Etats Unis (118) Armée de terre (8)

Artillerie antichar

Avant-propos

En septembre 1939, le canon antichar sur le point d’entrer en service dans l’US Army est le 37mm Antitank Gun M3, un canon inspiré par le Pak 35/36 allemand. Ce canon est quasiment périmé et totalement déclassé en Europe.

Il est progressivement remplacé par un canon de 57mm, le 57mm Antitank Gun M1, une version produite sous licence du canon de 6 pouces britannique. Quelques canons de 37mm sont encore disponibles aux Philippines où ils détruisent plusieurs blindés japonais sans pouvoir influer sur le court de la campagne.

En septembre 1948, le canon de 57mm est le canon antichar standard de l’armée américaine équipant le bataillon antichar des divisions d’infanterie à raison de quarante-huit canons par unité.

Bien que performant contre le Panzer III et le Panzer IV, ce canon ne peut que difficilement venir à bout du Panther et du Tigre. Aussi un canon antichar de 76mm inspiré du canon de 76mm du M4A4 Sherman (avec d’autres apports) est mis au point et va cohabiter avec les pièces de 57mm jusqu’à la fin du conflit.

Quelques canons de 90mm inspirés du canon antiaérien M2 de même calibre sont produits mais pour la lutte antichar lourde, l’US Army préfère utiliser des Tank Destroyer plutôt que des pièces remorquées. Même chose pour un canon de 105mm produit à un nombre fort réduit de pièces.

Après guerre, les canons de 57 et de 76mm restent un temps en service avant que les missiles antichars filoguidés ne les supplantent.

37mm Antitank Gun M3

M3 37 mm gun 12

Dans les années trente, la seule arme antichar de l’infanterie américaine était la mitrailleuse de 12.7mm Browning M-2, les lourds projectiles calibre .50 devant permettre de percer le blindage des chars.

La guerre d’Espagne se charge de rappeler à de plus sages parades antichars. Aussi en janvier 1937 l’Ordnance Commitee recommande la production d’un canon antichar léger, le Pak 35/36 allemand de 37mm étant pris comme modèle, deux exemplaires étant acquis pour évaluation.

De nombreux projets sont lancés et le 15 décembre 1938, le canon de 37mm est officiellement adopté sous le nom de 37mm Gun M3,l’affût étant officiellement connu sous le nom de Carriage M4.

Les premiers canons sont livrés début 1940. La production ne va cesser qu’en septembre 1944 quand son caractère obsolète est officiellement admis.

En Europe, il est totalement surclassé mais dans le Pacifique face aux japonais il pouvait encore rendre des services face à des blindés au blindage médiocre.

Il va néanmoins participer au conflit moins comme canon antichar que comme arme d’appui de l’infanterie à l’aide d’obus fumigènes, éclairants et explosifs.

Comme dans de nombreuses armées, le canon antichar servait aussi de canon de char et de véhicule blindé, permettant une communauté en terme de munitions.

Sur le plan de l’organisation, les canons de 37mm étant mis en œuvre au niveau du bataillon d’infanterie avec une peloton de 4 canons de 37mm auxquels il faut ajouter une compagnie antichar au niveau du régiment avec douze canons de ce type. Les bataillons d’artillerie disposaient de six canons de 37mm, le bataillon du génie neuf canons et l’état-major de division de quatre canons.

Suite à la réorganisation des unités, les armes antichars sont essentiellement regroupées dans un bataillon à trois compagnies de neuf canons antichars soit vingt-sept pièces auxquels il faut ajouter au niveau régiment d’infanterie une section d’infanterie de six pièces, chaque compagnie disposant d’un canon par section de combat.

Le canon de 37mm à été également utilisé par les Marines, les Leathernecks utilisant cette arme aussi bien comme arme antichar que comme arme d’appui de l’infanterie tout comme d’ailleurs les troupes aéroportées.

La production de ce canon à atteint des chiffres importants avec près de 7500 pièces utilisées par l’US Army, la Chine, la Bolivie, le Canada, le Chili, la Colombie, Cuba, le Salvador, le Paraguay et l’URSS. Les dernières pièces ont été retirées du service actif dès la fin du conflit par les américains mais certains pays l’ont utilisé jusqu’au milieu des années soixante-dix.

