14-Navires légers (17) avisos-dragueurs coloniaux classe Chamois (2)

La Surprise

-La Surprise est mise sur cale à l’Arsenal de Lorient le 19 avril 1938 lancé le 17 juin 1939 et mis en service le 3 mars 1940.

L’aviso-dragueur colonial quitte Lorient le 4 mars, se ravitaille à Casablanca le 8 mars puis rallie Bizerte le 14 mars 1940 où il intègre la 5ème DEL également composée de ses sister-ships Chamois et Gazelle.

Du 16 juillet au 30 août 1943, il est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage.

Totalement remis en état, il reçoit à flot du 31 août au 10 septembre une DCA moderne avec six canons de 37mm Schneider en trois affûts doubles en remplacement des mitrailleuses de 13.2mm. Il sort pour essais du 11 au 13 septembre puis pour remise en condition du 15 au 26 septembre 1943.

Avec ses compères de la 5ème DEL, il va assurer des missions de patrouille au large de la Tunisie, des escortes de navires sensibles mais également un intense entrainement au dragage en profitant du fait que la navire-amiral de la 6ème Escadre Légère était un croiseur léger mouilleur de mines en l’occurence l’Emile Bertin.

Du 22 octobre au 1er décembre 1946, l’aviso-dragueur colonial La Surprise est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour une remise en état complète. Armé pour essais le 12 décembre, il sort pour essais les 13 et 14 décembre puis pour remise en condition du 16 au 30 décembre 1946.

Le 5 septembre 1948, La Surprise comme les trois autres navires de la 5ème DEL escortaient un convoi de transport de troupes entre Bizerte et Beyrouth.

Le Matelot Leblanc

-Le Matelot Leblanc est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port de Bouc le 10 novembre 1939 lancé le 12 janvier 1941 et mis en service le 10 mars 1942.

Devant être affecté en Indochine au sein de la 6ème DEL, il est temporairement rattaché au groupement de surveillance de la 2ème Escadre.

Le 20 avril 1942, l’Amiral Sénès est mis en service à son tour. Les deux aviso-dragueurs quittent Toulon le 24 avril, se ravitaillent à Bizerte le 27 avril puis font escale à Alexandrie du 2 au 7 mai, franchissant le canal de Suez les 8 et 9 mai 1942.

Pénétrant en mer Rouge, les deux avisos font escale à Djibouti du 13 au 16 mai puis pénètrent dans l’Océan Indien, faisant escale à Colombo (Ceylan) du 24 au 27 mai, à Singapour du 5 au 10 juin avant de rallier Saïgon le 19 juin 1942.

Le Matelot Leblanc passe au bassin à Saïgon du 20 au 28 juin 1942 pour inspection et réparations après une telle traversée.

Basé à Cam-Ranh à partir de septembre 1944, Le Matelot Blanc sert de patrouilleur de souveraineté, d’escorteur et de dragueur de mines.

Du 5 avril au 25 mai 1945, les aviso-dragueurs Matelot Leblanc et Amiral Sénès sont échoués dans la forme n°3 de l’Arsenal de Cam-Ranh pour leur premier grand carénage.

Outre une remise en état complète, ils reçoivent une DCA moderne avec six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts doubles. Armés pour essais le 10 juin 1945, ils réalisent leurs essais officiels du 11 au 13 juin puis leur remise en condition du 15 au 27 juin 1945.

Du 15 juin au 5 août 1948, les Matelot Leblanc et Amiral Sénès sont échoués dans la forme n°3 de l’Arsenal de Cam-Ranh pour un nouveau grand carénage. Armé pour essais le 18 juin, il sort pour essais les 19 et 20 juin puis pour remise en condition du 22 juin au 4 juillet 1948.

Le 5 septembre 1948, il était à la mer pour un exercice de combat antisurface en compagnie des autres unités de la 6ème DEL.

Le Rageot de la Touche

-Le Rageot de la Touche est mis sur cale le 18 novembre 1939 aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) sis à Port de Bouc lancé le 12 janvier 1941 et mis en service le 21 mars 1942.

Il quitte Toulon le 22 mars et rallie Bizerte le 26 mars 1942 à l’aube, intégrant la 5ème DEL dont les autres membres sont ses sister-ships Chamois Gazelle et Surprise.

Du 1er avril au 20 mai 1945, il est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour son premier grand carénage. Outre une remise en état complète, il reçoit une DCA plus moderne avec six canons de 37mm en trois affûts doubles.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 1er juin, réaliant ses essais officiels du 2 au 4 juin puis sa remise en condition du 6 au 21 juin 1945.

Avec ses compères de la 5ème DEL, il va assurer des missions de patrouille au large de la Tunisie, des escortes de navires sensibles mais également un intense entrainement au dragage en profitant du fait que la navire-amiral de la 6ème Escadre Légère était un croiseur léger mouilleur de mines en l’occurence l’Emile Bertin.

Du 13 avril au 17 mai 1948, il est à nouveau échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour un deuxième grand carénage. Remis totalement en état, il est armé pour essais le 27 mai, effectuant ses essais officiels du 28 au 30 mai puis sa remise en condition du 2 au 15 juin 1948.

Le 5 septembre 1948, Le Rageot de La Touche comme les trois autres navires de la 5ème DEL escortaient un convoi de transport de troupes entre Bizerte et Beyrouth.

L’Amiral Sénès

-L’Amiral Sénès est mis sur cale le 10 décembre 1939 aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) de Port de Bouc lancé le 5 février 1941 et mis en service le 20 avril 1942.

