Etats-Unis (31) croiseurs lourds (4)

USS Columbus (CA-73)

USS Saint Paul (CA-73) 1949-54.jpg

-Le USS Columbus (CA-73) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New-Jersey) le 12 mars 1943 lancé le 8 novembre 1944 et commissionné le 14 mars 1946.

Il réalise sa mise en condition opérationnelle en baie de Chesapeake jusqu’au 4 avril avant passer deux semaines au bassin au Norfolk Navy Yard pour des travaux complémentaires soit des travaux non réalisés avant la commission ou des travaux rendus nécessaires par la mise en condition opérationnelle.

Il quitte la Virginie le 19 avril, fait escale à Miami du 23 au 25 avril, à Kingston du 30 avril au 3 mai, franchit le canal du Panama les 7 et 8 mai avant de rallier San Diego le 15 mai 1946.

Après une série d’exercices avec des unités stationnées dans le sud de la Californie, le croiseur lourd quitte San Diego le 25 mai pour rallier Pearl Harbor _son port d’attache_ le 2 juin 1946.

Le 21 mars 1950, le croiseur lourd était amarré à proximité de l’île Ford. Quand les premières bombes japonaises pleuvent sur la rade, le commandant du Columbus appelle aussitôt aux postes de combat, permettant d’armer une partie de la DCA.

Si deux bombes touchent le croiseur à l’avant et qu’une torpille touche le croiseur lourd à l’arrière, le CA-73 fait plus que se défendre puisqu’il abat quatre avions japonais seuls et quatre autres en coopération.

Le croiseur lourd finit cependant par couler droit. Relevé le 5 octobre 1950, il est immédiatement mis au bassin pour des réparations d’urgence terminées en décembre. Le 10 décembre 1950, il quitte Pearl Harbor et rallie Long Beach pour une remise en état complète qui va nécessiter 18 mois de travaux, travaux qui s’achèvent en juin 1952.

Après deux semaines de remise en condition au large de San Diego (10 au 25 juin 1952), le croiseur lourd se ravitaille et met cap sur Pearl Harbor où il arrive le 3 juillet 1952.

Il est aussitôt engagé dans les opérations de reconquête de la Nouvelle-Guinée, couvrant les opérations amphibies en bombardant les points de résistance et en assurant la couverture antiaérienne des têtes de pont. Il est endommagé par une bombe japonaise le 14 septembre 1952 mais les dégâts sont limités, ne nécessitant qu’un passage auprès d’un navire-atelier.

Cette première campagne terminée, le croiseur lourd va participer à l’opération Carolines-Mariannes (avril-septembre 1953) au cours de laquelle il est à nouveau endommagé.

En effet, le 14 avril 1953 au large des Carolines par un avion qui s’écrase à l’avant du navire, provoquant des dégâts suffisamment sérieux pour obliger le Columbus à revenir à Pearl Harbor et passer deux mois en répararations. Il est de retour au combat en juillet 1953 dans les Carolines.

Il participe ensuite à l’opération Boxer, la conquête de Formose et la reconquête de la «Chine utile». Jusqu’à la fin du conflit, le Columbus n’est plus endommagé. Il participe aux opérations d’occupation au Japon et en Corée.

Rentré aux Etats-Unis en mai 1955 après avoir participé à l’opération Crossroads (campagne d’essais nucléaires), il est désarmé à Bremerton le 15 juin 1955 et mis sous cocon pendant six ans.

Réarmé le 14 septembre 1961, il rallie le Long Beach Naval Shipyard pour être transformé en croiseur lance-missiles. Les tourelles avant de 203mm sont conservées tout comme les canons de 127mm (réduits à dix) mais la tourelle arrière de 8 pouces est remplacée par deux affûts lance-missiles pour des missiles antiaériens moyenne portée Terrier, les canons de 20 et de 40mm cédant la place à des canons de 76mm automatiques. Les installations hydravions cèdent la place à une plate-forme pour un hélicoptère léger.

Les travaux s’achèvent le 20 mars 1963,le CA-73 devenant le CAG-3. Il est stationné à San Diego en compagnie du Boston.

Tout comme le CAG-1, le CAG-3 couvre les porte-avions déployés à San Diego qui effectuent également de réguliers déploiements au sein de la 7ème flotte qui ne possède pas jusqu’en 1974 de porte-avions affecté à demeure.

Le Columbus participe aux premières opérations de la Deuxième Guerre du Vietnam (1970-1977), assurant l’appui-feu des G.I et des Marines avec ses canons de 203mm. Il tire plusieurs missiles SM-1 (le successeur du duo Tartar/Terrier) contre des contacts à la frontière avec la Chine sans que la destruction d’avions ne soit confirmée.

