Scandinavie (56) Danemark (27)

Artillerie de campagne

7.5cm Feltkanon HSK M02

7.5cm FELTKANON HSK M02

En 1939/40, le canon standard de l’artillerie de campagne danoise était le 7.5cm Feltkanon HSK M02, un canon de conception et de fabrication allemande plus connu sous la désignation traditionnelle de canon de 75mm Krupp modèle 1902. C’était donc une arme dépassée en dépit de quelques travaux de modernisation.

Huit ans plus tard en septembre 1948 ce canon est toujours en service même si c’est uniquement dans les unités hippomobiles, les unités motorisées ayant reçut des canons Bofors nettement plus modernes.

Lors des combats de septembre 1948, le canon Krupp fût utilisé comme arme sol-sol, une pièce de ce type étant la première à ouvrir le feu sur le sol allemand lors des combats pour la défense (ou la neutralisation selon les points de vue) du Ny Dannevike.

Ces canons furent difficilement neutralisés par la contrebatterie allemande. Aucune pièce n’à été évacuée vers la Grande-Bretagne mais les allemands ont récupéré une trentaine de pièces qui furent remises en état pour équiper les troupes affectées à la défense du pays.

C’était une solution provisoire mais un provisoire qui va durer puisque les besoins les plus urgents (front occidental et front oriental) repoussaient sans cesse l’arrivée de pièces modernes.

Résultat en octobre 1953 quand l’opération BOREALIS est déclenchée, une dizaine de canons de ce type furent utilisés par les allemands dans des positions fixes à l’intérieur du pays, positions qui allaient donner du fil à retordre aux troupes dano-norvégo-américaines, les allemands se battant pour gagner du temps et empêcher les alliés de pénétrer en Allemagne via le nord ce qui aurait pu raccourcir la guerre de plusieurs semaines. Aucun canon n’à survécu au second conflit mondial, les pièces qui n’avaient pas été neutralisés par l’artillerie alliée ou par les servants allemands furent ferraillés par les danois.

Le 7.5cm Feltkanon HSK M02 était un canon de 75mm pesant 2400kg en configuration transport et 1080kg en ordre de combat, disposant d’un canon de 30 calibres (longueur du tube 2.25m) tirant des obus explosifs de 6.5kg (75x330R) à une distance maximale de 6000m à raison de 8 coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes protégée par un bouclier de 6mm permettait de point en azimut sur 7° et en site de -9° à +15°.

7.5cm Feltkanone m/45

7.5cm Feltkanon m40

Durant la Pax Armada l’armée danoise connu une certaine modernisation et l’artillerie de campagne n’échappa pas à ce processus.

C’est ainsi qu’une partie des canons de 75mm Krupp furent remplacés par des canons de 75mm suédois en l’occurence le Bofors 7.5cm Kanon m/40.

Déjà acquis par la Suède et par la Norvège il est acquis en 1945 par le Danemark faisant de ce canon un canon scandinave. Une première commande de 32 pièces est suivie d’une autre de 24 pièces portant le total de canons livrés à 56 dont 48 en ligne et 8 en réserve.

Il va équiper les quatre bataillons d’artillerie légère motorisée où ils vont remplacer les Krupp modèle 1902 qui sont reversés aux unités hippomobiles.

Il était prévu une nouvelle commande pour remplacer les Krupp modèle 1902 des bataillons d’artillerie hippomobile mais le second conflit mondial éclata ne permettant pas à Copenhague de recevoir de nouveaux exemplaires de ce canon.

Ces canons de 75mm étaient les plus modernes de l’armée danoise qui en tirait une légitime fierté. Ils vont être utilisés pour l’appui-feu des troupes au sol, pour des tirs d’interdiction mais aussi pour la lutte antichar.

Après quatre jours de combat, il ne restait que 32 canons de disponibles. Quatre sont parvenus non sans mal en Grande-Bretagne, ces canons étant utilisés aujourd’hui comme canons de salut.

Les autres ont été capturés par les allemands qui vont les réutiliser au Danemark mais aussi sur le front occidental puisque deux canons ont été temporairement capturés par les néerlandais avant d’être récupérés par les allemands.

