Scandinavie (84) Finlande (22)

Artillerie de campagne

Avant-propos

Plus qu’ailleurs le parc d’artillerie finlandais est hétérogène avec des dizaines de modèles différents mais des stocks de munitions limités.

Il y aura bien des tentatives pour rationaliser le parc mais ils se heurteront à un manque chronique de fonds doublé d’une absence de volonté claire et ferme.

L’aide allemande sera là aussi importante avec la livraison de canons de 105 et de 150mm mais en nombre insuffisant pour remplacer toutes les pièces existantes. Ironie de l’histoire nombre de ses canons participeront aux combats de l’automne 1953 entre anciens alliés.

De manière arbitraire j’ai décidé de traiter dans cette partie tous les canons et les obusiers d’un calibre inférieur ou égal à 105mm, les autres seront étudiés dans la partie consacrée à l’artillerie lourde.

Canon de 75mm modèle 1901 (75 Lyhyt Kanuuna 01)

Ce canon de 75mm est une pièce de conception et de fabrication allemande (Erhardt). Utilisé par la Norvège à 120 exemplaires , il à été utilisé par la Finlande suite à un don du gouvernement norvégien en réponse à une demande du ministre finlandais des affaires étrangères Väinö Tanner le 8 décembre 1939.

Comme la neutralité norvégienne interdit ce type de transfert, les douze canons sont vendus avec 71666 obus à la firme suédoise Bofors qui se charge de les revendre à la Finlande.

Onze de ces canons sont engagés dans la guerre d’Hiver, tirant 36400 obus. Durant la Pax Armada, des stocks de munitions empruntèrent le même chemin en compagnie de commandes passées à l’Allemagne ce qui permet de reconstituer les stocks.

En juin 1950 huit de ces canons étaient toujours en service mais au sein de l’artillerie de forteresse avant d’être transférés en septembre 1952 à l’artillerie de défense côtière. En avril 1954 il restait trois canons qui sont ferraillés.

Le 75 LYHYT KANUUNA 01 était un canon de 75mm pesant 1002kg en ordre de tir (mais 1885kg en configuration transport) tirant un obus de 6.5kg via un tube de 31 calibres (2.167m) à une distance maximale de 10000m. L’affût permet au canon de pointer en site de -7° à +15° et en azimut sur 7°.

Canon de 75 modèle 1897

Certaines armes acquièrent un statut légendaire. Le canon de 75mm modèle 1897 en fait partie au point qu’on l’appelait le plus souvent «75» et qu’il n’y avait pas besoin de préciser tout comme quand on disait «Stuka» (Junkers Ju-87) ou «Bofors» (canon de 40mm).

Ce canon qui fût au centre de l’affaire Dreyfus donne à l’artillerie française une longueur d’avance sur ses alliés et ses ennemis mais cela aura aussi pour conséquence de bloquer tout investissement dans le domaine de l’artillerie lourde.

Pénétrée par l’idée de l’offensive à outrance l’armée française de 1914 se veut «féline souple et agressive» pour reprendre l’expression d’un lieutenant français anonyme quand on lui parlait du caractère du soldat français.

Elle délaisse donc l’artillerie lourde persuadée qu’elle n’aura ni à assiéger des places fortes ni à devoir détruire des abris de campagne, persuadée que le «75» est le canon miracle et capable de remplir tous les rôles de l’artillerie dans la guerre moderne. On connait la suite…… .

La suite c’est certes le besoin de dévelloper toujours plus de pièces d’artillerie lourde (jusqu’au calibre 520mm !) et surtout l’extraordinaire polyvalence du modèle 1897 qui devient canon automoteur, canon antiaérien, canon de char et même canon antichar même si l’Allemagne wilhelmienne utilisa peu de blindés. Et je ne parle même pas des canons utilisés par la marine.

Ce canon était toujours largement en service dans l’armée française en septembre 1939 même si une partie du parc à été modernisé avec notamment le remplacement des roues en bois par des roues munies de pneumatiques pour la traction automobile.

La Finlande reçoit au cours de la guerre d’Hiver 48 canons modèle 1897 qui vont être utilisés contre les soviétiques. Quand la guerre se termine il restait 36 canons opérationnels, six ayant été réformés et six autres capturés par les soviétiques.