Calibre : 37mm Poids total 912kg Longueur hors tout 3.92m Longueur du tube 1.98m (56.6 calibres) longueur du canon (tube+culasse) 2.1m largeur 1.61m hauteur 0.96m Champ de tir horizontal 60° Champ de tir vertical -10° à +15° Portée maximale 6900m Cadence de tir 25 coups/minute Equipe de pièces : 4 à 6 hommes

57mm Antitank Gun M1

M1 57 mm gun 2.jpg

A cette époque le blindage des chars de combat augmente très régulièrement à tel point que pour mettre au point un canon antichar il faut prévoir son successeur pour éviter de se retrouver le bec dans l’eau avec un canon périmé.

Les américains n’échappent pas à la règle et tout en travaillant sur leur canon de 37mm, il s’interrogent sur son successeur.

Ils apprennent alors que les britanniques, leur ancienne puissance coloniale travaille sur un canon de 6 pouces (57mm), un canon capable de venir à bout de tous les chars existants et à venir dans un futur (très) proche.

Alors qu’on ignore si le conflit ne va pas éclater très rapidement, les américains décident d’entamer leur réarmement. Pour ne pas perdre de temps, ils prennent langue avec les britanniques pour obtenir la licence de production du canon de 57mm mis en service fin 1942.

Les britanniques acceptent et le Waterwielt Arsenal reçoit la licence de production, les plans et les machines-outils à l’automne 1943. La production démarre début 1944 et les premières pièces sont livrées au printemps 1944. Le canon de 57mm est officiellement adopté sous le nom de 57mm Antitank Gun M1, l’affût étant le Carriage M5.

Les premiers canons de 57mm produits par les américains sont identiques aux canons britanniques mais peu à peu, des modifications apparaissent au niveau des optiques, de l’affût même si il fallait être un connaisseur pointu pour faire la différence entre un M1 et un 6 pouces.

Ce canon qui allait être également utilisé à bord des véhicules et de vedettes lance-torpilles était utilisé par l’infanterie d’abord comme pur canon antichar puis comme arme d’appui de l’infanterie avec des obus explosifs, fumigènes, éclairants et shrapnels, ces derniers étant particulièrement appréciés pour s’opposer aux charges banzai de l’infanterie japonaise.

Une variante automotrice à été mise au point et produite en petit nombre, le canon de 57mm étant installé à l’arrière d’un half-track M3.

Cohabitant avec l’Antitank Gun M5 de 76.2mm, le canon de 57mm connait une brève carrière après la fin du second conflit mondial. Les dernières pièces sont relégués aux magasins en mars 1956.

Calibre : 57mm Longueur de la pièce : 2.565m Longueur du tube : 2.392m Poids total : 1112kg Poids du projectile 2.850kg Perforation : 68.6mm de blindage à 915m Pointage en direction : 90° Pointage en hauteur : -5° à +15° Equipe de pièce : 7 hommes

76mm Antitank Gun M5

3-inch Gun M5 2

Le développement du canon antichar de 76mm commence au printemps 1946 pour anticiper sur l’engagement des unités de l’US Army en Europe et faire face au Panzer V Panther ainsi qu’au Panzer VI Tiger. Les britanniques proposent la production sous licence du canon de 17 livres mais les américains déclinent poliment, voulant faire travailler leurs techniciens et leurs bureaux d’étude.

Sans priorité, le projet n’à guère avancé en septembre 1948. Comme l’entrée en guerre des Etats est plus une question de mois que d’années, le projet reçoit plus d’attention.

Pour faire face rapidement à une menace antichar lourde, l’US Army met au point un canon «système D» avec l’affût du M1 avec le canon de 76mm antiaérien.

Ce canon antichar appelé 76mm Antitank Gun M4 à été produit à 150 exemplaires mais sa carrière à été météorique et à ma connaissance aucun M4 n’à connu le feu dans le Pacifique comme en Europe.

Le futur 76mm Antitank Gun M5 est issu d’un mélange entre le canon antiaérien de 76.2mm M1947 ou 76mm Anti-Aircraft Gun M1 (qui connaitra une utilisation limitée, l’US Army préférant rapidement le 90mm), le canon de char destinée aux M4A4 et des éléments de l’obusier de 105mm M2.