Lors de l’opération BOREALIS les allemands disposaient de vingt-quatre pièces utilisées en positions fixes. Nombre de canons de 75mm ont été neutralisés mais six ont été récupérés par les danois et réutilisés dans l’immédiat après guerre pour entrainement avant d’être envoyés à la casse.

Le Feltkanon m/45 était un canon de 75mm tirant des obus 75x287R, pesant 1435kg en position de tir, tirant des obus explosifs de 6.6kg à une distance maximale de 10200m à raison de 15 coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes pouvait grâce à l’affût pointer le canon en site de -5° à +43° et en azimut sur 50°.

QF 25 Pounder

QF 25 Pounder 6

Le QF 25 Pounder est un canon-obusier puisque si il à été conçu comme obusier (canon court, angle d’élévation important) il fût davantage utilisé comme canon voir même comme canon antichar en attendant l’arrivée massive d’un canon de 17 livres spécifiquement dédié à la destruction des blindés ennemis (encore que ce canon pouvait également être utilisé en artillerie sol-sol).

Les premiers canons-obusiers de 25 livres mis en service en 1940 reprenaient l’affût du QF 18 pounder Mk IV avec tout de même une différence majeure à savoir une plate-forme permettant de pivoter sur 360° ce qui facilitait le passage d’une cible à l’autre.

Au printemps 1942 le Mk II entre en production avec un nouvel affût qui ne devait rien au canon de 18 livres. En 1945 le Mk III remplace le Mk II sur les chaines de montage alors qu’en Australie le Mk IV ou Mk I Short était une version allégée et démontable en plusieurs fardeaux produite uniquement en Australie pour permettre son emploi en terrain difficile comme la jungle.

Outre l’Australie (qui disposait également de Mk I et II), le canon-obusier à été exporté au Canada (qui à ensuite décidé de le produire sous licence), en Afrique du Sud, en Irlande, au Portugal, en Norvège et au Danemark.

Au sein de la Nouvelle Armée Danoise on trouvait un régiment d’artillerie de campagne organisé en un état-major, une batterie de commandement et de soutien et trois groupes de trois batteries de quatre pièces soit un total de trente-six pièces.

Mis à terre en même temps que le Régiment des Dragons du Jutland, le régiment d’artillerie va appuyer les troupes au sol pour élargir et consolider la tête de pont contre les contre-attaques allemandes. Certains canon-obusiers vont assurer une garde vigilante contre une possible incursion de navires légers sur la côte pour mener une guérilla qui pourrait échapper aux grosses unités plus attentives aux avions, aux sous-marins voir à une action désespérée de la Kriegsmarine avec ses dernières unités de surface encore en état de combattre.

Une fois la tête de pont consolidée, les trois groupes vont être répartis entre les trois groupements Nord, Centre et Sud offrant un appui-feu bienvenue contre des allemands qui s’accrochaient au terrain pour gagner du temps et éviter un effondrement du front.
Le canon-obusier de 25 livres va rester en service dans l’armée danoise jusqu’en 1962 quand il est remplacé par un canon de 155mm suivant la décision prise au niveau occidental d’uniformiser les calibres de l’artillerie de campagne (105 et 155mm).

Le Ordnance QF 25 pounder était un canon de 25 livres (87.6mm) tirant via un tube de 31 calibres (2.715m) un obus de 11.340kg (qu’il soit explosif, fumigène, éclairant ou chimique) à une distance maximale de 12253m à raison de six à huit coups par minute. L’équipe de pièce se compose de six hommes (même si en cas d’urgence quatre personnes peuvent le mettre en œuvre) et peut grâce à l’affût pointer en azimut sur 360° (8° en n’utilisant que l’affût) et en site de -5° à +40°.

Artillerie lourde

En septembre 1948 l’artillerie lourde danoise se compose de quatre bataillons de douze pièces intégrés aux régiments d’artillerie des divisions de Sjaelland et de Jutland avec quatre canons de 155mm et huit canons de 105mm et d’une réserve d’artillerie lourde composée de quatre régiments avec des canons de 105, 150 et de 155mm. Chaque régiment disposant de seize pièces, l’artillerie danoise dispose donc de 112 pièces plus ou moins âgées.

10.5cm Feltkanon M.30

10.5cm FELTKANON M30

Le principal canon lourd de l’artillerie danois en septembre 1948 est le 10.5cm Feltkanone M.30,un canon d’origine française fabriqué par la firme Schneider et qui allait donner naissance au modèle 1936 largement utilisé par l’artillerie lourde française.

