19-Marine marchande (15)

SNCF

La Société Nationale des Chemins de Fer Français (SNCF) créée par le Front populaire en 1938 dispose également de navires, des cargos, des caboteurs et des paquebots transmanches comme le montre l’état de sa flotte en septembre 1939. A noter qu’une partie est placée en gérance chez Delmas-Viellejeux.

-Cargo Rennes (1925) 771 TJB

-Caboteur Bordeaux (1912) 774 TJB

-Caboteur Brest (1900) 522 TJB

-Paquebot transmanche Londres  (en construction en 1940) 2384 TJB

-Paquebot transmanche Newhaven (1911) 1888 TJB

-Paquebot transmanche Rouen (1912) 1882 TJB

-Paquebot transmanche Versailles (1919) 2156 TJB

Pour remplacer son cargo Rennes et ses caboteurs Bordeaux et Brest, la SNCF passe commande auprès des chantiers Delmas de La Rochelle de trois petits cargos de 70m de long et de 1000 Tonnes de jauge brute.

-caboteur Rennes II mis sur cale 12 mars 1946 lancé le 11 novembre 1946 et mis en service le 21 janvier 1947

-caboteur Bordeaux II  mis sur cale le 20 novembre 1946 lancé le 27 juillet 1947 et mis en service le 8 janvier 1948

-caboteur Brest II mis sur cale le 12 août 1947 lancé le 14 mai 1948 et mis en service le 1er septembre 1948

Société Cherbourgeoise de Cabotage

Situation identique en septembre 1948 même si sans la guerre, il est probable que la SCC aurait passé commande de nouveaux navires notamment pour remplacer ses vénérables transbordeurs.

-Caboteur Carentan (1930) 145 TJB

-Caboteur Renée Marguerite (1932) 3713 TJB

-Transbordeur Ingénieur Cachin (1923) 1309 TJB

-Transbordeur Ingénieur Minard (1911) 1273 TJB

-Transbordeur Ingénieur Reibell (1911) 675 TJB

Société Européenne d’Armement

Cette société victime d’importants détournements de fonds de la part d’un directeur indélicat fait faillite en 1942.

Ces trois navires sont mis en vente par l’administrateur judiciaire pour renflouer les créanciers mais ne trouvant pas prenneurs, ils sont vendus à la démolition donc au prix de la féraille.

-Cargo Calvados (1909) 2993 TJB

-Cargo La Marsa (1914) 1439 TJB

-Cargo Prado (1905) 997 TJB

Société Française des Pétroles Shell

-Pétrolier Alberta (1938) 3357 TJB

-Pétrolier-caboteur Mexphalte (1928) 2578 TJB

-Pétrolier-caboteur Shellspra (1923) 2161 TJB

-Pétrolier-caboteur Spramex (1928) 2560 TJB

Pour compléter sa flotte, cet armateur émanation du trust anglo-néerlandais commande deux pétroliers-caboteurs, des PPC ou Petits Pétroliers de la Commission, des navires de 1500 tonnes de jauge brute. Ces deux navires sont construits par les Chantiers de Normandie au Grand Quevilly près de Rouen.

-Pétrolier-caboteur Caucase  mis sur cale le 27 octobre 1945 lancé le 28 juillet 1946 et mis en service le 12 octobre 1946

-Pétrolier-caboteur Oural  mis sur cale le 10 août 1946 lancé le 2 juin 1947 et mis en service le 2  novembre 1947

Société Française de Transports Pétroliers (SFTP)

La Société Française de Transports Pétroliers à été créée en 1938 sous la forme d’un consortium dont la colonne vertébrale était la compagnie Worms pour augmenter les capacités de transport pétrolier au profit de l’industrie française.