Toujours en service en juin 1950, ces canons en dépit d’un calibre hétérodoxe vont continuer à être utilisés jusqu’au milieu du second conflit mondial. Les derniers canons sont retirés du service en 1952 sauf ceux utilisés pour le BT-44.

Le 75 LYHYT KANUUNA 40 était un canon de campagne de 75mm pesant 1140kg en batterie (mais 1970kg en configuration route) tirant un obus de 6.195kg à une distance maximale de 11000m à raison de 20 coups par minute avec une équipage de pièce (7 hommes) entraînée. L’affût permet au canon de pointer en site de -11° à +18° et en azimut sur 6°.

Canon de 75mm modèle 1914 Schneider (Schneider PD-7)

Ce canon de 75mm était donc une création des Etablissements Schneider. Le Schneider PD-7 (P = Puissance D = ligne de mirée organisée pour la division des opérations de pointage 7 : septième modèle de ce type) était une évolution du canon de 75mm modèle 1912 destiné à la cavalerie. A noter que le PD-6 antérieur à équiper le Portugal, la Serbie et la Belgique

Comment diable ce canon s’est retrouvé dans l’armée française ? Mais à cause du premier conflit mondial pardi !

A la mobilisation la France réquisitionne dans les usines Schneider du Creusot huit batteries de ces canons de 75mm destinés à l’armée grecque. Ces trente-deux canons officiellement connus sous le nom de Canon de campagne de 75mm modèle 1914 (Schneider PD-7) vont brièvement équiper la 17ème Division d’Infanterie en 1915 avant d’être remplacés par d’autres canons de 75mm.

Il restait quelques canons en stock puisque douze pièces vont être cédées à la Finlande au moment de la guerre d’Hiver avec un lot d’obus comprenant des obus spécifiquement destinés à ce canon mais aussi des obus conçus pour le modèle 1897. Ce canon à participé également à la guerre de Continuation avant d’être ferraillés pour les survivants.

Le canon de campagne de 75mm modèle 1914 (Schneider PD-7) était un canon pesant 1096kg en ordre de tir (1796kg avec l’avant-train) disposant d’un tube de 31.4 calibres (2.36m) permettant le tir d’un obus pesant au choix 5.3kg (explosif), 7.24kg (obus à balles), 7.98kg (obus explosif allongé) à une distance maximale de 6300m (obus à balles). L’affût permettait au canon de pointer en site de -8.3° à +16° et en azimut sur 6°.

Canon de 75mm modèle 1917

 

Le 75mm M1917 est un canon interimaire destiné à l’armée américaine après l’entrée en guerre des Etats-Unis dans le premier conflit mondial. L’équipement reposant sur les alliés et notamment la France, le canon de campagne standard de l’American Expeditionnary Force doit être non célébrissime «75».

Comme l’industrie française en dépit de prodiges peinait à fournir suffisamment de canons, les américains voulurent produire le modèle 1897 outre-Atlantique. Cela se heurta à de nombreux problèmes : plans incomplets et inadaptés, problèmes liés à l’utilisation du système métrique alors que l’industrie américaine utilisait le système impérial.

A l’époque les Etats-Unis avaient produit 851 canons QF-18 pounder pour l’armée britannique et devant les difficultés citées plus haut les américains réagirent de façon très pragmatique en décidant de rechambrer les QF 18 pounder pour pouvoir utiliser les munitions françaises. Il se distinguait extérieurement par un tube plus court et naturellement plus étroit.

Ironie de l’histoire le canon arriva trop tard pour participer au premier conflit mondial. L’US Army l’utilisa donc en temps de paix jusqu’à son remplacement par des canons plus modernes et d’un calibre plus élevé, les américains privilégiant le canon de 105mm pour l’artillerie divisionnaire.

La Grèce acheta 74 canons de ce type aux Etats-Unis et les utilisa durant la seconde guerre mondiale notamment durant l’invasion du pays par les italiens (opération CAESAR 5 mai 1949) puis lors de l’invasion allemande destinée à secourir une armée italienne dans la panade (opération MARITSA juillet 1949). Aucun canon n’à survécu à la campagne de Grèce qui s’achève en avril 1950 avec l’occupation de quasiment tout le pays (le Péloponnèse par exemple reste sous contrôle allié).

