15-Pétroliers et Ravitailleurs Rapides (6)

E-Pétrolier Nivôse

Le Nivôse bientôt rebaptisé La Sèvre

Le Nivôse bientôt rebaptisé La Sèvre

La marine nationale n’est pas la seule à profiter des réparations allemandes. La Compagnie Nationale de Navigation fait construire en Allemagne trois pétroliers baptisés Vendémiaire Frimaire et Nivôse. Ce dernier est mis sur cale au chantier Deutsch Werft de Hambourg en 1930, lancé et achevé en 1931.

La crise économique provoquée par le Krack du 24 octobre 1929 («Jeudi Noir») oblige la CNN à se séparer du dernier nommé qui est cédé à l’Etat et plus précisément au Ministère des Colonies en avril 1932 avant que ce dernier ne le mettre à disposition de la marine nationale en 1934. Le pétrolier assure des ravitaillement et des transports pétroliers. Il subit un grand carénage à Saint-Nazaire du 31 décembre 1938 au 3 juin 1939 (au bassin jusqu’au 6 mars 1939).

Le Nivôse rallie ensuite Toulon et c’est dans ce port qu’il va participer à la guerre de Pologne comme transport pétrolier et ravitailleur même si durant ce cours conflit, la neutralité italienne limite l’impact du conflit sur la Méditerranée.

Le choix du Nivôse comme nom du sous-marin Q-218 (type Phenix Y4) entraine la nécessité de rebaptiser le pétrolier. Trois noms sont envisagés : Ardèche Nièvre et Sèvre. C’est ce dernier qui est choisit, le changement de nom étant officialisé par décret le 27 janvier 1942, neufs jours avant la mise sur cale du Q-218 aux chantiers Auguste Normand du Havre.

Du 13 mai au 3 juillet 1942, le pétrolier Sèvre est échoué au bassin Vauban n°6 pour un nouveau grand carénage. Il est totalement remis en état et reçoit un système de ravitaillement à la mer.

Après des travaux complémentaires à quai (électronique, peinture, DCA), la Sèvre est armée pour essais le 20 juillet, effectuant ses essais les 21 et 22 juillet puis sa remise en condition du 24 juillet au 3 août 1942.

La Sèvre va rester basée à Toulon jusqu’au second conflit mondial, servant de ravitailleur (par exemple au profit du croiseur léger De Grasse le 18 juillet 1945), de transport pétrolier mais également de navire d’entrainement au profit notamment des réservistes de la 3ème région maritime.

Du  6 juillet au 2 septembre 1945, le pétrolier La Sèvre, il est échoué au bassin Vauban n°7 pour un nouveau grand carénage. Armée pour essais le 16 septembre, il effectue ses essais officiels les 17 et 18 septembre  et sa remise en condition du 20 au 31 septembre.

Du 17 juin au 7 août 1948, il est de nouveau échoué dans le bassin Vauban n°7 pour un nouveau grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 20 août, sortant pour essais les 21 et 22 août puis pour remise en condition du 24 août au 3 septembre.

Il quitte Toulon le 4 septembre et rallie Fos sur Mer pour charger du mazout et du gazole. Il était encore en chargement le 5 septembre 1948.

Caractéristiques Techniques du Nivôse/Sèvre

Déplacement : standard 8500 tW pleine charge 16500 tonnes 14160 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 148.60m longueur entre perpendiculaires 141.90m largeur 18.78m tirant d’eau 8.80m

Propulsion : une machine verticale à quadruple expansion Borsig alimentée en vapeur par trois chaudières développant 3400ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 11.8 noeuds

Armement : deux canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925 et deux mitrailleuses de 8mm (1939-40). En 1948, les canons de 100mm sont toujours là mais la DCA se compose désormais de huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles

Equipage : inconnu

Publicités

15-Pétroliers et Ravitailleurs Rapides (5)

L’Elorn

L'Elorn

L’Elorn

-L’Elorn est mis sur cale aux chantiers Deutsche Werft de Hambourg, lancé le 31 octobre 1930 et admis au service actif le 24 août 1931. Les années qui le sépare de la guerre de Pologne sont occupées à des missions de transport entre la France et les bassins de production (Amérique Latine Caucase) mais à partir de septembre 1939, il va servir de ravitailleur en étant basé à Toulon.

Du 5 septembre au 25 octobre 1941, il est échoué dans le bassin Vauban n°7 pour un grand carénage qui permet une remise en état complète du pétrolier. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 12 novembre, sortant pour ses essais réglementaires les 13 et 14 novembre puis pour remise en condition du 16 au 27 novembre 1941.

Le 7 janvier 1942, L’Elorn quitte Toulon en compagnie du cuirassé Richelieu, des torpilleurs d’escadre Le Corsaire et Le Flibustier et du croiseur léger Jean de Vienne venu de Bizerte, tous ces navires formant la Division Navale Française (DNF) (CA de Penvers) chargée d’une mission de propagande en Amérique du Sud.

La Division Navale Française (DNF) quitte donc Toulon le 7 janvier 1942 sous le commandement du contre-amiral François de Penvers, faisant escale à Casablanca le 13 janvier avant de traverser l’Atlantique, arrivant à Rio de Janeiro le 21 janvier. Ouverts au public, les cinq navires remportent un très grand succès auprès des brésiliens qu’il s’agisse de simples visites ou de réceptions.

La DNF repart le 28 janvier direction Montevideo où elle fait escale du 29 janvier au 5 février 1942 avant de gagner le même jour Buenos Aires où la division reste mouillée jusqu’au 17 février 1942 quand elle appareille pour Valparaiso au Chili, arrivant à destination le 1er mars après une escale de deux jours les 20 et 21 février à Port Stanley, l’Elorn connaissant quelques ennuis mécaniques vite réparés.

La DNF fait escale dans la principale base chilienne du 17 au 29 mars 1942 avant une brève escale à Callao au Pérou du 30 mars au 2 avril puis à Guyaquil (Equateur) du 5 au 7 avril.

Elle franchit le canal de Panama le 9 avril et après une escale de ravitaillement à Fort de France les 14 et 15 avril, elle rentre à Toulon le 25 avril, le Jean de Vienne rentrant ensuite à Bizerte le 28 avril 1942. La DNF est dissoute le lendemain 29 avril 1942.

