19-Marine Marchande (6)

B-La Commission Nationale Maritime, une Maritime Commission à la française

Mieux coordonner les efforts

Durant la guerre de Pologne, la Direction du Transport Militaire (D.T.M) assurait la gestion des navires réquisitionnés soit une grande partie de la flotte marchande française. Au cours de ces réquisitions (qui pour les dernières se sont achevées en septembre 1940), la D.T.M à déploré la vétusté de la flotte et son hétérogénéité ce qui pénalisait l’effort de guerre.

En cas de nouveau conflit, la marine souhaite disposer de navires réquisitionnés plus modernes et surtout moins hétérogènes pour faciliter son utilisation sur la durée. Un minimum de coordination est donc nécessaire.

Le 12 juin 1942 est créée la Commission Nationale Maritime (CNM), pendant français de la Maritime Commission américaine. La CNM doit plancher sur de nouveaux types de cargos et de pétroliers, d’anticiper les modifications à effectuer pour le temps de guerre et secondairement de répondre aux craintes de certains armateurs de voir la CNM devenir le seul et unique armateur de France.

Cette CNM ne va pas chômer et dès le mois de septembre peut présenter plusieurs modèles de navires de fret et de petits paquebots utilisables pour le transport de troupes. Ces navires vont ensuite être commandés auprès de chantiers français mais également américains et canadiens en dépit des problèmes de conversion entre le système impérial et le système métrique.

Si la CNM finance une partie de ces navires qui sont ensuite affrétés par un armateur au nom du gouvernement français, les armateurs vont renouveler au passage leur flotte, bénéficiant en commandant ces modèles de primes et d’aides diverses qui vont indirectement les chantiers français bien qu’elles aident également des chantiers étrangers.

Les navires «CNM»

Pétroliers

A l’origine, il était prévu que les pétroliers de la marine nationale participent au ravitaillement du pays en pétrole mais très occupés avec le ravitaillement des navires de guerre et la réalimentation des dépôts militaires, ils doivent être remplacés par des pétroliers civils. Voilà pourquoi la priorité est donné au dévellopement d’un pétrolier moderne.

A l’aide d’un bureau d’étude de Marseille, la CNM dessine un navire élégant à deux chateaux de 130m de long et de 7500 TJB. Propulsé soit par diesel soit par une turbine à engrenages, ils peuvent atteindre la vitesse de 15 noeuds.

La CNM finance directement six navires qui seront gérés par la Société Française de Transports Pétroliers (SFTP) et par la Compagnie Navale des Pétroles à raison de trois chacun. Ces six navires ainsi que cinq autres pétroliers type PC (Pétrolier de la Commission) financés partiellement par la CNM sont construits en France, en Belgique, au Canada.

Un modèle de pétrolier caboteur baptisé PPC (Petit Pétrolier de la Commission) inspiré des pétroliers-caboteurs de la marine nationale est également mis au point soit des navires de 1500 tonnes de port en lourd.

Huit pétroliers financés partiellement par la CNM sont construits par des chantiers français pour des armateurs français : trois pour l’Association pétrolière,trois pour la Compagnie Africaine de Navigation et deux pour la Société Française des Pétroles Shell.

Cargos

Pour renouveler les navires de charge, la CNM va dessiner un cargo facile à construire, propulsé soit par une propulsion diesel ou par une propulsion vapeur avec  une seule hélice. Les superstructures parquées à l’arrière sont réduites au strict minimum, un seul mat de charge est installé entre les deux cales.

D’une capacité de 6500 tonnes de jauge brute, longs de 130m, ils vont être commandés à treize exemplaires financés totalement par la CNM qui va les laisser en affrètement aux Messageries Maritimes (4), à la Compagnie Nantaise des Chargeurs de l’Ouest (2), à la Compagnie Paquet (2) à la Compagnie Havraise Peninsulaire de navigation (2) et à la Compagnie des Bateaux à Vapeurs du Nord (3).

54 autres navires vont être commandés et financés partiellement par la CNM, navires construits en France, au Canada et aux Etats Unis. Quatre sont commandés pour les Affréteurs maritimes indochinois, quatre par le Groupe Louis Dreyfus, deux pour l’armement Maurel et Prom, six par l’armement Schiaffino, deux par l’armement Scotto-Ambrosino-Puglièse, quatre par la compagnie Charles Le Borgne, deux par la compagnie nouvelle de navigation Busck, six par les Chargeurs Réunis, deux par les Affréteurs Français, deux par la Compagnie Fabre, six par la Compagnie Générale Transatlantique, deux par la compagnie Paquet, six par la compagnie Worms et huit par la compagnie Delmas-Vieljeux,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s