L’Amiral Sénès et le Matelot Leblanc quittent Toulon le 24 avril, se ravitaillent à Bizerte le 27 avril puis font escale à Alexandrie du 2 au 7 mai, franchissant le canal de Suez les 8 et 9 mai 1942.

Pénétrant en mer Rouge, les deux avisos font escale à Djibouti du 13 au 16 mai puis pénètrent dans l’Océan Indien, faisant escale à Colombo (Ceylan) du 24 au 27 mai, à Singapour du 5 au 10 juin avant de rallier Saïgon le 19 juin 1942.

Il passe au bassin de l’Arsenal d’Indochine du 11 au 18 juillet 1942 pour inspection des oeuvres vivres et réparations après une aussi longue traversée. Il sort pour essais les 19 et 20 juillet puis pour remise en condition du 22 au 31 juillet 1942.

Relocalisé à Cam-Ranh à partir de septembre 1944, l’Amiral Sénès sert au sein des FNFEO de patrouilleur de souveraineté, d’escorteur et de dragueur de mines.

Du 5 avril au 25 mai 1945, il est échoué dans la forme n°3 de l’Arsenal de Cam-Ranh en compagnie du Matelot LeBlanc pour subir son premier grand carénage, une remise en état complète doublée d’une modernisation de la DCA avec comme tous ses sister-ships six canons de 37mm en trois affûts doubles. Armés pour essais le 10 juin 1945, ils réalisent leurs essais officiels du 11 au 13 juin puis leur remise en condition du 15 au 27 juin 1945.

Du 15 juin au 5 août 1948, les Amiral Sénès et Matelot Leblanc sont échoués dans la forme n°3 de l’Arsenal de Cam-Ranh pour un nouveau grand carénage. Armé pour essais le 18 juin, il sort pour essais les 19 et 20 juin puis pour remise en condition du 22 juin au 4 juillet 1948.

Le 5 septembre 1948, il était à la mer pour un exercice de combat antisurface en compagnie des autres unités de la 6ème DEL.

Publicités

12-Torpilleurs légers (36)

Le Touareg

Carte du peuplement touareg

Carte du peuplement touareg

-Le Touareg   est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 12 janvier 1946 lancé le 15 mars 1947 et mis en service le 26 mars 1948.

Le 26 mars, le torpilleur léger Touareg arrive à Toulon en provenance de Lorient permettant à la 4ème DT d’atteindre son statut opérationnel définitif. Le Touareg et ses trois compères quittent Toulon le 2 avril pour un entraînement de division qui à lieu du 2 avril au 12 mai, la division mouillant aux salins d’Hyères jusqu’au 20 mai, ralliant Toulon le lendemain.

Le Touareg sort pour entraînement en compagnie du Hova du 28 mai au 7 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 8 au 11 juin, ralliant Toulon dans la soirée. Ils participent ensuite aux essais (13 au 15 juin) et à la remise en condition (17 juin au 1er juillet) de L’Annamite.

Il participe en compagnie de l’Annamite aux essais (5 au 7 juillet) et pour remise en condition (9 au 23 juillet) du Somali; Le Touareg, L’Annamite et Le Somali participent ensuite aux essais (27 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 13 août) du Hova, la 4ème DT ralliant Toulon le lendemain.

Le 20 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre et sortent du 21 au 24 août, ralliant dans la foulée leur nouveau port d’attache, Ajaccio. Ils effectuent une école à feux du 27 août au 2 septembre, ralliant Ajaccio le lendemain 3 septembre 1948.

A l’annonce de l’attaque allemande sur la Norvège, les quatre torpilleurs légers sortent et mettent cap plein sud pour contrer une possible action italienne dans les bouches de Bonifaccio.

12-Torpilleurs légers (35)

Le Hova

Le Hova porte comme le Sakhalave le nom d'une ethnie malgache

Le Hova porte comme le Sakhalave le nom d’une ethnie malgache

-Le Hova  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 4 janvier 1946 lancé le 8 mars 1947 et mis en service le 27 janvier 1948.

Quittant Lorient le 15 janvier, Le Hova fait escale à Casablanca les 18 et 19 janvier avant de pénétrer en Méditerranée, retrouvant au large de Toulon le 21 janvier ses compères Annamite et Somali pour un exercice commun du 22 au 27 janvier, les trois torpilleurs de la 4ème DT rentrant dans la foulée à Toulon.

Le Hova participe à son premier entraînement de division du 4 février au 19 mars 1948. Le 26 mars, le torpilleur léger Touareg arrive à Toulon permettant à la 4ème DT d’atteindre son statut définitif.

L’Annamite, Le Somali, le Hova et Le Touareg quittent Toulon le 2 avril pour un entraînement de division qui à  lieu du 2 avril au 21 mai 1948.

Le Hova sort pour entraînement en compagnie du Touareg du 28 mai au 7 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 8 au 11 juin, ralliant Toulon dans la soirée. Ils participent ensuite aux essais (13 au 15 juin) et à la remise en condition (17 juin au 1er juillet) de L’Annamite.

Le Hova est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 26 juillet, sortant pour essais du 27 au 29 juillet et pour remise en condition du 31 juillet au 13 août en compagnie de ses trois compères de la 4ème DT, les quatre torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain 14 août 1948.

Le 20 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre et sortent du 21 au 24 août, ralliant dans la foulée leur nouveau port d’attache, Ajaccio. Ils effectuent une école à feux du 27 août au 2 septembre, ralliant Ajaccio le lendemain 3 septembre 1948.

A l’annonce de l’attaque allemande sur la Norvège, les quatre torpilleurs légers sortent et mettent cap plein sud pour contrer une possible action italienne dans les bouches de Bonifaccio.

