 au 23 septembre

La 7ème DCT sort alors pour un entrainement de division au large de Dakar. Quittant Bizerte le 27 septembre,  ils se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 30 septembre, relâchent à Casablanca du 3 au 6 octobre avant de rallier Dakar le 10 octobre. La division va manoeuvrer au large des côtes de l’AOF du 12 octobre au 2 décembre, les trois contre-torpilleurs quittant Dakar le 3 décembre en compagnie du Sfax qu’ils escortent jusqu’à Brest où les quatre navires arrivent le 12 décembre 1945.

Les trois contre-torpilleurs quittent Brest le 15 décembre, font escale à Lisbonne du 18 au 20 décembre, à Mers-El-Kébir pour se ravitailler le 23 décembre avant de rentrer à Bizerte le 27 décembre 1945 après trois mois loin de son port d’attache.

Le Vauquelin, le Chevalier Paul et le Tartu sont indisponibles pour entretien du 28 décembre au 21 janvier, passant dans un bassin du port de Bizerte pour inspection, le Tartu l’étant du 15 au 21 janvier). L’état matériel de ces navires est jugé satisfaisant.

La 7ème DCT sort pour essais du 22 au 25 janvier avant remise en condition du 26 janvier au 10 février, faisant escale à Tunis du 11 au 15 février avant d’enchainer par un école à feux du 16 au 20 février, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 21 au 28 février et un entrainement au combat antisurface du 2 au 13 mars, faisant une escale à La Valette du 14 au 17 mars avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 mars 1946.

Après une nouvelle école à feux du 21 au 28 mars, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent rapidement à Bizerte pour rallier Sfax le 30 mars où ils retrouvent les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne (2ème DC). Les deux divisions vont s’entrainer ensemble du 1er au 25 avril, rentrant à Bizerte le 27.

Le Tartu participe ensuite à un entrainement de division du 4 mai au 19 juin, faisant escale à Tunis du 20 au 27 juin, rentrant à Bizerte le 28 juin 1946.

Indisponible du 29 juin au 16 juillet, il sort pour essais et remise en condition du 17 juillet au 7 août en compagnie Vauquelin. Il participe ensuite aux essais et à la remise en condition du Chevalier Paul du 8 août au 2 septembre. Le Tartu et le Chevalier Paul participent aux essais et à la remise en condition du Vauquelin du 3 au 18 septembre 1946.

Le 23 septembre  1946, la 7ème DCT quitte Bizerte et retrouve en haute mer la 8ème DC (croiseurs légers Latouche-Tréville et Gambetta) et la 4ème DCT (contre-torpilleurs Magon Dunois La Hire), deux unités de la 4ème Escadre venue de Mers-El-Kébir en compagnie du ravitailleur rapide Tarn.
Les deux croiseurs légers et les six contre-torpilleurs s’entrainent ensemble du 23 septembre au 27 octobre. Après une dernière escale à Bizerte du 28 octobre au 3 novembre, la 8ème DC, la 4ème DCT et le Tarn quittent la Tunisie pour rentrer en Algérie arrivant à Mers-El-Kébir le 6 novembre 1946.

La 7ème DCT termine l’année par un entrainement de division, le dernier avant un nouveau cycle de grand carénage qui va amputer la division d’un navire pendant huit mois. Le Tartu, le Vauquelin et le Chevalier Paul vont manoeuvrer ensemble du 12 novembre au 26 décembre, faisant escale à Tunis.

Le Tartu et le Chevalier Paul sortent pour un entrainement de division du 10 janvier au 27 février, rentrant à Bizerte le lendemain 28 février 1947.

Le Tartu en rentrant à Bizerte est victime d’une avarie propulsion qui l’immobilise à l’entrée du lac obligeant un remorqueur à le dégager de l’accès du canal pour le quai des travaux de l’Arsenal de Sidi-Abdallah où il est indisponible du 28 février au 16 mars, sortant pour essais du 17 au 21 mars avant un entrainement en solitaire du 22 mars au 5 avril 1947.

Le 9 avril 1947, le Vauquelin est remis à flot et dès le lendemain le Tartu le remplace dans le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour des travaux de remise en état achevés le 15 juillet 1947 quand il est remis à flot et mouille au milieu du lac. Le Tartu et le Vauquelin sont à la mer du 16 au 19 juillet pour les essais puis du 21 juillet au 12 août pour la remise en condition.

Le Tartu seul contre-torpilleur disponible de la 7ème DCT sort pour une école à feu du 15 au 22 août, faisant escale à Tunis du 23 au 26 août avant de rentrer à Bizerte le 29 août. Il sort à nouveau pour un entrainement de défense aérienne à la mer du 4 au 11 septembre puis pour un entrainement au mouillage de mines du 15 au 18 septembre, faisant escale à La Valette du 19 au 22 septembre, rentrant le 24 septembre à Bizerte.

Le Tartu et le Vauquelin sort pour entrainement de base du 1er au 12 octobre, rentrant à Bizerte le 13 octobre pour participer aux essais et à la remise en condition du Chevalier Paul. Les trois navires sortent pour les essais du dernier navire nommé du 16 au 19 octobre puis pour sa remise en condition du 21 octobre au 2 novembre 1947.

Du 4 au 24 novembre, la 7ème DCT sort pour entrainement avec le croiseur léger Emile Bertin. Après une escale à Sfax du 25 au 29 novembre, ils rentrent à Bizerte le 1er décembre 1947. La division sort à nouveau avec le croiseur léger Emile Bertin du 8 au 20 décembre, rentrant à Bizerte le 22 décembre.

Le Tartu sort en compagnie du Chevalier Paul pour une école à feux du 10 au 17 janvier 1948 avant de gagner Sfax le lendemain 18 janvier. Le 22 janvier, le Vauquelin réparé après une avarie mécanique retrouve ses compères au mouillage. La division reconstituée sort pour entrainement du 23 janvier au 3 mars, rentrant à Bizerte le 5 mars 1948.

Le Tartu est indisponible suite à un  problème de chaudière du 6 au 17 mars, sortant pour essais et entrainement du 18 au 30 mars, mouillant au milieu du lac de Bizerte le 31 mars à l’aube. Il enchaine ensuite par un entrainement commun à la 7ème, à la 11ème DCT ainsi qu’à l’Emile Bertin du 5 au 24 avril, rentrant à Bizerte le 26 avril 1948.

Après une courte période d’entretien à flot du 27 avril au 9 mai, le Tartu sort pour essais du 10 au 13 mai avant d’enchainer par une école à feux du 14 au 22 mai.  Après un ravitaillement à Bizerte le 23 mai, le Tartu qui joue cavalier seul effectue un entrainement au mouillage de mines du 24 au 28 mai avant une escale à Sfax du 29 mai au 3 juin 1948.

Il reste au mouillage à Bizerte du 4 au 21 juin, sortant pour entrainement du 22 juin au 3 juillet mais connait une nouvelle avarie en rentrant à Bizerte ce qui impose une indisponibilité pour entretien et réparations du 5 au 28 juillet sortant pour essais du 29 juillet au 3 août avant d’effectuer sa remise en condition en compagnie de l’Emile Bertin du 4 au 17 août. Les deux navires mouillent dans le golfe de Gabès du 18 au 25 août avant de rentrer à Bizerte le 27 août 1948.

Comme ses deux sister-ships, le Tartu passe à l’effectif de guerre le 28 août et appareille pour amariner les réservistes. Le 1er septembre 1948, il couvre le retour du Vauquelin et du Chevalier Paul qui venaient de mouiller des mines à la frontière tuniso-libyenne. La 7ème DCT rentre à Bizerte le 3 septembre et à partir de cette date maintien un navire prêt à appareiller et les deux autres en alerte à 6h.

10-Contre-torpilleurs (17)

Le Gerfaut

Le Gerfaut à la mer probablement durant ses essais à la mer

Le Gerfaut à la mer probablement durant ses essais à la mer

-Le Gerfaut est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes en mai 1929 lancé le 14 juin 1930, armé pour essais en janvier 1931 et admis au service actif en janvier 1932.

A son admission au service actif, le Gerfaut quitte la Bretagne pour la Méditerranée, étant affecté à la 1ère Escadre, plus précisément au sein de la 5ème DL composée à partir d’octobre 1933 du Gerfaut, de l’Aigle et du Vautour.

La 5ème DL devient la 7ème DL le 1er octobre 1934 puis en avril 1937, la 7ème DCT alors qu’elle participe aux opérations liées à la guerre d’Espagne.

A partir du 1er juillet 1939,  le Gerfaut et la 7ème DCT intègre la 3ème Escadre Légère, l’une des composantes de la 3ème Escadre, cette dernière composée également de la 1ère Escadre de croiseurs étant basée à Toulon.

Durant la guerre de Pologne, le Gerfaut va participer à des missions d’escorte (bien qu’il ne soit pas le mieux armé pour cette mission) et de surveillance notamment des atterrages immédiats de Toulon.

Le Gerfaut et l’Albatros sortent pour une école à feux du 16 au 22 décembre, faisant escale à La Ciotat du 23 au 26 décembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 27 décembre 1939.

Après une période d’entretien à flot du 1er au 14 janvier, le Gerfaut et l’Albatros sortent pour entrainement du 15 janvier au 8 février, date de leur retour à Toulon. Les deux contre-torpilleurs sont à nouveau pour entrainement du 15 au 22 février, faisant escale à Nice du 23  au 27 février avant de rentrer le lendemain à Toulon.

Le Gerfaut est immobilisé dans le bassin n°5 du Castigneau du 5 mars au 6 juin 1940 pour une remise en état complète. Il sort pour essais du 7 au 10 juin puis pour remise en condition en compagnie du Vautour du 12 au 30 juin et du 6 au 14 juillet, remise en condition entrecoupée d’une escale à Marseille. Les deux contre-torpilleurs sont de retour à Toulon le 15 juillet.

Le Gerfaut sort seul pour une école à feux du 20 au 27 juillet, mouillant aux Salins du 28 juillet au 2 août, rentrant à Toulon le lendemain 3 août. Il est indisponible pour les permissions de l’équipage du 8 au 22 août, sortant pour essais et remise en condition du 23 août au 3 septembre 1940.

La 7ème DCT _toujours réduite à deux unités, le Gerfaut et l’Aigle_ sort pour entrainement du 4 septembre au 8 octobre avec des escales à Nice du 9 au 13 septembre et à Bastia du 23 au 26 septembre.

Après un mouillage aux Salins du 10 au 17 octobre, le Gerfaut participe à la remise en condition de l’Albatros en compagnie de l’Aigle et ce du 20 octobre au 4 novembre 1940, date à laquelle l’Albatros redevient navire-amiral de la 7ème DCT.

Le 12 novembre, la 7ème DCT quitte Toulon pour mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 16 novembre, date à laquelle débute un entrainement de division dans le Golfe du Lion jusqu’au 30 novembre. Après une escale à Sète du 1er au 5 décembre 1940, les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feu du 6 au 21 décembre, date de leur retour à Toulon.

Après une période d’entretien à flot commune avec ses deux compères du 22 décembre 1940 au 7 janvier 1941, le Gerfaut  sort le 8 janvier pour entrainement jusqu’au 21 janvier 1941. En compagnie de l’Albatros, ils mouillent aux salins d’Hyères où ils sont rejoints par le Vautour le 23 pour des exercices au mouillage jusqu’au 9 février 1941.

La 7ème DCT sort alors au complet pour entrainement du 10 février au 4 mars, les trois contre-torpilleurs faisant néanmoins escale à Propriano du 22 au 26 février.

Le Gerfaut et l’Albatros effectuent une école à feux de nuit le 7 mars avant de mouiller aux Salins d’Hyères du 8 au 13 mars puis de mener un entrainement au raid amphibie contre l’hydrobase de Saint Mandrier du 14 au 17 mars.

Les deux navires disponibles de la division s’entrainent au combat antisurface du 20 au 28 mars,  faisant escale à Calvi du 29 mars au 2 avril, rentrant à Toulon le 4 avril 1941. Du 11 au 30 avril 1941, le Gerfaut participe à la remise en condition du Vautour en compagnie de l’Albatros. La division au complet  mouillant aux Salins du 1er au 9 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 10 mai 1941.

La 7ème DCT est de nouveau à la mer pour entrainement du 17 au 30 mai, entrainement composé d’écoles à feux et  de combat antisurface de jour comme de nuit. Rentrée à Toulon le 1er juin, la 7ème DCT reprend la mer pour un entrainement d’officiers de marine de réserve du 8 au 15 juin, rentrant à Toulon le lendemain.

Du 20 juin au 2 juillet, le Gerfaut et ses deux compères de la 7ème DCT participe à un entrainement  commun avec la 4ème DCT et les croiseurs légers Primauguet et Lamotte-Picquet (6ème DC), rentrant à Toulon le 13 juillet après une escale à Nice du 3 au 10.

La 7ème DCT est indisponible pour entretien à flot et permissions de l’équipage du 15 juillet au 12 août 1941. Cette immobilisation est mise à profit pour moderniser une DCA dépassée depuis bien trop longtemps.

Les trois contre-torpilleurs sortent pour essais du 13 au 17 août avant une remise en condition intensive du 18 au 31 août, les trois navires mouillant aux Salins d’Hyères du 1er au 12 septembre 1941, date de leur retour à Toulon.

Le 15 septembre 1941, la 7ème DCT quitte Toulon en compagnie du pétrolier Elorn chargé de les ravitailler en carburant et de participer aux exercices prévus par cet entrainement divisionnaire. Les quatre navires font escale à Casablanca du 19 au 22 septembre avant de gagner Dakar le 26 septembre 1941. La division s’entraine dans l’Atlantique jusqu’au 22 octobre, faisant escale à Dakar du 23 au 27 octobre, à Casablanca du 1er au 3 novembre avant de rentrer à Toulon le 7 novembre 1941.

Après une période d’entretien à flot du 8 au 20 novembre 1941, les trois contre-torpilleurs de la 7ème DCT sortent pour essais du 21 au 26 novembre avant un stage de remise en condition du 28 novembre au 15 décembre, les trois navires mouillant aux salins d’Hyères du 16 au 23 décembre, rentrant le lendemain à Toulon.

Suite à la réorganisation des Divisions de Contre-Torpilleurs entrant en vigueur le 1er janvier 1942, le Gerfaut forme une nouvelle 5ème DCT en compagnie de l’Albatros et de l’Aigle qui venu de Bizerte en devient le chef de division.

Le 4 janvier 1942, l’Albatros et le Gerfaut quittent Toulon, accompagnant le Vautour qui rallie Brest (pour former une nouvelle 6ème DCT en compagnie du Milan et de l’Epervier). A 30 miles de Toulon, le Vautour quitte ses deux anciens compères, ces derniers faisant leur jonctions avec l’Aigle venu de Bizerte.

Les trois contre-torpilleurs subissent ensuite une période d’entretien à flot du 4 au 21 janvier, la 5ème DCT sort pour essais du 22 au 25 janvier avant remise en condition du 27 janvier au 12 février 1942. La division de contre-torpilleurs sort ensuite pour son premier entrainement de division du 15 février au 3 mars 1942.

Du 12 mars au 15 avril, la 5ème DCT manoeuvre avec la 2ème DCT dans une série d’exercices qui conduisent les deux divisions jusqu’à Bizerte où elles se ravitaillent le 6 avril. Elles sont de retour à Toulon le 15 après un entrainement DAM de huit jours.

Le Gerfaut et l’Albatros sortent pour entrainement du 20 avril au 17 mai, rentrant à Toulon le lendemain. Ils vont mouiller aux salins d’Hyères du 21 mai au 2 juin, date de son retour au quai Noël.

Le 8 juin 1942, la 5ème DCT au complet appareille pour un entrainement dans l’Atlantique au large de Dakar. Les trois contre-torpilleurs se ravitaillent à Casablanca le 13 juin et arrivent à Dakar le 17 juin. Ils vont y manoeuvrer jusqu’au 21 juillet, quittant Dakar le 29 juillet, se ravitaillant à Casablanca le 4 août avant de rentrer à Toulon le 9 août 1942.

Les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage jusqu’au 30 août 1942 quand ils sortent pour essais jusqu’au 4 septembre, enchainant par un stage de remise en condition du 6 au 15 septembre 1942.

La 5ème DCT sort le 22 septembre pour un entrainement commun avec la 1ère DT, le pétrolier Elorn et la 1ère DSM. Cet entrainement se déroule pour la phase I du 22 septembre au 2 octobre, est suivi par une escale à Alger, une phase II du 7 au 17 octobre, une escale à Tunis du 18 au 23 octobre et enfin une phase III du 24 octobre au 5 novembre, tous les navires engagés rentrant le 6 novembre 1942.

Le Gerfaut est indisponible pour avarie du 7 au 13 novembre sortant pour essais du 14 au 17 novembre avant remise en condition du 18 au 27 novembre. Il participe ensuite avec l’Albatros à la remise en condition de l’Aigle et ce du 2 au 15 décembre 1942, rentrant à Toulon le 21 décembre après une escale à La Ciotat du 16 au 20 décembre.

Le 5 janvier 1943, la 5ème DCT quitte Toulon pour entrainement de division, entrainement qui occupe les trois contre-torpilleurs du 5 janvier au 19 février, ralliant Toulon le lendemain.

Le Gerfaut connait ensuite une longue période d’indisponibilité suite à une série d’avaries techniques qui fit croire pour les plus superstitieux à la présence à bord d’un chat noir. Il est ainsi immobilisé du 20 février au 31 mars 1943, sortant pour essais du 1er au 4 avril avant un stage de remise en condition du 5 au 19 avril, le contre-torpilleur rentrant à Toulon le lendemain 20 avril 1943.

La 5ème et la 2ème DCT quittent ensemble Toulon pour une série d’exercices en Méditerranée occidentale, les deux divisions s’entrainant du 22 avril au 25 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 26 mai.

Le Gerfaut et l’Albatros s’entrainent ensemble du 2 au 27 juin, ralliant Toulon le 2 juillet après une escale à La Ciotat du 28 juin au 1er juillet.

La 5ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 3 au 31 juillet, sortant pour essais du 1er au 5 août avant remise en condition du 6 au 17 août, rentrant à Toulon le 24 août après un mouillage aux salins d’Hyères du 18 au 23 août.

