Mitteleuropa (18) Hongrie (18)

Artillerie de campagne

Canon de 75mm Skoda modèle 1915

15M HEGYI ÁGYÚ (Hongrie)

Connu en version originale sous le nom de Skoda 7.5cm Gebirgskanone M.15, le canon de 75mm Skoda modèle 1915 est comme son nom l’indique un canon de montagne dont le caractère démontable entraîna un fragilité préjudiciable lors des remorquages en terrain difficile.

Utilisé durant le premier conflit mondial par les austro-hongrois et par les allemands (ces derniers comme canons d’infanterie), il à été utilisé une fois le conflit terminé par l’Italie qui à reçu ces canons au titre des dommages de guerre. Il à été naturellement utilisé par les pays ayant succédé à la Double-Monarchie à savoir l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Pologne et la Yougoslavie mais aussi la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie.

La mise au point de ce ce canon à été longue en raison des incertitudes des services techniques qui hésitaient entre un canon démontable en multiples fardeaux ou un canon démontable en ensembles plus gros.

Voilà pourquoi ce canon dont l’étude à été lancé en 1911 n’à été mis en service qu’en avril 1915 soit un an de retard sur le planning initial. Après guerre une version améliorée baptisée modèle 1928 à été mise au point.

Une fois la Hongrie redevenue indépendante, ce canon à été remis en service dans la nouvelle armée magyare mais comme pièce de campagne non démontable, les canons en question étant rebaptisés 15/31M HEGYI AGYU. Cependant ce canon nécessitait six chevaux pour le remorquer ce qui était considéré comme problématique. Un modèle allégé à ensuite été mis au point pour permettre son remorquage par quatre chevaux.

Ce canon toujours en service en septembre 1948 mais en petit nombre était un canon disposant d’un tube de 15.4 calibres soit une longueur de tube de 1.15m. Pesant 614kg en position de tir il tirait un projectile type 75x129R de 6.35kg à une distance maximale de 8250m à raison 6 à 8 coups par minute. L’équipe de pièce de six hommes peut pointer le canon en site de -10° à +50° et en azimut sur 7°.

Canon de 76.2mm modèle 1927

Canon de 76.2mm modèle 1927 30

Le canon de 76mm modèle 1927 est un canon de conception et de fabrication soviétique destiné à l’appui rapproché de l’infanterie. Intégré au niveau du régiment il peut être considéré comme un canon d’infanterie mais si je le traite ici c’est que l’armée hongroise l’à utilisé comme une pièce d’artillerie classique en dépit de certaines limites comme un tube court ce qui limitait portée et vitesse initiale.

Entré en production en 1928, c’était un canon court muni d’un bouclier très enveloppant, son affût monté sur roues en bois pour la traction automobile en attendant une variante munie de pneumatiques pour la traction automobile.

Canon de 76.2mm modèle 1927 6

Produit jusqu’en 1942 à environ 8500 exemplaires, ce canon était utilisé au niveau du régiment de fusiliers ou de cavalerie avec une batterie de quatre pièces.

Il était initialement prévu de le remplacer par un nouveau canon de même calibre mais au final on préféra remplacer la batterie de quatre canons par une section (ou un peloton) de six mortiers de 120mm, plus souples d’emploi et tout aussi efficaces. Cela n’empêcha pas la production d’un canon régimentaire mais en petit nombre.

Au niveau tactique ce canon était utilisé pour détruire les fortifications de campagne mais aussi pour neutraliser du personnel à découvert.

En juin 1950 sur les 8500 canons produits on estime le nombre de pièces encore en service à environ 3500 à la fois dans des zones épargnées par l’offensive allemande mais aussi sur le front ce qui explique la capture de canons de ce modèle par les finlandais, les allemands et même les hongrois.

Ces derniers l’ont d’abord utilisé comme pièce de campagne mais très vite ont préféré l’installer dans des positions fortifiées de campagne dans l’espoir de briser l’avancée soviétique, sans succès comme nous le savons tous.

Ce canon d’infanterie ou pièce d’artillerie légère de campagne était un canon de 76.2mm disposant d’un tube de de 16.4 calibres (1.25m de long) tirant un obus type 76.2x167mmR de 6.2kg à une distance maximale efficace de 4200m (NdA ce qui est effectivement fort peu pour une pièce de campagne) à raison de 10 à 12 coups par minute. Pesant 780kg en ordre de combat, son affût permettait aux servants de pointer en site de -6° à +25° et en azimut sur 6°.