-Pétrolier Bourgogne (1937) 9357 TJB

-Pétrolier Champagne (1938) 9946 TJB

-Pétrolier Dauphiné (1930) 9176 TJB

-Pétrolier Franche Comté (1936) 9314 TJB

-Pétrolier Languedoc (1937) 9512 TJB

-Pétrolier Limousin (1930) 7619 TJB (appartient au gouvernement français)
-Pétrolier Lorraine (1937) 9512 TJB

-Pétrolier Phenix (1920) 2633 TJB (appartient à la société Courtage et Transport)

-Pétrolier Picardie (1936) 8263 TJB (appartient au gouvernement français) (partie avant coule en février 1940, partie arrière dépôt pétrolier à Oran)

-Pétrolier Rousillon (1936) 9386 TJB

-Pétrolier Saintonge (1936) 9386 TJB

-Pétrolier Touraine (1934) 6589 TJB

-Pétrolier Vendée (1928) 9153 TJB (appartient au gouvernement français)

Pour renforcer sa flotte, la SFTP va mettre en gérance trois pétroliers type Commission financés entièrement par la CNM, des navires baptisés Picardie Provence et Gironde. Ces trois navires sont commandés aux chantiers navals Vickers de Barrow in Furness.

-Le Picardie est mis sur cale le 12 septembre 1943 lancé le 8 janvier 1945 et mis en service le 12 mai 1945

-Le Provence est mis sur cale le 15 janvier 1945 lancé le 21 mars 1946 et mis en service le 2 septembre 1946

-Le Gironde est mis sur cale le 2 avril 1946 lancé le 12 octobre 1947 et mis en service le 21 mars 1948

Société des Transports Maritimes Pétroliers

-Pétrolier Brumaire (1930) 7638 TJB

Société Les Pétroles d’Outre-Mer

-Pétrolier Aragaz (1914) 5009 TJB

-Pétrolier Massis (1914) 5022 TJB

Les compagnies Société des Transports Maritimes Pétroliers et Société Les Pétroles d’Outre-Mer sont absorbées par la Société Française de Transports Pétroliers (SFTP) en 1945. Si le Brumaire reste en service, l’Aragaz et le Massis sont désarmés et vendus à la démolition.

Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur (SGTM)

La Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur (SGTM) à été créée en mars 1865 par Paulin Talabot à Marseille. La création de cette compagnie s’expliquant par les intérêts de son fondateur dans une mine de fer près de Bône en Algérie.

Dès 1866, la compagnie s’ouvrit également  au transport pétrolier en commandant neuf pétroliers portant le nom de provinces de France avant de s’intéresser au transport de passagers.

En 1870, la compagnie possédait déjà 17 navires qui opéraient sur des lignes reliant la France à l’Amérique du Sud, à l’Afrique du Nord et même au Sénégal à partir de 1883. De 1893 à 1903, la SGTM noua une alliance avec la Compagnie de Navigation Mixte et la compagnie Caillol pour offrir un service plus compétitif à destination de l’Algérie.

La Compagnie entra dans le 20ème siècle avec 22 navires et en 1909, la SGTM créa une filiale baptisée Compagnie de Navigation France-Amérique pour assurer le transport de migrants entre l’Espagne et l’Amérique du Sud.

Quand le premier conflit mondial éclate, la compagnie dispose de 25 navires dont la majorité est réquisitionné même si la compagnie continue son trafic privé en direction notamment des Antilles, du Mexique et de la Louisiane.
Quand la première guerre mondiale s’arrête, la SGTM à perdu un total de douze navires, vite remplacés ce qui explique qu’en 1930, elle dispose de 30 navires soit le quatrième armateur français derrière la Transat, les Messageries Maritimes et les Chargeurs Réunis.
Quand la guerre de Pologne éclate, la compagnie dispose des navires suivants :

-Paquebot Alsina (1922) 8404 TJB

-Paquebot Campana (1929) 10816 TJB

-Paquebot Florida (1926) 9331 TJB

-Cargo Capitaine Paul Lemerle (1921) 4499 TJB

-Cargo Mont Agel (1920) 4572 TJB

-Cargo Mont Everest (1918) 5120 TJB

-Cargo Mont Viso (1921) 4531 TJB

-Cargo Sidi Aïssa (1927) 2586 TJB

-Paquebot Gouverneur Général Tirman (1923) 3509 TJB ((gérance d’un navire appartenant au gouvernement français)

-Paquebot Mendoza (1920) 8199 TJB

-Paquebot Sidi Bel Abbès (1929) 4392 TJB

-Paquebot Sidi Brahim (1910) 2349 TJB

-Paquebot Sidi Mabrouk (1910) 2349 TJB

-Paquebot Sidi Okba (1929) 2824 TJB

Pour renforcer et renouveler sa flotte, la SGTM va passer plusieurs commandes. Elle va passer commande de quatre cargos type Commission et deux paquebots mixtes qui reprennent les noms des navires qu’ils remplacent.

