Etats-Unis (18) Cuirassés et croiseurs de bataille (4)

Cuirassés classe Iowa

USS Iowa New York juillet 1943.jpg

Le USS Iowa (BB-61) peu après sa mise en service

Enfin des cuirassés vraiment rapides

Alors que le traité de Washington à gelé les constructions (mais pas les études) des cuirassés, un nouveau navire se fait une place au sein de l’US Navy à savoir le porte-avions.

L’utilité de l’avion dans la guerre navale à été démontrée mais l’utilité des «ponts-plats» pas encore, le cuirassé restant l’arme reine du combat naval.

Bien que les différents Fleet Problem aient montré les capacités remarquables d’un groupe aérien entraîné qu’il s’agisse d’attaquer le canal de Panama ou….Pearl Harbor, le porte-avions reste un auxiliaire du cuirassé. L’idée même de faire du porte-avions le cœur d’une stratégie navale n’effleure guère les amiraux de l’époque.

Si après le second conflit mondial, la vulgate à voulu voir dans le cuirassé rapide de classe Iowa un escorteur lourd de porte-avions, ce fait est une reconstruction à posteriori.

En réalité, la construction de cuirassés rapides répondait au besoin de contrer les quatre Kongo japonais dont la vitesse maximale était estimée à 26 nœuds (elle est en réalité de 30 nœuds).

Alors que les South Dakota ne sont pas encore sur cale, les américains étudient de nouveaux cuirassés plus rapides tout en étant plus protégés et aussi bien armés ce qui apparaît comme une véritable quadrature du cercle dans les limites des traités de Washington et de Londres (35000 tonnes).

Les études qui allaient donner naissance aux Iowa commencèrent au début de 1938 sous la direction de l’amiral Thomas C. Hart, le chef du General Board, l’organisme chargé de dresser les plans des navires de l’US Navy.

Les premières esquisses dessinèrent une version agrandie des South Dakota avec douze canons de 406mm ou neuf canons de 460mm mais cette dernière configuration fût abandonnée dès le 31 mars 1938, l’accord américano-franco-anglais augmentant le déplacement à 45000 tonnes mais maintenant la limite de l’artillerie principale à 406mm.

Ces nouveaux cuirassés devaient être mieux protégés ce qui nécessitait une puissance propulsive supérieure ne serais ce que pour maintenir la vitesse de 27 noeuds. Si ces études n’eurent pas d’impact direct sur le futur design des Iowa, ils servirent de base pour celui des Montana.

Une autre piste fût envisagée, celle d’un «cruiser-killer», donnant un navire de 46200 tonnes, filant à 35 noeuds avec une distance franchissable de 20000 miles nautiques à 15 noeuds et surtout un armement composé de douze canons de 406mm et douze canons de 127mm mais sa protection ne le protégeait que contre des obus de 8 pouces (203mm).

En mars 1938, le General Board repartit de zéro pour un nouveau projet qui prévoyait une vitesse de 30 noeuds qui étaient atteignable avec un déplacement de 34100 tonnes. Une vitesse de 33 noeuds nécessitait une puissance propulsive de 220000ch ce qui portait le déplacement à 35600 tonnes.

Comme souvent le projet à prit du poids et au final le projet flirtait avec les limites des traités soit 45000 tonnes.

En mai 1938, le Congrès vota le Second Vinson Act qui augmentait de 20% le tonnage prévu pour l’US Navy, prévoyant la construction de six cuirassés, les quatre South Dakota et deux cuirassés d’un nouveau design qui était encore pas totalement gêlé au moment du vote du Congrès.

Le design est finalement arrêté au mois de novembre 1938 et les deux premiers cuirassés baptisés Iowa (BB-61) et New Jersey (BB-62) sont financés par l’année fiscale 1939-40.

La situation internationale se dégradant, l’expansion du corps de bataille américain s’accélère avec l’autorisation de construction de deux autres Iowa baptisés Missouri (BB-63) et Wisconsin (BB-64) à l’année fiscale 1941.

Un temps le General Board envisagea la commande de deux Iowa supplémentaires avant de revenir au cuirassé lent mais devant les rumeurs de plus persistantes de Yamato bien plus puissants que les 35000 tonnes (rumeur fondée, ils déplacent 70000 tonnes et sont armés de neuf canons de 18 pouces), ce projet est abandonné au profit de la commande de cinq Montana la protection et à l’armement renforcé au détriment de la vitesse réduite à 27 nœuds.

Après la construction des Montana, les américains se concentrent sur le remplacement des cuirassés les plus anciens et passent commande en juin 1948 de deux Iowa améliorés plus deux en option.