Il rentre de son dernier déploiement vietnamien le 30 mars 1975, entamant aussitôt le processus de désarmement.

Le Columbus est officiellement désarmé le 14 avril 1975. Rayé du Naval Vessel Register le lendemain, il est vendu à la démolition et démantelé par Esco Marine à Brownsville.

USS Missoula (CA-74)

USS Columbus (CA-74) Méditerranée 031152

-Le USS Missoula est mis sur cale aux chantiers navals de la New-York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New-Jersey) le 12 janvier 1944 lancé le 23 juin 1945 et commissionné le 21 décembre 1946.

Il effectue sa mise en condition opérationnelle en mer des Caraïbes du 26 décembre 1946 au 12 janvier 1947, rentrant à Norfolk pour des travaux au bassin du 15 au 30 janvier 1947.

Ravitaillé, le croiseur lourd quitte la Virginie le 5 février 1947, fait escale à Miami du 8 au 12 février, à Fort de France du 15 au 18 février, à Kingston du 21 au 24 février, franchit le canal de Panama les 27 et 28 février avant de rallier San Diego le 5 mars 1947.

Quand les japonais attaquent le 21 mars 1950, le Missoula effectuait une escale de représentation à Valparaiso. Il se ravitaille et reçoit l’ordre de rallier San Diego. Le 25 mars 1950 alors qu’il était en mer, un sous-marin japonais est signalé au large de Panama.

Il reçoit l’ordre de protéger les écluses du canal de Panama contre un éventuel raid japonais mais aucune flotte japonaise n’à été repéré ni de près ni de loin de cette voie d’eau stratégique pour l’US Navy.

Il rallie Pearl Harbor en juin, participant aux ultimes opérations au large des Phillipines, échappant à un torpillage par un sous-marin japonais mais pas aux bombes d’avions japonais, une bombe détruisant les catapultes hydraviation et un coup à toucher déformant le bordé à tribord. Réparé, il reprend rapidement le combat.

Il encaisse les obus d’un croiseur lourd japonais au large de Guadalcanal le 12 avril 1951 lui obligeant à passer six mois à Nouméa pour des réparations assez lourdes jusqu’en novembre 1951.

Il participe ensuite aux principales opérations du second conflit mondial, sans être à nouveau endommagé par les japonais. Il est engagé dans la bataille de la mer de Corail, dans la campagne de Nouvelle-Guinée avant de participer à l’opération anglo-franco-chinoise Overlord, l’offensive en Thaïlande et en Cochinchine et jusqu’en décembre 1953.

Après un petit carénage, le croiseur lourd participe à l’opération Boxer contre la Chine continentale et Formose.

Le 4 février 1954, le porte-avions Franklin est sérieusement endommagé au large de Formose. Le Missoula le prend en remorque et va le ramener à Leyte après dix jours d’une traversée éprouvante, le porte-avions et le croiseur lourd arrivant en baie de San Pedro le 15 février 1954, le croiseur lourd assurant la protection du mouillage jusqu’en avril 1954.

Il termine la guerre au large du Japon. Rentré aux Etats-Unis en novembre 1954, il aurait du être désarmé mais finalement, il subit des travaux pour être transformé en navire-amiral pour la 6ème flotte en Méditerranée.

Il va rester déployé dans cette mer jusqu’en mai 1960 quand il est relevé par le Saint Paul. A l’origine, il était prévu de le transformer en croiseur porte-hélicoptères (débarquement de la tourelle arrière de 203mm et installation d’une plate-forme avec hangar pour quatre hélicoptères ASM) mais au final le projet est abandonné.

La relève à lieu le 9 mai 1960 à Gibraltar et le Missoula rallie Boston le 16 mai. Désarmé le 30 mai 1960, il est placé sous cocon à la South Boston Naval Annex, dépendant de l’Atlantic Reserve Fleet Boston Group.

Son réarmement est étudié au printemps 1971 suite au déclenchement de la Deuxième Guerre du Vietnam mais un état matériel peu reluisant fait capoter ce projet.

Rayé du Naval Vessel Register le 30 mai 1975, l’ex-USS Missoula (CA-74) est vendu à la démolition et démantelé à Boston entre septembre et décembre 1975.

USS Bremerton (CA-75)

USS Helena (CA-75) 1953

-Le USS Bremerton (CA-75) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New Jersey) le 6 juin 1944 lancé le 21 mars 1936 et commissionné le 30 septembre 1947 au Norfolk Navy Yard.

