22-Armée de terre : armement et matériel (91) ordre de bataille (25)

Dispositif d’Armées du Sud-Ouest

Préambule

A la mobilisation de septembre 1939, un Détachement d’Armées des Pyrenées est mis sur pied sous la direction du général Moynard pour couvrir la frontière franco-espagnole. Allié d’Hitler et de Mussolini, on craint de la part de Franco l’ouverture d’un troisième front dans le sud du pays ce qui serait une vrai catastrophe.
Dès le mois d’août, l’alerte est déclenchée dans les 16ème, 17ème et 18ème régions militaires, la surveillance de la frontière étant à la charge de la gendarmerie (brigades départementales et des éléments de la garde républicaine) en attendant le déploiement d’unités de combat comme le 52ème bataillon de mitrailleurs indochinois dans les Pyrénées-Orientales et le 42ème bataillon de mitrailleurs malgaches dans le Pays Basque.

Le Détachement d’Armées des Pyrénées (DAP) est officiellement mis sur pied le 26 août 1939 sous le commandement du général Moynard qui dispose pour cela de dix bataillons de chasseurs pyrénéens, de huit bataillons d’infanterie, deux compagnies régionales du train et trois compagnies d’autocars sans oublier la mobilisation des 16ème et 17ème bataillons de douaniers.

Ces unités doivent mener la couverture de la frontière avec en réserve, deux divisions d’infanterie, la 31ème DIAlp et la 67ème DI, quatre groupes de 75mm et cinq groupes de 155mm.

A la mobilisation générale, le DAP doit recevoir encore le renfort de trois divisions, les 32ème, 35ème et 36ème DI, les deux bataillons de mitrailleurs devenant des demi-brigades. La détente des relations franco-espagnoles permet à toutes ces unités de rallier la frontière nord-est et les Alpes, le Détachement d’Armées des Pyrénées est dissous le 24 octobre 1939.

Jusqu’au printemps 1944, peu de troupes sont stationnés dans les Pyrénées mise à part la 36ème DI au Pays Basque et la 31ème DIAlp de Montpelier.

A partir de mars 1944, l’agitation communiste, anarchiste et socialiste reprend en Espagne, donnant du fil à retordre au régime franquiste qui pensait avec une répression féroce avoir maté les ferments qui permettrait un retour de l’ancien régime républicain.

Des maquis voient le jour notamment dans le Val d’Aran et dans le nord de Catalogne, à proximité immédiate de la frontière française. Comme souvent dans ce genre de situation, les irréguliers frappent en Espagne et leur forfait accomplit se replie en France à l’abri des foudres franquistes, bénéficiant de la complicité de nombreux immigrés espagnols installés dans le Sud-Ouest.

Excédé, Franco menace de s’octroyer un droit de poursuite en France, en clair d’ignorer la frontière française et de laisser la Guardia Civil voir l’armée traquer les guerilleros jusqu’en France.

Pour éviter une situation de ce type, six bataillons de chasseurs pyrénéens sont réactivés répartis en trois demi-brigades de chasseurs pyrénéens, une DBCPyr pour le secteur de l’Adour, une pour le secteur de Geronne et un autre pour le secteur Roussillon (qui remplace le secteur «Aude» de l’ancien Détachement d’Armées des Pyrénées).

La 1ère DBCPyr regroupe les 1er et 2ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème et 4ème BCPyr et la 3ème DBCPyr regroupe les 5ème et 6ème BCPyr, la première étant affecté au secteur Adour, la troisième au secteur de Geronne et la troisième pour le secteur Roussillon, le tout sous l’autorité du général commandant le Détachement d’Armées du Sud-Ouest.

Outre la 31ème Division d’Infanterie Alpine (31ème DIAlp), la 2ème Division Tchècoslovaque est déployée dans le pays Basque après sa formation au printemps 1945.

A la mobilisation, le nombre de bataillons de chasseurs pyrénéens est porté à neuf plus un bataillon d’instruction (pouvant être utilisé comme bataillon de combat en cas de besoin), trois bataillons de mitrailleurs sont également déployés sur la frontière pour tenir les cols sans oublier des unités d’artillerie, du génie, du train, des transmissions et de l’intendance.