Canon de 76.2mm M1939 F-22 (USV)

Canon de 76mm F-22 USV 2

Ce canon de 76.2mm est mis en service comme son nom l’indique en 1939 pour remplacer les canons obsolètes modèle 1902 et 1902/30. Il équipait la division de fusiliers et plus précisément l’unique ou les deux régiments d’artillerie.

Ce canon disposait d’un affût à double flèche pour faciliter le pointage, un bouclier et un tube de 42 calibres. Signe des temps il dispose de pneumatiques et non de roues en bois ce qui signifie qu’il est prévu dès l’origine pour la traction automobile.

La culasse est à ouverture vertical avec un mécanisme d’absorption du recul à fonctionnement hydraulique. Les systèmes de visée et les mécanismes de pointage sont placés de part et d’autre du tube.

Le dévellopement de ce canon commence en 1937 pour remplacer le modèle 1902/30 mais aussi le 76.2mm modèle 1936 (F-22) pourtant tout récent. Il est mis en service en 1939, la production cessant en 1943 après la production de 7150 pièces.

La production cesse alors, la RKKA décida de passer au 107mm pour l’artillerie divisionnaire. Ce plan n’était pas totalement bouclé en juin 1950. Voilà pourquoi nombre de divisions de fusiliers utilisaient aussi bien des canons de 76, de 107mm ou de 122mm au sein de leurs régiments d’artillerie ce qui se révéla une bonne solution.

Voilà pourquoi durant le conflit la production de canons de 76mm se poursuivit, ces canons équipés d’obus explosifs et d’obus perforants permettant de se servir de ces canons aussi bien pour l’appui-feu que pour la lutte antichar.

Le canon de 76mm modèle 1939 (F-22 USV) était aussi utilisé par l’artillerie de réserve au sein des divisions d’artillerie et des unités antichars.

Produit au final à 12700 exemplaires, ce canon à été aussi utilisé par les allemands, les finlandais, les hongrois et les roumains.

Si les premiers pour des raisons de communauté logistique préférait l’utiliser sur des positions fixes (bien que certains furent utilisés sur des chasseurs de chars et des canons d’assaut improvisés), les trois autres l’utilisaient au combat dès qu’il y avait suffisamment de munitions.

Ce canon à été retiré du service actif courant 1957, les soviétiques décidant d’unifier leur artillerie divisionnaire avec des canons de 107mm même si au final des obusiers de 122mm allaient équiper les divisions d’infanterie de l’armée soviétique.

Le nombre de canons récupéré par les hongrois est incertain, les chiffres variant selon les sources entre 48 et 92. Ces canons ont été employés sur le front de l’est par les hongrois comme pièce d’artillerie de campagne et comme canon antichar improvisé.

D’autres canons étaient régulièrement capturés mais souvent en mauvais état (les soviétiques désormais sabotaient leurs canons quand ils ne pouvaient pas les évacuer vers l’arrière hors de portée de l’ennemi.

Quand ils pouvaient les hongrois ramenaient ces canons hors service vers l’arrière pour récupérer toutes les pièces utilisables pour permettre de faire durer ces canons de 76.2mm.

Ces canons sont restés en service dans l’armée magyare jusqu’à la fin du conflit. Il semble que les derniers canons de 76.2mm F-22 (USV) ont été utilisés par les hongrois jusqu’à fin 1953 quand le manque de munitions à entrainé leur retrait du service.

Le canon de 76.2mm F-22 (USV) était un canon pesant 1470kg en position de combat (2500kg en configuration de transport) disposant d’un tube de 3.2m (42 calibres) permettant le tir d’un obus explosif de 6.2kg ou perforant de 5.28kg (76.2x385mmR) à une distance maximale de 13290m raison de 15 coups par minute.

L’équipe de pièce de cinq hommes peut pointer le canon en site de -6° à +45° et en azimut sur 60° (30° de part et d’autre de l’axe)

Canon de 76.5mm modèle 1905 (8cm Feldkanone M.5)

05 08M TÁBORI ÁGYÚT (Hongrie)

Le 8cm Feldkanone M.5 est un canon de campagne (Feldkanone) mis en service en 1907/08 au sein de l’armée austro-hongroise. Si son aspect extérieur est conventionnel, le tube n’est pas en acier mais en bronze.

Ce choix anachronique s’explique par le fait que l’Autriche-Hongrie peinait à fournir suffisamment d’acier de bonne qualité. La mise au point à été longue ce qui explique que bien que le canon soit de modèle 1905 il à en fait été mis en service en 1907/08. Peu après un modèle amélioré baptisé M.5/8 à été mis en service avec un tube en acier.

