URSS (29) Croiseurs lourds et légers (3)

Croiseur léger Petropavlosk

KMS Lützow 1940.jpg

C’est dans cet état que le Lützow à été vendu à l’URSS 

Avant-propos

Après avoir suivit les clauses du traité de Versailles (1919), l’Allemagne décide de réarmer en violant une à une les différentes clauses du traité ayant mis fin au conflit. Après un réarmement illégal et clandestin, l’Allemagne passe un accord avec la Grande-Bretagne, accord qui autorise la construction de trois croiseurs lourds type Washington.

Ces navires connus sous les lettres «G» «H» et «J» furent baptisés Admiral Hipper, Blücher et Prinz Eugen et devaient être suivis par les croiseurs «K» et «L».

L’accord avec les britanniques ne permettant pas la construction de deux nouveaux croiseurs lourds avant le 1er janvier 1943, il furent d’abord prévus comme croiseurs légers avec trois tourelles triples de 150mm. La crise de Munich en 1938 fit apparaître la Grande Bretagne comme un adversaire potentiel et les croiseurs K et L baptisés Seydlitz et Lutzow furent transformés en croiseurs lourds.

Au final seulement quatre navires seront achevés, le dernier baptisé Lutzow va connaître une carrière sous un autre pavillon…… .

Carrière opérationnelle

-Le Lützow est mis sur cale aux chantiers navals Deschimag de Brème le 2 août 1937 et lancé le 1er juillet 1939.

Après le pacte germano-soviétique, il fût vendu à l’URSS dans le cadre des accords commerciaux liés à ce pacte.

C’est incomplet, avec seulement 2 de ses tourelles de 203mm, sans sa catapulte, sans son armement secondaire et avec des superstructures inachevés qu’il sera livré en 1940 à l’URSS où il recevra le nom de Petropavlosk. Son nom sera repris pour rebaptiser le croiseur lourd (ex-cuirassé de poche) Deutschland.

Il est mis en service en septembre 1943, servant au sein de la flotte de la Baltique. Toujours basé à Krondstadt en septembre 1948 et en juin 1950, le croiseur léger participe au second conflit mondial, étant endommagé à plusieurs reprises par une bombe (deux reprises) et une mine.

Il est donc particulièrement usé à la fin du conflit. Désarmé le 17 mars 1959, le Petropavlosk est transformé en ponton flottant. Il est démoli en 1975.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 14475 tonnes pleine charge 18750 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 207m laegeur 21.50m tirant d’eau 7.20m

Propulsion : 3 turbines Brown-Boveri alimentées par 9 chaudières La Mont développant 110000ch et entraînant 3 hélices.

Performances : vitesse maximale 32 nœuds distance franchissable 7850 miles nautiques à 19 noeuds

Protection : ceinture cuirassée de 80mm tourelles principales blindées à 160mm, pont blindé 50mm

Armement : neuf canons de 152mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), douze canons de 100mm en six tourelles doubles, 12 canons de 37mm en six affûts doubles, 16 canons de 25mm en six affûts doubles et 12 tubes lance-torpilles de 533mm en quatre montages triples.

Aviation : une catapulte et 3 hydravions

Equipage : 1050 officiers et marins

Croiseurs légers classe Chapayev

CL Zhelezniakov 2.jpg

Le croiseur léger Zhélézniakov

Avant-propos

Comme nous l’avons vu la première guerre mondiale, les deux révolutions de 1917 et la guerre civile russe ont provoqué de terrifiants ravages dans l’industrie russe, rendant l’URSS incapable de construire des grandes unités de surface ce qui explique en partie le choix initial d’une Green Water Navy. Impossible même pour une puissance continentale comme l’URSS de ne pas construire au moins des destroyers et des croiseurs.

Comme Moscou ne possédait pas les compétences nécessaires, elle se tourna vers l’étranger, obtenant des résultats médiocres, échouant par exemple à commander deux Condottieri à l’Italie qui en revanche fournit des plans et des sous-ensembles pour accélérer la construction de nouveaux croiseurs.

