24-Armée de l’air (31)

M-Les équipements associés (2) : les véhicules spécifiques de l’armée de l’air

Préambule

Si les avions sont la partie la plus visible de l’armée de l’air, il ne faut pas oublier tous les véhicules terrestres, tout ce qui permet à ces avions de voler qu’il s’agisse des tracteurs d’avions ou des camions ateliers. Dans le domaine des véhicules, l’armée de l’air dispose à la fois de véhicules identiques à ceux de l’armée de terre mais également de véhicules conçus ou acquis pour ses besoins spécifiques.

A la différence de l’armée de terre, l’armée de l’air est entièrement motorisée, disposant après la mobilisation de 25000 véhicules de tous types mais beaucoup étant issus de la réquisition, ces besoins en matériels neufs sont importants en l’occurence 11800 véhicules et comme l’armée de terre est prioritaire, les besoins de l’armée de l’air ne seront jamais totalement satisfaits et la pénurie subsistera jusqu’à la démobilisation à l’impact relativement modéré pour nos forces aériennes.

Si pour la première catégorie, c’est le ministère de la Guerre qui gère les fournitures, pour la deuxième catégorie, c’est le Ministère de l’Air qui gère les acquisitions.

Dans cette optique, je ne vais pas rappeler les différents modèles de véhicules communs aux deux armées, me contentant de rappeler les grandes catégories concernées. Je serais naturellement plus prolixe en revanche sur les véhicules spécifiques à l’armée de l’air.

Les véhicules communs aux deux armées

-Voitures de liaison

-Camionnettes ordinaires

-Sanitaires légères et lourdes
-Camionnettes de Ravitaillement en Viande

-Camions de 2t, 3.5t, 5t, 7t, 10t et plus

-Autobus

-Motos solos ordinaires et motos side-cars ordinaires

-Remorques ordinaires

-Tracteurs de dépannage

-Bicylettes

-Camions bennes

-Différents véhicules 6×6 généralement semblables à ceux de l’armée de terre mais avec une carosserie et un aménagement intérieur spécifique à l’armée de l’air

Les véhicules spécifiques

Au niveau des groupes de combat, on trouve un échelon roulant comprenant 17 à 34 véhicules en fonction de la taille du groupe. Tous les groupes ayant trois ou quatre escadrilles, la majorité des échelons roulants ont 34 véhicules voir parfois plus.

En mai 1945, décision est prise d’uniformiser la composition des échelons roulants des groupes de combat qui sont désormais composés des véhicules suivants au nombre de 48 :

-Quatre bicyclettes et deux motocyclettes

-Trois voitures de liaison

-Huit camions de 3.5 tonnes remplaçant les 2.5 tonnes précédement utilisés

-Sept camions de 5 tonnes

-Deux camions grues

-Un autobus salle de renseignement

-Un autobus ordinaire

-Un camions d’électriciens

-Six remorques ordinaires

-Une remorque réservoir d’eau

-Deux remorques à carburant

-Deux remorques magasin d’armes

-Une cuisine roulante

-Deux camions d’insufflation d’air chaud

-Deux voitures sanitaire

-Une tour de contrôle mobile (utilisée notamment au cas où le groupe serait seul sur un terrain somairement aménagé)

-Deux camions-pompe anti-incendie

La majorité de ces véhicules sont identiques à ceux de l’armée de terre mais il y à parmi ses quarante-huit véhicules des véhicules propres aux besoins des aviateurs :

-autocar mixte de renseignement Rochet-Schneider qui sert de véhicule de transport pour les non-navigants (la présence d’un deuxième autocar rendant cette utilisation de plus en plus rares) et surtout de salle de briefing pour les navigants. Certains groupes disposent d’autocars semi-remorques.

-Le camion d’électricien chargé comme son nom l’indique de toutes les réparations électriques sur les avions en panne auquel s’ajoute une version agrandie, l’atelier mobile de groupe équipement-électricité ou AAF.

-Le camion insufflateur d’air chaud

-Les echelons roulants des GR et des GAO disposent de deux remorques mobiles aménagées en labo photos pour le dévellopement des clichés pris par les appareils de reconnaissance (nombre inclus dans les remorques ordinaires).

-En ce qui concerne les transmissions, la majorité des moyens sont rattachés aux bases aériennes et dépendent donc des ZAM mais une partie est rattachées aux groupes en l’occurence une section électricité-transmissions.

