Japon (29) croiseurs légers (2)

Croiseurs légers classe Nagara

Avant-propos

Les six croiseurs légers de classe Nagara sont une évolution en ligne directe des Kuma. Les caractéristiques sont semblables avec tout de même des différences comme le calibre des torpilles _610mm au lieu de 533mm_ et des superstructures plus larges.

En matière d’hydraviation, les croiseurs disposaient d’abord d’une plate-forme de 10m à l’avant avec un hangar mais ultérieurement une catapulte remplaça la plate-forme.

Carrière opérationnelle

Le Nagara

IJN Nagara 2.jpg

 

-Le Nagara est mis sur cale au Sasebo Kaïgun Kosho le 9 septembre 1920 lancé le 25 avril 1921 et mis en service le 21 avril 1922.

Comme ses sister-ship, le Nagara opère essentiellement en Chine quand bien sur il ne dirigeait pas les divisions de destroyers. Au milieu des années trente, le Nagara subit une première modernisation avec un mat tripode, une catapulte et une DCA plus moderne. En 1935, des travaux sont menés pour améliorer la stabilité, une leçon du chavirage du torpilleur Tomozuru.

Toujours en service en mars 1950, le croiseur léger est engagé aux Philippines, essentiellement pour protéger les transports.

Le 7 juillet 1950 alors qu’il patrouillait au large de Manille en compagnie de quatre destroyers, le Nagara est surpris par le croiseur lourd Boston et trois destroyers. A la suite d’un duel confus, le Nagara sombre après avoir encaissé des obus de 5 et de 8 pouces qui ne laisse au final que 120 survivants sur les 438 membres d’équipage.

Le Isuzu

-Le Isuzu est mis sur cale au Yokosuka Kaïgun Kosho le 10 août 1920 lancé le 29 octobre 1921 et mis en service le 15 août 1923.

Au débur des années trente, le croiseur léger reçoit un mat tripode en remplacement du mat d’origine, le bloc-passerelle est modifié, la DCA modernisée.

Il est modernisé en 1941/42 en attendant une transformation en croiseur léger antiaérien mais ce projet ne sera pas mené à bien. Désarmé le 17 septembre 1945, il reste mouillé à Sasebo où il va bien malgré lui servir de cible aux avions américains qui finissent par le couler le 7 mars 1954. L’épave chavirée est relevée en 1955 et démolie.

Le Natori

IJN Natori.jpg

-Le Natori est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 14 décembre 1920 lancé le 16 février 1922 et mis en service le 15 septembre 1922.

Il est modernisé de juillet 1931 à septembre 1932 avec une passerelle agrandie, l’embarquement d’un affût quadruple de 13.2mm et le remplacement des mitrailleuses de 6.5mm par des mitrailleuses de 7.7mm.

Le mat devint tripode et une catapulte est embarquée à l’arrière. Le croiseur subit de nouveaux travaux en 1938/39, les mitrailleuses de 13.2mm étant remplacées par des canons de 25mm.

En mars 1947, il devient navire-école, opérant au Japon mais également en Corée et en Chine quand il ne s’aventurait pas vers les colonies européennes en Asie du Sud-Est, menant des missions d’espionnage ce qui suscitait l’ire des français, des britanniques et des néerlandais mais dont la seule réaction ne pouvait être qu’une protestation verbale et diplomatique.

Remis en service en avril 1950, le croiseur léger est engagé dans les Salomons pour assurer la protection des navires amenant des renforts et des équipements aux soldats japonais.

Dans la nuit du 14 au 15 septembre 1951 alors qu’il participait à l’évacuation des 15000 soldats japonais restant, le Natori est coulé par un sous-marin américain, une unique torpille étant suffisante pour l’envoyer par le fond.

Le Kinu

-Le Kinu est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 17 octobre 1921 lancé le 29 mai 1922 et mis en service le 10 novembre 1922.

En 1934, il est modernisé, recevant une DCA plus moderne, perdant sa plate-forme et la catapulte à hydravions. L’année suivante, en 1935, il subit des travaux destinés à améliorer sa stabilité suite à l’accident survenu au Tomozuru. La DCA est à nouveau augmentée à la fin des années trente.

Le 18 septembre 1946 alors qu’il naviguait au large de Vladivostok, le Kinu entre en collision avec le paquebot soviétique General Souslov.