Ces quarante-huit canons mis en service en 1930 étaient tous en service quand les allemands attaquent avec 32 canons dans les trois régiments d’artillerie et 16 au sein du 1er régiment d’artillerie lourde qui assurait la couverture du Ny Dannevirke.

Ces canons vont jouer un rôle capital dans l’appui des troupes au sol danoises, son tir précis et efficace rendant la progression allemande difficile et délicate.

Déplacer ce type de canon étant difficile et délicat surtout quand l’ennemi domine le ciel, la majorité des pièces fût sabotée mais ce sabotage n’était pas toujours bien réalisé ce qui à permis aux allemands de récupérer une vingtaine de pièces qui vont être utilisées essentiellement pour la défense côtière ce qui explique qu’aucun canon de ce type n’à survécu au second conflit mondial.

Le 10.5cm Feltkanon M.30 était un canon de 105mm servit par une équipe de pièce de sept hommes pesant 5120kg en ordre de combat et 5645kg en configuration transport, tirant via un canon de 48 calibres (longueur du tube 5.05m) un obus explosif de 16.3kg (105x390R) à une distance maximale de 15150m à raison de huit coups par minute. L’affût permettait au canon de pointer en azimut sur 47° et en site de -0° à +43°. Il était remorqué soit par un camion de 3 tonnes ou via un attelage de six chevaux.

10.5cm Feltkanon M.43

Canon de 105L modèle 1936S

Canon de 105mm long modèle 1936 Schneider

Suite à la décision de créer quatre régiments d’artillerie lourde de «Réserve Générale», le Danemark évalue plusieurs modèles de canons de 105mm pour équiper trois régiments à raison de douze pièces par régiment soit un total de trente-six canons en ligne plus huit pour entrainement, formation et essais.

Décision est prise d’acquérir des canons de 105L modèle 1936S, une évolution du Feltkanon M.30 comme si le neveu avait rejoint l’oncle.

A l’origine de ce remarquable canon figure un constat fait au début des années trente : l’artillerie française réputée pour être la meilleure du monde au sortir du premier conflit mondial était en voix de déclassement.

De nouvelles pièces étaient nécessaires et notamment une pièce de corps d’armée destinée à remplacer le canon de 105mm modèle 1913, pièce qui devait avoir une portée de 15 à 20km contre à peine 11km pour le canon en service (rapport du 5 mars 1934).

Le programme est officiellement lancé le 21 juin 1935 dans le cadre d’un programme d’armement plus global. Schneider propose deux matériels : un de 5 tonnes portant à 20km et un pesant 3.5 tonnes portant à 17km.

C’est le deuxième qui est choisit, l’urgence du besoin l’expliquant puisque la firme du Creusot venait de vendre un canon semblable à la Roumanie, le modèle roumain se distinguant du canon français par la présence d’un bouclier et d’un frein de bouche.

Équipant en France les Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobile (RALH) et les Régiments d’Artillerie Lourde Automobile/A Tracteurs (RALA/T), il va équiper au Danemark les 2ème, 3ème et 4ème régiments d’artillerie lourde. Quarante-quatre pièces commandées en 1942 sont livrées en 1943 ce qui explique la désignation danoise.

Ce canon est naturellement en service en septembre 1948. Le 2ème régiment en réserve dans le Jutland tente de rallier le 1er régiment en couverture de la Ny Dannevirke mais il est victime d’attaques aériennes qui perturbent le déploiement. Finalement en position il parvient à ralentir pendant quelques heures les troupes allemandes qui finissent par déborder les positions et à s’emparer des pièces dont certaines sont retournées contre les danois.

Les 3ème et 4ème régiments qui couvrent le nord étaient eux en position de tir. Ils vont jouer au chat et à la souris contre l’aviation et l’artillerie allemande, alternant tirs de barrage et tirs d’interdiction.

Quand le Danemark capitule le 9 septembre il restait 22 pièces qui sont récupérées par les allemands, remises en état pour être utilisées par les troupes en garnison. Elles étaient toujours en service en octobre 1953 lors de l’opération BOREALIS.