Organisation du Détachement d’Armées du Sud-Ouest

-Etat-major installé à Pau

-Les gouverneurs militaires des 6ème, 7ème et 8ème régions militaires sont chargés de gérer les infrastructures, de l’entrainement des recrues et de tout ce qui concerne la logistique.

-Chacun des trois secteurs (Adour, Geronne et Roussillon) correspond à un Corps d’Armée qui recevront un numéro en cas d’engagement contre l’Espagne. Le Secteur Adour deviendra le 40ème CA, le Secteur Geronne le 41ème CA et le Secteur Roussillon le 42ème CA.

-Secteur Opérationnel de l’Adour

-Etat-major à Bayonne

-2ème Division d’Infanterie Tchècoslovaque à trois régiments d’infanterie (4ème, 5ème et 6ème RIT), deux régiments d’artillerie (3ème régiment d’artillerie tchèque et 4ème régiment d’artillerie tchèque, le premier étant l’équivalent d’un RAD et le second l’équivalent d’un RALD), la 2ème Batterie Divisionnaire Antichar tchèque, le 2ème Bataillon de défense antiaérienne tchèque, du 96ème bataillon du génie et diverses unités de soutien.

-1ère Demi-Brigade de Chasseurs Pyrénéens (1ère DBCPyr) avec les 1er, 2ème et 7ème BCPyr

Ces BCPyr nouvelle génération dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une compagnie hors-rang, de trois compagnies de fusiliers voltigeurs, d’une compagnie d’accompagnement (canons de 25mm, mitrailleuses et mortiers) et nouveauté d’une section d’éclaireurs skieurs.

-7ème régiment de mitrailleurs organisé en un état-major, une compagnie de commandement et trois bataillons de mitrailleurs.

Les deux premiers sont organisés en un état-major, une section de commandement, une compagnie hors-rang, trois compagnies de mitrailleurs et une compagnie d’engins et de fusiliers voltigeurs alors que le troisième bataillon est organisé en un état-major, une section de commandement, une compagnie hors-rang, trois compagnies de mitrailleur, une compagnie d’engins (9 canons de 25mm et 6 mortiers de 81mm) et une compagnie de fusiliers voltigeurs à quatre section.

-Le 36ème régiment d’artillerie légère d’Issoire est transféré dans les Pyrénées, déployant un groupe de 75mm dans chaque secteur.

-Le génie déploie un bataillon de génie de montagne, le 1er dans ce secteur.

-On trouve également des unités de transmission, d’intendance et du train.

-La cavalerie ne déploie pas d’unités dans ce secteur montagnard.

-Secteur Opérationnel de Geronne

-Etat-major à Tarbes

-2ème DBCPyr regroupe les 3ème, 4ème et 8ème BCPyr

-11ème régiment de mitrailleurs

-2ème groupe du 36ème régiment d’artillerie légère

-2ème bataillon de génie de montagne

-On trouve également des unités de transmission, d’intendance et du train.

-La cavalerie ne déploie pas d’unités dans ce secteur montagnard.

-Secteur Opérationnel du Roussillon

-Etat-major à Perpignan

-31ème Division d’Infanterie Alpine stationnée à Montpelier qui est en temps pourrait se déployer à Perpignan et dans sa région.

-3ème DBCPyr regroupant les 5ème, 6ème et 9ème BCPyr

-Le 10ème BCPyr stationné à Perpignan est une unité d’instruction pouvant servir d’unité de combat

-14ème régiment de mitrailleurs

-3ème groupe du 36ème régiment d’artillerie légère

-3ème bataillon de génie de montagne

-On trouve également des unités de transmission, d’intendance et du train.

-La cavalerie ne déploie pas d’unités dans ce secteur montagnard.

21-Armée de terre (20)

Régiments d’infanterie alpine

Alpins du 299ème Régiment d'Infanterie Alpine (299ème RIA)

Alpins du 299ème Régiment d’Infanterie Alpine (299ème RIA)

Les régiments d’infanterie alpine ou R.I.A voient le jour le 1er octobre 1887 lors de la création des dix-huit régiments régionaux. Trois d’entre-eux furent affectés à la défense des Alpes en l’occurence le 157ème RI de Lyon qui fournit deux bataillons pour la défense de l’Ubaye, le 158ème RI de Lyon  qui fournit deux bataillons pour la défense de la Tarentaise et de la Maurienne et enfin le 159ème de Nice qui dès 1890 est déployé dans le Briançonnais.