La Finlande achète 200 canons aux Etats-Unis au moment de la guerre d’Hiver mais ces canons arrivent trop tard. Les 75 LYHYT KANUUNA 17 furent modernisés, utilisant le stock de munitions de 75mm puis furent réalésés pour utiliser des obus de 76.2mm nettement plus abondants sur ce théâtre d’opération. En avril 1954 il restait une cinquantaine de canons qui sont tous ferraillés car sans aucune utilité pour la nouvelle armée finlandaise.

Le 75mm M1917/75 LYHYT KANUUNA 17 était un canon de 75mm pesant 1310kg (dont 450kg pour le seul canon) tirant via un tube de 28 calibres (2.24m) un obus QF 75x350mm de 7.3kg (shrapnel) ou de 5.6kg (explosif) à une distance maximale de 5938m (shrapnel) 7400m (explosif fusée courte) ou 6810m (fusée courte) à raison de 4 à 20 coups par minute. L’affût permet au canon de pointer en site de -5° à +16° et en azimut sur 4.5°.

Canon léger de montagne de 76mm

Ce canon désigné 76 LYHYT KANUUNA LK/13 & 76 LK/10/13 dans l’armée finlandaise à pour origine un canon français, le 75mm Schneider-Danglis 06/09, un canon mis au point par le colonel Danglis, un officier grec.

Ce canon par un étrange concours termina sa carrière en Finlande, quarante pièces étant vendues en 1939 à Helsinki par Athènes. Ces canons ont été utilisés durant la guerre d’Hiver puis relégués à l’instruction.

Helsinki utilisa également une évolution, un cousin russe. Saint Petersbourg se montra intéressée par le Schneider-Danglis mais avait besoin d’un canon au calibre compatible et c’est ainsi que le 75mm céda la place au 76.2mm aboutissant au canon de montagne 1909. Quelques canons furent utilisées par les finlandais (nombre exact inconnu, certaines sources parlant de 90 exemplaires) durant la guerre d’Hiver et même durant la guerre de Continuation.

Ce canon léger de montagne de 76.2mm pesait 627kg en position de tir (1225kg en configuration route) tirant un obus de 76.2x191mmR pesant 6.23kg via un tube de 16.5 calibres (1.25m) à une distance maximale de 8550m à raison de 10 coups par minute. L’affût permet à l’équipe de pièce de cinq hommes de pointer le canon en site de -6° à +28° et sur 50° en azimut.

Canon de 76.2mm modèle 1900

 

Ce canon apparu avec le vingtième siècle était une autre création de la firme Putilov. C’est un canon à tir rapide qui s’imposa face à des créations de Krupp, Shamona et Schneider. C’est le premier canon de 76.2mm et le premier canon à disposé d’un système d’absorption du recul qui évitait la nécessité de replacer la pièce pour un nouveau de tir ce qui permettait d’augmenter la cadence. Environ 2300 exemplaires ont été produits.

Il à été engagé dans la guerre russo-japonaise, dans le premier conflit mondial, dans la guerre civile russe mais aussi de nombreux conflits de la période 1919/1939 notamment aux marges de l’ancienne empire tsariste. La Finlande l’à utilisé durant les prémices de la guerre d’Hiver mais déjà obsolètes en 1914 ils l’était a fortiori vingt-cinq ans plus tard et les rares M1900 encore en état de tirer furent relégués à des tâches d’instruction pour la dizaine de pièces ayant survécu. Aucun canon n’à échappé à la fournaise du second conflit mondial.

Le canon de 76.2mm M1900 était un canon de campagne pesant 1000kg en position de tir tirant un obus de 6.4kg via un canon de 31.4 calibres (2.392m) à une distance maximale de 6700m. L’affût permet à l’équipe de pièce de pointer le canon en site de -6° à +11° et en azimut sur plus ou moins de 2.5°

Canon de 76.2mm modèle 1902 et modèle 1902/30

canon de 76.2mm modèle 1902/30

Le canon de 76mm modèle 1902 était le principal canon de l’artillerie de campagne tsariste quand éclate le premier conflit mondial. C’était l’équivalent de notre canon de 75mm modèle 1897 ou du canon de 77mm allemand.

