Dominions (17) Canada (17)

Dragueurs de mines classe Fundy

HMCS Fundy (J88) 3.jpg

Le HMCS Fundy (J-88)

Les dragueurs de mines de classe Fundy sont mis en service à la fin des années trente. Jusqu’à l’arrivée des Bangor c’était les seuls navires spécialisés dans la guerre des mines utilisés par la RCN.

Dérivés des chalutiers dragueurs de mines de classe Basset, les Fundy étaient adaptés aux conditions particulières de navigation dans les eaux canadiennes notamment le renforcement de la coque pour supporter les glaces. Initialement deux étaient déployés sur la côte est et deux sur la côte ouest mais après la mise en service des Bangor, les Fundy furent regroupés à Halifax sur la côte est.

-Le HMCS Comox est mis sur cale aux chantiers navals Burrard Dry dock Co. Ltd de Vancouver le 5 février 1938 lancé le 9 août 1938 et mis en service le 23 novembre 1938.

-Le HMCS Fundy est mis sur cale aux chantiers navals Collingwood Shipyard de Collingwood le 24 janvier 1938 lancé le 18 juin 1938 et mis en service le 1er septembre 1938.

-Le HMCS Gaspe est mis sur cale aux chantiers navals Morton Engineering & Dry Dock CO de Québec le 24 janvier 1938 lancé 12 août 1938 et mis en service le 21 octobre 1938.

-Le HMCS Nootka est mis sur cale aux chantiers navals Yarrows LtD d’Esquimalt le 1er février 1938 lancé le 26 septembre 1938 et mis en service le 6 décembre 1938. Il est rebaptisé Nanoose pour libérer le nom attribué à un destroyer de classe Tribal.

Toujours en service en septembre 1948, seuls trois Fundy survivent au conflit, le HMCS Nanoose (ex-Nootka) étant coulé au large d’Halifax, torpillé par un sous-marin allemand en septembre 1952 qui sera ensuite expédié ad patres par un hydravion Catalina. Les trois survivants sont désarmés au printemps 1955, transformés en navires de charge pour la marine marchande et utilisés jusqu’à la fin des années soixante-dix.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 470 tonnes

Dimensions : longueur 49.7m largeur 8.4m tirant d’eau 4.4m

Propulsion : une machine verticale à triple expansion une chaudière une hélice puissance propulsive développée 850 à 950ch

Performances : vitesse maximale 12 nœuds

Armement : un canon de 102mm à tir rapide (QF) Mk IV et deux canons de 20mm Oerlikon 25 charges de profondeur

Dragueurs de mines classe Bangor

HMS Blackpool.jpg

Le HMS Blackpool

Les dragueurs de mines de classe Bangor sont des navires de conception et de construction britannique.

Ils sont destinés à remplacer au sein de la Royal Navy les unités de classe Hunt construites durant le premier conflit mondial.

Ces navires classés coastal mineswepper (dragueur de mines côtier) propulsés par des moteurs diesels sont d’abord mis en service dans la Royal Navy entre mai 1942 et janvier 1944 avec 24 navires (en attendant les commandes du programme de guerre avec 24 Bangor supplémentaires à coque allongée pour améliorer leur stabilité).

La marine canadienne passe elle commande de seize dragueurs de mines en septembre 1943, navires construits en Grande-Bretagne et transférés en pontée jusqu’au Canada, huit navires étant déployés sur la côte est et huit autres sur la côte ouest.

Les HMCS Brockville et Digby sont mis en service en juin 1944, les HMCS Esquimalt et Granby sont mis en service en décembre 1944 suivis en mars 1945 des HMCS Lachine et Melville.

Les deux derniers dragueurs de mines de classe Bangor destinés à l’Atlantique, les HMCS Noranda et Stratford sont mis en service en septembre 1945.

Les HMCS Bayfield et Bellechasse sont mis en service en janvier 1946 suivis en mars de la même année par les HMCS Blairmore et Canso, les HMCS Caraquet et Chedabucto sont mis en service en septembre 1946 suivis en janvier 1947 par les HMCS Drummondville et Fort William.

Pas moins de cinquante navires supplémentaires sont commandés mais au final seulement trente-huit seront effectivement mis sur cale et seulement vingt-quatre achevés et mis en service.

