19-Marine marchande (20)

Compagnie Nantaise des Chargeurs de l’Ouest

La Compagnie Nantaise de Navigation à Vapeur connue également sous le diminutif de «La Nantaise» à été créée en janvier 1882 et à l’été 1948 dispose de la flotte suivante :

-Cargo Cassard (1920) 1596 TJB Nantes en réparations

-Cargo Cens (1926) 2384 TJB Nantes

-Cargo Divatte (1918) 2266 TJB En mer entre Liverpool et Le Havre avec une cargaison de charbon

-Cargo Quartier Graslin (ex-Graslin) (1924) 2323 TJB Glasgow

-Cargo Isac (1926) 2385 TJB Le Verdon

-Cargo Kervegan (1922) 2018 TJB En mer entre Inverness et Le Havre

-Cargo Monselet (1929) 3372 TJB Glasgow

-Cargo Penchateau (1920) 995 TJB Immobilisé pour avarie à Saint Nazaire. Sort final incertain

-Cargo Pénestin (1921) 1336 TJB Londres

-Cargo Beaumanoir (1920) 2324 TJB Honfleur

-Cargo type Commission Ile Gloriette (1945) 6500 TJB A la mer entre Casablanca et Nantes

-Cargo type Commission Ile Saint Anne (1946) 6500 TJB Dakar

-Cargo type Commission L’Ile Feydeau (1948) 6500 TJB Port Etienne

Compagnie Nationale de Navigation

Cette compagnie créée en 1929 dispose de deux pétroliers en 1948 bien que leur remplacement eut été un temps envisagé.

-Pétrolier Frimaire (1929) 9242 TJB Charge du pétrole brut à Haïfa

-Pétrolier Vendémiaire (1929) 9228 TJB En mer, ayant appareillé du Verdon le 9 août avec du mazout et du gazole pour Fort de France

Compagnie Navale des Pétroles

C’est la branche maritime de la Compagnie Française des Pétroles. Cet armateur dispose en 1948 des navires suivants :

-Pétrolier caboteur Française II (1935)  584 TJB Oran

-Pétrolier caboteur Octane (1939) 2020 TJB Port de Bouc

-Pétrolier Palmyre (1940) 13750 TJB A la mer entre Texas City et Le Verdon
-Pétrolier type Commission Babylone (1944) 7500 TJB Donges

-Pétrolier type Commission Mycène (1944) 7500 TJB A la mer entre Arzew et Port de Bouc

-Pétrolier type Commission El Dorado (en construction)

Compagnie Normande de Navigation à Vapeur

Cette compagnie dispose des navires suivants quand éclate la guerre de Pologne :

-Paquebot côtier Adolphe Leprince (1926) 343 TJB Rouen

-Paquebot côtier Emile Deschamps (1922) 349 TJX Saint Malo

-Paquebot côtier Trouville (1910) 294 TJB Newhaven

-Cargo Villerville (1920) 114 TJB Charge à Londres direction Dunkerque

-Paquebot côtier Granville (1947) 500 TJB Le Havre

-Paquebôt côtier Antifer (1948) 500 TJB Southampton

Compagnie de Navigation Mixte

La Compagnie de Navigation Mixte dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Paquebot Chella (1934) 8920 TJB Sert sur une ligne Marseille-Oran-Casablanca-Dakar. Le 12 août, il est à Dakar. Il doit être transformé en transport de troupes

-Paquebot El Biar (1927) 4678 TJB Sert sur une ligne Marseille-Alger-Tunis. Le 12 août, il est à Marseille en entretien courant

-Paquebot El Djézaïr (1934) 5790 TJB En mer entre Marseille et Alger

-Paquebot El Kantara (1932) 5079 TJB Sert sur une ligne Marseille-Diego Suarez-Saïgon-Haïphong. Le 12 août, il est à Saïgon et reçoit l’ordre de rentrer à Marseille pour devenir un croiseur auxiliaire

-Paquebot El Mansour (1933) 5818 TJB Port-Vendres

-Paquebot Gouverneur Général Cambon (1922) 3509 TJB ( appartient au gouvernement français) Port Vendres

-Paquebot Gouverneur Général Lépine (1923) 3509 TJB Casablanca

-Paquebot Kairouan (1942) 8601 TJB Affecté sur une ligne Marseille-Tunis-Beyrouth. Le 12 août, il est à Beyrouth et doit participer au transfert de troupes du Levant en Afrique du Nord ou en Métropole