Le 22 septembre 1942, le pétrolier Elorn quitte Toulon en compagnie de la 1ère DT (torpilleurs légers Le Fier L’Entreprenant Le Farouche et L’Agile), de la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) et des sous-marins de la 1ère DSM pour une série d’exercices menés jusqu’au 5 novembre, la petite force navale rentrant à Toulon le 6 novembre 1942.

Équipé d’un système de ravitaillement à la mer à l’été 1943, il participe aux tests du système de ravitaillement installé sur le contre-torpilleur Guépard (7 octobre 1943).

Du 10 novembre au 26 décembre 1943, l’Elorn est à la mer en compagnie de la 2ème DCT (Guépard Lion Bison) et de la 1ère DT pour une série d’exercice, le pétrolier ravitaillant à plusieurs reprises les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers.

Le 4 mars 1944, il ravitaille le Strasbourg et ses torpilleurs d’escadre Lansquenet et Fleuret engagés dans une série d’exercices pour leur permettre d’éviter la panne sèche avant de rentrer à Toulon le lendemain 5 mars 1944.

Du 21 juin au 12 août 1944, il est à nouveau échoué au bassin Vauban n°7 pour une remise en état générale doublée d’une modernisation avec l’embarquement d’un radar de navigation, d’une nouvelle DCA et de travaux sur le système de ravitaillement à la mer.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 30 août 1944, sortant pour essais les 31 août et 1er septembre et pour remise en condition du 3 au 17 septembre 1944.

Du 2 au 12 mars 1945, il participe à un entrainement commun avec le croiseur lourd Henri IV, le croiseur de classe Saint Louis assurant la protection antiaérienne du pétrolier.

Le 9 novembre 1945, l’Elorn quitte Toulon en compagnie du cuirassé Provence et du porte-avions Joffre, le cuirassé et le porte-avions étant escortés par leurs torpilleurs d’escorte Mameluk Casque L’Inconstant et le Lancier.

Après une escale à Bizerte du 12 au 16 novembre, la petite escadre manoeuvre dans le bassin oriental du 17 au 30 novembre avant une escale à Beyrouth, le port libanais accueillant un cuirassé, un porte-avions, un pétrolier et quatre torpilleurs.

Reprenant la mer le 1er décembre, le porte-avions lance des raids simulés contre Beyrouth, Tyr et Sidon protégés par le cuirassé qui repousse au cours de cet exercice la riposte de l’armée de l’air et l’exercice terminé le 12 décembre, l’escadre fait escale à Haïfa du 13 au 17 décembre, à Tunis du 19 au 22 décembre avant de rentrer à Toulon le 24 décembre 1945. L’Elorn assure lui ravitaillement des navires engagés pour leur éviter un retour au port.

Le 22 septembre 1946, l’Elorn quitte Toulon en compagnie de la 1ère DCT (Bruix D’Assas La Tour d’Auvergne) pour un entrainement de division au large des côtes africaines entre le Maroc et le Golfe de Guinée.

Après un ravitaillement au large du cap Juby le 27 septembre, les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feux du 27 septembre au 1er octobre avant de rallier Dakar le 4 octobre après un nouveau ravitaillement auprès de l’Elorn.

Le Bruix, le D’Assas et le La Tour d’Auvergne effectuent un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois du 5 au 12 octobre. A tour de rôle, un contre-torpilleur protégeait l’Elorn contre l’attaque de deux contre-torpilleurs.

Après une escale à Dakar du 13 au 15 octobre, la 1ère DCT accompagnée par l’Elorn gagnent le Golfe de Guinée pour poursuivre leur entrainement. Le transit en direction de Conakry (où les quatre navires arrivent le 20 octobre) est l’occasion d’un entrainement à la défense aérienne à la mer.

Après donc une escale à Conakry (20 au 23 octobre), les trois contre-torpilleurs et le pétrolier font escale à Libreville du 25 au 28 octobre, à Pointe Noire du 30 octobre au 2 novembre, à Abidjan du 5 au 8 novembre, à Dakar pour ravitaillement le 12 novembre, à Casablanca du 16 au 21 novembre avant de rallier Toulon le 25 novembre 1946 après plus de deux mois loin de leur port d’attache.

Du 3 au 10 mars 1947, le pétrolier Elorn participe à un entrainement préparatoire à un exercice entre la Flotte de la Méditerranée et la Mediterranean Fleet en compagnie du cuirassé Alsace, du porte-avions Joffre, du croiseur lourd Henri IV, des croiseurs légers De Grasse et Jean de Vienne, des contre-torpilleurs Desaix Kléber et Marceau de la 12ème DCT, des torpilleurs d’escadre L’Inconstant Lancier Mousquet et Bombardier, les sous-marins Nivôse  Floréal Ile de Brehat ainsi que le PRE Liamone.

Le 12 mars, cette escadre baptisée force T quitte Toulon pour rallier La Valette afin de participer à «Cordial Agreement». A cette occasion, les britanniques mobilisent les cuirassés Nelson et Rodney, le porte-avions Indomitable, les croiseurs légers Belfast et Newcastle, six destroyers et quatre sous-marins.

Cet exercice bilatéral à lieu du 16 au 20 mars avant que les deux escadres ne rallient le lendemain 21 mars les atterrages de la Tunisie, des îlots désertiques de la côte tunisienne servant de cible aux canons de 406,380, 203,152,130 et 120mm dans un bruyant concert sans parler des avions embarqués qui utilisent bombes et roquettes.

Les trois cuirassés, les deux porte-avions, les quatre croiseurs légers, le croiseur lourd, les neuf destroyers, les pétroliers et les sous-marins font ensuite escale à Bizerte où ils sont passés en revue par le résident général en Tunisie avant de se séparer le lendemain 22 mars, les navires français rentrant à Toulon le 24 mars 1947 au matin  sauf le Jean de Vienne resté à Bizerte son port d’attache.

Le 3 mai 1947, le pétrolier Elorn quitte Toulon en soutien de la 9ème DCT (Le Fantasque L’Audacieux et Le Malin) pour un entrainement de division au large du Sénégal.

Les trois contre-torpilleurs effectuent ainsi la traversée Toulon-Dakar sans escale, arrivant à destination le 12 mai pour un entrainement de division exécuté du 15 mai au 30 juin 1947, les trois contre-torpilleurs et le pétrolier quittent Dakar le 1er juillet, se ravitaillent le 5 à Casablanca avant de rentrer à Toulon le 10 juillet 1947.