Ces régiments sont déployés été comme hiver dans les Alpes, ils constituent la partie fixe de la défense des Alpes face à une Italie théoriquement hostile puisque signataire de la Triple Alliance ou Triplice en 1882 avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie à la différence des chasseurs alpins qui eux sont des unités mobiles.

Ultérieurement, le 97ème RI de Chambery est également transformé en R.I.A tout comme le 96ème RI de Gap, le 99ème RI de Lyon et le 140ème RI de Grenoble, portant le nombre à sept régiments d’infanterie alpine. Si les hommes de ces régiments portaient la tarte, ils portaient le pantalon garance, un moyen infaillible de les différencier des chasseurs alpins.

Les R.I.A participent naturellement au premier conflit mondial et en septembre 1939, sont toujours présents dans l’ordre de bataille de l’armée française :

-Le 3ème régiment d’infanterie alpine (3ème RIA) de Sospel est l’un des deux régiments d’infanterie de la 57ème brigade d’infanterie alpine qui dépend de la 29ème Division d’Infanterie Alpine de Nice.

-Le 15ème régiment d’infanterie alpine (15ème RIA) d’Albi appartient à la 31ème division d’infanterie alpine de Montpelier.

-Le 80ème régiment d’infanterie alpine (80ème RIA) stationné à Metz est l’un des trois régiments d’infanterie de la 42ème division d’infanterie de Metz

-Le 99ème régiment d’infanterie alpine (99ème RIA) stationné à Lyon appartient à la 53ème brigade d’infanterie alpine en compagnie de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins, brigade qui dépend de la 27ème DIAlp.

-Le 141ème régiment d’infanterie alpine (141ème RIA) de Nice appartient à la 58ème brigade d’infanterie alpine qui dépend de la 29ème DIAlp de Nice.

-Le 159ème régiment d’infanterie alpine (159ème RIA) de Briançon est l’un des deux régiments d’infanterie de la 53ème brigade d’infanterie alpine, brigade qui dépend de la 27ème DIAlp.

A la mobilisation de septembre 1939, d’autres R.I.A sont mis sur pied à partir des régiments d’infanterie alpine d’active :

-Le  55ème RIA de Digne est intégré à la 30ème DIAlp

-Le 81ème RIA de Montpelier est intégré à la 31ème DIAlp de Montpelier

-Le 96ème RIA de Montpelier est intégré à la 31ème DIAlp de Montpelier

-Le 97ème RIA de Chambery est intégré à la 28ème DIAlp en compagnie du 99ème RIA

-Le 112ème RIA de Hyères est intégré à la 29ème DIAlp

-Le 140ème RIA de Grenoble est intégré à la 27ème DIAlp où il remplace le 99ème RIA

-Le 203ème RIA de Hyères est intégré à la 65ème division d’infanterie

-Le 299ème RIA de Lyon est intégré lui à la 64ème division d’infanterie.

A l’issue de la démobilisation, ces huit régiments de mobilisation sont dissous en compagnie généralement des divisions de formation.

Huit ans plus tard, en août 1948, la 28ème DIAlp est réactivée avec trois régiments d’infanterie alpine en l’occurence le 97ème RIA de Chambery, le 140ème RIA de Grenoble et le 203ème RIA de Hyères.

La 30ème DIAlp est elle aussi réactivée mais avec seulement deux régiments en l’occurence le 55ème RIA de Digne et le 81ème RIA de Montpelier auxquels s’ajoute ultérieurement la 22ème DBCA. Le 96ème RIA recréé est intégré à la 57ème DI stationné dans le Jura.

Les autres régiments d’infanterie alpine activés en septembre 1939 ( 112ème RIA et 299ème RIA) ne sont pas réactivés, la création d’une nouvelle division alpine pour couvrir l’Espagne ayant été jugée superflu avec la présence de six bataillons de chasseurs pyrénéens (neuf après mobilisation, un dixième bataillon d’instruction pouvant si nécessaire servir d’unité de combat) et de la 31ème DIAlp de Montpelier qui aligne deux RIA et une demi-brigade de chasseurs alpins, la 42ème DBCA qui regroupe les 89ème 93ème et 98ème BCA. .

