21-Armée de terre (68)

Les régiments d’artillerie lourde (RALH, RALT, RALP, RALVF)

Le premier conflit mondial à consacré la supériorité de l’artillerie française respectée par ses alliés et crainte par ses ennemis. Cette artillerie est pourtant entrée dans le conflit dans un état d’infériorité criant avec l’artillerie allemande.

Si le 75mm modèle 1897 était nettement supérieur au canon de 77 allemand et que le 105L modèle 1913S n’avait rien à envier à ses homologues ennemis, les autres pièces françaises étaient dépassées et le déficit en pièces lourdes était criant.

Le système D voit l’armée française dépouiller les forts littoraux et certains forts de Verdun de leurs pièces lourdes sans oublier la réutilisation de pièces de marine avec leurs servants dont un certain François Darlan, le futur amiral de la flotte. Ces expédients permettent à l’artillerie française de tenir la dragée haute à l’artillerie allemande en attendant l’arrivée de pièces neuves et modernes.

En septembre 1939, l’artillerie lourde française dispose de nombreux régiments avec des pièces hétéroclites, certaines anciennes et d’autres plus modernes.

Il existe des Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobile (RALH), des Régiments d’Artillerie Lourde à Tracteurs (RALT), des Régiments d’Artillerie Lourde Portée (RALP), des Régiments d’Artillerie Lourde d’Armée (RALA), des Régiments d’Artillerie lourde sur Voie Ferrée (RALVF).

Les régiments d’artillerie lourde sont organisé en un état-major, une batterie hors-rang et deux, trois ou quatre groupes avec un état-major, une colonne de ravitaillement et trois batteries de quatre pièces.

Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobile

Comme son nom l’indique, un régiment d’artillerie lourde hippomobile voit ses pièces et ses caissons tractées par de nobles destriers bien qu’il s’agisse plus de solides percherons que d’élégants pur-sangs plus à leur aise dans les unités montées.

Avant la mobilisation de septembre 1939, on trouve les RALH suivants, intégrés à la Réserve Générale :

-Le 11ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial de Lorient est ensuite affecté au Corps d’Armée Colonial et dispose comme bien d’autres de deux groupes de 105L modèle 1913S et deux groupes de 155L modèle 1917.

-105ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Bourges et affecté ensuite au 3ème corps d’armée disposait de deux groupes de 105L modèle 1913S et deux groupes de 155L modèle 1917

-106ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné au Mans et affecté ensuite au 6ème corps d’armée disposait de deux groupe de 105L modèle 1913S et un groupe de 155L.

-109ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Châteaudun et affecté ensuite au 21ème corps d’armée disposait de  deux groupes de 105L modèle 1913S et de deux groupes de 155L modèle 1917.

-112ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Limoges et affecté au 12ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-113ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Nîmes et affecté au 15ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-115ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Castres et affecté au 16ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-117ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Toulouse et affecté au 17ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.
A la mobilisation d’août/septembre 1939, de nouveaux régiments d’artillerie lourde hippomobile sont mis sur pied :

-Le 110ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial est mis sur pied par les CMA 31 et CMA 29 (Angoulême) et affecté au 10ème corps d’armée. Il disposait pour cela de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-Le 111ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial est mis sur pied par le CMA 31 et affecté au 11ème corps d’armée. Il disposait de  deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-Le 114ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 14 de Lyon et affecté au 14ème corps d’armée. Il est équipé  de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-Le 116ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 13 d’Issoire et affecté au 13ème corps d’armée. Il est équipé de  de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-Le 118ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 38 de Rochefort et affecté au 18ème corps d’armée.  Il est équipé de  de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1918.

-Le 121ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 9 de Poitiers et affecté au 9ème corps d’armée.  Il est équipé de  de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1917.

-Le 141ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 9 de Poitiers et affecté au 6ème Corps d’Armée. Il est équipé de  de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1917.

-Le 142ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 3 de Caen et affecté au 20ème Corps d’Armée. Il dispose de deux groupes de 105L modèle 1913S.

-Le 143ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 38 de Rochefort et affecté au 42ème Corps d’Armée de Forteresse. Il dispose de deux groupes de 155L modèle 1917 et deux groupes de 105 de montagne qui en mars 1940 sont envoyés au Levant pour former le 352ème RA.