12-Torpilleurs légers (33)

Le Somali

La République de Djibouti jadis Côte Française des Somalis (CFS)

La République de Djibouti jadis Côte Française des Somalis (CFS)

-Le Somali est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 15 août 1945 lancé le 10 novembre 1946 et mis en service le 22 septembre 1947.

Son admission au service actif permet l’activation de la 4ème DT qui sort pour un premier exercice au large de Lorient du 23 septembre au 3 octobre 1947 pour permettre aux deux navires de prendre leurs marques.

Rentrés à Lorient dans la soirée, ils reprennent la mer le 5 octobre, font escale à Casablanca du 8 au 13 octobre avant de rallier Toulon le 16. Le Somali et l’Annamite sortent pour deux entraînements de division, le premier du 23 octobre au 24 novembre et le second du 30 novembre au 26 décembre 1947.

Le Somali et L’Annamite sortent pour entraînement du 3 au 20 janvier. Après un ravitaillement rapide à Toulon le 21 les deux torpilleurs légers reprennent la mer pour accueillir le lendemain leur sister-ship Hova venu de Lorient. Les trois torpilleurs effectuent un exercice commun du 22 au 27 janvier, rentrant dans la foulée à Toulon. La 4ème DT effectue ensuite un entraînement de division du 4 février au 19 mars 1948.

Le 26 mars, le torpilleur léger Touareg arrive à Toulon permettant à la 4ème DT d’atteindre son statut définitif à quatre navires. L’Annamite, Le Somali, le Hova et Le Touareg quittent Toulon le 2 avril pour un entraînement de division qui s’achève le 21 mai 1948.

Le Somali sort pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 30 mai au 8 juin, rentrant le lendemain  à Toulon.

Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 13 juin au 4 juillet, sortant pour essais du 5 au 7  puis pour remise en condition du 9 au 23  en compagnie de L’Annamite et du Touareg.

Le Somali, L’Annamite et Le Touareg participent ensuite aux essais (27 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 13 août) du Hova, la 4ème DT ralliant Toulon le lendemain.

Le 20 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre et sortent du 21 au 24 août, ralliant dans la foulée leur nouveau port d’attache, Ajaccio. Ils effectuent une école à feux du 27 août au 2 septembre, ralliant Ajaccio le lendemain 3 septembre 1948.

A l’annonce de l’attaque allemande sur la Norvège, les quatre torpilleurs légers sortent et mettent cap plein sud pour contrer une possible action italienne dans les bouches de Bonifaccio.

12-Torpilleurs légers (32)

L’Annamite

L'Annam occupe une large partie des côtes orientales de l'Union Indochinoise

L’Annam occupe une large partie des côtes orientales de l’Union Indochinoise

-L’Annamite  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB)à Nantes le 7 août 1945 lancé le 4 novembre 1946 et mis en service le 15 septembre 1947.

L’Annamite effectue une école à feux du du 16 au 20 septembre, ralliant Lorient le lendemain. Le  22 septembre 1947, Le Somali est officiellement admis au service actif permettant l’activation de la 4ème DT.

La nouvelle division sort pour un premier exercice au large de Lorient du 23 septembre au 3 octobre 1947 pour permettre aux deux navires de prendre leurs marques. Rentrés à Lorient dans la soirée, ils reprennent la mer le 5 octobre, font escale à Casablanca du 8 au 13 octobre avant de rallier Toulon le 16.

Le 23 octobre 1947, L’Annamite et Le Somali quittent Toulon pour le premier véritable entraînement de division de la 4ème DT qui s’achève le 24 novembre, date du retour de la division à Toulon.La 4ème DT est à nouveau à la mer pour entraînement du 30 novembre au 26 décembre, date à laquelle les deux torpilleurs légers s’amarrent à leurs postes dans la Darse Vieille.

L’Annamite et Le Somali sortent pour école à feux du 3 au 10 janvier puis pour entraînement à la défense aérienne à la mer du 12 au 20 janvier.

Après un ravitaillement rapide à Toulon le 21 janvier 1948, les deux torpilleurs légers reprennent la mer pour accueillir le lendemain leur sister-ship Hova venu de Lorient. Les trois torpilleurs effectuent un exercice commun du 22 au 27 janvier, rentrant dans la foulée à Toulon.

Le 4 février 1948, La 4ème DT sort pour entraînement de division, entraînement qui s’achève le 10 mars, les torpilleurs légers rentrant à Toulon le 19 après un long mouillage aux Salins d’Hyères.

Le 26 mars, le torpilleur léger Touareg arrive à Toulon permettant à la 4ème DT d’atteindre son statut définitif à quatre torpilleurs légers.

L’Annamite, Le Somali, le Hova et Le Touareg quittent Toulon le 2 avril pour un entraînement de division qui à lieu du 2 avril au 12 mai, la 4ème DT mouillant aux salins d’Hyères du 13 au 20 mai avant de rentrer le lendemain à Toulon.

L’Annamite est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 22 mai au 12 juin, sortant pour essais du 13 au 15 juin et pour remise en condition du 17 juin au 1er juillet en compagnie du Hova et du Touareg.

Il participe en compagnie du Touareg aux essais (5 au 7 juillet) et à la remise en condition (9 au 23 juillet) du Somali; L’Annamite, Le Somali et Le Touareg participent ensuite aux essais (27 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 13 août) du Hova, la 4ème DT ralliant Toulon le lendemain.

Le 20 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre et sortent du 21 au 24 août, ralliant dans la foulée leur nouveau port d’attache, Ajaccio. Ils effectuent une école à feux du 27 août au 2 septembre, ralliant Ajaccio le lendemain.

