URSS (28) croiseurs lourds et légers (2)

Croiseurs lourds classe Kirov

CL Kirov 2

Le croiseur lourd Kirov

Avant-propos

Comme jadis la Révolution Française, la Révolution russe avait eu des effets dévastateurs sur l’industrie navale russe et sur la marine qu’elle devait équiper.

Ayant déjà subit des pertes très importantes durant la guerre russo-japonaise, elle était en phase de remontée en puissance quand le premier conflit mondial, les deux révolutions puis la guerre civile russe balayèrent les efforts réalisés depuis 1905.

Bien que ne voulant pas de marine océanique, de Blue Water Navy, l’URSS ne pouvait se contenter de sous-marins, de vedettes lance-torpilles, de patrouilleurs. Il fallait aussi des navires type destroyers et croiseurs.

Le problème c’est que Moscou n’avait pas les moyens techniques pour construire des navires aussi complexes.

Elle chercha de l’aide auprès de pays étrangers mais bien peu acceptaient d’aider le régime bolchevique, véritable paria à l’échelle européenne et même mondiale.

C’est pourtant l’Italie, un régime à l’idéologie diamétralement opposée qui va aider l’URSS à construire destroyers, croiseurs et cuirassés.

C’est ainsi que les navires du projet 26 sont clairement inspirés des Condottieri italiens. Six navires vont être construits, des navires construits par paire permettant d’intégrer rapidement les leçons tirées des essais et de l’utilisation.

Les deux premiers baptisés Kirov et Voroshilov correspondent au projet 26, les deux suivants Maxim Gorky et Molotov appartiennent au projet 26bis alors que les deux derniers Lazare Kaganovitch et Kalinine correspondent au projet 26bis2.

Ces navires vont se distinguer par leur armement inhabituel avec neuf canons de 180mm en trois tourelles triples, un compromis entre le 152 et le 203mm dont j’ignore l’origine si il est idéologique ou si il est technico-tactique.

En dehors de cela ces navires ne se distinguent pas vraiment avec une artillerie médiane d’un calibre proche de 100mm, une DCA légère, des tubes lance-torpilles, des mines mais plus inhabituel des grenades ASM.

Ces six navires seront les seuls croiseurs lourds de la RKKF, aucun des huit croiseurs lourds prévus dans le programme de 1947 n’étant achevé.

Carrière opérationnelle

Les dates clés

-Le Kirov est mis sur cale aux chantiers navals Ordzhonikidze de Leningrad le 22 octobre 1935 lancé le 30 novembre 1936 et mis en service le 26 septembre 1938.

-Le Voroshilov est mis sur cale aux chantiers navals de Nikolaïev le 15 octobre 1935 lancé le 28 juin 1937 et mis en service le 20 juin 1940.

-Le Maxim Gorky est mis sur cale aux chantiers navals Ordzhonikidze de Leningrad le 20 décembre 1936 lancé le 30 avril 1938 et mis en service le 12 décembre 1940.

-Le Molotov est mis sur cale aux chantiers navals Ordzhonikidze de Leningrad le 14 janvier 1937 lancé le 4 décembre 1939 et mis en service le 14 juin 1941.

CL Lazar Kaganovich.jpg

Le Lazare Kaganovitch 

-Le Lazare Kaganovich est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amur situés à Komsomolsk sur l’Amour le 26 août 1938 lancé le 14 décembre 1942 et mis en service le 17 mars 1945

-Le Kalinine est mis sur cale aux chantiers navals de l’Amur situés à Komsomolsk sur l’Amour le 12 août 1938 lancé le 8 mai 1942 et mis en service le 14 juin 1944.

Les Kirov au combat

Quand les allemands déclenchent l’opération BARBAROSSA le 21 juin 1950, les six croiseurs sont répartis entre la mer Baltique (Kirov Maxim Gorky et Molotov), la mer Noire (Vorochilov) et le Pacifique (Kalinine et Lazare Kaganovitch).

Quatre ans plus tard, en septembre 1954, il n’en reste plus que quatre ce qui signifie que deux navires ont rejoint Neptune.