Outre l’Autriche-Hongrie, ce canon à été utilisé par l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, l’Italie et la Yougoslavie. Outre le premier et le second conflit mondial, le canon de 76.5mm à été utilisé par les italiens lors de la guerre italo-abyssinienne (1935/36).

Outre les rôles d’artillerie de campagne et d’artillerie de montagne ce canon à été utilisé pour la défense antiaérienne, le canon étant installé sur une plate-forme permettant au canon de pointer sur 360°. Les canons ainsi modifiés étaient baptisés 8 cm Luftfahrzeugabwehr-Kanone M 5/8 MP dans l’armée austro-hongroise et Cannone da 77/28 CA (contraereo) dans l’armée italienne.

Les hongrois vont conserver ce canon jusqu’au début du second conflit mondial. Dès 1949 les pièces encore en service sont utilisées uniquement pour l’entrainement. Quelques canons ont survécu jusqu’à la fin du conflit mais ils sont envoyés à la destruction à la fin du conflit.

Le 8cm Feldkanone M.5 est un canon pesant 1020kg (5370kg en configuration transport) disposant d’un tube de 2.285m (30 calibres) permettant le tir d’un obus encartouché QF 76.5x283mm pesant 8.31kg à une distance maximale de 8250m à raison de 8 à 10 coups par minute. L’équipe de pièce qui sert un 05/08M TÁBORI ÁGYÚT se compose de six hommes et peut pointer en site de -5° à +23° et en azimut sur 8°.

8cm Feldkanone M.18

8 cm Feldkanone 18

Le 8cm Feldkanone M.18 est une pièce d’artillerie de campagne mis au point pour l’armée austro-hongroise. Il à été engagé à la fin du premier conflit mondial mais en petit nombre à savoir six exemplaires.

Leur carrière d’après guerre est incertaine puisque selon les sources ces canons ont été ou pas utilisés par la Bundesheer (l’armée autrichienne) jusqu’à l’Anschluss.

Une copie à été produite en Chine jusqu’en 1925. La Hongrie à utilisé quelques exemplaires jusqu’au début du second conflit mondial avant d’être relégués à l’entrainement et de disparaître dans la fournaise du second conflit mondial.

Le 8cm Feldkanone M.18 était un canon de campagne pesant 1478kg et disposant d’un tube de 33 calibres (2.756m) pour tirer un obus de 83.5mm de 9.99kg à une distance maximale de 12078m.

Obusier de 100mm Skoda modèle 1914

10 cm M. 14 Feldhaubitze 4

Le 10cm M.14 Feldhaubitze était un obusier à double usage «artillerie de campagne/artillerie de montagne» utilisé durant la première guerre mondiale par l’Autriche-Hongrie.

Le conflit terminé il à été utilisé par l’Autriche, l’Italie (captures durant le conflit et dommages de guerre), la Pologne, la Tchécoslovaquie mais aussi la Hongrie. Quelques pièces auraient également été utilisés par les allemands durant le second conflit mondial mais cela n’est absolument pas certain.

6458 exemplaires du modèle 1914 ont été acquis suivis par 346 modèle 1916 réservés aux troupes de montagne. Par rapport au modèle 1914, le modèle 1916 pouvait être démontés en trois fardeaux pour le transport en terrain difficile.

Après guerre certaines pièces furent munies de pneumatiques pour le remorquage par des véhicules automobiles.Une modernisation plus poussée menée par la Tchécoslovaquie à donné naissance au 10cm houfnice vz 14/19 qui à été exporté en Pologne, en Hongrie, en Grèce et en Yougoslavie.

L’Italie à été un utilisateur très important de cette pièce puisque non seulement Rome à capturé 1222 exemplaires durant le conflit auxquels il faut ajouter 1472 exemplaires cédés au titre des réparations de guerre. Sous les couleurs italiennes, les pièces en question étaient désignés Obice da 100/17 mod/14 et Obice da 100/17 mod.16.

Outre l’Autriche-Hongrie et l’Italie, cette pièce à été utilisée par l’Albanie, par l’Autriche, par la Tchécoslovaquie, par l’Allemagne, par la Grèce, par la Hongrie, par la Pologne et par la Yougoslavie.

Le 10cm M.14 Feldhaubitze pèse 1350kg et dispose d’un tube de 1.93m de long (19 calibres) permettant le tir d’un projectile de type séparé (100x183mmR) pesant 14kg à une distance maximale de 8400m à raison de 6 à 8 coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes pouvait pointer l’obusier en site de -8° à +50° et en azimut sur 6°.