A l’annonce de l’attaque allemande sur la Norvège, les quatre torpilleurs légers sortent et mettent cap plein sud pour contrer une possible action italienne dans les bouches de Bonifaccio.

12-Torpilleurs légers (16)

L’Agile

-L’Agile est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes le 26 avril 1939 lancé le 23 mai 1940 et mis en service le 8 mai 1941.

Le jour même de son admission au service active est activée à Lorient la 1ère DT, division qu’il forme avec son sister-ship Le Fier, les torpilleurs légers L’Agile et Le Fier étant rejoints deux jours plus tard par L’Entreprenant.

En attendant la mise en service du Farouche, la 1ère DT dépend de la 3ème Escadre Légère de la Flotte de l’Atlantique en attendant l’affectation définitive de la 1ère Division de Torpilleurs à la 2ème Escadre à Toulon.

La 1ère DT sort pour un premier entraînement de division dans le Golfe de Gascogne du 21 mai au 16 juin 1941, les trois torpilleurs légers rentrant à Lorient le 17 juin pour les permissions d’été.

L’Agile sort pour un entraînement en solitaire du 25 juin au 2 juillet, rentrant à Lorient le lendemain  3 juillet. Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 4 au 19 juillet, sortant pour essais (21 au 23 juillet) et pour remise en condition (25 juillet au 3 août) en compagnie du Le Fier. Les deux torpilleurs disponibles de la 1ère DT participant ensuite aux essais (5 au 7 août) et à la remise en condition (9 au 23 août) de l’Entreprenant.

Les trois torpilleurs légers de la 1ère DT sortent pour entraînement du 2 au 29 septembre puis à nouveau du 6 au 13 octobre, rentrant à Lorient le 14 octobre 1941. Le lendemain, le torpilleur léger Le Farouche est admis au service actif permettant à la 1ère DT d’atteindre son format définitif.

Avant de rallier Toulon, la 1ère Division de Torpilleurs va effectuer un croisière aux Antilles, L’Agile et ses trois compères quittent ainsi Lorient le 22 octobre pour rallier Fort de France le 30 octobre 1941, restant en Martinique jusqu’au 23 novembre. Ils sont ensuite à Dakar du 2 au 10 décembre, ne ralliant Toulon que le 16.

Au sein du groupement de surveillance de la 2ème Escadre, la 1ère DT remplace la 13ème DT et pour passer symboliquement le témoin, les deux divisions sortent pour un exercice commun du 18 au 24 décembre, rentrant à  Toulon le lendemain.

Pour l’Agile et ses trois compères de la 1ère DT l’année 1942 commence par quatre entraînements de division en Méditerranée, le premier du 8 janvier au 10 février, le second du 18 février au 25 mars, le troisième du 4 avril au 23 mai et le quatrième du 28 mai au 26 juin, le dernier avant la période d’indisponibilité estivale.

L’Agile sort pour entraînement du 3 au 10 juillet 1942, rentrant à Toulon le lendemain avant d’être indisponible à son tour du 12 au 27 juillet 1942, sortant pour essais (28 au 30 juillet) et pour remise en condition (1er au 10 août) en compagnie du Le Fier et de l’Entreprenant, les deux torpilleurs légers disponibles de la 1ère DT enchainant par les essais (12 au 15 août) et la remise en condition (17 au 27 août) du Farouche.

L’Agile, le Le Fier et Le Farouche participent alors aux essais (28 au 30 août) et à la remise en condition (1er au 12 septembre) de l’Entreprenant, la 1ère DT mouillant aux salins d’Hyères du 13 au 18 septembre avant de rallier Toulon le lendemain.

L’année 1942 se termine pour l’Agile et ses compagnons de la 1ère DT par deux entraînements de division, le premier du 27 septembre au 2 novembre et le second du 18 novembre au 21 décembre 1942, les quatre torpilleurs légers restant à quai jusqu’à la fin de l’année civile.

Après une période d’entretien à flot (chaudières et artillerie principalement) du 1er au 10 janvier et une sortie d’essais du 11 au 13 janvier, les quatre torpilleurs légers quittent Toulon le 16 janvier 1943 pour un entraînement au Levant du 24 janvier au 5 mars, la 1ère DT quittant la région le 8 mars, faisant escale à Bizerte du 13 au 18 mars avant de rentrer à Toulon trois jours plus tard.

Après un entraînement de division du 1er avril au 8 mai et un entraînement divisionnaire allégé du 15 au 31 mai, l’Agile sort pour entrainement avec le Farouche du 5 au 15 juin, les deux torpilleurs légers sont indisponibles du 17 juin au 2 juillet, sortant pour essais (3 au 5 juillet) et pour remise en condition (7 au 17 juillet) en compagnie de leurs compères Le Fier et L’Entreprenant, les quatre torpilleurs légers rentrant le lendemain  à Toulon.

Du 20 juillet au 13 août, la 1ère DT manoeuvre avec la 2ème DCT et le Marceau, les huit navires faisant escale à Nice du 14 au 17 août avant de rentrer à Toulon le lendemain. Ils enchainent par deux entraînements de division, le premier du 25 août au 16 octobre et le deuxième du 26 octobre au 17 décembre 1943, les quatre torpilleurs restant à quai jusqu’à la fin de l’année civile.

L’Agile sort pour entraînement de division du 7 janvier au 8 février avant un entraînement en solitaire du 12 au 18 février, le torpilleur léger rentrant à Toulon le lendemain  pour se préparer à son premier grand carénage.

Il est ainsi échoué au bassin n°3 du Missiessy du 21 février au 27 mars 1944 subissant remise en état complète et modernisation, succédant au Le Fier en attendant de céder la place au Farouche.