Les premiers exemplaires sont prêts en septembre 1949 et après une évaluation rapide, le canon est adoptée en janvier 1950, la production étant immédiatement lancée, 3250 canons étant produits jusqu’à la fin du conflit.

Ce canon va également servir à bord du Tank Destroyer Gun Motor Carriage M10. Cohabitant avec le canon de 57mm au sein des divisions d’infanterie, il reste en service après guerre en compagnie du canon de 57mm et d’un canon antichar de 90mm (90mm Antitank Gun M7) à la production limitée.

Comme les autres canons antichars, le canon antichar de 76mm disposait également d’obus fumigènes, éclairants, explosifs et à shrapnels.

Calibre : 76mm Poids en ordre de combat 2210kg Longueur 7.1m Longueur du tube 3.8m largeur 2.2m hauteur 1.62m Champ de tir horizontal 45° Champ de tir vertical -5° à +30° Cadence de tir 12 coups/minute Portée maximale 14700m

90mm Antitank Gun M7

Dans le domaine antiaérien, les américains développèrent un canon de 76mm M1 mais estimèrent que ses performances étaient insuffisantes pour faire face aux bombardiers ennemis. Comme la France, ils sélectionnèrent le calibre 90mm pour mettre au point un canon antiaérien lourd.

La mise au point ce canon aux performances comparables à celle de son cousin français ou du 88mm allemand donna des idées aux américains de l’utiliser comme canon de char mais également comme canon antichar.

Ce choix ne fit pas l’unanimité chez les artilleurs américains alors qu’à l’époque le concept de Tank Destroyer était en pleine maturation.

Cent-cinquante 90mm Antitank Gun M7 sont produits à la fin du conflit et utilisés en quantité réduite en Europe essentiellement à un but défensif pour couvrir une position stratégique.

Les caractéristiques techniques sont identiques à celle du canon antiaérien M2 (voir ci-après).

105mm Antitank T18

105mm Gun T8 2.jpg

Après la capture en septembre 1952 de plusieurs canons de 88mm allemands, les américains étudièrent la possibilité de produire un canon antichar plus lourd que le M7.

Le calibre 105mm fût sélectionné pour permettre d’employer si nécessaire des obus explosifs.

Deux prototypes furent commandés en janvier 1953, expérimentés jusqu’en avril mais au final la production en série ne fût pas ordonnée.

Artillerie antiaérienne

Avant-propos

Dans le domaine antiaérien, les américains font comme tout le monde. Après avoir utilisé des canons de campagne plus ou moins adaptés et des mitrailleuses, l’US Army va s’équiper de pièces antiaériennes légères pour la défense des unités en campagne et de pièces lourdes pour la défense de zone des sites sensibles.

Affûts quadruples de 12.7mm

Multiple Gun Motor Carriage M13 3.jpg

Quand la guerre de Pologne éclate en septembre 1939, la principale arme antiaérienne de l’US Army est la Browning M-2 de 12.7mm. Une arme simple étant efficace à basse altitude contre les avions de l’époque, deux puis quatre armes sur un affût remorqué le M16 Gun Motor Carriage surnommé Maxson Mount.

Utilisé par l’infanterie, il connu ensuite une version automotrice sur half-track M2 et M3. Les performances des avions augmentant, les affûts quadruples de 12.7mm furent de plus en plus souvent utilisés comme arme sol-sol, une arme redoutable contre l’infanterie à découvert.

20mm Gun M1 (Canon de 20mm Oerlikon)

Oerlikon-20mm-batey-haosef-2-1

Canon de 20mm Oerlikon en affût terrestre

Arme de conception et de fabrication suisse, le canon de 20mm Oerlikon à été utilisé par tous les belligérants. La faute à la cession de nombreuses licences de fabrication par le fabricant suisse qui ne pouvait compter sur un marché national très important.

Après avoir acquis des canons de 37mm Colt, les Etats-Unis s’intéressèrent à un canon de plus petit calibre. L’US Army envisagea d’abord d’adapter le canon de 28mm dévellopé par l’US Navy mais devant la mise au point compliquée de cette arme, l’armée de terre américaine se tourna vers d’autres armes.