Du 12 juillet au 30 août 1947, l’Elorn est échoué dans le bassin n°3 du Missiessy pour un nouveau grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 16 septembre, sortant pour essais les 17 et 18 septembre puis pour remise en condition du 20 septembre au 3 octobre 1947.

Le 2 mars 1948, l’Elorn quitte Toulon en compagnie du cuirassé Richelieu, des torpilleurs d’escadre Corsaire et Flibustier, des croiseurs légers de la 6ème DC ( De Grasse Chateaurenault Guichen) et  des contre-torpilleurs Le Fantasque L’Audacieux et Le Malin de la 9ème DCT. L’entrainement occupe les navires concernés du 2 mars au 4 mai, la petite escadre faisant escale à Bizerte du 5 au 12 mai 1948 avant de rentrer à Toulon le 15 mai 1948.

Le 5 septembre 1948, le pétrolier Elorn était à quai à Toulon.

Le Var

Le Var

Le Var

Le Var  est construit dans le même chantier que l’Elorn à savoir les chantiers Deutsche Werft de Hambourg. Lancé le 17 mars 1931, il est armé à Cherbourg et admis au service actif le 15 novembre 1931 entamant les rotations entre la France et les puits de pétrole notament ceux du Caucase. Il subit un grand carénage à Cherbourg du 15 juillet au 10 novembre 1939, manquant donc une grande partie de la guerre de Pologne

En septembre 1940, il est basé à Brest, soutenant la Flotte de l’Atlantique notamment la 1ère Escadre et la 3ème Escadre Légère, ravitaillant les navires à flot et à couple en attendant de pouvoir le faire à couple, en route et en haute mer.

Du 25 juin au 5 septembre 1942, le Var est échoué dans le bassin n°4 du Salou pour un grand carénage qui combine remise en état complète et modernisation avec l’installation d’un système de ravitaillement à la mer. Armé pour essais le 15 septembre, il effectue ses essais réglementaires les 16 et 17 septembre puis sa remise en condition du 19 au 30 septembre 1942.
Le 12 octobre 1942, les trois croiseurs légers de la 4ème DC franchissent le Goulet de la rade de Brest pour gagner la haute mer en compagnie du Var qui ravitailla à trois reprises La Gloire, le Georges Leygues et le Montcalm entre le 12 et le 29 octobre. Il assura également à nouveau leur ravitaillement durant leur deuxième phase d’entrainement du 4 au 17 novembre.

Le 20 février 1943, le Var quitte Brest en compagnie du Jean Bart et des torpilleurs d’escadre L’Opiniâtre et l’Aventurier pour une croisière en Amérique Centrale sur le modèle de celle de la DNF en Amérique du Sud un an plus tôt.

La petite escadre traverse l’Atlantique, faisant escale à Jacksonville en Floride du 28 février au 2 mars, à La Havane du 5 au 8 mars, à Kingston du 9 au 14 mars, à Veracruz (Mexique) du 21 au 25 mars et Colon (Panama) du 27 mars au 2 avril. La petite escadre prend alors le chemin du retour, faisant escale à Fort de France les 8 et 9 avril avant de rallier Brest le 16 avril 1943.

Le 14 juillet 1943, le Var participe à une revue navale au large de Saint-Malo en compagnie des trois croiseurs légers de la 4ème DC. Ils rallient ensuite Le Havre pour une escale du 16 au 21 juillet avant une série d’exercices du 22 juillet au 5 août, le pétrolier participant aux exercices tout en assurant le ravitaillement en mazout des trois «7600 tonnes». Après une nouvelle au Havre du 6 au 10 août, la petite escadre rentre à Brest le 12 août 1943.

Du 2 au 12 septembre 1943, le croiseur léger La Gloire s’entraine dans le Golfe de Gascogne et bénéficie du soutien du Var qui délivre les tonnes de mazout nécessaires au bon fonctionnement des chaudières. Les deux navires font escale à Saint-Nazaire du 13 au 16 septembre avant de rentrer à Brest le 17.

Le 29 septembre 1943, le Var quitte Brest et le lendemain ravitaille le croiseur léger La Gloire et les contre-torpilleurs Jaguar Léopard Chacal de la 1ère DCT. Du 13 au 15 octobre, il mouille en baie de Douarnenez où il sert de station service flottante au profit de la 1ère DCT et de la 4ème DC. Il rentre à Brest le lendemain 16 octobre 1943.

le 1er février 1944, le Var quitte Brest en compagnie des contre-torpilleurs Milan Epervier et Vautour de la 6ème DCT pour un entrainement aux Antilles. Ce choix était dicté par la volonté de sortir les équipages de la routine de la mer d’Iroise et du Golfe de Gascogne. Les quatre navires arrivent à Fort de France le 9 février et y retrouvent l’aviso colonial Bougainville et le pétrolier Loing.

Le Var et la 6ème DCT s’entrainent avec ses deux navires du 11 février au 4 mars. Les navires venus de Brest quittent la Martinique le 5 mars pour rallier Cayenne le 9 mars, effectuant un exercice commun avec l’aviso-colonial Lapérouse du 10 au 17 mars.

Après une nouvelle escale à Cayenne du 18 au 21 mars, les quatre navires venus de Brest traversent l’Atlantique direction Dakar où ils arrivent le 27 mars pour une école à feu à Rufisque du 29 mars au 7 avril, le pétrolier en profitant pour recompléter ses soutes. Ils quittent Dakar le 8 avril, font escale à Lisbonne du 12 au 15 avril avant de rentrer à Brest le 18 avril 1944.

Du 13 mars au 20 avril 1945, il est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Brest pour un nouveau grand carénage.

Outre une remise en état complète, il reçoit enfin une DCA moderne. Après des travaux complémentaires à quai, le Var est armé pour essais le 1er mai, effectuant ses essais réglementaires les 2 et 3 mai puis sa remise en condition du 5 au 17 mai.

Le 15 octobre 1946, le Var quitte Brest pour prendre position dans le Golfe de Gascogne afin de soutenir la 4ème DC, les 3ème (Bugeaud du Chayla Dupetit-Thouars) et 6ème DCT (Vautour Epervier Milan) engagés du 16 au 27 octobre dans une série de joutes nautiques.