Il à ensuite été employé durant la guerre civile russe par les deux camps puis dans l’immédiat après guerre, des canons de ce modèle ayant été récupérés par la Pologne et la Finlande, deux états nés de l’effondrement de la dynastie tricentenaire des Romanov. La Roumanie et la Turquie ont également acquis des canons une fois la paix revenue.

Le canon de 76mm modèle 1902 modifié 1930 était le canon de campagne le plus ancien de la RKKA en service en septembre 1939. Il était employé au niveau de la division.

Ce canon va être modernisé pour faire la jonction avec des pièces plus modernes. Cette modernisation qui aboutira au canon de 76mm modèle 1902/30 (outre des modèle 1902 modernisés, des pièces neuves seront produites).

Par rapport à son aîné, le «02/30» disposait d’un tube passant de 30 à 40 calibres (de 3.210m à 4.280m) ce qui augmentait la vitesse initiale et la portée, le trou dans le bouclier était agrandit pour permettre une augmentation du champ de tir vertical, un nouveau viseur est installé, des pneumatiques remplaçant les roues en bois pour permettre la traction automobile.

Grâce à ses modifications, la vitesse initiale passait à 662 m/s, l’angle d’élévation passait de 17 à 37°, la portée maximale passant elle de 8500 à 13290m.

Ces canons qui reçurent des obus perforants de 6.3kg pouvaient être utilisé pour la lutte antichar, pouvant pénétrer 56mm de blindage à 500m sous 30° d’incidence et 49mm à 1000m sous 30° d’incidence.

Ce canon était encore en service dans la RKKA en juin 1950 (550 modèle 1902 et 700 modèle 1902/30) et naturellement dans l’armée finlandaise sous la désignation de 76 KEVYT KANUUNA K/02-30 et qui appréciait ce canon (acquis à 125 exemplaires) au point de le conserver même après la livraison de pièces plus modernes.

En revanche à la fin du conflit les derniers canons furent retirés du service et envoyés à la ferraille.

A noter que si les modèle 1902 (192 exemplaires) ont été récupérés après le départ des troupes russes de Finlande, les 1902/30 ont été capturés durant la guerre d’Hiver ou durant la guerre de Continuation.

Le 76 KEVYT KANUUNA K/02-30 était un canon de campagne de 76.2mm tirant un obus encartouché QF 76.2x385mm pesant 7.5kg. Pesant 1350kg en batterie (mais 2380kg en configuration de route), il tirait ses obus via un tube de 40 calibres (4.280m) à une distance maximale de 13290m à raison de 10 à 12 coups par minute. L’équipe de pièce de six hommes peut pointer le canon en site de -3° à +37° et en azimut sur 5°.

Le 76 KEVYT KANUUNA K/02 était un canon de campagne de 76.2mm tirant un obus encartouché QF 76.2x385mm pesant 7.5kg. Pesant 1350kg en batterie (mais 2380kg en configuration de route), il tirait ses obus via un tube de 30 calibres (3.210m) à une distance maximale de 10600m à raison de 10 coups par minute. L’équipe de pièce de six hommes peut pointer le canon en site de -3° à +17° et en azimut sur 5°.

Canon de 76.2mm modèle 1927

Le canon de 76mm modèle 1927 est un canon destiné à l’appui rapproché de l’infanterie. Intégré au niveau du régiment il peut être considéré comme un canon d’infanterie (et aurait donc pu être traité dans la partie consacrée aux mortiers).

Entré en production en 1928, c’était un canon court muni d’un bouclier très enveloppant, son affût monté sur roues en bois pour la traction automobile en attendant une variante munie de pneumatiques pour la traction automobile.

Produit jusqu’en 1942 à environ 8500 exemplaires, ce canon était utilisé au niveau du régiment de fusiliers ou de cavalerie avec une batterie de quatre pièces. Au sein de la RKKA il à été remplacé par des mortiers de 120mm.

En juin 1950 l’Armée Rouge possédait environ 3500 exemplaires en service. Une partie tomba aux mains des allemands, des hongrois et des finlandais qui les utilisèrent pour les premiers depuis des blockhaus et pour les autres quasiment comme une pièce d’artillerie normale même si ses performances étaient moindres.