Les deux paquebots baptisés Sidi Brahim et Sidi Mabrouk sont commandés aux Ateliers et Chantiers du Havre (ACH).

-Paquebot Sidi Mabrouk  mis sur cale le 8 janvier 1946 lancé le 15 décembre 1947 et mis en service en juin 1948

-Paquebot Sidi Brahim  mis sur cale le 25 janvier 1948. Toujours en construction en septembre 1948, sa construction est suspendue puis reprend en octobre 1948 pour libérer la cale sans que son achèvement soit prévu.

Les quatre cargos type Commission sont baptisés Mont Cenis Pic du Midi, Le Tourmalet et Mont Gerbier des Joncs.

-Le Mont Cenis est mis sur cale aux ACH du Havre le 15 mai 1946 lancé le 8 octobre 1947 et mis en service le 12 mars 1948

-Le Pic du Midi est mis sur cale aux FCM du Havre le 17 novembre 1946 lancé le 8 février 1948 et mis en service le 12 mai 1948

-Le Le Tourmalet est mis sur cale aux FCM du Havre le 25 mai 1946 lancé le 2 octobre 1947 et mis en service le 14 mars 1948

-Le Mont Gerbier des Joncs  est mis sur cale aux ACSM du Trait  le 20 septembre 1946 lancé le 30 décembre 1947 et mis en service le 15 avril 1948

Société Navale Caennaise

La Société Navale Caennaise à été créée à Caen en 1803 même si la famille possédant la compagnie, la famille Lamy avait acquis son premier navire dès 1837, la SNC étant le regroupement de plusieurs petites compagnies. En ce qui concerne la tradition des noms des navires, il fût décidé qu’ils portent tous des noms de créatures mythologiques.

Disposant de sept navires en 1914, elle n’en possède plus que trois à la fin de la guerre. Cinq autres navires sont acquis en Angleterre en 1920/24 puis rachète cinq navires de l’armement caennais concurrent Armement Fernand Bouet entre 1928 et 1934. Aussi quand la guerre de Pologne éclate, la SNC dispose de dix-sept navires :
-Cargo Astrée (1921) 2147 TJB

-Cargo Circé (1926) 2031 TJB

-Cargo Colleville (1922) 2012 TJB

-Cargo Danaé (1936) 2660 TJB

-Cargo Daphné (1925) 1969 TJB

-Cargo Dioné (1936) 2660 TJB

-Cargo Egée (1940) 2666 TJB

-Cargo Gallium (1924) 1775 TJB

-Cargo Hébé (1920) 1684 TJB

-Cargo Honfleuraise (1923) 1782 TJB
-Cargo Médée (1920) 1882 TJB

-Cargo Nantaise (1920) 1798 TJB

-Cargo Niobé (1920) 1684 TJB

-Cargo Phryné (1938) 2660 TJB (coulé sur mine le 24 septembre 1939)

-Cargo Senneville (1922) 4578 TJB

-Cargo Thesée (1921) 2088 TJB

-Cargo Thisbé (1925) 1782 TJB

La Société Navale Caennaise renouvèle sa flotte en passant commande de plusieurs cargos sans recourir aux aides de la CNM  :

-Le Phryné  est mis sur cale aux CNF de Caen le 20 décembre 1947 lancé le 2 août 1948 et encore en armement à flot un certain 5 septembre 1948.

-Le Niobé est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 5 mai 1945 lancé le 8 août 1946 et mis en service le 2 janvier 1947. Il remplace le cargo du même nom datant de 1920.

