Scandinavie (59) Danemark (30)

Chars de combat

M-24 Chaffee

M-24 Chaffee 16

En dépit de moyens limités, le Danemark voulait mettre sur pied une composante blindée. Certes une division blindée était hors de portée des moyens du gouvernement danois en exil mais il y avait les moyens de mettre sur pied une petite composante blindée. Outre le régiment de chars indépendant, les deux brigades danoises vont recevoir un bataillon de chars pour ne pas laisser les deux régiments d’infanterie sans protection.

Le régiment de chars appelé Régiment de Dragons du Jutland était organisé en un escadron de commandement et de soutien, trois escadrons de chars et un escadron d’autos blindées.

L’escadron de chars était organisé en un peloton de commandement et de soutien, trois pelotons de quatre chars et un peloton d’autos blindées.

Les deux bataillons de chars étaient organisés en un escadron de commandement et de soutien, deux escadrons de chars et un escadron de reconnaissance.

Si les trois escadrons du régiment de chars et les deux escadrons des bataillons étaient équipés de M-4 Sherman, l’escadron de reconnaissance du bataillon de chars disposait de deux pelotons de quatre M-24 Chaffee soit huit chars par escadron et seize chars pour les deux bataillons embrigadés.

Pour équiper ces unités le Danemark à choisit un char léger américian, le M-24 Light Tank Chaffee après avoir étudié d’autres véhicules qu’ils soient britanniques ou français.

Le M-24 Light Tank Chaffee à été conçu pour le remplacer les M-2 et M-3 à canon de 37mm mais aussi le M-5 à canon de 57mm.

Au moment où le M-5 était en développement les américains s’interrogèrent sur leur futur char léger. Cela leur permettait de prendre leur temps. Il s’agissait de mettre au point un char léger qui ne serait pas obsolète dès sa mise en service.

Devait-on privilégier, la vitesse et l’agilité au détriment de la protection ? Un armement puissant était-il nécessaire ?

Très rapidement, l’idée d’armer le nouveau char léger d’un canon de 37mm est abandonné car un autre projet _le futur Locust_ prévoit un tel armement.

Un armement en superstructure est étudié mais rapidement abandonné, le futur light tank doit comme son nom l’indique rester un char léger et doit disposer d’une tourelle.

Le canon de 57mm choisit pour le M-5 est un temps envisagé et favori mais au final c’est un canon de 75mm basse pression et court recul qui est choisit pour armer ce nouveau char léger proposé par la firme Cadillac.

Les deux prototypes sont commandés officiellement en septembre 1946 et livrés début 1947 pour subir une batterie complète de tests qui aboutissent à son adoption en en janvier 1948 sous le nom de M24 Light Tank.

Pour rendre hommage à un partisan des divisions blindées, il est baptisé Chaffee en hommage au général Adna Chaffee décédé en août 1941 et considéré comme le père des troupes blindées américaines

Il va progressivement remplacer le duo M-3/M-5 au sein des divisions blindées, des divisions d’infanterie mais aussi au sein des divisions aéroportées où faute d’un avion capable de le transporter, les chars étaient convoyés en planeurs.

750 M-24 sont produits suivis par 2500 M-24A1, 1250 M-24A2 et 750 M-24A3 portant la production totale à 5250 exemplaires.

Ce véhicule à été employé au combat sur tous les théâtres d’opération qu’il s’agisse du Pacifique, de l’Asie du Sud-Est, de la Chine, de la Méditerranée, de l’Europe occidentale et de l’Europe du Nord.

Outre la reconnaissance,le Chaffee à été utilisé pour l’appui de l’infanterie, la protection de convois dans des zones peu sures. Comme souvent, un véhicule à été utilisé au delà du périmètre initial ayant présidé à sa conception sans compter la mise au point de nombreuses variantes.

Durant le second conflit mondial, outre les Etats-Unis, le char fût utilisé par la Grande-Bretagne, l’URSS, la Chine, les Pays-Bas, la Belgique mais aussi le Danemark et la Norvège.

Les Chaffee de la 1. Danske Brigade sont engagés dès la première vague de l’opération BOREALIS, leur légèreté permettant un débarquement rapide sur les plages du côté du Jutland, leur canon de 75mm neutralisant certaines positions allemandes à l’aide d’obus explosifs et d’obus canisters.

Ceux de la 2. Danske Brigade vont servir pour le maintien de l’ordre. Certes la libération du Danemark s’est bien passé sans trop de conséquences intérieurs, le gouvernement danois voulant rétablir son emprise sur le territoire et éviter une guerre civile. Le Chaffee à été utilisé par l’armée danoise jusqu’en 1964 quand il est remplacé par un nouveau char léger à canon de 76mm, le M-41 Walker Buldog.

