Dominions (32) Canada (32)

Bristol Beaufighter

bristol-beaufighter-9

Bristol Beaufighter

Dans les années vingt et trente, plusieurs théoriciens militaires imaginèrent l’utilisation d’escadres massives de bombardiers pour anéantir l’ennemi ou le dissuader de toute action hostile en lui promettant un tel niveau de destruction que le jeu n’en vaudrait pas la chandelle.

Se posait la question de la défense des villes. Les grands pays aéronautiques s’équipèrent tous de chasseurs lourds bimoteurs destinés à la défense de leur territoire.

Les britanniques n’échappèrent pas à la règle. Ils mirent au point une variante de chasse du Bristol Blenheim qui n’eut pas une longue carrière tout comme le Westland Whirlwind victime de ses moteurs Rolls Royce Vulture.

westland-whirlwind-3

Westland Whirlwind

Alors que le développement du Whirlwind était en cours, la firme Bristol proposa un appareil interimaire que l’on pouvait résumer par un Beaufort muni de moteurs Bristol Hercules (plus performants que les Taurus du bombardier-torpilleur).

Le calendrier était serré car les livraisons devaient avoir lieu début 1940. En réalité le développement du Bristol type 156 prit plus de temps que prévu ce qui n’eut au final que peu d’incidence car le Whirlwind allait être abandonné.

Le premier prototype effectue son vol inaugural le 17 juillet 1939 seulement huit mois après le lancement du projet (décembre 1938). Un deuxième prototype décolle le 14 mars 1940 avec des Rolls-Royce Merlin mais comme l’appareil devenait sous-motorisé et instable, l’appareil appelé Beaufighter n’allait être équipé uniquement de moteurs Bristol Hercules à refroidissement par air.

Deux autres prototypes volent les 4 juin et 12 août 1940 pour valider le développement d’un appareil qui allait être utilisé pour la chasse lourde, la chasse-bombardement, la chasse de nuit mais aussi le bombardement-torpillage.

L’appareil est mis en service courant 1941. Le Canada ne s’intéresse au Bristol Beaufighter qu’à partir de 1945 quand la RCAF décide de d’équiper de chasseurs lourds bimoteurs. Un temps le De Havilland Mosquito est le favori mais au final c’est le Bristol type 156 qui allait être choisit.

L’appareil va être produit en Grande-Bretagne, Ottawa renonçant à le produire au pays. En septembre 1948, la RCAF dispose de huit squadrons volant sur différentes versions du Beaufighter.

La première version de chasse lourde (Beaufighter Mk IF) équipe tout d’abord les squadrons 66 et 68 qui avec seize appareils chacun assure la défense du territoire canadien.

Ils opèrent en compagnie de deux squadrons de l’Aéronavale eaux aussi équipés de «Beau’». Le squadron 30 lui opère au dessus de la péninsule balkanique au sein de la Canadian Air Force in Balkans.

Bristol Beaufighter Mark IIF RCAF.jpg

Bristol Beaufighter Mk IIF

La deuxième version de chasse lourde (Bristol Beaufighter Mk IIF) équipe deux squadrons, le squadron 407 déployé en Grande-Bretagne avec seize appareils et le squadron 38 qui avec vingt avions opère au dessus de la France.

La troisième version utilisée par le Canada était une version de chasse-bombardement, le Bristol Beaufighter FB Mk III utilisé par le squadron 24 opérant en Méditerranée avec seize appareils, le squadron 46 combattant en France avec vingt appareils et le squadron 43 combattant dans les Balkans avec seize appareils.

Si les FB Mk III restent en service jusqu’à la fin du conflit, les Bristol Beaufighter Mk IF (sauf ceux déployés au Canada) et Mk IIF sont remplacés par des De Havilland Hornet, des chasseurs bimoteurs monoplaces choisis de préférence au Bristol Brigand, une évolution du Beaufighter.

Bristol Beaufigther TF Mk X.png

Caractéristiques Techniques du Bristol type 156 Beaufighter

Type : chasseur lourd bimoteur biplace

Masse : à vide 6623kg maximale au décollage 9798kg

Dimensions : longueur 12.70m envergure 17.63m hauteur 4.83m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bristol Hercules Mk XVI de 1670ch

Performances : vitesse maximale 536 km/h à 4755m Distance franchissable 2382km plafond pratique 8075m

Armement : quatre canons de 20mm à l’avant, six mitrailleuses de 7.7mm dans les ailes une mitrailleuse de 7.7mm dans le poste arrière

De Havilland Hornet

De Havilland Hornet F Mk3

De Havilland DH.103 Hornet

Le De Havilland DH.103 Hornet est un élégant chasseur bimoteur monoplace, un descendant du Mosquito. Il à été conçu pour remplacer également le Beaufighter ce qu’il ne fera qu’imparfaitement.

