Dominions (31) Canada (31)

Les avions équipant la Royal Canadian Air Force (1)

Chasseurs et chasseur-bombardiers

Avant-propos

Dans le domaine de la chasse, l’équipement est exclusivement britannique. Une partie des appareils ont été livrés par les usines britanniques mais une partie à été produite dans des usines canadiennes, des Hawker Hurricane et des Supermarine Spitfire en attendant des Hawker Fury II mais aussi des Hawker Typhoon et des Hawker Tempest.

Comme les autres belligérants, l’armée de l’air canadienne utilise des chasseurs monomoteurs pour la chasse de jour et des bimoteurs pour la chasse de nuit. Cette division n’est bien sur pas rigide, les aléas du combat imposant parfois l’emploi de moyens militaires dans un cadre totalement différent que celui imaginé à l’origine.

Hawker Hurricane

Hawker Hurricane Mk IID 2.jpg

Hawker Hurricane Mk IID

Le Hawker Hurricane est le premier chasseur monoplan monomoteur de la RAF. Il est mis au point suite à l’appel d’offres F.6/34 qui demandait un chasseur monoplan armé de huit mitrailleuses.

La firme Hawker dessine un appareil construit selon la construction classique du bois entoilé avec des parties métalliques. Cette façon de construire les appareils était amené à vitre périmer l’appareil concerné à la différence du Spitfire construit dès l’origine tout en métal ce qui explique sa longue descendance.

Le prototype effectue son vol inaugural le 6 novembre 1935. Les essais se passent bien, les défauts correspondant essentiellement des «maladies de jeunesse». Un défaut structurel fût repéré mais ne pu être modifié qu’à partir du 61ème appareil de série.

Baptisé Hurricane le 26 juin 1936, il est produit à partir de ce même mois de juin, le premier appareil de série effectuant son vol inaugural le 12 octobre 1937. Les livraisons sont assez rapides puisqu’en septembre 1939 on compte dix-sept squadrons du Fighter Command équipés, le nombre passant rapidement à vingt-deux.

Le Canada met en service ses premiers Hurricane en 1939. Soixante-douze Hawker Hurricane Mk I sont livrés en juin 1939 et février 1940. Sur ce total, seulement seize sont encore en service au sein du squadron 90, un squadron d’entrainement à la chasse.

Le Hawker Hurricane Mk II succède au Mk I. 350 appareils sont produits au Canada entre 1940 et 1942. Ils sont suivis par 540 Hawker Hurricane Mk IV produits entre 1942 et 1944, l’usine concernée implantée près de Montréal passant ensuite au Typhoon et au Tempest, les successeurs chez Hawker Aviation du Hurricane.

Hawker Hurricane Mk IV KZ-321 3.jpg

Hawker Hurricane Mk IV

En septembre 1948, quatre squadrons de chasse sont encore équipés, les squadrons 60 et 64 équipés de Mk II, les squadrons 56 et 62 équipés de Mk IV. Ces appareils ne sont pas déployés outre-mer, assurant la défense aérienne du Canada, couvrant les ports, les usines, les sites stratégiques dans de longues et monotones patrouilles, aucun avion ennemi ne venant défier les Hurricane canadiens.

Le Hawker Hurricane reste en service dans la RCAF jusqu’en 1955 quand les derniers appareils sont ferraillés.

Hawker Hurricane trois vues 2.gif

Caractéristiques Techniques du Hawker Hurricane Mk IIC

Type : chasseur-bombardier monoplan monomoteur

Masse à vide 2605kg en charge 3480kg maximale au décollage 3950kg

Dimensions : longueur 9.84m envergure 12.19m hauteur 4m

Motorisation : un moteur en ligne Rolls-Royce Merlin XX de 1185ch à 6400m

Performances : vitesse maximale 547km/h à 6400m distance franchissable 965km plafond opérationnel 10970m

Armement : huit mitrailleuses de 7.7mm Browning dans les ailes deux bombes de 500kg ou quatre de 250kg ou des roquettes.