Obusier de 100mm Skoda modèle 1914/19

10cm Skoda Houfnice vz 14-19 Grèce

10cm Skoda Houfnice vz 14/19 

Sous la désignation de 14/AM TABORI TARAK figure donc la variante améliorée du modèle précédent. Mis au point par la jeune Tchécoslovaquie, cet obusier à été exporté en Pologne, en Grèce, en Yougoslavie et en Hongrie.

Toujours en service en septembre 1948, cet obusier est utilisé au sein des régiments d’artillerie divisionnaires, cet obusier étant engagé aussi bien en Yougoslavie au sein de la 3ème armée qu’au sein des 1ère et 2ème armées déployées sur le front russe.

Cet obusier à été utilisé par l’armée hongroise jusqu’à la fin du conflit et retiré du service au printemps 1955. Les pièces survivantes sont toutes envoyées à la ferraille.

L’obusier 14/AM TÁBORI TARACK était un obusier de 100mm pesant 1505kg en position de tir (2025kg en configuration transport) disposant d’un tube de 24 calibres (2.400m) lui permettant de tirer un projectile séparé (100x183R) pesant 14kg à une distance maximale de 8870m à raison de cinq coups par minute.

L’équipe de pièce de six hommes protégée par un bouclier de 4.7mm utilisait un affût qui permettait le pointage en site de -7° à +48° et en azimut sur 5°.

31M TÁBORI ÁGYÚ

31M TÁBORI ÁGYÚ (Hongrie)

Sous la désignation de 31M TÁBORI ÁGYÚ se cache un canon de 105mm de conception et de fabrication suédoise. Produit de la firme Bofors, ce canon apparu à la fin des années vingt à été utilisé par l’armée suédoise et également exporté aux Pays-Bas et donc en Hongrie.

Utilisé par l’artillerie divisionnaire ce canon de facture moderne à été conçu dès l’origine pour la traction automobile ce qui explique qu’au sein de l’armée magyare ce canon à surtout été utilisé au sein des unités du Corps Rapide et des meilleures unités (qui étaient le plus souvent prioritaire pour les livraisons de matériel moderne comme les camions).
Ce canon est resté en service jusqu’à la fin de la guerre et il n’est pas impossible que quelques canons de ce type aient été utilisés pour l’entrainement au moment de la reconstitution d’une armée hongroise en attendant la livraison de pièces d’origine soviétique.

Le 31M TÁBORI ÁGYÚ est un canon de 40 calibres (longueur du tube : 4.2m) pesant 3650kg en ordre de combat tire des obus de 16kg à une distance maximale de 16500m à raison de 6 à 7 coups par minute. L’affût permet à l’équipe de pièce composée de neuf hommes de pointer le canon en site de -3° à +45° et sur 60° en azimut.

105 mm 37M light howitzer (10.5cm Leichte Feldhaubitze 18)

15cm Schwere Feldhaubitze 18

15cm Schwere Feldhaubitze 18

Sous la désignation de 37M TÁBORI TARACK figure une arme nettement plus célèbre, une arme de conception et de fabrication allemand, l’obusier léger de 105mm modèle 18 ou dans la langue de Goethe 10.5cm Leichte Feldhaubitze 18 (10.5cm LeFH 18).

Ne pouvant immédiatement réarmer les allemands vont passer de nombreuses années à préparer leur réarmement en étudiant avec soin les leçons du premier conflit mondial ce qu’on appelle pas encore dans la pensée militaire occidentale le RETEX (Retour d’Expérience).

Parmi les leçons tirées figure le sentiment que l’obus de 77mm était d’une trop faible puissance et qu’il fallait mieux se concentrer pour l’artillerie divisionnaire sur le 105 et le 150 ou 155mm. Si en septembre 1939 quand éclate la guerre de Pologne le 77mm était toujours en service en revanche neuf ans plus tard les divisions disposant de canons de 77mm étaient souvent des unités de mobilisation attendant des pièces d’un calibre plus élevé.

Les travaux qui allaient aboutir à l’obusier léger modèle 18 sont lancés en 1928/29 chez Rheinmetall et aboutissant en 1935, le nouveau venu remplaçant progressivement le LeFH 16. Bon obusier mais sans traits remarquables, son poids était cependant assez élevé ce qui posait des problèmes pour la traction hippomobile.

Ce canon connu un certain nombre d’améliorations. Les artilleurs réclamant une augmentation de la portée, il fallut augmenter la puissance de la charge ce qui imposa un frein de bouche pour limiter les efforts imposés au tube.

Les obusiers ainsi modifiés furent désignés LeFH 18 (M), le M signifiant Mundungbremse ou frein de bouche, frein de bouche qui fût modifié pour permettre le tir d’un projectile à sabot sous calibré. Le poids de cet obusier resta néanmoins un problème insoluble car aucune solution viable ne fût trouvée.