Le projet est lancé en septembre 1944. l’Air Ministry demandait un chasseur bimoteur où le rayon d’action primait sur la vitesse.

Sans que l’on en parle ouvertement il semble que cet appareil devait principalement opérer dans le Pacifique où les distances étaient bien plus élevées qu’en Europe.

L’armement devait être puissant et surtout l’avion devait pouvoir embarquer un radar (les premiers exemplaires de radars aéroportés étaient à l’époque en cours de tests). La configuration équipage n’était pas limitée.

Fairey, Hawker, De Havilland et Boulton-Paul proposent des projets mais seuls Fairey et De Havilland allèrent jusqu’à la réalisation d’un prototype, l’Air Ministry passant commande deux prototypes pour chaque modèle, Fairey proposant son Goshawk et De Havilland son DH.103 Hornet.

Bréguet Br700

Bréguet Br700C2, l’un des chasseurs biplaces de l’armée de l’air

Les quatre prototypes sont livrés au printemps 1945 à une époque où la France s’interroge sur l’avenir de sa flotte de chasseurs bimoteurs composée à l’époque de Bréguet Br700C2 et de Lockheed H-322.

Farman signe un accord pour obtenir la licence de production du DH-103 qui devient le Farman F-275 Frelon. Quatre prototypes sont livrés en septembre 1946 mais en septembre 1948 aucune décision n’est prise.

Revenons à nos moutons. Les prototypes du Fairey Goshawk, un bimoteur biplace ressemblant au Whirlwind (et pour cause c’est l’ancien chef du bureau d’études de Westland qui avait développé ce nouvel appareil) décollent respectivement le 7 juin et le 21 septembre 1945. Ceux du Hornet décollent le 21 mai et le 8 août 1945.

Après une évaluation serrée, c’est le Hornet qui est choisit en septembre 1946 mais la production n’à pas encore démarré quand le second conflit mondial éclate.

La production est lancée en mars 1949. Le Canada se montre alors intéressé par cet appareil mais la production est lente et la priorité va à la RAF. Ottawa songe un temps à acquérir des Farman F-275 (choisit en janvier 1949 au détriment du Bloch MB-740 et du Dewoitine D-775) mais finalement reste fidèle à la «priorité impériale».

Les premiers «Canadian Hornet» sont livrés en mars 1950, remplaçant les Bristol Beaufighter Mk IIF des squadrons 38 et 407 ainsi que ceux du squadron 30. Les cinquante-deux appareils destinés à équiper immédiatement les unités sont livrés entre mars et juin 1950.

Une nouvelle commande pour 150 appareils est passée en mai 1950 pour des livraisons exécutées entre juillet 1950 et mars 1951. Les besoins étant couverts, le Canada ne passe pas commande de nouveaux appareils.

Les avions sont engagés dans des missions de chasse lourde, des raids de chasse dans la profondeur mais aussi des missions de chasse de nuit, le radar AI Mk IV étant embarqué à partir de 1952 une fois les problèmes de compatibilité électromagnétique résolus entre le radar, le radio et les systèmes d’aide à la navigation.

Avro Canada CF-100 Canuck 61.jpg

Avro Canada CF-100 Canuck

L’appareil va être utilisé dans l’armée de l’air canadienne jusqu’en 1963 quand il est remplacé par l’Avro Canada CF-100 Canuck, un biréacteur de chasse lourde armé de roquettes air-air pour repousser les bombardiers lourds soviétiques au dessus des étendues glacées du Canada.

Caractéristiques Techniques

Type : Chasseur bimoteur monoplace

Masse à vide : (à vide) 6033kg (à pleine charge) 8886kg (maximale au décollage) 9480kg

Dimensions : longueur 11.18m envergure 13.72m hauteur 4.3m

Motorisation : deux moteurs douze cylindres en ligne Rolls Royce Merlin 133/134 de 2030ch entraînant une hélice quadripales.

Performances : vitesse maximale : 748 km/h à 6705m distance franchissable avec réservoirs auxiliaires 2414km plafond opérationnel : 10670m

Avionique : un radar AI Mk IV

Armement : 4 canons de 20mm Hispano Mk V avec 190 coups par canon dans la partie inférieure du nez. Deux bombes de 454kg ou 8 roquettes de 60 livres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s