Ces deux navires baptisés Illinois (BB-70) et Kentucky (BB-71) ne sont cependant pas encore sur cale quand éclate le second conflit mondial, leur construction même étant remise en cause en raison d’autres priorités mais également de la crainte de ne pas pouvoir mettre en ligne avant la fin du conflit, le delai de construction d’un cuirassé (5 ans) étant bien plus longue qu’un porte-avions, un croiseur ou un destroyer.

Certains reprochent même ce choix du cuirassé rapide, préférant la commande de deux nouveaux Montana.

Au final ces deux navires seront mis sur cale et achevés à la fin de la guerre, devenant les derniers cuirassés construits par les américains, les deux options étant abandonnées quasi-instantanément après avoir été prises. Je ne parlerai donc pas de leur historique ici mais lors de la partie «programme de guerre».

Historique

USS Iowa 01011944

Entrer une légende

-Le USS Iowa (BB-61) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis dans le quartier éponyme à New-York le 27 juin 1940 lancé le 27 août 1942 et mis en service le 20 décembre 1943.

Affecté dans le Pacifique, il rejoint Pearl Harbor via Charleston (Caroline du Sud), Jacksonville (Floride), Guantanamo (Cuba), le canal de Panama et San Diego.

Au sein de la future flotte du Pacifique, il va former la 7ème division de cuirassés ou BatDiv Seven en compagnie de son sister-ship New Jersey.

Le 21 mars 1950, il était à la mer en compagnie d’une partie de la flotte du Pacifique pour des exercices à 300 miles dans le sud-est d’Hawaï. A l’annonce de l’attaque japonaise, cette task force met cap sur Hawaï pour attaquer la flotte japonaise.

L’Iowa file à pleine vitesse en compagnie du Massachussetts, du New Jersey et du Wisconsin pour tenter d’attaquer les japonais. Des échanges d’artillerie ont lieu dans une grande confusion sans qu’aucun belligérant ne prenne l’avantage.

Il participe à la campagne des Phillipines (avril-octobre 1950), enchaine par la campagne des Salomons (mars-octobre 1951).

il est endommagé lors de la bataille de la bataille de la mer de Corail le 5 mars 1952 au cours de laquelle le Missouri est coulé. Il est immobilisé pour réparations à Pearl Harbor jusqu’en janvier 1953 quand il peut reprendre le combat.

Il participe à la deuxième campagne des Phillipines, terminant le second conflit mondial en Chine et à Formose.

Il échappe à plusieurs reprises aux foudres japonaises après la bataille de la mer de Corail et c’est en bon état général qu’il participe à la cérémonie de capitulation japonaise en baie de Tokyo, l’acte étant signé à bord du cuirassé Montana.

Le conflit terminé, il participe au rapatriement des marins, soldats et aviateurs démobilisés entre le Japon, le Pacifique et les Etats-Unis.

Il aurait du être désarmé mais en mai 1957 il relève le North Carolina au sein de la 7ème flotte chargée de soutenir l’occupation américaine du Japon (les contingents alliés sont repartis dès 1956 pour la France, en 1957 pour la Grande-Bretagne, seule l’Australie et la Nouvelle-Zélande maintenant des forces mais pour encore peu de temps, l’ANZAC Force in Japan étant dissoute en 1960).

Suite à la réduction du dispositif, l’Iowa rentre aux Etats-Unis le 14 mars 1965. C’était à l’époque le dernier cuirassé déployé au Japon, les autres ayant depuis longtemps regagné les Etats-Unis.

La cérémonie de désarmement (decommissioning ceremony) à lieu à San Diego le 21 avril 1965 et après des travaux de stockage longue durée, il est confié à la Pacific Reserve Fleet San Diego Group le 2 juin 1965.

Rayé du Naval Vessel Register après l’échec d’un projet de conservation à Seattle le 8 octobre 1980, l’Iowa est vendu à la démolition et démantelé sur le site du Mare Island Navy Yard.

USS New Jersey 1943
-Le USS New Jersey (BB-62) est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 16 septembre 1940 lancé le 7 décembre 1942 et mis en service le 25 janvier 1944.

Affecté dans le Pacifique, il forme la BatDiv Seven avec son sister-ship Iowa. Le 21 mars 1950, il était à la mer et participe à la poursuite de la flotte japonaise, échangeant quelques tirs d’artillerie avec des navires japonais repérés au radar mais sans résultats concrets.

Il participe à la première campagne des Phillipines (avril-octobre 1950) au cours de laquelle il est endommagé par une torpille aéroportée japonaise le 4 juillet, étant immobilisé pour réparations jusqu’à la mi-octobre, manquant la fin de cette première campagne.

Il joue de malchance le 14 janvier 1951 quand au large de la Nouvelle-Calédonie, il est légèrement endommagé par la bombe d’un avion américain au cours d’une méprise.