Supermarine Spitfire

Supermarine Spitfire Mk V 14.jpg

Supermarine Mk V

 

Élégant monomoteur à moteur Merlin, le Supermarine Spitfire («cracheur de feu») est le dernier appareil conçu par Reginald Mitchel qui décéda avant de voir le formidable succès de son appareil qui marqua les esprits dès son premier vol.

Le prototype (K504) décolle pour la première fois le 5 mars 1936. Aux commandes, le chef-pilote de Vickers Aviation qui en descendant de l’avion confia à des ingénieurs soucieux «Ne touchez à rien».

Les premiers appareils de série sont livrés à la RAF au printemps 1938, dix squadrons étant équipés en septembre 1939 quand éclate la guerre de Pologne ces unités ne sont pas toutes opérationnelles.

C’est au printemps 1940 que le Canada choisit le Supermarine Spitfire comme nouveau chasseur pour compléter et à terme remplacer le Hawker Hurricane. Quelques Supermarine Spitfire Mk I sont livrés pour entraîner les pilotes, le Mk II devant être la première version opérationnelle du chasseur.

En septembre 1948, deux squadrons sont encore équipés de Spitfire Mk II, les squadrons 54 et 58, deux escadrons de seize appareils qui assurent la couverture de la côte est du Canada notamment les ports d’où partaient les convois. Ces appareils vont rester en service jusqu’à la fin du conflit.

Après avoir acquis un total de 120 Mk II, le Canada passa au Mk V. Les appareils étaient cette fois produits au Canada dans une usine installée à proximité de Toronto. Les premiers appareils étaient assemblés au Canada à partir d’éléments fournis par Supermarine avant que l’usine ne soit totalement autonome.

Le Supermarine Spitfire Mk V est produit au Canada de septembre 1943 à octobre 1947 soit un total de 895 appareils produits en quatre ans, appareils qui sont pour beaucoup stockés pour un éventuel conflit, les pertes pouvant ainsi être rapidement remplacés.

Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, la RCAF dispose d’encore de 176 Mk V répartis en dix squadrons.

Six d’entre-eux disposent de seize appareils (squadrons 14 16 20 28 70 405) et quatre disposent de vingt appareils (squadrons 34 36 42 44). Certaines unités vont conserver le Mk V jusqu’à la fin du conflit notamment sur des fronts secondaires.

Aux 176 appareils en service s’ajoute encore 475 appareils en réserve soit un total de 651 encore disponibles en septembre 1948. Des appareils sont prélevés dans les stocks pour réarmer les unités canadiennes mais aussi d’autres pays volant sur Spitfire ou cherchant des appareils plus modernes comme la Pologne ou la Tchécoslovaquie. Il restait encore une centaine d’appareils disponible en septembre 1954 mais ils sont rapidement feraillés après récupération de pièces détachées.

Supermarine Spitfire Mark VIII 13.jpg

Supermarine Spitfire Mk VIII

 

La dernière version utilisée par le Canada est la Mk VIII, la version la plus moderne de la petite merveille de Supermarine. 88 exemplaires sont en service en septembre 1948 répartis en cinq squadrons, trois équipés de seize appareils (squadrons 22 401 et 403) et deux de vingt appareils (32 et 40).

Initialement le Canada prévoyait de produire le Mk IX mais au final elle préféra passer à un nouvel appareil en l’occurrence le Hawker Fury II qui allait devenir le chasseur monomoteur standard de l’armée de l’air, le Sea Fury remplaçant le Seafire.

Le Supermarine Spitfire était encore en service en septembre 1954 mais il va être rapidement retiré du service au profit du Fury II, dernier chasseur à moteur à pistol de la RCAF. Les derniers «cracheurs de feu» quittent le service actif en 1959.

Supermarine Spitfire 34.gif

Caractéristiques Techniques du Supermarine Spitfire Mk V

Type : monoplace de chasse

Masse : à vide 2297kg en charge 3000kg maximale au décollage 3039kg

Dimensions : longueur 9.12m envergure 11.23m hauteur 3.86m

Motorisation : un moteur en ligne douze cylindres Merlin 45 dévellopant 1470ch à 2819m

Performances : vitesse maximale 595 km/h distance franchissable 786km (1827km en configuration convoyage) Plafond opérationnel 11125m

Armement : Deux canons de 20mm et 4 mitrailleuses de 7.7mm. Peut également emporter une bombe de 227kg sous le fuselage ou deux de 113kg sous les ailes.