Certains canons déployés sur les côtes vont ouvrir le feu contre la flotte alliée. On sait que le croiseur-éclaireur Herluf Trolle à neutralisé avec douze obus de 152mm une batterie de trois canons. D’autres canons furent neutralisés par l’aviation à l’aide de bombes légères ou de roquettes.

Quand le Danemark est libéré en janvier 1954 il reste six canons de 105mm de ce type, canons réutilisés par l’armée danoise pour entrainement pendant quelques années. Deux d’entre-eux ont été préservés au musée de la guerre à Copenhague.

Le 10.5cm Feltkanon M.43 était un canon de 105mm pesant 3540kg en position de tir et 4090kg en configuration de route tirant un obus de 15.770kg via un tube de 48 calibres (longueur du tube 5.040m) à une distance maximale de 17000m à raison de cinq coups par minute. L’affût permet aux six servants de pointer le canon en azimut sur 50° et en site de 0° à +43°.

15cm Lang Feldhaubits M17

15cm LANG FELDHAUBITS M17

Cet obusier de 150mm mis en service dans l’armée danoise en 1917 était un obusier de conception et de fabrication suédoise dont l’armée danoise reçut quatre exemplaires. Ces obusiers étaient en service en 1940 mais ils ont été retirés du service en septembre 1942 et envoyés à la démolition.

Le 15cm Lang Feldhaubits M17 était un obusier de 150mm pesant 4065kg en ordre de tir et 4565kg en configuration transport disposant d’un tube de 15 calibres (2.250m) qui permet d’envoyer un obus de 38.5kg à une distance maximale de 10800m à raison de quatre coups par minute. Les dix servants pouvaient grâce à l’affût de pointer en azimut sur 6° et en site de 0° à +41°.

15cm Lang Feldhaubits M.23

15cm LANG FELDHAUBITS M23

Cet autre obusier de 150mm de conception et de fabrication suédoise est un produit de la célébrissime firme Bofors. Produit lui aussi à quatre exemplaires, il était encore en service en septembre 1948 au sein d’un bataillon intégré aux régiments d’artillerie «divisionnaires» en compagnie de huit canons de 105mm M.30.

Ces canons furent tous détruits par les allemands, un par l’aviation, deux par l’artillerie allemande et le dernier par un Panzer III ayant surpris la pièce sans protection.

Le 15cm Lang Feldhaubits M.23 était un obusier de 150mm (réel 149.1mm) pesant 4320kg en position de tir et 4820kg en configuration de transport disposant d’un tube de 17 calibres (longueur du tube 2.250m) pour tirer un obus de 38.5kg à une distance maximale de 12700m à raison de quatre coups par minute. L’équipe de dix hommes permet de pointer en site de 0° à +41° et en azimut sur 6°.

15cm Lang Feldhaubits M.29

15cm LANG FELDHAUBITS M29

Le 15cm Lang Feldhaubits M.29 était un obusier de conception française (Schneider) mais produit au Danemark au Haerens Vaabenarsenal à vingt-quatre exemplaires mis en service comme l’indique sa désignation à la fin des années vingt.

Les vingt-quatre exemplaires étaient toujours en service en septembre 1948 répartis au sein de trois bataillons d’artillerie dits divisionnaires (quatre pièces chacun) et dans trois des quatre régiments d’artillerie lourde de «Réserve Générale» avec quatre pièces chacun.

Ces canons vont opérer contre les allemands et de nombreux exemplaires sont détruits au combat ne laissant que huit pièces aux allemands qui n’en ont visiblement rien fait de concret. Ces pièces ont disparu durant le second conflit mondial.

Le 15cm Lang Feldhaubits M.29 était un obusier de 155mm pesant 5165kg en position de tir et 5675kg en configuration de transport, disposant d’un tube de 22 calibres (longueur 3.410m) pour tirer un obus de 38.5kg à une distance maximale de 15000m à raison de quatre coups par minute.

L’équipe de pièce de dix hommes peut pointer l’obusier en site de -0° à +45° et en azimut sur 40°, l’obusier étant soit remorqué par un camion, un half-track ou par un attelage de six chevaux.

-Il y eut des projets de créer des régiments d’artillerie lourde au sein de la NDH mais le manque d’effectifs en empêcha la réalisation. Il était envisagé de créer un régiment à canons de 155mm Long Tom et un régiment d’obusiers de 203mm eux aussi américains.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s