Italie (82) Regia Aeronautica (4)

Fiat G-55 Centauro (Centaure)

Fiat G.55 4.jpg

Au début des années quarante, l’Italie lance de nouveaux projets de chasseurs. Trois projets vont aboutir à une production en série, le Reggiane Re-2005, le Macchi C-205 et le Fiat G-55, c’est la Serie 5 car les trois appareils portent le cinq dans leur désignation.

Le Fiat G-55 Centauro est issu du Fiat G-50. La structure est modifiée de manière importante pour pouvoir accueillir le Daimler-Benz DB-601 que les italiens ont pu acquérir et produire sous licence même si le nombre produit par l’industrie aéronautique italienne était toujours insuffisant (les archives sont remplies de récriminations à ce sujet).

Le vol inaugural du centaure à lieu le 30 avril 1942. Les essais se passent bien mais le 17 janvier 1943 un prototype s’écrase tuant son pilote. Le programme est provisoirement suspendu le temps que l’enquête en trouve les causes.

Le programme reprend en mars 1943, les commandes sont passées à l’été mais des difficultés industrielles font que les premiers G-55 ne sont livrés qu’à l’automne 1944, le premier groupe étant opérationnel sur l’appareil en février 1945.

Quand l’Italie s’équipe de porte-avions, le choix du chasseur doit se faire entre le Re-2005 et le Fiat G-55. Après évaluation comparée, c’est le premier nommé qui est choisit. Les deux Fiat G-55M produits vont être utilisés pour des tests technico-tactiques puis au combat une fois le second conflit mondial déclaré.

Rapide, bien armé, efficace à basse altitude, le Centaure n’avait rien à envier aux chasseurs alliés en terme de performances. Quand l’appareil est utilisé par des pilotes compétents, affronter le Centaure est tout sauf une sinécure.

En octobre 1948 environ 240 exemplaires ont été livrés à la Regia Aeronautica pour des missions de chasse, d’interception et même de chasse-bombardement.

La production se poursuit et en dépit de problèmes industriels, de difficultés de fourniture de matériel et de problèmes divers ce sont 650 exemplaires qui vont être produits jusqu’en janvier 1954 quand l’usine de fabrication est détruire par un bombardement aérien couplé avec une opération commando.

Très bon appareil, le G-55 est évalué par les allemands pour une éventuelle fabrication pour remplacer notamment le Me-109 en voie de déclassement sur le plan technique. Le projet à semble-t-il été mené très loin mais au final aucun Zentaur n’à été produit.

En revanche après avril 1953 les appareils produits sont essentiellement utilisés par les allemands voir par quelques unités de l’ANR.

A la fin du conflit des appareils capturés sont évalués par les français, les britanniques et les américains. Ils vont ensuite rejoindre les musées des pays concernés.

Des projets non aboutit ont aussi été étudiés, le Fiat G-56 (moteur plus puissant, structure allégée) et le Fiat G-59 avec un moteur italien issu d’un procédé de reverse ingeniering du DB-605 mais comme ce moteur ne dépassa pas le stade du projet, le Fiat G-59 resta à l’état de maquette.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur monoplace monoplan

Masse à vide 2630kg en charge 3520kg maximale au décollage 3718kg

Dimensions : longueur 9.37m envergure 11.85m hauteur 3.13m

Motorisation : un moteur en ligne Fiat R.A 1050 RC58 Tifone (Daimler-Benz DB-605A1 sous licence) développant 1455ch

Performances : vitesse maximale 623 km/h à 7000m distance franchissable 1200 ou 1650km avec deux réservoirs supplémentaires de 100l sous les ailes plafond opérationnel 12750m

Armement : un canon de 20mm dans le moyeu de l’hélice avec 250 coups, quatre mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT (deux dans le nez, deux dans les ailes) avec 300 coups par arme.

Les derniers appareils de série disposaient de trois canons de 20mm (un dans le moyeu, deux dans les ailes avec 200 coups) et de deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT dans les ailes avec 300 coups par arme. Deux bombes de 160kg.