Le pétrolier les ravitaille à la mer avant de recompléter ses soutes au Verdon où d’autres pétroliers souvent civils déchargeaient du mazout venu des Etats-Unis à moins que le mazout ait été produit en France. Le Var va également ravitailler les navires sus-nommés lors d’une nouvelle phase d’entrainement du 28 octobre au 21 novembre, tous les navires rentrant à Brest le lendemain 22 novembre 1946.

Le 28 février 1947 et à nouveau le 11 mars, les trois contre-torpilleurs de la 3ème DCT se ravitaillent auprès du Var.

Le 18 juin 1947, le pétrolier Var ravitaille à la fois les croiseurs légers Georges Leygues et Montcalm engagés dans un raid amphibie contre l’île d’Ouessant puis le cuirassé Gascogne et ses torpilleurs d’escorte Durandal et Dague.

Du 1er février au 4 mars 1948, le Var est échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Brest pour un nouveau grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 22 mars, sortant pour essais les 23 et 24 mars puis pour remise en condition du 26 mars au 4 avril 1948.

Le 5 septembre 1948, il au mouillage en rade de Brest, prêt à appareiller au sein du convoi transportant le CEFAN. Il doit assurer le ravitaillement des navires de transport et des escorteurs.

Caractéristiques Techniques de la classe Mékong

Déplacement : standard 5482 tW pleine charge 15150 tonnes 9600 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 148.58m longueur entre perpendiculaires 139m largeur 18.81m tirant d’eau : 7.92m

Propulsion : deux diesels Burmeister & Wain 6300P 4 temps et 6 cylindres développant 4850ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 13.5 noeuds autonomie 11500 miles nautiques à 13.5 noeuds

Capacités : 24 citernes pouvant embarquer 11169 mètres cubes, citernes réparties entre 6 tanks transversaux divisés en 3 citernes. Deux pompes à vapeur pouvant absorber 300 tonnes par heure.

Armement : deux canons de 100mm modèle 1925; deux canons de 37mm modèle 1925 et 2 mitrailleuses de 8mm (1939-40) deux canons de 100mm modèle 1925 et huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles (1948)

Equipage : 6 officiers et 72 hommes en temps de paix, 8 officiers et 87 hommes en temps de guerre

14-Navires légers (28)

Navires d’une jauge brute de 400 à 600 tonneaux

Casoar (P-10)

Ce chalutier à été construit en 1935 aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) pour la Société anonyme des chalutiers de La Rochelle. Sa réquisition prévue avec le numéro P-10 est finalement abandonnée le 15 décembre 1939.

Capitaine Armand (P-30)

Ce chalutier à été construit en 1919-20 par les chantiers Hall Russel & Cie à Aberdeen au profit des Pécheries de Fécamp sous le nom de Simon Duhamel jusqu’en 1931 quand il est vendu  à l’armement boulonnais Armand Coppin qui le rebaptise Capitaine Armand.

Revendu à une société de Gravelines, il est réquisitionné à l’entrée en guerre de la France et mis en service comme patrouilleur auxiliaire au sein de la 4ème EPA (2ème région maritime). Il reste réquisitionné jusqu’au 4 janvier 1944 quand il est rendu à son armateur.

Déplacement : 584.66 tx de jauge brute

Dimensions : longueur 51.87m largeur 8.26m creux 4.33m

Propulsion : une machine à vapeur 3 cylindres dévellopant 750ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale : 10 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, 2 canons de 37mm modèle 1925, deux mitrailleuses de 8mm et 24 grenades sous-marines

Equipage : 39 hommes

Alfred (P-31)

Ce chalutier à été construit en 1926 par les Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes pour l’armement Rogliano de Marseille mais quand il est réquisitionné en septembre 1939, il appartient à l’armement J.B Pleven. Sa réquisition est cependant annulée le 20 septembre et le chalutier est remis à son armateur.

Asie (P-34)

Ce vieux chalutier (1914) construits aux chantiers Augustin Normand au Havre. Réquisitionné une première fois de 1915 à 1919, il l’est à nouveau en septembre 1939, étant affecté à la 4ème EPA de la 2ème région maritime (Brest).

Début 1940, il est affecté à la 3ème EPA en compagnie de ses compères Patrie l’Atlantique et Reine des Flots qui échangent leur place avec les anciens cargos Léoville Barsac Cérons et Sauterne de la compagnie Worms. Il reste réquisitionné jusqu’en septembre 1941 quand il est rendu à son armateur
Déplacement : jauge brute 551 tx jauge nette 208.15 tx

Dimensions : longueur : (ht) 55m (pp) 49.80m largeur 8.40m creux sur la quille 4.70m

Propulsion : une machine à vapeur à triple expansion alimentée en vapeur par une chaudière marine cylindre développant 800ch entrainant une hélice

Vitesse maximale : 10.5 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925, deux mitrailleuses de 8mm et 24 grenades ASM.

Equipage : 39 hommes

Notre Dame de France (P-95)

Ce chalutier construit par Smith’s Dock à Stockton-on-Trees (Grande-Bretagne) en 1931 pour l’armateur Gournay Frères est réquisitionné le 5 août 1939, étant transformé en patrouilleur auxiliaire à Cherbourg.

Mis en service à l’automne 1939, il va servir de patrouilleur pour la protection des pêches en compagnie des patrouilleurs Notre-Dame d’Esperance et Ambroise Paré. Ils sont appuyés par les patrouilleurs Saint Pierre d’Alcantara et Mont Cassel.

A partir de janvier 1940, il est affecté comme annexe à l’école navale, étant basé à Brest. Il est finalement acheté par la marine nationale en septembre 1941 et toujours en service en septembre 1948.

Déplacement : jauge brute 433 tx

Dimensions : longueur hors tout 47.85m longueur entre perpendiculaires 45.96m largeur 8.02m creux 4.80m

Propulsion : machine alternative VTE de 690ch entrainant une hélice

Vitesse maximale : 11.5 noeuds

Armement : 4 canons de 75mm, 4 mitrailleuses et un ou deux grenadeurs de sillage. En annexe de l’Ecole Navale, il conserve 2 canons de 75mm, reçoit deux mitrailleuses de 7.5mm en remplacement des mitrailleuses de 8mm plus deux canons de 37mm modèle 1941 en affûts simples

Equipage : inconnu

14-Navires légers (27)

Navires d’une jauge brute de 600 à 800 tonneaux

Le Capricorne (P-12)

Ce chalutier de grande pêche à été construit en 1921 aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) pour un armement bordelais.