Le premier à avoir été coulé est le Molotov victime le 21 septembre 1950 de l’aviation allemande au large de Krondstadt. Ce jour là il était sorti pour appuyer les troupes au sol en bombardant les troupes allemandes en compagnie de deux destroyers avec une couverture aérienne offerte par les VVS.

Profitant d’un grain, le croiseur lourd pilonne pendant une demi-heure les lignes allemandes, tirant 125 obus de 180mm, provoquant l’explosion spectaculaire d’un dépôt de munitions ainsi que la destruction de l’état-major de la 4. Panzerdivision.

L’artillerie allemande tente de répliquer mais sans succès. C’est finalement l’aviation qui va châtier l’impudent en lançant trois attaques aériennes massives. Le croiseur lourd et les chasseurs des VVS tentent de s’opposer à ces puissantes attaques mais les avions allemands sont trop nombreux et leurs pilotes trop bons.

Le Molotov encaisse successivement quatre bombes de 250kg, s’incline sur tribord, se stabilise un temps avant de chavirer, emportant quasiment la moitié de son équipage. L’épave sera relevée en 1965 et démolie.

Le second navire perdu est le Vorochilov, l’unique croiseur lourd de la flotte de la mer Noire. Après avoir tenté de défendre Odessa, la Crimée, Sébastopol et les côtes ukrainiennes, le croiseur lourd doit se replier sur Novorossirsk qui devient la principale base soviétique dans la région alors qu’elle n’est pas vraiment faite pour cela.

Depuis sa nouvelle base le croiseur lourd assure des escortes de convois, mène des missions de recherche et de destruction, bombarde les troupes allemandes et leurs alliés….. .

Le 3 septembre 1952 alors qu’il rentrait à Novorossirsk dans des conditions météo très difficiles, le Vorochilov fait exploser une mine larguée la veille par des bombardiers allemands. Par temps calme, le croiseur aurait peut être survécu mais avec une mer formée, de la pluie et du vent cela devenait impossible. Fort heureusement le navire va mettre de longues minutes à sombrer permettant à l’équipage d’être secouru.

Les quatre autres sont usés par un service intensif, endommagés à plusieurs reprises par l’ennemi ou par les éléments sont désarmés assez rapidement après la fin du second conflit mondial, le Kirov est désarmé en septembre 1957, le Maxim Gorky en juin 1959, le Kalinine en octobre 1958 suivit trois mois plus tard en janvier 1959 par le Lazare Kaganovitch.

Si les deux premiers sont démolis, les deux autres connaissent un sursis puisqu’ils sont modernisés et transformés en croiseurs lance-missiles, une mesure transitoire en attendant la mise en service de véritables croiseurs lance-missiles conçus dès l’origine comme tels. La nouvelle carrière du Kalinine à duré de 1961 à 1975, celle du Lazare Kaganovitch de 1962 à 1980. Ces deux navires ont été démolis dans les années quatre-vingt dix.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 7890 tonnes pleine charge 9436 tonnes

Dimensions : longueur 191.3m largeur 17.66m tirant d’eau 6.15m

Propulsion : turbines à engrenages alimentées en vapeur par six chaudières à vapeur Yarrow-Normand développant 113500ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 35.94 nœuds distance franchissable 3750 miles nautiques à 18 nœuds

Protection : ceinture 50mm ponts blindés 50mm tourelles 50mm barbettes 50mm bloc-passerelle 150mm

Armement : neuf canons de 180mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), six canons de 100mm B-34 en affûts simples, six canons de 45mm et quatre mitrailleuses de 12.7mm remplacées avant guerre par huit canons de 37mm et douze canons de 25mm, deux plate-formes triples de 533mm, 96 à 164 mines, 50 charges de profondeur

Aviation : une catapulte Heinkel K-12 et deux hydravions KOR-2

Equipage : 872 officiers et marins

Croiseurs légers classe Svetlana

CL Krasnyy Krym 3.jpg

Le Krasnyi Krynn

 

 

Avant-propos

Tout comme la France, la Russie s’est tardivement lancée dans la construction de croiseurs légers destinés à l’éclairage de ses forces, à l’attaque des destroyers ennemis, à la protection des convois et du trafic commercial………. .