Après sa mise en condition dans les Caraïbes jusqu’au 21 novembre, le dernier né des croiseurs lourds de classe Baltimore passe deux semaines au Norfolk Navy Yard pour travaux complémentaires et réparations liés à un échouage sans gravité sur un banc de sable au large des côtes cubaines.

Militairement prêt, le Bremerton quitte la Virginie le 15 décembre 1947, fait escale à La Havane du 22 au 26 décembre, franchit le canal de Panama les 30 et 31 décembre, ralliant San Diego le 8 janvier 1948.

Le 21 mars 1950, le croiseur lourd achevait son premier carénage. Sa remise en condition est accélérée pour lui permettre d’être opérationnel le plus rapidement possible.

Il participe aux opérations de la campagne des Phillipines, ses canons de 8 pouces matraquant des colonnes japonaises en progression ce qui attire sur lui la foudre de l’aéronavale nippone et des premiers bombardiers de l’armée.

Il évite quatre bombes et six torpilles mais une bombe détruit un affût de 127mm tribord et une seconde bloque la tourelle I de 203mm obligeant le croiseur lourd à se replier à Pearl Harbor pour réparer.

Il est endommagé à nouveau au large de la Nouvelle-Calédonie en octobre 1951 puis une troisième et dernière fois lors des opérations à Okinawa (avril 1954). Le 4 septembre 1954, le croiseur lourd était en répararations en baie de San Pedro sur l’île de Leyte.

Successivement, le croiseur lourd à participé à la première campagne des Phillipines, à la campagne des Salomons, à la bataille de la mer de Corail puis à la campagne de Nouvelle-Guinée.

Après avoir participé à l’opération Overlord (soutien d’une offensive anglo-franco-chinoise en direction de la Thaïlande et de la Cochinchine), le croiseur subit un grand carénage avant de terminer le conflit par sa participations aux opérations contre Iwo Jima et Okinawa.

Il participe alors à l’opération Magic Carpet, le rapatriement des soldats, marins et aviateurs démobilisés effectuant jusqu’en janvier 1955 six rotations à travers le Pacifique.

Il rallie ensuite Bremerton pour entamer le processus de désactivation. Le USS Bremerton est officiellement désarmé le 17 février 1955 et placé sous cocon.

Le 14 septembre 1958, il est réarmé et remorqué au Puget Sound Navy Yard tout proche pour être transformé en croiseur lance-missiles. Les travaux menés sont identiques à ceux réalisés sur ses sister-ship Boston, Columbus et Albany.

La transformation se termine en mars 1960 et le croiseur lance-missiles, le CAG-4 peut effectuer sa mise en condition opérationnelle. Après un ravitaillement à San Diego le 4 mai 1960, il franchit le canal de Panama les 8 et 9 mai, relache à La Havanne du 13 au 17 mai, à Miami du 21 au 23 mai avant d’arriver à Norfolk son nouveau port d’attache le 27 mai 1960, presque treize ans après son départ.

En compagnie de l’Albany, il va accompagner les porte-avions de la 2ème flotte qu’il s’agisse d’exercices en Europe du Nord ou lors des détachements réalisés au sein de la 6ème flotte qui ne possède pas de navires en propre en dehors de son navire-amiral.

Après son dernier déploiement en Méditerranée, le Bremerton est désarmé le 14 septembre 1977, six mois après son sister-ship Albany.

Rayé du Naval Vessel Register le 14 mars 1978, le croiseur lance-missiles est vendu à la démolition mais le chantier n’ayant pas respecté les termes contractuels, l’US Navy dénonce le contrat et finit par le couler comme cible en septembre 1979.

USS Fall River (CA-76)

USS Los Angeles (CA-135) copie à détruire.jpg

-Le USS Fall River (CA-76) est mis sur cale aux Fore River Shipyard sis à Quincy (Massachussetts) le 21 janvier 1945 lancé le 8 septembre 1946 et commissionné au Boston Navy Yard le 14 janvier 1948.

Il réalise sa mise en condition opérationnelle dans les Caraïbes du 20 janvier au 12 février 1948, passe une semaine au Boston Navy Yard pour des travaux complémentaires.

Il quitte le Massachusetts le 23 février 1948, fait escale à Miami du 26 février au 2 mars _escale prolongée en raison d’un problème de chaudière_ à La Havanne du 5 au 8 mars, franchit le canal de Panama les 11 et 12 mars avant de rallier San Diego le 19 mars 1948.