-Le Hercules est mis sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes le 2 septembre 1946 lancé le 30 décembre 1947 et mis en service le 15 mai 1948

Les autres navires sont encore en service en septembre 1948

Société Navale de l’Ouest

La Société Navale de l’Ouest (SNO) à été créée en 1881 au Havre sous le nom de Armement Georges Leroy qui prend le nom de SNO en 1887. Une partie de la flotte est vendue suite à la crise économique des années trente mais en 1939, la SNO dispose des navires suivants :
-Cargo Saint Ambroise (1920) 3075 TJB

-Cargo Saint Basile (1920) 2278 TJB

-Cargo Saint Camille (1920) 3274 TJB

-Cargo Saint Cyrille (1920) 3075 TJB

-Cargo Saint Didier (1920) 2278 TJB

-Cargo Saint Firmin (1920) 4356 TJB

-Cargo Saint Louis (1913) 5202 TJB

-Cargo Saint Octave (1922) 5099 TJB

Cette flotte est plutôt ancienne mais faute de mieux elle reste en l’état, perdant par échouage le Saint Louis en septembre 1946.

Publicités

19-Marine Marchande (7)

Paquebots et navires à passagers

Le futur Maréchal Pétain sur cale aux chantiers navals de la Ciotat

Le futur Maréchal Pétain sur cale aux chantiers navals de la Ciotat

Si l’aviation commerciale commence à se développer, il est évident qu’à l’époque le bateau est le moyen majeur de rallier les terres éloignées notamment celles de l’Empire. De nombreux paquebots rallient les Antilles, l’Afrique, le Pacifique et l’Indochine et tous ne sont pas des majestueux liners qui traversent l’Atlantique Nord.

Le Maréchal Pétain à la mer, peinture publicitaire

Le Maréchal Pétain à la mer, peinture publicitaire

S’inspirant du paquebot Maréchal Pétain des Messageries Maritimes, la CNM propose aux armateurs français deux modèles de paquebot : un navire de 18000 tonnes copie quasi conforme du Maréchal Pétain et un navire plus gros de 23500 tonnes.

Six navires du premier modèle et quatre du second sont commandés à des chantiers français et étrangers.

Ces navires sont tous partiellement financés par la CNM. Sur les six navires du premier type, deux sont armés par la compagnie Louis Dreyfus, deux pour la compagnie Charles Le Borgne et deux par la compagnie Fabre.

En ce qui concerne les 23500 tonnes, deux sont commandés par les Chargeurs Réunis pour remplacer les trois paquebots plus anciens qui étaient nettement plus petits, deux sont commandés par la Transat pour remplacer des paquebots plus anciens et deux par la compagnie Sud Atlantique pour renforcer une petite composée seulement de deux navires.

La question du transport transmanche et transméditerranéen est résolu par un projet de paquebot-ferry commandé à huit exemplaires par la SNCF (4), la compagnie Fraissinet (qui dispose du monopole en direction de la Corse) (2) et la compagnie Schiaffino (2) et financé partiellement par la CNM.

La CNM finance partiellement la construction de deux petits paquebots côtiers de 500 TJB pour la Compagnie Normande de Navigation à Vapeur.

Au final, la CNM à financé totalement ou partiellement vingt-cinq pétroliers et pétroliers caboteurs, soixante-sept cargos, dix paquebots, huit paquebot-ferry et deux paquebots côtiers soit cent douze navires.

D’autres navires seront mis sur cale après le début de la guerre, profitant de la moindre disponibilité de cale pour compenser les pertes à venir et celles déjà enregistrées sous les coups des navires, des avions et des sous-marins ennemis.

19-Marine Marchande (6)

B-La Commission Nationale Maritime, une Maritime Commission à la française

Mieux coordonner les efforts

Durant la guerre de Pologne, la Direction du Transport Militaire (D.T.M) assurait la gestion des navires réquisitionnés soit une grande partie de la flotte marchande française. Au cours de ces réquisitions (qui pour les dernières se sont achevées en septembre 1940), la D.T.M à déploré la vétusté de la flotte et son hétérogénéité ce qui pénalisait l’effort de guerre.

En cas de nouveau conflit, la marine souhaite disposer de navires réquisitionnés plus modernes et surtout moins hétérogènes pour faciliter son utilisation sur la durée. Un minimum de coordination est donc nécessaire.

Le 12 juin 1942 est créée la Commission Nationale Maritime (CNM), pendant français de la Maritime Commission américaine. La CNM doit plancher sur de nouveaux types de cargos et de pétroliers, d’anticiper les modifications à effectuer pour le temps de guerre et secondairement de répondre aux craintes de certains armateurs de voir la CNM devenir le seul et unique armateur de France.

