Dominions (35) Canada (35)

Avions de transport et d’entrainement

Douglas C-47 Skytrain

Douglas C-47

Douglas C-47 Skytrain

Le Douglas C-47 Skytrain (plus connu sous le surnom de Dakota attribué par les britanniques) est la version militaire du Douglas DC-3. C’est un bimoteur à ailes baisses utilisé pour le transport de passagers, la liaison, le transport de fret et le largage de parachutistes.

Par rapport au DC-3, le C-47 disposait d’une porte cargo, d’harnachements pour le fret, d’un plancher renforcé, d’un système de remorquage de planeurs, d’une bulle plastique (astrodome) pour l’observation. Ultérieurement, les réservoirs devinrent auto-obturant pour améliorer la survie de l’appareil.

Le premier prototype du Skytrain décolle pour la première fois le 23 décembre 1941. Le deuxième décolle le 14 février 1942. Après une campagne d’évaluation jusqu’en mai 1942, l’appareil est commandé en série.

Le Canada s’intéresse à l’appareil en 1945. Une première commande de 32 appareils est passée en septembre 1945, les avions identiques aux C-47B de l’USAAF sont livrés entre janvier et juin 1946.

Une nouvelle commande est passée en mars 1947 pour 32 appareils, appareils livrés entre juin et octobre 1947.

Quand la seconde guerre mondiale éclate, l’armée de l’air canadienne dispose donc de soixante-quatre C-47. Une nouvelle commande de Skytrain Mk II (C-47C) est passée en septembre 1950, les soixante-quatre appareils étant livrés au printemps 1951. Une troisième commande de Skytrain Mk III (C-47D) est passée en septembre 1951 avec 96 appareils livrés durant l’hiver 1951/52.

La RCAF à donc commandé 224 exemplaires, appareils produits sous licence, une partie seulement de la production puisque le Canada à sorti 540 exemplaires, les appareils non utilisés par l’armée de l’air canadienne étant cédés à des pays alliés comme la Belgique et les Pays-Bas.

Six squadrons de vingt appareils sont en ligne, deux au Canada (squadrons 82 et 83) au sein du 3rd Canadian Transport Wing, deux en Méditerranée (squadrons 33 et 35) au sein du 1st Canadian Transport Wing et deux en France (squadrons 63 et 65) en Méditerranée au sein du 2nd Canadian Transport Wing.

Sur les 128 appareils commandés et livrés à la RCAF, 42 ont été perdus au combat ou par accident, laissant 86 appareils aux mains des canadiens qui ne vont en conserver que 48, feraillant ou revendant le reste. Les Skytrain sont restés en service jusqu’au début des années soixante.

Douglas C-47 Skytrain 2.gif

Caractéristiques Techniques du Douglas C-47B Skytrain

Type : avion de transport bimoteur

Masse à vide 8226kg en chage 11793kg maximale au décollage 14061kg

Dimensions : longueur 19.43m envergure 29.41m hauteur 5.18m

Motorisation : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-1830-90C Twin Wasp de 1200ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h à 3050m vitesse de croisière 257 km/h distance franchissable 2575km (5795km en convoyage) plafond opérationnel 8045m

Capacités : quatre hommes d’équipage (pilote, copilote, navigateur et opérateur radio) 28 soldats ou 2700kg de fret.

Douglas C-54 Skymaster

Douglas C-54 Skymaster (United States Navy) 3

Douglas C-54 Skymaster du Military Air Transportation Service (MATS)

Tout comme le C-47, le C-54 Skymaster (maitre du ciel en V.O) était issu d’un avion de ligne, le Douglas DC-4. Quadrimoteur, le prototype effectue son premier vol le 14 octobre 1943.

Adopté par l’USAAF, l’US Navy et l’USMC, cet appareil allait assurer des missions de transport logistique, de transport de personnel et d’évacuation sanitaire. Il y eu quelques parachutages mais le C-47 assura la plus grande partie des opérations aéroportées, étant jugé plus maniable.

Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, les forces armées américaines disposent de 592 exemplaires. La RCAF s’intéresse à l’appareil au printemps 1946 pour compléter ses C-47.

Trente-deux appareils sont commandés en juin 1946, livrés entre janvier et septembre 1947 suivis d’une deuxième commande de quarante-huit appareils, commande passée en mars 1948, les avions étant livrés entre septembre 1948 et mars 1949. Une troisième et dernière commande de trente-deux appareils est passée en mars 1951 pour des livraisons entre avril et juin de la même année.