Les régiments d’infanterie alpine sont organisés comme des régiments d’infanterie type Nord-Est avec comme différence une adaptation à leur milieu particulier.

Bataillons de chasseurs pyrénéens

Insigne du 9ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens (9ème BCPyr)

Insigne du 9ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens (9ème BCPyr)

Si les chasseurs alpins sont connus et célèbres, les chasseurs pyrénéens n’ont pas l’aura et la célébrité de leurs homologues alpins probablement parce que contrairement à l’Italie, l’Espagne de Franco resta dans une neutralité qui passa progressivement d’une neutralité amicale vis à vis de l’Axe à une neutralité qui tenait à donner de plus en plus de gages aux alliés quand le cours de la guerre évolua en leur faveur.

A la mobilisation d’août/septembre 1939, un Détachement d’Armées des Pyrénées est mis en place pour surveiller un Franco dont on ignorait les desseins. Allait-il se ranger du côté de l’Axe en remerciement l’aide apportée par Berlin et Rome ? Allait-il menacer la France d’une riposte après son soutien au gouvernement légitime ?

Ce détachement d’armées des Pyrénées à l’existence éphémère (il est dissous dès le 25 octobre 1939) voit la mobilisation de dix bataillons de chasseurs pyrénéens numérotés de 1 à 10 (1er BCPyr au 10ème BCPyr).

Ces bataillons sont organisés comme les BCA avec un état-major, une compagnie hors-rang, trois compagnies de fusiliers voltigeurs et une compagnie d’accompagnement.

Ces dix bataillons sont regroupés en cinq demi-brigades de chasseurs pyrénéens, les 1er et 2ème bataillons formant la 1ère demi-brigade de chasseurs pyrénéens (1ère DBCPyr), les 3ème et 4ème bataillons forment la 2ème DBCPyr, les 5ème et 6ème bataillons forment la 3ème DBCPyr, les 7ème et 8ème bataillons la 4ème DBCPyr et enfin les 9ème et 10ème BCPyr forment une 5ème DBCPyr.

Une fois la neutralité de Franco assurée et le détachement d’armées des Pyrénées dissous, ces demi-brigades sont envoyées dans l’Est de la France pour renforcer le TONE.

Après avoir envisagé d’en maintenir une partie, la démobilisation de septembre 1940 provoque la dissolution de tous les BCPyr et de leurs DBCPyr.

Il semblait dit que les chasseurs pyrénéens appartiendraient désormais à l’histoire mais au printemps 1944, un facteur extérieur va permettre leur renaissance.

En effet à partir de mars 1944, l’agitation communiste, anarchiste et socialiste reprend en Espagne, donnant du fil à retordre au régime franquiste qui pensait avec une répression féroce avoir maté les ferments qui permettrait un retour de l’ancien régime républicain.

Des maquis voient le jour notamment dans le Val d’Aran et dans le nord de Catalogne, à proximité immédiate de la frontière française. Comme souvent dans ce genre de situation, les irréguliers frappent en Espagne et leur forfait accomplit se replie en France à l’abri des foudres franquistes, bénéficiant de la complicité de nombreux immigrés espagnols installés dans le Sud-Ouest.

Excédé, Franco menace de s’octroyer un droit de poursuite en France, en clair d’ignorer la frontière française et de laisser la Guardia Civil voir l’armée traquer les guérilleros jusqu’en France.

Pour éviter une telle situation, le général Villeneuve décide de réactiver les BCPyr sous la forme de six bataillons répartis en trois demi-brigades de chasseurs pyrénéens, une DBCPyr pour le secteur de l’Adour, une pour le secteur de Geronne et un autre pour le secteur Roussillon (qui remplace le secteur «Aude» de l’ancien Détachement d’Armées des Pyrénées).

La 1ère DBCPyr regroupe les 1er et 2ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème et 4ème BCPyr et la 3ème DBCPyr regroupe les 5ème et 6ème BCPyr, la première étant affecté au secteur Adour, la troisième au secteur de Geronne et la troisième pour le secteur Roussillon, le tout sous l’autorité du général commandant le Détachement d’Armées du Sud-Ouest.