Après avoir participé à la campagne des Salomons (mars-septembre 1951), il manque la bataille de la mer de Corail (5 mars 1952) à cause d’un grand carénage à Nouméa. Il se rattrape en participant à la campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953), à la campagne des Carolines-Mariannes (mars-septembre 1953), terminant le conflit à Iwo Jima et Okinawa. Le 7 mars 1954, il est endommagé par un kamikaze japonais qui ne provoque que de légers dégâts.

Quand le Japon capitule en septembre 1954, le New Jersey était immobilisé à Bremerton pour un grand carénage. Il rallie Yokohama début octobre où son équipage participe avec des Seabees (ouvriers militarisés des Construction Batallion) au nettoyage de la base japonaise ainsi que sa remise en état.

La base de Yokohama avait été sécurisée dès la fin août 1954 mais la remise en état et la transformation en base opérationnelle avait été reportée de quelques semaines.

Durant ces travaux qui ne s’achèvent qu’en mars 1955, le New Jersey fournit eau douce et électricité, assure la surveillance du périmètre depuis ses vigies et grâce aux radars.
Le gros des travaux terminés, le cuirassé gagne Okinawa avec des Seabees pour assurer l’aménagement d’une base aérienne dans le nord de l’île.

De retour aux Etats-Unis en septembre 1955, il aurait du être désarmé mais suite à des troubles au Chili, l’état-major de la 3ème flotte l’envoit en Amérique du Sud pour montrer le pavillon américain. 500 marines embarqués à bord du cuirassé et du porte-avions USS United States (CV-21) sont mis à terre à Valparaiso pour protéger les ressortissants américains et étrangers.

De retour aux Etats-Unis en janvier 1956, le cuirassé subit un petit carénage puis relève le 17 mars 1956 le USS Alabama qui soutenait le gouvernement chinois de Tchang-Kaï-Chek aux prises avec une guerilla communiste.

En dépit d’un soutien américain massif en conseillers, armement et appui-direct (mis à terre de marines pour la sécurisation, ponts aériens, tirs de dissuasion _officiellement appelés tir d’exercices_), le gouvernement nationaliste perd du terrain jusqu’à perdre la guerre civile en octobre 1958, trouvant refuge à Taïwan, gardant les îlots de Matsu et de Quemoy ainsi que l’île de Haïnan.

Le USS New Jersey rentre aux Etats-Unis en mars 1960. Réaffecté à la 2ème flotte, il va effectuer deux déploiements en Méditerranée au sein de la 6ème flotte, le premier de juin 1960 à septembre 1961 et le second de mars à octobre 1962.

A son retour, il est désarmé et mis en réserve à Philadelphie. Rayé du Naval Vessel Register le 14 mai 1975, il est racheté par la ville de Camden (New-Jersey), devenant la pièce maîtresse du Camden Memorial Park installé depuis 1974 à l’emplacement des chantiers de la New York Shipbuilding Corporation fermés six ans plus tôt.

Le BB-62 est aujourd’hui le seul cuirassé de classe Iowa existant avec l’Illinois, le Kentucky, l’Iowa et le Wisconsin ayant été démolis alors que le Missouri à été coulé durant la guerre.

USS Missouri août 1944.jpg
-Le USS Missouri (BB-63) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis dans le quartier éponyme à New-York le 6 janvier 1941 lancé le 14 octobre 1943 et mis en service le 20 février 1945.

Affecté dans le Pacifique, il forme la BatDiv Nine ou 9ème division de cuirassés stationnée à Pearl Harbor.

Le 21 mars 1950 quand les japonais attaquent Pearl Harbor, le USS Missouri subissait un grand carénage au Mare Island Navy Yard en Californie. Les travaux devaient s’achever en juillet mais devant l’ouverture du conflit et la perte de plusieurs cuirassés coulés et endommagés, les travaux non urgents sont reportés et le BB-63 peut rallier Pearl Harbor début mai pour participer au conflit.

Engagé au large des Phillipines, il est endommagé par une torpille aéroportée japonaise le 4 juin ce qui nécessite des réparations importantes à Pearl Harbor.

De retour au combat en octore 1950, le Missouri va participer aux différentes opérations notamment la campagne des Salomons jusqu’à sa destruction le 5 février 1952 lors de la bataille de la mer de Corail.

Engagé contre les cuirassés japonais, il est touché par deux obus de 18 pouces du Musashi qui l’endommage sérieusement. Le pire survient quelques heures plus tard ou malgré une DCA furieuse de son escorte et du cuirassé, il encaisse deux bombes et deux torpilles alors qu’il était en cours de remorquage en direction de la Nouvelle-Calédonie où il devait subir des travaux préliminaires avant un retour sur la côte ouest pour réparations.