Cette CNM ne va pas chômer et dès le mois de septembre peut présenter plusieurs modèles de navires de fret et de petits paquebots utilisables pour le transport de troupes. Ces navires vont ensuite être commandés auprès de chantiers français mais également américains et canadiens en dépit des problèmes de conversion entre le système impérial et le système métrique.

Si la CNM finance une partie de ces navires qui sont ensuite affrétés par un armateur au nom du gouvernement français, les armateurs vont renouveler au passage leur flotte, bénéficiant en commandant ces modèles de primes et d’aides diverses qui vont indirectement les chantiers français bien qu’elles aident également des chantiers étrangers.

Les navires «CNM»

Pétroliers

A l’origine, il était prévu que les pétroliers de la marine nationale participent au ravitaillement du pays en pétrole mais très occupés avec le ravitaillement des navires de guerre et la réalimentation des dépôts militaires, ils doivent être remplacés par des pétroliers civils. Voilà pourquoi la priorité est donné au dévellopement d’un pétrolier moderne.

A l’aide d’un bureau d’étude de Marseille, la CNM dessine un navire élégant à deux chateaux de 130m de long et de 7500 TJB. Propulsé soit par diesel soit par une turbine à engrenages, ils peuvent atteindre la vitesse de 15 noeuds.

La CNM finance directement six navires qui seront gérés par la Société Française de Transports Pétroliers (SFTP) et par la Compagnie Navale des Pétroles à raison de trois chacun. Ces six navires ainsi que cinq autres pétroliers type PC (Pétrolier de la Commission) financés partiellement par la CNM sont construits en France, en Belgique, au Canada.

Un modèle de pétrolier caboteur baptisé PPC (Petit Pétrolier de la Commission) inspiré des pétroliers-caboteurs de la marine nationale est également mis au point soit des navires de 1500 tonnes de port en lourd.

Huit pétroliers financés partiellement par la CNM sont construits par des chantiers français pour des armateurs français : trois pour l’Association pétrolière,trois pour la Compagnie Africaine de Navigation et deux pour la Société Française des Pétroles Shell.

Cargos

Pour renouveler les navires de charge, la CNM va dessiner un cargo facile à construire, propulsé soit par une propulsion diesel ou par une propulsion vapeur avec  une seule hélice. Les superstructures parquées à l’arrière sont réduites au strict minimum, un seul mat de charge est installé entre les deux cales.

D’une capacité de 6500 tonnes de jauge brute, longs de 130m, ils vont être commandés à treize exemplaires financés totalement par la CNM qui va les laisser en affrètement aux Messageries Maritimes (4), à la Compagnie Nantaise des Chargeurs de l’Ouest (2), à la Compagnie Paquet (2) à la Compagnie Havraise Peninsulaire de navigation (2) et à la Compagnie des Bateaux à Vapeurs du Nord (3).

54 autres navires vont être commandés et financés partiellement par la CNM, navires construits en France, au Canada et aux Etats Unis. Quatre sont commandés pour les Affréteurs maritimes indochinois, quatre par le Groupe Louis Dreyfus, deux pour l’armement Maurel et Prom, six par l’armement Schiaffino, deux par l’armement Scotto-Ambrosino-Puglièse, quatre par la compagnie Charles Le Borgne, deux par la compagnie nouvelle de navigation Busck, six par les Chargeurs Réunis, deux par les Affréteurs Français, deux par la Compagnie Fabre, six par la Compagnie Générale Transatlantique, deux par la compagnie Paquet, six par la compagnie Worms et huit par la compagnie Delmas-Vieljeux,

19-Marine Marchande (1)

19°) LA MARINE MARCHANDE

Un Précieux auxiliaire de la marine nationale

La marine nationale, ses cuirassés, ses croiseurs, ses contre-torpilleurs et ses torpilleurs disposent de navires auxiliaires pour assurer ravitaillement et réparations mais en temps de guerre, les besoins sont tels (sans oublier d’éventuelles pertes) que les navires auxiliaires du temps de paix seraient bien incapables d’assurer toutes les missions.