Après une école à feux du 27 août au 5 septembre 1943, le Gerfaut participe avec l’Albatros à la remise en condition de l’Aigle du 9 au 23 septembre, les trois contre-torpilleurs faisant escale à Sète du 24 au 30 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 1er octobre 1943. Le même jour, l’Aigle redevient navire-amiral de la 5ème DCT qui sort pour un nouvel entrainement du 5 au 17 octobre en compagnie du Marceau.

Du 21 au 31 octobre, le Gerfaut participe avec ses compagnons de division à un exercice commun engageant la 2ème DCT, le Marceau et le croiseur léger Primauguet. Il enchaine par un nouvel entrainement engageant cette fois les cuirassés Richelieu et Clemenceau, la 5ème DCT, le Marceau et le ravitailleur rapide L’Adour et ce du 2 novembre au 4 décembre, faisant escale dans différents ports de Corse du 5 au 11 décembre avant de rentrer à Toulon le 13 décembre 1943.

La 5ème DCT termine l’année 1943 par une école à feu du 18 au 26 décembre, mouillant jusqu’au 5 janvier aux salins d’Hyères. La division se sépare alors, l’Aigle et l’Albatros sortant pour exercices alors que le Gerfaut rentre à Toulon pour subir un grand carénage.

Il est ainsi échoué au bassin n°5 du Castigneau le 8 janvier 1944 pour remise en état complète et modernisation qui s’achève le 4 mars quand il est remis à flot. Il sort pour essais du 5 au 9 mars avant remise en condition en compagnie de ses sister-ships de la 5ème DCT et ce du 12 au 31 mars, rentrant à Toulon le lendemain 1er avril 1944.

La 5ème DCT au grand complet sort pour un entrainement de division du 4 au 17 avril, entrainement consacré aussi bien à la défense aérienne à la mer qu’au combat antisurface, la division rentrant à Toulon le lendemain 18 avril 1944. La division enchaine ensuite par un exercice avec la 2ème DCT et la 1ère DC (croiseurs lourds Suffren et Dupleix) du 25 avril au 8 mai 1944 avant de faire escale à Alger du 9 au 12 mai et à Ajaccio du 13 au 17 mai, les deux croiseurs rentrant à Toulon le 18 mai 1944.

La 5ème DCT sort pour entrainement du 22 mai au 27 juin, rentrant le lendemain 28 juin pour la période d’indisponibilité annuelle pour entretien et permissions de l’équipage. La division au complet est ainsi immobilisée du 29 juin au 13 juillet,  sortant pour essais du 14 au 17 juillet avant remise en condition du 18 au 31 juillet 1944.

Du 10 au 23 août 1944, le Gerfaut, l’Aigle et l’Albatros manoeuvre avec le croiseur léger Emile Bertin venu de Bizerte. Réduite à deux unités (Albatros en grand carénage), la 5ème DCT effectue un entrainement de division allégé du 4 au 26 septembre.

Après un ravitaillement de quelques heures, les deux contre-torpilleurs effectuent une école à feux du 27 septembre au 7 octobre avant un entrainement de division du 15 octobre au 14 novembre, rentrant le lendemain à Toulon après avoir fait escale durant l’entrainement à Sète et à La Ciotat.

Après une période d’indisponibilité pour entretien du 16 au 29 novembre 1944, les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 30 novembre au 4 décembre. Après un rapide ravitaillement, l’Aigle et le Gerfaut participent aux essais à la mer de l’Albatros du 5 au 10 décembre avant la remise en condition du 12 au 30 décembre 1944.

A noter qu’avec la sortie de l’Albatros de son grand carénage, la 5ème DCT redevient homogène avec trois contre-torpilleurs armés de 5 canons de 130mm modèle 1932 en affûts simples modèle 1941.

La 5ème DCT ressort pour la première fois en 1945 le 7 janvier pour un entrainement de division très intense qui l’occupe jusqu’au 22 février, la division rentrant à Toulon le lendemain.

Alors que l’Aigle est de nouveau indisponible pour avarie, le Gerfaut et l’Albatros sortent pour une nouvelle phase d’entrainement du 27 février au 21 mars, date de leur retour à Toulon. Ils ressortent dès le lendemain pour une école à feux qui les occupent jusqu’au 30 mars avant que le Gerfaut et l’Albatros ne participent du 4 au 23 avril à la remise en condition de l’Aigle.

La 5ème DCT quitte Toulon le 28 avril, se ravitaille à Casablanca le 3 mai et gagne Dakar le 7 mai 1945. Après une escale pour le repos des hommes et des machines, le Gerfaut et ses deux compères s’entrainent intensivement du 11 mai au 27 juin en compagnie de la 8ème DSM.

Après une nouvelle escale  à Dakar du 28 juin au 2 juillet, les contre-torpilleurs quittent Dakar en compagnie des quatre sous-marins le 3 juillet. La petite escadre se ravitaille le 8 juillet à Casablanca avant de gagner Brest le 12 juillet 1945. Après un ravitaillement à Brest, les trois contre-torpilleurs quittent la Bretagne le 13 juillet, font escale à Casablanca du 17 au 20 juillet avant de rentrer à Toulon le 24 juillet 1945.

La 5ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 25 juillet au 18 août 1945, sortant pour essais du 19 au 22 août avant un stage de remise en condition intensif du 23 août au 12 septembre 1945.

Le Gerfaut, l’Aigle et l’Albatros effectuent une nouvelle phase d’entrainement du 17 septembre au 7 octobre, moins une escale à Calvi du 28 septembre au 2 octobre. La division est de retour à Toulon le 8.

Du 15 octobre au 10 novembre, le Gerfaut et ses compères de la 5ème DCT effectuent un entrainement commun avec le croiseur léger Chateaurenault, le cuirassé Richelieu et ses torpilleurs d’escadre. La petite escadre fait escale à Marseille du 31 octobre au 2 novembre et à Nice du 11 au 15 novembre avant de rentrer à Toulon le 17 novembre.

Après une période d »entretien à flot consacrée notamment à l’artillerie du 18 au 30 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT sortent pour essais du 1er au 5 décembre et pour entrainement de base avec école à feux du 7 au 20 décembre. Ils rentrent à Toulon le 25 décembre 1945  après escale à Nice du 21 au 24.
Alors que l’Aigle teste de nouveaux obus explosifs de 130mm, l’Albatros et le Gerfaut effectuent un entrainement au combat antisurface du 5 au 11 janvier 1946 avant de gagner Villefranche où ils mouillent, retrouvant le 13 janvier leur compère l’Aigle.

Après des entrainements au mouillage du 14 au 21 janvier, les trois contre-torpilleurs sortent pour un entrainement de division du 22 janvier au 12 février, rentrant à Toulon le lendemain 13 février 1946.

La 5ème Division de Contre-Torpilleurs quitte à nouveau Toulon le 17 février en compagnie de la 1ère DT et du ravitailleur rapide Adour pour un entrainement en Méditerranée occidentale du 17 au 23 février puis après une escale à Bizerte  du 24 au 27 février en Méditerranée orientale du 5 mars au 5 avril avec la participation de la 17ème DSM et de l’aviso colonial La Grandière. Les contre-torpilleurs font notamment escale à Lattaquié du 13 au 16 mars et à Beyrouth du 6 au 10 avril avant de rentrer à Toulon le 17 avril.

Après une période d’entretien à flot du 18 au 30 avril 1946, les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT effectuent une sortie d’essais du 1er au 4 mai mais le Gerfaut victime d’une avarie doit rentrer au port pour réparations.

Le contre-torpilleur construit à Nantes est ainsi immobilisé jusqu’au 15 mai 1946, date à laquelle il gagne les Salins d’Hyères, y retrouvant quelques heures après son arrivée, ses compères de la 5ème DCT rentrant d’une sortie d’entrainement. La 5ème DCT ainsi reconstituée sort pour entrainement de division du 16 mai au 27 juin, rentrant à Toulon le lendemain 28 juin 1946.

La 5ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 21 juillet, sortant pour essais du 22 au 26 juillet avant remise en condition du 27 juillet au 12 août. Après un ravitaillement à Toulon le 13 août, ils vont mouiller aux salins d’Hyères, simulant une division mouillant dans une baie non préparée.

A tour de rôle, l’un des contre-torpilleurs est sous pression prêt à appareiller alors que ses compères auraient besoin de 6h pour obtenir suffisamment de pression pour prendre la mer. Le 19 août, l’Aigle en alerte prit la mer en urgence pour assister un cargo norvégien en feu pendant que l’Albatros et le Gerfaut montaient en pression mais le cargo ayant sombré, leur intervention devient inutile et ils mettent bas les feux.

La 5ème DCT revenue au quai Noël le 25 août, sort pour le dernier entrainement de division avec un cycle de grand carénage à partir du 28 août et jusqu’au 27 septembre, les trois lévriers des mers ralliant Toulon le lendemain.

Le Gerfaut et l’Albatros sortent pour entrainement du 4 octobre au 2 novembre, rentrant à Toulon le 11 novembre après une escale à Sète du 3 au 9 novembre 1946.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 15 au 21 novembre, le Gerfaut et l’Albatros sortent à nouveau pour entrainement et ce du 22 novembre au 7 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 8 décembre 1946. Du 18 au 30 décembre, le Gerfaut et l’Albatros participent à la remise en condition de l’Aigle après son grand carénage.

Lui succède dans le bassin n°5 du Castigneau le Gerfaut qui est au sec du 2 janvier au 15 mars 1947. Il sort pour essais du 16 au 20 mars puis rallie se aux Salins le lendemain. Il mène sa remise en condition en compagnie de l’Aigle du 22 mars au 13 avril, les deux contre-torpilleurs rentrant à Toulon le 19 avril après une escale à Marseille du 14 au 18 avril 1947.

L’Aigle et l’Albatros sortent pour entrainement du 26 avril au 4 juin (escales à Villefranche, Nice et Menton) avant une escale à Bastia du 5 au 8 juin, les deux contre-torpilleurs ralliant Toulon le lendemain.

Du 13 au 21 juin, l’Aigle et le Gerfaut effectuent une école à feux avant de gagner le 22 juin les Salins d’Hyères. Ils sont rejoint le 25 juin par l’Albatros. La 5ème DCT reconstituée sort ainsi pour remise en condition de l’Albatros du 26 juin au 15 juillet 1947.

Le Gerfaut est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 16 au 27 juillet 1947, sortant pour essais du 28 juillet au 2 août avant un stage de remise en condition au large d’Ajaccio du 4 au 17 août. Rentré à Toulon le 18 août, il enchaine par un exercice de lutte ASM du 21 au 27 août puis par une escale à Bastia du 28 août au 2 septembre, rentrant à Toulon le 3 septembre à l’aube.

Le 8 septembre 1947, la 5ème DCT quitte Toulon pour un entrainement de division au large du Levant. Ils sont accompagnés par la 2ème DCT (Bayard Du Guesclin Turenne) et le pétrolier-ravitailleur Liamone. Les six contre-torpilleurs effectuent ainsi la traversée sans escale Toulon-Beyrouth, étant ravitaillés deux fois par le PRE avant d’arriver à destination le 16 septembre 1947.

L’entrainement proprement dit qui voit la participation de l’aviso colonial La Grandière et du pétrolier-caboteur Ardèche de la DNL à lieu du 19 septembre au 20 octobre, la petite escadre faisant escale à Beyrouth du 20 au 24 octobre, quittant le Levant le lendemain pour rallier Toulon le 7 novembre après une escale à Bizerte du 30 octobre au 4 novembre.

La 5ème DCT subit une période d’entretien à flot du 8 au 23 novembre, sortant pour essais du 24 au 27 novembre avant remise en condition du 30 novembre  au 15 décembre, les trois contre-torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères jusqu’au 27 décembre avant de rentrer le jour même à Toulon.

Du 10 au 20 janvier 1948, le Gerfaut et ses compères de la 5ème DCT exécutent un entrainement antisurface en compagnie de la 2ème DCT et des croiseurs lourds de la 5ème DC. Les croiseurs font ensuite escale à Bastia, la 2ème DCT à l’Ile Rousse et la 5ème DCT à Calvi du 21 au 27 janvier avant de rallier Toulon le lendemain.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 2 au 13 février, la 5ème DCT sort le 14 février pour un nouvel entrainement de division cette fois entre le Golfe du Lion et la Corse qui l’occupe du 14 février au 24 mars soit dix jours de moins de prévu, le réalisme des exercices provoquant son lot d’avaries qui pousse à l’annulation du reste de l’exercice.

Rentrés à Toulon le 25 mars, les trois «quatre tuyaux» de la 5ème DCT sont indisponibles jusqu’au 14 avril 1948 quand ils ressortent pour essais jusqu’au 17 avril. Après un mouillage aux salins d’Hyères du 18 au 22 avril, les trois contre-torpilleurs effectuent un stage de remise en condition du 23 avril au 12 mai, faisant escale à Port-Vendres du 13 au 17 mai puis à Marseille du 18 au 22 mai avant de rentrer à Toulon le 23 mai 1948.

La 5ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division le 1er juin. Les officiers et les marins de l’Aigle, du Gerfaut et de l’Albatros en longeant la presqu’ile de Saint Mandrier puis en gagnant la haute-mer ignorent bien entendu qu’il s’agit du dernier exercice de ce type avant le début du second conflit mondial.

Cet exercice mené avec la 3ème DSM occupe le Gerfaut et ses compères jusqu’au 27 juillet quand la division rallie Sète pour une escale de six jours du 28 juillet au 2 août, la division ralliant Toulon le lendemain.

Ils auraient du être indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage jusqu’à la fin du mois mais dès le 15 août, les permissions sont suspendues, les permissionnaires et les réservistes rappelés, les contre-torpilleurs passant à l’effectif de guerre soit 220 hommes contre 201 en temps normal.

La 5ème DCT sort pour entrainement du 16 au 26 août puis va mouiller en rade de Villefranche selon la même procédure que celle observée aux Salins d’Hyères : un navire sous pression prêt à appareiller et deux autres en alerte à 6h.

Elle y est toujours le 5 septembre 1948 quand à l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark, la 5ème DCT appareille pour contrer une possible attaque italienne sur la frontière.

Caractéristiques techniques de la classe Aigle

Déplacement standard : 2441 tW (2660 tonnes en charge normale 3141 tonnes en charge maximale)

Dimensions : longueur hors tout 128.50m longueur entre perpendiculaires 122.40m largeur maximum de la coque : 11.84m tirant d’eau moyen : 4.23m

Propulsion : deux turbines à engrenages Parsons ou Rateau alimentées en vapeur par quatre chaudières Yarrow-Penhoët dévellopant 64000ch et entrainant deux hélices de 3.79m de diamètre

Performances : vitesse maximale en service courant 36 noeuds distance franchissable 3000 miles nautiques à 18 noeuds

Electronique : installation dans les années quarante d’un radar de navigation, d’un radar de veille combinée et de deux radars de conduite de tir pour l’artillerie principale sans oublier un Asdic

Armement :

(origine)

-Cinq canons de 138mm modèle 1927 en affûts simples (deux avant deux arrières et une derrière la cheminée n°4)

-Deux affûts doubles de 37mm modèle 1933 et deux affûts doubles de 13.2mm

-Deux affûts triples lance-torpillles de 550mm

-Quatre mortiers Thornycroft (rapidement débarqués) et deux grenadeurs de sillage avec seize grenades.

(septembre 1948)

-Cinq canons de 130mm modèle 1932 en affûts simples modèle 1941 au même emplacement que les pièces de 138mm

-Six canons de 37mm modèle 1941 en trois affûts doubles et quatre canons de 25mm modèle 1939-40 en deux affûts doubles (5ème DCT) Dix canons de 37mm modèle 1941 en cinq affûts doubles (6ème DCT)

-Six tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples et deux grenadeurs de sillage avec 36 grenades.

Equipage : 220 officiers et matelots

10-Contre-torpilleurs (16)

L’Albatros

Le contre-torpilleur Albatros en mer

Le contre-torpilleur Albatros en mer

-L’Albatros est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) sur leur site de Saint-Nazaire en janvier 1929 lancé le 27 juin 1930 et mis en service en décembre 1931.

A son admission au service actif,  l’Albatros est affecté en Méditerranée au sein de la 7ème Division Légère jusqu’au 1er octobre 1934 quand la 7ème DL devient la 5ème DL. Il est placé en position de complément durant l’année d’instruction 1936-37 avant de participer aux opérations de la guerre d’Espagne.

Durant la guerre de Pologne, il est intégré à la 7ème DCT (ex-7ème DL) en compagnie de ses sister-ship Gerfaut et Vautour avec toujours Toulon comme port d’attache.

Le 15 décembre 1939, le Vautour navire-amiral de la 7ème DCT entre en grand carénage et transmet son rôle de chef de division à l’Albatros.

L’Albatros sort en compagnie du Gerfaut pour une école à feux du 16 au 22 décembre, faisant escale à La Ciotat du 23 au 26 décembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 27 décembre 1939.

Après une période d’entretien à flot du 1er au 14 janvier, l’Albatros et le Gerfaut sortent pour une école à feux du 15 au 22 janvier avant de mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 27 janvier quand ils reprennent la mer pour un entrainement au combat antisurface jusqu’au 8 février quand ils rentrent à Toulon.

La 7ème DCT sort pour entrainement avec école à feux du 15 au 22 février, faisant escale à Nice du 23  au 27 février avant de rentrer le lendemain à Toulon.

Du 10 au 27 mars, l’Albatros participe à la remise en condition du Vautour après son grand carénage, les deux navires  rentrant à Toulon le 2 avril après une escale à La Ciotat du 28 mars au 1er avril 1940.

Alors que le Gerfaut est immobilisé pour son grand carénage, le Vautour et l’Albatros sortent pour entrainement en commun du 7 au 17 avril, mouillant aux salins d’Hyères du 18 au 25 avril avant d’enchainer par un nouvel entrainement commun du 26 avril au 7 mai, date du retour des deux navires à Toulon.

Victime d’une avarie mécanique, l’Albatros est indisponible du 8 au 19 mai sortant pour essais du 20 au 23 mai. Devant prochainement entrer en grand carénage, il va mouiller aux salins d’Hyères du 24 au 31 mai, rentrant à Toulon le 1er juin.