Les vingt-quatre navires mis en service le sont entre juin 1949 et septembre 1952. Ils sont baptisés HMCS Burlington Chignecto (juin 1949), HMCS Clayoquot Courtenay (septembre 1949), HMCS Cowichan Gananoque (janvier 1950), HMCS Georgian Goderich (avril 1950), HMCS Grandmère Guysborough (juillet 1950), HMCS Ingonish et Kelowna (novembre 1950), HMCS Kenora Kentville (mai 1951), HMCS Lockeport Mahone (septembre 1951), HMCS Malpeque et Medicine Hat (décembre 1951), HMCS Miltown et Minas (février 1952), HMCS Miramichi Mulgrave (juin 1952), les HMCS Nipigon et Outarde (septembre 1952).

Les quartorze abandonnés alors qu’ils étaient sur cale sont les Port Hope Quatsino Quinte Red Deer Samia Swift Current Thunder Transcona Trois-Rivières Truro Ungava Vergeville Wasaga et Westmount.

Sur les quarante navires construits pour la marine canadienne, huit ont été perdus et quatre tellement endommagés qu’ils n’ont jamais été réparés et immédiatement feraillés.

Les huit navires coulés sont les HMCS Brockville Granby Blairmore Miltown Miramichi Burlington Lockeport Mahone, les quatre premiers par des mines qu’ils essayaient de désamorcer, les deux suivants par l’aviation, les deux derniers lors d’affrontement de surface.

Les HMCS Digby Nipigon Outarde Fort William sont tellement endommagés que l’on renonce rapidement à les réparer. Ils sont privés de toutes les pièces utiles puis démolis.

Les Bangor encore en service en septembre 1954 (vingt-huit navires) ne sont pas tous conservés par la marine canadienne puisque seulement seize sont armés, les douze autres étant maintenus sous cocon au cas où.

Les navires survivants sont les HMCS Esquimalt Lachine Melville Noranda Stratford Bayfield Bellechasse Canso Caraquet Chedabucto Drummondville Chignecto Clayoquot Courtenay Corwichan Gananoque Georgian Goderich Grandmère Guysborough Ingonish Kelowna Kenora Kentville Malpèque Medicine Hat Minas et Mulgrave.
Les seize qui vont rester en service sont les Esquimalt Melville Stratford Bellechasse Chedabucto Courtenay Corwichan Gananoque Georgian Grandmère Ingonish Kelowna Kentville Malpeque Minas et Mulgrave. Ils vont être désarmés entre 1969 et 1975, remplacés par des navires plus modernes.

Les douze navires mis en réserve ne vont jamais être réarmés (c’était prévu en cas de conflit) et vont démolis entre 1970 et 1975.

Caractéristiques Techniques des classe Bangor

Déplacement : standard 549 tonnes

Dimensions : longueur 49.4m largeur 8.5m tirant d’eau 2.51m

Propulsion : moteurs diesels développant 2000ch et entraînant deux hélices

Vitesse maximale : 16 noeuds

Armement : un canon de 76mm (3 pouces ou 12 pounder) à l’avant et un affût quadruple de 12.7mm. En septembre 1948, l’affût quadruple à été remplacé par quatre canons de 20mm Oerlikon et quatre mitrailleuses Lewis de 7.7mm (0.303)

Equipage : 60 officiers et marins

Dragueurs de mines classe Algerine

HMS Algerine

Le HMS Algerine 

Les Bangor étaient des dragueurs de mines côtiers, destinés aux mers fermés ou à opérer à proximité des côtes. Il y avait néanmoins besoin aussi de dragueurs de mines océaniques (minesweepeer oceanic MSO dans la classification américaine), des navires qui pouvaient si besoin est servir d’escorteurs.

Ce choix comparable à celui fait par notre marine nationale avec les différentes classes d’aviso-dragueurs ne se traduisit pas en pratique, la Royal Navy disposant de suffisamment d’escorteurs spécialisés pour se passer d’escorteurs de fortune.

La classe Algerine est commandée en septembre 1943 à douze exemplaires, les navires sont mis sur cale entre le printemps 1944 et l’automne 1945, lancés entre septembre 1945 et mars 1947 avec une mise en service prononcée entre janvier 1947 et juin 1948.

Douze dragueurs océaniques de type Algerine sont donc en service quand le second conflit mondial éclate. Ils équipent la 7th Minesweeping Flottilla stationnée à Devonport et la 8th Minesweeping Flottilla stationnée elle à Chatham.

Pas moins de trente-six dragueurs de mines océaniques de classe Algerine sont commandés dans le cadre du programme de guerre de la Royal Navy.