Remis à flot donc le 27 mars 1944, le torpilleur léger L’Agile est armé pour essais le 7 avril, sortant pour essais du 8 au 10 avril puis pour remise en condition du 12 au 26 avril en compagnie de ses compères Le Fier et L’Entreprenant.

Les torpilleurs légers Le Fier et L’Agile sortent pour entraînement du 3 au 10 mai 1944, rentrant le lendemain  à Toulon. Ils participent ensuite aux essais (13 au 15 mai) et à la remise encondition (17 au 31 mai) du Farouche, les trois torpilleurs légers mouillant aux salins d’Hyères du 1er au 5 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Les torpilleurs L’Agile, Le Fier et Le Farouche sortent pour entraînement au large de Toulon du 8 au 13 juin, mouillant aux salins d’Hyères où ils sont rejoint cinq jours plus tard par l’Entreprenant  qui venait d’achever son grand carénage. Les quatre torpilleurs légers sortent ainsi pour les essais (19 au 21 juin) et pour la remise en condition (23 juin au 2 juillet) du dernier nommé, les quatre torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain.

Du 5 juillet au 14 août, les torpilleurs légers de la 1ère DT participent à un entrainement commun avec le cuirassé Clemenceau et ses torpilleurs d’escorte Rapière et Hallebarde, la 10ème DCT venue de Mers-El-Kébir y participant du 27 juillet au 13 août. La petite escadre fait escale à Mers-El-Kébir du 15 au 21 août avant que les navires venus de Toulon ne rentrent dans le port d’attache le 23 août.

Après un entraînement de division du 1er au 19 septembre, la 1ère DT effectue un exercice commun avec la 9ème DCT au large de Dakar du 30 septembre au 15 novembre, les sept navires venus de Toulon quittant Dakar le 16 novembre, se ravitaillent et relachent à Casablanca du 20 au 25 novembre avant de rentrer à Toulon le 30 novembre 1944. Les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT terminent l’année par un entraînement de division du 7 au 30 décembre.

Après un entraînement commun avec les torpilleurs d’escadre Le Fleuret et Le Lansquenet du 10 janvier au 9 février 1945, la 1ère DT effectue deux entraînements de division (17 février au 27 mars  1945 et 4 avril au 3 mai) puis un entraînement commun avec la 12ème DCT du 7 mai au 30 juin date à laquelle les quatre torpilleurs légers et les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

Le torpilleur léger L’Agile sort pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 7 au 15 juillet avant de participer en compagnie du Farouche aux essais (22 au 24 juillet) et à la remise en condition (26 juillet au 9 août) du Le Fier.

Il participe ensuite en compagnie du Le Fier aux essais (13 au 15 août) et à la remise en condition (17 au 31 août) de l’Entreprenant.

Il est à son tour indisponible du 4 au 25 septembre, sortant pour essais du 26 au 28 septembre et pour remise en condition du 30 septembre au 14 octobre en compagnie de ses trois compères de la 1ère DT, les quatre torpilleurs légers ralliant Toulon le lendemain.

La 1ère DT termine l’année par un entraînement de division du 23 octobre au 15 décembre 1945, la division restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Après une sortie d’entraînement du 7 au 19 janvier, la 1ère DT effectue un entraînement de six semaines du 22 janvier au 7 mars en compagnie du croiseur lourd Algérie et de deux divisions de contre-torpilleurs : la 2ème DCT (Bayard Du Guesclin Turenne) et la 9ème DCT (Le Fantasque l’Audacieux et Le Malin).

La 1ère Division de Torpilleurs exécute ensuite deux entraînements de division, le premier du 15 mars au 14 mai et le second allégé du 17 mai au 3 juin avant d’entrer dans le cycle des permissions d’été.

L’Agile sort pour entraînement en compagnie de l’Entreprenant et du Farouche du 10 au 20 juin 1946 avant de participer toujours en compagnie du Farouche aux essais (26 au 28 juin) et à la remise en condition (30 juin au 14 juillet) du Le Fier. L’Agile et le Le Fier participent ensuite aux essais de l’Entreprenant du 17 au 19 juillet puis à sa remise en condition du 21 juillet au 4 août.

Indisponible du 8 au 29 août, L’Agile sort pour essais du 30 août au 1er septembre et pour remise en condition (3 au 17 septembre) en compagnie des trois autres torpilleurs légers de la 1ère DT, les quatre torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 18 au 25 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Alors que le Le Fier est indisponible suite à une avarie mécanique, l’Agile et ses compères L’Entreprenant et Le Farouche sortent pour entraînement du 2 au 9 octobre, participant ensuite aux essais (11 et 12 octobre) et à la remise en condition (14 au 25 octobre) du Le Fier. La 1ère DT exécute ensuite un dernier entraînement de division du 4 novembre au 24 décembre 1946.

L’année 1947 commence par un entraînement de division à partir du 5 janvier 1947 quand les quatre navires de la 1ère DT appareillent pour gagner les salins d’Hyères où ils mouillent du 5 au 12 janvier mais au moment d’appareiller, l’Entreprenant est victime d’une avarie qui l’oblige à regagner Toulon pour réparer.

Le reste de la divison exécute une école à feux du 13 au 20 janvier, faisant escale à Port La Nouvelle du 21 au 25 janvier où l’Entreprenant rejoint ses congénères une fois réparé.