M-41 Walker Bulldog 19

Le M-41 Walker Bulldog remplaçant du Chaffee au sein de l’armée danoise

 

Caractéristiques Techniques du M24 Chaffee

Type : char léger

Poids : 18.37 tonnes

Dimensions : longueur 5.56m largeur 3m hauteur 2.77m

Motorisation : deux moteurs Cadillac 44T24 de 220ch à 3400 tours/minute

Performances : vitesse maximale 65 km/h sur route distance franchissable 160km
Blindage : 15-38mm

Armement : un canon de 75mm M6 avec quarante-huit coups, une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2HB avec 440 coups, deux mitrailleuses Browning de 7.62mm avec 3750 coups

Equipage : cinq hommes (commandant, tireur, pourvoyeur, conducteur, aide-conducteur)

M-4 Sherman

M-4A3 Sherman 21

Si aujourd’hui les américains sont capables de produire un char moderne et puissant cela n’à pas toujours été le cas. Non seulement les premiers chars utilisés par les américains furent britanniques et français mais en plus le développement fût entièrement stoppé ou peu s’en faut durant la période 1919-1939 («Rethondes-Coblence»). Voilà pourquoi l’entrée en guerre des américains en septembre 1939 était non pas impossible mais hautement improbable.

Il va falloir du temps pour qu’un char fiable et performant _tout est relatif_ soit mis sur pied sous la forme du M-4 Medium Tank Sherman, un brave et honnête char qui ne paye pas de mine et qui si il fait partie du camp des vainqueurs n’à jamais eu l’aura d’un Renault G-1, d’un Cromwell, d’un Panther ou même d’un T-34.

Avant le M-4, il y eu le M-3, un char vite déclassé par les progrès techniques et qui souffrait non seulement d’un blindage boulonné potentiellement très dangereux et surtout d’un armement dual avec un canon de 75mm en sabord et un canon de 37mm en tourelle, une configuration en vogue dans les années vingt et trente mais qui était désormais totalement obsolète.

Comme l’ont compris les français et les britanniques, le canon principal devait être en tourelle pour une polyvalence maximale. Les américains s’orientèrent donc vers ce choix. Le projet est lancé au printemps 1943 mais le développement est lent car il n’y à aucune urgence.

Le char mis au point dispose d’un moteur essence, d’un blindage plus important et d’un canon de 75mm en tourelle, canon inspiré de celui utilisé par le M-3. Il est officiellement adopté en février 1945 sous le nom de M-4 Medium Tank avec comme surnom Sherman du nom d’un général nordiste de la guerre de Sécession.

1050 M-4A1 sont produits suivis de 3500 M-4A2, 9000 M-4A3 à canon de 76mm, 7500 M-4A4, 550 M-4A5, 250 M-4A6 et 150 M-4A7. Aux 22000 exemplaires produits aux Etats-Unis s’ajoutent 1200 exemplaires produits au Canada, 750 en Australie et 600 en Inde sans oublier les variantes spécialisées. On arrive au chiffre impressionnant de 27500 exemplaires. Sur les 22000 Sherman produits aux Etats-Unis, 18500 ont été utilisés par l’US Army, 1500 par l’USMC et 2000 cédés à des pays étrangers au titre du prêt-bail.

Outre les Etats-Unis, le M4 Sherman à donc été utilisé par le Canada, l’Australie, la Grande-Bretagne (à titre de test), la Pologne, la Tchécoslovaquie (unités en exil), la Belgique, les Pays-Bas, Argentine, Brésil, Autriche (après guerre), Chili, Cuba, Danemark, Egypte, Ethiopie, Grèce, Inde,Iran,Italie (après guerre), Japon (après guerre), Mexique, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pakistan,Oman, Paraguay, Uruguay, Pérou, Ceylan, Vietnam, Yougoslavie, Portugal, Afrique du Sud et Turquie.

La Ny Danske Haerens (NDH) choisit le Sherman après avoir étudié le Cromwell mais aussi le Renault G-1. Le M-4 va équiper le régiment des dragons du Jutland (44 chars) et deux bataillons de chars intégrés à des brigades soit 30 chars chacun.

La NDH dispose donc en ligne de 104 chars type M-4A3 auxquels il faut ajouter douze M-4A1 pour l’entrainement. Le Sherman va naturellement être engagé dans l’opération BOREALIS puis resté en service dans l’armée danoise jusqu’en 1958 quand il est remplacé par des M-26 Pershing à canon de 90mm, un char lourd reclassé char moyen.