Capitalisant sur l’expérience acquise avec les Kirov, les ingénieurs soviétiques entre deux purges reprirent la coque de croiseurs tantôt lourds tantôt légers mais modifièrent l’armement principal, remplaçant les trois tourelles triples de 180mm par quatre tourelles triples de 152mm (deux avant et deux arrières).

La protection était renforcée tout comme l’armement secondaire avec des canons de 100mm en affûts doubles, une bonne DCA légère (canons de 25 et de 37mm), des tubes lance-torpilles et une capacité de mouillage de mines. Ils embarquaient également une catapulte et deux hydravions pour la reconnaissance et le réglage du tir.

Douze navires sont commandés en 1938/39, huit sont en service en septembre 1948 et quatre encore en construction ou en achèvement à flot. Dix-huit mois plus tard, en juin 1950, dix navires sont en service, les deux derniers encore en construction à Nikolaïev sont remorqués à Novorossirsk mais jamais achevés.

Sur les dix navires en question, quatre sont déployés dans le Pacifique (Chapayev, Kuybyshev, Zhelezniakov,Chkalov), deux en mer Noire (Frunze, Ordzhonikidze), deux en mer Baltique (Sverdlov,Murmansk) et deux en mer Blanche à Mourmansk (Admiral Makarov, Profintern). Les deux derniers baptisés Chervona Ukrainia et Krasnyi Kavkaz, reprenant le nom des croiseurs légers anciens désarmés en 1944/45 ne seront jamais achevés.

Carrière opérationnelle

Les dates clés

-Le Chapayev est mis sur cale aux chantiers navals Ordzhinikidze de Leningrad le 8 octobre 1939 lancé le 28 avril 1941 et mis en service le 5 octobre 1942.

-Le Zhelezniakov est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amirauté à Leningrad le 31 octobre 1941 lancé le 25 juin 1941 et mis en service le 17 mars 1943.

-Le Kuybyshev est mis sur cale aux chantiers navals Marti de Nikolaïev le 31 août 1939 lancé le 31 janvier 1941 et mis en service le 7 juin 1943.

-Le Chkalov est mis sur cale aux chantiers navals Ordzhinikidze de Leningrad le 31 août 1939 lancé le 17 avril 1942 et mis en service le 5 septembre 1943.

-Le Frunze est mis sur cale aux chantiers navals Marti de Nikolaïev le 29 août 1939 lancé le 31 décembre 1940 et mis en service le 17 septembre 1942

-L’Ordzhinikidze est mis sur cale aux chantiers navals Marti de Nikolaïev le 15 mars 1941 lancé le 4 avril 1943 et mis en service le 8 septembre 1944

-Le Sverdlov est mis sur cale aux chantiers navals Marti de Nikolaïev le 6 juin 1941 lancé le 28 mai 1943 et mis en service le 17 mars 1945

-Le Murmansk est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amirauté de Leningrad le 8 octobre 1941 lancé le 14 août 1943 et mis en service le 8 juin 1945.

-L’Admiral Makarov est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amirauté de Leningrad le 14 septembre 1945 lancé le 17 juin 1947 et toujours en armement à flot quand éclate le second conflit mondial. Il est finalement mis en service le 5 janvier 1949.

-Le Profintern est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amirauté de Leningrad le 4 mars 1946 lancé le 8 novembre 1947 et toujours en armement à flot quand éclate le second conflit mondial. Il est finalement mis en service le 5 mai 1949.

-Le Chervona Ukraina est mis sur cale aux chantiers navals Marti de Nikolaïev le 8 juin 1948 et lancé le 21 février 1950.