La division au complet sort pour enfin pour entraînement de division du 26 janvier au 15 février, mouillant aux salins du 16 au 21 avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT s’entrainent alors du 15 mars au 10 avril avec la 1ère DCT et le croiseur lourd Charlemagne avant d’enchainer par des escales de représentation à Nice (12 au 17 avril), Bastia (18 au 24 avril), Ajaccio (25 au 30 avril) et Bonifaccio (2 au 7 mai) avant de rentrer à Toulon le 9 mai 1947 dans la matinée.

L’Agile sort pour entraînement de division en compagnie de L’Entreprenant et du Farouche du 16 mai au 15 juin 1947 avant de subir son deuxième grand carénage.

Il débarque alors ses munitions et vidange ses soutes pour être échoué du 18 juin au 25 juillet 1947 dans le bassin Vauban n°9.

Il subit une période de travaux complémentaires à flot avant de sortir pour essais du 5 au 7 août puis pour remise en condition du 9 au 23 août en compagnie des torpilleurs légers Le Fier et L’Agile, les trois torpilleurs légers faisant escale à Marseille du 24 au 29 août avant de rentrer à Toulon le lendemain.

L’Agile et Le Fier sortent pour une école à feux du 2 au 8 septembre, date de leur retour à Toulon. Ils participent ensuite aux essais (10 au 12 septembre) et à la remise en condition (14 au 28 septembre) du Farouche, les trois torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain.

L’Agile, le Le Fier et le Farouche quittent Toulon pour entraînement du 6 au 21 octobre avant de participer aux essais (24 au 26 octobre) et à la remise en condition (28 octobre au 10 novembre) de l’Entreprenant qui venait d’achever son grand carénage, les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT rentrant à Toulon le lendemain. La 1ère DT termine l’année par un entraînement de division du 18 novembre au 8 décembre puis une sortie d’entraînement du 13 au 23 décembre 1947, date de leur retour à Toulon.

L’Agile exécute un entraînement commun avec ses trois compères de la 1ère DT du 5 au 13 janvier avant un exercice réalisé au large de la Tunisie en compagnie de la 3ème DT et de la 2ème DC du 20 janvier au 15 février 1948.

Les huit torpilleurs légers et les trois croiseurs légers cinglent alors en direction du Levant, faisant escale à Lattaquié, à Tartous , à Beyrouth et à Haïfa (4 au 7 mars) avant de rallier Bizerte le 11 mars 1948.  La 1ère DT reprend la mer deux jours pour rentrer à Toulon le 16 mars 1948.

Après un entraînement de division du 25 mars au 19 mai et un entraînement divisionnaire allégé du 25 mai au 15 juin 1948, les torpilleurs léger L’Agile et le Le Fier sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 16 juin au 7 juillet 1948, sortant pour essais du 8 au 10 juillet puis pour remise en condition du 11 au 25 juillet, rentrant le lendemain  à Toulon.

Ils participent ensuite aux essais (30 juillet au 1er août) et à la remise en condition (3 au 17 août) de leurs compères Le Farouche et L’Entreprenant, les quatre torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain.

Le 22 août 1948, les quatre torpilleurs passent au régime de guerre. Ils sortent pour entraînement du 25 août au 2 septembre, revenant à Toulon le lendemain 3 septembre mais se préparant aussitôt à sortir en cas de menace avérée en Méditerranée.

12-Torpilleurs légers (15)

Le Farouche

-Le Farouche est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) installés à Nantes le 11 avril 1939 lancé le 19 octobre 1940 et mis en service en 15 octobre 1941.

A son admission au service actif, il est affecté à la 1ère DT et va participer à une croisière d’entraînement aux Antilles, les quatre navires quittant Lorient le 22 octobre pour rallier Fort de France le 30 octobre 1941 et y rester jusqu’au 23 novembre. Ils sont ensuite à Dakar du 2 au 10 décembre, quittant le jour même la capitale de l’AOF pour rallier Toulon le 16 décembre 1941.

Au sein du groupement de surveillance de la 2ème Escadre, la 1ère DT va remplacer la 13ème DT et pour passer symboliquement le témoin, la 1ère et la 13ème DT sortent pour un exercice commun du 18 au 24 décembre, rentrant à  Toulon le lendemain, jour de noël.

L’année 1941 comme par une série d’entrainement de division, le premier ayant lieu du 7 janvier au 10 février, le second du 18 février au 25 mars (escale à Tanger du 17 au 24 mars), le troisième du 4 avril au 23 mai et le quatreième du 28 mai au 26 juin, date de la retour de la division à Toulon.

Le Farouche sort pour entraînement du 3 au 10 juillet avant de participer aux essais (12 au 14 juillet) et à la remise en condition (16 au 26 juillet) du Le Fier en compagnie de l’Entreprenant.

Le Farouche est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juillet au 11 août 1942 _indisponibilité mise à profit pour moderniser la DCA_ , sortant pour essais du 12 au 15  et pour remise en condition du 17 au 27  en compagnie des torpilleurs légers Le Fier et L’Agile.

Le Farouche, le Le Fier et L’Agile participent alors aux essais (28 au 30 août) et à la remise en condition (1er au 12 septembre) de l’Entreprenant, la 1ère DT mouillant aux salins d’Hyères du 13 au 18 septembre avant de rallier Toulon le lendemain.

Le Farouche et ses trois compères terminent l’année par deux entraînements de division, le premier du 27 septembre au 2 novembre et le second  du 18 novembre au 21 décembre, les quatre torpilleurs légers restant à quai jusqu’à la fin de l’année civile.
Après une période d’entretien à flot du 1er au 10 janvier et des essais à la mer réalisés du 11 au 13 janvier, la 1ère DT quitte Toulon le 16 janvier pour un entraînement au Levant réalisé du 24 janvier au 5 mars. La 1ère DT quitte le Levant le 8 mars, fait escale à Bizerte du 13 au 18 mars  avant de rallier Toulon le 21.

