8-Croiseurs lourds (10)

Le Charlemagne

Charlemagne, roi des francs et empereur d'Occident

Charlemagne, roi des francs et empereur d’Occident

Le Charlemagne est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) sis à Dunkerque sur la cale n°4 (longue de 220m de long) inaugurée juste un mois avant la mise sur cale du croiseur lourd soit en septembre 1943 puisque les premiers éléments de coque sont mis en place le 27 octobre 1943

Il est lancé le 15 décembre 1944 dans un état d’avancement assez prononcé comme de coutume pour les chantiers dunkerquois. Le lancement est cependant assez périlleux, le navire pressé de rejoindre son élement commençant à glisser de la cale avant même la fin du discours du ministre de la Marine  qui prendra cela avec humour.

Le Charlemagne est armé pour essais le 25 mai 1945 à Dunkerque même mais après une première sortie contractuelle du 27 au 30 mai destinée à vérifier le respect du contrat signé entre la marine et les ACF, il quitte Dunkerque pour Cherbourg, son port d’armement officiel où il arrive le 2 juin 1945.

Après un passage au bassin dans la forme du Hornet du 5 au 15 juin, il entame ses essais officiels par un premier cycle du 17 au 24 juin suivit d’un second du 27 juin au 5 juillet et enfin d’un troisième du 12 au 17 juillet. Il repasse au bassin dans la forme du Hornet du 18 juillet au 12 août pour régler un problème de vibration constaté à grande vitesse en eaux peu profondes.

Il reprend ses essais par un quatrième cycle du 20 août au 5 septembre et du 12 septembre au 2 octobre avant un troisième passage au bassin du 8 au 28 octobre pour d’ultimes modifications ce qui fera dire à l’ingénieur général Dousserant _responsable du programme Saint Louis_ que «Le Charlemagne est probablement le croiseur de la Flotte le mieux préparé au combat au moins sur le plan technique».

Après ce dernier passage au bassin, le croiseur lourd quitte Cherbourg le 1er novembre 1945 pour Brest où il arrive le 3 novembre, l’extinction d’une chaudière l’obligeant à naviguer à vitesse réduite (17 noeuds) jusqu’au grand port du Ponnant où il subit une période d’entretien jusqu’au 10 novembre 1945.

Le 12 novembre 1945, la ville de Saint Denis célèbre pour avoir accueilli la nécropole des rois de France devient la ville marraine du croiseur lourd.

Après avoir chargé des munitions et du matériel, le croiseur lourd quitte Brest le 13 novembre pour sa traversée de longue durée doublée d’un entrainement au tir à Rufisque. Il traverse l’Atlantique en direction des Antilles, faisant escale à Fort de France du 19 au 23 novembre puis à Pointe à Pitre du 25 au 30 novembre.

Le Charlemagne reprend la mer le 1er décembre 1945 direction Kingston en Jamaïque où il fait escale du 4 au 8 décembre, se ravitaille à Guantanamo le 10 décembre avant de mouiller au large de Port au Prince du 11 au 14 décembre.

Il reprend la mer le 15 décembre 1945 direction Dakar où il arrive le 22 décembre. Il passe au bassin jusqu’au 25 décembre puis subit des essais rapides le 27 décembre. Il entame son stage d’entrainement au tir dès le 30 décembre 1945 pour roder ses canonniers qui n’ont jusque là tiré qu’à de rares reprises (sûrement trop rares à leur goût), stage qui s’achève le 13 janvier 1946.

Il quitte Dakar le lendemain 14 janvier, fait une rapide escale de ravitaillement à Casablanca le 17 janvier avant de continuer sa route en direction de son port d’attache qu’il atteint le 22 janvier, escorté par son sister-ship Henri IV.

Le croiseur lourd Charlemagne est admis au service actif le 24 janvier 1946 au sein de la 5ème division de croiseurs, 2ème escadre avec pour port d’attache Toulon.