Le 6 juin, le Gerfaut achève son grand carénage et le lendemain, l’Albatros _qui à transmis son pavillon de navire-amiral au Vautour_ est à son tour échoué dans le bassin n°3 du Missiessy. Les travaux qui durent jusqu’au 12 octobre consistent en une remise en état sans modernisation.

Après les essais réglementaires du 14 au 18 octobre, le contre-torpilleur effectue sa remise en condition en compagnie de ses deux compères de la 7ème DCT et ce du 20 octobre au 4 novembre, date à laquelle l’Albatros redevient navire-amiral de la division.

Le 12 novembre, la 7ème DCT quitte Toulon pour mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 16 novembre quand débute un entrainement de division dans le Golfe du Lion qui s’achève le 30 novembre.

Après une escale à Sète du 1er au 5 décembre 1940, les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feu du 6 au 21 décembre, date à laquelle ils rentrent à Toulon.

Après une période d’entretien à flot commune avec ses deux compères du 22 décembre 1940 au 7 janvier 1941, l’Albatros sort pour entrainement avec les deux autres navires de la 7ème DCT le 8 janvier mais le Vautour victime d’une avarie de barre doit rentrer à Toulon.

L’Albatros et le Gerfaut poursuivent l’entrainement en duo avec écoles à feux et combat antisurface avant de mouiller aux salins d’Hyères le 21 janvier. L’Albatros et le Gerfaut retrouvent le 23 janvier leur compère Vautour pour des exercices au mouillage jusqu’au 9 février 1941.

La 7ème DCT sort alors pour une école à feux et ce du 10 au 21 février avant de faire escale à Propriano du 22 au 26 février. Reprenant la mer le lendemain 27 février, la division effectue un entrainement au combat antisurface jusqu’au 4 mars quand la division au complet rentre à Toulon.

L’Albatros et le Gerfaut sortent pour une école à feux de nuit le 7 mars avant de mouiller aux salins d’Hyères du 8 au 13 mars. Reprenant la mer, ils effectuent un entrainement au raid amphibie contre Saint Mandrier et ce du 14 au 17 mars.

Les deux contre-torpilleurs profitant de la nuit ouvrent le feu contre l’hydrobase avant de mettre leurs compagnies de débarquement à terre, compagnies qui ravagent les installations avant de rembarquer et d’échapper à la contre-attaque des batteries côtières qui encadrent cependant les deux raiders.

La 7ème DCT sort pour entrainement au combat antisurface du 20 au 28 mars, faisant escale à Calvi du 29 mars au 2 avril, rentrant à Toulon le 4 avril 1941. Du 11 au 30 avril 1941, l’Albatros participe à la remise en condition du Vautour en compagnie du Gerfaut,  la division au complet mouillant aux Salins du 1er au 9 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 10 mai 1941.

La 7ème DCT est de nouveau à la mer pour entrainement du 17 au 30 mai, entrainement composé d’écoles à feux et  de combat antisurface de jour comme de nuit. Rentrée à Toulon le 1er juin, la 7ème DCT reprend la mer pour un entrainement d’officiers de marine de réserve du 8 au 15 juin, rentrant le lendemain.  Du 20 juin au 2 juillet, la 7ème DCT manoeuvre avec la 4ème DCT et les croiseurs légers Primauguet et Lamotte-Picquet, les huit navires font escale à Nice du 3 au 10 juillet avant de rentrer à Toulon le 13 juillet 1941.

La 7ème DCT est indisponible pour entretien à flot et permissions de l’équipage du 15 juillet au 12 août 1941. Cette immobilisation est mise à profit pour moderniser la DCA qui est désormais composée de six canons de 37mm modèle 1941 en trois affuts doubles et quatre canons de 25mm modèle 1939/40 en affûts simples.

Les trois contre-torpilleurs sortent pour essais du 13 au 17 août avant une remise en condition intensive du 18 au 31 août, les trois navires mouillant aux Salins d’Hyères du 1er au 12 septembre 1941, date de leur retour à Toulon.

Le 15 septembre 1941, la 7ème DCT quitte Toulon en compagnie du pétrolier Elorn chargé de les ravitailler en carburant et de participer aux exercices prévus par cet entrainement divisionnaire. Les quatre navires font escale à Casablanca du 19 au 22 septembre avant de gagner Dakar le 26 septembre 1941.

La 7ème DCT effectue d’abord une école à feu du 27 au 30 septembre, enchainant après un ravitaillement le 1er octobre par un entrainement de défense aérienne à la mer du 2 au 9 octobre avant une escale de ravitaillement, de repos et de maintenance à Dakar du 10 au 13 octobre 1941.

Du 14 au 22 octobre, les trois contre-torpilleurs vont s’entrainer à l’escorte et l’attaque de convois, convoi symbolisé par le pétrolier Elorn et deux cargos des Messageries Maritimes qui venaient de livrer du matériel à Dakar.

Après une ultime escale à Dakar du 23 au 27 octobre, la 7ème DCT et l’Elorn quittent la capitale de l’AOF le 28 octobre, relâchent à Casablanca du 1er au 3 novembre avant de rentrer à Toulon le 7 novembre 1941.

Après une période d’entretien à flot du 8 au 20 novembre 1941, les trois contre-torpilleurs de la 7ème DCT sortent pour essais du 21 au 26 novembre avant un stage de remise en condition du 28 novembre au 15 décembre, les trois navires mouillant aux salins d’Hyères du 16 au 23 décembre, rentrant le lendemain à Toulon.

Suite à la réorganisation du 1er janvier 1942, l’Albatros quitte la 7ème DCT pour former une nouvelle 5ème DCT en compagnie de l’Aigle et du Gerfaut. Cette division reste basée à Toulon.

Le 4 janvier 1942, l’Albatros et le Gerfaut quittent Toulon, accompagnant le Vautour qui rallie Brest (pour former une nouvelle 6ème DCT en compagnie du Milan et de l’Epervier). A 30 miles de Toulon, le Vautour quitte ses deux anciens compères, ces derniers faisant leur jonctions avec l’Aigle venu de Bizerte.

Après une période d’entretien à flot du 4 au 21 janvier 1942, la 5ème DCT sort pour essais du 22 au 25 janvier avant remise en condition du 27 janvier au 12 février 1942. La division de contre-torpilleurs sort pour entrainement de division du 15 février au 3 mars 1942.

L’Albatros enchaine ensuite par un entrainement commun aux 2ème et 5ème DCT jusqu’au 15 avril, rentrant à Toulon le même jour après une escale à Ajaccio du 21 au 24 mars, à Tunis du 1er au 5 avril et à Bizerte le 6 avril 1942.

Alors que l’Aigle est indisponible suite à une avarie mécanique, l’Albatros et le Gerfaut sortent pour entrainement du 20 avril au 2 mai, faisant escale à Alger du 3 au 7 mai avant d’enchainer par un entrainement de défense aérienne du 8 au 17 mai avant de rentrer le lendemain à Toulon. Ils vont mouiller aux salins d’Hyères du 21 mai au 2 juin, date de son retour au quai Noël.

Le 8 juin 1942, la 5ème DCT au complet appareille pour un entrainement dans l’Atlantique au large de Dakar. Les trois contre-torpilleurs se ravitaillent à Casablanca le 13 juin et arrivent à Dakar le 17 juin. Ils vont manoeuvrer au large de la capitale de l’AOF du 21 juin au 21 juillet. Après une nouvelle escale à Dakar du 22 au 29 juillet, les trois contre-torpilleurs quittent la capitale de l’AOF le 30 juillet, se ravitaillent à Casablanca le 4 août avant de rentrer à Toulon le 9 août 1942.

Les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage jusqu’au 30 août 1942 quand ils sortent pour essais jusqu’au 4 septembre, enchainant par un stage de remise en condition du 6 au 15 septembre 1942.

La 5ème DCT sort le 22 septembre pour un entrainement commun avec la 1ère DT, le pétrolier Elorn et la 1ère DSM. Après un entrainement DAM du 22 septembre au 2 octobre, les navires de ce groupe occasionnel font escale à Alger du 3 au 6 octobre 1942.

C’est ensuite l’affrontement de la 5ème DCT et de la 1ère DT du 7 au 17 octobre avant une escale à Tunis du 18 au 23 octobre et un entrainement ASM du 24 octobre au 5 novembre.  Ils rentrent à tous à Toulon le lendemain 6 novembre 1942.

L’Albatros va mouiller aux salins d’Hyères du 10 au 15 novembre, sortant pour une école à feux du 16 au 23 novembre avant de rentrer à Toulon le 24 novembre, mouillant en grande rade. Le 25 novembre 1942, il sort en urgence pour prendre en remorque un hydravion torpilleur Latécoère Laté 298 qui avait fait un poser d’urgence suite à une panne moteur. Il remorque l’hydravion jusqu’à Saint Mandrier où il sera réparé.

Du 2 au 15 décembre, l’Albatros participe avec le Gerfaut à la remise en condition de l’Aigle qui sortait d’une période d’entretien à flot, rentrant à Toulon le 21 décembre après une escale à La Ciotat du 16 au 20 décembre.

Le 5 janvier 1943, la 5ème DCT quitte Toulon pour entrainement de division qui voit l’entrainement se dérouler jusqu’au 20 février avec des escales à Nice du 16 au 21 janvier et Calvi du 1er au 6 février.

Alors que le Gerfaut est indisponible,  l’Albatros et l’Aigle sortent pour entrainement du 27 février au 28 mars avec des escales à Ajaccio du 5 au 8 mars et à Marseille du 23 au 27 mars. effectue une spectaculaire école à feux de nuit au large de Toulon et ce du 27 février au 4 mars. L’Albatros est à son tour indisponible jusqu’au 13 avril 1943, sortant pour essais du 14 au 20 avril, date de son retour à Toulon.

L’Albatros participe ensuite au sein de la 5ème DCT à un exercice commun avec la 2ème DCT et ce du 22 avril au 25 mai, les deux divisions rentrant à Toulon le 26 après des escales à Ajaccio du 30 avril au 3 mai et à Mers-El-Kébir du 13 au 16 mai.

Le 27 mai 1943, l’Albatros devient navire-amiral de la 5ème DCT en remplacement de l’Aigle entré en grand carénage.

L’Albatros et le Gerfaut sortent pour école à feux du 2 au 12 juin, faisant escale à Marseille du 13 au 18 juin avant de reprendre la mer pour un exercice de défense aérienne à la mer du 19 au 27 juin. Après une escale à La Ciotat du 28 juin au 1er juillet, les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 2 juillet 1943.

La 5ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 3 au 31 juillet, sortant pour essais du 1er au 5 août avant remise en condition du 6 au 17 août, rentrant à Toulon le 24 août après un mouillage aux salins d’Hyères du 18 au 23 août.

Les deux contre-torpilleurs de la 5ème DCT sortent pour une école à feux du 27 août au 4 septembre, rentrant à Toulon le 5 septembre avant de participer à la remise en condition de l’Aigle du 9 au 23 septembre, les trois contre-torpilleurs faisant escale à Sète du 24 au 30 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 1er octobre 1943. Le même jour, l’Aigle redevient navire-amiral de la 5ème DCT qui sort pour un nouvel entrainement du 5 au 17 octobre en compagnie du Marceau.

Du 21 au 31 octobre 1943, la 5ème DCT sort en compagnie de la 2ème DCT, du Marceau et du croiseur léger Primauguet pour un exercice antisurface avant pour thème la chasse au croiseur auxiliaire. Les navires rentrent à Toulon dans la soirée du 31.

Le 2 novembre 1943, une escadre imposante quitte Toulon avec outre la 5ème DCT, le contre-torpilleur Marceau, les cuirassés Richelieu et Clemenceau, leurs torpilleurs d’escorte et le ravitailleur rapide L’Adour.

Après une première phase d’exercice dans le Golfe du Lion jusqu’au 12 novembre, la petite escadre fait escale à Marseille du 13 au 18 novembre. Les exercices reprennent avec une nouvelle phase du 19 novembre au 4 décembre suivit d’une escale du 5 au 11 décembre (les cuirassés à Ajaccio, le ravitailleur à Calvi et les contre-torpilleurs à l’Ile-Rousse). Ils rentrent tous à Toulon le 13 décembre 1943. La 5ème DCT termine l’année 1943 par une école à feu du 18 au 26 décembre, mouillant jusqu’au 5 janvier aux salins d’Hyères.

L’Albatros et l’Aigle sortent pour entrainement du 5 janvier au 2 février 1944 avec des escales à l’Ile Rousse du 14 au 20 janvier et à Sète du 4 au 8 février, les deux contre-torpilleurs ralliant Toulon le 9 février 1944.

Les deux unités disponibles de la 5ème DCT effectuent un entrainement de division réduit du 15 au 23 février, faisant escale à La Ciotat du 24 au 27 février avant de rentrer à Toulon le 28 février 1944.

Du 12 au 31 mars, l’Albatros et l’Aigle participent à la remise en condition du Gerfaut après son grand carénage, rentrant à Toulon le 1er avril 1944. L’Albatros participe ensuite à un entrainement de division du 4 au 17 avril, rentrant à Toulon le lendemain.

Du 25 avril au 8 mai, l’Albatros participe au sein de la 5ème DCT à un exercice commun avec la 2ème DCT et les croiseurs Suffren et Dupleix (1ère DC), un exercice anti-raider qui se termine par des escales à  Alger du 9 au 12 mai et à Ajaccio du 13 au 17 mai, les navires engagés rentrant à Toulon le 18 mai 1944.

La 5ème DCT sort pour entrainement du 22 mai au 27 juin, faisant escale à Villefranche sur mer du 1er au 7 juin, les trois contre-torpilleurs rentrant à Toulon le 28.

L’Albatros comme ses deux compères de la 5ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 29 juin au 13 juillet, sortant pour essais du 14 au 17 juillet avant remise en condition du 18 au 31 juillet 1944.

Du 10 au 23 août, la 5ème DCT s’entraine avec le croiseur léger Emile Bertin qui rentre ensuite en Tunisie avec à bord les tirailleurs tunisiens amenés à Canjuers pour entrainement.

Du 4 septembre au 3 décembre 1944, l’Albatros est échoué au bassin n°5 du Castigneau pour un grand carénage (remise en état et modernisation). Il sort pour essais du 5 au 10 décembre puis pour remise en condition du 12 au 30 décembre en compagnie de l’Aigle et du Gerfaut.

A noter qu’avec la sortie de l’Albatros de son grand carénage, la 5ème DCT redevient homogène avec trois contre-torpilleurs armés de 5 canons de 130mm modèle 1932 en affûts simples modèle 1941.

La 5ème DCT ressort pour la première fois en 1945 le 7 janvier pour un entrainement de division très intense jusqu’au 22 février, la division ralliant Toulon le lendemain 23 février 1945.

L’Albatros et le Gerfaut sortent pour entrainement du 27 février au 21 mars (avec un mouillage aux salins d’Hyères du 6 au 9 mars). Les deux navires sortent à nouveau pour une école à feux du 25 mars au 2 avril avant d’effectuer la remise en condition de l’Aigle du 4 au 23 avril 1945.

La 5ème DCT quitte Toulon le 28 avril, se ravitaille à Casablanca le 3 mai et gagne Dakar le 7 mai 1945 pour un cycle d’entrainement complet jusqu’au 27 juin, les contre-torpilleurs accompagnés des sous-marins Agosta Bévéziers Ouessant et Sidi-Ferruch de la 8ème DSM quittant Dakar le 3 juillet 1945, se ravitaillant à Casablanca le 8 avant d’arriver à Brest le 12 juillet 1945. Les contre-torpilleurs quittent la Bretagne le 13 juillet, font escale à Casablanca du 17 au 20 juillet avant de rentrer à Toulon le 24 juillet 1945.

La 5ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 25 juillet au 18 août 1945, sortant pour essais du 19 au 22 août avant un stage de remise en condition intensif du 23 août au 12 septembre 1945.

C’est ensuite une école à feux au large du Cap Corse du 18 au 27 septembre, un mouillage au pied de la citadelle de Calvi du 28 septembre au 2 octobre, un exercice de combat de nuit du 3 au 7 octobre avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le 15 octobre 1945, la 5ème DCT largue les amarres qui la retienne au Quai Noël pour effectuer un entrainement en Méditerranée occidentale en compagnie du cuirassé Richelieu, du croiseur léger Chateaurenault et de deux torpilleurs d’escadre.

Ces navires vont manoeuvrer ensemble du 15 octobre au 10 novembre (escales à Ajaccio les 22 et 23 octobre, Marseille du 31 octobre au 2 novembre), faisant ensuite escale à Nice du 11 au 15 novembre avant de rentrer à Toulon le 17.

Après une période d »entretien à flot consacrée notamment à l’artillerie du 18 au 30 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT sortent pour essais du 1er au 5 décembre et pour entrainement de base avec école à feux du 7 au 20 décembre. Ils rentrent à Toulon le 25 décembre après escale à Nice du 21 au 24.

Alors que l’Aigle teste de nouveaux obus explosifs de 130mm, l’Albatros et le Gerfaut effectuent un entrainement au combat antisurface du 5 au 11 janvier 1946 avant de gagner Villefranche où ils mouillent, retrouvant le 13 janvier leur compère l’Aigle. La 5ème DCT réunie enchaine les exercices au large de Nice jusqu’au 13 février 1946 date de leur retour à Toulon.

Quatre jours plus tard, l’Albatros et ses deux compères de la 5ème DCT quitte Toulon en compagnie de la 1ère DT et du ravitailleur rapide L’Adour pour un entrainement en Méditerranée occidentale et orientale jusqu’au 5 avril en compagnie notamment de l’aviso colonial La Grandière et la 17ème DSM à partir du 29 mars. Après une ultime escale à Beyrouth du 6 au 10 avril 1946, les huit navires reprennent la mer, rentrant à Toulon sans escale le 17 avril en étant ravitaillés à tour de rôle par l’Adour.

Après une période d’entretien à flot du 18 au 30 avril 1946, les trois contre-torpilleurs de la 5ème DCT effectuent une sortie d’essais du 1er au 4 mai mais le Gerfaut victime d’une avarie doit rentrer au port pour réparations (jusqu’au 15 mai).