Le Farouche et ses trois compères de la 1ère DT exécutent ensuite un entraînement de division du 1er avril au 8 mai 1943 puis un entraînement divisionnaire «allégé» du 15 au 31 mai, rentrant en fin de journée à Toulon.

Le Farouche et L’Agile sortent pour entraînement du 5 au 15 juin, étant ensuite indisponibles du 17 juin au 2 juillet, sortant pour essais (3 au 5 juillet) et remise en condition (7 au 17 juillet) en compagnie de leurs compères Le Fier et L’Entreprenant, les quatre torpilleurs légers rentrant le lendemain à Toulon.

Du 20 juillet au 13 août, la 1ère DT manoeuvre avec la 2ème DCT et le Marceau, les huit navires faisant escale à Nice du 14 au 17 août avant de rentrer à Toulon le 18 . Ils enchainent par deux entraînements de division, le premier du 25 août au 16 octobre et le second du 26 octobre au 17 décembre 1943, les quatre torpilleurs légers restant à Toulon jusqu’à la fin de l’année civile.

Alors que le Le Fier est immobilisé pour grand carénage, la 1ère Division de Torpilleurs (1ère DT) sort pour entraînement de division du 7 janvier au 8 février 1944.

Le torpilleur léger Le Farouche sort pour entraînement en solitaire du 13 au 23 février, mouillant aux salins d’Hyères du 24 au 28 février, rentrant en fin de journée à  Toulon. Il participe ensuite aux essais (4 au 7 mars) et à la remise en condition (9 au 23 mars) du Le Fier en compagnie de l’Entreprenant.

Le torpilleur léger Le Farouche subit alors son premier grand carénage, étant échoué au bassin n°3 du Missiessy du 28 mars au 2 mai 1944. Il subit une remise en état complète et une modernisation de ses capacités militaires, des travaux identiques à ceux subis par ses sister-ship Le Fier et l’Agile et que devra subir L’Entreprenant.

Après une période de travaux complémentaires à flot, le torpilleur léger Le Farouche est armé pour essais le 12 mai 1944. Il sort pour essais du 13 au 15 et pour remise en condition  du 17 au 31 mai en compagnie de ses compères Le Fier et l’Agile, les trois torpilleurs légers mouillant aux salins d’Hyères du 1er au 5 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Les torpilleurs légers Le Farouche, Le Fier et L’Agile sortent pour entraînement du 8 au 13 juin au large de Toulon mouillant aux salins d’Hyères à partir du 14 juin 1944. Ils sont rejoints quatre jours plus tard par l’Entreprenant, les quatre navires de la 1ère DT sortant alors pour les essais (19 au 21 juin) et la remise en condition (23 juin au 2 juillet) de l’Entreprenant,  les quatre torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain.

Du 5 juillet au 13 août, les torpilleurs légers vont manoeuvrer avec le cuirassé Clemenceau et les torpilleurs d’escadre Rapière et Hallebarde, rejoints du 26 juillet au 13 août par la 10ème DCT venue de Mers-El-Kébir. Les navires font escale à Mers-El-Kébir du 15 au 21 août avant de rentrer à Toulon deux jours plus tard.

Après un entraînement de division du 1er au 19 septembre, la 1ère DT quitte Toulon le 21 septembre en compagnie de la 9ème DCT pour un entraînement commun au large de Dakar du 30 septembre au 15 novembre, les sept navires toulonnais quittant Dakar le 16 novembre, se ravitaillent et relâchent à Casablanca du 20 au 25 avant de rallier Toulon le 30 novembre 1944.  La 1ère DT termine l’année par un entraînement de division du 7 au 30 décembre, date de leur retour à Toulon.

Le Farouche commence l’année 1945 par un entraînement commun de la 1ère DT avec les torpilleurs d’escadre Le Fleuret et Le Lansquenet du 10 janvier au 9 février avant deux entraînements de division (17 février au 27 mars; 4 avril au 3 mai) et un entraînement commun avec les contre-torpilleurs de la12ème DCT du 7 mai au 30 juin, date du retour des deux divisions à Toulon.

Le Farouche sort pour entraînement à la défense aérienne à la mer du 5 au 15 juillet, rentrant à Toulon le lendemain. Il participe ensuite aux essais (22 au 24 juillet) et à la remise en condition (26 juillet au 9 août) du Le Fier en compagnie de L’Agile.

Le Farouche est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 13 août au 3 septembre, sortant pour essais (4 au 6 septembre) et pour remise en condition (8 au 22 septembre) en compagnie de ses compères Le Fier et L’Entreprenant.

Les torpilleurs légers Le Farouche, Le Fier et L’Entreprenant participent ensuite aux essais (26 au 28 septembre) et à la remise en condition (30 septembre au 14 octobre) de l’Agile, les quatre torpilleurs légers ralliant Toulon le lendemain.

Les quatre torpilleurs légers terminent l’année par un entraînement de division du 23 octobre au 3 décembre, Le Farouche et ses compères mouillant en rade de Villefranche du 4 au 14 décembre avant de rallier Toulon le 15, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Après une sortie d’entraînement du 7 au 19 janvier, la 1ère DT quitte Toulon en compagnie du croiseur lourd Algérie et des 2ème et 9ème DCT pour un entraînement commun du 22 janvier au 7 mars 1946, date du retour de la petite escadre à Toulon.

Les quatre «1010 tW» enchainent par deux entraînement de division, le premier du 15 mars au 6 mai _rentrant à Toulon le 14 mai après une escale à Alger du 7 au 12_ et le second du 17 mai au 3 juin.