Hawker Fury II

hawker-fury-vr-930-2

Hawker Fury II sous les couleurs de la FAA

En ce temps là, les progrès de l’aviation étaient rapides, tellement rapides qu’un appareil entrait en service alors qu’il était pour ainsi dire périmé obligeant les bureaux d’études à jouer aux échecs en ayant toujours deux ou trois coups d’avance.

Dès la fin des années trente, le développement du successeur du Hurricane est lancé, les travaux commençant en mars 1937, un appel d’offres étant publié en mars 1938, aboutissant au vol inaugural du premier prototype du Hawker Typhoon le 24 février 1940 suivit du premier vol du second prototype le 14 juillet 1941.

L’appareil est mis en service fin 1942 mais se révèle davantage à son aise à basse altitude comme chasseur-bombardier. Même chose pour son dérivé, le Hawker Tempest mis en service en février 1944 (après avoir été connu initialement sous le nom de Hawker Typhoon II).

Le bureau d’études Hawker ne se découragea et lança fin 1943 les travaux d’un Tempest Light Fighter, un véritable chasseur de supériorité, un intercepteur et non un chasseur-bombardier même si au final l’appareil pouvait être utilisé pour ce rôle.

Un appel d’offres est lancé officiellement en mai 1944 pour un chasseur destiné à succédé au Hawker Hurricane, le «Hurri» étant progressivement déclassé dans des missions de chasse-bombardement.

Tout comme les américains avec le Grumman Bercat, les britanniques décident de développer le chasseur le plus léger possible autour du moteur le plus puissant. Cela donnait un chasseur rapide, maniable mais dont la puissance pouvait déconcerter les jeunes pilotes.

Deux prototypes sont commandés en septembre 1944, le vol inaugural du premier prototype ayant lieu le 17 janvier 1945. Le deuxième prototype effectue son premier vol le 04 mars 1945.

Le premier appareil de série effectue son vol inaugural le 17 septembre 1947. La production est lancée début 1948, les premiers appareils étant livrés en juin 1948 mais pas suffisamment rapidement pour permettre à des squadrons de la RAF d’être opérationnels quand le second conflit mondial éclate.

Le Hawker Fury II (pour le distinguer d’un appareil du début des années trente) est mis en service en novembre 1948.

Après avoir envisagé la production du Supermarine Spitfire Mk IX, le Canada préfère produire le Fury II. La production va être lancée en juillet 1950, les premiers Fury II étant livrés aux unités de la RCAF au printemps 1951, remplaçant les Spitfire d’abord en France puis en Grande-Bretagne et enfin en Méditerranée. Les Spitfire dans les Balkans restèrent eux en service.

La version choisie par le Canada est la version Mk IA armée de quatre canons de 20mm avec 150 coups par arme. A cela s’ajoutait 907kg de bombes et de roquettes sous les ailes pour permettre à l’appareil de mener des missions d’attaque au sol.

La production de l’appareil va durer jusqu’en 1955, le Canada ayant fait du Fury II son chasseur standard puisque la version embarquée baptisée Sea Fury ayant remplacée le Seafire sur les porte-avions légers de la RCN.

Après la production de 750 Mk IA entre juillet 1950 et septembre 1952, la production passe au Mk II qui sera produit à 900 exemplaires entre août 1952 et décembre 1953, date à laquelle le Fury II Mk III prend le relais sur les chaines de montage, l’appareil étant produit entre décembre 1953 et septembre 1954, 450 exemplaires étant produits. Enfin le Mk IV est produit à 240 exemplaires entre octobre 1954 et juin 1955.

Ce sont donc au total 2340 appareils qui sont sortis des chaines de montage, une partie armant des unités d’autres pays comme la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Le Fury II est remplacé par des chasseurs à réaction à partir de 1962. Quelques appareils restant en service dans des unités de réserve jusqu’en 1969.