Son périple n’est pas terminé puisqu’il doit rallier son port d’attache en l’occurence Bremerton qu’il rallie pour la première fois le 30 mars 1948.

Le 21 mars 1950, il était à quai à Bremerton. Il prend aussitôt à la mer pour une mission «recherche et destruction», les américains craignant un raid sur la côte ouest voir un débarquement amphibie, opération menée après neutralisation de la flotte américaine de Pearl Harbor.

Ces opérations n’ayant rien donné, le croiseur lourd va être engagé dans le Pacifique, participant aux principales opérations du second conflit mondial (Phillipines et Salomons) jusqu’au 14 mai 1952 quand il est surpris au large de la Nouvelle Guinée par un convoi de neuf destroyers transportant hommes et matériel au profit de garnisons japonaises matraquées par les américains et les australiens.

Bien que transportant du matériel, les destroyers exécutent un modèle du genre d’attaque coordonnée de nuit. Pas moins de seize torpilles sont lancées et si le croiseur lourd évite huit projectiles, trois frappent le croiseur qui coule rapidement, emportant la majeure partie de son équipage.

USS Macon (CA-77)

USS Los Angeles (CA-135) copie à détruire

-Le USS Macon (CA-77) est mis sur cale aux Fore River Shipyard sis à Quincy (Massachusetts) le 21 mars 1945 lancé le 8 février 1947 et commissionné au Boston Navy Yard le 11 juin 1948.

Il effectue sa mise en condition opérationnelle en baie de Chesapeake (Virginie) du 15 juin au 12 juillet 1948. Il passe ensuite deux semaines en travaux.

Il est prêt à appareiller pour le Pacifique et Pearl Harbor le 20 juillet mais suite à la tension de plus en plus grande en Europe, l’amiral commandant l’Atlantic Fleet obtient de pouvoir conserver le puissant croiseur lourd en attendant de savoir si le conflit allait impliquer rapidement les Etats-Unis.

Ce n’est que le 5 novembre 1948 que le Macon quitte Norfolk où il était stationné pour rejoindre son port d’attache. Il fait escale à Miami du 8 au 11 novembre, à Kingston du 15 au 18, franchit le canal de Panama les 21 et 22 novembre, est à San Diego du 30 novembre au 3 décembre, arrivant à Pearl Harbor le 12 décembre 1948.

Le 21 mars 1950 quand les japonais attaquent, le croiseur lourd était à la mer, effectuant un exercice commun avec la marine australienne.

Plutôt que de le rapatrier à Pearl Harbor, les américains acceptent de placer le Macon sous commandement australien pour une durée indéterminée. Le CA-77 va couvrir l’arrivée aux Salomons de renforts de l’Australian Mobile Force (AMF). Ce n’est qu’en septembre 1951 qu’il va retrouver le giron de la Pacific Fleet.

Décidement «allié-compatible», il est à nouveau détaché auprès des alliés en couvrant l’opération Gymnastic en direction de la Birmanie (avril-juillet 1952) avant d’enchainer par la campagne de Nouvelle-Guinée, la deuxième campagne des Phillipines avant de terminer par l’opération Boxer.

Il est engagé dans les principales opérations de l’US Navy dans le Pacifique jusqu’en février 1954 quand il est gravement endommagé au large de Formose lors de l’opération Boxer. Le 17 février 1954, il encaisse deux bombes et une torpille, ne devant sa survie qu’à l’expérience des équipes de contrôle des dégâts.

Il est remorqué par l’Oregon City en direction de Cam Ranh Bay, la base française libérée de l’emprise japonaise en mai 1953 et aussitôt remise en état par le génie français, les Royal Engineer britanniques et un bataillon de Seabees.

Le Macon est mis au bassin pour réparations, réparations encore en cours en septembre 1954. Ce n’est qu’au mois d’octobre 1954 qu’il peut retourner aux Etats-Unis, arrivant à San Diego le 5 décembre 1954.

Après trois mois d’entrainement dans le Pacifique oriental, le croiseur lourd rallie l’Asie du Nord-Est pour participer à la guerre civile en Chine, Washington soutenant le gouvernement nationaliste de Tchang-Kaï-Chek.

Il reste déployé dix-huit mois en Asie du Nord-Est jusqu’en septembre 1956. Après une escale à Subic Bay du 1er au 8 septembre, le croiseur lourd rallie San Diego via Guam (13 au 15 septembre) et Pearl Harbor (20 au 25 septembre), arrivant à destination le 3 octobre 1956.

Il entame aussitôt le processus de désactivation et de mise sous cocon, le Macon étant officiellement désarmé le 12 octobre 1956.