Il est réquisitionné par la marine nationale le 22 septembre 1939 en conservant son nom avec le matricule P-12.

Les travaux sont effectués à La Pallice et le nouveau patrouilleur auxiliaire est affecté à la 2ème EPA à Casablanca. Il reste réquisitionné jusqu’au 17 mars 1942 quand il est rendu à son armateur.

Déplacement : jauge brute 742 tx Longueur (pp) 57.10m largeur 9m creux 4.50m Propulsion : une machine alternative VTE alimentée en vapeur développant 750ch et entrainant une hélice. Vitesse maximale : 10 noeuds Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925, quatre mitrailleuses de 8mm modèle 1914 en deux affûts doubles et des grenades ASM.

Le Terre-Neuve (P-18)

Ce chalutier à été construit en 1920 chez Cochrane & Son’s à Selby en Grande Bretagne. Mis sur cale sous le nom d’Eclaireur, il est racheté sur cale et rebaptisé Terre-Neuve.

Le 9 septembre 1939, il est réquisitionné par la marine nationale et affecté à la 2ème EPA au Maroc. Il est perdu par incendie le 14 juillet 1941 au large de Casablanca sans pertes humaines heureusement.

Déplacement : jauge brute 780.52 tx Longueur (pp) : 60.95m largeur 9.81m creux 4.51m Propulsion : machine alternative 3 cylindres alimentée en vapeur dévellopant 800ch et entrainant une hélice Vitesse maximale : 9.5 noeuds Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, 2 canons de 37mm modèle 1925, 2 mitrailleuses de 8mm modèle 1914, deux mortiers et deux grenadeurs Equipage : 45 hommes

L’Atlantique (P-33)

Ce chalutier à été construit en 1920 chez Cochrane & Son’s à Selby en Grande Bretagne pour l’armateur Lucien Huet de Saint Malo. Il est réquisitionné le 4 octobre 1939 et mis en service le 2 novembre 1939, intégrant la 3ème EPA à Boulogne pour participer à la sécurisation du Pas de Calais.

Il est réquisitionné jusqu’au 4 septembre 1942 quand il est acheté par la marine nationale, étant déployé à Dunkerque comme stationnaire. Il était toujours en service le 5 septembre 1948.

Déplacement : jauge brute 659 tx

Dimensions : Longueur (pp) 53.90m largeur 8.87m creux 5.30m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion fonctionnant à la vapeur dévellopant 792ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale : 11 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917 puis trois canons de 90mm modèle 1926, deux canons de 37mm modèle 1925 puis quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40, quatre mitrailleuses de 8mm en deux affûts doubles et deux grenadeurs.
Equipage : 45 hommes

Patrie (P-36)

Ce chalutier à été construit en 1920 chez Cochrane & Son’s à Selby en Grande Bretagne pour l’armateur Eugène Louvet de Cancale même si il est immatriculé à Saint Malo.

Il est réquisitionné le 4 novembre 1939 et une fois armé en patrouilleur auxiliaire, affecté à la 4ème EPA de Brest (2ème Région).

Sa réquisition prend fin le 7 septembre 1942 quand il est acheté par la marine nationale. Il reste basé à Brest et est toujours en service en septembre 1948 même si il approche sa fin de carrière.

Déplacement : en charge 1720 tonnes

Dimensions : Longueur (pp) 60.96m largeur 9.75m creux 5.50m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion fonctionnant à la vapeur dévellopant 794ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale : 11.5 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917 puis trois canons de 90mm modèle 1926, deux canons de 37mm modèle 1925 puis quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40, quatre mitrailleuses de 8mm en deux affûts doubles et deux grenadeurs.

Equipage : 45 hommes

Reine des Flots (P-39)

Ce chalutier à été construit par Hall & Russell d’Aberdeen (Ecosse) en 1923 pour un armement fécampois sous le nom de Bois Rosé. Revendu une première fois en 1925, il l’est vendu à nouveau le 15 mars 1939, son nouvel armateur le rebaptisant Reine des Flots.

Réquisitionné à l’entrée en guerre de la France, il est mis en service comme patrouilleur auxiliaire le 6 octobre 1939 au sein de la 5ème EPA pour des opérations dans l’Atlantique, essentiellement dans le Golfe de Gascogne et au large du Maroc.

Sa réquisition prend fin le 4 janvier 1943 quand il est rendu à son armateur qui après de gros travaux le renvoie en campagne de pêche.

Déplacement : 607.51 tx de jauge nette

Dimensions : Longueur 52.09m largeur 8.24m creux 4.75m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion fonctionnant à la vapeur dévellopant 750ch et entrainant une hélice pour une vitesse maximale de 10 noeuds

Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925 puis et quatre mitrailleuses de 8mm en deux affûts doubles et deux grenadeurs.

Equipage : 45 hommes

14-Navires légers (26)

 Navires d’une jauge brut comprise entre 800 et 1000 tx

Le Victoria (P-13)

Ce chalutier à été construit au Danemark en 1927 (ou 1928 selon les sources) pour un armement d’Arcachon. Il est réquisitionné en septembre 1939 et reçoit le matricule P-13. Affecté à Casablanca, il patrouille dans l’Atlantique notamment au large des Canaries, traquant les sous-marin allemands.

Il est déréquisitionné le 4 septembre 1941 et remis à son armateur qui le modernise avant de le renvoyer en campagne de pêche.

Déplacement : 1075 tonneaux de port en lourd Longueur 63.60m (ht) 59.43m (pp) largeur 10.01m tirant d’eau 5.24m Propulsion : moteur diesel 6 cylindres 1000ch entrainant une hélice Vitesse maximale : 10.5 noeuds Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925, quatre mitrailleuses de 8mm modèle 1914 en deux affûts doubles et un grenadeur de sillage à tribord Equipage : nc

Le Vaillant (P-14)

Ce chalutier à été construit en 1922 par les chantiers Augustin Normand sous le nom d’Edouard Wateau et rebaptisé en 1934 quand il est racheté.

Il est réquisitionné le 5 décembre 1939 mais encore en armement quand la guerre de Pologne s’achève. Il ne sera donc jamais utilisé comme patrouilleur auxiliaire par la marine nationale.