Macchi C-202 Folgore

Macchi MC.202 20.jpg

Dans les années trente l’Italie fait le choix du moteur radial au détriment du moteur en ligne, un choix essentiellement industriel. Les moteurs radiaux italiens manquent cependant de puissance ce qui obère l’efficacité des chasseurs équipés.

Comme l’industrie italienne est incapable de fournir des moteurs puissants et efficaces, l’Italie se tourne vers l’étranger. Si les Etats-Unis et l’URSS ne sont pas des pays très généreux, l’Allemagne offre plus de moteurs même si les italiens estimeront que leurs besoins ne seront jamais couverts.

Pour remplacer le Macchi C-200, la firme Macchi Aeronautica décide de développer un nouveau chasseur utilisant le moteur en ligne Daimler-Benz DB-601. Le premier prototype du Macchi C-202 Folgore décolle pour la première fois le 5 septembre 1940.

Les essais se passent bien et la production commence au printemps 1943, le C-202 prenant le relais du C-200 sur les chaines de montage.

Il serait cependant réducteur d’imaginer le Folgore comme un Saetta équipé d’un moteur en ligne, il y à d’autres modifications de structures, des modifications d’aménagement interne…… .

Les premiers appareils sont livrés fin 1943 et les premières unités opérationnelles le sont courant 1944.

Appareil très efficace, il est néanmoins sous-côté par rapport à d’autres appareils plus célèbres mais au combat, les pilotes alliés savaient que le Folgore était tout sauf un appareil de seconde zone.

Produit de 1943 à 1951, le Folgore est produit à 600 exemplaires, appareils utilisés par la Regia Aeronautica, la Luftwafe et l’Aeronautica Nazionale Republicana (ANR) jusqu’à la fin du second conflit mondial.

A la fin de la guerre quelques appareils ont échappé à la destruction. Deux sont étudiés par la France, deux par les Etats-Unis et deux par la Grande-Bretagne. Un appareil est préservé au musée de l’air et de l’espace du Bourget, un autre à l’Imperial War Museum de Londres et un dernier dans un musée aéronautique du Texas.

En mars 2017 un appareil à été retrouvé dans le lac de Garde. Sa restauration est en cours, le projet est particulièrement ambitieux puisqu’il s’agit de le remettre en état de vol. Rendez-vous en 2020 pour le revoir en vol.
Caractéristiques Techniques

Type : chasseur monoplan monomoteur

Masse à vide 2491kg maximale au décollage 2930kg

Dimensions : longueur 8.85m envergure 10.58m hauteur 3.49m

Motorisation : un Alfa Romeo RA-1000 R.C41 Monsone (DB-601) de 1175ch

Performances : vitesse maximale 600 km/h à 5600m distance franchissable 765km plafond opérationnel 11500m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT dans les radiateurs du moteur (360 à 400 coups par canon), deux mitrailleuses de 7.7mm Breda-SAFAT dans les ailes avec 500 coups par arme, deux bombes de 50 à 150kg sous les ailes ou deux réservoirs supplémentaires de 100l.

Macchi C-205 Veltro (lévrier)

Macchi MC.205.jpg

Le Macchi C-205 Veltro est une évolution du C-202 avec comme principal changement le remplacement du DB-601 par le DB-605 produit sous licence, moteur qu’il partageait avec le Fiat G-55 et le Reggiane Re-2005.

Appareil fin et élégant _le contraire aurait été un comble pour un lévrier_ , le Machi C-205 effectue son premier vol le 8 juillet 1942 mais s’écrase deux semaines plus tard.

Le programme est suspendu le temps de l’enquête et ne reprend que début 1943 avec le vol le 7 février 1943 d’un nouveau prototype suivit d’un second le 1er juillet suivant avec de légères différences.