Le Farouche sort pour entraînement en compagnie de L’Agile et de l’Entreprenant du 10 au 20 juin 1946. Le Farouche participe ensuite aux essais (26 au 28 juin) et à la remise en condition (30 juin au 14 juillet) du Le Fier en compagnie de L’Agile.

Le Farouche est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juillet au 7 août, sortant pour essais (8 au 10 août) et pour remise en condition (12 au 26 août) en compagnie de ses compères Le Fier et L’Entreprenant.

Les trois torpilleurs légers disponibles de la 1ère DT participent alors aux essais (30 août au 1er septembre) et à la remise en condition (3 au 17 septembre) de l’Agile, les quatre torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 18 au 25 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Alors que le Le Fier est indisponible suite à une avarie mécanique, Le Farouche et ses compères L’Agile et L’Entreprenant sortent pour entraînement du 2 au 9 octobre, participant ensuite aux essais (11 et 12 octobre) et à la remise en condition (14 au 25 octobre) du Le Fier. La 1ère DT termine l’année par un entraînement de division réalisé du 4 novembre au 24 décembre, date du retour de la division à Toulon.

L’année 1947 commence par un entraînement de division commencé le 5 janvier quand les quatre navires de la 1ère DT appareillent pour gagner les salins d’Hyères où ils mouillent du 5 au 12 janvier mais au moment d’appareiller, l’Entreprenant est victime d’une avarie qui l’oblige à regagner Toulon pour réparer.

Le reste de la division dont Le Farouche exécute une école à feux du 13 au 20 janvier, faisant escale à Port La Nouvelle du 21 au 25 janvier où l’Entreprenant rejoint ses congénères. L’entraînement de division peut enfin avoir lieu du 26 janvier au 15 février, la division mouillant aux salins d’Hyères du 16 au 21 février, rentrant le lendemain à Toulon.

Le torpilleur léger Le Farouche participe ensuite à un entraînement commun à la 1ère DT, à la 1ère DCT et au croiseur lourd Charlemagne et ce du 15 mars au 10 avril, entraînement suivit d’escales de représentation à Nice (12 au 17 avril), Bastia (18 au 24), Ajaccio (25 au 30) et Bonifaccio (2 au 7 mai) avant de rentrer à Toulon le 9 mai 1947 dans la matinée.

Avant d’entrer en grand carénage, le torpilleur léger Le Fier transmet son pavillon de chef de la 1ère DT au Farouche, pavillon que ce dernier étrenne dans un entraînement de division exécuté du 16 mai au 14 juin, les trois «1010 tonnes» disponibles de la 1ère DT rentrant le lendemain  à Toulon.

Le Farouche sort pour un entraînement en solitaire du 20 au 24 juin, rentrant le lendemain à Toulon avant de participer aux essais (28 au 30 juin) et à la remise en condition (2 au 16 juin) du Le Fier en compagnie de l’Entreprenant, les trois torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 17 au 24 juillet, rentrant à Toulon le lendemain.

Le Farouche subit alors un grand carénage, étant échoué au bassin Vauban n°9 du 26 juillet au 30 août 1947. Après une période de travaux complémentaires à flot, il sort pour essais du 10 au 12 septembre et pour remise en condition du 14 au 28 septembre en compagnie de ses compères Le Fier et L’Agile, les trois torpilleurs légers rentrant à Toulon le 29.

Le Farouche, Le Fier et l’Agile  sortent pour entrainement du 6 au 22 octobre, rentrant le lendemain à Toulon.

Ils participent ensuite aux essais (24 au 26 octobre) et à la remise en condition (28 octobre au 10 novembre) de l’Entreprenant qui venait d’achever son grand carénage, les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT rentrant à Toulon le 11.

Les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT effectuent ensuite un entraînement de division du 18 novembre au 7 décembre puis un entraînement de division allégé du 13 au 22 décembre, rentrant le lendemain à Toulon.

Le torpilleur léger Le Farouche commence l’année par un entraînement commun avec ses trois compères de la 1ère DT du 5 au 13 janvier, rentrant à Toulon le lendemain 14 janvier 1948.

Ils reprennent la mer le 17 janvier pour rallier la Tunisie, exécutant du 20 janvier au 2 février et du 10 au 15 février, un exercice commun avec les 3ème DT et 2ème DC, les navires mouillant dans le Golfe de Gabès du 3 au 9 février.

Les trois croiseurs et les huit torpilleurs légers vont ensuite gagner le Levant pour une série d’escale à Lattaquié, à Tartous, à Beyrouth, à Haïfa avant de rallier Bizerte le 11 mars 1948.  La 1ère DT reprend la mer deux jours plus tard pour rentrer à Toulon le 16 mars 1948.

Le Farouche et ses trois autres compères de la 1ère DT effectuent un entraînement de division du 25 mars au 19 mai avant un entraînement divisionnaire allégé du 25 mai au 14 juin, les quatre torpilleurs légers ralliant Toulon le lendemain.

Alors que les Le Fier et l’Agile sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage, le Farouche et L’Entreprenant sortent pour entraînement du 17 juin au 6 juillet.

Ils sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 8 au 29 juillet, sortant pour essais du 30 juillet au 1er août et pour remise en condition du 3 au 17 août, à chaque fois en compagnie du Le Fier et de L’Agile, les quatre torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain 18 août.

Le 22 août 1948, les quatre torpilleurs passent au régime de guerre. Ils sortent pour entraînement du 25 août au 2 septembre, revenant à Toulon le lendemain 3 septembre mais se préparant aussitôt à sortir en cas de menace avérée en Méditerranée.