Chaque section comprend un atelier de réparations et d’entretien, une unité d’éclairage de terrains, une stadio radio de campagne et un élément de transmissions par fil.

Les véhicules de transmission utilisés sont pour la plupart semblables à celles de l’armée de terre à savoir des camionnettes mais les équipements radios et de transmissions sont spécifiques à l’armée de l’air.

Pour l’éclairage des terrains, on utilise des remorques fabriquées notamment par Barnier, Benard et Turenne (BBT).

Le remorquage des avions est assurée par des tracteurs FAR type 22X à trois roues pour les monomoteurs et bimoteurs légers, les avions les plus lourds utilisant des semi-chenillés Citroën-Kergresse puis Unic P-107  pour le remorquage des bimoteurs et des quadrimoteurs.

Unic P-107

Unic P-107

D’autres types de véhicules sont utilisés comme des camions-grues et des camions-pompes pour lutter contre les feux d’aéronefs.

On trouve enfin des véhicules d’aérostation destinés à la mise en oeuvre et au soutien des ballons captifs désormais utilisés comme barrages antiaériens et non comme moyens d’observation.

Publicités

22-Armée de terre : armement et matériel (49)

Les véhicules d’usage déterminé

Préambule

Non destinés à quitter la route, ces véhicules combinent un chassis de type commercial mais avec une carosserie adaptée aux besoins des militaires. Voilà pourquoi à l’exception des camions citernes, ces véhicules sont commandés dès le temps de paix, stockés et ressortis au grand jour au moment de la mobilisation de septembre 1939.

Les véhicules appartenant à cette catégorie sont de plusieurs types regroupés selon le vocable de «véhicules dérivés de chassis commerciaux courants».

A la différence des véhicules que nous venons de voir, ils sont adaptés à une mission bien particulière. On trouve donc les types suivants :

-Voitures sanitaires

-Camionnettes télégraphiques

-Breaks de reconnaissance (ultérieurement reclassés comme véhicules d’usage général et cités ici pour mémoire)

-Camions aménagés (atelier, magasin, porte-chars, porte-canons………..)

-Véhicules sahariens (ultérieurement reclassés comme véhicules d’usage général et cités ici pour mémoire)

-Tracteurs ordinaires routiers

-Avant-trains tracteurs

-Voitures usines d’équipages photo-électriques

-Locomotives pétroléo-éléctriques et locotracteurs

Les camions citernes

Laffly S20TL en version citerne

Laffly S20TL en version citerne

Quand éclate la guerre de Pologne,l’armée de terre dispose de seulement soixante-sept camions citernes sur les 110 commandés. Sur ce total, on doit compter les Latil M2B1 destinés au Sahara et des Laffly S20 TL réservés aux dragons portés.

Les besoins de la mobilisation sont estimés à 9000 citernes dont 3000 pour l’armée de l’air. Cela entraine le quasi épuisement du parc civil. Cela laisse néanmoins un déficit initial de 150 véhicules, 152 exemplaires étant laissés à la disposition de la Société Industrielle des pétroles et dérivés pour les besoins du marché civil.

Si certains de ces véhicules sont affectés isolément à des unités mécaniques (bataillon de chars de combat, divisions légères mécaniques), la majorité sont intégrés à des unités du train.

On trouve ainsi des compagnies de camions réservoirs dépendant des parcs d’essence d’armée ou de la Réserve Générale et des compagnies de transport de carburant qui sont des unités autonomes de la réserve générale.

Chaque compagnie dispose de 89 camions réservoirs ou plateaux (ces derniers transportant des citernes amovibles de 1 à 1.25 mètres cubes) plus 20 camions de 5 tonnes et 15 camions de 3.5 tonnes qui servaient au transport de bidons de cinquante litres.

Il faut attendre le 18 septembre 1939 pour que les premières commandes soient passées, 500 camions de 5000l plus soixante d’entretien mensuel. Cela permet de résorber le déficit et de remplacer les véhicules de réquisition qui sont peu à peu rendus à leurs propriétaires.

L’armée de terre met en œuvre des Berliet GDR 7 de 5000 litres qui peut être considéré comme le camion citerne standard de campagne.