Ses deux compères de la 5ème DCT vont mouiller aux salins du 5 au 12 mai, effectuant une petite sortie de deux jours les 13 et 14 mai avant de retourner mouiller aux Salins où les deux navires retrouvent le Gerfaut fraichement réparé. La 5ème DCT sort pour essais du Gerfaut et entrainement commun du 16 au 30 mai avant une escale à Nice du 31 mai au 3 juin. La division reconstituée participe à un entrainement du 4  au 27 juin, rentrant à Toulon le lendemain.

La 5ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 21 juillet, sortant pour essais du 22 au 26 juillet avant remise en condition du 27 juillet au 12 août.

Après un ravitaillement à Toulon le 13 août, ils vont mouiller aux salins d’Hyères, simulant une division mouillant dans une baie non préparée. A tour de rôle, l’un des contre-torpilleurs est sous pression prêt à appareiller alors que ses compères auraient besoin de 6h pour obtenir suffisamment de pression pour prendre la mer.

Le 19 août 1946, la 5ème DCT reçoit le SOS d’un cargo norvégien en feu, l’Aigle appareille pour assister le TK Bremen et ses deux sister-ships mettent leurs chaudières sous pression pour lui prêter main forte mais le cargo ayant sombré, l’intervention de l’Albatros et du Gerfaut n’est plus nécessaire et les deux navires mettent bas les feux.

La 5ème DCT revenue au quai Noël le 25 août, sort pour le dernier entrainement de division avec un cycle de grand carénage du 28 août au 18 septembre, date du retour de la division à Toulon. .

Le 29 septembre 1946, l’Albatros devient navire-amiral de la 5ème DCT durant l’immobilisation de l’Aigle pour grand carénage. Les deux navires disponibles sortent pour entrainement du 4 octobre au 2 novembre, faisant escale à Sète du 3 au 9 novembre avant de rentrer à Toulon le 11.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 15 au 21 novembre, l’Albatros et le Gerfaut sortent pour une école à feu du 22 novembre au 2 décembre puis pour un entrainement au combat de nuit du 4 au 7 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 8 décembre 1946. Ils participent ensuite à la remise en condition de l’Aigle du 18 au 30 décembre 1946, date à laquelle l’Aigle redevient navire-amiral de la 5ème DCT.

Le 5 janvier 1947, l’Albatros et l’Aigle vont mouiller aux Salins d’Hyères  où ils sont rejoint le 8 janvier par le transport-caboteur Golo et les cargos rapides (17 noeuds) Tlemcen et Sidi-Bel-Abbès.

Après un entrainement à la protection de convois contre les assauts de la 1ère DT du 9 au 21 janvier, la petite force navale quitte Toulon le 22 janvier pour rallier Bizerte le 28 janvier. Les cargos déchargent leur chargement pendant que les autres navires mouillent au centre du lac. Le groupe occasionnel quitte la Tunisie le 30 janvier pour rentrer à Toulon le 2 février 1947.

Du 3 au 13 février, l’Aigle et l’Albatros subissent une période d’entretien à flot mais comble de malchance, l’Albatros est victime d’une avarie et indisponible du 14 au 25 février. Il retrouve le même jour l’Aigle  aux salins d’Hyères.

L’Albatros et l’Aigle participent aux essais du premier nommé du 26 février au 1er mars avant une sortie d’entrainement du 2 au 9 mars,  les deux contre-torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain 10 mars,l’Albatros pour subir un grand carénage et l’Aigle pour participer à la remise en condition du Gerfaut.

L’Albatros est échoué du 17 mars au 20 juin 1947 au bassin n°5 du Castigneau pour remise en état et modernisation de ses capacités militaires (renforcement de la DCA notamment).

Remis à flot le 20 juin  1947, il sort pour essais du  21 au 24 juin, retrouvant ses deux sister-ships aux Salins le 25 juin, ces derniers venant de réaliser une école à feux (13 au 21 juin) et mouillant là bas depuis le 22. La 5ème DCT reconstituée sort ainsi pour remise en condition de l’Albatros du 26 juin au 15 juillet 1947.

L’Albatros sort pour une école à feux du 22 juillet au 2 août avant une escale à l’Ile Rousse du 3 au 7 août avant d’enchainer par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 19 août avant une nouvelle escale à Nice du 20 au 24 août, rentrant à Toulon le 2 septembre après un mouillage aux salins d’Hyères du 25 août au 1er septembre 1947.

Le 8 septembre 1947, la 5ème DCT quitte Toulon pour un entrainement de division au large du Levant. Ils sont accompagnés par la 2ème DCT (Bayard Du Guesclin Turenne) et le pétrolier-ravitailleur Liamone.

Arrivés à Beyrouth le 16 septembre, les deux divisions commencent leur entrainement le 19 septembre et l’achève le 20 octobre. La 2ème et la 5ème DCT accompagnés du PRE quittent le Levant le 25 octobre, relâchent à Bizerte du 30 octobre au 4 novembre avant de rentrer à Toulon le 7 novembre 1947 au matin.

La 5ème DCT subit une période d’entretien à flot du 8 au 23 novembre, sortant pour essais du 24 au 27 novembre avant remise en condition du 30 novembre  au 15 décembre, les trois contre-torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères jusqu’au 27 décembre avant de rentrer le jour même à Toulon.

Le 10 janvier 1948, l’Albatros accompagné de ses compères de la 5ème DCT quitte Toulon pour un exercice commun avec les contre-torpilleurs Du Guesclin et Turenne de la 2ème DCT et les croiseurs lourds de la 5ème DC. Cet exercice se déroule jusqu’au 20 janvier avant une escale à  Bastia pour les croiseurs, à Calvi pour la 5ème DCT et à l’Ile Rousse pour la 2ème DCT). Les huit navires sont de retour à Toulon le 28 janvier 1948.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 2 au 13 février, la 5ème DCT sort le 14 février pour un nouvel entrainement de division cette fois entre le Golfe du Lion et la Corse, entrainement qui occupe la division jusqu’au 24 mars, le réalisme des exercices obligeant les contre-torpilleurs à interrompre l’exercice alors qu’il restait dix jours de prévu.

Rentrés à Toulon le 25 mars, les trois «quatre tuyaux» de la 5ème DCT sont indisponibles jusqu’au 14 avril 1948 quand ils ressortent pour essais jusqu’au 17 avril. Après un mouillage aux Salins d’Hyères du 18 au 22 avril, les trois contre-torpilleurs effectuent un stage de remise en condition du 23 avril au 12 mai, faisant escale à Port-Vendres du 13 au 17 mai puis à Marseille du 18 au 22 mai avant de rentrer à Toulon le 23 mai 1948.

La 5ème DCT effectue un nouvel entrainement de division du 1er juin au 27 juillet, avec des escales à Tunis du 10 au 13 juin et à Alger du 6 au 14 juillet, rentrant à Toulon le 28 juillet après un ultime exercice de défense aérienne à la mer exécuté du 15 au 27 juillet.

Ils auraient du être indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage jusqu’à la fin du mois d’août mais dès le 15, les permissions sont suspendues et les réservistes rappelés, les contre-torpilleurs passant à l’effectif de guerre soit 220 hommes contre 201 en temps normal.

La 5ème DCT sort pour entrainement du 16 au 26 août puis va mouiller en rade de Villefranche selon la même procédure que celle observée aux Salins d’Hyères : un navire sous pression prêt à appareiller et deux autres en alerte à 6h.

Elle y est toujours le 5 septembre 1948 quand à l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark, la 5ème DCT appareille pour contrer une possible attaque italienne sur la frontière.

10-Contre-torpilleurs (15)

Le Vautour

Le Vautour à la mer durant la guerre de Pologne

Le Vautour à la mer durant la guerre de Pologne

-Le Vautour est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) sur le site du Havre (Graville) en février 1929, lancé le 26 août 1930 et mis en service en décembre 1931.

Comme la majorité des navires neufs de la marine nationale, le Vautour est à sa mise en service affecté à la 1ère Escadre en Méditerranée. Il intègre la 5ème DL qu’il forme en compagnie du Gerfaut et du Vautour, division renforcée en février 1933 par l’admission en surnombre du Tartu. Ce surnombre cesse en septembre quand le Tartu rejoint le Cassard et l’Albatros au sein de la 7ème DL.

Le 1er octobre 1934, la composition du groupement des contre-torpilleurs de la 1ère escadre évolue à nouveau : la 5ème DL (Aigle Gerfaut Vautour) est renuméroté 7ème DL, la 7ème DL (Tartu Albatros Chevalier Paul) devient 5ème DL et une 9ème DL est créée par changement d’appellation de la 6ème DL composée du Maillé-Brézé, du Vauquelin et du Kersaint.

Jusqu’au déclenchement de la guerre de Pologne, le Vautour reste affecté à cette 7ème DL devenue en mars 1937, 7ème DCT. Cette division est intégrée dès le 1er septembre 1939 à la 3ème escadre légère qui regroupe les contre-torpilleurs basés à Toulon.

Le jour même de la fin de la guerre de Pologne (15 décembre 1939), le Vautour est échoué au bassin n°5 du Castigneau pour un grand carénage destiné à une remise en état complète. Remis à flot le 4 mars 1940, il sort pour essais du 5 au 8 mars avant remise en condition en compagnie de l’Albatros, le navire-amiral de la division du 10 au 27 mars, les deux navires rentrant à Toulon le 2 avril après une escale à La Ciotat du 28 mars au 1er avril 1940.

Alors que le Gerfaut est immobilisé pour son grand carénage, le Vautour et l’Albatros sortent pour entrainement en commun du 7 au 17 avril, mouillant aux salins d’Hyères du 18 au 25 avril avant d’enchainer par un nouvel entrainement commun du 26 avril au 7 mai, date du retour des deux navires à Toulon.

Après une école à feu en solitaire du 14 au 21 mai, le Vautour mouille aux salins d’Hyères du 22 au 27 mai, rentrant dans la foulée à Toulon.

Le 6 juin 1940, le Gerfaut achève son grand carénage. Il sort pour essais du 7 au 10 juin avant sa remise en condition menée en compagnie du Vautour devenu navire amiral de la 7ème DCT, assurant l’interim de l’Albatros qui subit à son tour un grand carénage.

Les deux navires sont à la mer du 12 au 30 juin puis après une escale à Marseille du 1er au 5 juillet, du 6 au 14 juillet, les deux contre-torpilleurs rentrant le lendemain 15 juillet à Toulon.

Le Vautour est indisponible pour entretien et permissions d’été du 16 juillet au 7 août, sortant pour essais du 8 au 12 août avant remise en condition du 15 au 31 août 1940

Le 4 septembre 1940, la 7ème DCT sort pour entrainement, effectuant d’abord une école à feu du 4 au 8 septembre avant un escale à Nice du 9 au 13 septembre, escale suivie par un entrainement au combat de nuit du 14 au 22 septembre.

Après une escale à Bastia du 23 au 26 septembre, les deux navires effectuent un entrainement au combat antisurface du 27 septembre au 8 octobre, date de leur retour à Toulon.

Du 20 octobre au 4 novembre 1940, le Vautour et le Gerfaut participent à la remise en condition de l’Albatros qui venait de subir un grand carénage. A l’issue de cette remise en condition, l’Albatros redevient navire-amiral de la 7ème DCT.

Le 12 novembre, la 7ème DCT quitte Toulon pour mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 16 novembre quand débute un entrainement de division dans le Golfe du Lion et ce jusqu’au 30 novembre. Après une escale à Sète du 1er au 5 décembre 1940, les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feu du 6 au 21 décembre, date à laquelle ils rentrent à Toulon.

Après une période d’entretien à flot commune avec ses deux compères du 22 décembre 1940 au 7 janvier 1941, le Vautour sort le 8 janvier pour essais mais victime d’une avarie de barre, il doit rentrer à Toulon pour réparer. Les réparations terminées, le Vautour sort pour essais du 19 au 22 janvier, retrouvant aux Salins l’Albatros et le Gerfaut pour des exercices au mouillage du 23 janvier au 9 février 1941.

La 7ème DCT sort alors pour une école à feux et ce du 10 au 21 février avant de faire escale à Propriano du 22 au 26 février. Reprenant la mer le lendemain 27 février, la division effectue un entrainement au combat antisurface jusqu’au 4 mars quand la division au complet rentre à Toulon.

Le Vautour est indisponible suite à une avarie mécanique du 7 mars au 4 avril, sortant pour essais du 5 au 9 avril avant remise en condition menée en compagnie de ses deux compères de division et ce du 11 au 30 avril, la division au complet mouillant aux Salins du 1er au 9 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 10 mai 1941.

La 7ème DCT est de nouveau à la mer pour entrainement du 17 au 30 mai, entrainement composé d’écoles à feux et  de combat antisurface de jour comme de nuit. Rentrée à Toulon le 1er juin, la 7ème DCT reprend la mer pour un entrainement d’officiers de marine de réserve du 8 au 15 juin, rentrant le lendemain.

Du 20 juin au 2 juillet 1941, le Vautour accompagné de ses compères Albatros et Gerfaut participent à un exercice commun avec la 4ème DCT et les croiseurs légers Primauguet et Lamotte-Picquet (6ème DC),  les croiseurs servant d’abord de plastron aux contre-torpilleurs avant de pourchasser les lévriers des mers. Le groupe occasionnel (deux croiseurs et six contre-torpilleurs) fait escale à Nice du 3 au 10 juillet avant de rentrer à Toulon le 13 juillet 1941.

La 7ème DCT est indisponible pour entretien à flot et permissions de l’équipage du 15 juillet au 12 août 1941. Cette immobilisation est mise à profit pour moderniser une DCA dépassée. C’est ainsi que les 2 affûts doubles de 37mm modèle 1933 et les 4 mitrailleuses de 13.2mm en affûts doubles sont remplacés par six canons de 37mm modèle 1941 en trois affuts doubles et quatre canons de 25mm modèle 1939/40 en affûts simples.

Les trois contre-torpilleurs sortent pour essais du 13 au 17 août avant une remise en condition intensive du 18 au 31 août, les trois navires mouillant aux Salins d’Hyères du 1er au 12 septembre 1941, date de leur retour à Toulon.

Le 15 septembre 1941, la 7ème DCT quitte Toulon en compagnie du pétrolier Elorn chargé de les ravitailler en carburant et de participer aux exercices prévus par cet entrainement divisionnaire. Les quatre navires font escale à Casablanca du 19 au 22 septembre avant de gagner Dakar le 26 septembre 1941.

La 7ème DCT effectue d’abord une école à feu du 27 au 30 septembre, enchainant après un ravitaillement le 1er octobre par un entrainement de défense aérienne à la mer du 2 au 9 octobre avant une escale de ravitaillement, de repos et de maintenance à Dakar du 10 au 13 octobre 1941.

Du 14 au 22 octobre, les trois contre-torpilleurs vont s’entrainer à l’escorte et l’attaque de convois, convoi symbolisé par le pétrolier Elorn et deux cargos des Messageries Maritimes qui venaient de livrer du matériel à Dakar.

Après une ultime escale à Dakar du 23 au 27 octobre, la 7ème DCT et l’Elorn quittent la capitale de l’AOF le 28 octobre, relâchent à Casablanca du 1er au 3 novembre avant de rentrer à Toulon le 7 novembre 1941.

Après une période d’entretien à flot du 8 au 20 novembre 1941, les trois contre-torpilleurs de la 7ème DCT sortent pour essais du 21 au 26 novembre avant un stage de remise en condition du 28 novembre au 15 décembre, les trois navires mouillant aux salins d’Hyères du 16 au 23 décembre, rentrant le lendemain à Toulon.

Le 1er janvier 1942, la réorganisation des DCT entraine la dissolution de la 7ème Division de Contre-Torpilleurs.

Si l’Albatros et le Gerfaut restent à Toulon pour former une nouvelle 5ème DCT avec l’Aigle venu de Bizerte, le Vautour est lui redéployé à Brest où il forme une nouvelle 6ème DCT avec ses deux demi-frères, les Milan et Epervier.

Symboliquement, le 4 janvier 1942 quand le Vautour quitte le Var, l’Albatros et le Gerfaut l’accompagnent jusqu’en haute mer à 30 miles nautiques de Toulon. Hasard non prémédité (?), l’Aigle croise le Vautour, symbolisant parfaitement ce passage de témoin.

Le Vautour fait escale à Casablanca le 8 janvier pour se ravitailler, à Lisbonne du 9 au 12 janvier avant de filer vers Brest où il arrive le 15 janvier 1942. Il est rejoint trois jours plus tard par le Milan et l’Epervier.

Après une période d’entretien à flot du 18 janvier au 4 février 1942, les trois contre-torpilleurs sortent pour essais du 5 au 9 février avant remise en condition du 11 février au 3 mars, les trois navires rentrant à Brest le 9 mars après une escale à Bordeaux du 4 au 8 mars 1942.

La 6ème DCT effectue son premier entrainement de division à la mi-mars. Le 15 mars 1942 à l’aube, le Milan (Al) suivit par l’Epervier et le Vautour franchissent le Goulet qui sépare la rade Brest de la haute mer.

Le temps se dégradant, les trois navires se réfugient en baie de Douarnenez le temps que la tempête se calme. Les trois navires reprennent la mer le 18 mars et entament leur entrainement divisionnaire par une école à feu du 18 au 28 mars.

Après une escale à Lorient du 29 mars au 2 avril, les trois contre-torpilleurs subissent un entrainement de défense aérienne à la mer et ce du 3 au 12 avril, date à laquelle les trois navires arrivent à Saint-Nazaire.

Après deux jours d’escale, ils remontent la Loire jusqu’à Nantes où ils arrivent le 15 avril 1942, s’amarrant au niveau du quai de la Fosse sous le pont Transbordeur. La division repart le 19 avril et effectue du 20 avril au 4 mai un entrainement au combat antisurface, rentrant à Brest le lendemain 5 mai 1942.
La 6ème DCT ressort encore pour une école à feux du 13 au 17 mai, faisant escale à Plymouth du 18 au 24 mai avant un entrainement au combat de nuit du 25 mai au 2 juin, les trois navires rentrant à Brest le lendemain 3 juin.

Comme les DCT de la 2ème Escadre mouillaient régulièrement aux salins d’Hyères, la 6ème DCT va régulièrement mouiller en baie de Douarnenez avec toujours un contre-torpilleur chaudières sous pression prêt à appareiller et les deux autres en alerte à 6H. la 6ème DCT est ainsi mouillée dans cette baie du 7 au 12 juin et du 17 au 21 juin, sortant entre ses deux périodes pour exercices en mer d’Iroise.