-Le 144ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges et affecté au 43ème Corps d’Armée de Forteresse. Il dispose de deux groupes équipés de 155L modèle 1917.

-Le 145ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 4 du Mans et le CMA 404 de Chartres. Affecté au 18ème Corps d’Armée, il dispose de deux groupes de 105L modèle 1913S.

-Le 146ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 11 de Vannes. Il est affecté au 41ème Corps d’Armée de Forteresse, il dispose pour assurer sa mission de deux groupes de 105L modèle 1913S.

-Le 147ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 13 d’Issoire. Il est affecté au 45ème Corps d’Armée de Forteresse avec quatre groupes équipés de canons de 155L modèle 1918. Deux groupes vont former le 149ème RALH.

-Le 148ème régiment d’artillerie lourde hippomobile aurait du être mobilisé avec des canons de 105L modèle 1936S _le remplaçant du vénérable 105L modèle 1913_ mais cette mobilisation n’est pas menée.

-Le 149ème régiment d’artillerie lourde hippomobile à été créée à partir du 147ème RALH et formée au Levant de deux groupes de 155L modèle 1918.

Suite à la démobilisation menée à l’été 1940, les régiments d’artillerie lourde hippomobile d’active sont maintenus auxquels s’ajoute quatre régiments créés durant la guerre de Pologne en l’occurence le 149ème RALH au Levant et trois régiments de métropole en l’occurence les 114ème, 116ème et 118ème.

-Le 11ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial de Lorient est ensuite affecté au Corps d’Armée Colonial et dispose comme bien d’autres de deux groupes de 105L modèle 1913S et deux groupes de 155L modèle 1917.

-105ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Bourges et affecté ensuite au 3ème corps d’armée disposait de deux groupes de 105L modèle 1913S et deux groupes de 155L modèle 1917

-106ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné au Mans et affecté ensuite au 6ème corps d’armée disposait de deux groupe de 105L modèle 1913S et un groupe de 155L.

-109ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Châteaudun et affecté ensuite au 21ème corps d’armée disposait de de deux groupes de 105L modèle 1913S et de deux groupes de 155L modèle 1917.

-112ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Limoges et affecté au 12ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-113ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Nîmes et affecté au 15ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-114ème RALH mis sur pied par le CMA 14 et affecté au 24ème Corps d’Armée durant la guerre de Pologne. Il est pérennisé après la démobilisation.
-115ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Castres et affecté au 16ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-116ème RALH mis sur pied par le CMA 13 et affecté au 13ème Corps d’Armée durant la guerre de Pologne. Il est pérennisé après la démobilisation

-117ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Toulouse et affecté au 17ème corps d’armée disposait de deux groupes équipés de 105L modèle 1913S et de deux groupes équipés de 155L modèle 1877-14.

-118ème RALH mis sur pied par le CMA 38 de Rochefort et affecté au 18ème Corps d’Armée durant la guerre de Pologne. Il est pérennisé après la démobilisation
-149ème RALH : ce régiment est mis sur pied avec deux groupes du 147ème RALH et envoyé au Levant. Il est maintenu après la démobilisation.

Au niveau de l’équipement, les canons de 105L modèle 1913 sont progressivement remplacés par des 105L modèle 1936S alors que les canons de 155L modèle 1877-14 sont remplacés par des canons de 155L modèle 1917, modèle 1918 ou modèle 1945.

Tous les régiments d’artillerie lourde hippomobile en août 1948 disposent de deux groupes de 105 et de deux groupes de 155 à trois batteries de quatre pièces soit un total de 48 canons par régiments.

Lors de la mobilisation d’août/septembre 1948, les RALH dissous à l’été 1940 sont réactivés avec d’abord des pièces anciennes sorties des stocks (105L 13, 155L modèle 1877-14) puis des pièces plus modernes.
A noter que suivant une décision prise dès le 1er septembre 1948, il est prévu que les nouveaux groupes d’artillerie lourde mis sur pied après la mobilisation générale soit des groupes à tracteurs, l’objectif étant de parvenir à une motorisation complète de l’artillerie.