Placé sous le contrôle de la Pacific Reserve Fleet San Diego Group, il va rester quinze ans sous cocon, étant cannibalisé pour ses sister-ship.

Rayé du Naval Vessel Register le 2 septembre 1971, il est vendu à la démolition et démantelé à Suisun Bay sur un dock-flottant loué par son chantier démolisseur. Le démantèlement est terminé le 14 juin 1972.

USS Toledo (CA-78)

USS Saint Paul (CA-73) 1949-54 copie à détruire

-Le USS Toledo (CA-78) est mis sur cale aux Fore River Shipyard sis à Quincy (Massachusetts) le 12 mars 1945 lancé le 14 janvier 1947 et commissionné le 4 octobre 1948 au Boston Navy Yard.

Il effectue sa mise en condition opérationelle en mer des Caraïbes du 8 octobre au 4 novembre avant un mois de travaux au Boston Navy Yard pour régler des problèmes de machines récurrents.

Fin prêt, le Toledo quitte Boston le 10 décembre 1948, relache à Houston du 17 au 21 décembre, à La Havanne du 23 décembre au 2 janvier, franchit le canal de Panama les 6 et 7 janvier, pénétrant alors dans l’immense Océan Pacifique.

Il fait escale à San Diego du 15 au 18 janvier avant de rallier son port d’attache Bremerton le 22 janvier 1949 après six semaines de mer.

Le 21 mars 1950, le croiseur venait d’entamer son premier grand carénage. Les travaux non urgents sont reportés et le croiseur lourd est disponible dès septembre alors qu’initialement sa remise en service n’était pas prévue avant janvier ou février 1951.

Successivement, il participe à la campagne des Salomons, à la défense de la Nouvelle-Guinée et à la bataille de la mer de Corail.

Il participe aux deux premières années du conflit dans le Pacifique soit jusqu’en mars 1952 quand il est endommagé par trois bombes japonaises qui lui impose six mois de réparations jusqu’en septembre 1952.

Il ne rallie pas le Pacifique mais l’Atlantique, la marine américaine ayant décidé de renforcer ses forces sur la côte est.

Arrivé à Norfolk en novembre 1952, il rallie ensuite la Grande-Bretagne, étant détaché au sein de la Home Fleet avec laquelle il va terminer le conflit, participant à plusieurs escortes de convois en direction de l’URSS (attaquée par l’Allemagne en mai 1951) et surtout à l’opération Borealis, le débarquement le 13 octobre 1953 d’unités américaines (six divisions), françaises (une division de montagne et une division parachutiste) et du Commonwealth avec une division aéroportée britannique et deux divisions d’infanterie canadiennes.

Après avoir participe aux opérations d’occupation de l’Allemagne, le Toledo rapatrie aux Etats-Unis des militaires démobilisés.

A son retour à Boston le 14 mars 1955, il est désarmé et mis en réserve jusqu’au 8 mars 1960 quand l’US Navy décide de le réarmer pour augmenter le punch de la 2ème flotte (et donc en conséquence de la 6ème flotte ou US Mediterranean Fleet).

Il est mouillé au bassin n°1 du Boston Navy Yard et subit une remise en état complète de la coque et des superstructures, du remplacement des aériens des radars et des hélices.

Les canons de 20 et de 40mm sont remplacés par des canons de 76mm automatiques, les tourelles de 203mm sont modifiées pour permettre aux canons de 8 pouces de tirer en automatique ce qui permet en théorie au Toledo de tirer contre-avions avec ses canons de 203mm. Les catapultes d’hydraviation sont remplacées par une plate-forme pour hélicoptères.

Après sept mois de travaux, il est officiellement remis en service le 12 octobre 1960 à Norfolk son nouveau port d’attache.

Il va alterner exercices en Europe du Nord et déploiements de six mois en Méditerranée, étant le navire-amiral lors des indisponibilités du Saint-Paul, navire-amiral de la 6ème flotte.

Son désarmement était prévu pour janvier 1970 mais suite au déclenchement de la Seconde Guerre du Vietnam, ce dernier est repoussé permettant au Toledo de participer à son troisième conflit si on compte la guerre civile chinoise.

Il va effectuer trois déploiements au cours de ce conflit, le premier de mars à septembre 1971, le second de juin à décembre 1972 et le dernier de mai à octobre 1973.

Rentré à San Diego le 12 novembre 1973, le Toledo est désarmé le surlendemain 14 novembre. Il est rayé du Naval Vessel Register le même jour puis vendu à la démolition et démantelé au printemps 1974.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s