Au total ce sont cent-douze appareils de ce type qui ont été livrés à l’armée de l’air canadienne, appareils répartis entre un volet de réserve (52) et des appareils actifs (60).

Trois squadrons vont utiliser l’appareil. Le squadron 84 reste au Canada au sein du 3rd Canadian Transport Wing (3rd CTW) pour des missions de transport de passagers, de transport logistique, de liaison et d’évacuation sanitaire, ses avions parcourant tout le Canada, effectuant un travail de l’ombre.

Ce travail est mis tragiquement en lumière le 27 mars 1954 quand deux avions de l’unité entrent en collision en vol au dessus d’Ottawa suite à une erreur humaine. Il n’y aucun survivant entre l’avion venant de Vancouver qui transportait vingt-huit passagers et quatre membres d’équipage et celui venant d’Halifax qui transportait du matériel (quatre membres d’équipage).

Le squadron 37 intégré au 1st Canadian Transport Wing (1st CTW) est déployé en Méditerranée, opérant d’abord depuis la Tunisie puis depuis la Sicile, effectuant des rotations quotidiennes avec l’Afrique du Nord, la Sardaigne, la Corse et même le territoire métropolitain. Il termine la guerre dans le nord de l’Italie.

Le squadron 67 intégré au 2nd Canadian Transport Wing (2nd CTW) opère sur le front français. Les vingt C-54 du squadron opère essentiellement entre les ports de l’Atlantique et des aérodromes à proximité du front où des dépôts étaient installés. Ils effectuaient également des évacuation sanitaires de masse.

Les Douglas C-54 Skymaster sont restés en service jusqu’en 1967 quand ils sont remplacés par des appareils plus modernes en l’occurrence des quadrimoteurs Lockheed C-130 Hercules.

Douglas C-54 Skymaster 16.jpg

Caractéristiques Techniques du Douglas C-54 Skymaster

Type : avion de transport quadrimoteur

Masse à vide 17660kg en charge 28000kg maximale au décollage 33000kg

Dimensions : longueur 28.6m envergure 35.8m hauteur 8.38m

Motorisation : quatre moteurs radiaux Pratt & Whitney R-2000-9 de 1450ch chacun

Performances : vitesse maximale 442 km/h vitesse de croisière 310 km/h distance franchissable 6400km plafond opérationnel 6800m.

Equipage : quatre hommes + 50 soldats équipés.

De Havilland DH.82 Tiger Moth

de-havilland-dh-82-tiger-moth-17

De Havilland DH.82 Tiger Moth

Le De Havilland DH.82 Tiger Moth est dérivé du DH.60 Gispy Moth. C’est un biplan biplace destiné à l’entrainement initial. Le vol initial du prototype à lieu le 26 october 1931, l’appareil entrant en service en février 1932.

L’appareil à été produit jusqu’en septembre 1946, 300 exemplaires étant livrés au Canada pour la RCAF et la RCN. La RCAF dispose en septembre 1948 de soixante appareils répartis entre les squadrons 85 et 87, quatre appareils ayant été perdus (un par le squadron 85 et trois par le squadron 87).

L’appareil va être utilisé jusqu’en septembre 1952 quand décision est prise de faire du North American AT-6 Texan, un appareil d’entrainement unique aussi bien pour les pilotes novices que pour les pilotes confirmés.

Caractéristiques Techniques du De Havilland DH-82A Tiger Moth II

Type : avion d’entrainement initial

Masse : à vide 506kg en charge 828kg

Dimensions : longueur 7.34m envergure 8.94m hauteur 2.68m

Motorisation : un moteur De Havilland Gipsy Major de 130ch

Performances : vitesse maximale 175 km/h à 300m distance franchissable 486km plafond opérationnel 4145m

Armement : jusqu’à huit bombes de 20 livres (environ 9kg)

Miles M.14 Magister

miles-magister-3

Miles M.14 Magister

Ce biplace monoplan qui effectue son premier vol le 20 mars 1937 est issu du Miles Hawk Trainer et la production qui commence en octobre 1937 voit la fabrication de 700 appareils quand éclate la guerre de Pologne. 1100 exemplaires vont être produits jusqu’en mars 1946.

C’est l’appareil d’entrainement avancé de la RCAF. Soixante-quatre appareils sont livrés en 1941/42 et toujours utilisés en septembre 1948 au sein des squadrons 89 et 91 même si à l’époque il ne restait plus que cinquante-huit appareils en état de vol.