Avec ces trois croiseurs lourds, 14000 tonnes, 33 noeuds et neuf canons de 203mm, la 5ème DC mérite plus que toute autre son surnom de «Division de Fer».

Après une période d’entretien à flot jusqu’au 15 février, le Charlemagne ressort pour s’entrainer intensivement avec ou sans ses deux congénères, les entretiens et autres missions rendant fort hypothétique la réunion des trois croiseurs de la division. Il est ainsi à la mer du 17 au 20 février, du 22 au 25 février et du 28 février au 4 mars, faisant escale du 5 au 8 mars à La Ciotat.

Le 20 mars 1946, le Charlemagne et l’Algérie appareillent pour une mission de présence en Afrique du Nord et au Proche Orient pour montrer aux citoyens de l’Empire la puissance toujours plus grande de la Royale.

Les deux croiseurs franchissent le détroit de Gibraltar le 26 mars avant de faire escale à Tanger du 27 au 31 mars puis à Casablanca du 3 au 7 avril et à Agadir du 8 au 12 avril, profitant ensuite de sa situation pour surveiller le renforcement des positions de l’armée espagnole aux Canaries.

Les deux croiseurs repassent le détroit de Gibraltar le 16 avril pour gagner l’Algérie, faisant escale successivement à Oran du 18 au 21 avril, à Alger du 22 au 27 avril, à Skikda du 29 avril au 2 mai avant de s’intéresser à la Tunisie pour escales à Bizerte le 4 mai (ravitaillement), à Tunis du 5 au 8 mai, à Sfax du 9 au 11 mai et à Gabès du 12 au 15 mai 1946.

L’Algérie et le Charlemagne traverse le bassin oriental de la Méditerranée à une vitesse élevée (27 nœuds de moyenne) direction Lattaquié où ils font escale du 20 au 25 mai avant une escale à Beyrouth du 27 mai au 2 juin. Les deux croiseurs rentrent ensuite directement à Toulon le 9 juin 1946  après une escale de ravitaillement à Bizerte.

Après une période d’indisponibilité du 10 juin au 15 juillet 1946, le Charlemagne reprend la mer pour essais du 16 au 21 juillet avant un entrainement du 25 juillet au 22 août, exercices variés entrecoupés d’escales à La Ciotat (30 juillet au 2 août) et à Nice (10 au 13 août) et suivis par un mouillage en rade de Villefranche du 23 août au 1er septembre, le croiseur lourd rentrant à Toulon le 3 septembre 1946.

Après une période d’indisponibilité accidentelle jusqu’au 15 septembre (problème de chaudières), le croiseur lourd ressort pour essais du 16 au 20 septembre avant une longue série d’exercices qu’il s’agisse d’un exercice de défense aérienne à la mer (21 au 30 septembre), un exercice d’attaque et de défense de convois (2 au 9 octobre), une escale à Marseille du 10 au 15 octobre, un exercice d’attaque de nuit du 20 au 27 octobre (avec des mouillages diurnes aux salins d’Hyères) et un exercice de bombardement littoral contre les défenses de Toulon du 30 octobre au 6 novembre.

Rentré à son port d’attache le 7 novembre, il sort pour entrainement aviation du 12 au 18 novembre et un entrainement de défense aérienne à la mer du 20 au 24 novembre. Le 25 novembre, il appareille pour une mission de surveillance au large de la Libye italienne bien qu’officiellement, le croiseur se rendre en Égypte.

Il fait une rapide escale de ravitaillement à Bizerte le 29 novembre puis entame sa mission qui le voit naviguer dans le Golfe de Syrte, s’éloignant dès qu’un navire ou un aéronef italien s’approchait du navire.

Réponse du berger à la bergère : Marine Tunisie et Marine Corse signaleront à l’Amirauté l’accroissement de l’activité navale italienne au large des côtes sous leur responsabilité notamment en ce qui concerne les sous-marins.

