URSS (72) Armée de Terre (20)

Obusier de 122mm modèle 1909/37

122 mm howitzer M1909 37 4.jpg

 

L’obusier de 122mm modèle 1909/37 est comme son nom l’indique la modernisation d’un obusier de 121.92mm (son calibre réel) datant de l’époque tsariste et mis en service en 1937. Cette arme créée par Krupp est utilisée durant le premier conflit mondial mais aussi durant la guerre civile russe.

La modernisation consiste en un agrandissement de la culasse, de nouveaux viseurs, un affût renforcé. 800 à 900 M1909 furent transformés en M1909/37. C’est un obusier classique avec un obus court, de grandes roues et un bouclier très enveloppant.

Cet obusier était utilisé par l’artillerie divisionnaire. Selon l’organisation des divisions de fusiliers adoptée en 1939, chaque division disposait de deux régiments d’artillerie, un régiment léger (un bataillon de canons de 76mm et deux bataillons mixtes avec une batterie de 76mm et deux batteries d’obusiers de 122mm) et un régiment d’obusiers (un bataillon d’obusiers de 122mm et un bataillon d’obusiers de 152mm), chaque division disposant de 28 obusiers de 122mm.

En mars 1942, les divisions de fusiliers virent leur composante artillerie totalement réorganisée avec deux régiments mixtes. Le premier régiment dispose d’un bataillon de 76mm (trois batteries de quatre pièces) et de deux bataillons mixtes (une batterie de quatre canons de 76mm et deux batteries d’obusiers de 122mm).

On compte donc un deuxième régiment équipé de trois bataillons de trois batteries de quatre pièces, deux batteries de quatre canons de 107mm et une batterie de quatre obusiers de 152mm.

Attention néanmoins à ne pas prendre cette description au pied de la lettre, il y avait parfois des exceptions en raison d’un problème d’approvisionnement de tel ou tel canon.

Le remplacement des M1909 par des M1909/37 commence le 1er octobre 1936 et est achevé à l’été 1941. Cet obusier va participer à la guerre de Pologne, à la guerre d’Hiver et aux opérations du second conflit mondial. Le parc à connu une rapide déflation entre les destructions, l’usure prématurée et les captures allemandes et finlandaises, pièces promptement retournées contre leurs anciens propriétaires.

A la fin du second conflit mondial, l’obusier M1909/37 n’était quasiment plus en service, il restait bien quelques pièces mais elles équipaient souvent des unités en seconde ligne. Il à été remplacé ainsi que le modèle 1910 (et sa variante modernisée M1910/30) par l’obusier M1938 (M-30).

Caractéristiques Techniques

Type : obusier divisionnaire

Calibre : 122mm (réel : 121.9mm)

Poids en ordre de combat 1450kg en configuration de route 2480kg projectile 21.7kg

Longueur du tube : 1.69m (14 calibres)

Champ de tir vertical : -1° à +43° Champ de tir horizontal 4°

Portée maximale pratique 8910m Cadence de tir : 2 coups par minute

Obusier de 122mm M1910 et M1910/30

Obusier de 122mm M1910-30 2.JPG

L’obusier de 122mm modèle 1910 est un obusier d’un calibre réel de 121.92mm utilisé par l’armée tsariste durant le premier conflit mondial. C’est une leçon directe de la guerre russo-japonaise qui montrait le retard de l’armée russe dans certains domaines notamment l’artillerie.

Saint-Pétersbourg passa ainsi commande de plusieurs modèles de canons et d’obusiers aux marchands de canons de l’époque dont la firme Schneider qui plaça son obusier de 122mm M1910, obusier qui cohabita avec le modèle 1909 qui était un obusier vendu par la firme allemande Krupp.

Après avoir été utilisé durant le premier conflit mondial et durant la guerre civile russe, l’obusier M1910 à été modernisé.

Devenu le M1910/30, il dispose d’un tube plus long, d’un bouclier plus protecteur, de pneumatiques en remplacement des roues en bois, de nouveaux mécanisme de pointage et de visée. Un peu plus de 5900 pièces ont ainsi été modernisées ce qui faisait du M1910/30 le principal obusier divisionnaire de la RKKA.

Progressivement remplacé dès la fin des années quarante par l’obusier de 122mm M1938, le M1910/30 était encore en service en septembre 1954 et parfois dans certaines unités de première ligne même si la conception de l’arme était clairement dépassée. Des canons ont été cédées après guerre à la Pologne, à la Chine, à la Roumanie et à la Hongrie, essentiellement pour l’entrainement et la formation plus que comme obusier de première ligne.