Le programme naval de 1907 prévoyait la construction de huit croiseurs. Comme les chantiers navals russes étaient surchargés de commandes (et disposant de capacités limitées), Saint-Petersbourg passa commande de navires à l’étranger.

En 1912, la marine russe signa un contrat avec les chantiers navals Schichau-Werke de Dantzig pour la construction de deux croiseurs légers inspirés des croiseurs construits à l’époque pour la Kaiserliche Marine.

Ces navires baptisés Maraviev Amurski et Admiral Nevelskoy étaient encore en construction quand la première guerre mondiale éclate.

Bien entendu il était impossible pour l’Allemagne de Guillaume II de livrer à la Russie de Nicolas II les deux croiseurs qui seront achevés pour la marine allemande sous les noms de Pillau et d’Elbing. Si le premier survivra au conflit et sera cédé à l’Italie où il deviendra le Bari, le second sera coulé au cours de la bataille du Jutland en 1916.

Parallèlement à cette commande la Russie décide de construire des croiseurs légers dans les chantiers russes. Il semble qu’il à été prévu initialement huit navires mais au final seulement quatre ont été mis en chantier, un achevé comme croiseur, deux achevés comme…..pétrolier et le dernier jamais achevé.

La construction des unités de classe Svetlana est prévue dans le cadre du programme des constructions navales 1912-1916. Après que la priorité avait été donné à la reconstitution du corps de bataille, la marine souhaitait disposer de navires destinés à l’éclairage et au commandement des flottilles de destroyers.

Les études ont commencé en 1907, de nombreux projets étant étudiés pour trouver le meilleur compromis entre prix et efficacité. On s’achemine ainsi sur un navire de 4 à 5000 tonnes, un armement composé de canons de 130mm, une vitesse maximale de 30 nœuds, une ressemblance avec les cuirassés en construction et une capacité pour mouiller des mines.

Comme aucun projet ne donnait satisfaction, l’amirauté russe décida de combiner des éléments de deux chantiers, les chantiers navals Russo-Baltic et Putilov ce qui donnait un navire de 6700 tonnes dont les capacités furent rognées pour dégager des marges budgétaires destinés à financer la construction des croiseurs de bataille de classe Borodino.

Quatre croiseurs légers furent commandés le 13 février 1913, deux pour chaque chantier. Les plans furent modifiés après la commande avec l’ajout de citernes anti-roulis et des emplacements aménagés pour le futur embarquement d’hydravions ce qui augmenta le déplacement du navire.

Carrière opérationnelle

-Le Svetlana est mis sur cale aux chantiers navals Russo-Baltic sis à Reval (auj. Tallin) le 7 décembre 1913 lancé le 27 novembre 1915 et admis au service actif sous le nom de Profintern.

Il sera rebaptisé Krasnyi Krynn en 1939. Déployé en mer Noire à partir de 1930, le croiseur léger est désarmé le 17 septembre 1945 et démoli peu avant le début du second conflit mondial.

-L’Admiral Greig est mis sur cale aux chantiers navals Russo-Baltic sis à Reval le 7 novembre 1913 lancé le 9 décembre 1916 et mis en service le 24 décembre 1926 comme pétrolier sous le nom de S.S Azneft.

-L’Admiral Butakov est mis sur cale aux chantiers navals Putilov à Saint-Petersbourg le 29 novembre 1913 lancé le 5 août 1916 mais jamais achevé.

-L’Admiral Spiridov est mis sur cale aux chantiers navals Putilov à Saint-Petersbourg le 29 novembre 1913 lancé le 9 septembre 1916 et mis en service comme pétrolier le 24 décembre 1926 sous le nom de S.S Grozneft.

A la fin de 1917 le Svetlana et l’Admiral Greig encore inachevés sont évacués vers Petrograd alors que les allemands approchent de Reval.

Ils retrouvent dans l’ancienne Saint-Petersbourg leurs deux sister-ships. Ils sont laissés inachevés, les deux révolutions russes de 1917 empêchant leur achèvement.

Une fois les bolcheviks au pouvoir les travaux vont reprendre mais seul le Svetlana sera achevé et mis en service sous le nom de Profintern. Il sera en service comme nous l’avons vu jusqu’en 1945 puis démoli avant guerre.