La mise au point d’un canon de 20mm national fût étudié mais finalement abandonné au profit de la production sous licence d’une arme étrangère. Il semble que le canon de 25mm Hotchkiss à été envisagé mais finalement c’est le Oerlikon qui à été sélectionné.

Ce canon va être utilisé par l’armée de terre en version tractée (essentiellement dans l’infanterie) et en version automotrice dans les unités blindées, l’affût double étant monté sur un half-track M3.

Il semble qu’un SPAAG chenillé avec des canons de 20mm Oerlikon à été envisagé mais le projet n’à pas abouti avant la fin du conflit à la différence d’un automoteur de 40mm.

Calibre : 20mm Poids (sans munitions) 480kg Longueur du canon : 1.40m Cadence de tir théorique : 450 coups/minute (120 en pratique) Portée maximum pratique : 3000m Alimentation : chargeurs de soixante coups

37mm Gun M1 (Canon de 37mm Colt)

 

Avant l’irruption du canon de 40mm Bofors, le canon léger antiaérien standard de l’US Army était le 37mm Gun M1 produit par la firme Colt. Ce canon à été utilisé exclusivement en version tractée au sein des divisions d’infanterie.

Produit à 7280 exemplaires, ce canon à été peu à peu supplanté par le Bofors 40mm produit lui aussi sous licence.

Ce canon à aussi été utilisé pour la défense contre les vedettes lance-torpilles au sein des AMTB ou Anti-Motor Torpedo Boat Batteries composées le plus souvent de quatre canons de 90mm et deux canons de 37mm ou de quatre canons de 37mm. Ce canon à été rapidement retiré du service une fois le conflit terminé.

Calibre : 37mm Longueur du tube : 2m (54 calibres) Champ de tir horizontal 360° Champ de tir vertical -5° à +90° Portée maximale (théorique) 8275m (pratique) 3200m Cadence de tir 120 coups/minute

40mm Gun M1 (Canon de 40mm Bofors)

Canon de 40mm Bofors

Canon de 40mm Bofors

Le canon de 40mm Bofors est à l’instar de la Browning M2 une arme mythique toujours en service en 2017, soixante-dix ans après sa création signe que les choix des techniciens suédois ont été bons et intemporels.

Ce canon accepté par la marine suédoise en 1932 ne tarde pas à connaître un grand succès à l’exportation, le premier client étant la marine néerlandaise.

La Belgique est le premier client de la version terrestre qui va être vendue à la Pologne, à la Norvège, à la Finlande, à la Suède, à la France, à la Grande-Bretagne puis aux Etats-Unis qui délaissèrent leur canon Colt de 37mm au profit de la petite merveille suédoise.

Les premiers Bofors 40mm sont commandés directement à la Suède en septembre 1942 avant l’acquisition d’une licence en juin 1943 pour produire en masse ce canon d’abord pour l’US Navy pour ses navires (en affûts simples, doubles et quadruples), pour l’USAAF (protection des terrains) et pour l »US Army.

Les unités de l’infanterie étaient équipées de la version tractée montée sur un affût quadruple alors que les unités blindées vont rapidement recevoir une version motorisée avec d’abord un unique canon monté sur Halftrack M3 puis une version chenillée, un affût double sous bouclier monté sur un chassis de char M4 Sherman connue sous le nom de M42 Gun Motor Carriage, un SPAAG (Self-Propelled Anti-Aircraft Gun) sans oublier une version sur M24 Chaffee.

Ce dernier va rester en service jusqu’en 1957 quand un nouveau automoteur antiaérien le remplace, le M45 Gun Motor Carriage qui combine une tourelle double armée de deux canons de 40mm Bofors et un chassis de char lourd M-26 Pershing.

Outre les pays déjà cités ce canon à été utilisé par l’Allemagne (exemplaires capturés en Pologne en 1939, des exemplaires commandés directement à la Suède), la Chine (ce qui permis au Japon de le fabriquer sous licence), le Brésil, le Paraguay, l’Argentine, la Nouvelle-Zélande, le Mexique, l’Afrique du Sud.