21-Armée de terre (42)

Les Groupements de Reconnaissance de Corps d’Armée (G.R.C.A)

Les GRCA sont GRDI mais au niveau stratégique au niveau du Corps d’Armée. A la différence des GRDI, tous les GRCA sont dissous en août 1940, les corps d’armée n’existant pas en temps de paix. Vingt-trois GRCA sont mis sur pied.

GRCA type normal

-Un état-major et un peloton de commandement (PC, transmissions, renseignement, éclaireurs motocyclistes et pionniers sapeurs)

-Escadron Hors Rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Un groupe d’escadrons hippomobiles avec un état-major, un groupe de deux canons de 25mm et deux escadrons de fusiliers composés d’un peloton de commandement (avec un mortier de 60mm), quatre peloton de fusiliers et un groupe de deux mitrailleuses

-Un groupe d’escadrons motorisés avec un état-major, un escadron de fusiliers motocyclistes (un peloton de commandement et quatre pelotons de fusiliers motocyclistes) et un escadron de mitrailleuses et de canons antichars avec deux pelotons de quatre mitrailleuses et un groupe de deux canons de 25mm tractés puis portés.

GRCA type motorisé

-Un état-major et un peloton de commandement (PC, transmissions, renseignement, éclaireurs motocyclistes et pionniers sapeurs)

-Escadron Hors Rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Un groupe d’escadrons avec un état-major et deux escadrons de fusiliers motocyclistes (peloton de commandement et quatre pelotons de fusiliers motocyclistes)

-Un groupe d’escadrons avec un état-major, un escadron de fusiliers motocyclistes et un escadron de mitrailleuses et de canons antichars (peloton de commandement, deux pelotons de quatre mitrailleuses et deux pelotons de deux canons de 25mm tractés puis portés)

Liste des GRCA

-1er GRCA (motorisé sans automitrailleuses) : mis sur pied à partir du CMC 2 de Compiègne, il est affecté au 11ème puis au 2ème Corps d’Armée

-2ème GRCA (motorisé sans automitrailleuses) : mis sur pied à partir du 7ème chasseurs et du CMC 3 d’Evreux, il est affecté au 1er Corps d’Armée

-3ème GRCA (motorisé sans automitrailleuses) : mis sur pied à partir du Centre Mobilisateur de Cavalerie d’Orléans, il est affecté au 5ème Corps d’Armée

-6ème GRCA (type normal) : mis sur pied à partir du 7ème chasseurs et du CMC 3 d’Evreux, il est affecté au 3ème Corps d’Armée

-7ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC 4 d’Alençon, il est affecté au 4ème Corps d’Armée

-8ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le 30ème dragons de Metz et par le CMC 26 d’Epernay, il est affecté au 6ème Corps d’Armée

-9ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le 11ème régiment de chasseurs à cheval et le CMC 7, il est affecté au 7ème Corps d’Armée

-10ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le 9ème régiment de dragons, le CMC 26 d’Epernay et le CMC 8 de Beaune, il est affecté au 8ème Corps d’Armée

-11ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le centre mobilisateur de cavalerie de Niort, il est affecté au 9ème Corps d’Armée

-12ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC de Dinan, il est affecté au 10ème Corps d’Armée

-13ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC 17 de Montauban, il est affecté au 17ème Corps d’Armée

-14ème GRCA : (type normal) mis sur pied par le CMC 3 de Saint Lô et par le CMC 61 de Saint Germain en Laye, il est affecté au 21ème Corps d’Armée

-15ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC 20 (Sarreguemines-Baccarat), il est affecté au 20ème Corps d’Armée

-16ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC 18 et le 2ème hussard installés à Tarbes, il est affecté au 18ème Corps d’Armée

-17ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC 11 de Pontivy, il est affecté au 11ème Corps d’Armée

-18ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le CMC 16 de Carcassonne, il est affecté au 16ème Corps d’Armée

-19ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le dépôt de cavalerie 29 de Limoges et le CODP d’Angers, il est affecté au 23ème Corps d’Armée
-20ème GRCA (type normal) : mis sur pied par le 9ème régiment de cuirassiers et le CMC 14 de Lyon, il est affecté au 14ème Corps d’Armée

-21ème GRCA (type normal) mis sur pied par le CMC 15 de Tarrascon et par le 10ème dragons,il est affecté au 15ème Corps d’Armée