La marine royale canadienne va elle commander douze navires pour compléter ses Bangor, navires mis en service entre mai 1950 et septembre 1951.
Ces navires sont baptisés HMCS Border Cities HMCS Fort Frances HMCS Kapuskasing HMCS Middlesex HMCS New Liskeard HMCS Oshawa HMCS Portage HMCS Rockcliffe HMCS Sault Ste. Marie HMCS St. Boniface HMCS Wallaceburg HMCS Winnipeg.

Ces douze navires sont déployés en Méditerranée (Border Cities,Kapuskasing, New Liskeard, Portage, Sault Ste. Marie et Wallaceburg) et en mer du Nord (Fort Frances Middlesex Oshawa Rockcliffe Boniface Winnipeg). Les pertes sont lourdes puisque la moitié des Algerine de la RCN vont être détruits durant le conflit.

Le HMCS Border Cities est coulé par un sous-marin italien, le HMCS Kapuskasing est victime d’une mine et le Wallaceburg est coulé par l’aviation.

En ce qui concerne leurs homologues déployés en mer du Nord, le Fort Frances est coulé lors d’une collision avec un pétrolier norvégien, le Oshawa à sauté sur une mine qu’il essayait de désamorcer alors que le Winnipeg à été détruit par l’aviation lors de l’opération BOREALIS.

Sur les six survivants, seulement quatre ont été maintenus en service, les New Liskeard et Portage étant mis en réserve en 1955 puis démolis dix ans plus tard.

Les quatre survivants baptisés Sault Ste. Marine Middlesex Rockcliffe et Boniface sont restés en service respectivement jusqu’en 1962, 1964,1969 et 1967. Tous ont été démolis.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1162 tons (1055 tonnes métriques)

Dimensions : longueur 69m largeur 10.82m tirant d’eau 2.59m

Motorisation : machines à expansion alimentées par des chaudières à vapeur développant 2000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 16.5 noeuds distance franchissable : nc

Armement : un canon de 4 pouces (102mm) antiaérien à l’avant, quatre canons de 20mm Oerlikon et quatre mitrailleuses Lewis de 7.7mm. En cas de missions d’escorte ils pourraient recevoir des charges de profondeur.

Dragueurs de mines classe Lake

Quinze dragueurs de mines côtiers sont commandés au début du conflit mais seulement douze achevés. Ces navires déployés à Halifax sont destinés à opérer dans les abords immédiats de ce port stratégique pour les convois transatlantiques.

Ces navires sont baptisés HMCS Alder Lake HMCS Ash Lake HMCS Beech Lake HMCS Birch Lake HMCS Cedar Lake HMCS Cherry Lake HMCS Elm Lake HMCS Fir Lake HMCS Hickory Lake HMCS Larch Lake HMCS Maple Lake et HMCS Oak Lake. Ils sont mis en service dans le courant de l’année 1949.

Ces navires de 360 tonnes pouvant filer à 12 nœuds et armés de deux canons de 20mm Oerlikon vont connaître des pertes importantes puisque quatre navires vont être perdus, deux par sous-marin (Alder Lake Elm Lake), un par collision (Oat Lake) et un autre par échouage (Larch Lake).

Il reste donc huit navires en service à la fin de la guerre mais rapidement seuls les HMCS Ash Lake HMCS Birch Lake HMCS Cherry Lake et HMCS Maple Lake sont maintenus en service, les autres étant transférés à la Garde Côtière pour servir de patrouilleur de souveraineté (ils sont désarmés au cours des années soixante-dix). Les dragueurs de mines de classe Lake sont désarmés respectivement en 1967, 1965,1968 et 1969 puis démolis.

Dragueurs de mines classe Llenewyn

Dix dragueurs de mines de classe Llewellyn sont commandés en septembre 1952. Dragueurs côtiers ces navires ne seront pas tous achevés, seulement six seulement seront mis en service à l’automne 1953 pour compléter la force de guerre des mines de la Royal Canadian Navy (RCN).

Ces six navires survivent tous au conflit mais seulement quatre sont maintenus en service après la démobilisation, les deux navires surnuméraires étant maintenus en réserve puis finalement démolis dans les années quatre-vingt.

Ces navires sont baptisés Llewellyn Lloyd George Revelstoke Cranbrook Coquitlam et St Joseph, les Rossland, Daerwood, Lavallee et Kalamalka ne quittant jamais leurs cales, étant démantelés à la fin du conflit sans jamais avoir connu l’honneur d’un lancement.