-Pétrolier C.I.P (1921) 6587 TJB Port de Bouc

-Pétrolier Motrix (1922) 6587 TJB Haïfa
-Cargo Djebel Amour (1931) 2908 TJB Lattaquié

-Cargo Djebel Aurès (1929)  2635 TJB Izmir

-Cargo Djebel Dira (1930) 2435 TJB Thessalonique

-Cargo Djebel Nador (1938) 3168 TJB En mer entre Marseille et Beyrouth

-Cargo type Commission Djebel Chambi (1945) 6500 TJB Casablanca

-Cargo type Commission Djebel Nefoussa (1947) 6500 TJB Valence

-Pétrolier type Commission Bellatrix (1947) 7500 TJB Charge du brut à Batoumi pour le décharger à Port Bouc

Compagnie de Navigation Sud-Atlantique

Cette compagnie créée en 1912 dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Paquebot Massilia (1920) 15563 TJB Le Verdon

-Paquebot Pasteur (1939) 29253 TJB En mer entre Buenos Aires et Bordeaux

-Paquebot Laënnec (1946) 23500 tonnes Buenos Aires

-Paquebot Charles Tellier (1948) 23500 tonnes En mer entre Bordeaux et Rio de Janeiro

Compagnie de Navigation France-Amérique (filiale de la SGTM)

Cette filiale de la Société Générale du Transport Maritime à été créée en 1909 dispose en septembre 1948 de la flotte suivante :

-Paquebot Ipanéma (1921) 4282 TJB En refonte à La Rochelle (Delmas & Viellejeux)

-Paquebot Reina de Cordoba (1945) 18000 tonnes Buenos Aires

-Paquebot Amazonas (1947) 18000 tonnes Entre Marseille et Buenos Aires

Compagnie de navigation Paquet

La Compagnie de Navigation Nicolas Paquet Ainé et Cie dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Cargo Bamako (1930) 2357 TJB Sfax

Le Rhin réquisitionné par la marine comme navire d'opérations  spéciales

Le Rhin réquisitionné par la marine comme navire d’opérations spéciales

-Cargo Le Rhin (1920) 2456 TJB Brest. Réquisitionné par la marine pour servir pour des missions spéciales

-Cargo Oued Grou (1921) 792 TJB Dakar

-Cargo Oued Sebou (1925) 792 TJB Marseille

-Cargo Oued Yquem (1920) 1370 TJB A la mer entre Marseille et Tripoli du Liban, transporte du matériel pour l’Aviation Navale

-Cargo Favor (1940) 1323 TJB (appartient au gouvernement français) Charge du matériel à Toulon pour les Forces Armées de Tunisie

-Paquebot Azrou (1930) 2998 TJB Casablanca. Doit être réquisitionné comme transport de troupes et croiseur auxiliaire

-Paquebot Djenné (1931) 8790 TJB En entretien courant à Marseille

-Paquebot Imerethie II (1924) 3713 TJB Constanza

-Paquebot Koutoubia (1931) 8790 TJB A la mer entre Casablanca et Marseille

-Paquebot Maréchal Lyautey (1924) 8256 TJB A la mer entre Marseille et Casablanca

-Paquebot Médie II (1928) 5078 TJB Marseille

-Cargo type Commission Wadi (1944) 6500 TJB Tunis

-Cargo type Commission Oued El Khatt (1945) 6500 TJB Split

-Cargo type Commission Oued Tiflet (1945) 6500 TJB Athènes

-Cargo type Commission Ouergha (1946) 6500 TJB Beyrouth

-Paquebot mixte Nicolas Paquet (1947) 18000 tonnes Affecté sur une ligne Marseille-Casablanca-Dakar-Buenos Aires

Compagnie des Transports Maritimes et Fluviaux (Heuzey & Chastellain)

Cette compagnie conserve en 1948 ces trois vieux navires.

-Cargo Formigny (1916) 2166 TJB Nantes

-Cargo Gonneville (1912) 2285 TJB Rouen

-Cargo Villiers (1923) 2548 TJB A la mer entre Le Havre et Glasgow

Compagnie des Transports maritimes de l’AOF

-Cargo Kindia (1919) 1972 TJB Nantes

Compagnie Worms

La compagnie Worms dispose à l’été 1948 des navires suivants :

-Cargo Barsac (1923) 1049 TJB Le Verdon. Devait être réquisitionné comme patrouilleur comme en 1939 mais le 13 août, il s’échoue dans l’estuaire de la Gironde. Considéré comme perdu.