Les projets les plus avancés voyaient l’utilisation d’alliages léger mais ces projets se heurtaient à deux écueils : une réduction de poids au final assez limitée et un besoin en alliages légers à une échelle telle que l’Allemagne ne pouvait se le permettre.

Résultat quand le conflit éclate en septembre 1948, cet obusier est toujours en service au sein des unités régimentaires de l’artillerie allemande. Il va y rester jusqu’à la capitulation du 30 avril 1954, des améliorations étant apportées durant tout le conflit mais il s’agit de modifications réalisées à la marge.

La Hongrie va recevoir ses pièces à partir de 1937 (d’oû sa désignation 37M TABO TARACK). Très satisfaite de cette pièce, elle va en recevoir régulièrement mais l’Allemagne refusera une production sous licence pour ne pas froisser son allié roumain plus important encore que le hongrois puisque Bucarest contrôlait de précieux champs pétrolifères. Au sein de l’armée magyare il va peu à peu remplacer l’obusier de 100mm modèle 1914 hérité de l’Autriche-Hongrie.

Utilisés principalement au niveau divisionnaire ces obusiers étaient parfois utilisés au niveau du corps d’armée même si sa portée était un peu faible pour un tel rôle (une pièce de corps d’armée à généralement une portée de 15 à 20km alors que le LeFH18 ne dépasse pas 13km).

Toujours en service en mars 1954, cet obusier à joué les prolongations mais uniquement pour l’entrainement. Toutes les pièces ont été envoyées à la casse à la fin des années cinquante sauf pour être exposés l’une à Debrecen et l’autre à Budapest. C’est toujours le cas en 2020.

Le 10.5cm Leichte Feldhaubitze 18 était un obusier de campagne de 105mm pesant 2040kg en position de tir disposant d’un tube de 28 calibres (2.940m) permettant le tir d’un obus de type séparé (105x155R) de 14.810kg à une distance maximale de 12325m (d’autres sources donnent 10675m) à raison de sept coups par minute. A l’abri derrière un bouclier de 4.7mm, l’équipe de pièce composée de sept hommes pouvait pointer l’obusier en site de -5° à +42° et en azimut sur 56°

Obusier de 122mm M1938 (M-30)

Obusier de 122mm M1938 (M-30) 161

Au début des années trente, les obusiers des divisions de fusiliers soviétiques étaient les M1909 et M1910 souvent modernisés mais cette modernisation ne pouvait qu’enrayer le déclassement de ces pièces d’artillerie face à des obusiers plus modernes mis en service dans les pays étrangers.

La RKKA décide donc de développer un nouvel obusier de 122mm pour équiper le ou les régiments d’artillerie de ces divisions de fusiliers.

Après un premier échec (obusier de 122mm modèle 1934), le directorat principal de l’artillerie (GAU) remis le métier sur l’ouvrage, envisagea un temps de passer au calibre 105mm avant de rester dans le calibre russe traditionnel de 122mm.

En 1938/39 trois projets sont étudiés, projets baptisés U-2, F-25 et M-30. C’est ce dernier qui est sélectionné et produit à partir de 1940. Cela permet la relève des obusiers les plus anciens. A cela s’ajoute la production de tubes pour les canons d’assaut SU-122 qui combinent le châssis du T-34 avec l’obusier M-30 en casemate.

Quelques M-30 on été capturés par les allemands, les finlandais et les hongrois et promptement retournés contre leurs anciens propriétaires. Après guerre il fût largement livré aux nouvelles armées des «démocraties populaires». Si certaines armées le conservent encore en 2020, au sein de l’armée soviétique c’est le D-30 qui l’à remplacé.

Les hongrois ont récupéré une cinquantaine de pièces. Ils sont employés principalement comme pièce d’artillerie de corps d’armée même si parfois certaines divisions employaient cet obusier. Ils sont restés en service dans l’armée hongroise jusqu’à la fin du conflit et même après puisque des M-30 ont été livrés par les soviétiques pour entraîner de nouveaux artilleurs en vue de la reconstitution d’une armée hongroise.

L’obusier de 122mm M1938 (M-30) était un obusier de 2450kg en ordre de tir (3100kg en configuration de transport) disposant d’un tube de 21.9 calibres (2.67m) permettant le tir d’un projectile de 21.7kg à une distance maximale de 11800m à raison de cinq à six coups par minute.

L’équipe de pièce composée de huit hommes pouvait pointer l’obusier en site de -3° à +63.5° et en azimut sur 49°.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s