D’où l’utilisation des ressources de la marine marchande, la «Mar Mar» en réquisitionnant pétroliers, cargos et paquebots qui deviennent des transports de troupes, croiseurs et patrouilleurs auxiliaires.

En 1939, la marine marchande française dispose d’un tonnage conséquent sans que la Royale n’ait à son mot à dire sur l’équipement et les caractéristiques des navires commandés par différents armateurs.

Cela change à partir de 1942 avec la création de la Commission Nationale Maritime (CNM) chargée de coordonner l’expansion et la modernisation de la flotte avec les armateurs.

Des primes et des aides sont prévues pour imposer les choix techniques de la CNM dont les navires construits sous son égide doivent renforcer les moyens de la marine nationale après réquisitions.

Quand le conflit éclate en septembre 1948, la marine marchande comme en septembre 1939 est mise sur le pied de guerre, la marine nationale réquisitionne directement un certain nombre de navires alors que les autres navires sont pris en charge par la Direction du Transport Militaire  (DTM) qui va gérer les mouvements notamment en convois au profit de l’armée (transport des  troupes et de matériel) ou de l’économie.

A-Panorama de la «Mar Mar» en 1939-40

Dans cette partie, je vais énumérer les principaux navires de la marine marchande en me focalisant sur les principaux armateurs

Affréteurs maritimes indochinois

-Cargo Albert Sarrault (1921) 2156 TJB (ce navire appartient au gouvernement général de l’Indochine qui le place en gérance dans  cette compagnie)