Hawker Sea Fury écorché.jpg

Caractéristiques Techniques du Hawker Fury II

Chasseur-bombardier monoplace monomoteur embarqué

Masse : à vide 4191kg à pleine charge 5670kg

Dimensions : envergure 11.70m longueur 10.57m hauteur 4.84m

Motorisation : un moteur radial Bristol Centaurus 18 développant une puissance totale de 2480ch et entraînant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale à 5485m 740 km/h plafond opérationel : 10910m distance franchissable avec les seuls réservoirs internes : 1127kg

Armement : 4 canons de 20mm dans les ailes et jusqu’à 907kg de charges extérieures qu’il s’agisse de bombes, de roquettes ou de mines.

Hawker Typhoon

hawker-typhoon-12

Hawker Typhoon

Le Hawker Typhoon est un monomoteur à aile basse conçu par Sydney Camm destiné à remplacer le Hawker Hurricane.

Comme nous l’avons vu à propos du Hawker Fury II cela se passa différemment. Certes le Typhoon allait remplacer le Hurricane mais davantage comme chasseur-bombardier que comme chasseur de supériorité aérienne.

Le bureau d’études de Hawker Aviation commença à travailler sur le successeur du Hurricane dès mars 1937 alors que le Hurricane n’est pas encore en service (les échecs tout ça vous vous souvenez).

A l’époque il s’agit davantage de veille technique. Il s’agit d’envisager les possibilités offertes par les progrès constants des matériaux (passage définitif ou presque du bois entoilé au métal), de l’aérodynamisme et surtout des moteurs, la barrière des 2000ch semblant à portée raisonnable.

Un appel d’offres officiel est lancé en mars 1938 mais le développement est mené sans pression, le prototype n°1 effectuant son vol inaugural le 24 février 1940 suivit d’un second le 14 juillet 1941.

Le développement se passe bien mais les performances à moyenne et haute altitude sont décevantes. Les britanniques doivent se rendre à l’évidence que l’appareil baptisé Typhoon ne fera pas un bon chasseur de supériorité aérienne.

Qu’à cela ne tienne, le Typhoon allait être un nouveau chasseur-bombardier bien utile pour remplacer les bombardiers monomoteurs Fairey Battle. Le premier appareil de série effectue son vol inaugural en septembre 1942, le premier squadron étant opérationnel en mars 1943.

Le Canada s’intéresse au Typhoon dès 1941. Comme pour la RAF il s’agissait initialement de remplacer les Hurricane.

Comme cela n’était pas possible, décision est prise d’accroître les commandes et la production de Spitfire en attendant un chasseur plus moderne mais d’acheter également des Typhoon puis des Tempest pour renforcer les capacités d’attaque de l’armée de l’air canadienne.

Il faut cependant attendre septembre 1944 pour qu’une commande soit officiellement passée, 150 appareils type Typhoon Mk II étant commandés, appareils livrés entre février 1945 et janvier 1946, date à laquelle une usine canadienne produit à la fois des appareils pour la RCAF mais aussi pour former une «réserve stratégique» à l’abri des bombardements allemands.

En septembre 1948, le Canada dispose de 135 Typhoon Mk II livrés par la Grande-Bretagne mais aussi de 280 Typhoon Mk II produit entre janvier 1946 et septembre 1948. La production cesse alors pour passer au Tempest.

Quand le second conflit mondial éclate, l’armée de l’air canadienne dispose de seulement 56 appareils en service, le Tempest ayant été choisit pour compléter la flotte. Si le squadron 18 déployé en Méditerranée dispose de seize appareils en ligne, les squadrons 48 et 50 déployés en France alignent vingt appareils chacun.

Des stocks importants ont été constitués avant guerre ce qui permet à la flotte de Typhoon de pouvoir tenir un long moment. En septembre 1948, sur les 315 appareils livrés et/ou produits, il en restait 220 ce qui explique que la flotte de Typhoon à pu tenir jusqu’à la fin du conflit, dans des version modernisées.