Ces avions vont être utilisés pour l’entrainement des pilotes canadiens, de pilotes norvégiens et danois mais aussi de pilotes venus de tout le Commonwealth sans compter des volontaires étrangers qui avaient parfois du partir contre l’avis du gouvernement.

Ces appareils vont être progressivement remplacés par des North American AT-6 Texan qui vont peu à peu remplacer les avions d’entrainement anglais qui cessent de voler au printemps 1953 car trop usés et pour des raisons de simplification logistique.

Caractéristiques Techniques du Miles M.14A

Type : biplace d’entrainement monomoteur

Masse : à vide 570kg en charge 839kg

Dimensions : longueur 7.51m envergure 10.31m hauteur 2.03m

Motorisation : un moteur De Havilland Gispy Major de 130ch

Performances : vitesse maximale 229 km/h à 305m vitesse de croisière 200 km/h distance franchissable 612 km/h plafond opérationnel 5490m

Armement : aucun

North American AT-6 Texan

North American Harvard (T-6 RCAF) 11.jpg

 

Le North American AT-6 Texan est un monoplan biplace d’entrainement connu également sous la désignation constructeur de North American NA-16. Le prototype effectue son vol initial le 1er avril 1935. Il est proposé comme avion d’entrainement avancé en mars 1937 à l’USAAC.

Après avoir équipé l’armée de l’air et l’aéronavale américain, l’appareil va être exporté d’abord en Grande-Bretagne puis dans d’autres pays comme le Canada.

La RCAF va commander 240 exemplaires au printemps 1949 pour relayer puis remplacer les Miles M.14 Magister. Ces 240 exemplaires livrés entre juin 1949 et mars 1950 vont être rejoint ultérieurement par d’autres appareils venus de stocks accumulés par les américains pour leur propre compte. Au final ce sont 720 appareils de ce type vont être utilisés par les canadiens.

Ces appareils ne vont pas quitter le territoire canadien. Il y eu des pertes environ 75 appareils étant perdus par accident avec hélas parfois des pertes humaines. Le Texan est resté en service dans l’armée de l’air canadienne jusqu’au début des années soixante-dix.

Des appareils en surplus sont revendus à des pays voulant reconstituer leurs armées de l’air, les Texan étant utilisés pour l’entrainement mais aussi pour la reconnaissance, l’observation, l’attaque légère et la lutte anti-guerilla.

Caractéristiques Techniques du North American NA-76 Texan

Type : avion d’entrainement biplace

Masse à vide 1886kg en charge 2548kg

Dimensions : longueur 8.84m envergure 12.81m hauteur 3.57m

Propulsion : un moteur Pratt & Whitney R-1340-AN-1 Wasp de 600ch

Performances : vitesse maximale 335 km/h à 1500m vitesse de croisière 233 km/h distance franchissable 1175km plafond opérationnel 7400m

Armement : les Texan canadiens disposaient tous de deux mitrailleuses de 7.7mm dans les ailes même si ces armes n’étaient pas alimentées pour la phase d’entrainement initial. Pour l’entrainement au tir, on trouvait également des bombes d’exercices.

Fairey Battle

fairey-battle-11

Fairey Battle

Le Fairey Battle est un bombardier triplace monomoteur monoplan destiné à remplacer les Hawker Hart et Hawker Hind. Il fallait également anticiper sur l’éventuel banissement des bombardiers lourds par la conférence de désarmement de Genève.

Il effectue son premier vol le 10 mars 1936 et les appareils sont livrés dès le mois de juin 1937, dxi-sept squadrons étant équipés au sein de la RAF quand éclate la guerre de Pologne.

Le Canada ne va pas l’utiliser comme bombardier mais comme avion d’entrainement au tir. Deux squadrons, les squadrons 86 et 88 vont utiliser vingt appareils chacun. Ces appareils sont modifiés avec un système de double commande pour un instructeur, deux mitrailleuses de 7.7mm étant installés en gondoles sous les ailes sans compter les bombes d’entrainement et des roquettes.

Outre l’entrainement au tir, les Battle canadiens furent également utilisés pour le remorquage de cibles (destinés à l’entrainement à la chasse avec des Hawker Hurricane), les liaisons et même les évacuations sanitaires.

Ces appareils vont être utilisés pour l’entrainement jusqu’au mars 1955 quand ils sont retirés du service et feraillés.