Le croiseur léger est coupé en deux, coulant rapidement, ne laissant que 221 survivants récupérés par le paquebot et par des navires acourus sur place. Il semble que le mauvais temps et une incompréhension mutuelle soit à l’origine de la catastrophe.

Le Yura

IJN Yura 2.jpg

-Le Yura est mis sur cale au Sasebo Kaïgun Kosho le 21 mai 1921 lancé le 15 février 1922 et mis en service le 20 mars 1923.

En 1932, les Yura et Abukuma sont envoyés à Shanghai pour participer aux combats dans la deuxième ville de Chine. De retour au Japon, le croiseur voit son bloc-passerelle modifié, perd une catapulte et reçoit un mât tripode. La coque est renforcée en 1937 et la DCA est augmentée en 1938/39.

En 1947/48, le Yura est transformée en croiseur léger antiaérien avec huit canons de 127mm en quatre tourelles doubles (un à l’avant, un derrière la cheminée n°3, les deux derniers derrière le mat arrière) et vingt-quatre canons de 25mm en douze affûts doubles. Les tubes lance-torpilles sont débarquées.

Remis en service, le croiseur léger reste au Japon jusqu’en 1952 quand il participe à la bataille de la mer de Corail (4-5 février) au cours de laquelle une bombe l’endommage légèrement en détruisant l’affût de 127mm avant.

Réparé, le croiseur léger participe à la campagne de Nouvelle-Guinée où il est de nouveau endommagé mais cette fois par une mine qui endommage le bordé à tribord. Réparé (bis), il est redéployé aux Philippines en novembre 1952.

Le 3 décembre 1952, il est torpillé par un sous-marin américain. Deux torpilles touche le croiseur qui coule rapidement ne laissant que 150 survivants récupérés deux jours plus tard par des navires japonais.

L’Abukuma

-L’Abukuma est mis sur cale aux chantiers navals Uraga Dock de Tokyo le 8 décembre 1921 lancé le 16 mars 1923 et mis en service le 26 mai 1925. A noter que les travaux ont été retardés par un tremblement de terre en mars 1923 alors que la coque est achevée à 70%.

Comme ses cinq sister-ships, il opère à la tête de divisions de destroyers quand il n’effectuait pas de croisières dans les eaux chinoises.

Le 20 octobre 1930, il entre en colision avec le Kitakami. L’avant de l’Abukuma est sérieusement atteint et le cuirassé Mutsu doit le remorquer à Tateyama, les réparations étant effectuées à Kure avec une proue type yacht semblables à celle des Jintsu et Naka.

En 1932, l’Abukuma et le Yura sont envoyés à Shanghaï pour soutenir l’infanterie de marine japonaise. Rentré au Japon, l’Abukuma voit son bloc-passerelle modifié, perd sa catapulte et reçoit un mat tripode. La DCA est modifiée dans les années trente.

En 1947/48 (octobre 1947-juin 1948), l’Abukuma est transformé en croiseur léger antiaérien sur le même modèle que le Yura.

L’Abukuma couvre des convois à destination des Salomons de mars à septembre 1951 avant de participer à la bataille de la mer de Corail puis à la campagne de Nouvelle-Guinée, rentrant au Japon en janvier 1953.

Bloqué au Japon, l’Abukuma se contente de rares sorties jusqu’au 17 mai 1954 quand il saute sur une mine qui l’envoie par le fond, laissant 230 survivants sur 435 marins.

Caractéristiques Techniques

Classe Nagara

Déplacement : standard 5170 tonnes pleine charge 7200 tonnes

Dimensions : longueur 162.15m largeur 14.17m tirant d’eau 4.85m

Propulsion : quatre turbines à engrenages Gihon (Brown-Curtiss pour le Kinu) alimentées en vapeur par douze chaudières Kampon développant 90000ch et entraînant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 36 nœuds distance franchissable 6000 miles nautiques à 14 nœuds

Protection : ceinture 38-63mm pont 28mm

Armement : sept canons de 140mm en affûts simples (deux sur la plage avant, deux latéraux et trois arrière), deux canons de 80mm et deux mitrailleuses de 6.5mm remplacés ultérieurement par des mitrailleuses de 13.2mm puis par des canons de 25mm. Huit torpilles de 610mm en deux plate-formes quadruples.

Aviation : une plate-forme de 10m à l’avant et un hangar puis une catapulte à l’arrière débarquée à la fin des années trente.