Après un nouveau mouillage dans la baie du 24 au 30 juin, la 6ème DCT effectue une spectaculaire école à feux de nuit le 1er juillet 1942, allant ensuite mouiller en baie de Douarnenez jusqu’au 5 juillet quand ils rentrent à Brest.

La division au complet est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 6 au 27 juillet, les trois navires sortant pour essais du 28 au 31 juillet avant un stage de remise en condition du 1Er au 20 août, les trois contre-torpilleurs mouillant en baie de Douarnenez du 21 au 30 août avant de rentrer le lendemain à Brest.

Le 8 septembre 1942, la 6ème DCT quitte Brest pour un entrainement de division dans le golfe de Gascogne. Après un entrainement au combat de nuit du 8 au 12 septembre, les trois navires font escale à Lorient du 13 au 16 septembre avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 17 au 23 septembre, faisant ensuite escale à La Pallice du 24 au 27 septembre.

Ils enchainent par une école à feux du 28 septembre au 1er octobre avant de faire escale à Rochefort du 2 au 5 octobre. Reprenant la mer le lendemain 6 octobre, la 6ème DCT effectue un nouvel entrainement au combat antisurface jusqu’au 17 octobre date de son retour à Brest.

Le Vautour est indisponible du 18 octobre au 5 novembre suite à une série d’avaries mécaniques qui rendent urgent un grand carénage prévu au tout début de l’année prochaine. Il sort pour essais du 6 au 10 novembre et va mouiller en baie de Douarnenez du 11 au 18 novembre, sortant en solitaire pour un entrainement courant du 19 au 27 novembre et du 29 novembre au 12 décembre, rentrant à Brest le 23 décembre après un mouillage en baie de Douarnenez du 13 au 22 décembre 1942.

Privé de ses munitions et ses soutes vidangées, le Vautour est échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Brest dès le 2 janvier 1943 pour trois mois de travaux. Outre une remise en état, le navire va recevoir de nouveaux équipements destinés à accroitre ses capacités militaires.

Sa coque est grattée, sablée et repeinte, ses hélices sont remplacées, les chaudières remise à neuf, les turbines inspectées. Les locaux-vie sont également remis en état. De nouveaux radars et de nouveaux télémètres sont installés. Il reçoit également un système RAM plus performant que celui installé à la va-vite en 1941.

Pour améliorer ses capacités anti-sous-marines, le Vautour reçoit un Asdic et voit son parc à grenades augmenté significativement passant de 24 à 40 engins, des engins plus légers mais pas moins efficaces.

La DCA est renforcée, les canons de 25mm sont remplacés par deux affûts doubles de 37mm supplémentaires uniformisant la DCA désormais composée de dix canons de 37mm.

Le changement majeur est cependant le débarquement des cinq canons de 138mm modèle 1927 remplacés par cinq canons de 130mm modèle 1932 en affûts simples sous masque modèle 1941 dans le but d’uniformiser l’armement des torpilleurs d’escadre et des contre-torpilleurs avec le même calibre à défaut du même modèle.

Remis à flot le 4 mars 1943, le Vautour sort pour essais du 5 au 9 mars puis pour remise en condition en compagnie de ses deux sister-ship du 11 au 31 mars 1943.
Le Vautour sort ensuite pour entrainement en compagnie de l’Epervier, nouveau navire-amiral de la 6ème DCT. Les deux navires effectuent une école à feux au large d’Ouessant du 5 au 9 avril avant de faire escale à Saint Malo du 10 au 14 avril.
Reprenant la mer, les deux navires subissent un entrainement de défense aérienne à la mer du 15 au 22 avril avant une escale à Cherbourg jusqu’au 27 avril quand les deux navires reprennent la mer pour une série de duels antisurface du 28 avril au 12 mai, date de leur retour à Brest.
La 6ème DCT mouille en baie de Douarnenez du 13 au 18 mai avant de sortir pour un exercice de nuit du 19 au 23 mai, manquant d’emboutir un cargo américain arrivant pour décharger du blé à Brest.

Cette frayeur passée, le Vautour et l’Epervier retournent mouiller en baie de Douarnenez du 24 au 30 mai avant une nouvelle école à feu du 31 mai au 6 juin 1943. Les deux navires sont de retour à Brest le lendemain 7 juin.

Le 14 juin, le Milan quitte le bassin n°4 où il est remplacé le lendemain par l’Epervier. Conséquence logique, le Vautour devient navire-amiral de la 6ème DCT même si il s’agit d’un simple interim. Le Vautour participe aux essais du Milan du 15 au 18 juin puis à sa remise en condition du 20 juin au 7 juillet, les deux navires rentrant à Brest le lendemain 8 juillet, jour où le Milan reprend son du à savoir le pavillon de navire-amiral de la 6ème DCT.
Le 15 juillet, la 6ème DCT quitte Brest pour une tournée estivale des ports de la façade Atlantique, de la Manche et de la mer du Nord. Cette tournée est une tournée de propagande, les contre-torpilleurs embarquant des recruteurs pour engager des volontaires ou permettre à d’anciens appelés de se rengager, d’autres officiers _souvent des réservistes_ vanteront à la fois l’engagement dans la réserve mais également les bons du réarmement.
Le Milan et le Vautour sont ainsi à Saint Malo du 16 au 18 juillet, à Cherbourg du 19 au 21 juillet, au Havre du 22 au 25 juillet, à Rouen du 26 au 28 juillet et enfin à Boulogne du 29 au 31 juillet. La tournée se poursuit par une escale à Saint-Nazaire du 2 au 4 août, à Nantes du 5 au 8 août, à La Pallice du 9 au 11 août et à Bordeaux du 12 au 15 août avant de rentrer à Brest le 16 août pour permettre à l’équipage de prendre ses permissions d’été.

Le 2 septembre, l’Epervier achève son grand carénage et sort pour essais du 3 au 5 septembre 1943 avant de participer à un exercice avec d’autres contre-torpilleurs, exercice qui fait office de stage de remise en condition.
La 6ème DCT  quitte Brest le 7 septembre 1943 en compagnie de la 3ème DCT (Tigre et Panthère)  pour un exercice en Manche en compagnie de la 8ème DCT (Kersaint et Cassard), la division de contre-torpilleurs de l’ELN.

Les contre-torpilleurs brestois font escale de ravitaillement à Cherbourg le 9 septembre avant de gagner Dunkerque le 10 septembre. Les sept contre-torpilleurs présents vont enchainer quatre exercices : entrainement au combat de surface diurne du 11 au 19 septembre, entrainement à la défense aérienne à la mer du 21 au 28 septembre, entrainement au combat de surface nocturne du 30 septembre au 7 octobre avant un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Antiope Orphée Amazone Sibylle de la 16ème DSM du 9 au 15 octobre 1943. Les 3ème et 6ème DCT quitte Dunkerque le 16 octobre et rentrent à Brest le 18 octobre 1943.
Le Vautour est indisponible pour entretien du 19 octobre au 4 novembre 1943, sortant pour essais du 5 au 8 novembre avant un stage de remise en condition en compagnie du Milan et de l’Epervier et ce du 12 au 25 novembre.

Après un mouillage en baie de Douarnenez du 26 au 30 novembre, la 6ème DCT sort pour école à feux en mer d’Iroise du 1er au 5 décembre puis après un nouveau mouillage dans la baie du 6 au 12 décembre, la 6ème DCT termine l’année 1943 par un entrainement de défense aérienne à la mer du 13 au 20 décembre, les trois navires rentrant dans la foulée à Brest et y restant jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 4 janvier 1944, les 3ème et 6ème DCT au complet quittent Brest pour une série d’exercices dans le Golfe de Gascogne. Les six contre-torpilleurs commencent par un exercice de défense aérienne à la mer entre Lorient et Saint-Nazaire et ce du 4 au 12 janvier.

Après une escale de ravitaillement à Saint-Nazaire le 13 janvier, les deux divisions se livrent à une série de joutes navales avec écoles à feux et lancement de torpilles et ce du 14 au 22 janvier quand les six contre-torpilleurs rentrent à Brest.

La 6ème DCT sort pour entrainement de division, un entrainement délocalisé aux Antilles pour permettre aux équipages de sortir de la routine de la mer d’Iroise et du Golfe de Gascogne.

Le 1er février 1944, le Milan, l’Epervier et le Vautour quittent Brest en compagnie du pétrolier Var qui ravitaille les trois «quatre tuyaux» durant leur traversée jusqu’à Fort de France où les quatre navires retrouvent l’aviso colonial Bougainville et le pétrolier Loing le 9 février 1944.

Après un entrainement de base du 11 au 15 février, les trois contre-torpilleurs et l’aviso colonial subissent un entrainement de défense aérienne à la mer du 16 au 23 février, faisant ensuite escale à Pointe à Pitre du 24 au 27 février.

Ils enchainent par un exercice de protection, les trois contre-torpilleurs devant protéger le Loing et le Var contre le Bougainville qui symbolisait un croiseur auxiliaire allemand et ce du 28 février au 4 mars.

La 6ème DCT et le Var quittent Fort de France le 5 mars pour Cayenne où ils arrivent le 9 mars pour un exercice commune avec l’aviso colonial Lapérouse et ce du 10 au 17 mars.

Après une nouvelle escale à Cayenne du 18 au 21 mars, les quatre navires venus de Brest traversent l’Atlantique direction Dakar où ils arrivent le 27 mars pour une école à feu à Rufisque du 29 mars au 7 avril. Ils quittent Dakar le 8 avril, font escale à Lisbonne du 12 au 15 avril avant de rentrer à Brest le 18 avril 1944.

La 6ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 19 avril au 15 mai 1944, sortant pour essais du 18 au 22 mai avant un stage de remise en condition du 25 mai au 15 juin, la division rentrant à Brest le 20 juin après une escale à Portsmouth du 16 au 19 juin 1944.

Elle sort pour un nouvel entrainement de division mais cette fois dans le Golfe de Gascogne. Le Vautour et ses deux compères enchainent successivement une école à feux du 27 juin au 2 juillet, un entrainement de défense aérienne à la mer du 4 au 11 juillet, une école à feux nocturne le 13 juillet puis après un mouillage dans le port de Douarnenez pour la fête nationale,  un entrainement au combat antisurface du 15 au 22 juillet 1944. Les trois navires rentrent à Brest le lendemain 23 juillet 1944.

Le Vautour est indisponible suite à une avarie mécanique du 25 juillet au 10 août, sortant pour essais du 11 au 13 août avant un stage de remise en condition mené en compagnie de ses deux compères de la 6ème DCT du 15 au 27 août 1944.

La 6ème DCT enchaine par un nouvel entrainement de division dans l’Atlantique. Le 2 septembre, la division va mouiller en baie de Douarnenez avec un  navire machines sous pression et deux en alerte à deux heures (chaudières feux bas).

Elle est alors informée le 5 septembre du passage d’un raider au large d’Ouessant. Le Vautour _contre-torpilleur d’alerte_ appareille aussitôt et piste le navire suspect en l’occurence le cargo Victor Schoelcher. Il le suit à la trace avant d’être rejoint par le Milan et l’Epervier, la 6ème DCT attaquant et coulant le «croiseur auxiliaire» avec force obus et torpilles.

Après un ravitaillement à Brest le 7 septembre 1944, les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feux du 8 au 14 septembre, faisant escale à Lorient du 15 au 18 septembre avant d’enchainer par un entrainement de défense aérienne du 19 au 27 septembre, faisant escale à Saint-Nazaire du 28 septembre au 2 octobre avant de rentrer le lendemain 3 octobre 1944.

Après un entrainement anti-sous-marin du 7 au 15 octobre, la 6ème DCT participe du 23 octobre au 4 novembre à un exercice de combat de nuit en compagnie du cuirassé Jean Bart et de ses deux torpilleurs d’escorte L’Ôpiniatre et L’Aventurier. Les six navires rentrent à Brest le 4 novembre 1944.

Après une période d’entretien à flot du 5 au 23 novembre, la 6ème DCT sort pour essais du 24 au 28 novembre avant un entrainement de base du 30 novembre au 17 décembre, rentrant à Brest le 18 décembre et restant à quai jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 5 janvier 1945, la 6ème DCT quitte Brest pour un nouvel entrainement de division. Elle est accompagnée par deux sous-marins de la 8ème DSM (Agosta et Bévéziers), le ravitailleur Jules Verne et le pétrolier La Seine.

Alors que les sous-marins et le ravitailleur vont mouiller dans l’estuaire de la Loire, les trois contre-torpilleurs vont assurer l’escorte du PRE qui simule un convoi entre Brest et Casablanca. Du 6 au 11 janvier, les deux sous-marins vont tenter d’intercepter le convoi, pourchassé par deux contre-torpilleurs, le troisième assurant l’escorte rapproché du pétrolier qui parvient à arriver avec ses contre-torpilleurs à Casablanca le 13 janvier 1945.

Du 14 au 23 janvier 1945, les trois contre-torpilleurs subissent un entrainement de défense aérienne à la mer au large de Casablanca avant d’enchainer par une école à feux du 24 au 31 janvier dans le Golfe de Gascogne.

Après une escale à Bordeaux du 1er au 7 février en compagnie du PRE La Seine, du Jules Verne et des sous-marins Agosta et Bévéziers, la 6ème DCT rentre à Brest avec les autres navires le 8 février 1945.

Après un mouillage en baie de Douarnenez du 15 au 23 février 1945, la 6ème DCT effectue une école à feux du 24 février au 2 mars avant une escale à Lorient du 3 au 6 mars. Reprenant la mer, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 7 au 18 mars avant une escale à Saint-Nazaire du 19 au 21 mars. Après un entrainement de défense anti-sous-marine avec les sous-marins Sfax et Casablanca du 22 mars au 4 avril, la 6ème DCT rentre à Brest le 5 avril 1945.

Après une école à feux du 8 au 13 avril 1945, la 6ème DCT va participer à un exercice bi-national franco-britannique en compagnie du porte-avions Painlevé, des cuirassés Alsace et Gascogne, de six  torpilleurs d’escadre (Durandal Dague Arquebuse Cimeterre Forbin Basque), de quatre sous-marins (Ajax et Pasteur bientôt rejoint par l’Antiope et la Sibylle venus de Dunkerque) et du PRE La Seine.

La force N fait escale à Liverpool du 25 au 28 avril puis à Greenock du 30 avril au 3 mai où il retrouve la force M composée du porte-avions Victorious, du cuirassé Anson, des croiseurs légers Dido et Southampton, de quatre destroyers et de quatre sous-marins.

L’exercice «Entente Cordiale 1945» commence le 5 mai 1945 au large des Shetlands avec d’abord un affrontement aéronaval entre le Painlevé et le Victorious, les Latécoère Laté 299 «torpillant» le Victorious mais les Fairey Albacore rendent vengent leur porte-avions en «coulant» le Painlevé (7 mai).

Les porte-avions couvrent ensuite du 8 au 10 mai les cuirassés français et anglais qui effectuent des écoles à feu, les destroyers et les torpilleurs repoussent une attaque menée par les croiseurs légers et les contre-torpilleurs.

Le 11 mai, des sous-marins britanniques et des sous-marins français tentent d’attaquer les deux escadres au mouillage à Scapa Flow, torpillant le Victorious et le Gascogne. Le 13 mai, les deux escadres sont attaquées par des avions du Coastal Command dans un exercice de défense aérienne à la mer jusqu’au 15 mai 1945.

Les deux escadres se séparent le 17 mai 1945 après une revue navale à Rosyth. Les navires français font ensuite escale à Dunkerque du 19 au 22 mai, Cherbourg du 24 au 26 mai avant de rentrer à Brest le 27 mai dans la soirée.

La 6ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 mai au 21 juin 1945, sortant pour essais du 22 au 27 juin avant un stage de remise en condition du 30 juin au 17 juillet, faisant escale à La Pallice du 18 au 21 juillet avant de rentrer à Brest le lendemain 22 juillet 1945.

Après un mouillage en baie de Douarnenez du 27 juillet au 5 août 1945, la 6ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division. Après une école à feux du 6 au 12 août, les trois «lévriers des mers» mouillent au pied de la citadelle de Quiberon du 13 au 15 août avant d’enchainer par un entrainement de défense aérienne à la mer du 16 au 25 août, faisant ensuite escale à Saint-Nazaire du 26 août au 2 septembre.

Reprenant la mer le 3 septembre au matin, la 6ème DCT effectue un entrainement au combat de nuit du 3 au 8 septembre avant une escale à La Pallice du 9 au 12 septembre.

La division décidément fort active enchaine un entrainement au combat antisurface du 13 au 21 septembre puis après un ravitaillement à Lorient le 22 septembre, un entrainement à la défense anti-sous-marine du 23 au 30 septembre 1945 avec les sous-marins Ajax et Pasteur, le premier sous-marin nommé devant être désarmé peu après. La division est de retour à Brest le lendemain 1er octobre.

Le Vautour est indisponible pour entretien à flot du 2 au 27 octobre, sortant pour essais du 28 au 31 octobre avant un stage de remise en condition en compagnie de ses deux compères de la 6ème DCT du 1er au 15 novembre, les trois navires faisant escale à Saint-Nazaire du 16 au 19 novembre avant de rentrer le lendemain 20 novembre 1945 à Brest.

La 6ème DCT termine l’année par un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne. Après un exercice de défense aérienne à la mer du 27 novembre au 3 décembre, les trois navires se ravitaillent à Lorient le 4 décembre.

Lors de l’appareillage, le Vautour est victime d’un blocage de barre. Ce blocage cesse presque aussi rapidement qu’il est apparu mais comble de malchance, il se produit à nouveau et le contre-torpilleur embouti la coque de l’ancien pétrolier Garonne qui servait de brise-lames à la pointe de l’Espérance. Heureusement les dégâts semble limités deux côtés.

La 6ème DCT effectue alors une école à feux jusqu’au 11 décembre, prenant notamment pour cible l’ancien cuirassé Voltaire échoué sur la presqu’île de Rhuys. Ils font ensuite escale à Saint-Nazaire jusqu’au 15 décembre 1945.