Le croiseur lourd achève sa mission «spéciale» le 20 décembre puis fait escale à Alexandrie du 23 décembre au 2 janvier, permettant ainsi à l’équipage de passer ses fêtes de fin d’année dans un pays étranger et pour ainsi dire exotique.

Après un exercice avec la marine britannique, le croiseur lourd Charlemagne quitte l’Egypte le 7 janvier 1947, fait escale à Malte du 11 au 13 janvier, à Tunis du 16 au 19 janvier avant de rentrer à Toulon le 22 janvier 1947.

Après une période d’entretien à flot (avec tout de même une visite des hélices par les plongeurs du bord) du 23 janvier au 7 février, le Charlemagne participe du 15 février au 5 mars à la remise en condition du Saint Louis après une période d’indisponibilité.

Le Charlemagne s’entraine ensuite seul ou avec les unités légères de la 2ème escadre (torpilleurs légers de la 1ère DT et contre-torpilleurs la 1ère DCT Bruix D’Assas et La Tour d’Auvergne) du 15 mars au 10 avril avec une série d’exercices comme un exercice de défense aérienne à la mer (15 au 23 mars), protection et attaque de convois (27 mars au 2 avril) et raid amphibie (4 au 10 avril) avant des escales à Nice (12 au 17 avril), Bastia (18 au 24 avril), Ajaccio (25 au 30 avril) et Bonifaccio (2 au 7 mai) avant de rentrer à Toulon le 9 mai 1947 dans la matinée.

Le croiseur lourd Charlemagne sort pour entrainement aviation du 12 au 19 mai 1947 au profit de son détachement aviation composé de deux Dewoitine HD-731.

Le 21 mai 1947, le Charlemagne quitte Toulon pour une mission de transport rapide en direction du Liban avec à son bord des ingénieurs, des soldats et du matériel pour inspecter et renforcer les défenses côtières du port de Beyrouth.

Arrivé sur place le 25 mai, le croiseur lourd reste sur zone jusqu’au 17 juin quand il met cap sur Toulon où il arrive le 24 juin. Il est indisponible jusqu’au 10 juillet.

Le Saint Louis, le Henri IV et le Charlemagne participent à la revue navale du 14 juillet 1947, présidée par le président Reynaud à bord du cuirassé Richelieu. La 5ème DC fait ensuite escale à Ajaccio du 15 au 20 juillet avant de manoeuvrer ensemble du 21 juillet au 12 août, rentrant à Toulon le 14 août 1947.

Le Henri IV ressort du 22 au 27 août pour un exercice d’entrainement au combat de nuit puis du 30 août au 7 septembre pour un série d’exercices avec et contre les sous-marins basés à Toulon. Tantôt, le croiseur lourd est le chassé, tantôt le chasseur à la tête d’un groupe anti-sous-marin à moins qu’il ne soit le commandant des sous-marins.

Le Henri IV sort pour entrainement aviation du 10 au 15 septembre avec lancement et récupération de ces Dewoitine HD-731 qui effectuent des entrainements à l’observation, au combat aérien, à la lutte ASM et au bombardement.

Après une dernière sortie d’entrainement du 12 au 21 septembre, l’Algérie qui doit subir un grand carénage cesse d’être le navire-amiral de la Flotte de la Méditerranée, remplacé durant cette période par le croiseur lourd Charlemagne, le changement étant effectif le 25 septembre 1947.

On pourrait s’attendre à ce que le Charlemagne ne s’éloigne guère de la Méditerranée et pourtant, il est décidé de l’envoyer avec le Henri IV en croisière au large de l’Amérique Latine.

La technique en décidera autrement, une avarie de chaudière voyant le navire-amiral de la Flotte indisponible du 2 au 10 octobre avant des essais satisfaisants jusqu’au 13 octobre 1947. Le Charlemagne va rester navire-amiral de la flotte de la Méditerranée jusqu’au 1er juillet 1948 quand il repassera le pavillon à l’Algérie.