M-26 Pershing 8

M-26 Pershing, un char lourd reclassé char moyen et qui allait servir de base de travail pour les futurs chars Patton. 

Caractéristiques Techniques du M4 Medium Tank «Sherman»

Type : char moyen

Poids : 30.3 tonnes

Dimensions : longueur 5.84m largeur 2.62m hauteur 2.74m

Motorisation : un moteur Continental R975 9 cylindres 400ch à 2400 t/minute ou pour le M4A4, un Chrysler A57 multibank développant 470ch à 2700 t/min

Performances : vitesse maximale 40à 48 km/h distance franchissable 193km

Blindage : 93/118mm

Armement : un canon de 75mm M3 de 40 calibres avec 90 coups ou un canon de 76mm M1 avec 55 puis 71 coups; une mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm avec 300 coups et deux Browning M1919A4 avec 4750 coups

Equipage : 5 hommes (chef de char, tireur, chargeur, conducteur et aide-conducteur)

Autres véhicules

M-7 Priest

M-7 Priest 9

L’armée danoise ne dispose pas en septembre 1948 de canons automoteurs. Il faudra attendre la création de la NDH pour voir l’artillerie danoise se munir de canons automoteurs en l’occurrence le 105mm Howitzer Motor Carriage M-7 «Priest», un canon automoteur de conception et de fabrication américaine combinant le châssis renforcé du char moyen M-3 et un obusier de 105mm.

L’obusier automoteur américain est issue d’une longue période de réflexions, réflexion qui allait aboutir au choix d’un châssis chenillé qui permet à l’obusier de suivre les chars pour assurer leur appui-rapproché mais également pour réaliser des tirs d’interdiction pour empêcher l’arrivée de renforts ennemis.

Un temps on semble vouloir créer un châssis chenillé avant de finalement choisir celui du char moyen M-3 qui est renforcé pour permettre d’encaisser le recul de l’obusier de 105mm.

On débat sur la position de l’obusier. On envisage d’abord une installation en coque pour obtenir le véhicule le plus pas possible puis en tourelle alors qu’une troisième éccole préconise la construction d’une superstructure au dessus de la coque du char. C’est cette troisième école qui triomphe des deux autres et donne naissance au M7.

Six prototypes sont commandés en mars 1945 et intensivement testés pour permettre son acceptation en janvier 1946.

Les américains vont équiper les trois divisions de cavalerie et les seize divisions blindées regroupant au total soixante-seize groupes équipés de M-7 Priest soit un total de 912 pièces auxquelles il faut ajouter 432 M7 de la «Réserve Générale» soit un total de 1344 automoteurs.

Prévoyant des pertes élevées, les américains vont commander pas moins de 5700 M7 Priest produits en trois variantes, la M-7A1 produite à 2100 exemplaires, la M-7A2 produite à 1800 exemplaires et la M-7A3 produite à 1800 exemplaires également.

Outre les Etats-Unis, cet automoteur à été utilisé par la Grande-Bretagne (qui allait le remplacer rapidement par le Sexton), la France (petit nombre essentiellement pour des tests), la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne et la Tchécoslovaquie, la Norvège,le Danemark, le Brésil, l’Argentine, le Mexique, la Chine, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Il n’y à pas eu de variantes dédiées du M7. Certains Priest ont perdu leur canon pour servir de ravitailleur d’artillerie, de dépanneur, de véhicule de dépannage ou de transport de troupes mais il s’agissait d’improvisations sur le terrain et non de variantes mises au point à l’arrière et bénéficiant donc d’une appellation officielle.

Le M-7 Priest va équiper un régiment d’artillerie de campagne dans chaque brigade, régiment organisé en un état-major, une batterie de commandement et de soutien et trois groupes de trois batteries de quatre canons soit un total de 36 automoteurs.

Le Danemark va recevoir soixante-douze M-7 Priest, canons automoteurs engagés dans l’opération BOREALIS comme canon automoteur mais aussi comme canon d’assaut en effectuant des tirs directs contre les blockhaus allemands même si un obusier n’était pas forcément l’arme la mieux adaptée pour cela.

Si la guerre s’était poursuivie il semble que le Sexton aurait du remplacer le Priest pour uniformiser l’artillerie de campagne qui alignait des canons-obusiers de 25 livres.

Finalement le Priest est resté en service jusqu’en 1961 quand il est remplacé par un canon de 155mm automoteur de conception et de fabrication américaine toujours en service aujourd’hui en 2020 dans bien entendu de nouvelles versions avec un canon plus long, un moteur plus puissant et des modifications pour améliorer la cadence de tir et la précision des feux.