Les trois contre-torpilleurs enchainent ensuite par un entrainement au combat antisurface du 16 au 23 décembre, rentrant le lendemain 24 décembre à Brest.

Le Vautour subit du 26 décembre 1945 au 7 janvier 1946 des travaux pour réparer les dégâts de l’abordage avec l’ancien pétrolier Garonne qui sont se révéler in fine plus graves que prévus. On en profite pour renforcer la structure interne et pour procéder à des travaux d’entretien courant généralement réalisés lors de l’indisponibilité estivale.

La 6ème DCT sort au complet pour la première fois le 17 janvier pour un entrainement de base en mer d’Iroise jusqu’au 24 janvier quand les trois navires rentrent pour ravitaillement à Brest.

Ils reprennent la mer quelques heures plus tard pour un entrainement au combat de nuit jusqu’au 26 janvier quand ils vont mouiller au pied de la citadelle de Quiberon et ce jusqu’au 30 janvier quand ils reprennent la mer pour deux escales : Saint-Nazaire du 31 janvier au 2 février et Nantes du 3 au 7 février. Ils rentrent à Brest le 9 février 1946 au matin.

Alors que le Milan est indisponible pour avarie (11 février au 5 mars 1945), l’Epervier et le Vautour sortent pour une école à feu du 12 au 19 février avant de se ravitailler à Lorient le 20. Les deux contre-torpilleurs enchainent par un entrainement à la défense aérienne à la mer jusqu’au 2 mars, date de leur retour à Brest.

Le Vautour et l’Epervier participent aux essais du Milan du 6 au 9 mars puis à sa remise en condition du 11 au 31 mars 1946, les trois navires rentrant à Brest le 4 avril après une escale à Lorient du 1er au 3 avril.

Le 8 avril 1946 arrive à Brest une escadre britannique destinée à l’exercice «Entente Cordiale 1946», escadre composée du cuirassé Howe, du croiseur lourd Kent, des croiseurs légers antiaériens Dido et Bellona, de six destroyers et de trois sous-marins.

La Flotte de l’Atlantique engage elle le porte-avions Painlevé, le cuirassé Gascogne, le croiseur lourd Foch, la 6ème DCT (Vautour Milan Epervier), six torpilleurs (Intrépide Téméraire Durandal Dague Arquebuse et Cimeterre) d’escadre et quatre sous-marins (Rolland Morillot  Ile de France  Kerguelen  et La Guadeloupe).

L’exercice commence le 10 avril 1946 par un exercice de lutte ASM, les sous-marins français tentant de couler leurs homologues britanniques avant de faire alliance pour attaquer l’escadre franco-anglaise au mouillage dans la baie de Douarnenez.

Le 12 avril, le porte-avions Painlevé lance des raids contre l’escadre britannique en mer au large d’Ouessant dans un scénario voyant la force de l’amiral Kenton assiéger Brest délivrée par une escadre française.

Le lendemain 13 avril, les deux escadres réunies simulent une démonstration navale devant le Goulet, l’artillerie côtière ouvrant le feu contre les navires français et anglais couvert par le porte-avions Painlevé dont les avions simulent des raids contre les défenses côtières.

Les 14 et 15 avril, les deux escadres réunies participent à un exercice de défense aérienne à la mer où ils doivent repousser l’attaque d’avions basés à terre qu’il s’agisse de Bloch MB175 antinavires, ou de Lioré et Olivier Léo-456 de bombardement et de torpillage.

Le 17 avril, les deux forces navales appareillent pour Rufisque afin d’effectuer une école à feu commune. Les deux escadres sont rassemblées dans la rade de Brest avant d’appareiller sans les sous-marins qui restent à Brest.

Le cuirassé Gascogne ouvre la marche suivit par le croiseur lourd Foch et son homologue britannique le Kent, le porte-avions Painlevé, le cuirassé Howe suivis par les trois contre-torpilleurs, les six torpilleurs d’escadre, les croiseurs légers antiaériens et les six destroyers britanniques.

En mer, les deux forces se séparent pour former deux groupes occasionnels bi-nationaux. Le premier sous commandement français regroupe le cuirassé Gascogne, le porte-avions Painlevé, le croiseur lourd Kent, quatre torpilleurs d’escadre et deux destroyers alors que le second sous commandement anglais regroupe le cuirassé Howe, le croiseur lourd Foch, les croiseurs légers antiaériens Dido et Bellona, les trois contre-torpilleurs, quatre destroyers et deux torpilleurs d’escadre.

Ces deux forces vont manoeuvrer ensemble durant le transit jusqu’à Dakar où elles arrivent le 22 avril. Le groupe Gascogne est le premier à utiliser les installations du polygone de Rufisque du 23 avril au 14 mai avant de laisser la place au groupe Howe du 15 au 31 mai, le groupe Gascogne durant ce laps de temps manœuvrant entre Dakar et Port-Etienne.

Les deux forces navales appareillent le 2 juin, font route ensemble jusqu’aux atterrages immédiats de Brest où les navires anglais quittent leurs homologues français et rentrent dans leurs ports respectifs, les navires français retrouvant la Rade-Abri le 7 juin 1946.

La 6ème DCT est indisponible pour entretien courant et permissions de l’équipage du 8 juin au 7 juillet 1946, sortant pour essais du 8 au 11 juillet avant un stage de remise en condition du 12 au 29 juillet 1946.

Après un ravitaillement à Brest le 30 juillet, la 6ème DCT reprend la mer pour de nouveaux entrainements combiné avec une tournée estivale des ports de la côte Atlantique, de la Manche et de la mer du Nord.

Après une école à feux du 30 juillet au 4 août, les trois contre-torpilleurs font escale à Saint-Nazaire les 5 et 6 août, à La Rochelle les 7 et 8 août, à Bordeaux du 9 au 11 août, à Biarritz du 12 au 14 août, à Royan les 15 et 16 août, à Lorient les 17 et 18 août, à Saint Malo du 19 au 21 août, à Dieppe du 22 au 24 août, à Boulogne du 25 au 28 août, à Calais du 29 au 31 août, à Dunkerque les 1er et 2 septembre, Le Havre les 3 et 4 septembre avant de rentrer à Brest le 10 septembre après une école à feux.

Le 15 septembre 1946, la 6ème DCT, la 3ème DCT (Bugeaud du Chayla Dupetit-Thouars) et la 4ème DC quittent Brest  pour une importante phase d’exercice dans le Golfe de Gascogne.

Du 16 au 24 septembre, la 4ème DC affrontent les deux divisions de contre-torpilleurs dans une série de joutes nautiques avant que les trois divisions ne fassent escale à Lorient, «embouteillant» la rade du 25 au 30 septembre.

La 4ème DC reprend la mer le 1er octobre pour un exercice d’attaque de convois contre les contre-torpilleurs simulant un convoi rapide entre Lorient et Biarritz où les navires font escale (au mouillage faute de place) du 9 au 15 octobre avant que les croiseurs les contre-torpilleurs reprennent la mer en trinômes.

La Gloire forme ainsi un groupe avec le Bugeaud et le Vautour, le Georges Leygues est avec le Du Chayla et l’Epervier alors que le Dupetit-Thouars et le Milan sont accompagnés du Montcalm.

Les trois groupes vont s’affronter dans des combats antisurface du 16 au 27 octobre, étant ravitaillé par le pétrolier Var venu de Brest recomplétant ses soutes au nouveau port pétrolier du Verdon à l’entrée de l’estuaire de la Garonne.

Après une escale à Royan du 28 octobre au 3 novembre, les croiseurs et les contre-torpilleurs subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 4 au 10 novembre avant une escale à Lorient du 11 au 15 novembre suivit d’un entrainement au combat de nuit du 16 au 21 novembre avant un retour à Brest le 22 novembre 1946.

La 6ème DCT va alors cesser d’être au complet pour prêt d’un an, les trois contre-torpilleurs devant successivement entrer en grand carénage. Ce grand carénage ne comporte pas de modernisation des capacités militaires mais une grande remise en état pour permettre aux navires de tenir jusqu’en 1949, année prévue pour leur désarmement et leur remplacement par les contre-torpilleurs de la tranche 1947 (classe Guépratte).

Le Vautour est le premier à y passer. Il est échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Brest le 25 novembre pour près de trois mois de travaux.

La coque est entièrement, grattée, sablée et repeinte; les hélices sont changées, les chaudières retubées, les turbines sont retrofitées. Les locaux-vie subissent une remise en état complète, les locaux opérationnels subissent une modification visant à améliorer leur protection contre les éclats.

L’électronique qui à cette époque évolue très rapidement est modernisée. L’armement n’est pas modifiée, seuls les canons de 130mm très usés par trois années de service intensif sont retubés.

Remis à flot le 18 février 1947, il sort pour essais du 19 au 21 février avant remise en condition en compagnie de l’Epervier, _navire-amiral de la 6ème DCT en remplacement du Milan_ du 23 février au 15 mars 1947.

Après un mouillage en baie de Douarnenez du 20 au 25 mars, la 6ème DCT sort pour une école à feux en mer d’Iroise du 26 au 29 mars, vidant leurs soutes d’obus à 130mm avant de recompléter leurs stocks à Brest le 30 mars 1947.

Reprenant la mer le 2 avril, la 6ème DCT sort pour un entrainement de défense aérienne à la mer du 2 au 13 avril avant de gagner Lorient pour une escale jusqu’au 18 avril quand ils reprennent la mer pour un entrainement au combat antisurface du 19 au 27 avril avant une nouvelle escale à La Pallice du 28 avril au 2 mai, effectuant une nouvelle école à feux du 3 au 12 mai avant de rentrer à Brest le lendemain 13 mai.

Du 22 au 25 mai, le Vautour et l’Epervier participent aux essais du Milan puis du 27 mai au 17 juin à sa remise en condition, le Milan redevenant alors navire-amiral de la division amputée de l’Epervier entré à son tour en grand carénage.

La 6ème DCT réduite à deux navires sort pour entrainement à partir du 21 juin, effectuant une école à feux jusqu’au 28 juin, faisant escale à Saint-Nazaire du 29 juin au 4 juillet avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 5 au 17 juillet avant de rentrer à Brest le lendemain 18 juillet 1947.

La 6ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 19 juillet au 7 août 1947, sortant pour essais du 8 au 12 août avant remise en condition du 14 au 31 août 1947.

Le 4 septembre 1947, l’Epervier achève son grand carénage. Il sort pour essais du 5 au 8 septembre mais une avarie technique l’oblige à de nouvelles réparations jusqu’au 21 septembre. C’est ainsi que le Vautour et le Milan sortent seuls pour entrainement du 9 au 18 septembre avant de participer aux essais de leur compère du 22 au 25 septembre puis à sa remise en condition du 26 septembre au 21 octobre 1947.

Le 30 octobre 1947, la 6ème DCT appareille au grand complet pour un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne.

Le Vautour, le Milan et l’Epervier vont enchainer successivement une école à feu (30 octobre au 4 novembre), un entrainement au combat de nuit (8 au 12 novembre), un entrainement au combat antisurface (15 au 21 novembre), un entrainement de défense aérienne à la mer (25 au 30 novembre) et un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Bévéziers et Sidi-Ferruch (5 au 13 décembre).

Ils font également escale à Lorient du 5 au 7 novembre, à Saint-Nazaire les 13 et 14 novembre, à Bordeaux du 22 au 24 novembre et à Biaritz du 1er au 5 décembre. Ils sont de retour à Brest le 14 décembre 1947 et reste au port jusqu’à la fin de l’année.

Après une période d’entretien à flot commune du 1er au 21 janvier (consacrée notamment aux chaudières, à l’artillerie principale et à l’électronique), les trois navires de la 6ème DCT sortent pour essais du 22 au 25 janvier avant un stage de remise en condition en mer d’Iroise du 27 janvier au 14 février 1948.

Après un ravitaillement rapide à Brest le 15 février, les trois navires quittent le Finistère, font escale à Cherbourg du 16 au 19 février avant de gagner Dunkerque le 20 février 1948. La 6ème DCT y retrouve la 8ème DCT (Kersaint Cassard) et la 5ème DT ( Le Normand Le Parisien Le Provençal et Le Saintongeais) pour une importante série de manoeuvres au large de la Normandie.

Du 22 février au 1er mars, la 6ème DCT et la 8ème DCT s’allient pour affronter les torpilleurs légers de la 5ème DT, les neuf navires faisant ensuite escale à Boulogne du 2 au 5 mars 1948. Ils enchainent par un entrainement de défense aérienne à la mer du 6 au 14 mars, entrainement suivit d’une escale au Havre du 15 au 19 mars.

La 6ème DCT prend alors sous son aile la 5ème DT, les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers cherchant du 20 au 27 mars à intercepter la 8ème DCT qui simulait la tentative de  passage dans l’Atlantique de deux raiders qui sont coulés à la torpille et au canon de 100 et de 130mm.

Après une dernière escale commune à Cherbourg du 28 mars au 2 avril, les navires rentrent dans leurs ports respectifs, la 6ème DCT retrouvant le quai des flottilles le 3 avril 1948 au soir.

Alors que les tensions ne cessent d’augmenter en Europe faisant craindre un nouveau conflit armé, le Vautour continue un entrainement intensif seul ou avec ses compagnons de la 6ème DCT. Il effectue ainsi une école à feux en solitaire du 10 au 17 avril avant de mouiller en baie de Douarnenez.

Le 24 avril, il y est rejoint par le Milan et l’Epervier et la 6ème DCT sort au grand complet pour un  nouvel entrainement de division dans le Golfe de Gascogne. Après une école à feu du 25 avril au 2 mai, les trois navires enchainent par un exercice de défense aérienne à la mer du 4 au 11 mai avant une escale à Nantes du 12 au 20 mai.

Retrouvant le Golfe de Gascogne, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement au combat antisurface du 21 au 31 mai avant de faire escale à Royan du 1er au 4 juin puis d’effectuer un entrainement ASM avec des sous-marins de la 2ème DSM (Casabianca et Sfax, le Centaure et l’Espoir étant en entretien à Brest) du 5 au 12 juin, les trois contre-torpilleurs et les deux sous-marins rentrant à Brest le lendemain 13 juin 1948.

La 6ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 14 juin au 2 juillet, la division sortant pour essais du 3 au 6 juillet avant un stage de remise en condition du 8 au 24 juillet 1948.

Le Vautour, le Milan et l’Epervier enchaine par un entrainement de division du 1er au 23 août, étant placé à l’effectif de guerre dès le 24 août, sortant pour entrainement du 25 août au 1er septembre 1948, se tenant ensuite prêt à appareiller avec jusqu’au 5 septembre, un contre-torpilleur machines sous pression pour un éventuel appareil d’urgence.

9-Croiseurs légers (7)

D-Croiseur léger Émile Bertin

Le croiseur léger Emile Bertin

Le croiseur léger Emile Bertin

Un nouveau croiseur léger mouilleur de mines ?

Dès la fin des années vingt, l’état major de la marine se préoccupe de la nouvelle génération de croiseurs. Les trois Duguay Trouin sont très réussis mais leur artillerie de 155mm est jugée comme trop limitée et leur armement en torpilles est considéré comme excessif sans parler de l’absence de protection.

Parallèlement se pose aussi la question du mouillage de mines. Le Pluton était en construction mais il ne pouvait assurer tout seul les plans de mouillage de mines prévus. Les marins français s’interrogent alors : est-il bien utile de construire des mouilleurs de mines spécialisés ?

La Royale ne tarde pas à répondre nom et si le futur Émile Bertin est officiellement appelé «croiseur de 6000 tonnes mouilleur de mines», ce n’est en rien un Pluton bis mais un véritable croiseur ayant comme fonction secondaire le mouillage de mines.

L’acte de naissance de l’Emile Bertin peut être fixé le 18 décembre 1928 quand la décision ministérielle 1254 E.M.G/3 demande au STCN l’étude d’un nouveau croiseur léger. Le STCN aboutit ainsi en 1929 à un avant-projet qui donne un déplacement de 5980 tonnes Washington, un déplacement en charge normale de 6530 tonnes, une longueur de 177m, une puissance propulsive de 102000ch, une vitesse de 34 noeuds et un rayon d’action de 3000 miles nautiques à 18 noeuds.

C’est sous le nom administratif de Cl-1 qu’il est financé à la tranche 1930 votée le 12 janvier 1930 et qui prévoit également la construction d’un croiseur lourd (le futur Algérie), six contre-torpilleurs (future classe Le Fantasque), de deux avisos coloniaux type Bougainville, de six sous marins de 1ère lasse, d’un sous marin mouilleur de mines type Saphir et du mouilleur de filets Gladiateur.

Le 3 décembre 1930, le ministre de la Marine, Jacques-Louis Dumesnil baptisé Cl-1 du nom d’Émile Bertin. Le 26 août 1931, la construction est attribuée aux chantiers de Penhoët mais l’armement doit se faire au sein de l’Arsenal de Brest.

Carrière opérationnelle

L'Emile Bertin en construction

L’Emile Bertin en construction

-L’Emile Bertin est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers Navals de Saint Nazaire-Penhoët le 18 août 1931 et lancé le 9 mai 1933 en présence du ministre de la Marine Georges Leygues. Le croiseur est armé pour essais le 15 mai 1934 suivit de sa première sortie à la mer pour sa présentation en recette le 28 juin 1934.

Le croiseur quitte son port constructeur le 9 juillet 1934 pour Brest où il arrive le lendemain 10 juillet. Après une série d’essais réalisés du 17 juillet au 14 août (au cours desquels il atteint la vitesse de 40.2 noeuds !), il entre en démontages le lendemain 15 août.

Entré en armement définitif le 15 octobre 1934, il subit d’autres tests notamment pour recetter l’artillerie et les torpilles avant que la clôture de l’armement ne soit prononcée le 28 janvier 1935.

La Directive Ministérielle D.M.81 EMG/3 du 6 février 1935 affecte provisoirement l’Emile Bertin à la 2ème escadre basée à Brest en attendant que ne soient achevés les croiseurs légers La  Galissonnière et Jean de Vienne avec qui il doit former une division au sein de la 1ère escadre à Toulon.