Ces BCPyr nouvelle génération dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une compagnie hors-rang, de trois compagnies de fusiliers voltigeurs, d’une compagnie d’accompagnement (canons de 25mm, mitrailleuses et mortiers) et nouveauté d’une section d’éclaireurs skieurs.

La mise en place de ces trois demi-brigades chargées de tenir les cols va considérablement apaiser la situation et va gêner le dévellopement des mouvements de guérillas espagnols qui n’étaient pas vraiment en odeur de sainteté à Paris, le gouvernement conservateur ne voulant surtout pas d’un troisième front au delà des Pyrénées.

A la mobilisation de septembre 1948, les DBCPyr sont musclées avec l’activation dans chaque demi-brigade d’un troisième bataillon.

C’est ainsi que la 1ère DBCPyr regroupe désormais les 1er, 2ème et 7ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème, 4ème et 8ème BCPyr alors que la 3ème DBCPyr regroupe au final les 5ème, 6ème et 9ème BCPyr.

Un 10ème BCPyr est également activé à Perpignan avec une double mission : défense de la capitale du Roussillon et instruction des recrues des autres BCPyr.

21-Armée de terre (4)

B-Régiments, divisions, corps d’armée, armées et groupe d’armée : le squelette de l’armée de terre

Cinq millions d’hommes sous les drapeaux !

Dès la fin du mois d’août 1939, les premiers réservistes sont rappelés pour compléter les unités pendant que les structures de mobilisation sont mises en place notamment les état-majors de groupe d’armée, d’armées et de corps d’armée.

La guerre déclarée, la mobilisation bat son plein, orchestrée par les régions militaires qui complètent d’abord les effectifs des divisions de première échelon qui montent aussitôt à la frontière avant de mettre sur pied des unités de réserve à partir des réservistes les plus âgés, unités assez mal équipées ce qui n’aura aucune conséquence puisque mis à part quelques escarmouches entre patrouilles, il n’y eut aucun combat sur le front occidental.

Sous l’autorité du général Gamelin, on trouve la majorité des effectifs en métropole et notamment sur le front nord-est. Le Théâtre des Opérations du Nord-Est (TONE) placé sous l’autorité du général Georges concentre l’essentiel des unités de combat.

Ces unités de combat sont regroupées en trois groupes d’armées. Le n°1 couvre la zone allant de la mer du Nord à Longuyon avec la 1ère, la 7ème armée, le BEF, la 2ème et la 9ème armée, les trois premières devant pénétrer en Belgique pour appliquer la manoeuvre Dyle-Breda, les deux autres armées composées essentiellement d’unités de réservistes doivent servir de pivot à la manoeuvre et tenir fermement le massif des Ardennes.

Le groupe d’armée n°2 couvre la frontière allemande, en arrière de la ligne Maginot de Longuyon à Selestat avec les 3ème, 4ème, 5ème soit quarante divisions, un nombre important alors que la ligne Maginot est censée économiser des hommes en les remplaçant par du béton. Au lieu de cela, la muraille de France devient une véritable éponge, absorbant toujours plus de troupes.

Le groupe d’armées n°3 occupe le Haut Rhin avec les 8ème et 6ème armées pour prevenir une éventuelle manoeuvre allemande par la Suisse.

Le Théâtre d’Opérations du Sud-Est (TOSE) couvre les Alpes pour prevenir une éventuelle attaque italienne. Il ne dispose que de l’armée des Alpes mais s’appuie également sur des fortifications qui ajoutées au relief et au climat rende sa conquête extrêmement difficile si on ne dispose pas de moyens colossaux ou que l’on est prêt à sacrifier un grand nombre d’hommes.

Un Détachement d’Armées des Pyrénées est mis sur pied à la mobilisation pour surveiller les agissements de Franco. Ce dernier qui doit consolider son pouvoir et relever une Espagne ravagée par la guerre civile n’est guère interessé par une aventure militaire outre-pyrenées et se tient tranquille ce qui entraine la dissolution du détachement le 24 octobre 1939.

En dépit des progrès de la motorisation et de la mécanisation, l’armée de terre mobilisée en septembre 1939 ne diffère guère de celle de 1914 avec une prédominance écrasante des divisions d’infanterie.

On trouve ainsi sur le seul front Nord-Est, soixante-trois divisions d’infanterie et sept divisions d’infanterie motorisées soit soixante divisions d’infanterie sur la centaine de grandes unités disponibles à l’issue de la mobilisation.