L’appareil est officiellement accepté par la Regia Aeronautica le 17 décembre 1943 et la production est lancée en petite série en parallèle avec le C-202 propulsé lui par un DB-601 produit sous licence.

Ce choix peut paraître curieux alors que les ressources italiennes sont loin d’être illimitées. Cela explique peut être pourquoi la production du Veltro à été assez faible puisque de 1944 à 1948 seulement 250 appareils ont été produits.

Pas moins de 300 cellules étaient en cours de fabrication quand l’Italie entre en guerre en octobre 1948, faute de moteurs DB-605 disponibles !

La situation va peu à peu s’améliorer mais entre octobre 1948 et mars 1953 seulement 400 C-205 Veltro vont être produits au grand soulagement de nombre de pilotes alliés qui considéraient le Macchi C-205 comme le meilleur chasseur italien de la guerre.

Durant le conflit (octobre 1948-avril 1953), l’appareil est engagé sur tous les fronts et pour de nombreuses missions qu’il s’agisse de la protection du territoire national, de l’escorte des bombardiers italiens ou de missions de chasse de nuit et de chasse-bombardement.

Après le basculement de l’Italie dans le camp allié (avril 1953), la production du Veltro continue pour l’ANR mais également pour l’Allemagne qui fait feu de tout bois pour tenter de retarder l’inéluctable.

A la fin du conflit ce sont 800 Macchi C-205 qui ont été construits. Sur ce total plutôt faible à comparer à ceux d’autres belligérants, il reste une centaine d’appareils mais beaucoup sont davantage des épaves que des appareils opérationnels.

Les alliés capturent une dizaine d’appareils, appareils répartis entre les différents belligérants occidentaux (les soviétiques sont poliment écartés officiellement pour des raisons logistiques).

Les appareils sont testés plus pour la forme que pour la recherche et le développement (les appareils occidentaux n’ont techniquement rien à envier à l’élégant chasseur italien) puis pour beaucoup feraillés.

Heureusement pour les passionnés d’aviation, six appareils ont été préservés. Deux le sont aux Etats-Unis (dont un en état de vol), un en France au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, un en Grande-Bretagne à Farnborough, un en Belgique et le dernier en Italie.

Outre la version standard produit à 712 exemplaires, des versions adaptées sont également sorties des chaines de montage, variantes produites à un très petit nombre d’exemplaires qu’il s’agisse du C-205S (chasse à long rayon d’action) produit à 38 exemplaires, le C-205N-1 de chasse de nuit produit à 32 exemplaires et enfin le C-205N-2 d’interception à haute altitude produite à 18 exemplaires.

Des projets de C-205 à propulsion mixte et à armement renforcé ont été étudiés mais n’ont visiblement pas dépassé le stade de l’intention et de la réflexion théorique.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur monomoteur monoplan

Masse à vide 2581kg en charge 3408kg maximale au décollage 3900kg

Dimensions : longueur 8.85m envergure 10.58m hauteur 3.05m

Motorisation : un moteur en ligne Fiat RA.1050 R.C58 Tifone (Daimler-Benz DB-605 produit sous licence) développant 1475ch

Performances : vitesse maximale 640 km/h à 7500m distance franchissable 950km plafond opérationnel 11500m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT dans le nez avec 400 coups chacun, deux canons de 20mm MG-151 dans les ailes avec 250 coups par arme.

Peut embarquer deux réservoirs supplémentaires pour augmenter son rayon d’action ou deux bombes de 160kg sous les ailes. Il y à visiblement eu des essais de roquettes air-sol mais comme l’arme n’à pas été adoptée on peut supposer que les essais n’ont pas été concluants.

Savoia-Marchetti SM-91

Sm91.jpg

Face à la menace des bombardiers lourds ennemis les différents pays décidèrent de s’équiper de chasseurs lourds bimoteurs destinés à l’interception lointaine de cibles fortement défendues mais aussi de l’escorte des bombardiers avec comme le montrera le second conflit mondial des résultats plutôt médiocre.