-Cargo Gouverneur Général Alexandre Varenne (1922) 3508 TJB

-Cargo Gouverneur Général Maurice Long (1908) 1692 TJB

-Cargo Gouverneur Général Merlin (1896) 1543 TJB

-Cargo Gouverneur Général Pasquier (1906) 1994 TJB

-Cargo Gouverneur Général Van Vollenhoven (1909) 691 TJB

Armement Louis Dreyfus

Cargo Charles LD

Cargo Charles LD

-Cargo Charles LD (1933) 5267 TJB

-Cargo François LD (1938) 5800 TJB

-Cargo Jean LD (1935) 5795 TJB

-Cargo Léopold LD (1933) 5267 TJB

-Cargo Louis LD (1936) 5795 TJB

-Cargo Pierre LD (1936) 5795 TJB

Armement Maurel et Prom

-Cargo Lisieux (ex-Munami EUA) (1919) 2594 TJB

-Cargo Montaigne (1920) 2770 TJB

-Cargo Montesquieu (1922) 3325 TJB

-Cargo Tourny (1920) 2769 TJB

Armement Schiaffino

-Cargo Ange Schiaffino (1929) 3236 TJB

-Cargo Catherine Schiaffino (1930) 1591 TJB

-Cargo Charles Schiaffino (1930) 3664 TJB

-Cargo Finistère (1909) 1158 TJB

-Cargo Jacques Schiaffino (1930) 1757 TJB

-Cargo Jeanne Schiaffino (1922) 1032 TJB

-Cargo Louis Charles Schiaffino (1919) 3089 TJB

-Cargo Marcel Schiaffino (1929) 3482 TJB

-Cargo Monique Schiaffino (1929) 3326 TJB

-Cargo Nicole Schiaffino (1920) 4974 TJB

-Cargo Rose Schiaffino (1920) 3349 TJB

-Cargo citerne partielle Prosper Schiaffino (1930) 1634 TJB

-Cargo Schiaffino (1920) 3236 TJB

-Cargo Schiaffino Frères (1910) 3314 TJB

-Cargo Ville de Bougie (1907) 1132 TJB

-Cargo Ville de Djidjelli (1907) 1132 TJB

-Caboteur Notre Dame d’Afrique (1891) TJB

-Caboteur Ville de Tenès (1909) 320 TJB

-Caboteur Ville de Tipaza (1917) 331 TJB

Armement Scotto,Ambrosino et Pugliese

-Cargo Kristel (1918) 1391 TJB

-Cargo Mascot (1922) 1225 TJB

-Cargo Mers-El-Kébir (1917) 1953 TJB

-Cargo Procida (1925) 1156 TJB

Association Pétrolière

-Pétrolier-caboteur Artabaze (1922) 435 TJB

-Pétrolier-caboteur Atar (1922) 435 TJB

-Pétrolier Bahram (1922) 7765 TJB

-Pétrolier Cyrus (1922) 435 TJB

-Pétrolier Firuz (1929) 7327 TJB

-Pétrolier Kobad (1930) 7329 TJB

-Pétrolier-caboteur Tomyris (1922) 435 TJB

Compagnie Charles Leborgne

-Cargo Alberte Leborgne (1914) 3921 TJB

-Cargo Augustin Le Borgne (1920) 1789 TJB

-Cargo Charles Le Borgne (1920) 1789 TJB

-Cargo Ginette Le Borgne (1903) 1619 TJB

-Cargo Josephine Le Borgne (1918) 1309 TJB

-Cargo Marie-Louise Le Borgne (1903) 1263 TJB

-Cargo Marie-Thérèse Le Borgne (1903) 1269 TJB

Compagnie Busck

-Cargo Cheik (1920) 1058 TJB

-Cargo Goumier (1920) 1058 TJB

-Cargo Kabyle (1905) 1881 TJB

-Cargo Kroumir (1906) 1881 TJB

-Cargo Oasis (1937) 1327 TJB

-Cargo Spahi (1920) 1058 TJB

-Cargo Tell (1937) 1327 TJB

Chargeurs Réunis

-Bananier Kakoulima (1933) 3723 TJB

-Bananier Katiola (1935) 3891 TJB

-Bananier Kilissi (1933) 3723 TJB

-Bananier Kolente (1933) 3723 TJB

-Bananier Kita (1936) 3894 TJB

-Cargo Aden (1918) 8033 TJB

-Cargo Aïn El Turk (1925) 2477 TJB (appartient à l’Etat Français, placé en gérance dans cette compagnie)

-Cargo Ango (1913) 7110 TJB

-Cargo Bangkok (1919) 8040 TJB

-Cargo Baoulé (1921) 5874 TJB (coulé 31 octobre 1939)

-Cargo Bougainville (1913) 7110 TJB

-Cargo Bougaroni (1919) 3050 TJB (appartient à l’Etat Français, placé en gérance dans cette compagnie)

-Cargo Casamance (1921) 5817 TJB

-Cargo Dalny (1914) 6672 TJB

-Cargo Dahomey (1921) 5851 TJB

-Cargo D’Entrecasteaux (1922) 7291 TJB

-Cargo Dupleix (1914) 7135 TJB

-Cargo Forbin (1922) 7291 TJB

-Cargo Fort Archambault (1918) 5549 TJB

-Cargo Fort Binger (1919) 5250 TJB

-Cargo Fort de Douamont (1919) 5266 TJB

-Cargo Fort de Souville (1918) 5229 TJB

-Cargo Fort de Troyon (1919) 5026 TJB

-Cargo Fort de Vaux (1919) 5186 TJB

-Cargo Fort Lamy (1919) 5234 TJB

-Cargo Fort Médine (1919) 5234 TJB

-Cargo Gravelines (1925) 2477 TJB

-Cargo Linois (1907) 7473 TJB

-Cargo Lipari (1922) 9954 TJB

-Cargo Sainte Louise (ex allemand Trifels) (1922) 6198 TJB

-Paquebot Cap Padaran (1922) 8009 TJB

-Paquebot Saint Jacques (1922) 8009 TJB (sister-ship du précédent)

-Paquebot Asie (1914) 8561 TJB

-Paquebot Aurigny (1918) 9589 TJB

-Paquebot Belle Isle (1918) 9591 TJB

-Paquebot Brazza (1923) 10387 TJB

-Paquebot Cap Tourane (1923) 8009TJB

-Paquebot Cap Varella (1921) 8009 TJB

-Paquebot Désirade (1921) 9645 TJB

-Paquebot Formose (1921) 9975 TJB

-Paquebot Foucauld (1922) 11028 TJB

-Paquebot Groix (1922) 9975 TJB

-Paquebot mixte Jamaïque(1922) 10123 TJB

-Paquebot mixte Kerguelen (1922) 10123 TJB