Benelux (22) Pays-Bas (22)

Vedettes lance-torpilles

Vedettes lance-torpilles type TM-4

TM-4

L’effort mené par La Haye pour renforcer ses défenses aux Indes Néerlandaises à été très (trop ?) important. Et pourtant après la construction d’un porte-avions, de trois croiseurs de bataille, de croiseurs et de destroyers, le gouvernement néerlandais chercha encore à renforcer les défenses du joyau de son empire.

Seulement voilà les moyens financiers et humains étaient sollicités au maximum ce qui imposait soit d’abandonner le projet ou alors de trouver une solution économique. Le projet d’acquérir des vedettes lance-torpilles fût acté au printemps 1943, le contrat étant signé en septembre 1943 pour dix-huit vedettes type TM-4.

TM-4 pourquoi 4 ? Tout simplement parce que ce modèle succédait à trois prototypes appelés TM-1, 2 et 3. Ces navires ne furent pas des réussites et furent rapidement désarmés.

Les dix-huit vedettes lance-torpilles type TM-4 furent appelées TM-4 à 21. Elles seront réparties en deux flottilles de neuf navires, la 1ère flottille regroupant les TM-4,6,8,10,12,14,16,18 et 20 alors que la 2ème flottille regroupe les TM-5,7,9,11,13,15,17,19 et 21. Ces navires sont mis en service entre 1945 et 1947 après avoir été construites par l’Arsenal de Soerabaja.

Ces vedettes lance-torpilles vont participer à la défense de la colonie avec des résultats pour le moins contrastés. Sur les dix-huit vedettes en service en mars 1950, la moitié est détruite au cours de la phase initiale des combats en Asie-Pacifique.

C’est ainsi que pour la campagne des Salomons il ne reste plus que les TM-4,6,9,13,14,16,17,19 et 21, neuf unités regroupées au sein d’une unique flottille.

Cette flottille est encore amputée d’une unité, la TM-4 victime de destroyers japonais alors qu’il attaquait un convoi ennemi.

La flottille participe à la deuxième campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953), perdant les TM-6 et 9 qui ont été victimes de l’aviation. Les autres vedettes sont dans un état tel que les néerlandais sollicitent britanniques, américains et français pour recevoir de nouvelles vedettes.

Les britanniques n’ont plus de navires à fournir, les français et les américains restent seuls en piste et c’est la puissante industrie américaine qui l’emporte en fournissant à la marine néerlandaise douze vedettes lance-torpilles.

Ces vedettes sont immatriculées TM-22 à 33. Elles sont mises en service à l’été 1953. Formant une 5ème flottille, ces vedettes sont opérer sous commandement américain aux Philippines, harcelant les rares navires japonais encore en service. Ils y terminent la guerre avant d’être transportés en Europe pour y être désarmées officiellement en septembre 1955.

Les vedettes type TM-4 sont utilisées pour des tâches auxiliaires, loin du fracas des batailles. Elles sont désarmées à la fin de la guerre et détruites.

Déplacement : 17.5 tonnes

Dimensions : longueur 19.2m largeur 4.3m tirant d’eau 1.4m

Propulsion : trois moteurs diesels développant 1700ch et entraînant trois hélices

Performances : vitesse maximale 36 nœuds distance franchissable 310 miles nautiques à 30 nœuds 370 miles nautiques à 18 nœuds

Armement : un canon de 40mm Bofors, deux mitrailleuses de 12.7mm, deux mitrailleuses de 7.7mm, deux tubes lance-torpilles de 450mm

Equipage : sept officiers et marins

Vedettes lance-torpilles type TM-51

Fairmile C 3

Une vedette lance-torpilles type Fairmile C

Pour équiper la Métropole de vedettes lance-torpilles à moteur (Motor Torpedo Boat MTB), les néerlandais se tournent vers les britanniques et passent commande en septembre 1946 auprès de la British Power Boat de seize vedettes type Fairmile C, des vedettes mises en service entre janvier et août 1948 au sein de deux flottilles, les 3ème et 4ème flottilles de vedettes lance-torpilles.

La 3ème flottille regroupe les TM-51/53/55/57/59/61/63 et 65 alors que la 4ème flottille regroupe les TM-52/54/56/58/60/62/64 et 66.

Durant la campagne des Pays-Bas, les TM-51,53,62 et 64 sont perdues, les deux premières sous les coups de l’aviation, la troisième en sautant sur une mine et la quatrième lors d’un affrontement avec des S-Boot de la Kriegsmarine.

Les douze vedettes survivantes vont rallier d’abord Dunkerque pour harceler les allemands progressant le long des côtes belges et françaises, perdant la TM-55 coulée par l’aviation puis la TM-66 victime d’un incendie causée par l’explosion d’une barge française chargée de munitions dans le port du Havre.

Les vedettes survivantes vont opérer depuis la Grande-Bretagne pour harceler la navigation côtière allemande. Les TM-52 et 57 sont perdus lors d’affrontements contre des S-Boot.

A la fin du conflit, il reste donc huit vedettes généralement en mauvais état. Elles sont désarmées en 1955 et démolies.

Déplacement : 57 tonnes

Dimensions : longueur 34m largeur 5.31m tirant d’eau 1.73m

Propulsion : deux moteurs essence Hall-Scott de 850ch entraînant trois hélices

Performances : Vitesse maximale 26.5 noeuds (25 en pratique) Distance franchissable : 500 miles nautiques à 12 noeuds

Armement : un canon de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Oerlikon deux torpilles de 533mm ou quatre torpilles de 457mm

Equipage : seize officiers et marins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s