Le Clairvoyant (P-15)

Ce chalutier à été construit aux chantiers Augustin Normand en 1922 sous le nom de Joseph Vandewalle qui eut comme ports d’attache Rochefort, Bordeaux et La Rochelle. Le 1er décembre 1934, le Joseph Wandewalle est racheté par un armement malouin et rebaptisé Le Clairvoyant.

Il est réquisitionné le 7 septembre 1939 par la marine nationale et mis en service comme patrouilleur auxiliaire à la mi-octobre.

Déployé dans l’Atlantique depuis Casablanca, il est déréquisitionné le 14 novembre 1941 et rendu à son armateur qui le renvoie en campagne de pêche jusqu’à sa perte au cours d’une tempête à l’hiver 1944.

Hardi II (P-16)

Le Hardi est un chalutier construit aux chantiers Augustin Normand en 1921 sous le nom de Jules Elby. Il appartient à la même classe que le Vaillant et le Clairvoyant. Racheté par un armement malouin, il est rebaptisé Hardi.

Réquisitionné le 7 septembre 1939 et rebaptisé Hardi II (P-16). Il est mis en service en novembre 1939 au sein de la 2ème EPA basée au Maroc. Il reste réquisitionné jusqu’au 15 mars 1942 quand il est rendu à son armateur qui le renvoie à la pêche sous le nom de Hardi.

Caractéristiques techniques des chalutiers Vaillant Clairvoyant et Hardi II

Déplacement : 943 tonneaux de jauge brute Longueur 64.45m (ht) 60.13m (pp) largeur 9.70m creux 5.50m Propulsion : machine VTE de 780ch entrainant une hélice Vitesse maximale : 10 noeuds Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm modèle 1925, quatre mitrailleuses de 8mm modèle 1914 en deux affûts doubles et un grenadeur de sillage à tribord Equipage : 45 hommes

Le Téméraire II (P-32)

C’est un chalutier construit aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes pour l’armement Louis Girard du Havre en 1926.

Il est réquisitionné en septembre 1939 sous le nom de Téméraire II en raison de la présence d’un torpilleur d’escadre appelé Téméraire.

Mis en service le 22 octobre 1939, il est affecté à la 4ème EPA basée à Brest sous le commandement de la 2ème région maritime en compagnie de L’Heureux, du Groenland, du Capitaine Armand, de la Patrie et de l’Asie.

Il est déréquisitionné le 7 juin 1944 et rendu à son armateur qui lui rend son nom d’origine et le renvoie en campagne de pêche.

Déplacement : 966 tonneaux de jauge brute Longueur hors tout 64.93m largeur 9.33m creux 5.30m Propulsion : machine alternative VTE alimentée en vapeur par une chaudière et dévellopant 850ch et entrainant une hélice Vitesse maximale 10.5 noeuds  Armement : 3 canons de 100mm modèle 1917, deux canons de 37mm CAS modèle 1925 et des grenades ASM Equipage : 45 hommes

13-Sous-marins (23) Croiseur sous-marin Surcouf

I-Croiseur sous-marin Surcouf

Le Surcouf à la mer

Le Surcouf à la mer

Le rêve du sous-marin d’escadre

Plutôt que de sous-marin, il faudrait à l’époque de la genèse du croiseur sous-marin de torpilleur submersible. La faible endurance en plongée (liée à la capacité limitée des batteries) en faisait plus des torpilleurs submersibles, naviguant en surface et combattant aussi bien en surface qu’en plongée.

Les performances des sous-marins en surface ne cessant de s’améliorer, la plupart des marines étudièrent sérieusement la possibilité de sous-marin canonnier ou de croiseur sous-marin pouvant opérer en escadre ce qui nécessitait une vitesse en surface de 20 noeuds pour pouvoir suivre les cuirassés.

En Italie par exemple, on étudia dès 1912 un croiseur sous-marin de 11000 tonnes, filant à 25 noeuds, armé de 12 à 16 canons de 152mm ! (Il est cependant permis de douter sa faisabilité avec les moyens techniques de l’époque). Le projet du russe Jurablev de 1911 (4500 tonnes 26 noeuds 5 canons de 120mm et 30 tubes lance-torpilles) est du même tonneau.

C’est l’Allemagne qui peut être considéré comme le pays pionnier dans le domaine du sous-marin canonnier. A partir de 1916, elle dévellopa plusieurs projet de sous-marin canon, prévoyant la construction de dix-huit sous-marins.

Parmi ces différents projets, citons le projet 47, trois sous-marins de 4180 tonnes en surface, de 5630 tonnes en plongée, de 110m de long, filant à 17.5 noeuds en surface (8.5 noeuds en plongée) avec un armement composé de 4 canons de 150mm et de 6 tubes lance-torpilles avec 13 engins.

Au moment de l’armistice, plusieurs croiseurs sous-marins rallièrent les ports anglais et parmi eux, deux furent livrés à la France, les U-136 et U-139 qui allaient grandement inspirer le projet Q de sous-marin canonnier.

Si dans un premier temps la priorité fût donné aux sous-marins de grande et moyenne patrouille, l’idée d’un sous-marin de grand tonnage, capable d’accompagner l’escadre était dans l’air du temps et une préoccupation partagée aussi bien par la marine japonaise que par son homologue américaine ou britannique.

Le 9 mai 1921, l’amiral Grasset demanda au STCAN d’étudier les plans d’un sous-marin d’escadre capable de filer à 25 noeuds en surface, un rayon d’action de 3 à 4000 miles nautiques à 10-12 noeuds, 12 tubes lance torpilles avec 12 torpilles de réserve et un canon de 100mm.

Un projet modeste à comparer avec le projet Normand présenté le 1er août 1921 d’un sous-marin de 5000 tonnes armé de six canons de 305mm en deux tourelles triples (!) ou de 240mm avec quatre avions.

Le projet fût clairement lancé à l’automne 1921, deux études étant menées en parallèle : un sous-marin d’escadre de 25 noeuds et un sous-marin de bombardement. Cela aboutit en pratique à quatre projets immatriculés G (2850 tonnes 12 tubes lance-torpilles et 25 noeuds),H (un canon de 190mm) I (un canon de 240mm) et J (un canon de 305mm).

Parallèlement aux études, on s’intéressa au futur emploi de ces navires dont le nombre oscilla entre 8 et 20 avant de stabiliser à 16. Ils devaient principalement opérer dans l’Atlantique et dans l’Océan Indien pour notamment protéger les lignes de communication entre la Métropole et l’Empire.