A la fin des années trente l’Italie se lance dans le développement d’un bimoteur d’attaque au sol jugé suffisamment polyvalent pour être également un chasseur bimoteur tout à fait convenable.

Cet appareil s’est le tristement célèbre Breda Ba-88 Lince. En vol en configuration civile il promettait des performances fabuleuses mais une fois muni de son armement et de son blindage ses performances s’effondrèrent tout comme sa fiabilité. Heureusement pour les pilotes de la Regia Aeronautica il ne fût pas engagé au combat.

Ce premier échec ne découragea pas les autorités italiennes qui lancèrent un nouveau projet baptisé Savoia-Marchetti SM-88. Ce projet ne déboucha pas faute de moteurs suffisamment puissants et efficaces ! Certains y verront la malédiction du nombre 88………. .

Finalement le projet allait aboutir avec le Savoia-Marchetti SM-91, l’unique chasseur lourd bimoteur italien.

En juillet 1942 la Regia Aeronautica lança un appel à projet pour un bimoteur de chasse lourde propulsé par des moteurs Daimler-Benz DB-605 produits sous licence. Cette licence avait été arrachée de haute lutte à l’Allemagne six mois plus tôt et avec des conditions léonines pour les italiens qui firent contre mauvaise fortune bon cœur (même si la pilule du leur paraître amère).

Les performances demandées étaient les suivantes : 620 km/h de vitesse de pointe, 1600km de rayon d’action, un armement composé de six canons de 20mm et d’une mitrailleuse de 12.7mm ainsi que de 800kg de bombes pour une utilisation éventuelle comme chasseur-bombardier.

Savoia-Marchetti proposa le SM-91, une évolution du SM-88 mort né alors que Breda proposa le Ba-89, une évolution du Ba-88 cherchant à corriger les défauts du Lince. Caproni annonça un projet mais finit par renoncer avant la commande de deux prototypes.

Le premier prototype du SM-91 décolla pour la première fois le 11 mars 1943 une semaine après son concurrent. Le deuxième prototype du SM-91 décolle le 5 mai 1943 le même jour que son concurrent.

Après les essais constructeurs, les essais officiels démarrent à l’automne 1943. Si le premier prototype du SM-91 passe ces essais sans encombre, le deuxième prototype s’écrase en janvier 1944. Comme il s’agit d’un problème météo doublé d’une erreur de pilotage ce crash ne remet pas en cause le projet.

C’est d’autant plus le cas que le Breda Ba-89 se montre inefficace ruinant le peu de crédit que possédait encore la firme productrice du Lince. Le Savoia-Marchetti SM-91 est sélectionné en mars 1944 et une commande initiale de 120 appareils est passée.

La production est difficile. Outre des malfaçons sur les cellules on manque de moteurs Fiat Tifone qui équipent plusieurs modèles de chasseurs. Résultat en octobre 1948, la commande initiale passée en juin 1944 n’est pas encore honorée ! Seulement 64 appareils ont été livrés aux unités.

Péniblement, très péniblement la commande initiale est honorée à l’été 1949 soit cinq années pour produire 120 appareils. La production se poursuit jusqu’en septembre 1952 quand la priorité est donnée aux chasseurs monomoteurs qui utilisent le même moteur.

Au final ce sont 200 Savoia-Marchetti SM-91 qui ont été produits en huit ans soit à peine vingt-sept appareils par an !

Au combat ces appareils vont être utilisés pour l’interception des bombardiers ennemis, la chasse de nuit, la chasse-bombardement, l’attaque au sol. Il se révèle plutôt bon même si il souffre d’un manque de maniabilité et de problèmes de refroidissement de moteurs.

Après le basculement de l’Italie, l’ANR continue d’utiliser l’appareil pour l’appui rapproché des troupes au sol et la chasse-bombardement. A notre connaissance aucun Savoia-Marchetti SM-91 n’à pas été utilisé par les allemands en dehors de tests divers.