Une gite prononcée (+25° à tribord), une absence de courant électrique provoque l’abandon du navire dans la nuit du 5 au 6 février 1952. Le Missouri coule à l’aube, emportant avec lui 450 officiers, officiers mariniers et matelots, 120 blessés décédant dans les jours suivants.

L’épave repose à 50 miles au sud-est de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Déclarée tombe de guerre (war grave) la plongée y est interdite.

USS Wisconsin achèvement janvier 1944.jpg
-Le USS Wisconsin (BB-64) est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 25 janvier 1941 lancé le 27 décembre 1943 et mis en service le 31 mars 1945.

Affecté dans le Pacifique, il forme avec son sister-ship Missouri, la BatDiv Nine. Quand le Missouri est coulé lors de la bataille de la mer de Corail, la BatDivNine est dissoute et le BB-64 rejoint la BatDivSeven retrouvant ses sister-ship Iowa et New-Jersey.

Le 21 mars 1950, il était à la mer en compagnie d’une partie de la flotte américaine pour un exercice. A l’annonce de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, il reçoit l’ordre de marcher au son du canon pendant que les porte-avions se préparent à lancer chasseurs pour couvrir la base, bombardiers en piqué et avions-torpilleurs pour retrouver la flotte nippone.

Une série de combats confus débouchent sur des résultats incertains, une sorte de match nul, la flotte japonaise se retirant vers Okinawa pour se ravitailler et appuyer les actions simultanées lancées en Indochine, aux Phillipines et en Asie du Sud-Est, actions qui se heurtent à une résistance importante de la France en Indochine, des Pays-Bas et de l’Angleterre en Insulinde.

Il participe à la campagne des Salomons de mars à septembre 1951, engageant à plusieurs reprises des cuirassés et des croiseurs lourds japonais. Il est engagé dans la bataille de la mer de Corail (5-6 mars) avant d’enchainer par la campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953).

Après un petit carénage, le cuirassé est engagé dans la deuxième campagne des Philippines enchaînant par les opérations contre Formose et la Chine continentale.

Lors de la cérémonie de capitulation du Japon le 4 septembre 1954, il est amarré à tribord du Montana sur lequel à lieu la cérémonie.

Après avoir participé aux premières opérations liées à l’occupation du Japon, le Wisconsin est relevé par le Montana en mai 1955 après son retour d’une tournée triomphale aux Etats-Unis.

Mis en réserve le 8 juillet 1955 à San Diego, il est rayé du Naval Vessel Register le 8 mai 1970 et vendu à la démolition le 1er juin. Il est démantelé sur le site du Mare Island Navy Yard.

Classe Iowa 2
Caractéristiques Techniques
-Déplacement : standard 45000 tons (40823 tonnes métriques) en service de guerre 52000 tons (47174 tonnes métriques) pleine charge 57000 tons (51710 tonnes)

-Dimensions : longueur hors tout 270.43m (890 ft) longueur entre perpendiculaires 262.5m (8611/4 ft) largeur hors tout 32.97m (108 ft) tirant d’eau 10.97m (36 ft)

-Propulsion :

Les turbines à engrenages de l’Iowa et du Missouri sont fournies par General Electric alors que celles du Wisconsin et New Jersey par Westinghouse quatre turbines alimentées en vapeur par huit chaudières Babcock & Wilcox (Iowa Missouri) ou Westinghouse (New Jersey Wisconsin) (272 kg/cm² 875°F soit 468.33°) répartis en quatre salles, une par turbine.

Quatre chaudières allumées suffisent à propulser le cuirassé à 27 noeuds. Les turbines entrainent quatre lignes d’arbres qui se terminent par autant d’hélices quadripales, de 18 ft (5.48m) pour les hélices extérieures et de 17.5 ft (5.33m) pour les deux hélices intérieures.

La propulsion électrique est assurée par huit turbogénérateurs Westinghouse (Ship Service turbine Generators) produisant dix MW d’électricité, étant alimenté par les chaudières.

-Performances : Vitesse maximale : 32/33 noeuds 31 noeuds est la vitesse maximale en service courant Rayon d’action : 14890 miles nautiques à 15 noeuds 11700 miles nautiques à 20 noeuds
-Protection : ceinture blindée de 310mm, Bulkheads : 287mm Barbettes : 295 à 439mm Tourelles 500mm Ponts blindés 191mm

-Conduite de tir et électronique

Les premiers radars installés sont un radar de veille air SK et un radar de veille surface SG, remplacés à la fin du conflit par un SK-2 et une version améliorée du radar SG.

-Système de conduite de tir Mk38 pour l’artillerie principale

-Quatre systèmes de conduite de tir Mk37 pour l’artillerie secondaire (127mm)

-Télémètre Mk14 et système de conduite de tir Mk51 pour la DCA

-Armement

-9 canons de 406mm (16 pouces) Mark 7 répartis en trois tourelles triples (deux avant et une arrière).