Alors que les menaces d’une attaque allemande se font de plus en plus précises, décision est prise de mettre les coques à l’abri. Le 19 juin 1950, la coque est remorquée en direction de Novorossirsk où on espère pouvoir l’achever mais ce ne sera pas le cas. Elle va servir de ponton lors des travaux de remise en état de la base avant d’être démantelée dans les années soixante.

-Le Krasny Kavkaz est mis sur cale aux chantiers navals Marti de Nikolaïev le 12 juin 1848 et lancé le 5 mars 1950. En compagnie du futur Chervona Ukraina il est remorqué à Novorossirsk où on espère l’achever.

Si son compagnon d’infortune ressort indemne du conflit, le «chevalier rouge» est endommagé par un bombardement allemand qui rend plus qu’hypothétique son achèvement. Le conflit terminé, la coque est ramenée à Sébastopol, sert de brise-lames pour protéger la base navale de Crimée jusqu’aux années soixante-dix quand l’ex-futur croiseur est démantelé.

La carrière opérationnelle des Chapayev

Dix croiseurs légers de classe Chapayev vont participer au second conflit mondial. Sur les quatre croiseurs légers déployés dans le Pacifique, un seul est coulé, le Chapayev fait détonner une mine d’origine inconnue au large de Vladivostok le 17 octobre 1952. Le naufrage est rapide, les survivants peu nombreux.

Les trois autres, les croiseurs légers Kuybyshev, Zhelezniakov et Chkalov survivent au conflit, restant en service jusqu’au milieu des années soixante.

Le Kuybyshev est désarmé en septembre 1964 après avoir été modernisé et transformé en croiseur lance-missiles (lanceur surface-air à la place de la tourelle III de 152mm, débarquement de la tourelle IV, remplacement de la DCA d’origine par des canons de 57mm). Il est démoli dans les années quatre-vingt.

Le Zhelezniakov est désarmé en juin 1965 après un incendie survenu alors qu’il allait être transformé en croiseur lance-missiles. Il est coulé comme cible en 1970.

Le Chkalov est désarmé en juin 1966. Mis en réserve, son réarmement est étudié en 1975 mais la marine soviétique ne donne pas suite. Il coule à son mouillage en 1982, est relevé avant d’être démoli.

La flotte de la mer Noire disposait elle en juin 1950 de deux croiseurs légers de classe Chapayev en l’occurence les Frunze et Ordzhonikidze.

Le Frunze mène des missions de recherche et de destruction contre la navigation roumaine, allemande et bulgare, bombarde les positions ennemies, escorte des convois. Il est endommagé à trois reprises, une fois par une mine en octobre 1950, une seconde fois par une bombe en mars 1951 et une troisième fois en juin 1952 par une autre bombe allemande.

Le 11 septembre 1953, les soviétiques lancent l’opération PIOTR VELIKY, une offensive ambitieuse combinant débarquement amphibie en Crimée et opération aéroportée à Odessa. Le croiseur léger chargé de couvrir les parachutistes soviétiques bombarde à plusieurs reprises les positions tenues par la Roumanie.

Dans la nuit du 16 au 17 septembre, le croiseur qui patrouillait en compagnie de deux destroyers au large d’Odessa tombe dans une embuscade tendue par des vedettes lance-torpilles allemandes et roumaines. Il évite quatre torpilles mais en encaisse trois, provoquant une naufrage rapide, les rescapés étant peu nombreux. Maigre consolation, le lendemain, l’aéronavale détruisit les vedettes incriminées.

Son sister-ship Ordzhonikidze est lui aussi endommagé à plusieurs reprises par des batteries côtières et des bombes d’aviation. En très mauvais état, il est désarmé en septembre 1957 et démoli dans les années soixante.

Les deux croiseurs légers en service dans la flotte de la mer Baltique en juin 1950 sont perdus, le Sverdlov qui avait échappé à la destruction du Stalingrad à moins de chance le 17 janvier 1954 quand un sous-marin allemand lui envoie trois torpilles qui provoquent un rapide naufrage.