En cet automne 1947, le Charlemagne va alterner entre exercices et mission de représentation en raison de son rôle de navire-amiral de la Flotte qui en fait un ambassadeur de notre diplomatie.

Il sort ainsi pour exercices du 20 au 27 octobre et du 2 au 7 novembre, exercices entrecoupée d’escales à Barcelone du 27 au 30 octobre et à Valence les 1er et 2 novembre. Le Charlemagne est de retour à Toulon le 10 novembre, participant le lendemain aux célébrations du 11 novembre.

Il ressort encore pour cette année 1947 du 15 au 25 novembre pour exercices avant une escale à Tanger du 27 novembre au 1er décembre, à Almeria du 3 au 5 décembre et à Palma de Majorque du 8 au 12 décembre. Après une ultime exercice de défense aérienne à la mer du 15 au 23 décembre, le Charlemagne reste à Toulon pour Noël et la Saint Sylvestre.

La première sortie de l’année 1948 à lieu le 10 janvier 1948 quand la 5ème DC sort au complet pour exercices avec les contre-torpilleurs de la 2ème escadre soit la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) et la 2ème DCT (avec les seuls Du Guesclin et Turenne  , le Bayard étant immobilisé pour carénage) du 10 au 20 janvier avec une escale à Bastia pour les croiseurs, à Calvi (5ème DCT) et à l’Ile Rousse (2ème DCT) pour les contre-torpilleurs (21 au 27 janvier). Les huit navires sont de retour à Toulon le 28 janvier 1948.

Le Charlemagne quitte Toulon en compagnie du Saint Louis le 7 février 1948 pour un exercice de défense aérienne à la mer jusqu’au 12 février avant un mouillage aux Salins d’Hyères jusqu’au 15 février.

Les deux croiseurs enchainent par un exercice de combat de nuit du 16 au 21 février, les croiseurs mouillant la journée aux salins d’Hyères. Après une escale à Port Vendres du 23 au 27 février, les deux navires rentrent à Toulon le 1er mars 1948.

Le Charlemagne ressort du 7 au 13 mars pour un entrainement combiné au large de Marseille dans le cadre d’une véritable opération de relation publique, le croiseur faisant escale à Marseille du 13 au 16 mars avec un bureau de recrutement à bord du croiseur lourd. Il est de retour à Toulon le 17 mars 1948.

Le 20 mars, le Henri IV et le Charlemagne appareillent de Toulon pour une mission de surveillance des côtes marocaines précésé d’un entrainement au large du Sénégal.

Ils font escale à Casablanca du 25 au 28 mars avant de rallier Dakar le 31 mars pour une école à feu à Rufisque du 2 au 22 avril avant de faire une escale technique et de ravitaillement à Dakar du 23 au 30 avril.

Les deux croiseurs lourds effectuent une mission de surveillance des Canaries et des côtes marocaines du 3 au 27 mai, se ravitaillant à Rabat ou à Agadir.

Après une escale à Casablanca du 28 mai au 1er juin, les deux croiseurs se séparent : le Charlemagne rentre à Toulon alors que le Henri IV gagne Bizerte pour subir un grand carénage. Le dernier des croiseurs lourds français arrive à Toulon le 7 juin 1948.

A cette époque, le Charlemagne est le seul croiseur de sa division disponible, ces deux sister-ship étant en carénage à cette époque.

Il ressort du 15 au 25 juin pour une mission de surveillance dans le golfe de Gênes avant une escale à Bastia jusqu’au 1er juillet date à laquelle il rentre à Toulon où à lieu la cérémonie de transfert du pavillon de commandement, le Charlemagne cessant d’être navire-amiral de la Flotte de la Méditerranée.

Le 12 juillet 1948, il passe au régime de guerre avec l’embarquement de réservistes, l’équipage passant de 780 à 950 hommes soit 170 hommes de plus.