Caractéristiques Techniques

Type : obusier médian divisionnaire

Calibre : 122mm (réel : 121.9mm)

Projectile : 121.92x159mmR (obus séparé de la gargousse)

Poids : 1300kg Poids du projectile 22.8kg

Longueur du tube : 1.53m (12.6 calibres) Longueur totale 1.56m

Champ de tir vertical -3° à +45° Champ de tir horizontal 4°71

Cadence de tir : nc

Portée maximale effective 7700m

Canon de 122mm modèle 1931 (A-19)

Canon de 122mm A-19 9.jpg

C’est à la fin des années vingt et au début des années trente que les soviétiques ont mis au point le canon de 122mm modèle 1931 connu également sous le nom de A-19.

Dès 1939 cependant une variante améliorée baptisée M1931/37 (voir ci-après) le remplaçait sur les chaines de montage ce qui ne l’empêcha pas de participer au second conflit mondial au sein de la RKKA mais aussi sous les couleurs allemandes et finlandaises après la capture de quelques canons par les armées de ces deux pays.

Après avoir entretenu le parc d’artillerie hérité de l’armée tsariste, la RKKA consciente qu’une modernisation n’équivalait pas à l’acquisition de pièces d’artillerie modernes lança en janvier 1927 le développement d’un nouveau canon de 122mm destiné à équiper l’artillerie de corps d’armée.

Un prototype est officiellement commandé le 17 juin 1929, les essais commencent en octobre 1931 avec deux modèles de tube différents pour choisir la meilleure configuration. La mise au point pris du temps puisqu’en 1933 trois nouveaux prototypes sont commandés, prototypes livrés en mars 1935 et testés jusqu’en novembre de la même année. Le canon est officiellement adopté le 13 mars 1936 sous le nom de canon de 122mm modèle 1931 (A-19).

La production va être brève (1935-1939) et les modifications quasi-continuelles ce qui explique que les dernières pièces produites différaient des premières. Il est remplacé après la production de 450 à 500 pièces par une variante améliorée, le M-1931/37 qui combine le canon du M1931 avec l’affût du canon-obusier de 152mm M1937 (ML-20).

Les M1931 étaient mis en œuvre au niveau du corps d’armée, chaque corps d’armée disposant de deux régiments à trois bataillons de trois batteries de quatre-pièces soit trente-six canons par régiment, ces régiments étant soi homogènes ou disposant de plusieurs calibres, choix répondant aussi bien à une question de disponibilité des pièces que de volonté de posséder une réserve d’artillerie adaptée à toutes les situations.

Le M1931 va aussi être utilisé par les unités d’artillerie de réserve générale (VRGK) ainsi que par les divisions d’artillerie chargées d’obtenir la rupture du dispositif ennemi.

Après avoir connu son baptême du feu contre les japonais lors de différents incidents de frontière, le canon de 122mm A-19 à aussi été engagé durant la guerre de Pologne, la guerre d’Hiver et bien entendu le second conflit mondial.

Ce canon est resté en service jusqu’au début des années soixante, remplacé comme sa variante améliorée par le puissant canon M-46 de 130mm.

Caractéristiques Techniques

Type : canon d’artillerie de corps d’armée

Calibre : 122mm (réel 121.92mm)

Poids : en ordre de combat 7100kg en configuration de route 7800kg projectile 25kg

Longueur 8.9m longueur du tube 5.48m (45 calibres) largeur 2.345m hauteur 1.99m
Champ de tir vertical -2° à +45° champ de tir horizontal 56°

Portée maximale effective 20400m

Cadence de tir : 3 à 4 coups par minute Equipe de pièce : 9 hommes

Canon de 122mm modèle 1931/37 (A-19)

Le canon de 122mm A-19 est un canon soviétique développé à la fin des années trente en combinant le tube du canon de 122mm M-1931 (lui aussi désigné A-19) avec l’affût du canon-obusier de 152mm M1937 (ML-20). Mis en service en 1939, il à été produit jusqu’en 1952 quand la production cesse au profit de canons plus modernes.

En 1936 la RKKA met en service le canon de 122mm M1931 également connu sous le nom de A-19, une pièce moderne conçue notamment pour la traction automobile. L’affût était cependant perfectible avec notamment des mécanismes d’élévation et de pointage lents, un affût compliqué à fabriqué ce qui pouvait poser problème en cas de production de très grande ampleur.