En 1924, le nombre de croiseurs sous-marins ou de sous-marins de croisière tomba à six puis à quatre unités. A noter que le terme sous-marin de croisière étant un euphémisme pour «sous-marin de bombardement», la réalisation d’un sous-marin d’escadre pouvant filer à 25 noeuds étant provisoirement abandonné faute de moteurs suffisamment puissants.

La genèse du Surcouf (projet Q) commença au printemps 1926 et le 14 mai 1926 les spécifications du projet Q-5 sont transmis par le STCAN à l’état major de la Marine. Le projet est examiné par le Conseil Supérieur de la Marine le 17 juillet 1926 et approuvé à l’unanimité.

Son financement est acquis dans la tranche 1926 votée le 4 août. Un deuxième sous-marin aurait du être financé à la tranche 1927 mais il fût finalement remplacé par cinq Pascal et un Saphir.

Plusieurs noms furent envisagés pour ce sous-marin canonnier : Le Tonnant La Licorne et Le Dragon mais en 1927 on fêtait le centenaire de la mort de Robert Surcouf («Allons avouez messieurs que vous français vous battiez pour l’argent et nous anglais pour l’honneur. Certes monsieur chacun se bat pour obtenir ce qu’il n’à pas»), le grand corsaire malouin et Georges Leygues ministre de la marine décida de baptiser Q-5 Surcouf.

Ce dernier allait rester le seul de son type, le traité de Londres autorisait la France à conserver le Surcouf (alors encore en essais) mais ne pouvaient ensuite construire des sous-marins dépassant 2800 tonnes avec des canons de 155mm comme artillerie principale.

Le seul de son type

Sous-marins Surcouf

-Le Surcouf est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg (cale n°4 bassin Napoléon III) le 3 octobre 1927 et lancé le  18 novembre 1929.

Le sous-marin est armé pour essais le 15 août 1930 et effectue sa première plongée (statique) en rade de Cherbourg le 10 juillet 1931 et sa première plongée en roue libre à lieu le 7 août suivant.

Les essais sont laborieux marqués par de nombreuses avaries. Cela n’empêche pas le Surcouf d’effectuer une croisière d’endurance à partir du 4 octobre 1932 quand il appareille de Cherbourg direction le Maroc, arrivant à Casablanca le 10 octobre après des exercices avec le croiseur-école Jeanne d’Arc et l’Aéronavale.

Le Surcouf est à Agadir du 18 au 20 octobre, à Conakry qu’il quitte le 29 octobre pour rallier Dakar le 31. Il est de retour à Cherbourg le 15 novembre après avoir parcouru 6005 miles nautiques en surface, 18 en plongée au lieu de 10015 prévus en 71 jours dont 37 de mer.

Cette croisière révéla un grand nombre de problèmes techniques aussi bien sur la coque que sur l’artillerie ou l’appareillage propulsif.

Ce n’est que le 31 décembre 1932 que le Surcouf entre en armement définitif, les essais après démontage ne reprenant qu’à l’automne 1933, les essais définitifs commençant officiellement le 4 décembre 1933. Il est au bassin du 8 décembre 1933 au 17 février 1934.

Bien que loin d’être au point, la clôture d’armement est prononcée le 17 avril 1934 et le Surcouf est admis au service actif le 3 mai 1934.

Affecté à Brest, il intègre hors rang la 4ème Escadrille de Sous-Marins, la composante sous-marine de la 1ère Escadre.

Durant la guerre de Pologne, le Surcouf est déployé aux Antilles (port d’attache : Fort de France) en compagnie du croiseur Jeanne d’Arc pour contrer les raiders allemands dont la présence était avérée dans l’Atlantique.

Le Surcouf ayant besoin d’un grand carénage, il rallie Brest début janvier 1940 non sans mal en raison de multiples avaries de son appareillage propulsif. Il échoué au bassin n°8 du Laninon du 17 janvier au 21 mars 1940.

Après des travaux complémentaires, la «Bête à chagrin» de la force sous-marine est armée pour essais le 7 avril 1940, réalisant ses essais du 8 au 12 avril et du 15 au 21 avril. Sa remise en condition à lieu dans le Golfe de Gascogne du 25 avril au 8 mai 1940.

De nouveau disponible, le Surcouf va effectuer plusieurs patrouilles en direction des Antilles et de l’AOF alors que l’on se pose la question de son utilité en cas de conflit.

Devant armer des sous-marins en grand nombre, notre Marine décide de privilégier les nouveaux sous-marins sur le croiseur sous-marin qui est mis en position de complément le 17 juin 1943 après seulement neuf années de service.

Mouillé à Cherbourg, son sort reste en balance pendant presque un an et demi. Divers projets de conversion sont étudiés : sous-marin de transport de troupes, sous-marin ravitailleur ou un réarmement avec une tourelle double de 130mm.

Aucun projet n’aboutit et le Surcouf est finalement désarmé le 14 décembre 1944 et condamné le 7 janvier 1945 sous le numéro de Q-26-5.

Mouillé à Cherbourg, le Q-26-5 est vendu à la démolition le 14 mars 1945 à un chantier de démolition naval du Havre.

Le 5 avril 1945 cependant, le sous-marin bénéficie d’un court sursis. Suite à la décision de construire un mémorial pour les sous-mariniers morts pour la France à Cherbourg, il est décidé de prélever le kiosque, la tourelle de 203mm et le hangar hydravions pour le mémorial.

Les travaux sont effectués dans la forme du Hornet du 17 au 24 avril 1945 et ce qui reste de la coque est remorqué au Havre et démantelé du 7 au 24 mai 1945.

Le mémorial en question implanté au cœur de l’Arsenal de Cherbourg se compose d’un socle en marbre rose sur lequel est inscrit en lettres d’or l’inscription suivante :

AUX SOUS-MARINIERS MORTS POUR LA FRANCE LA PATRIE RECONNAISSANTE

La tourelle de 203, le kiosque et le hangar sont installés sur le socle, un pavillon tricolore étant en permanence hissé à 7m au dessus du socle.

Derrière, en demi-cercle, surélevé de 2m, on trouve vingt-quatre plaques de marbre dans lesquels sont gravés le nom des sous-mariniers morts en service.