Le 8 février 1935, le nouveau fleuron de la marine nationale appareille de Brest pour sa croisière d’endurance. Il fait successivement escale à Funchal (Ile de Madère) du 11 au 13 février, Port-Etienne (auj. Nouadibu en Mauritanie) pour la nuit du 15 au 16, Dakar du 17 au 20, Fort de France du 1er au 3 mars avant une tournée dans les Antilles françaises pour montrer le pavillon. Il quitte les Antilles le 19 mars pour Brest où il arrive le 1er avril 1935 après une escale à Ponta Delgada aux Açores du 26 au 28 mars 1935. Le matériel  s’est parfaitement comporté.

L’Emile Bertin est admis au service actif le 17 mai 1935 avec Brest pour port d’attache.

L’Émile Bertin devient le 1er septembre 1935,navire-amiral du Groupe des Contre-Torpilleurs de la 2ème escadre composé alors de la 4ème Division Légère (contre-torpilleurs Milan Epervier et Valmy) et de la 6ème Division Légère (contre-torpilleurs Bison Lion Vauban).

Il participe aux évacuations de ressortissants étrangers piégés par le déclenchement de la guerre d’Espagne.

Le 15 août 1936, le Groupe des Contre-Torpilleurs de la 2ème Escadre est rebaptisé «2ème Escadre Légère», composée alors de la 8ème DL (L’Indomptable, Le Triomphant et le Malin) et de la 10ème DL (Le Fantasque, L’Audacieux, Le Terrible).

De retour à Brest le 23 juillet, il entre en carénage pour deux mois. A l’issue de ce carénage, il doit être affecté à l’Escadre de la Méditerranée et en conséquence dès le 9 août, l’Emile Bertin cesse d’être bâtiment amiral de la 2ème EL, relevé par le contre-torpilleur Mogador qui avec ses 8 canons de 138mm en quatre pseudo-tourelles doubles ressemble à un petit croiseur.

De nouveau disponible le 15 septembre 1938, il appareille de Brest le 5 octobre, naviguant de conserve avec la Jeanne d’Arc jusqu’à l’escale de Casablanca où ils arrivent ensemble le 8 octobre pour trois jours de repos. Le 11, l’Emile Bertin appareille et met cap au nord, passant la nuit suivante mouillé en rade de Tanger puis se dirige vers Toulon où il arrive le 15 octobre 1938. Il est affecté à l’Escadre de la Méditerranée comme bâtiment hors rang.

L’Escadre de la Méditerranée est dissoute le 1er juillet 1939, remplacée par trois escadres distinctes formant la Flotte de la Méditerranée. L’Emile Bertin est affecté à la 4ème escadre basée à Bizerte.

Un temps, on envisagea de détacher l’Emile Bertin à Dakar pour la chasse aux raiders  allemands mais les problèmes techniques récurrents du croiseur et la fin de la guerre de Pologne le 15 décembre 1939 fit que le croiseur léger, véritable «Rolls-Royce» de la marine nationale resta en Méditerranée.

Suite à la grande réorganisation de septembre 1940, la 4ème escadre légère basée à Bizerte devient 6ème escadre légère avec l’Emile Bertin à sa tête comme navire-amiral. Le terme légère s’explique par l’absence de cuirassé affecté à demeure à cette entité qui dispose un an plus tard des navires suivants :

-2ème DC : croiseurs légers La Marseillaise Jean de Vienne et La Galissonnière

-1ère DCT : contre-torpilleurs Vauban Lion Épervier

-3ème DCT contre-torpilleurs Guépard Valmy Verdun 11ème DCT : contre-torpilleurs Milan Aigle et Bison

-12ème DT formée par les torpilleurs La Pomone la Bombarde et L’Iphigénie.
-Groupement de sous-marins : 17ème DSM : (Aréthuse, de l’Atalante, de la Vestale et de la Sultane), 20ème DSM : sous-marins mouilleurs de mines Turquoise, Rubis, Saphir et Nautilus; 9ème Division de Sous Marins (Caïman Morse Souffleur) et 10ème DSM (Phoque Dauphin Espadon) et la 11ème DSM (Marsouin Narval Requin).

-Pétrolier Dordogne et Mékong

-Mouilleur de mines Pollux

-Ravitailleur d’hydravions (ex-canonnière) L’Engageante

La mission de cette 6ème EL est clairement de couper les lignes de communication entre l’Italie et sa colonie de Libye par de brutales attaques de surface, des opérations de mouillage de mines et l’action décidée de sous-marins côtiers, adaptés à la Méditerranée.

De septembre 1940 à mars 1941, l’Emile Bertin subit un grand carénage destiné à améliorer ses performances mais surtout à fiabiliser un navire aux performances brillantes mais fragile. Il est échoué dans le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 14 septembre 1940 au 10 mars 1941.

La coque est grattée et repeinte, les hélices sont changées. La catapulte un temps menacée est finalement conservé. Un premier radar de veille surface est installé tandis que la DCA est modernisée : les 8 canons de 37mm modèle 1933 groupés en quatre affûts doubles et les 8 mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles sont remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles.

Remis à flot, il subit une période complémentaire de travaux à quai jusqu’au 25 mars 1941 quand il entame ses essais à la mer jusqu’au 6 avril. Il effectue ensuite sa remise en condition du 7 au 22 avril, date à laquelle il redevient officiellement navire-amiral de la 6ème Escadre Légère, remplaçant le Jean de Vienne qui l’avait suppléer durant son immobilisation.

Le croiseur léger participe ensuite à un exercice avec les contre-torpilleurs sous ses ordres du 2 au 12 mai, un exercice de protection et d’attaque de convois. Après une escale dans le port de La Valette du 13 au 20 mai 1941, l’Emile Bertin et deux divisions de contre-torpilleurs ( 1ère DCT : contre-torpilleurs Vauban Lion Epervier 3ème DCT contre-torpilleurs Guépard Valmy Verdun) participent à un exercice de défense aérienne à la mer du 21 mai au 2 juin 1941 avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Immobilisé pour une avarie de chaudière du 4 juin au 12 juillet, le croiseur léger mouilleur de mines  ressort pour essais du 13 au 17 juillet avant une remise en condition du 18 au 30 juillet avant une escale à Heraklion en Crète du 1er au 5 août avant un exercice avec la marine grecque du 6 au 13 août qui se termine par une escale au Pirée du 14 au 21 août avant de rentrer à Bizerte le 24 août.

Le 8 septembre, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte avec un chargement de mines d’exercices soit 60 mines. Profitant du mauvais temps, il échappe à ses «mouchards» en l’occurence trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT chargés d’intercepter un mouilleur de mines ennemi et va déposer son chargement dans le Golfe de Gabès le 10 septembre 1941.

L’Emile Bertin file plein nord mais est «intercepté» par la 1ère DCT (Vauban Lion Epervier) qui coule le navire à  la torpille et au canon le 11 septembre. Le champ de mines n’est pas repéré jusqu’à ce qu’un cargo ne saute sur une mine.

Une observation aérienne repère le champ de mines qui est dragué par des aviso-dragueurs et des dragueurs auxiliaires (des chalutiers réquisitionnés) du 13 au 17 septembre. Une mine dérivante est coulée à la mitrailleuse par un hydravion de grande patrouille.

L’Emile Bertin rentré à Bizerte le 15 septembre ressort pour un exercice de combat de nuit du 23 au 27 septembre avant une escale à Sfax du 28 au 30 septembre puis Heraklion du 2 au 5 octobre avant de rentrer à Bizerte le 8 octobre 1941.

La 6ème Escadre Légère ressort au complet du 15 au 30 octobre pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer.

La 6ème EL fait escale à La Valette du 1er au 7 novembre puis à Alexandrie du 10 au 15 novembre avant un exercice avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre quand les navires des deux marines se séparent.

L’Emile Bertin et ses contre-torpilleurs font escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre. Le croiseur mouilleur de mines manoeuvre avec le Primauguet, navire-amiral de la DNL du 3 au 12 décembre avant que la 6ème EL ne rentre à sa base le 16 décembre et d’y rester jusqu’à la fin de l’année 1941.

Après une période d’entretien à flot du 7 janvier au 15 février, l’Emile Bertin sort pour essais du 16 au 20 février 1942 avant une remise en condition du 21 février au 2 mars.

Le 4 mars 1942, la ville de Cherbourg devient ville-marraine du bâtiment, Emile Bertin étant décédé à La Glacerie, petite commune proche du grand port normand.

Le 5 mars, il sort pour un entrainement à la surveillance maritime pour habituer à la région le détachement aviation du croiseur qui vient de recevoir deux Dewoitine HD-731. Peu après l’appareillage, il s’échoue à l’entrée du canal relient le lac à la mer. Il se remet à flot tout seul et n’est heureusement n’est pas avarié.

Il repart le lendemain pour l’exercice prévu, exercice qui l’occupe du 6 au 20 mars avant de fréquents ravitaillement à Tunis ou dans le Golfe de Gabès. Il rentre à Bizerte le 22 mars 1942.

Le 7 avril 1942, l’Emile Bertin sort avec la 2ème DC amputé du Jean de Vienne alors en croisière en Amérique du Sud pour une série d’exercice : défense aérienne à la mer (7 au 18 avril), combat de nuit (21 au  27 avril), attaque et escorte de convois (30 avril au 7 mai) et surveillance maritime (12 au 22 mai), les trois croiseurs rentrant à Bizerte le 25 mai 1942.

Après une période d’indisponibilité accidentelle du 27 mai au 12 juin, l’Emile Bertin sort pour essais du 13 au 20 juin avant une remise en condition du 21 juin au 5 juillet. Il ressort pour un exercice en solitaire du 15 au 27 juillet suivit par une escale à Tunis du 28 au 31 juillet avant de rentrer à Bizerte le 2 août 1942.

Après une période d’indisponibilité pour les permissions de l’équipage du 2 au 21 août, l’Emile Bertin ressort pour entrainement du 22 août au 2 septembre en compagnie du croiseur La Galissonnière, les deux croiseurs faisant escale à La Valette du 3 au 10 septembre avant de rentrer à Bizerte le 12 septembre 1942

Le 24 septembre 1942, la 3ème Division de Torpilleurs arrive à Bizerte pour renforcer la 6ème Escadre Légère. Cette division est composée de quatre torpilleurs légers de type Le Fier (1100 tonnes) à savoir les  L’Alsacien Le Breton Le Corse et Le Tunisien. Cette arrivée entraine la dissolution de la 12ème DT, les trois torpilleurs devant être transformés en patrouilleurs.

La division sort avec son navire-amiral pour un entrainement au combat de nuit du 27 au 30 septembre avant une escale à Tunis du 1er au 5 octobre puis à La Valette du 6 au 11 octobre avant un retour à Bizerte le 13 octobre 1942 à l’aube.

Le 20 octobre, un incendie éclate dans le hangar à hydravion, détruisant un Dewoitine HD-731 démonté ce qui sauva le navire quand on connait le volatilité de l’essence à très haut indice d’octane.

L’incendie est rapidement circonscrit et les dégâts sont fort heureusement limités. Le croiseur est indisponible pour réparations du 22 octobre au 5 décembre 1942 avant de sortir pour essais du 6 au 13 décembre puis pour remise en condition du 14 au 24 décembre, passant la fin de l’année à quai à Bizerte.

La première sortie de l’année à lieu du 8 au 12 janvier pour un entrainement à la défense aérienne à la mer, l’armée de l’air cherchant à retrouver et à détruire le croiseur qui est officiellement coulé trois fois mais les aviateurs ont du reconnaître la perte d’une vingtaine d’appareils.

Après une escale à Sfax du 13 au 17 janvier 1943, le croiseur retrouve à la mer la 3ème DT le 18 janvier pour un exercice à double détente. Du 18 au 20 janvier, les torpilleurs pourchassent le croiseur qui simule tantôt un raider tantôt un mouilleur de mines avant qu’après un ravitaillement à Sfax, le croiseur n’attaque les torpilleurs qui simulent un convoi rapide (22 au 27 janvier). Les cinq navires rentrent à Bizerte le 29 janvier 1943.

Le 12 février 1943, l’Emile Bertin sort pour un entrainement au mouillage de mines dans le golfe de Gabès. Il mouille un chargement complet de mines d’entrainement soit 72 engins qui forment un champ de mines compact.

Le croiseur file alors vers le nord mais est intercepté par le sous-marin Aréthuse et touché par une torpille ce qui l’oblige à stopper avant qu’un deuxième projectile ne l’envoie par le fond.

Le champ de mines est repéré par hydravion avant d’être dragué par explosifs, les hydravions larguant des grenades anti-sous-marines qui détruise environ 40% des engins avant que le reste ne soit neutralisé par des moyens plus traditionnels.

Rentré à Bizerte le 15 février, le navire-amiral de la 6ème escadre légère ressort pour un entrainement au bombardement littoral. Quittant Bizerte le 20 février 1943, il fait escale à Mers-El-Kebir du 24 au 27 février, franchit le détroit de Gibraltar le 2 mars puis fait escale à Casablanca du 4 au 9 mars où Mohamed V, sultan du Maroc visite le navire.

Arrivé à Dakar le 13 mars 1943, l’Emile Bertin s’entraine au polygone de tir de Rufisque du 16 mars au 3 avril, tirant avec ses canons de 152mm, ses quatre canons de 90mm mais également sa DCA alors que sa compagnie de débarquement s’entraine à mener des opérations coup de poing digne des descentes du temps de la marine à voile.

Après une escale à Dakar du 4 au 7 avril, le croiseur léger appareille mais après quelques heures de mer, il est victime d’une avarie, un bris d’hélice comme constaté lors d’un passage au bassin à Dakar du 10 au 15 avril. L’hélice n’est pas remplacée, l’Emile Bertin devant subir un grand carénage à l’été 1943.
C’est donc sur trois pattes qu’il quitte Dakar le 17 avril. Après une escale à Casablanca du 20 au 22 avril, il franchit le détroit de Gibraltar le 24 avril, se ravitaille à Mers-el-Kebir le 26 avril avant de rentrer à Bizerte le 29 avril 1943.

Avec une hélice en moins, le croiseur léger ne sort que dans les atterrages immédiats de Bizerte soit du 1er au 7 mai, du 11 au 15 mai et du 20 au 25 mai.

Débarquant ses munitions le 30 mai, il est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 1er juin 1943 au 15 janvier 1944, transmetttant son pavillon de navire-amiral au croiseur léger La Galissonnière.

A l’origine ce grand carénage devait s’achever fin novembre mais la découverte de parties corrodées sous la ligne de flottaison et dans les réservoirs de mazout retarde sa remise à flot. Après une période de travaux à quai (16 au 30 janvier 1944), le croiseur léger subit des essais à la mer du 1er au 12 février avant remise en condition en compagnie des navires de la 6ème EL du 14 février au 2 mars. Ce dernier jour, il redevient navire-amiral de la 6ème Escadre Légère.

Il ressort le 9 mars 1944 pour un exercice de mouillage de mines dans le Golfe de Gabès qui reçoit 84 mines d’exercices déployés en petits bouchons plutôt que dans un champ de mines uni ce qui oblige le croiseur à des manoeuvres acrobatiques.

Cette méthode de mouillage se révèle plus efficace et plus délicate à neutraliser mais ne sera pas généralisée, l’Amirauté préférant confier aux navires de surface rapides le mouillage de vastes champs de mines et aux sous-marins la dépose de bouchons de mines pour perturber l’accès aux ports et autres bases navales. L’Emile Bertin est de retour à Bizerte le 15 mars 1944.

Du 20 au 27 mars 1944, l’Emile Bertin subit un exercice de défense aérienne à la mer entre Malte et la Tunisie avant de faire escale à La Valette du 28 mars au 2 avril 1944. Rentré à Bizerte le 4 avril 1944, il ressort le 6 avril pour accompagner le paquebot Ile de France qui transportait le président de la République par interim Léon Lauray dans une tournée au Levant.

Le croiseur retrouve le paquebot entre la Tunisie et la Crète le 7 avril et l’escorte jusqu’à Beyrouth où les deux navires arrivent à destination le 10 avril 1944. Après l’escale commune jusqu’au 13 avril, le croiseur manoeuvre avec la DNL jusqu’au 20 avril quand il retrouve le paquebot qu’il escorte jusqu’à Toulon où les deux navires arrivent le 27 avril 1944. Le navire-amiral de la 6ème Escadre Légère repart le 29 avril et rentre à Bizerte le 3 mai 1944.

Du 12 mai au 5 juin 1944, l’Emile Bertin va participer à des manoeuvres interarmées baptisées Harmattan, impliquant la 6ème Escadre Légère, les Forces Armées de Tunisie (FAT) (armée de terre) et des unités de l’armée de l’air stationnés dans le protectorat.

Durant ces vingt-quatre jours d’exercices intensifs simulant une attaque de la ligne Mareth puis un raid sur les côtes tunisiens, l’Emile Bertin va aussi bien participer à des exercices de bombardement littoral en appui de troupes au sol, des exercices de combat de nuit, d’escorte et d’attaque de convois, de défense aérienne à la mer et même de mouillage de mines. Il rentre à Bizerte le 10 juin après une escale à La Valette en compagnie notamment des croiseurs légers Jean de Vienne et La Marseillaise.

Après une période d’indisponibilité du 11 juin au 9 juillet, l’Emile Bertin ressort pour essais du 10 du 15 juillet avant entrainement du 17 au 30 juillet.

Rentré à Bizerte le 1er août, il ressort pour un transport de troupes entre la Tunisie et la métropole en l’occurence un régiment de tirailleurs tunisiens qu’il embarque à Bizerte le 7 août et qu’il débarque à Toulon le 10 août pour des manoeuvres à Canjuers jusqu’au 25 août.

Durant ce laps de temps, l’Emile Bertin s’entraine dans le Golfe du Lion avec notamment la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) pour un exercice de combat de nuit du 10 au 14 août 1944 puis un exercice  de défense de convois à l’aide de navires affrétés par la marine (deux cargos et un pétrolier) du 16 au 23 août. Il gagne alors Toulon où il rembarque les tirailleurs tunisiens qu’il ramène en Tunisie le 29 août 1944.

Le navire-amiral de la 6ème escadre légère ressort le 12 septembre 1944 avec la 7ème DCT (Vauquelin Tartu Chevalier Paul) et la 11ème DCT (Mogador Volta, Hoche) pour un exercice de combat.