Equipage : 438 officiers et marins

Croiseurs légers classe Sendai

Avant-propos

Les trois unités de classe Sendai sont les dernières unités du programme des «5500 tonnes» auxquelles appartiennent également les Kuma et les Nagara.

Ces trois navires sont financés au budget de 1921, une quatrième unité baptisée Kako étant abandonnée pour permettre au Japon de respecter les limites du traité du Washington (1922).

Ils étaient très proches des Nagara mais possédaient quatre cheminées. L’armement était identique tout comme les installations aéronautiques qui se limitaient à une plate-forme installée devant la passerelle.

Carrière opérationnelle

Le Sendai

CL Sendai 3

-Le Sendai est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 16 février 1922 lancé le 30 octobre 1923 et mis en service le 29 avril 1924.

Comme ses deux sister-ship, le Sendai sert de conducteur de flottille, devant commander les destroyers à la mer.

Il est mis en réserve au début des années trente puis modifié en 1933/34 avec l’espacement des deux tourelles principales arrière est augmentée pour permettre l’installation d’une catapulte. Le mat devient tripode et la DCA modernisée avant d’être accrue à la fin des années trente. La cheminée n°1 est rabaissée et la stabilité améliorée.

Entre septembre 1942 et mars 1943, le Sendai est transformé en croiseur antiaérien, l’armement d’origine étant remplacé par quatre tourelles doubles de 127mm et seize (puis vingt-quatre) canons de 25mm en affûts doubles.

Engagé dans le second conflit mondial, le Sendai est déployé en Chine durant la première phase du conflit, opérant depuis l’île d’Haïnan.

Engagé dans les Salomons, il est coulé le 12 août 1951 en sautant sur une mine mouillée la veille par un sous-marin américain. Le navire se casse en deux et si l’avant coule quasi immédiatement, l’arrière se maintient à flot plusieurs minutes permettant aux deux tiers de l’équipage de se sauver.

Le Jintsu

-Le Jintsu est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 4 août 1922 lancé le 8 décembre 1923 et mis en service le 31 juillet 1925.

Comme ses deux sister-ship, le Jintsu sert de conducteur de flottille de destroyers. Le 24 août 1927, le croiseur léger Jintsu entre en collision avec le destroyer Warabi, perdant sa proue. Le croiseur doit être remorqué par le Kongo, les deux navires étant réparés à Maizuru.

Réparé, le croiseur reçoit une catapulte et est affecté au soutien de la 1ère division de porte-avions (Hosho Kaga) engagée en Chine. Il est modernisé en 1933/34.

Transformé en croiseur léger antiaérien entre avril et octobre 1943, le Jintsu participe au second conflit mondial. Déployé d’abord en Indochine à la fin de la campagne (décembre 1950), le Jintsu rallie ensuite les Salomons.

Dans la nuit du 14 au 15 juin 1951, il est surpris par quatre destroyers américains. Les destroyers de l’US Navy instruits par des expériences passées larguent huit torpilles avant d’ouvrir le feu. Touché par trois torpilles, il est matraqué par des obus de 5 pouces, coulant rapidement ne laissant que 120 survivants.

Le Naka

IJN Naka.jpg

-Le Naka est mis sur cale au Yokosuka Kaigun Kosho le 24 mai 1924 lancé le 24 mars 1925 et mis en service le 30 novembre 1925. A noter que la construction à été retardée par le tremblement de terre du Kanto du 1er septembre 1923 qui disloqua la coque lancée le 10 juin 1922.

Endommagé par une collision le même jour que celle du Jintsu, le Naka réparé va opérer en Chine au large de Shanghaï (1932). Des travaux de modernisation ont lieu en 1934/35, travaux semblables à ceux menés sur ses sister-ships.

Transformé en croiseur antiaérien entre octobre 1943 et juin 1944, le Naka participe au second conflit mondial.

Après avoir participé à la fin de la campagne en Insulinde (Malaisie, Indes Néerlandaises et Singapour), le Naka opère dans les Salomons où il est endommagé dans une collision avec un pétrolier japonais, l’obligeant à passer plusieurs mois en réparations.