Deux appareils capturés par les britanniques ont été évalués à Farnborough puis oubliés dans un hangar. Retrouvés en 1980, ils ont été restaurés par une équipe de passionnés qui à conservé un appareil et à gracieusement cédé l’autre à un musée italien.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur lourd bimoteur bipoutre monoplan

Masse à vide 6400kg maximale au décollage 11500kg

Dimensions : longueur 13.25m envergure 19.7m hauteur 3.85m

Motorisation : deux moteurs en ligne Fiat RA.1050 R.C58 Tifone développant 1475ch chacun entraînant des hélices tripales

Performances : vitesse maximale 585 km/h à distance franchissable 1600km plafond opérationnel 10800m

Armement : cinq canons de 20mm (trois dans le nez et deux dans les ailes) avec 250 coups chacun, une mitrailleuse de 12.7mm avec 500 coups pour la défense arrière 1600kg de bombes, essais d’emport de roquettes et même d’une torpille mais à notre connaissance par d’utilisation opérationnelle.

Prototypes, petites séries et appareils ennemis capturés

Avant-propos

Dans cette dernière partie concernant les chasseurs je vais aborder rapidement toute une série d’appareils n’ayant pas dépassé le stade du prototype ou de la petite série. Je vais également aborder la question des appareils ennemis capturés. Il sera aussi question d’appareils allemands utilisés de manière officielle, Berlin acceptant de livrer des appareils à son allié méditerranéen.

Prototypes et petites séries

-La firme Caproni-Vizzola à travaillé au cours de la décennie 1940 sur plusieurs projets de chasseurs en l’occurrence le Caproni-Vizzola F.4, le F.5 et le F.6. Un projet F.7 est parfois cité mais le peu d’informations à son sujet font que certains doutent de son existence !

Caproni Vizzola F.5.jpg

Caproni-Vizzola F.5

Les Caproni-Vizzola F.4 et F.5 sont des monomoteurs monoplans à aile basse, train rétractable développés à partir de 1937. Là encore le projet se heurta à un problème de moteur et après le vol des prototypes à l’été 1940, les projets furent annulés.

Caractéristiques Techniques du Caproni-Vizzola F.4

Type : chasseur monomoteur monoplace monoplan

Masse à vide 2462kg en charge 3000kg

Dimensions : longueur 8.9m envergure 11.29m hauteur 2.90m

Motorisation : un Daimler-Benz DB-601A de 1175ch

Performances : vitesse maximale 550 km/h à 3750m vitesse de croisière 489 km/h distance franchissable 700km plafond opérationnel 9997m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT

Caproni Vizzola F.6 5.jpg

Le Caproni-Vizzola F.6 est un projet similaire lancé en 1942. Propulsé par un moteur Daimler-Benz 601, le prototype décolle pour la première fois le 17 mars 1943 et après des essais une commande de douze appareils est passée et honorée début 1944. Une commande supplémentaire de 200 appareils à été étudiée mais annulée pour éviter de disperser les efforts entre plusieurs modèles.

Les appareils furent engagés au combat pour la défense locale. Ils furent tous détruits au cours du conflit que ce soit en vol ou au sol.

Caractéristiques Techniques du Caproni-Vizzola F.6

Type : chasseur monomoteur monoplace monoplan

Masse à vide 2265kg en charge 2885kg

Dimensions : longueur 9.15m envergure 11.35m hauteur 3.02m
Motorisation : un Daimler-Benz DB-605A de 1475ch entrainant une hélice tripale

Performances : vitesse maximale 569 km/h à 5000m distance franchissable 950km à 477 km/h

Armement : quatre mitrailleuses Breda-SAFAT de 12.7mm

-Le Savoia-Marchetti SM-88 est un projet de chasseur lourd abandonné faute de moteur suffisamment puissant.

-Le Savoia-Marchetti SM-92 est un chasseur lourd bimoteur d’une configuration inhabituelle avec deux moteurs, une configuration bi-poutre mais un poste de pilotage installé derrière le moteur droit.