-22ème GRCA (type normal) mis sur pied par le CMC 3 de Saint Lo et par le CMC 61 à Pontoise, il est affecté au Corps d’Armée colonial

-23ème GRCA (type normal) mis sur pied par le CMC 19 et par le 20ème dragons installés à Limoges, il est affecté au 13ème Corps d’Armée

-24ème GRCA (type normal) mis sur pied par le CMC 29 de Bellac, il est affecté au 12ème Corps d’Armée

-25ème GRCA (type normal) mis sur pied par le dépôt de cavalerie 21 et par des éléments du 65ème GRDI, il est affecté au 24ème Corps d’Armée

En août 1948, lorsque l’armée française commence à mobiliser, les GRDI de métropole vont commencer à mettre sur pied les GRCA avec l’aide des Centres Mobilisateurs de Cavalerie et des Dépôts de Cavalerie, Le GRCA prenant le numéro de son Corps d’Armée de rattachement soit des GRCA numérotés de 1 à 39 (34 Corps d’Armée à divisions d’infanterie, 35, 36 et 37 pour les Corps de Cavalerie, 38 et 39 pour les deux CAC).

Les unités de cavalerie dans l’Empire  

En Afrique du Nord, la cavalerie continue de déployer des unités montées, des unités mixtes pétrole-picotin et des unités mécaniques. Certaines unités restent montées mais d’autres sont entièrement motorisées.

Algérie

Le dispositif cavalerie déployé dans la seule colonie de peuplement de l’Empire est réorganisé entre septembre 1940 et septembre 1948.

En mars 1945, la 3ème brigade de spahis voit le jour avec les 1er, 2ème et 3ème régiments de spahis algériens, régiments qui restent montés. Ils sont organisés de la façon suivante :

-Un état-major et un peloton de commandement (PC, transmissions,renseignement, éclaireurs motocyclistes et pionniers sapeurs)

-Un escadron hors rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Un escadron de mitrailleuses et d’engins (4 canons de 25mm, 8 mitrailleuses de 8mm puis de 7.5mm et 4 mortiers de 60mm)

-Deux groupes d’escadrons avec deux escadrons disposant chacun d’un état-major, d’un peloton de commandement de quatre pelotons de fusiliers.

Les régiments de chasseurs d’Afrique (2ème, 3ème et 5ème) déjà partiellement motorisés sont totalement motorisés et transformés en régiment d’automitrailleuses selon le schéma des régiments de découverte des Divisions Légères Mécaniques avec pour équipement des Panhard AMD 178 à canon de 25mm, certaines disposant de canons de 47mm.

Maroc

-Le 1er régiment de chasseurs d’Afrique qui reste partiellement motorisé, sa motorisation complète est réalisée en 1944.

-Le 2ème régiment de spahis marocain reste une unité montée

-Le 3ème régiment de spahis marocains reste une unité montée

-Le 8ème régiment de spahis algériens reste une unité montée

-2ème régiment étranger cavalerie : régiment monté puis régiment motorisé à partir du printemps 1947 pour appuyer le 3ème REI dans le Sud marocain. C’est un régiment comparable aux régiments de découverte des DLM avec AMD.

-Une compagnie montée saharienne transformée en compagnie portée sur véhicules tout terrain Laffly avec quelques AM-39 Gendron-Somua.

Levant

-Le 1er régiment de spahis marocains reste un régiment monté

-Le 8ème groupe d’automitrailleuses reste un groupe d’automitrailleuses, les Laffy-White étant remplacés par des AM-39 Gendron Somua

-Le 3ème groupe d’escadrons du 4ème régiment de spahis tunisiens est rebaptisé 5ème régiment de spahis tunisiens suite à la transformation du 4ème RST en régiment motorisé. Le 5ème RST reste une unité montée

-dix sept escadrons de ligne Alaouites, Druzes et Tcherkesses. Ils restent des unités montées

Indochine

-Un escadron d’automitrailleuses à Hanoï

-Un peloton devenu escadron à Saïgon

Ces deux escadrons longtemps équipés de vieilles White reçoivent en 1947/48 des AMD 178 Panhard ayant appartenus à des unités de métropole et reconditionnées par leur constructeur. Si la plupart ont conservé leur canon de 25mm d’origine, une poignée à reçut un canon de 47mm.