A nouveau opérationnel en mars 1952, il opère en Nouvelle-Guinée puis aux Philippines, succombant le 12 mai 1953 aux coups de l’aviation qui l’envoie par le fond à l’aide de huit bombes, le navire sombrant en ne laissant qu’une poignée de survivants.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 5500 tonnes pleine charge 7600 tonnes

Dimensions : longueur 162.45m largeur 14.2m tirant d’eau 4.9m

Propulsion : quatre turbines à engrenages Gihon (Brown-Curtis pour le Jintsu) alimentées en vapeur par douze chaudières Kimpon développant 90000ch et entraînant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 35.25 nœuds distance franchissable 6000 miles nautiques à 14 nœuds

Protection : ceinture 38-63mm pont 28mm

14cm 3rd Year type gun 2.JPG

Canon de 140mm à terre. Localisation et datation inconnues

Armement : sept canons de 140mm en affûts simples sous bouclier,deux canons de 80mm en affûts simples sous bouclier, deux mitrailleuses de 6.5mm, huit tubes lance-torpilles de 610mm en deux plate-formes quadruples, une plate-forme et un hydravion, 48 mines

Equipage : 450 officiers et marins

Croiseur léger Yubari

Avant-propos

A l’origine de cet unique croiseur léger figure une tentative d’installer l’armement d’un croiseur léger sur une coque plus petite. On avait l’espoir de produire plus navires aussi bien armés.

Le Yubari (ex-Ayase) avait un déplacement d’environ 3000 tonnes, un armement composé de six canons de 140mm et de quatre tubes lance-torpilles, une vitesse de 35.5 nœuds et une distance franchissable de 5500 miles nautiques à 14 nœuds.

A la différence des croiseurs précédents, le Yubari ne disposait que d’une seule cheminée, une cheminée massive dont la forme allait être reprise pour les croiseurs suivants. Une fois en service, les performances se révélèrent décévantes et comme le croiseur à été unique, on peut imaginer clairement que les japonais n’ont pas été satisfaits.

Carrière opérationnelle

IJN Yubari 10

-Le Yubari (ex-Ayase) est mis sur cale au Sasebo Kaïgun Kosho le 5 juin 1922 lancé le 5 mars 1923 et mis en service le 31 juillet 1923.

En 1924/25, le croiseur léger opère dans le Yangtsé en compagnie du Tatsuta. En 1932/33, il est modernisé (suppression du canon de 80mm notamment), participant en 1933 à la revue navale de Yokosuka à la tête des destroyers. De nouveaux travaux sont menés en 1934 pour améliorer sa stabilité à savoir l’embarquement de ballasts. Il retourne ensuite pour une courte mission en Chine.

Mis en réserve quelques mois à Yokosuka, il subit de nouveaux travaux en 1939/40 notamment le renforcement de la DCA.

De nouveau refondu entre 1942 et 1944, il est ensuite mis en réserve en mars 1948. Il est réarmé en décembre 1950 et envoyé comme stationnaire aux Philippines, servant de navire de protection et d’appui-feu pour les troupes japonaises aux prises avec une guerilla mordante.

A partir du 17 janvier 1953, les américains entament une phase de bombardement de différents sites phillipins pour préparer la reconquête de l’ancienne colonnie. Le 2 février 1953, le Yubari était mouillé en baie de Manille.

En réparations, il ne pouvait appareiller. Surpris par des F4U Corsair armés de bombes de 454kg, il est littéralement exécuté, la DCA n’étant même pas armée. Il encaisse six bombes qui le transforme en une annexe de l’enfer. Il chavire rapidement avec des pertes humaines limitées (72 morts). L’épave est relevée en 1957, échouée sur une plage et démantelée.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 3166 tonnes pleine charge 4447 tonnes

Dimensions : longueur 139.45m largeur 12m tirant d’eau 3.6m

Propulsion : trois turbines Parons huit chaudières Kampon 57900ch 3 hélices

Performances : vitesse maximale 34 nœuds distance franchissable 3310 miles nautiques à 14 nœuds

Protection : ceinture 57mm maximum pont 25mm

Armement : six canons de 140mm (un affût simple avant installé à plat-pont, un affût double sur un rouf, un affût simple arrière installé à plat-pont, un affût double sur un rouf), 1 canon de 80mm et deux mitrailleuses de 7.7mm remplacées ultérieurement par 16 canons de 25mm en huit affûts doubles 4 tubes lance-torpilles de 610mm 48 mines

Equipage : 328 officiers et marins

Croiseurs légers classe Katori

Avant-propos

Les trois croiseurs légers ckasse Katori ont été conçus pour remplacer les vieux croiseurs Azuma Iwate et Yakumo. Ils ont été dessinés comme des navires-école c’est à dire des navires disposant d’une vitesse maximale limitée (18 nœuds) mais un grand rayon d’action. L’armement est faible mais les moyens de communication de bonne qualité. Le confort était important avec notamment de belles salles de réception pour les opérations de relation publique.