Un prototype est commandé en septembre 1949 mais ne dépasse pas le stade de la maquette, la Regia Aeronautica préférant poursuivre la production du SM-91.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur lourd bimoteur biplace

Masse à vide 5900kg

Dimensions : longueur 13.7m envergure 18.55m hauteur 4.15m

Motorisation : deux Daimler-Benz DB-605 de 1475ch chacun

Performances : vitesse maximale 615 km/h à 6700m rayon d’action 2000km

Armement : trois canons de 20mm MG-151, cinq mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT et plus de 2000kg de bombes

Ambrosini SAI.207.jpg

-L’Ambrosini SAI-207 est un projet de chasseur léger issu d’un avion de course. Il fait partie d’une mode du chasseur ultra léger fabriqué en bois, un appareil qui pouvait théoriquement être produit en très grand nombre. Il effectue son premier vol fin 1941 mais la Regia Aeronautica ne donne pas suite au delà du prototype et de douze appareils de pré-série.

Si le prototype trop usé est ferraillé avant octobre 1948, les douze appareils de pré-série vont être utilisés au combat pour la défense locale. Deux appareils survivent au conflit mais sont hélas feraillés juste après guerre.

Le projet d’une version améliorée appelée Ambrosini SAI-403 n’à pas dépassé le stade du projet voir de la maquette selon certaines sources.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur léger

Masse à vide 1750kg en charge 2415kg

Dimensions : longueur 8.02m envergure 9m hauteur 2.87m

Motorisation : un moteur Isotta-Fraschini Delta

Performances : vitesse maximale 641 km/h vitesse de croisière 489 km/h rayon d’action 850km plafond opérationnel 12000m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT

-Le Ambrosini SS-4 est un chasseur à hélice propulsive développé à la fin des années trente. Le premier prototype effectue son premier vol le 7 mars 1939 mais s’écrase lors du deuxième vol. Le programme est alors abandonné.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur monoplace monoplan à hélice propulsive

Masse en charge : 2449kg Dimensions : longueur 6.74m envergure 12.32m hauteur 2.49m

Motorisation : un moteur en ligne Isotta-Fraschini Asso XI R.C40 de 960ch entraînant une hélice propulsive tripale

Performances : vitesse maximale 571 km/h

Armement : deux canons de 20mm et un canon de 30mm

-Le IMAN Ro-57 est un bimoteur de chasse lourde qui effectue son premier vol en 1939 suite à une initiative privée de son constructeur.

Cette initiative n’est pas reprise par la Regia Aeronautica et quand l’armée de l’air italienne lance un projet de chasseur lourd courant 1942 le prototype est considéré comme obsolète et donc non retenu. Un dérivé baptisé IMAN Ro-58 n’à pas plus de succès.

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur lourd biplace

Masse à vide 3497kg en charge 5000kg

Dimensions : longueur 8.80m envergure 12.50m hauteur 2.90m
Motorisation : deux moteurs radiaux Fiat A.74 R.C38 14 cylindres de 840ch chacun

Performances : vitesse maximale 501 km/h à 5000m vitesse de croisière 390 km/h rayon d’action 1200km plafond opérationnel 7800m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT

Appareils étrangers utilisés

L’Italie à aussi utilisé des chasseurs étrangers. On trouve des appareils allemands livrés en petit nombre qu’il s’agisse de Messerschmitt Me-109, de Focke-Wulf Fw-190 et de Messerschmitt Me-110. Les chiffres exacts sont inconnus mais il semble qu’il y à eu une centaine de Me-109, cinquante Fw-190 et cinquante Me-110.

La Regia Aeronautica va aussi utiliser des appareils français et britanniques capturés au combat en petit nombre. On trouve des Dewoitine D-520, des Hawker Hurricane et même des Supermarine Spitfire. Ces appareils étaient parfois utilisés au combat mais étaient surtout utilisés pour des tests et pour la propagande.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s