Le Murmansk est coulé par l’aviation allemande le 21 octobre 1952. Ces navires seront remplacés en mer Baltique par le Zhdanov et l’Admiral Nakhimov, navires construits à Leningrad et miraculeusement épargnés par les bombes et les obus allemands.

En mer Blanche les deux croiseurs légers Admiral Makarov et Profintern survivent au conflit non sans avoir subit un certain nombre de dommages sous les coups de l’aviation allemande stationnée en Norvège.

L’Admiral Makarov est transformé en croiseur lance-missiles entre 1960 et 1962, servant jusqu’en 1977 quand il est désarmé puis démoli. Le Profintern est transformé en navire de commandement pour la flotte du Nord, servant jusqu’en 1972 quand il est désarmé et démoli.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 11310 tonnes pleine charge 14300 tonnes

Dimensions : longueur 201m largeur 19.7m largeur 6.4m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages alimentées en vapeur par six chaudières développant 124000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 33.5 nœuds distance franchissable 7000 miles nautiques à 19 nœuds

Protection : ceinture 100mm bloc-passerelle 150mm ponts blindés 50mm tourelles 75mm

Armement : douze canons de 152mm en quatre tourelles triples (deux avant, deux arrières), huit canons de 100mm en quatre affûts doubles, douze canons de 37mm en six affûts doubles, vingt-quatre canons de 25mm en douze affûts doubles, deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm

Aviation : une catapulte et deux hydravions

Equipage : 840 officiers et marins

Croiseurs légers classe Zhdanov

 

Avant-propos

Alors que la construction des Chapayev était en cours, la RKKF (Raboche Krestyansky Krasny Flot) étudia une nouvelle classe de croiseurs. A l’époque les marines majeures s’inquiétaient sur la capacité des navires de surface à résister à une aviation mordante et décidée.

Bien sur si vous aviez dit à l’époque qu’une escadre ne pouvait se maintenir sur la durée sous un ciel contrôlé par l’ennemi, nombre d’amiraux aurait eu un sourire amusé. Les premières opérations de la campagne de Norvège allaient montrer que ce constat était erroné.

La France comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, l’Allemagne ou l’Italie décidèrent de construire un ou plusieurs croiseurs légers antiaériens notamment pour protéger leurs précieux porte-avions.

Il semble que la RKKF à étudié cette possibilité avant de finalement privilégier des croiseurs légers plus polyvalents. Les nouvelles unités allaient donc conserver leurs canons de 152mm mais ces derniers furent modifiés pour pouvoir tirer contre avions avec néanmoins des performances fort limitées.

La DCA proprement dite fût cependant renforcée qu’il s’agisse des canons de 100mm ou des pièces légères de 25 et de 37mm. Initialement il n’était pas prévu de tubes lance-torpilles mais au final deux plates-formes triples de 533mm furent embarquées.

En revanche une catapulte et deux hydravions étaient prévus, l’URSS ne parvenant pas encore à développer des radars suffisamment performants. D’ailleurs en 1948 la plupart des marines possédaient sur leurs navires à la fois des radars mais aussi des hydravions.

Le programme de 1947 prévoyait la construction de seize croiseurs légers de classe Zhdanov mais au final seulement quatre seront achevés durant le conflit. A ces quatre navires s’ajoute quatre autres unités qui seront achevées après guerre mais selon un modèle différent. La construction des huit dernières unités jamais mises sur cale sera abandonnée au cours du conflit.

Carrière opérationnelle

Les dates clés

-Le Zhdanov est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amirauté à Leningrad le 14 juin 1948 lancé le 7 septembre 1949 et mis en service le 17 septembre 1951.

-L’Amiral Nakhimov est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amirauté à Leningrad le 8 mars 1949 lancé le 14 septembre 1950 et mis en service le 28 mai 1952.

-L’Admiral Ushakov est mis sur cale aux chantiers navals de Molotovsk le 14 mai 1950 lancé le 18 octobre 1951 et mis en service le 7 juin 1953.