Caractéristiques Techniques du 105mm Howitzer Motor Carriage M7

Type : obusier automoteur

Poids : à vide 19.4 tonnes en ordre de route 21.1 tonnes

Dimensions : longueur 5.7m largeur 2.7m hauteur (sans mitrailleuses) 2.5m

Motorisation : un moteur en étoile Wright R975C1 de 400ch

Performances : vitesse maximum 40 km/h rayon d’action 230km

Blindage : 51mm à l’avant

Armement : un obusier de 105mm avec 57 coups dans le véhicule. Une remorque M8 permet d’embarquer 42 coups supplémentaires. Une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2HB avec 300 coups assure la défense rapprochée.

Equipage : sept hommes

 

M-3 Halftrack

M-3 Halftrack 22

Pour transporter son infanterie, le Danemark n’hésite pas longtemps et choisit un semi-chenillé, le M-3 Half-track.

A la différence du M-2, le M-3 à été conçu dès l’origine comme un APC destiné à l’infanterie mécanisée, possédant une seule porte d’accès et des sièges pour douze hommes. Cinq sont installés dans le compartiment arrière sur les parois et trois dans la cabine. Généralement, les fantassins sont à l’arrière, la cabine accueillant le conducteur, un mitrailleur et le chef de groupe.

Standardisé début 1942 après la résolution de nombreuses maladies de jeunesse, le M3 est produit pour équiper les divisions blindées et les divisions d’infanterie, équipant également les Marines.

Toujours en production en septembre 1948, le M-3 est remplacé sur les chaines de montage par le M-3A1 en mars 1949 puis par le M-3A2 en juin 1952 et enfin le M-3A3 en septembre 1953.

Les différences entre les variantes concernant le moteur (plus puissant), un blindage renforcé et une maintenance rendue plus aisée, le RETEX permettant au fabriquant d’améliorer quasiment en continu le véhicule (sans oublier les modifications réalisées sur le terrain).

La production cesse en mars 1955, le véhicule restant en service jusqu’en mars 1962 quand il est définitivement remplacé par un nouveau battlefield taxi, un taxi du champ de bataille, le M-113. Au total 44000 véhicules ont été produits.

M-113 Danemark 2

Le Danemark à remplacé ses M-3 par un véhicule tout chenillé le M-113

Outre la variante de base utilisée pour le transport de troupes et le soutien logistique, le M3 à été décliné en de nombreuses variantes spécialisées comme commandement et contrôle, porte-mortier, antichar, antiaérien, génie, dépannage, évacuation sanitaire….. .

Outre les forces armées américaines, le M3 à été utilisé par la Belgique, le Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, la Tchécoslovaquie, le Danemark, la République Dominicaine, la France, l’Allemagne (après guerre), la Grèce, l’Italie (après guerre mais également avec l’armée co-belligérante), l’Inde, le Japon (après guerre), le Liban, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Pakistan, les Phillipines, le Portugal, la Pologne, l’URSS, la Turquie, la Grande-Bretagne et la Yougoslavie.

La Danemark va acquérir le M-3 pour équiper les unités d’infanterie de ses brigades légères mais aussi de nombreuses variantes pour équiper la cavalerie, l’artillerie et le génie. Ces semi-chenillés sont remplacés dans l’armée danoise par le M-113.

Caractéristiques Techniques du M-3

Poids : 9.07 tonnes Dimensions : longueur 6.17m largeur 1.96m hauteur 2.26m

Motorisation : un moteur White 160AX de 147ch

Performances : vitesse maximale 72 km/h sur route distance franchissable 320km

Blindage : 13.2 à 25.4mm

Armement : une mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm et une mitrailleuse de 7.62mm Browning M1919A4

Equipage : un conducteur et douze passagers (généralement un mitrailleur et onze fantassins dont le chef de groupe)

-En ce qui concerne les autres véhicules on trouvait des Jeep, des camions légers Dodge et des camions Chevrolet américains, Bedford britanniques et même Renault français, camions utilisés essentiellement pour le ravitaillement et le soutien logistique.

Miscellanées

-En septembre 1948 la petite armée danoise dispose de camions pour remorquer les pièces d’artillerie qu’elles soient légères ou lourdes. On trouvait également quelques semi-chenillés ainsi que des motos avec side-car.

-Au sein de la nouvelle armée danoise on trouvait des camions GMC mais aussi des Jeep pour le transport léger et la liaison.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s