Calibre : 40mm Poids total : 1981kg Poids de l’affût : 522kg Longueur du tube : 2.4m Longueur du projectile : 21.9cm Elevation en site : -5° à +90° (55° par seconde) En azimut : 360° (50° par seconde) Cadence de tir : 120 coups/minute Portée maximale : 7160m

Canons de 76 mm

3 inch M1918 AA gun 2.jpg

3 Inch M1918

Plusieurs modèles de canons de 3 pouces (76mm) ont été utilisées par l’US Army. Le premier fût le 3-Inch Gun M1917, le premier canon antiaérien dédié produit par les Etats-Unis. A ce canon lui succède le 3-Inch Gun M1918 qui diffère du précédent avec un affût mobile.

Caractéristiques Techniques du 3 Inch Gun M1918

Calibre : 76.2mm Poids : 5500kg Poids du projectile 6.8kg Longueur du tube : 3.048m (40 calibres) Champ de tir horizontal 360° Champ de tir vertical +10° à +85° Portée (tir antiaérien) 7900m

Dans les années trente, un nouveau canon apparaît en petit nombre, le 3 Inch Gun M1 censé devenir le canon antiaérien lourd standard de l’US Army mais au final le canon de 90mm M2 (90mm Gun M2) allait le supplanter au cours du conflit.

Sa production fût limitée avec moins de 3500 canons et son utilisation au combat le fût tout autant. Aucun canon ne fût déployé en Europe mais en revanche des canons furent envoyés aux Philippines où ils furent utilisés comme arme antiaérienne mais également comme arme antichar.

D’autres canons furent employés pour la défense antiaérienne et la défense côtière dans le Pacifique notamment sur des îlots isolés pour contrer des raids-suicides et des raids de vedettes japonaises.

La carrière de ce canon à été brève une fois le conflit terminé. Les derniers canons ont été retirés du service des unités d’active en septembre 1957, la réserve l’utilisant jusqu’au mois de mars 1962.

Calibre : 76.2mm Poids : 5750kg Poids du projectile 6.95kg Longueur du tube : 3.800m (50 calibres) Champ de tir horizontal 360° Champ de tir vertical +10° à +90° Portée (tir antiaérien) 8500m Cadence de tir : 35 coups/minute

90mm Gun M2

90mm M-1 M-2 4.jpg

Tout en développant un nouveau canon de 76.2mm, l’US Army étudia la possibilité d’un canon antiaérien de plus fort calibre imitant en cela les pays européens, la France passant du 75 au 90mm et la Grande-Bretagne du 76.2mm au 84mm.

Un contrat de développement est signé le 9 juin 1938 pour le développement de deux canons antiaériens lourds, un de 90 et un second de 120mm.

Le premier est rapidement privilégié sur le second dont le poids effraye les artilleurs américains qui se demandent comment déplacer sur le champ de bataille un tel monstre.

Le développement s’achève en septembre 1942 quand le 90mm T2 devient officiellement le 90mm Gun M2. Quand au canon de 120mm, son développement continue mais sans réel empressement.

Ce canon va être utilisé pour la défense antiaérienne de théâtre au sein d’unités dédiées non endivisionnées. Ce canon était utilisé au sein de batteries de six canons accompagnés pour la défense rapprochée par des canons de 20mm.

Outre la défense antiaérienne, ce canon va être utilisé pour la lutte antichar, la défense côtière et va être à l’origine d’un canon de char utilisé par le char lourd Pershing mais également par les chasseurs de chars.

Ce canon va servir dans l’US Army jusqu’en 1963 quand devenu obsolète, il est retiré du service, la Réserve et la Garde Nationale le conservant jusqu’en 1967.

Calibre : 90mm Poids (total) 8618kg (tube) 1109kg (obus) 10.61kg Longueur 4.73m (longueur du tube 4.60m soit 53 calibres) largeur 4.16m hauteur 3.07m Champ de tir vertical -5° à +80° Champ de tir horizontal 360° Portée maximale 17823m (10380m en tir antiaérien) Cadence de tir 25 coups/minute

120mm Gun M1

120mm gun M1 3.jpg

Le développement du canon de 120mm commence en même temps que le canon de 90mm mais si le second fait l’unanimité, le canon de 120mm fait l’objet de nombreux débats sur son utilité et son utilisation.