En mars 1955, les Lloyd George et St Joseph sont désarmés et vont rester en réserve jusqu’en 1980 quand ils sont envoyés à la démolition. Le Llewellyn est désarmé en 1969, le Revelstoke est désarmé en 1971, le Cranbrook l’est en 1972 tout comme le Coquitlam.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 232 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 36.4m longueur entre perpendiculaires 32m largeur 6.7m tirant d’eau 2.6m

Propulsion : un moteur diesel de 500ch, une hélice

Vitesse maximale 12 nœuds

Armement : un canon de 20mm Oerlikon et deux mitrailleuses de 12.7mm

Equipement spécialisé : une drague mécanique et une drague magnétique

Equipage : 20 officiers et marins

Vedettes lance-torpilles

Aucune vedette lance-torpilles n’est en service dans la marine canadienne en septembre 1948 mais très vite une première commande de soixante-quatre unités est passée, des navires baptisés Motor Torpebo Boat (Canadian), navires numérotés MTB(C) 1 à 64.

Fairmile C 3

Une Fairmile C

Ces navires sont très inspirés des Fairmile C britanniques mais il serait réducteur d’en faire de simples copies.

Une deuxième commande est passée en septembre 1950 pour soixante-quatre navires immatriculés MTB(C) 65 à 128.

Ces navires sont différents des précédents avec un canon de 57mm à la place du canon de 40mm (le reste de l’armement ne change pas avec deux canons de 20mm, quatre mitrailleuses de 7.62mm et quatre torpilles sur berceaux).

Une troisième et dernière commande est passée en septembre 1952 pour soixante-quatre exemplaires, portant le total à 192 exemplaires, ces navires étant immatriculés MTB(C) 129 à 192.

Les pertes vont êtres lourdes puisque seize vont être coulées par leurs homologues allemandes (S-Boot) et italiennes (MAS), vingt par l’aviation, douze par d’autres navires de surface, quatorze par des mines et quatorze de manière accidentelle. Les 116 vedettes restantes sont rapidement désarmées car usées par un service intensif.

Caractéristiques Techniques des vedettes lance-torpilles canadiennes(MTB[C] 1 à 64)

Déplacement : standard 67 tonnes

Dimensions : longueur 34.75m largeur 5.31m tirant d’eau 1.73m

Propulsion : deux moteurs essence Hall-Scott de 900ch entraînant trois hélices

Performances : Vitesse maximale 27 noeuds (26 en pratique) Distance franchissable : 500 miles nautiques à 12 noeuds

Armement : deux canons de 2 livres (40mm) quatre mitrailleuses de 12.7mm en deux affûts doubles et deux tubes lance-torpilles de 457mm

Equipage : seize officiers et marins

Caractéristiques Techniques des vedettes lance-torpilles canadiennes(MTB[C] 65 à 192)

Déplacement : standard 70 tonnes

Dimensions : longueur 36.50m largeur 5.45m tirant d’eau 1.80m

Propulsion : deux moteurs essence Hall-Scott de 1000ch entrainant trois hélices
Performances : Vitesse maximale 26 noeuds (24 en pratique) Distance franchissable : 500 miles nautiques à 12 noeuds

Armement : deux canons de 57mm (6 pouces), deux canons de 20mm, quatre mitrailleuses de 7.7mm et quatre torpilles de 457mm installées sur berceaux

Equipage : seize officiers et marins

Chalutiers armés

La marine royale canadienne à réquisitionné dès le début du conflit des chalutiers pour compenser la pénurie de patrouilleurs pour sécuriser les approches des ports canadiens notamment sur la côte est.

A son apogée, cette flotte d’Armed Merchant Trawler se composait de trente-deux navires. Très rapidement cependant il fallu réduire la flotte pour permettre aux pêcheurs de continuer leur métier. Le nombre maximal atteint au printemps 1949 se mit à décroître progressivement avec vingt-quatre navires à l’automne, seize au printemps 1950, douze à l’été 1951, les derniers chalutiers étant dé-réquisitionnés à l’automne 1952.

Ces navires n’avaient pas de noms mais portaient les lettres AMT suivies d’un chiffre ou d’un nombre. Leur déplacement variait entre 150 et 800 tonneaux, leur vitesse dépassait rapidement dix nœuds et l’armement généralement composé d’un canon de 76.2 ou de 102mm, de mitrailleuses mais surtout de charges de profondeur bien que l’absence de sonar ne soit un handicap. Certains embarquaient des équipements de dragage de mine.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s