Les Admiral Spiridov et Admiral Greig sont achevés en pétroliers sous le noms respectifs de Grozneft et Azneft.

Le premier rebaptisé Groznyy en 1935 était toujours en service en juin 1950 quand il est capturé par les allemands à Odessa, une avarie l’empêchant d’appareiller.

Rebaptisé Kaukasien, il va être utilisé jusqu’en septembre 1953 quand un sous-marin soviétique le torpille alors qu’il évacuait la Crimée des réserves de carburant en direction de Constansa.

Le second rompt ses amarres à Tuapse (Mer Noire, région de Krasnodar) lors d’une tempête le 23 décembre 1938. Il se fracasse contre un mole et chavire.

L’Admiral Butakov rebaptisé Voroshilov en 1928 ne sera jamais achevé. La coque est utilisé comme brise-lâmes dans l’estuaire de la Neva, la rivière qui arrose Saint-Petersbourg. Touchée par des bombes allemandes pendant le siège de Leningrad, l’ex-futur croiseur sombre dans l’estuaire de la Neva. La coque est relevée après guerre et démantelée.

Caractéristiques Techniques

Type : croiseur léger

Déplacement : standard 6860 tonnes

Dimensions : longueur 158.4m largeur 15.3m tirant d’eau 5.56m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Curtis-AEGVulkan alimentées en vapeur par treize chaudières Yarrow développant 50000ch et entraînant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 29.5 nœuds distance franchissable : nc

Protection : ceinture blindée 25-76mm, ponts blindés 20mm bouclier des canons 25mm bloc-passerelle 76mm

Armement : quinze canons de 130mm en affûts simples, quatre canons de 63.3mm, deux tubes lance-torpilles simples de 450mm (puis une plate-forme triple de 533mm), 100 mines

Equipage : 630 officiers et marins

Croiseurs légers classe Admiral Nakhimov

Avant-propos

Aux côtés des Svetlana, la marine impériale russe passe commande de quatre croiseurs légers de classe Admiral Nakhimov. La construction de ces navires est comme pour les Svetlana interrompue par la guerre civile russe et seulement deux navires seront achevés selon des plans différents.

Jusqu’à la construction des Tchapaev, ils seront les seuls croiseurs légers de la marine russe autant dire que face aux nouveaux croiseurs construits après le traité de Washington ils auraient eu bien du mal à faire face.

Version élargie des Svetlana, les Nakhimov ont bénéficié de l’expertise des ingénieurs des chantiers navals John Brown. Leurs performances sont cependant semblables à celles de leurs prédécesseurs notamment la vitesse identique (29.5 nœuds).

Les deux premiers navires sont commandés en mars 1914 suivis de deux autres au mois d’octobre, les quatre navires étant mis sur cale. Deux navires seulement seront donc achevés, les deux autres comme nous le verrons connaissant une véritable odysée.

Les deux navires mis en service le sont toujours en septembre 1939 quand éclate la guerre de Pologne. L’arrivée des Tchapaev permet leur retrait du service qui sera effectif au milieu des années quarante.

Carrière opérationnelle

Admiral Nakhimov/Chervona Ukraina

cl tchervona ukrainia 1928

Le Chervona Ukraina en 1928

-Le Chervona Ukraina est mis sur cale sous le nom d’Admiral Nakhimov le 31 octobre 1913 (soit cinq mois avant la commande officielle !) lancé le 6 novembre 1915 et mis en service sous son nouveau nom le 27 février 1927, le changement ayant été acté le 26 décembre 1922.

Si les plans originaux ont été globalement respectés, les bolcheviques ont réalisé un certain nombre de modifications souvent impulsées par la marine tsariste avant la révolution !

Citons l’installation d’une paire de grue derrière la cheminée centrale pour faciliter les manœuvres aviation (on passe d’ailleurs d’un à deux hydravions), la zone située juste derrière étant d’ailleurs aménagée pour le stockage des aéronefs. Le mat d’origine fût remplacé par un mat tripode et les tubes lance-torpilles sous-marins remplacés par quatre plate-formes triples de 533mm installées sur le pont.