Peu après l’Armée Rouge met en service le canon-obusier de 152mm M1937 (ou ML-20) qui disposait d’un affût amélioré mais inspiré de celui du M1931.

Avec un esprit pragmatique les soviétiques décidèrent de tester la combinaison «A-19 et ML-20», le canon de 122mm sur l’affût du canon-obusier de 152mm. C’est l’acte de naissance du M-1931/37 qui curieusement reçoit également la désignation de A-19.

Le chiffre exacte de production est incertain mais il est estime à environ 3500 pièces rien que pour la version tractée, ce canon équipant également des canons automoteurs, des canons d’assaut ainsi que les chars de la série IS (Iosef Stalin).

Ce canon était utilisé au niveau du corps d’armée en compagnie du canon-obusier ML-20 de 152mm.

Chaque corps d’armée disposait généralement de deux régiments mixtes avec deux bataillons de canons-obusiers et un bataillon de A-19 ou l’inverse.

En de rares occasions les régiments étaient homogènes souvent quand les canons de 122mm voir de 107mm n’étaient pas disponibles. Cela ne changeait pas grand chose au final puisque le nombre de pièces par régiments était de trente-six à raison de douze par bataillons et de quatre par batteries (trois batteries par bataillon).

Outre les régiments rattachés aux corps d’armée, le A-19 équipaient des régiments de divisions d’artillerie et des régiments de réserve générale sous le contrôle direct de l’état-major. Ce puissant canon fût engagé dans les incidents de frontière contre les japonais mais aussi durant la guerre d’Hiver contre les finlandais. Il participa naturellement au second conflit mondial.

Des A-19 tombèrent aux mains des allemands (entre 250 et 400 pièces selon les sources) qui produisirent les munitions nécessaires, signe que les performances de ce canon leur convenait parfaitement.

Quelques canons furent capturés par les finlandais qui eux devaient se contenter des munitions capturées, n’ayant pas les moyens de produire les obus nécessaires aux A-19.

Après la fin du second conflit mondial, ce canon fût livré à la Pologne, à la Yougoslavie (avant même le renversement de la monarchie et l’établissement d’un régime national-communiste), la Syrie, l’Egypte, la Chine.

Ce canon servit également de base de travail pour les canons D-25 et D-25T destinés aux chars lourds soviétiques de la série IS, chars destinés à contrer les Tigre allemands (voir des chars plus lourds dont on soupçonnait l’existence mais sans pour autant le prouver). Avec moins de modifications du D-19 fût mis au point le D-25S destinés aux canons automoteurs ISU-122.

Ce canon à été retiré du service par l’armée soviétique dans le courant des années soixante même si des 1956, un canon de 130mm à longue portée avait été mis en service.

Ce canon désigné M-46 ne fût en réalité mis en service que dix ans plus tard en raison d’une interminable mise au point qui une fois terminée donna naissance à une pièce fiable, robuste et efficace.

Caractéristiques Techniques

Type : canon d’artillerie de corps d’armée

Calibre : 122mm
Projectile : 122x785mmR

Poids en ordre de combat 7.117kg poids en configuration de voyage 7907kg Poids du projectile 25kg

Longueur : 8.725m Longueur du tube 5.4m (45 calibres) largeur 2.345m hauteur 2.27m

Champ de tir vertical -2° à +65° Champ de tir horizontal 58°

Portée maximale 20400m Cadence de tir : 3 à 4 coups par minute

Equipe de pièce : 9 hommes

Obusier de 122mm M1938 (M-30)

Obusier de 122mm M1938 (M-30) 161.JPG

Au début des années trente, les obusiers des divisions de fusiliers soviétiques étaient les M1909 et M1910 souvent modernisés mais cette modernisation ne pouvait qu’enrayer le déclassement de ces pièces d’artillerie face à des obusiers plus modernes mis en service dans les pays étrangers.

La RKKA décide donc de développer un nouvel obusier de 122mm pour équiper le ou les régiments d’artillerie de ces divisions de fusiliers.

La première tentative fût un échec. Connu sous le nom de Lubok ou obusier de 122mm modèle 1934, il s’agissait d’un obusier disposant d’un tube de 23 calibres (longueur du tube : 2.806m) pouvant pointer jusqu’à +50° avec un champ de tir horizontal de 7°.