Caractéristiques Techniques du Fairey Battle

Type : avion d’entrainement au tir

Masse : à vide 3015kg en charge 4895kg

Dimensions : longueur 12.91m envergure 16.46m hauteur 4.72m

Motorisation : un moteur Rolls-Royce Merlin II de 1030ch

Performances : vitesse maximale 413 km/h à 4600m distance franchissable 1610km plafond opérationnel 7620m

Armement : deux mitrailleuses de 7.7mm Browning en gondoles sous les ailes, quatre bombes de 60kg pour l’entrainement au tir parfois remplacés par des roquettes d’exercices.

Equipage : 3 hommes

Airspeed AS.10 Oxford

airspeed-as-10-oxford-6

Airspeed AS.10 Oxford

Tous les pilotes commencent leur formation sur des avions légers monomoteurs mais ceux destinés ou se destinant aux unités de reconnaissance, de transport et de bombardement doivent passer par un entrainement sur multimoteur pour se familiariser avec des caractéristiques de vol différentes.

Parfois on utilisait des bimoteurs déclassés mais parfois on mettait au point un avion d’entrainement bimoteur spécifique. C’est le cas de la RAF qui met au point l’Airspeed AS.10 Oxford.

L’AS.10 est une version militarisé de l’Airspeed AS.6 Envoy. Il s’agissait d’un bimoteur monoplan à ailes basse qui effectue son vol initial le 19 juin 1937.

Le Canada va commander l’appareil en 1941, vingt exemplaires destinés à un squadron d’entrainement. Ces appareils sont livrés début 1942. Identiques aux Mk I britanniques, il sont suivis par 40 autres appareils commandés en 1943 et livrés l’année suivante, des appareils identiques aux Mk IV britanniques (qui étaient eux mêmes des Mk II améliorés).

Outre l’entrainement l’appareil fût utilisé pour le remorquage de cibles, la liaison, les évacuations sanitaires et le transport léger.

En septembre 1948 sur les soixante appareils commandés, seuls 48 sont encore disponibles, six ayant été perdus au cours de différents accidents, six autres réformés car trop dangereux à l’usage.

Les appareils continuent d’être utilisés jusqu’en septembre 1952 quand les vingt-quatre appareils en état de vol commencent à être remplacés par des Beechcraft model 18. A la fin du conflit les appareils encore présents (seize) sont tous feraillés sauf un conservé dans un musée et deux vendus à des particuliers (sort final inconnu).

Caractéristiques Techniques de l’Airspeed AS.10 Oxford

Type : bimoteur d’entrainement

Masse : à vide 2419kg en charge 3409kg

Dimensions : longueur 10.52m envergure 16.26m hauteur 3.38m

Motorisation : deux moteurs radiaux Armstong Siddeley Cheetah X de 350ch chacun

Performances : vitesse maximale 309 km/h à 2440m Endurance 5h30 Plafond opérationnel 7180m

Armement : mitrailleuses Vickers K en tourelle dorsale, 16 bombes d’entrainement de 5kg peuvent être emportées à l’extérieur

Equipage : trois hommes

Beechcraft Model 18

Beechcraft Model 18 16

Le Beechcraft Model 18 est un petit bimoteur de six à onze sièges, aile baisse produit de 1937 à 1970 signe de la qualité du produit. Plus de 9000 appareils sont sortis de l’usine de la Beech Aircraft Corporation de Wichita (Kansas) tant en version civile qu’en version militaire pour de nombreux pays.

Pour cette dernière catégorie, le Beechcraft Model 18 à été utilisé pour le transport léger, le bombardement léger (Chine), l’entrainement (pilotes et navigants), la reconnaissance photo et le guidage des premiers drones.

L’appareil est commandé par le Canada à l’été 1952 pour remplacer les Airspeed Oxford usés et voie de déclassement même pour un avion d’entrainement. Soixante-quatre appareils sont livrés entre septembre 1952 et février 1953, des appareils utilisés pour les mêmes missions que les Oxford.

Seulement vingt appareils ont été utilisés directement par le squadron 94. Avec les pertes et l’usure, il ne restait plus que quarante-huit avions en état de vol. Ces appareils sont utilisés jusqu’au milieu des années soixante, date de leur remplacement par des avions d’entrainement plus modernes (notamment au niveau de l’avionique).

Caracteristiques Techniques du Beechcraft model 18

Type : avion de transport bimoteur

Masse à vide 2800kg en charge 3400kg maximale au décollage 3959kg

Dimensions : longueur 10.41m envergure 14.53m hauteur 2.95m

Motorisation : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-985-AN-1 «Wasp Junior» de 450ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h distance franchissable 1900 à 260 km/h plafond opérationnel 7930m

Equipage : deux pilotes et six passagers

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s