Cependant comme la guerre était prévisible à court voir moyen terme, le rôle militaire de ces navires fût précisé à savoir de servir de navire de commandement pour les amiraux.

Carrière opérationnelle

Le Katori

IJN Katori

-Le Katori est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 24 août 1938 lancé le 17 juin 1939 et mis en service le 20 avril 1940.

Le Katori sert de navire d’entrainement jusqu’en mars 1950, étant immobilisé pour deux grands carénages, le premier de mai à décembre 1943 et le second de janvier à septembre 1947.

Utilisé comme navire de commandement, le navire reste à l’écart des coups de l’ennemi jusqu’au 17 septembre 1952 quand il est endommagé par une torpille d’un sous-marin américain l’obligeant à rentrer au Japon pour être remis en état, les travaux s’achevant en février 1953.

Engagé aux Carolines pour repousser l’invasion américaine, le Katori est coulé en compagnie de son sister-ship Kashii par l’aviation embarquée américaine, encaissant quatre bombes, coulant rapidement et emportant la majeure partie de son équipage.

Le Kashima

-Le Kashima est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 6 octobre 1938 lancé le 25 septembre 1939 et mis en service le 31 mai 1940.

Comme ses deux sister-ship, il sert de navire-école et d’outil de diplomatie navale au profit du Japon. Il effectue également quelques missions de présence dans les eaux chinoises.

Durant le conflit le Kashima ne s’expose guère aux coups des américains, opérant en Chine et en Corée pour des patrouilles et des escortes. Il échappe à plusieurs reprises à des attaques de sous-marins américains. A Sasebo, il est légèrement endommagé par une bombe qui explose à proximité.

Saisi par les américains le 30 août 1954, il est privé de son armement et utilisé comme transport pour rapatrier prisonniers et soldats japonais capturés. En mars 1955, il est remorqué au large de Sasebo et coulé comme cible lors d’un exercice de tir.

Le Kashii

-Le Kashii est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 4 octobre 1939 lancé le 15 octobre 1940 et mis en service le 15 juillet 1941.

Comme ses deux sister-ship, le croiseur léger est utilisé comme navire-école, comme outil de diplomatie navale mais aussi comme navire de présence et de renseignement. Il subit un grand carénage de septembre 1944 à juin 1945 et de septembre 1948 à mars 1949.

Servant de navire de commandement, le Kashii ne s’expose guère aux coups des américains. Les seuls dégâts sont d’ailleurs provoqués par un échouage au large de Yokosuka en mars 1952.

Réparé, le croiseur léger est engagé dans la campagne Carolines-Mariannes, amenant dans la région des renforts pour tenter de repousser les américains à la mer.

Les soldats débarqués, le croiseur léger ouvrit le feu sur les troupes américaines au sol, s’attirant les foudres de l’aviation.

Après avoir été foudroyé par une vingtaine de roquettes tirées par des F4U Corsair, le croiseur passablement endommagé tente de s’enfuir mais est rattrapé par des Curtiss SB2C Helldiver qui le 17 avril 1953 l’envoie par le fond avec trois bombes, quelques heures seulement après son sister-ship Katori.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 5890 tonnes pleine charge 6720 tonnes

Dimensions : longueur 133.5m largeur 16.6m tirant d’eau 5.75m

Propulsion : deux turbines à engrenages Kampon + diesels; trois chaudières Kampon dévellopant 8000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 18 nœuds distance franchissable 99900 miles nautiques à 12 nœuds

Protection : aucune mais coque renforcée

Aviation : une catapulte et un hydravion

Armement : 4 canons de 140mm en deux tourelles doubles (une avant et une arrière) 2 canons de 127mm (un affût double arrière au dessus de la tourelle double arrière de 140mm) 4 canons de 25mm (nombre porté ultérieurement à 8, 12 puis enfin 16),quatre tubes lance-torpilles de 533mm (deux affûts doubles)

Equipage : 315 officiers et marins. 275 élèves officiers peuvent être embarqués

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s