Cette pièce était supérieure au M1910/30 mais pour une raison inconnue la production fût stoppée après la sortie de seulement huit exemplaires.

Après ce premier échec le directorat principal de l’artillerie (GAU) étudia la possibilité d’adopter le calibre de 105mm, un calibre utilisé par un certain nombre d’armées.

Cette possibilité est rejetée par non seulement les russes n’ont aucune expérience pour produire un canon de ce calibre mais en plus on craignait que l’avantage acquis (un affût plus léger donc un obusier plus mobile) ne soit contré par un obus trop léger pour les cibles à traiter.

En 1937 la décision est prise de conserver le calibre 122mm pour l’obusier divisionnaire. Trois projets sont étudiés en 1938/39, des projets baptisés U-2, F-25 et M-30.

C’est ce dernier qui est adopté officiellement en septembre 1939 sous le nom d’obusier divisionnaire de 122mm M1938 (M-30). Selon certains auteurs le F-25 était un meilleur obusier mais le M-30 offrait davantage de garanties.

La production de série commence en 1940 permettant la relève progressivement des obusiers les plus anciens. A cela s’ajoute la production de tubes pour les canons d’assaut SU-122 qui combinent le châssis du T-34 avec l’obusier M-30 en casemate.

Cet obusier était utilisé par l’artillerie divisionnaire. Selon l’organisation des divisions de fusiliers adoptée en 1939, chaque division disposait de deux régiments d’artillerie, un régiment léger (un bataillon de canons de 76mm et deux bataillons mixtes avec une batterie de 76mm et deux batteries d’obusiers de 122mm) et un régiment d’obusiers (un bataillon d’obusiers de 122mm et un bataillon d’obusiers de 152mm), chaque division disposant de 28 obusiers de 122mm.

En mars 1942, les divisions de fusiliers virent leur composante artillerie totalement réorganisée avec deux régiments mixtes, un régiment disposant d’un bataillon de 76mm (trois batteries de quatre pièces) et de deux bataillons mixtes (une batterie de quatre canons de 76mm et deux batteries d’obusiers de 122mm), un deuxième régiment étant équipé de trois bataillons de trois batteries de quatre pièces, deux batteries de quatre canons de 107mm et une batterie de quatre obusiers de 152mm.

Tracté par des chevaux comme par des tracteurs automobiles, le M-30 était utilisé principalement pour l’appui-feu de l’infanterie mais dans certaines occasions utilisé pour la lutte antichar même si le projectile séparé n’était pas le plus adapté.

Quelques M-30 on été capturés par les allemands, les finlandais et les hongrois et promptement retournés contre leurs anciens propriétaires. Après guerre il fût largement livré aux nouvelles armées des «démocraties populaires». Si certaines armées le conservent encore en 2019, au sein de l’armée soviétique c’est le D-30 qui l’à remplacé.

Il à été produit sous licence en Pologne et en Roumanie, Varsovie et Bucarest développant des variantes améliorées tout comme la Chine qui reçut quelques canons en 1962 avant de le produire sous licence sans visiblement posséder toutes les autorisations nécessaires. Le chiffre exact de la production n’est pas connu mais il est estimé à environ 25000 pièces toutes variantes confondues.

Outre les pays déjà cités, l’obusier de 122mm M-30 à été utilisé par l’Afghanistan, l’Algérie, le Bangladesh, la Bolivie, la Yougoslavie, le Cambodge, le Congo, Cuba, l’Egypte, l’Ethiopie, l’Indonésie, l’Iran, l’Irak le Laos, le Liban, le Libéria, la Mongolie, le Mozambique, le Pakistan, Singapour, le Soudan, la Syrie, la Tanzanie, l’Ouganda, le Yemen, le Zimbabwe, le Myanmar. A cela s’ajoute les républiques issues de l’implosion de l’URSS, de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie.

Caractéristiques Techniques

Type : obusier médian divisionnaire

Calibre : 122mm (réel 121.92)

Poids en ordre de bataille 2450kg en configuration de route 3100kg Projectile 21.7kg

Longueur : 5.9m longueur du tube 2.67m (21.9 calibres) largeur 1.98m hauteur 1.82m

Champ de tir horizontal 49° Champ de tir vertical -3° à +63.5°

Cadence de tir : 5 à 6 coups par minute

Portée maximale : 11800m Equipe de pièce : 8 hommes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s