Affecté en mer Noire et basé à Sébastopol, il est donc toujours en service en septembre 1939. Il subit une ultime modernisation entre 1940 et 1942 avec le débarquement des installations aviation,le remplacement de l’armement antiaérien d’origine par des canons de 100mm italiens, des canons de 37mm et des mitrailleuses de 12.7mm, ces deux derniers systèmes étant russes. La batterie lance-torpilles est réduite à deux plate-formes triples probablement pour des raisons de poids.

Désarmé le 14 octobre 1945, le Chervona Ukraina devient le Tuapse pour libérer ce nom pour les deux derniers croiseurs de classe Tchapaev qui ironie de l’histoire ne seront jamais achevés !

Utilisé comme ponton-école, il devient batterie flottante pour défendre Sébastopol contre l’attaque allemande. Son tir précis lui attire l’amicale attention de la Luftwafe qui le coule le 17 juillet 1950, trois bombes de 250kg faisant chavirer l’ancien croiseur léger dans la rade.

La coque est relevée par les allemands durant leur occupation de la Crimée mais ils n’en feront rien, se contentant de la pousser dans un coin de la rade où elle était toujours là. Remorquée par les soviétiques en haute-mer, elle servira de cible de tir au printemps 1956, coulant définitivement en eaux profondes.

Admiral Kornilov/Admiral Istomin

Croiseur léger Admiral Kornilov.png

L’Admiral Kornilov inachevé

Quand les allemands s’emparent de Nikolaiev en 1918, ces deux croiseurs sont toujours sur cale et l’aurait-il voulu qu’ils auraient été incapables de les achever.

Ces deux «navires» ne verront jamais les flots tumultueux de la mer Noire ou d’une mer plus lointaine car si le premier est lancé le 11 novembre 1922, il s’agissait simplement de libérer la cale, la coque étant d’ailleurs promptement démantelée. Le second lui n’aurait même pas l’honneur d’un lancement, les éléments sur cale étant démantelés sur place en 1922/23.

Admiral Lazarev/Krasny Kavkaz

Krasny Kavkaz ex Amiral Lazarev.jpg

-le Krasny Kavkaz est mis sur cale sous le nom d’Admiral Lazarev le 31 octobre 1913 lancé le 21 juin 1916, rebaptisé le 14 décembre 1926 et mis en service le 25 janvier 1932.

Ce croiseur léger fût achevé avec quatre canons de 180mm, ses superstructures totalement transformées, tout l’armement initialement prévu débarqués tout comme sa cheminée avant. Il à également reçu quatre affûts triples lance-torpilles de 533mm, une grue, une catapulte (en 1935…..) sans oublier la traditionnelle capacité de mouillage de mines.

Déployé lui aussi en mer Noire, le croiseur léger est refondu en 1939/40 avec le débarquement des installations d’aviation, une modernisation de la DCA et le débarquement de deux plate-formes triples lance-torpilles.

Désarmé le 14 octobre 1944, il est démantelé entre 1946 et 1948, ses canons de 180mm servant dans des batteries côtières verrouillant le détroit de Kerch, batteries prises et détruites par les allemands.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 7700 tonnes

Dimensions : longueur 163.2m (à la flottaison) largeur 15.7m tirant d’eau 5.6m

Propulsion : quatre groupes de turbines Brown-Curtis alimentées en vapeur par quatorze chaudières Yarrow développant 55000ch et engrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 29.5 nœuds distance franchissable 1200 miles nautiques à 14 nœuds

Protection : ceinture blindée de 76mm sous la flottaison 25mm au dessus, ponts blindés de 19mm, bloc-passerelle 76mm

Armement : (Chervona Ukraina) 15 canons de 130mm en affûts simples, quatre canons de 76.2mm remplacés par des canons de 100mm auxquels il faut ajouter quatre canons de 37mm et huit mitrailleuses de 12.7mm (les premiers en affûts simples, les seconds en affûts doubles), quatre plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, mines

(Krasny Kavkaz) quatre canons de 180mm en quatre tourelles simples, quatre canons de 76.2mm, quatre canons de 37mm et huit mitrailleuses de 12.7mm en affûts doubles, quatre plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, mines

Aviation : deux hydravions avec une catapulte

Equipage : 630 officiers et marins

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s