A l’issue de la démobilisation, le nombre d’unités d’infanterie retombe à son niveau du temps de paix comme nous l’avons vu plus haut mais le nombre d’unités de «cavalerie» va croitre de manière très importante avec la création de nouvelles D.L.M et des DCr.

La réforme de mars 1942

En mars 1942, le général Villeneuve réorganise totalement la chaine de commandement. Son QG installé au château de Vincennes est un véritable état-major combiné ayant pleine autorité sur l’armée de terre (dirigée par un partisan de ses thèses, le général de Ganelon) et uniquement en temps de guerre sur la marine et l’armée de l’air.

Il divise l’armée de terre en quatre groupements. Outre le Corps d’Armée Cuirassé commandé par le général Billote puis par le général Delestraint placé sous l’autorité du chef d’état major de l’armée de terre, il conserve trois groupes d’armées dont la zone de responsabilité est modifiée par rapport à 1939.

Le GA1 à pour zone de responsabilite le territoire allant de la mer du Nord aux Ardennes inclues, le GA2 chargé de la défense de la zone arrière de la ligne Maginot mais également du Jura, la limite entre le GA2 et le GA3 étant fixé au lac Leman. Le GA3 lui couvre les Alpes face à la menace italienne.

Ces groupes d’armées disposeront peu ou prou des mêmes unités qu’en septembre 1939. Un texte de septembre 1946 prévoit le schéma suivant.

-Groupe d’Armées n°1 : 1ère et 7ème armée, Corps Expéditionnaire Britannique, 2ème et 9ème armée auxquelles s’ajoutent, deux corps de cavalerie, le 1er C.C disposant des 1ère et 5ème DLM et le 2ème CC disposant des 3ème et 7ème DLM.

La 1ère armée doit disposer de trois corps d’armée à deux divisions chacun, la 7ème armée doit disposer de deux corps d’armée à trois divisions, la British Expeditionnary Force doit aligner  douze divisions (douze divisions d’infanterie puis dix d’infanterie et deux blindées), la 2ème armée doit disposer de trois corps d’armée à deux DI et la 9ème armée de  trois corps d’armée à deux divisions soit un total de  24 divisions d’infanterie (+12 divisions britanniques) et 4 divisions de cavalerie.

-Groupe d’Armées n°2 : 3ème, 4ème, 6ème et 8ème armées auxquelles s’ajoute le 3ème Corps de Cavalerie disposant des 2ème, 4ème et 8ème DLM.

Les 3ème et 4ème armée doivent disposer de trois corps d’armée à deux divisions plus un corps d’armée britannique à deux divisions soit seize divisions, la 6ème armée devant disposer de trois corps d’armée à deux divisions soit six divisions (dont une alpine), la 8ème armée disposant elle de deux corps d’armée à deux divisions plus un corps d’armée disposant d’une division d’infanterie et d’une division alpine destinée à intervenir en Suisse sur demande du gouvernement de la confédération helvétique soit grandes unités ce qui nous donne un total de 28 divisions.

-Groupe d’Armées n°3 : 5ème armée dite Armée des Alpes composée de trois corps d’armée à trois divisions d’infanterie. Ce GA n°3 disposant également de la 6ème DLM, le GA n°3 dispose de dix divisions. Ce groupe d’armée prend également sous son aile, les troupes stationnées en Corse.

Les deux CAC sont théoriquement placés sous le commandement du CEMAT mais en cas de besoin,  ils peuvent être placés sous le commandement des groupes d’armées, l’idée étant d’engager en bloc les DC pour former une masse de manoeuvre critique.

Selon  donc ce document, la force de manoeuvre de l’armée de terre doit se composer de 84 divisions dont 14 divisions «blindées-mécanisées» mais ce chiffre n’inclus ni les troupes néerlandaises (six à huit divisions), belges (vingt-deux divisions) et côté français, les divisions de réserve générale, seize divisions d’infanterie regroupés en huit corps d’armée censés n’intervenir qu’en cas d’attaque massive ou en cas de menace d’invasion du territoire national.

Pour ce qui est des troupes dans l’Empire, elles sont modernisées voir augmentées (des brigades devenant des divisions par exemple) mais les structures de commandement ne changent pas.