Il ressort du 13 au 25 juillet pour un entrainement combiné suivit d’une escale à Ajaccio du 26 au 30 juillet puis à Bastia du 1er au 8 août avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Après une période d’entretien à flot du 10 au 25 août 1948, il ressort pour essais les 26 et 27 août avant de manoeuvrer en compagnie de plusieurs divisions de contre-torpilleurs plus précisément les 1ère (Bruix D’Assas La Tour d’Auvergne) et les 2ème DCT (Bayard Du Guesclin Turenne) du 28 août au 4 septembre.

Le 5 septembre 1948 alors qu’il était en mer pour un exercice de défense aérienne à la mer, il apprend l’attaque allemande contre la Norvège et le Danemark.

Il reçoit aussitôt l’ordre d’interrompre l’exercice et de rentrer à Toulon pour se ravitailler en carburant et en munitions pour être paré à toute éventualité……….. .

Le Charles Martel

Charles Martel à la bataille de Poitiers

Charles Martel à la bataille de Poitiers

A l’origine les Saint Louis devaient remplacer les Duguay-Trouin mais ils vont finalement renforcer les positions de la marine nationale en Méditerranée ce qui décide l’Italie à commander en 1942 trois nouveaux croiseurs lourds baptisés Ragusa (Raguse auj. Dubrovnik) Nissa (Nice) et Napoli (Naples).

En 1944, un quatrième croiseur baptisé Ravenna (Ravenne) est commandé obligeant la marine nationale à riposter en votant dans la tranche 1946, un Saint Louis amélioré baptisé Charles Martel et dont la construction attribuée à l’Arsenal de Lorient était encore en cours lors du début de la guerre.

Le Charles Martel est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient dans la forme de Lanester le 12 juillet 1947. Le croiseur est lancé le 25 juillet 1948.

La guerre ayant éclaté le 5 septembre 1948, la construction est accélérée et il est armé pour essais le 29 décembre 1948. Les essais à la mer sont menés au pas de charge tout comme la mise en condition. Le Charles Martel sera admis au service actif le 25 mars 1949, formant avec le Charlemagne la 7ème DC basée à Toulon, la 5ème DC étant réduite aux Saint Louis et Henri IV.

Différents schémas de la classe Saint Louis

Différents schémas de la classe Saint Louis

Caractéristiques Techniques de la classe Saint Louis

Déplacement : standard 15500 tonnes Pleine Charge : 18760 tonnes

Dimensions : longueur : 202m largeur : 20m Tirant d’eau : 5.80m

Propulsion : 4 turbines Parson alimentées par 6 chaudières Indret suralimentées dévellopant une puissance totale de 130000 ch et actionnant 4 hélices

Performances : Vitesse maximale : 34 noeuds Distance Franchissable : 9800 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : Ceinture 185mm Pont supérieur 85mm Pont inférieur 50mm Tour 90mm
Blockaus 215mm Tourelles :  95mm pour la face 70mm pour le toit et les côtés

Electronique : un radar de veille aérienne lointaine, un radar de veille surface, deux radars pour la conduite de tir de l’artillerie principale, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie secondaire
différents systèmes de transmission

Armement : 9 canons de 203mm modèle 1937 en trois tourelles triples (deux avant une arrière) 16 canons de 100mm modèle 1930 en huit affûts doubles modèle 1931. 12 canons de 37mm Schneider modèle 1935 automatiques en six affûts doubles. 16 canons de 25mm Hotchkiss modèle 1938 automatiques en huit affûts doubles et 6 tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-forme triples.

Aviation : une catapulte et deux hydravions Dewoitine HD-731

Equipage : 780 hommes

Publicités

2 réflexions sur “8-Croiseurs lourds (10)

  1. Florian dit :

    Bonjour,

    j’ai pu remarquer que les caractéristiques de la classe Saint-Louis n’est pas la même au sein de cette page (8xII canons de 100mm) que sur la page 8-Croiseurs lourds (8) (6xII canons de 100mm).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s