-L’Admiral Lazarev est mis sur cale aux chantiers navals de Molotovsk le 15 mars 1951 lancé le 9 mars 1953 et mis en service le 23 mars 1954.

-Le Dzerzhinsky est mis sur cale aux chantiers navals de Konsolmosk sur Amour le 15 septembre 1952 lancé le 17 mars 1954 et mis en service le 23 juin 1955

-L’Amiral Seniavin est mis sur cale aux chantiers navals de Konsolmosk sur Amour le 3 mars 1953 lancé le 8 octobre 1954 et mis en service le 30 septembre 1956

-Le Mikhaïl Kutozov est mis sur cale aux chantiers navals Ordzinikidze de Leningrad le 14 mai 1953 lancé le 8 octobre 1954 et mis en service le 12 janvier 1957

-Le Dimitri Donskoy est mis sur cale aux chantiers navals Ordzinikidze de Leningrad le 4 juillet 1953 lancé le 12 novembre 1954 et mis en service le 4 mars 1957.

Les Zhdanov au combat

Seuls les quatre premiers sont achevés à temps pour participer au second conflit mondial mais seuls le Zhdanov et l’Amiral Nakhimov engagés en mer Baltique connaissent une guerre active, attaquant convois et navires de guerre allemands, bombardant les côtes pour appuyer les troupes au sol.

Ils sont endommagés à plusieurs reprises par des mines ou des bombes mais en septembre 1954 ils sont toujours à flot.

Si le Zhdanov est désarmé dès 1965 (démoli en 1970/71), l’Amiral Nakhimov lui est transformé en croiseur lance-missiles entre 1960 et 1962, servant jusqu’en 1977 quand un échouage sur les côtes baltes entraîne son désarmement et son démantèlement sur place.

Les croiseurs Admiral Ushakov et Admiral Lazarev sont déployés au sein de la Flotte du Nord, assurant des missions d’escorte de convois, de bombardement contre des cibles au sol sans oublier des missions de Défense Aérienne à la Mer.

Ils sont redéployés après guerre en mer Noire, servant ensuite à tour de rôle de navire-amiral pour l’Eskadra, le détachement permanent de la marine soviétique dans la Mare Nostrum. Ils sont désarmés respectivement en 1972 et 1974, leur démolition ayant lieu en 1980/81.

Les quatre Zhdanov achevés après guerre sont déployés dans le Pacifique (Dzerzhinsky Mikhaïl Kutozov) et au sein de la flotte du Nord (Amiral Seniavin, Dimitri Donskoy). Ils sont désarmés respectivement en 1971, 1973,1975 et 1976. Maintenus en réserve, ils sont démantelés dans les années quatre-vingt dix.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 11650 tonnes pleine charge 14700 tonnes

Dimensions : longueur 201m largeur 19.7m largeur 6.4m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages alimentées en vapeur par six chaudières développant 124000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 32 nœuds distance franchissable 6850 miles nautiques à 19 nœuds

Protection : ceinture 120mm bloc-passerelle 180mm ponts blindés 60mm tourelles 95mm

Armement : (première série) douze canons de 152mm en quatre tourelles triples (deux avant, deux arrières), douze canons de 100mm en six affûts doubles, douze canons de 37mm en six affûts doubles, vingt-quatre canons de 25mm en douze affûts doubles, deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm

(deuxième série) neuf canons de 152mm en trois tourelles triples (deux avant, une arrière), huit canons de 100mm en quatre tourelles doubles, huit canons de 57mm en quatre tourelles doubles, deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm

Aviation : une catapulte et deux hydravions. Les croiseurs de première série ont perdu ces installations immédiatement après guerre, ceux de la deuxième série n’en n’ont jamais reçu

Equipage : 840 officiers et marins (première série) 750 officiers et marins (deuxième série)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s