Du 13 au 18 septembre, le croiseur léger et les six contre-torpilleurs s’entrainent au combat de nuit avant une escale à Sfax du 19 au 22 septembre puis un exercice de combat antisurface du 23 au 30 septembre, les contre-torpilleurs cherchant à intercepter l’Emile Bertin qui joue admirablement bien le raider ou le mouilleur de mines rapide, échappant aux interceptions des contre-torpilleurs sauf à deux reprises.

Après une escale à Tunis du 1er au 6 octobre et à La Valette du 7 au 11 octobre, les six navires s’entrainent à la défense aérienne à la mer du 12 au 17 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 octobre 1944.

Indisponible pour entretien à flot du 19 octobre au 15 novembre, le navire-amiral de la 6ème Escadre Légère ressort pour essais du 16 au 19 novembre avant un entrainement en solitaire du 22 novembre au 4 décembre avant de rentrer au port le lendemain 5 décembre 1944. Il sort encore deux fois pour un entrainement en solitaire : du 7 au 12 décembre et du 16 au 24 décembre avant de passer les fêtes de fin d’année à son port d’attache.

L’Emile Bertin sort pour entrainement en solitaire du 7 au 15 janvier 1945 avant un entrainement de groupe avec les 7ème et 11ème DCT qui sont au complet. Cet entrainement qui occupe ces sept navires du 21 janvier au 5 février est consacré aussi bien à la défense aérienne à la mer, au combat antisurface qu’à l’attaque et à l’escorte de convois. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

L’Emile Bertin ressort du 15 mars au 12 avril pour une mission de surveillance dans le sud tunisien en liaison avec l’armée de l’air, le croiseur se chargeant des atterrages immédiats de la côte et l’armée de l’air au dessus du désert. Le navire-amiral de la 6ème escadre légère rentre à Bizerte le 14 avril 1945.

Le 22 avril 1945, l’Emile Bertin sort pour un entrainement de défense aérienne à la mer jusqu’au 30 avril avant de mouiller dans le golfe de Gabès jusqu’au 4 mai avant de rentrer à Bizerte le 6 mai. Il entre en phase de simulation de conflit dans lequel il doit mouiller d’imposants champs de mines pour empêcher la marine italienne d’effectuer une démonstration en Tunisie.

Il charge 72 mines d’exercice et appareille à grande vitesse le 9 mai, échappant aux tirs (simulés) des batteries côtières puis à la 7ème DCT (Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) en embuscade pour mouiller de nuit un champ de mines à 10 km de la frontière pour éviter tout incident dans la nuit du 12 au 13 mai. Le champ de mines est «dragué» par des dragueurs de mines qui sont attaqués par le croiseur léger qui rentre à Bizerte le 16 mai 1945.

Après des travaux de peinture et d’électronique à flot du 18 au 30 mai, il sort pour essais du 1er au 4 juin avant un entrainement en solitaire du 7 au 15 juin.

Le lendemain, 16 juin, le croiseur léger appareille de Bizerte, fait escale à Mers-El-Kebir du 20 au 25 juin, franchit le détroit de Gibraltar le 28 juin puis fait escale à Casablanca du 29 juin au 2 juillet avant de gagner Dakar où il arrive le 6 juillet 1945.

Il s’entraine au polygone de Rufisque du 9 au 21 juillet, tirant avec ses canons de 152 et de 90mm, connaissant un certain nombre de problèmes dans le chargement des pièces et l’échauffement des tubes.

Un canon (le III,  le canon bâbord de la tourelle n°1) explose même en ne faisant heureusement que quelques blessés. Le croiseur perd ce canon et l’ouverture est obturé mais ne sera remplacé qu’en 1946 lors du prochain grand carénage.

Après un exercice de défense aérienne à la mer au profit du ComAir AOF du 25 au 30 juillet et un exercice de défense littorale du 2 au 9 août, le croiseur léger quitte le Sénégal le 12 août, fait escale à Port-Etienne du 13 au 16 août, à Casablanca du 18 au 22 août, à Alger du 25 au 30 août avant de rentrer à  Bizerte le 3 septembre.

Après une période d’indisponibilité (permissions de l’équipage, entretien courant) du 4 au 29 septembre 1945, l’Emile Bertin sort pour essais du 30 septembre au 3 octobre avant un entrainement individuel dans le sud Tunisien du 7 au 16 octobre avant de rentrer à Bizerte le 18 octobre 1945.

Il sort pour une mission de surveillance du détroit de Sicile du 20 au 30 octobre puis un entrainement avec le contre-torpilleur Mogador qui sortait d’un grand carénage du 1er au 9 novembre avant de rentrer à Bizerte le 10 novembre. Le 11 novembre, la compagnie de débarquement du croiseur défile à Bizerte pour commémorer l’armistice.

L’Emile Bertin sort pour un exercice de combat du 15 au 27 novembre en compagnie de la 11ème DCT avant une escale commune à Sfax du 28 novembre au 2 décembre 1945 puis de rentrer à Bizerte le 4 décembre 1945. Le croiseur léger mouilleur de mines sort pour un entrainement en solitaire du 10 au 22 décembre 1945 avant de passer les fêtes de fin d’année au port.

L’Emile Bertin sort pour un exercice avec ses contre-torpilleurs du 7 au 21 janvier 1946 avant une escale  à Sfax du 22 au 25 janvier puis à La Valette du 27 au 30 janvier avant de rentrer à  Bizerte le  3 février 1946.

Il débarque ses munitions et vidange ses soutes du 4 au 8 février. Le 9 février 1946, le contre-amiral Prisset, commandant en chef de la 6ème escadre légère quitte l’Emile Bertin et met sa marque sur le contre-torpilleur Mogador qui reste endivisionné en dépit de sa nouvelle fonction.

L’Emile Bertin est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 12 février 1946 pour d’importants travaux qui vont le voir immobiliser au sec pendant six mois jusqu’au 4 août 1946.

Il subit une remise en état complète de l’appareil propulsif avec le changement des chaudières et de plusieurs turbines. La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont remplacées. Les superstructures sont peu modifiées même si le mat radar doit être renforcé. La catapulte est changée même si on s’interrogea sur son débarquement.

Remis à flot le 4 août, il est remorqué au quai d’armement de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour des travaux complémentaires jusqu’au 25 août 1946. Il est en essais à la mer du 26 août au 4 septembre avant remise en condition du 9 au 21 septembre en compagnie notamment des torpilleurs légers de la 3ème DT et de la 2ème DC (La Galissonnière et Jean de Vienne, La Marseillaise étant en grand carénage).

Le 22 septembre 1946, l’Emile Bertin redevient navire-amiral de la 6ème Escadre légère en remplacement du Mogador.

Il sort pour un entrainement majeur en Méditerranée en compagnie de la 3ème DT et de la 11ème DCT soit dix navires de combat plus le transport Golo chargé de matériel et de munitions ainsi que le pétrolier Mékong.

Le pétrolier Mékong

Le pétrolier Mékong

Quittant Bizerte le 24 septembre, les navires de combat vont s’entrainer dans un triangle Malte-Tunisie-Libye jusqu’au 2 octobre pour entrainement au combat antisurface de jour comme de nuit, se ravitaillant en mer auprès du pétrolier Mékong.

Ils font escale à La Valette du 3 au 6 octobre pour se ravitailler en munitions et en vivres auprès du Golo qui les soutes vides regagna Bizerte pour un nouveau chargement. Le croiseur léger, les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs reprennent la mer le lendemain pour un exercice de défense aérienne à la mer du 7 au 12 octobre au large de la Tunisie.

L’Emile Bertin fait ensuite escale à Patras du 13 au 16 octobre pendant que les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs sont à Zanthe. Le 17 octobre, l’escadre française se réunit à la mer pour se ravitailler en carburant auprès du Mékong avant de gagner Le Pirée où ils font escale du 21 au 25 octobre avant un exercice avec la marine grecque jusqu’au 30 octobre quand les navires français sont à Thessalonique jusqu’au 5 novembre.

La compagnie de débarquement de l’Emile Bertin et des détachements des différents navires rendent hommage à l’Armée d’Orient en déposant une gerbe devant le monument aux morts.

Il reprend la mer pour une escale à Istanbul du 6 au 10 novembre puis à Iskenderun du 13 au 17 novembre et à Beyrouth du 20 au 24 novembre.

Après un exercice avec la DNL, la petite escadre fait escale à Haïfa en Palestine mandataire du 30 novembre au 3 décembre avant de rentrer à Bizerte le 7 décembre 1946. Il est indisponible pour entretien jusqu’à la fin de l’année.

Il sort pour la première fois du 7 au 12 janvier pour un exercice de combat de nuit en compagnie de la 3ème DT avant une escale à Tunis du 13 au 18 janvier suivit d’un exercice de défense aérienne à la mer du 19 au 25 janvier avant de rentrer à Bizerte le 27 janvier 1947.

Victime d’une avarie mécanique, l’Emile Bertin est indisponible du 28 janvier au 12 février avant de sortir pour essais du 13 au 18 février avant un stage de remise en condition du 20 février au 5 mars pour notamment amariner les  nouveaux appelés.

Le 18 mars 1947, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte et retrouve le lendemain à la mer le croiseur lourd Algérie pour une croisière en Méditerranée orientale.

Les deux navires font escale ensemble à Corfou du 23 au 28 mars avant de se séparer, l’Emile Bertin faisant escale à Patras du 30 mars au 2 avril alors que l’Algérie mouillait au large de l’île de Zanthe.

Les deux navires se retrouvent à La Canée en Crète pour une nouvelle escale commune du 5 au 9 avril avant de remonter vers le nord pour une escale commune au Pirée du 12 au 17 avril 1947.

C’est ensuite Thessalonique qui est l’objet de la visite des deux croiseurs français pour une escale du 20 au 24 avril avant une nouvelle séparation, l’Emile Bertin faisant escale à Mytilène sur l’île de Lesbos du 26 au 28 avril alors que l’Algérie gagne directement Rhodes où il arrive le 27 avril, y retrouvant l’Emile Bertin le 30 avril 1947.

Les deux croiseurs font ensuite escale à Antalya du 1er au 3 mai et à Iskenderun du 6 au 9 mai (théâtre au mois de février d’émeutes anti-françaises ce qui explique que les marins français ne purent descendre à terre) avant de se séparer une nouvelle fois, l’Algérie gagnant directement Beyrouth où le croiseur lourd arrive le 11 mai 1947 alors que l’Emile Bertin lui fait escale à Lattaquié du 10 au 13 mai, retrouvant son compère de traversée le lendemain 14 mai 1947.

Après un exercice avec la Division Navale du Levant (16 au 21 mai), le croiseur lourd et le croiseur léger font escale à Haïfa du 22 au 27 mai, à Alexandrie du 30 mai au 3 juin puis à La Valette du 8 au 12 juin 1947. Les deux navires se séparent alors : l’Emile Bertin rentre à Bizerte le lendemain 13 juin alors que l’Algérie file directement sur Toulon où il arrive le 16 juin.

Après une période d’indisponibilité (entretien et permissions de l’équipage) du 17 juin au 13 juillet 1947, le croiseur léger reprend la mer pour essais du 15 au 22 juillet avant un entrainement en solitaire du 24 juillet au 8 août, rentrant à Bizerte le 15 août après une escale à La Valette du 9 au 13 août 1947.

Il sort pour un mouillage de mines le 24 août après avoir chargé 72 mines de guerre pour un véritable mouillage de mines à la frontière entre la Tunisie et la Libye. Contrairement aux exercices mené par le passé, le croiseur léger n’est pas intercepté ni menacé. Les mines sont mouillés le 28 août 1947 de nuit avec succès avant de rentrer à Bizerte à grande vitesse le 30 août 1947.

Il sort entre le 2 et le 10 septembre pour un entrainement de défense aérienne à la mer puis un entrainement au combat de surface avec la 3ème DT. Cet exercice qui à lieu du 15 au 23 septembre est suivit d’une escale à La Valette du 24 au 27 septembre et à Sfax du 30 septembre au 2 octobre avant de rentrer à Bizerte le 4 octobre.

L’Emile Bertin sort pour un entrainement en compagnie de la 11ème DCT du 7 au 24 octobre 1947, restant en mer et étant ravitaillé par le Mékong. Le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 2 novembre après une escale à La Valette du 26 au 30 octobre.

L’Emile Bertin sort pour entrainement avec la 7ème DCT du 4 au 24 novembre suivant le même modèle que l’entrainement avec la 11ème DCT. Après une escale à Sfax du 25 au 29 novembre, il rentre à Bizerte le 1er décembre 1947.

Du 8 au 20 décembre, le croiseur léger Emile Bertin sort avec les deux divisions de contre-torpilleurs pour un entrainement combiné avec un entrainement au combat de nuit, un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois, à la défense aérienne à la mer et au bombardement littoral. Ils rentrent à Bizerte le 22 décembre et restent au port jusqu’à la fin de l’année.
Le 4 janvier 1948, le croiseur léger quitte Bizerte pour une tournée en Méditerranée occidentale afin de montrer l’un des fleurons de la marine nationale. Il fait escale à Alger du 7 au 12 janvier, à Oran du 13 au 18 janvier, à Tanger du 20 au 24 janvier, à Gibraltar du 25 au 27 janvier, à Barcelone du 30 janvier au 3 février, à Marseille du 6 au 12 février.

Après une période d’entretien à flot à Toulon du 13 février au 2 mars 1948, le navire-amiral de la 6ème escadre légère fait escale à Nice du 4 au 8 mars, à Bastia du 9 au 13 mars, à Ajaccio du 15 au 21 mars, à Bonifaccio du 23 au 27 mars avant de rentrer à Bizerte le 30 mars dans la soirée.

Le 5 avril 1948, l’Emile Bertin appareille avec les 7ème et 11ème DCT pour un exercice de combat à double détente. Dans un premier temps (6 au 11 avril), le croiseur doit échapper à la meute des contre-torpilleurs lancé à sa poursuite et après un ravitaillement à la mer auprès du Mékong le 12 avril, le croiseur doit intercepter la 7ème DCT en compagnie de la 11ème DCT avant que les rôles ne s’inversent (13 au 24 avril). La petite escadre rentre à Bizerte le 26 avril 1948.

L’Emile Bertin sort pour une nouvelle opération de mouillage de mines à la frontière tunisio-libyenne le 5 mai, larguant son chargement du 8 au 15 mai avant une mission de présence au large de la Libye du 16 au 27 mai 1948, rentrant à Bizerte le 1er juin 1948.

Il ressort du 7 au 15 juin pour un entrainement à la défense aérienne à la mer suivit d’un entrainement avec deux navires de la 7ème DCT, le Vauquelin et le Chevalier Paul  du 18 au 24 juin 1948 avant une escale à Sfax du 24 au 27 juin puis à Tunis du 29 juin au 2 juillet avant de rentrer le lendemain au port.

Après une période d’indisponibilité du 4 juillet au 2 août, l’Emile Bertin sort pour essais et remise en condition du  4 au 17 août en compagnie du Tartu qui lui aussi sortait d’une période d’entretien. Les deux navires mouillent dans le golfe de Gabès du 18 au 25 août avant de rentrer à Bizerte le 27 août 1948.

Il est alors armé à effectifs de guerre et reste en permanence en alerte notamment en cas de coup de force italien en direction de la Tunisie.

CL Emile Bertin profil

Caractéristiques Techniques du croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin

Déplacement : déplacement Washington 5984 tonnes déplacement en charge normale 6530 tonnes déplacement en surcharge 8480 tonnes.

Dimensions : Longueur (hors tout) 177m (entre perpendiculaires) 167m Largeur : 15.84m Tirant d’eau (déplacement Washington) 5.33m (surcharge) 6.00m Tirant d’air en charge normale 32.50m

Propulsion : Quatre ensembles de turbines à vapeur Parson alimentées par six chaudières Penhoët (27 kg/cm² et 330°) à surchauffe du type à petits tubes d’eau et flamme directe, dévellopant une puissance totale normale de 102000ch et entrainant quatre hélices tripales

Performances : Vitesse maximale : 33 noeuds Distance franchissable : 6000 miles nautiques à 15 noeuds, 2800 miles nautiques à 20 noeuds, 1100 miles nautiques à 33 noeuds

Protection : parois latérales du blockhaus et de la soute à munitions 30mm. Étroit compartimentage avec quatorze tranches (A à N) et donc treize cloisons transversales sans ouverture du fond au pont principal.

Armement : 9 canons de 152mm (6 pouces) modèle 1930 en trois tourelles triples modèle 1930 (deux avant et une arrière). 4 canons de 90mm (3.5 pouces) Schneider modèle 1926 en un affût double axial modèle 1930 et deux affûts simples latéraux modèle 1926.

4 canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples (deux à tribord et deux à babord au niveau du bloc passerelle) puis en 1939, 8 canons de 37 mm modèle 1933 en quatre affûts CAD et 8 mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1929 en quatre affûts doubles. Cette DCA périmée est remplacée par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles

 6 tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples modèle 1928T tirant des torpilles modèle 23D qui porte à 9000m à 39 noeuds et 13000m à 35 noeuds. 21 grenades ASM Guilbaud de 52kg (CM : 35kg de tolite) larguées par gravité à l’aide de deux glissières.

 84 mines mises en oeuvres par deux voies démontables Decauville de 50m. Les mines emportées sont de type Bréguet B4 pesant 530kg (CM = 80kg de tolite) pouvant être mouillé dans des eaux d’une profondeur n’excedant pas 90m.

 Aviation : Catapulte Penhoët orientable à air comprimé de 20m de long installée en position axiale entre les deux cheminées pouvant lancer un des deux hydravions Gourdou-Lesseure GL832 récupérés à la mer par deux mats de charge électrique. Le croiseur dispose d’un atelier mécanique et d’une réserve en carburant de 2400 litres. Le GL-832 à ensuite été remplacé par le Deswoitine HD-731

 Equipage : l’Emile Bertin est commandé par un capitaine de vaisseau avec un état major de 22 autres officiers et L’équipage se compose de 9 premiers maitres, 24 maîtres, 60 seconds maîtres et 427 quartiers maîtres et matelots. Gréé en navire-amiral, l’Emile Bertin peut embarquer un officier général, un état major de cinq officiers et 17 à 18 non-officiers. Quatre passagers civils peuvent être embarqués.