-20 canons de 127mm (5inch) Mark 12 en 10 tourelles doubles Mark 28.

-32 canons de 40mm Bofors en huit affûts quadruples et 48 canons de 20mm en affûts simples.

-Aviation

-A leur mise en service, les Iowa disposent de deux catapultes à la poupe et d’un détachement de trois ou quatre hydravions, des Vought OS2U Kingfisher puis des Curtiss SC Seahawk pour le réglage de l’artillerie principale et la recherche et le sauvetage notamment des pilotes abattus.

-Equipage : 2700 officiers et marins

Cuirassés classe Montana

USS Montana BB-67
Genèse des derniers cuirassés américains

Bien que l’US Navy ait planifié et mis en chantier six croiseurs de bataille de classe Lexington (Lexington Saratoga Constitution Constellation Ranger United States), son appétence pour le cuirassé lent, bien armé et bien protégé à toujours été plus importante que le cuirassé rapide ou même le croiseur de bataille.

Oh certes il y à eu la construction des quatre large cruiser de classe Alaska (voir ci-après) mais il s’agissait plus d’une réponse à une menace extérieure (cuirassés de poche allemands, croiseur-tueurs japonais) qu’à une volonté de privilégier la vitesse et la manœuvre sur le choc.

Néanmoins le développement des 35000 tonnes dans les autres marines, l’amélioration des technologies qui permettaient d’envisager un cuirassé rapide, bien armé et bien protégé, la présence des Kongo estimés à 26 nœuds (30 nœuds en réalité) obligèrent les américains à privilégier la vitesse sur la protection (je caricature, c’est plus subtil que ça mais cela reste dans l’esprit).

Ils le firent par étape avec les North Carolina, les South Dakota et enfin les Iowa capable d’accompagner (même si ce n’était pas le rôle initial) les porte-avions pour servir d’escorteur lourd contre les éclaireurs ennemis et pour protéger les ponts-plats de l’aviation.

Après la construction des quatre Iowa censés servir d’éclaireurs rapides mais capables de combattre dans la ligne, les américains reviennent à leurs premières amours celle du cuirassé lent, bien protégé et bien armé avec néanmoins une vitesse maximale plus élevée à savoir 27 nœuds au lieu de 20-21 pour les cuirassés de la classe précédente.

Ils abandonnent la possibilité pour ces cuirassés de franchir le canal de Panama ce qui rend la tache des ingénieurs du BuShips plus aisée et moins contraignante.

Des cuirassés plus lourds sont nécessaires pour contrer les Yamato qui affichent officiellement 46000 tonnes et une artillerie de 406mm alors qu’ils affichent en réalité plus de 60000 tonnes et des canons de 460mm.

Les études reprennent en juillet 1939 pour des bâtiments guère plus lourds que les Iowa (41267 à 46168 tonnes) même si la protection et l’armement est renforcé (douze canons de 406mm pour certaines études) au détriment de la vitesse (27.5 noeuds contre 32/33 noeuds pour les Iowa).

En février 1940, les ingénieurs du BuShips présentent onze études avec un déplacement nettement accru (51388 à 66700 tonnes), toutes prévoyant un armement de douze canons de 406mm en quatre tourelles triples (deux avant et deux arrières), une vitesse allant de 27.5 à 34 noeuds et une ceinture de 360 ou 389mm (310mm pour les Iowa).

En juillet 1940, quatorze études sont sur le bureau, nous présentant des navires avec des déplacements allant de 50500 à 82000 tonnes, neuf ou douze canons de 406mm, une vitesse de 28 à 33 noeuds et une ceinture de 371 à 411mm.

La sélection naturelle suit son cours et six mois plus tard, seules quatre études restent en cours, des études médianes puisque le déplacement varie entre 59700 et 61333 tonnes, douze canons de 406mm et une vitesse de 28 noeuds. L’armement contre avions est conséquent avec six affûts quadruples de 28 ou de 40mm. Quand à la puissance propulsive, elle peut être soit de 172000 ou de 212000 ch.

La version choisie est un cuirassé de 60500 tonnes, armé de douze canons de 406mm en quatre tourelles triples, une puissance propulsive de 172000ch lui donnant une vitesse maximale de 28 noeuds.

Par rapport aux Iowa, les nouveaux cuirassés sont plus grands (281m contre 270m), plus lents (28 noeuds contre 32) mais mieux armés (douze canons de 406mm du même modèle que celui des Iowa) et mieux protégés avec une ceinture de 409mm contre 310mm.

L’armement secondaire se compose de vingt canons de 127mm d’un nouveau type en dix tourelles doubles, la DCA légère étant composée de 48 canons de 40mm Bofors (douze affûts quadruples) et de 32 canons de 20mm Oerlikon en affûts simples ou doubles.