Déjà en 1924, l’US Army avait lancé un projet de canon de 120mm qui fût abandonné en raison de son poids et de son coût. Le nouveau projet est lancé en 1938 mais n’abouti qu’en mars 1946 quand le canon est officiellement adopté sous le nom de 120mm Gun M1 ou également 4.7 Inch M1.

La production du canon de 120mm sera assez limitée. Quelques canons sont déployés en Europe et dans le Pacifique mais leur utilisation sera limitée. Le canon reste en service après guerre et ne sera retiré du service qu’en 1961 quand il devint évident que le canon était totalement obsolète.

Calibre : 120mm Poids total 29000kg longueur 7.39m (longueur du tube 7.18m soit 60 calibres) Poids du projectile : nc Champ de tir vertical 80° Champ de tir horizontal 360° Portée maximale 24700m Plafond 17500m Cadence de tir : 12 coups/minute

Lance-roquettes mutiples

Le second conflit mondial à vu l’utilisation des premiers lance-roquettes multiples. Après une utilisation anecdotique au 19ème siècle, les roquettes sont massivement utilisées comme arme de saturation au cours de la seconde déflagration mondiale.

Les recherches sur les roquettes, sur les fusées sont relancées dans les années trente pour faire à la menace des formations de bombardiers lourds. Les intercepteurs ayant des performances limitées et la DCA jugée peu efficiente, on imagine tendre des murs de feu avec des roquettes lancées en salve, faute de système de guidage.

Cette voie se révéla être une impasse mais les recherches ne furent pas pour autant perdues puisque des roquettes sol-sol furent mises au point, augmentant la puissance de feu de l’artillerie, pouvant nettoyer une zone ou briser une offensive ennemie.

Les allemands furent les premiers à les mettre en œuvre en Norvège, surprenant un temps les français et les anglais qui en dépit de recherches n’avaient pas abouti à la mise au point de roquettes sol-sol.

Quand aux américains, informés des recherches franco-anglaises, ils vont mettre au point leurs lance-roquettes multiples qui vont être utilisés en Europe sur affût remorqué et sur camion mais également dans le Pacifique à bord de chalands de débarquement modifiés.

Rocket HE M-8.jpg

Lance-roquettes multiple Calliope monté sur un char M-4 Sherman

Le principal modèle de roquette sol-sol de l’US Army fût la Rocket HE M8 de 4.5 pouces soit 114mm. Sa mise au point commença à l’hiver 1948/49 pour aboutir un an et demi plus tard en mars 1951.

Après avoir hésité entre la stabilisation par rotation et par ailettes, les américains sélectionnèrent cette dernière solution en dépit du fait que la stabilisation par ailettes n’était pas aussi efficace que par rotation mais cela avait l’avantage de permettre une production en masse de l’arme ce qui importait plus.

Les premiers lanceurs étaient remorqués avec huit tubes montés sur un affût dérivé du canon antichar de 57mm. Ces lanceurs furent ensuite complétés par des lanceurs motorisés, un lanceur léger à seize tubes sur un camion 6×6 GMC qui devint le vecteur standard.

Deux autres lanceurs moins présents furent également mis au point, un lanceur à trente-deux tubes monté sur un chassis de Half-track M-3 et un lanceur consommable de seize tubes montés sur des Sherman pour attaquer les positions fortifiées.

A la fin du conflit, un lanceur unique à été mis en place pour détruire les blockhaus.

Calibre 114.3mm longueur 838mmPoids17kg charge militaire 2kg Portée maximale 4200m

Des projets de roquettes plus puissantes ont été étudiés mais n’ont pas abouti avant la fin du conflit. Ce système allait être délaissé pendant près de vingt avant de faire un retour en force au début des années quatre-vingt.

Publicités

2 réflexions sur “Etats Unis (118) Armée de terre (8)

  1. Jeff dit :

    Bonjour,

    Il y avait aussi le 75mm M2 Gun (=/= du 75mm M2 du Sherman) , employé tant en antichar qu’en artillerie classique, ceci jusqu’à la fin 1942 (il a vu le combat contre les Japonais à Java en 1942)

    le 75mm M2 Gun est un 75mm m1897 « Français » monté sur un affut biflèche.
    La version sur affut M2A3 a été produite à 918 exemplaires.

    Meilleures salutations

    Jeff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s