Au début, il était prévu d’y inscrire uniquement les sous-mariniers ayant péri suite à une action ennemie ce qui ulcéra les familles des sous-mariniers morts lors d’accident en temps de paix comme ceux du Farfadet (1905), du Pluviôse (1910), du Vendémiaire (1912) ou plus près de nous de l’Ondine (1928), du Prométhée (1932) ou du Phenix (1939), provoquant un tel scandale que le ministre de la Marine décida d’y inscrire les noms de tous les sous-mariniers morts quelques soit les circonstances.

Le mémorial est inauguré le 17 mai 1947 et une prise d’armes avait lieu les jours où un sous-marin avait été perdu en mer.

Surcouf schéma

Caractéristiques Techniques du sous-marin Surcouf

Déplacement : en surface 3244 tonnes en plongée 4302 tonnes avec eau entrainée 5215 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 110m largeur 9m tirant d’eau 7.18m

Propulsion : Deux moteurs diesels Sulzer de 3800ch chacun et deux moteurs électriques de 1800ch deux lignes d’arbre

Performances : vitesse maximale 18 noeuds en surface 8.5 noeuds en plongée rayon d’action 10000 miles nautiques à 10 noeuds 70 miles nautiques à 4.5 noeuds en plongée Immersion : 80m

Armement : une tourelle double avec deux canons de 203mm modèle 1924, deux canons de 37mm modèle 1925 et deux mitrailleuses de 13.2mm remplacés par quatre canons de 25mm modèle 1939-40; 10 tubes lance-torpilles (6 de 550mm _quatre à l’étrave et deux dans les tourelles triples à l’arrière_ et 4 de 400mm _deux dans chacune des tourelles triples_)

Aviation : un hydravion Besson MB.411

Equipage : 118 officiers et marins

13-Sous-marins (4)

B- Sous-marins de 1500 tonnes classe Redoutable (projet M5)

Avant propos

Dès leur lancement, les sous-marins de classe Requin affichent de sérieuses limites en terme de vitesse et d’endurance. Le Conseil Supérieur de la Marine décide d’arrêter la production de ce modèle de sous-marins après la construction de neuf submersibles et de privilégier un nouveau modèle, le projet «M» dont le premier projet est présenté en 1923.

La cinquième variante est adoptée le 1er juillet 1924 d’où le nom de M5 attribué au projet mais seulement deux sous-marins seront construits, financés à la tranche 1924 et baptisés Redoutable et Vengeur, ce modèle étant abandonné en raison d’une vitesse en surface insuffisante.

Le Redoutable

Le Redoutable à la mer

Le Redoutable à la mer

-Le Redoutable est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 1er juillet 1925 lancé le 24 février 1928 et mis en service le 10 juillet 1931.

Formant la 7ème DSM en compagnie de son sister-ship Vengeur, Le Redoutable effectue de nombreuses patrouilles (généralement d’une quinzaine de jours) en mer Tyrrhénienne avec pour principale mission la surveillance des ports italiens notamment celui de La Spezia dans le Golfe de Gênes.

Du 5 janvier au 4 mars 1940, il est échoué au bassin n°2 du Missiessy pour subir le dernier grand carénage de sa carrière puisque son désarmement est prévu pour 1942. Il sort ensuite pour essais du 8 au 11 mars 1940 puis pour remise en condition du 13 au 27 mars 1940, reprenant ensuite ses patrouilles avec un élargissement de son terrain de jeu, le Redoutable devenant un habitué des Bouches de Bonifaccio.
La réorganisation de septembre 1940 ne change rien à la composition de la division (pour des raisons évidentes de communauté logistique) mais la 7ème DSM passe des forces de région (3ème région maritime) à la 1ère flottille de sous-marins qui regroupe tous les submersibles de la 2ème escadre, sous-marins répartis entre les 3ème et 5ème escadrille.

Mis en position de complément le 7 septembre 1942 (ce qui entraine la dissolution de la division), le Redoutable est officiellement désarmé le 15 octobre 1942 et mouillé au Dépôt Naval de la Méditerranée au Bregaillon jusqu’au mois de décembre 1946 quand il est vendu à la démolition à un chantier de Villefranche qui démantèle le sous-marin entre janvier et mars 1947.

Le Vengeur

Le Vengeur, sister-ship du Redoutable

Le Vengeur, sister-ship du Redoutable

-Le Vengeur est mis sur cale à l’Arsenal de Cherbourg le 11 janvier 1926 lancé le 1er septembre 1928 et mis en service le 18 décembre 1931.

Durant la guerre de Pologne (1er septembre-15 décembre 1939), le Vengeur va relayer l’action de son sister-ship de la 7ème DSM, Le Redoutable en effectuant de nombreuses patrouilles (généralement d’une quinzaine de jours) en mer Tyrrhénienne avec pour principale mission la surveillance des ports italiens notamment celui de La Spezia dans le Golfe de Gênes.

Du 5 mars au 7 juin 1940, Le Vengeur subit un grand carénage au bassin n°2 du Missiessy, sortant pour essais du 14 au 17 juin pour remise en condition du 19 juin au 4 juillet, reprenant ensuite ses patrouilles dans le bassin occidental de la Méditerranée.

Mis en position de complément le 12 septembre 1942, le sous-marin Le Vengeur est désarmé le 25 octobre 1942. Passant au bassin du 26 octobre au 10 novembre, il subit une inspection en règle et des travaux pour être transformé en sous-marin école.

Il va effectuer sa mission de formation de nouveaux sous-mariniers jusqu’au 15 novembre 1946 quand il s’échoue sur l’île de Porquerolles. Jugé trop endommagé pour être remis en état en raison de son age, il est désarmé le 22 novembre, condamné le 27 novembre 1946 et démantelé sur place.

Classe Redoutable

Caractéristiques Techniques de la classe Le Redoutable

Déplacement : surface 1384 tW plongée 2084 tW

Dimensions : longueur 93.20m largeur 8.16m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer de 3000ch et deux moteurs électriques de 1000ch entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 17 noeuds en surface 10 noeuds en plongée distance franchissable 10000 miles nautiques à 10 noeuds en surface 100 miles nautiques à 5 noeuds Immersion : 80m

Armement : un canon de 100mm modèle 1925, un canon de 37mm modèle 1925 et deux mitrailleuses de 13.2mm en affût double; neuf tubes lance-torpilles de 550mm et deux tubes lance-torpilles de 400mm

Equipage : 64 officiers et marins