Ce n’était tout de façon pas son rôle de contrebattre l’artillerie ennemie, ce petit canon ayant été conçu pour neutraliser les fortifications de campagne, les nids de mitrailleuse voir le personnel ennemi surpris à découvert.

En juin 1950 sur les 8500 canons produits on estime le nombre de pièces encore en service à environ 3500 à la fois dans des zones épargnées par l’offensive allemande mais aussi sur le front ce qui explique la capture de canons de ce modèle par les finlandais, les allemands et même les hongrois. Ce canon connu dans l’armée finlandaise sous le nom de 76 RYKMENTIN KANUUNA RK/27 (RK27/36 pour la version améliorée) à été retiré du service en 1955 car obsolète. 254 exemplaires ont été utilisés par Helsinki.

Il pesait 780kg en ordre de tir (1620kg en configuration transport) et disposait d’un tube de 16.4 calibres (1.25m) qui permettait le tir d’un obus de 6.2kg (obus 76.2x167mm R) à une distance maximale de 4200m à raison de 10 à 12 coups par minute. L’équipe de pièce de six hommes protégé par un bouclier de 3.5mm pouvait pointer le canon en site de -6° à +25° et en azimut sur 6°.

Canon de 76.2mm divisionnaire M1939 F-22 (USV)

 

Ce canon connu dans l’armée finlandaise sous la désignation de 76 KEVYT KANUUNA K/36 était le remplaçant des canons de 76.2mm M1902 et de sa version modernisée M1902/30. Si le premier était obsolète en 1939 le second était en passe d’être déclassé et dépassé. Il devait également remplacer un canon pourtant récent le modèle 1936 ou F-22.

Ce canon disposait d’un affût à double flèche pour faciliter le pointage, un bouclier et un tube de 42 calibres. Signe des temps il dispose de pneumatiques et non de roues en bois ce qui signifie qu’il est prévu dès l’origine pour la traction automobile et uniquement pour elle.

La culasse est à ouverture verticale avec un mécanisme d’absorption du recul à fonctionnement hydraulique. Les systèmes de visée et les mécanismes de pointage sont placés de part et d’autre du tube.

Le programme est lancé en 1937 et c’est le projet du bureau d’études dirigé par Victor Grabin qui est choisit.

La production est lancée en 1939 avec cette année là la production de 140 canons et 1010 en 1940, la production se poursuivant en 1941 (1500), 1942 (2000) et 1943 (2500). La production cesse donc après la sortie de 7150 canons, la RKKA décidant de passer au 107mm pour l’artillerie divisionnaire.

Ce plan ne sera pas totalement achevé en juin 1950, certaines divisions de fusiliers disposant de canons de 76mm, de 107 et de 122mm. Mieux même la production du canon de 76mm se poursuivra mais uniquement dans un but antichar.

Ce canon à également été utilisé par les allemands, les finlandais, les hongrois et les roumains, des canons de prise retournés contre leur ancien propriétaire.

Si les premiers pour des raisons de communauté logistique préférait l’utiliser sur des positions fixes (bien que certains furent utilisés sur des chasseurs de chars et des canons d’assaut improvisés), les trois autres l’utilisaient au combat dès qu’il y avait suffisamment de munitions.

145 canons de ce type ont été utilisés par les finlandais jusqu’à la fin du conflit. Il retiré des unités de première ligne à la fin des années cinquante mais les unités de réserve les ont conservés jusqu’en 1967 quand après un incident de tir mortel (deux artilleurs tués après l’explosion d’un obus dans un canon de ce type), décision est prise de retiré le canon du service et de les envoyer à la ferraille moins une poignée conservée dans des musées.

Le 76 KEVYT KANUUNA K/36 était un canon de l’artillerie divisionnaire d’un calibre de 76.2mm pesant 1470kg en position de combat mais quasiment le double en configuration transport (2500kg). Grâce à son tube de 51.1 calibres, l’obus 76.2x385mmR pesant 6.2kg (explosif) ou 5.28kg (perforant) pouvait atteindre une cible à 13290m à raison de quinze coups par minute.

L’équipe de pièce composée de cinq ou six hommes pouvait à l’abri d’un bouclier de 3.5mm d’épaisseur pointer le canon en site de -5° à +75° et en azimut sur 60° soit 30° de part et d’autre de l’axe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s