-Cargo Biscarosse (1919) 1937 TJB Rouen. Décharge du blé russe
-Cargo Cérons (1923) 1049 TJB Dieppe

-Cargo Château Larose (1930) 2047 TJB A la mer entre Rotterdam et Dunkerque

-Cargo Château Latour (1914) 1912 TJB A la mer entre Anvers et Le Havre

-Cargo Château Palmer (1914) 1912 TJB Ouistreham

-Cargo Château Pavie (1930) 2047 TJB Caen

-Cargo Château Yquem (1935) 2436 TJB Caen

-Cargo Espiguette (1920) 1909 TJB (appartient au gouvernement français ancien de France Navigation) Lisbonne

-Cargo Guilvinec (1920) 3222 TJB (appartient au gouvernement français ancien de France Navigation) A la mer entre Lisbonne et Le Verdon

-Cargo Kerkena (1922) 1579 TJB Bastia

-Cargo Léoville (1922) 1056 TJB Le Havre

-Cargo Le Trait (1934) 1158 TJB Immobilisé par une avarie de chaudière au Verdon. Sera réquisitionné une fois les réparations terminées

-Cargo Médoc (1930) 1166 TJB Porto

-Cargo Mérignac (1929) 767 TJB Brest

-Cargo Normanville (1921) 1803 TJB A la mer entre Belfast et Saint Nazaire

-Cargo Lussac (1922) 1586 TJB Nantes

-Cargo Perros Guirec (1921) 2012 TJB En réparations à Rouen.

-Cargo Pomérol (1930) 1166 TJB Plymouth

-Cargo Pontet Canet (1916) 1176 TJB A la mer dans l’Atlantique entre Halifax et Le Havre

-Cargo Sauternes (1922) 1049 TJB Inverness

-Caboteur Grand Quevilly (1914) 2844 TJB Dakar

-Caboteur Jumièges (1913) 1708 TJB A la mer dans l’Atlantique entre Brest et Casablanca

-Caboteur La Mailleraye (1918) 490 TJB Bordeaux

-Cargo type Commission Bidassoa (1944) 6500 TJB Boston

-Cargo type Commission Caudebec (1945) 6500 TJB  Nantes

-Cargo type Commission Margaux (1947) 6500 TJB Boston
-Cargo type Commission Pessac (1948) 6500 TJB Portsmouth

-Cargo type Commission Fronsac (1946) 6500 TJB   A la mer entre Halifax et Le Havre

-Cargo type Commission Listrac (1948) 6500 TJB Nantes

Courtage et Transport

-Pétrolier Capitaine Damiani (1922) 4854 TJB Port de Bouc, décharge du brut saharien à raffiner en Provence

Delmas-Viellejeux

La compagnie rochellaise dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :
-Cargo Agen (1921) 4186 TJB (appartient à la SNCF) La Pallice

-Cargo Albi (1920)  4191 TJB (appartient à la SNCF) A la mer entre Liverpool et Bordeaux

-Cargo Aurillac (1921) 4268 TJB (appartient à la SNCF) Cardiff

-Cargo Bourges (1919) 2910 TJB (appartient à la SNCF) Port La Nouvelle

-Cargo Châteauroux (1921) 4185 TJB (appartient à la SNCF) Dakar

-Cargo Cornouaille (1928) 3324 TJB Bordeaux

-Cargo Medjerda (1923) 4578 TJB Pointe Noire. Charge du bois précieux qui doit être débarqué à La Rochelle

-Cargo Montauban (1920) 4191 TJB (appartient à la SNCF) Glasgow

-Cargo Poitiers (1921) 4185 TJB (appartient à la SNCF) Glasgow

-Cargo Saint Nazaire (1919) 2910 TJB (appartient à la SNCF) Belfast

-Cargo Vendôme (1920) 4192 TJB (appartient à la SNCF) A la mer entre Belfast et Le Havre

-Cargo Tours II (1943) 4500 TJB Rouen
-Cargo Saumur II (1944) 4500 TJB Constanza

-Cargo  Maurice Delmas II (1945) 4500 TJB Split

-Cargo Cévennes II (1946) 4500 TJB Salvador de Bahia

-Cargo Auvergne II (1946) 4500 TJB Buenos Aires

-Cargo Argonne II (1947) 4500 TJB Dakar

-Cargo André Thomé II (1948) A la mer entre La Pallice et Pointe Noire

-Le cargo Lorient II (en construction)
Les autres navires sont encore en service en septembre 1948.