D’autres modèles de camions citernes sont mis en œuvre au sein de l’armée de terre, des camions citernes de grande capacité en l’occurence le Willeme DG 18 de 18000 litres, dérivés des DG 12 de 12000 litres, ces derniers étant issus de la réquisition et sont rendus à leur légitime propriétaire au fur et à mesure de la livraison des DG 18.

On trouve également des Renault AIB 1 de 9500 litres ainsi que des White 920 et Mack EXBX de 18000 litres.

Camions-ateliers

A la différence des véhicules que nous venons de voir, les camions ateliers sont des véhicules typiquement militaires. Voilà pourquoi, les véhicules nécessaires sont commandés avant le déclenchement de la guerre de Pologne.

Cependant quand cette dernière éclate, toutes les commandes ne sont pas honorées ce qui impose faute de mieux de réquisitionner dans le civil des véhicules forcément moins adaptés que les véhicules conçus comme camions-ateliers.

En effet sur les 661 véhicules commandés (404 ateliers, 195 porteurs de machines-outils et 62 magasins), il reste à livrer 192 camions-ateliers, 158 porteurs de machines outils et 45 camions magasins.

Depuis 1938, l’armée à soigneusement définit les spécifications de ses camions ateliers qui existent en deux types : le type artillerie et le type char qui se différencie essentiellement par leur aménagement intérieur.

Outre les camions ateliers proprement dits, nous trouvons également des camions ateliers métalliques du génie et des camions de parc automobile d’armée.

D’autres véhicules vont naturellement être commandés une fois la guerre déclarée, des commandes importantes qui ne seront pas toutes honorées puisque la guerre s’acheva au bout de trois mois.

Les principaux modèles de véhicules ateliers sont les suivants :

-Camion atelier métallique Renault AGK

-Camion atelier type chars Rochet-Schneider 420 VLES

-Camion atelier Panhard K 125

-Camion pour parc d’armées FAR

-Camion atelier Latil FSPB 4

Camions porte-char

Quand éclate la guerre de Pologne, la quasi-totalité des porte-chars en service sont destinés au transport à longue distance sur route des Renault FT de 7.5 tonnes, des chars dépassés en 1939 mais toujours en service en attendant leur remplacement par des chars plus modernes.
Le poids des chars ne cessant d’augmenter, la philosophie du portage de chars évolue d’un transport sur route au dépannage des chars endommagés. Sachant qu’un char léger pèse en 1939 12 tonnes, le transport sur plateau devient pour ainsi dire impossible.

C’est le concept du «leveur-porteur», des véhicules spécialement conçus pour récupérer un char endommagé ou enlisé pour l’installer sur plateau et l’envoyer en réparations. Des véhicules répondant à ses caractéristiques sont fournis par Willème (DW-12A) et Berliet en petit nombre (24 commandés dont 17 encore à livrés en septembre 1939) en raison de leur coût.

La guerre imposant des solutions moins coûteuses, on préfère au leveur-porteur, le concept d’un 15 tonnes classique équipé de treuils et de rampes arrières, capable de porter tous les chars légers de l’époque. La société Bernard reçoit une commande de 280 exemplaires et Berliet une commande de 70 GPE-4.

Laffly S45T

Laffly S45T

Pour les chars dépassant 15 tonnes, on décide d’utiliser des remorques de dépannage tractées par des  dépanneurs de chars tout-terrain Somua MCL, Laffly S45 T et Latil M4TX.

Sur le plan de l’organisation, chaque BCC léger (BCC type 45) dispose d’un leveur-porteur et de deux porte-chars avec treuil alors que pour les BCC moyens et lourds ainsi que les escadrons de Somua S-35, on trouve une remorque par compagnie ou deux par escadrons, des remorques de 20 tonnes (modèle Titan et L&G) et de 30 tonnes (modèle Titan et Coder).

Devant les besoins, on fait appel aux Etats-Unis, commandant des camions porte-chars de 18 à 20 tonnes White-Ruxtall 922. Ces véhicules vont équiper à partir de l’automne 1940 cinq compagnies de soixante-trois tracteurs porte-chars, pouvant transporter des véhicules sur plateau ou tracter une des remorques citées plus haut. Ces cinq compagnies deviendront dix à la mobilisation de septembre 1948 puis quinze au printemps 1949 avec des véhicules américains et français.