Cinq cuirassés baptisés Montana Ohio Maine New Hampshire et Louisiana sont construits. Un temps la commande de deux voir trois Montana supplémentaires fût envisagée mais au final on préféra commander deux Iowa modifiés plus rapides à construire.

Historique

-Le USS Montana (BB-65) est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 17 juin 1941 lancé le 8 juillet 1943 et mis en service le 17 septembre 1945.

Affecté dans le Pacifique, le cuirassé était le navire-amiral de la Flotte du Pacifique tout en étant intégré à la BatDiv Two, la 2ème division de cuirassés composée également de ses sister-ship Maine et Ohio.

Le 21 mars 1950, le cuirassé était immobilisé à Bremerton pour un grand carénage. Les travaux devaient s’achever en juin mais ils sont accélérés et dès le 15 mai, il est de retour à Pearl Harbor pour participer aux opérations contre le Japon.

Il participe à la campagne des Salomons de mars à septembre 1951 puis enchaîne par la bataille de la mer de Corail au cours de laquelle il est suffisamment endommagé pour l’obliger à passer quatre mois en réparations d’avril à août 1952. Il reste déployé en Nouvelle-Calédonie, prêt à intervenir en soutien de la campagne de Nouvelle-Guinée ce qu’il n’aura pas à faire.

Il participe ensuite à la deuxième campagne des Phillipines au cours de laquelle il est endommagé par un kamikaze qui impose trois mois de réparations de septembre à décembre 1953. Il termine le second conflit mondial en participant aux opérations Detachment et Iceberg (Iwo Jima et Okinawa). C’est à son bord en baie de Tokyo le 4 septembre 1954 que la capitulation du Japon est signé.

Il rentre ensuite aux Etats-Unis avec des soldats, des aviateurs et des marins démobilisés qu’il dépose à San Diego. Il effectue ensuite une tournée triomphale dans les ports des Etats-Unis, plusieurs centaines de milliers d’américains montant à bord du «Victory Battleship», le cuirassé de la victoire.

Après un petit carénage au Philadelphia Navy Yard, il retourne au Japon en mai 1955 pour relever le Wisconsin au sein de la flotte soutenant l’occupation alliée du Japon.

Il va y rester près de dix-huit mois soit jusqu’en novembre 1956 quand il va rentrer aux Etats-Unis en effectuant un véritable tour du monde. Il fait escale à Formose, sur l’île d’Haïnan, à Saïgon, à Manille, Batavia (auj. Djakarta), Sydney,Auckland, Triconmalee, Diego-Suarez où il mouille en compagnie des cuirassés Richelieu et Vanguard pour les fêtes de fin d’année.

Il fait escale à Aden, franchit le canal de Suez, pénétrant en Méditerranée. Il fait escale à Alexandrie, au Pirée, à Tarente, à La Valette, à Marseille, Barcelone, Carthagène, Tanger, Gibraltar, traversant ensuite l’Atlantique pour arriver à Philadelphie le 17 février 1957.

Il devient le navire-amiral de la 2ème flotte ou Flotte de l’Atlantique, ayant Norfolk pour base. Il participe à des exercices en Europe du Nord, effectuant plusieurs déploiements en Méditerranée jusqu’à son désarmement le 17 mars 1965.

Mis en réserve, il est rayé du Naval Vessel Register le 8 janvier 1970. Il est racheté par une fondation privée et ancré dans le port de Boston à proximité du Boston Navy Yard fermé en 1985. Il est toujours présent en 2017, ayant subit plusieurs carénages.

-Le USS Ohio (BB-66) est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 4 septembre 1942 lancé le 17 octobre 1944 et mis en service le 8 janvier 1946 dans son chantier constructeur, le commissioned de l’US Navy correspondant davantage à notre clôture d’armement qu’à notre admission au service actif.

Son arrivée à Pearl Harbor le 4 mai 1946 permet l’activation de la 2ème division de cuirassé américaine ou BatDiv Two qu’il forme avec le Montana en attendant la mise en service du Maine.

Le 21 mars 1950, il était présent à Pearl Harbor à l’écart de l’île Ford ce qui ne l’empêche pas de recevoir deux bombes et une torpille qui provoque des dégâts sérieux et 78 morts.
Les travaux de remise en état ont lieu à Pearl Harbor et le cuirassé est de nouveau opérationnel en septembre 1950. Il peut participer à la campagne des Salomons (mars-septembre 1951) avant d’enchainer par la campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953).

Il participe à la campagne des Carolines-Mariannes de mars à septembre 1953, étant endommagé à deux reprises par des kamikazes qui lui impose de longs mois de réparations ce qui ne l’empêche pas de participer à l’opération Boxer contre la Chine continentale et Formose.