Publicités

19-Marine Marchande (6)

B-La Commission Nationale Maritime, une Maritime Commission à la française

Mieux coordonner les efforts

Durant la guerre de Pologne, la Direction du Transport Militaire (D.T.M) assurait la gestion des navires réquisitionnés soit une grande partie de la flotte marchande française. Au cours de ces réquisitions (qui pour les dernières se sont achevées en septembre 1940), la D.T.M à déploré la vétusté de la flotte et son hétérogénéité ce qui pénalisait l’effort de guerre.

En cas de nouveau conflit, la marine souhaite disposer de navires réquisitionnés plus modernes et surtout moins hétérogènes pour faciliter son utilisation sur la durée. Un minimum de coordination est donc nécessaire.

Le 12 juin 1942 est créée la Commission Nationale Maritime (CNM), pendant français de la Maritime Commission américaine. La CNM doit plancher sur de nouveaux types de cargos et de pétroliers, d’anticiper les modifications à effectuer pour le temps de guerre et secondairement de répondre aux craintes de certains armateurs de voir la CNM devenir le seul et unique armateur de France.

Cette CNM ne va pas chômer et dès le mois de septembre peut présenter plusieurs modèles de navires de fret et de petits paquebots utilisables pour le transport de troupes. Ces navires vont ensuite être commandés auprès de chantiers français mais également américains et canadiens en dépit des problèmes de conversion entre le système impérial et le système métrique.

Si la CNM finance une partie de ces navires qui sont ensuite affrétés par un armateur au nom du gouvernement français, les armateurs vont renouveler au passage leur flotte, bénéficiant en commandant ces modèles de primes et d’aides diverses qui vont indirectement les chantiers français bien qu’elles aident également des chantiers étrangers.

Les navires «CNM»

Pétroliers

A l’origine, il était prévu que les pétroliers de la marine nationale participent au ravitaillement du pays en pétrole mais très occupés avec le ravitaillement des navires de guerre et la réalimentation des dépôts militaires, ils doivent être remplacés par des pétroliers civils. Voilà pourquoi la priorité est donné au dévellopement d’un pétrolier moderne.

A l’aide d’un bureau d’étude de Marseille, la CNM dessine un navire élégant à deux chateaux de 130m de long et de 7500 TJB. Propulsé soit par diesel soit par une turbine à engrenages, ils peuvent atteindre la vitesse de 15 noeuds.

La CNM finance directement six navires qui seront gérés par la Société Française de Transports Pétroliers (SFTP) et par la Compagnie Navale des Pétroles à raison de trois chacun. Ces six navires ainsi que cinq autres pétroliers type PC (Pétrolier de la Commission) financés partiellement par la CNM sont construits en France, en Belgique, au Canada.

Un modèle de pétrolier caboteur baptisé PPC (Petit Pétrolier de la Commission) inspiré des pétroliers-caboteurs de la marine nationale est également mis au point soit des navires de 1500 tonnes de port en lourd.

Huit pétroliers financés partiellement par la CNM sont construits par des chantiers français pour des armateurs français : trois pour l’Association pétrolière,trois pour la Compagnie Africaine de Navigation et deux pour la Société Française des Pétroles Shell.

Cargos

Pour renouveler les navires de charge, la CNM va dessiner un cargo facile à construire, propulsé soit par une propulsion diesel ou par une propulsion vapeur avec  une seule hélice. Les superstructures parquées à l’arrière sont réduites au strict minimum, un seul mat de charge est installé entre les deux cales.

D’une capacité de 6500 tonnes de jauge brute, longs de 130m, ils vont être commandés à treize exemplaires financés totalement par la CNM qui va les laisser en affrètement aux Messageries Maritimes (4), à la Compagnie Nantaise des Chargeurs de l’Ouest (2), à la Compagnie Paquet (2) à la Compagnie Havraise Peninsulaire de navigation (2) et à la Compagnie des Bateaux à Vapeurs du Nord (3).

54 autres navires vont être commandés et financés partiellement par la CNM, navires construits en France, au Canada et aux Etats Unis. Quatre sont commandés pour les Affréteurs maritimes indochinois, quatre par le Groupe Louis Dreyfus, deux pour l’armement Maurel et Prom, six par l’armement Schiaffino, deux par l’armement Scotto-Ambrosino-Puglièse, quatre par la compagnie Charles Le Borgne, deux par la compagnie nouvelle de navigation Busck, six par les Chargeurs Réunis, deux par les Affréteurs Français, deux par la Compagnie Fabre, six par la Compagnie Générale Transatlantique, deux par la compagnie Paquet, six par la compagnie Worms et huit par la compagnie Delmas-Vieljeux,