Il ne s’agissait pas d’appareils neufs mais lors de passages en ateliers on en profitait pour intégrer des composants venant du Tempest mais aussi du Fury II. Le Typhoon est retiré du service actif en 1957.

Hawker Typhoon 18.png

Caractéristiques Techniques du Hawker Typhoon Mk II

Type : monoplace monoplan de chasse-bombardement

Masse : à vide 4010kg en charge 5170kg maximale au décollage 6010kg

Dimensions : longueur 9.73m envergure 12.67m hauteur 4.66m

Motorisation : un moteur en ligne Napier Sabre de 2200ch entraînant une hélice tri ou quadri-pale

Performances : vitesse maximale 663 km/h à 5485m (avec un Sabre IIB et une hélice quadriplace) distance franchissable 821km plafond opérationnel 10279m

Armement : quatre canons de 20mm Hispano Mk II huit roquettes RP-3 ou deux bombes de 500 livres ou deux de 1000 livres (respectivement 227 et 454kg)

Hawker Tempest

Hawker Tempest Mk V 2

Hawker Tempest

Suite aux performances «décevantes» du Typhoon, la firme Hawker décida de développer une version améliorée initialement baptisée Typhoon II avant de recevoir la nouvelle désignation de Tempest.

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance puisqu’il y eut un projet concurrent baptisé Tornado mais après la construction de deux prototypes et de six appareils de pré-série le projet fût annulé en raison des insolubles problèmes rencontrés par le moteur Rolls Royce Vulture, moteur qui condamna également le Westland Whirlwind et l’Avro Manchester.

Le premier prototype du Tempest décolle pour la première fois le 14 octobre 1942 suivit d’un second le 4 janvier 1943. Les essais se passent bien et l’appareil peut être mis en service début 1944 au sein de la RAF.

Jusqu’en 1949 la production du Typhon et du Tempest cohabitent avant que le Tempest soit seul en lice mais pour peu de temps car début 1951 il est remplacé sur les chaines de montage par le Fury II, le vrai remplaçant du Hurricane comme chasseur de supériorité aérienne.

Le Canada décide de compléter ses Typhoon par des Tempest courant 1946. Elle passe commande de 32 exemplaires qui sont produits au Canada. Après la livraison de ces appareils à l’automne 1946, une deuxième commande de 120 appareils est passée en octobre 1947 pour une livraison exécutée entre janvier et décembre 1948.

En septembre 1948, la RCAF disposait de 96 Tempest en service, des Hawker Tempest Mk II. De nouvelles commandes sont passées ce qui permet à l’armée de l’air canadienne de disposer de quatre-vingt appareils en service au sein du squadron 26 (appelé à se déployer dans les Balkans), du squadron 41 (même théâtre d’opérations que le précédent) mais aussi des squadron 52 et 95 qui vont eux opérer dans le ciel français.

La production va se poursuivre au Canada jusqu’en juin 1950, le Fury II prennant le relais. Au total le Canada à produit 550 Hawker Tempest Mk II et Mk IV, cette dernière version se caractérisant par un moteur plus puissant, une plus grande autonomie, une maniabilité accrue et un renforcement du blindage pour protéger le pilote des tirs venus du sol.

Le Hawker Tempest est resté en service dans la RCAF jusqu’en 1961 et dans la réserve jusqu’en 1965.

Hawker Tempest 8.png

Caractéristiques Techniques du Hawker Tempest Mk I

Type : monoplace monoplan de chasse-bombardement

Masse : à vide 4195kg en charge 5176kg maximale au décollage 6190kg

Dimensions : longueur 10.26m envergure 12.49m hauteur 4.90m

Motorisation : un moteur en ligne Napier Sabre II de 2180ch entraînant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale 695 km/h à 5608m distance franchissable 1190km (2462km avec des réservoirs largables) plafond opérationnel 11125m

Armement : quatre canons de 20mm Hispano Mk II avec 200 obus par canon deux bombes de 500 ou de 1000 livres ou 8 roquettes de 76.2mm RP-3.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s