Il est néanmoins dans un assez mauvais état quand le conflit s’achève, étant d’ailleurs en réparations au moment de la capitulation, ayant été endommagé le 21 août par un raid surprise de l’aviation japonaise contre Okinawa, une torpille l’ayant touché à l’avant tribord.

Après des travaux succincts de remise en état, le cuirassé rallie Bremerton en novembre 1954 pour remise en état. Les travaux sont un temps suspendus mais au final sont réaliés de janvier à juin 1955.

Remis en service, il va relever son sister-ship Louisiana au Japon, le BB-69 gagnant Bremerton pour être mis en réserve.

L’Ohio va rester déployé au Japon de septembre 1955 à décembre 1957 quand la décision est prise de le désarmer. Il rallie donc la côte ouest, arrivant à San Diego le 8 février 1958.

Désarmé le lendemain 9 février, le deuxième cuirassé de classe Montana est préparé pour un stockage longue durée et mouillé à Suisun Bay en compagnie de navires militaires et civils réquisitionnables en cas de conflit.

Suite au déclenchement de la deuxième guerre du Vietnam en janvier 1970, l’US Navy obtient le réarmement de l’Illinois, du Kentucky et de l’Ohio. Ce dernier va effectuer deux campagnes de six mois, la première de septembre 1971 à mars 1972 et la seconde de juin à décembre 1972 avant qu’il ne soit à nouveau mis en réserve. En 1976 on envisage de le renvoyer au Vietnam avant d’estimer que les deux Iowa déployés suffisent.

Plusieurs projets de préservation sont initiés mais aucun ne voit finalement le jour. Rayé du Naval Vessel Register le 8 octobre 1980, il est vendu à la démolition à Esco Marine qui procède à son démantèlement dans l’enceinte du Mare Island Navy Yard.

-Le USS Maine (BB-67) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard le 14 septembre 1942 lancé le 8 février 1944 et mis en service le 28 mars 1946.

Arrivé dans le Pacifique en juillet de la même année, le Maine forme la BatDiv Two en compagnie de ses sister-ship Montana et Ohio.

A la mer le 21 mars 1950, il reste en couverture des porte-avions et ne participe donc pas aux escarmouches opposant une partie de la flotte américaine aux éclaireurs de la 1ère flotte mobile en l’occurrence quatre croiseurs lourds et quatre croiseurs de bataille qui se contentèrent de maintenir les américains à distance se sachant inférieur en nombre et en puissance de feu.

Il participe successivement à la première campagne des Philippines (avril-octobre 1950), manque la campagne des Salomons mais participe à la bataille de la mer de Corail, à la campagne de Nouvelle-Guinée et à la deuxième campagne des Phillipines, sans grands dommages.

Après une période d’entretien, le Maine va participer à l’opération Boxer, l’invasion de la Chine et de Formose. Ils assurent l’appui-feu et la couverture antiaérienne des troupes au sol.

Le 13 février 1954, les cuirassés Maine Ohio Louisiana Wisconsin se heurtent à une petite escadre japonaise, le cuirassé Yamato, le croiseur lourd Tone et huit destroyers.

Le combat est longtemps indécis mais le Yamato finit par succomber aux coups des cuirassés américains bien aidés par l’aviation et les sous-marins. L’Ohio, le Lousiana sont endommagés, le Wisconsin un peu plus sévèrement mais beaucoup moins que le Maine qui finira par couler quelques heures plus tard.

Le Maine touché par plusieurs obus de 460 et de 203mm japonais est sérieusement endommagé avec plusieurs voies d’eau. L’éclopé est pris en remorque par l’Ohio pour le ramener à Leyte mais dans la nuit du 14 au 15 février, le Maine prend de la gite jusqu’à sombrer après de longues heures d’agonie. Le cuirassé repose aujourd’hui à 2500m de profondeur.

-Le USS New Hampshire (BB-68) est mis sur cale Brooklyn Navy Yard le 14 janvier 1943 lancé le 28 juin 1945 et mis en service le 31 mars 1947.

Affecté dans le Pacifique comme ses quatre sister-ship, le quatrième cuirassé de classe Montana forme avec le Louisiana la 4ème division de cuirassés ou BatDiv Four.

Quand les japonais attaquent le 21 mars 1950, il était bien présent à Pearl Harbor mais il est miraculeusement épargné par les bombes et les torpilles japonaises. Il peut donc appareiller très rapidement, retrouvant le reste de la flotte américaine au large d’Hawaï.

Il participe à la première campagne des Philippines (avril-octobre 1950) au cours de laquelle il est légèrement endommagé par l’aviation japonaise, enchaine par la campagne des Salomons (mars-septembre 1951) puis par celle de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953).

Après avoir participé à l’opération Carolines-Mariannes (mars-septembre 1953), le cuirassé termine le conflit en participant aux opérations Detachment et Iceberg.

Le cuirassé est gravement endommagé au large du Japon le 17 août 1954 alors qu’il protégeait les porte-avions américains et britanniques bombardant la région de Tokyo.

Pêle-Mêle, il est touché par la défense côtière (quatre obus de 203mm), deux bombes de 250kg et un avion désemparé. Les incendies sont rapidement circonscrits mais c’est à la remorque que le cuirassé rallie Okinawa où les blessés sont évacués tous comme les corps des marins tués.

Toujours présent dans l’archipel le 4 septembre 1954, le cuirassé éclopé regagne les Etats-Unis pour remise en état. Les chantiers de la côte ouest étant saturé, il doit être réparé dans son chantier constructeur où il arrive par deux mois de mer en janvier 1955.

Remis en état entre février et septembre 1955, le cuirassé est placé en réserve dès le 1er octobre, confié aux bons soins de l’Atlantic Reserve Fleet et du New York Group. Mouillé à Bayonne dans le New Jersey, il ne sera jamais réarmé.

Rayé du Naval Vessel Register le 8 septembre 1970, il est vendu à la démolition à un chantier espagnol mais coule dans l’Atlantique au cours de son remorquage.

A noter que son réarmement avait été étudié pour participer à la deuxième guerre du Vietnam mais son mauvais état lui avait fait préféré son sister-ship Ohio.

-Le USS Louisiana (BB-69) est mis sur cale au Norfolk Naval Shipyard le 12 avril 1943 lancé le 4 juillet 1945 et mis en service le 18 septembre 1947.

Son arrivée à Pearl Harbor en décembre 1947 permet l’activation de la BatDiv Four qu’il forme avec son sister-ship New Hampshire.

Endommagé par une bombe le 21 mars 1950 à Pearl Harbor, le cuirassé est immobilisé pour réparations jusqu’en mai avant de rester à Pearl Harbor pour se tenir prêt à toute éventualité. Il ne connait son baptême du feu que dans les Salomons, étant légèrement endommagé à plusieurs reprises (mars-septembre 1951).

Engagé dans la bataille de la mer de Corail, le Lousiana est endommagé par une torpille aéroportée le 4 mars 1952.

Après des réparations provisoires à Nouméa du 6 au 17 mars, le cuirassé rallie Mare Island Navy Yard pour une remise en état complète doublée d’un grand carénage. Le cuirassé est de retour au combat début septembre 1952, participant à la fin de la campagne de Nouvelle-Guinée.

Il enchaine par la deuxième campagne des Phillipines (mars 1953-février 1954) et si il en ressort indemne, ce n’est pas le cas de l’opération Boxer. Le 14 mars 1954, il encaisse deux bombes au large de Shanghaï alors qu’il couvrait la mise à terre de la 6ème division de Marines. Il est immobilisé pour réparations à Cam-Ranh du 1er avril au 15 juillet 1954.

Présent à la cérémonie de capitulation du Japon le 4 septembre 1954, il avait participé auparavant à l’occupation du pays et notamment de la région de Kobé.

Il reste déployé au large du Japon jusqu’en septembre 1955 date à laquelle il rentre aux Etats-Unis pour être désarmé et mis en réserve ce qui est chose faite le 24 octobre 1955 au Charleston Navy Yard.

Rayé du Naval Vessel Register le 8 octobre 1974, il est sauvé de justesse de la démolition et va être préservé à La Nouvelle-Orléans dans un musée, le Lousiana Memorial Park, devenant une attraction de cette ville bouillonante, servant également de décor de cinéma qu’il s’agisse de films historiques ou de films d’action.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 60500 tonnes pleine charge 66014 tonnes

Dimensions : longueur 280.6m largeur 36.9m tirant d’eau 11m

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages Westinghouse alimentées par 8 Babcock & Wilcox à deux tubes dévellopant une puissance totale unitaire de 43000ch et totale de 172000ch entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 28 noeuds distance franchissable : 15000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture 250 à 400mm inclinée à 19° ceinture inférieure de 182mm inclinée à 10°
«Bulkeads» 387 à 457mm Barbettes : 457 à 541mm Tourelles : supérieur à 571mm Pont blindé à 152mm

Armement :
-12 canons de 406mm Mark 7 en 4 tourelles triples (deux à l’avant deux à l’arrière).

-20 canons de 127mm Mark 16 en dix tourelles doubles Mark 41.

-48 canons Bofors de 40mm en douze affûts quadruples et 32 canons Oerlikon de 20mm

Aviation : deux catapultes et 3 ou 4 hydravions Vought OS2U Kingfisher ou Curtiss SC Seahawk.

Equipage : standard 2355 hommes passant à 2789 hommes en configuration navire amiral.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s